Navigation – Plan du site

Comptabilité urbaine, comptabilité du prince : modèles et interactions en Provence (XIIIe-début XIVe s.)

Thierry Pécout

Résumés

La question de l’émergence d’une comptabilité princière à partir du milieu du xiiie siècle en Provence et de ses liens avec les institutions et savoir-faire urbains se heurte à la rareté des sources et à leur dissymétrie. Les premiers jalons de la comptabilité princière sont identifiables dès le milieu du siècle. Mais les premières séries ou registres isolés des comptabilités urbaines ne sont pas antérieurs aux années 1360. On s’efforcera de dépasser cette carence en s’attachant à trois indices permettant d’identifier des échanges et des modèles : - la fonction de clavaire, receveur-payeur général des circonscriptions locales des comtés angevins de Provence, et son origine urbaine ; - la sociologie des premiers clavaires royaux et leurs liens avec les milieux urbains et marchands ; - parmi les premiers comptes de clavaires royaux, on tentera d’isoler les pratiques et modèles de scripturalité allant dans le même sens. L’enjeu est plus largement de repenser l’émergence de l’État au regard de la ville, conçu en Provence comme un processus d’éviction des gouvernements communaux par Charles d’Anjou, alors qu’il nous paraît par bien des aspects comme son prolongement.

Haut de page

Texte intégral

1La ville n’est-elle qu’un fait ? Qu’on veuille désigner par là une communauté d’intérêt ou un regroupement contraint, rassemblement ou peuplement, elle abrite toujours une intention sous-jacente. Rome naît d’un trait porté au sol, le dessin d’un dessein. Mais elle est aussi un lieu de la médiation. La ville est ce moment de l’interrelation, quand la spécialisation des activités suscite l’interdépendance, le réseau et le territoire : importer pour subsister, des hommes et des femmes, de l’alimentation, de la force de travail et de l’énergie. A priori, elle serait ainsi un phénomène peu structuré : la ville, c’est la foule. Justement, à y regarder de plus près, la ville induit la nécessité du politique, je veux dire non seulement la parole et la négociation, et une façon de la tenir, tant dans le récit que dans le contrat, mais aussi le discernement par le dénombrement : l’identification, la délimitation d’un corps électoral ou civique, qui déterminent des droits et des obligations communes et, dès lors, l’évaluation des devoirs de chacun. Nous voici quittant la foule pour gagner la troupe, ou en un autre mot l’institution.

2Car enfin la ville saura le triomphe de la polarité. Elle confère à l’étendue sa structure de territoire. Elle accroît le besoin de négociation et de régulation qui imposent l’invention d’une nouvelle manière de dire un tout, une communauté. Mais elle a son revers : le pôle est aussi une proie. La ville émerge comme objectif stratégique de conquête et de compétition. Elle entre de plain-pied dans le jeu de la guerre, de la fiscalité et du discours de bien public justifiant celle-ci par celle-là. En tout cela, elle est un maillon déterminant du mouvement d’institutionnalisation qui porte le premier essor des États.

3Certes, le processus politique ne saurait se réduire à l’urbanité, penser le contraire conduirait à la périlleuse illusion d’un en-deçà du politique, d’un plat-pays abandonné à la tribu, une inepte vision binaire qui départage le barbare et le policé. Du moins la ville a-t-elle sa spécificité en ce domaine : administrer le nombre. Elle nous apprend que gouverner, c’est gérer des flux. Par essence, la ville est le nombre. Au plan documentaire, la liste y traduit une vision politique, et dans le domaine du gouvernement, une méthode. Voilà donc que sa comptabilité ne serait plus seulement une approche documentaire de l’histoire de la ville médiévale, mais le lieu où se joue son émergence comme affaire politique.

1. Comptes

  • 1 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l'histoire économique et sociale du moyen âge (...)
  • 2 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l'histoire économique, op. cit.

4Mais quand on cherche à s’attacher aux premiers temps de ce processus institutionnel, à comparer les phénomènes à l’œuvre au sein d’administrations que l’historiographie s’est ingéniée à étudier séparément, on se heurte en premier lieu à la rareté de la documentation et à son hétérogénéité. Pour les temps qui nous occupent, le xiiie et le début du xive siècle, et notre cadre politique, celles-ci se prêtent fort mal à une étude comparative en matière de comptes. Les plus anciens documents sont des actes isolés1. On dispose ainsi de quittances de dépenses de construction (remparts souvent) ou de locations de droits et de biens communaux, de baux à ferme des impôts communaux, de prix-faits, ou encore d’emprunts, comme à Manosque dès le début du xive siècle2. Ces sources se présentent sous la forme de chartes puis, à partir de la fin du xiiie siècle, d’actes dispersés dans les registres des notaires.

  • 3 Hébert, Michel, « Le système fiscal des villes de Provence (xive-xve siècles) », dans Menjot, Denis (...)
  • 4 Archives municipales [désormais AM] Sisteron, CC 250 (compte du clavaire ou trésorier à partir de 1 (...)
  • 5 AM Apt, CC 39 (comptes du trésorier pour 1375-1376).
  • 6 AM Draguignan, CC59 (comptes du trésorier à partir de 1382). Clarke, Howard B., « Commune et commun (...)
  • 7 AM Brignoles, CC1 (comptes du trésorier à partir de 1384). Lebrun, Émilien, Essai historique sur la (...)
  • 8 AM Toulon, CC 115 (comptes du trésorier à partir de 1385).
  • 9 AM Manosque, Cf 1 (en 1395-1397).
  • 10 Comptes du trésorier à partir de la fin du xive siècle. Coulet, Noël, « Population et société à Pou (...)
  • 11 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l'histoire économique, op. cit.
  • 12 AM Sisteron, CC 250.
  • 13 AM Nice, CC 4 (actes dispersés à partir de 1301 sur les comptes de fouages, et compte de fouage des (...)
  • 14 Baux et fermes des taxes et impôts des communautés, revenus et ventes de propriétés communales nota (...)
  • 15 AM Digne, BB 30, fol. 82-84. Varitille, Florie, La ville de Digne à la fin du Moyen Âge. Politique (...)

5Du reste, la documentation comptable urbaine stricto sensu s’avère plus tardive, de la deuxième moitié du xive siècle3. Les comptes de clavaires ou de trésorier communaux adviennent en 1331 à Sisteron4, mais en 1375-1376 à Apt5, 1382 à Draguignan6, 1384 à Brignoles7, 1385 à Toulon8, 1395-1397 à Manosque9, et dans un bourg plus modeste mais amplement documenté et bien étudié comme Pourrières, la chronologie est similaire10. Pour le Venaissin et Avignon, c’est fort inégal : plus tardif encore à Avignon (à partir des années 1460), mais plus précoce à Carpentras, Orange, Pernes (dès le début du xive siècle)11. Pour les relevés et listes de fouages et de questes, liées aux levées royales, on en dénombre dès 1314 et 1315-1316 à Sisteron12, tandis que des actes dispersés sont signalés à Nice à partir de 130113. Quant aux comptes suscités par les taxes indirectes perçues exceptionnellement, Barjols comporte une rève du four pour 1397, jalon isolé avant le xve siècle14. On relève aussi des mandats de paiement du trésorier, comme à Digne pour 1386-138715. Il convient donc de se rabattre sur des pièces isolées, souvent difficiles à interpréter faute de mise en parallèle possible, ou encore sur l’étude des offices, tout particulièrement celui de clavaire, ce que nous tenterons ici.

  • 16 Sternfeld, Richard, Karl von Anjou als Graf der Provence (1245-1265), Berlin, 1888 ; Dunbabin, Jean (...)
  • 17 Bourrilly, Victor-Louis, Busquet, Raoul, La Provence au Moyen Âge. Histoire politique, l’Église, le (...)

6Le deuxième écueil procède de partis-pris historiographiques qui ont stérilisé une approche comparative. La relation du prince à la ville, lors de l’affirmation du pouvoir comtal au xiiie siècle, sous Raymond Bérenger V puis son gendre Charles d’Anjou, resta longtemps conçue en termes de mise au pas. Il semble aller de soi que l’administration d’un État princier passe par une mainmise violente sur les gouvernements communaux et l’abolition des expériences politiques urbaines, qu’il s’agisse de formes consulaires ou podestariles. De Richard Sternfeld en 1888 à Jean Dunbabin en 199816, en passant par Victor-Louis Bourrilly et Raoul Busquet en 192417, on narre ainsi la chronique de la soumission militaire des pouvoirs urbains à compter des années 1220 puis dans les années 1250 principalement, ponctuée par des traités successifs. Une première vague concerne Tarascon (7 septembre 1226), Grasse (23 juillet 1227), Nice (9 novembre 1229), Marseille (22 juin 1243). Une seconde intègre à nouveau Tarascon (21 décembre 1256), Arles (30 avril 1251), Avignon (7 mai 1251), Marseille (2 juin 1257 puis 13 novembre 1262), Digne (novembre 1257 pour un pariage avec l’évêque), Gap, selon un modèle comparable, en 1272 puis 1281. Les méthodes de prise de contrôle se fondent en premier lieu sur le monopole comtal du serment politique, avec ses diverses adaptations aux conditions locales : à Avignon, il doit être adressé aux deux seigneurs (Alphonse de Poitiers et Charles d'Anjou) et à Marseille, il est périodiquement renouvelable, selon un rythme quinquennal. En second lieu, elles consistent en l’intégration des revenus et domaines de la commune dans le domaine comtal, ce qui nécessite pour le prince la mise en œuvre d’une administration propre fondée sur le triptyque viguier, juge et clavaire, et seule habilitée à convoquer et présider les assemblées et conseils citadins subsistants. Dans ce récit, la part des emprunts administratifs et son évaluation se contentent de la portion congrue.

  • 18 Aurell, Martin, Boyer, Jean-Paul, Coulet, Noël, La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2005, à (...)
  • 19 Pécout, Thierry, « Une première enquête sur les officiers dans le comté de Provence ? Arles, 1255 » (...)
  • 20 Pécout, Thierry, « Évêques et identités urbaines dans les cités des comtés de Provence et Forcalqui (...)
  • 21 Pécout, Thierry, « Aux origines d’une culture administrative : le clergé des cathédrales et la genè (...)

7Mais beaucoup d’obstacles intellectuels ont été levés. Déjà dans sa synthèse de 2005, Jean-Paul Boyer nuança fortement les modalités de l’emprise sur la ville, en soulignant l’alliance précoce du comte avec les élites urbaines, tout comme les mécanismes de consentement à l’œuvre (l’échange de serments) et l’intérêt des villes pour la paix comtale et l’expansion angevine18. Dans quelques travaux, j’ai voulu pour ma part insister sur les formes de négociations avec les oligarchies urbaines comme matrices d’expériences administratives, en particulier à travers l’enquête sur les officiers et la régulation comtale de leur administration au titre de la paix du prince et de sa justice, à Arles en 125519. La ville et son gouvernement constituent le creuset d’une certaine façon de gouverner où s’impose la négociation20. Ailleurs, j’ai interrogé les premiers témoins documentaires de la comptabilité comtale générale, dès 1249-1251, en essayant de déceler des échanges entre administration des menses épiscopales (ici celle de l’archevêque d’Aix) et les premières comptabilités princières, à partir d’une étude du compte et du personnel qui l’administre21. Ces échanges et circulations étaient depuis un certain temps supposés : ils mettent en évidence non seulement une hybridation administrative entre deux générations et échelles de gouvernement, mais également le rôle fondamental de la ville et du nombre dans la genèse institutionnelle.

2. Contours

  • 22 Pour la chaîne comptable, depuis le clavaire local jusqu’à la Chambre des comptes d’Aix : Bonnaud, (...)

8L’étude de la fonction de clavaire permet de poser un nouveau jalon dans cette réflexion. Une tentative de généalogie de cet office peut constituer une autre source d’information sur les relations entre institution comtale et gouvernements urbains. Tel qu’on l’observe à partir du milieu du xiii siècle, le clavaire est un officier comtal puis royal installé par les Angevins dans les chefs-lieux des baillies et des vigueries, les mailles administratives des comtés de Provence et de Forcalquier. Il s’agit d’un receveur-payeur local de ces ressorts. À la fin du siècle, il constitue le rouage de base de la comptabilité princière, notamment par la reddition de ses écritures à la Chambre des comptes d’Aix devant les auditeurs et rationaux, puis par leur jugement devant les maîtres rationaux22.

  • 23 Ripart, Laurent, « Les bayles de Provence : genèse d’une institution princière », dans Mattéoni, Ol (...)
  • 24 Baratier, Édouard (éd.), Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d'Anjou en Provence (125 (...)
  • 25 Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais AD13], B 1500, registre parchem (...)

9Au service de l’administration comtale, le clavaire ne semble pas antérieur à la période angevine. Auparavant, c’est le baile qui assume sa fonction, entre autres compétences. Le baile – le responsable d’une circonscription s’entend, non le baile domanial assimilable à un intendant local – dispose d’attributions notamment domaniales et fiscales23. Il assure la collecte des recettes effectuée concrètement par des officiers ou fermiers spécialisés (péagers, gabeliers, bailes domaniaux…), effectue les dépenses, verse le solde au trésorier du comté. À partir des années 1240, apparaît un receveur-payeur qui l’assiste, le clavaire24. Le compte général de 1249-1251 illustre l’activité d’un trésorier à l’échelle de la principauté, Raymond Scriptor, centralisant les recettes des clavaires ainsi que de certains autres percepteurs locaux pour confectionner un premier outil de gestion global25.

  • 26 Base de données prosopographique sur les officiers angevins, 2017 : ©Europange/UMR LIRIS, mise en l (...)
  • 27 AD13, B 1500, fol. 27 ; Baratier, Édouard (éd.), Enquêtes sur les droits et revenus, no 425 et p. 1 (...)
  • 28 AD13, B 1500, fol. 24v.
  • 29 AD13, B 1500, fol. 21-30 (clavaires de Digne, d’Aix, de Draguignan en 1249), fol. 75-76 (clavaires (...)

10Les premiers agents connus ayant exercé cette charge remontent à la fin de la décennie 124026. Une domus clavarie d’Aix est signalée en 1249 puis c. 1251 : il s’agit alors d’une résidence en location27. Mais la clavaria Digne citée en 1249 renvoie cette fois au ressort du clavaire de la baillie de Digne28. Le compte de 1249-1251 mentionne divers clavaires et leurs gages29. Cette première production écrite procède d’une documentation peu élaborée au niveau local, mais qui existe déjà depuis le milieu du xiiie siècle au moins. Elle est synthétisée par ce compte du trésorier comtal de 1249-1251 à partir de données aujourd'hui perdues, fournies par les clavaires, les bailes domaniaux, les péagers, les fermiers, etc. Il est probable qu’alors chaque officier chargé de la perception de droits tenait son propre journal. Mais à cette époque, il ne semble pas y avoir de synthèse locale, tels les comptes de clavaires de la fin du siècle. Cette première comptabilité demeure liée au lieu de perception et au droit perçu. Elle est sans doute proche des comptabilités communales ou de celles des seigneuries épiscopales.

  • 30 AD13, B 379, feuillet papier : il s’agit d’une liste du début du xive siècle de divers comptes exam (...)
  • 31 AD13, B 1501 (157 folios), registre parchemin, fol. 5, 13v, 22, 43v, 49v, 62, 69, 74, 83, 85, 89, 8 (...)
  • 32 AM Avignon, Pintat LXVIII, no 2229, cahier papier, 12 folios, édité par Armand Jamme : http://resso (...)
  • 33 À l’évidence, nous prenons l’appellation de « compte de clavaire » dans son acception générique (ic (...)

11Outre ce que suppose le compte de 1249-1251, les plus anciennes mentions de comptes tenus par des clavaires datent de 1268-1273 pour la viguerie de Draguignan et de 1280 pour un certain nombre de circonscriptions à propos de la cavalcade30. Dès 1263-1264 cependant, un second compte général de la cour d’Aix collecte et met au propre, en une synthèse organisée par circonscription, les relevés adressés par le viguier ou le baile ainsi que, la plupart du temps, par le clavaire (sauf pour les baillies d’Apt, Brignoles, Saint-Maximin, Seyne, Barcelonnette et Puget-Théniers, où le baile tient sans doute lieu de clavaire). Chacun de ces comptes a été normalisé en bout de chaîne documentaire et se trouve soigneusement organisé en dépenses et recettes et comptes particuliers (cavalcades), assortis de ceux des péagers et gabeliers en fin de registre31. Il s’agit d’un aboutissement, plus élaboré et normalisé que le registre de 1249-1251, mais nous manquent les étapes intermédiaires. Aussi le plus ancien compte rédigé localement reste-t-il celui du clavaire d’Avignon Bertrand Malacarni, qui concerne la période du 14 mai 1282 au 3 juin 1283, sous le viguier Bochardus de Bosco32. Certes, il n’est connu que par une copie du début du xvie siècle. Il s’agit d’une liste de perceptions effectuées sur des particuliers à l’occasion des assises du viguier, après une brève liste de recettes. Ces Recepta reposent sur une liste de noms et un bref répertoire des droits royaux et des revenus des fermes. Le clavaire évoque également des perceptions antérieures effectuées par les officiers royaux en remontant jusqu’en 1272. Il s’agit du premier témoin développé d’un compte de clavaire royal, en une période où ces procédures de mise en forme et de vérification sont en pleine élaboration33.

  • 34 AD13, B 206, fol. 6 ; Bourrilly, Victor-Louis, Busquet, Raoul, La Provence au Moyen Âge, p. 286 ; B (...)

12Au moment où Charles d'Anjou accède au trône de Sicile et sans influence des institutions du Regno, les statuts de c. 1265-1267 codifient en effet la fonction de clavaire et lui assignent ses premières règles d’écriture34. Désormais cet officier fait tenir et corriger par son notaire un registre journal de ses dépenses et recettes. Il le soumet à l’examen du juge local tous les mois. Celui-ci en tire alors des totaux généraux que le notaire de la cour locale rassemble en un registre, base sans doute des informations transmises aux agents centraux d’Aix. Mais le baile ou le viguier, chef de circonscription, tient aussi son propre carnet pour noter ses dépenses et recettes, qu’il transmet au clavaire. Ainsi l’office de clavaire ne s’impose-t-il et ne se spécialise-t-il que progressivement, durant les deux premières décennies de la domination angevine en Provence.

13Le plus ancien compte d’un officier local est, en effet, celui d’un viguier et non d’un clavaire. Il concerne la viguerie d’Avignon sous Odoardus de Pomponio35. Composé d’un feuillet seulement, il rapporte un bref relevé lié au terme de l’Ascension, le 29 mai 1259. Il se présente sous la forme de deux rubriques. Les Recepta comportent une énumération non disposée en liste et structurée par des item ou des paragraphes ; les Expensa se dissocient en deux catégories : Pro minutis expensis curie et Salaria des officiers. Au dos, une liste de noms d’hérétiques condamnés dont les biens ont été confisqués par la cour, ainsi que des Debita : sans doute sont-ce là des indications destinées au successeur du viguier. Il s’agit d’un relevé partiel, comme il devait en exister plusieurs par année, destiné à rendre compte de l’administration locale, placée sous la double seigneurie de Charles d’Anjou et d’Alphonse de Poitiers. Il illustre vraisemblablement les types de comptes en début de chaîne documentaire dont ceux de Raymond Scriptor en 1249-1251 et de 1263-1264 constituent le terme.

  • 36 Bonnaud, Jean-Luc, « Les notaires de cour dans le comté de Provence et la justice à la fin du Moyen (...)
  • 37 Ce qui fait que le rang du clavaire demeure nettement inférieur à celui de ses deux supérieurs, si (...)

14Pourtant, il ne contient pas de mention d’officier spécialisé dans la comptabilité, alors que sont cités les noms de quatre juges et leurs deux notaires, ainsi que huit cursores. Tout au plus trouve-t-on mentionné un « notaire de la claverie ». Sauf à imaginer un cas de vacance de l’office, l’attestation incidente de la fonction – ou bien de l’endroit où elle s’exerce – suggère comment sans doute est conçu le clavaire : c’est avant tout un notaire greffier plutôt qu’un officier des comptes, ce qui importe est l’authenticité de ses écritures plutôt que la justesse de ses calculs. Le notariat est le cœur de cet office. Du reste, si l’on examine les carrières et le recrutement des clavaires à partir de la fin du siècle et au xive siècle, lorsque l’on dispose de données en série l’autorisant, on constate que cet officier débute effectivement son cursus comme notaire36. Dans les circonscriptions locales, si la fonction de viguier ou baile tire presque toujours sa légitimité de l’origine noble de ses détenteurs, si celle de juge procède d’une formation ou expérience savante souvent sanctionnée par un grade universitaire explicite, celle de clavaire est intrinsèquement liée au notariat dont elle constitue un avatar37.

3. Origines

  • 38 Pécout, Thierry, « Aux origines d’une culture administrative », art. cit.

15Mais la question des origines institutionnelles du clavaire reste entière. Le terme est certes provençal, clavaire, évidemment constitué à partir du bas latin et du terme clavis, la clé. Trois hypothèses pourraient s’envisager, non exclusives les unes des autres, tout particulièrement parce que les chapitres cathédraux et les élites communales procèdent en grande partie des mêmes milieux liés à l’économie d’échange, et qu’ils nous semblent avoir nourri le premier essor institutionnel de la principauté angevine de Provence38.

  • 39 Enquête menée au sein du réseau des Fasti Ecclesiæ Gallicanæ.
  • 40 Albanès, Joseph-Hyacinthe, Chevalier, Ulysse, Gallia christiana novissima : histoire des archevêché (...)
  • 41 Chevalier, Ulysse, Regeste dauphinois. Répertoire chronologique et analytique des documents imprimé (...)
  • 42 RD, no 10219.
  • 43 RD, no 10688, Raymond, clavaire, est témoin à Embrun d’une transaction pour l’archevêque, le 8 nove (...)

16Une première piste consiste à y voir un office qui proviendrait de l’administration des revenus des chapitres et collégiales, préposé à la garde des coffres et du trésor, et par-là des archives. Aucune attestation sous la forme de clavarius ne figure dans les chapitres de la France actuelle39. Mais au chapitre cathédral de Limoges, dès l’époque carolingienne est signalé un claviger (851), puis en 1052 ; en 1080, on y parle d’archiclavus et dans la même décennie de cellerarius et clavicularius, qui fait office de trésorier. À Arles, on ne repère qu’une seule occurrence d’archiclaviger au début du xe siècle40. Les autres attestations provençales ou dauphinoises sont malencontreusement beaucoup plus tardives. Dans le chapitre de la collégiale Saint-Barnard de Romans, on note entre 1262 et 1275 plusieurs mentions précises d’un clavaire du chapitre qui assiste le sacriste dans la gestion des revenus, avec une certaine stabilité dans l’office, puisque dans un cas son titulaire reste en place 25 ans41. En 1265, à l’occasion d’un conflit, sont définies ses attributions42. Il veille sur les recettes, contrôle les bailes domaniaux et les châtelains, ainsi que globalement les droits du chapitre (cens, fermes, biens immeubles, sépultures et droits afférents). Il garde les clés du coffre et les remet à toute réquisition. Mais il n’exerce pas de juridiction ni de préséance : c’est un office, pas même un personnat, au contraire du sacriste. En 1268, on repère aussi un clavaire au chapitre cathédral d’Embrun43. Malheureusement, ces dates sont trop tardives pour autoriser une quelconque généalogie.

  • 44 Le baile demeure aussi fréquemment le gestionnaire des seigneuries des cathédrales, comme à Narbonn (...)
  • 45 AD13, 1H 217, no 1077, clavaire de l’archevêque ; 2G 152, no 972, clavaire de l’archevêché ; 2G 222 (...)
  • 46 Brun, Robert, La ville de Salon au Moyen Âge. La vie économique, le régime seigneurial, le régime m (...)
  • 47 Regestum Clementis papæ V, Rome, 1885-1892, App. no 10416.
  • 48 Coulon, Auguste, Clémencet, Suzanne (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres secrètes et curiales rela (...)
  • 49 Mollat, Guillaume (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes analysées d'après les registres di (...)
  • 50 RD, nos 15687-15688.
  • 51 Theis, Valéry, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (v. 1270 – v. 1350), Paris-Rome, 2012 (...)
  • 52 Il est aussi familier du pape. Coulon, Auguste, Clémencet, Suzanne (éd.), Jean XXII, no 3693 (1er o (...)
  • 53 Hayez, Anne-Marie, « L’œuvre de Sicard Du Fraisse, clavaire épiscopal à Avignon (1363-1367) », dans (...)
  • 54 Vidal, Jean-Marie (éd.), Benoît XII (1334-1342) : lettres communes analysées d'après les registres (...)
  • 55 Theis, Valéry, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin, p. 315-318 et 351-369 ; Ead., « La r (...)

17Au début du siècle suivant, cet office est fort bien attesté auprès des évêques : le clavaire est le receveur-payeur de la mense épiscopale44. On dénombre ainsi le clavaire de l’archevêque d’Aix attesté en 1313-1315 puis en 134845, celui de l’archevêque d’Arles signalé à Salon à partir de 130446, celui de l’évêque de Fréjus, Adémar Ameilh, le 18 octobre 130847, celui de l’évêque de Nice, le 28 décembre 133248, de l’évêque de Marseille, un certain Guillaume Bate, un clerc qui dispose de l’église paroissiale de Châteauvieux et qui décède le 6 mars 1333 à Signes49. À Embrun, exerce un clavaire de la cour commune, partagée entre l’archevêque et le dauphin, qui est signalé au xive siècle50. À Avignon, cité épiscopale au statut particulier à partir de 1309 du fait de la présence du pape et de la curie, outre le clavaire de l’évêque51, on repère aussi des claveries pour les paroisses dans le courant du siècle, outre Bernard de Podio, clavaire du castrum épiscopal de Noves en 1328-132952, et Sicard du Fraisse, clavaire de la domus episcopalis en 136253, avec les claveries de la mense de l’évêque (comptes de 1317-1319, 1336-1340 et 1343-1344)54. Le clavaire est alors un clerc de confiance, dont la charge favorise la carrière bénéficiale, comme en témoigne un Adémar Ameilh devenu évêque de Marseille55.

  • 56 Brun, Robert, La ville de Salon au Moyen Âge, op. cit., p. 173-178.
  • 57 AD13, 3G 20, fol. 26v-34 ; Brun, Robert, La ville de Salon au Moyen Âge, Pièces justificatives, no (...)
  • 58 Il perçoit les taxes, droits, cens et services, contrôle les aliénations, perçoit les droits de mut (...)
  • 59 Des listes et relevés de droits, des répertoires de censitaires, des nomenclatures de biens immobil (...)
  • 60 En fin d’exercice, il doit noter les stocks disponibles et le solde en caisse, il les présente à so (...)

18La seule étude précise sur l’activité d’un clavaire d’une église cathédrale s’attache à celui de l’archevêque d’Arles56. Il est implanté à Salon, principale seigneurie du prélat, centre de son administration domaniale et fréquente résidence. Il n’est cependant pas mentionné dans les statuts de la cour temporelle de cette localité en 129357. Il n’apparaît qu’au début du xive siècle, mais comme agent important de l’archevêque, venant juste après son juge. Ses attributions étaient sans doute auparavant assumées par le viguier et le juge du prélat. En 1304, lors d’une réorganisation de l’administration archiépiscopale, on constate qu’il s’agit d’un clerc et qu’il est gagé ; par la suite, que la fonction peut se cumuler avec celles d’official ou de vice-official. Il œuvre au tabularium clavarii du château. L’exercice d’un même individu dans l’office est variable, souvent entre cinq ou six ans. Il s’agit d’un receveur-payeur58. Il tient des archives59. Il rend compte en fin d’exercice60. Il est personnellement responsable de ses activités et ses héritiers de même.

  • 61 Paris, Bibl. Nationale de France, ms lat. 1090, fol. 174v (antiphonaire de la cathédrale de Marseil (...)

19Il est vraisemblable de voir dans les chapitres cathédraux ou l’entourage épiscopal la première matrice de la fonction de clavaire et sa structure essentielle de gardien de coffres où s’entassent choses précieuses et archives. Mais il y a loin entre une fonction au départ assignée à la préservation de stocks, à un office chargé de rendre compte de flux en contexte d’échanges monétarisés. Ce second temps de l’élaboration de la charge nous échappe en grande partie, mais il y a tout lieu de penser qu’il s’opère en contexte communal. Du reste, les consulats se sont d’abord développés à l’ombre des seigneuries épiscopales, tout particulièrement à Arles et Nice. La liturgie pétrine a peut-être aussi facilité ce double transfert : le prince des apôtres n’est-il pas loué en sa fête de juin à matines par le répons O claviger regni celestis en la cathédrale de Marseille, dès la fin du xiie siècle61 ? On sait depuis longtemps combien le mérite et la valeur, la grâce et la monnaie, l’espérance et la dette se thésaurisent, circulent, lient et délient selon des modalités similaires. La continuité entre liturgie des choses et des âmes génère un terrain propice aux emprunts institutionnels au sein de la cité.

  • 62 Le terme circule également dans les communes de Piémont dans les années 1240. Leroy, Nicolas, Une v (...)
  • 63 Ainsi le coffre de la commune est-il conservé dans le chœur (sagrerius) et ses clés sont-elles conf (...)
  • 64 Grenoble, Archives départementales de l’Isère, B 3738 : De Manteyer, Georges, Les finances delphina (...)
  • 65 Boutaric, Edgard, Saint Louis et Alphonse de Poitiers : étude sur la réunion des provinces du midi (...)
  • 66 Nous consacrerons par ailleurs une publication à ce registre de 1263-1264.
  • 67 Paris, Bibl. Nationale de France, Languedoc 98, p. 69, cité par Robert Michel, L'administration roy (...)
  • 68 Hugues Robaudi peut-être, dès 1251-1252, et Séverin de Nice à compter de 1257, sont les premiers ti (...)
  • 69 Michel, Robert, L'administration royale, op. cit., p. 29-31 (Compotus Odoardi de Villaribus senesca (...)

20Une deuxième piste cherche à mettre en évidence l’influence d’un modèle et la diffusion de l’office depuis un foyer extérieur. Celui de l’Italie septentrionale est fort possible, puisque le terme de clavaire y est attesté dans un contexte communal dès le début du xiie siècle, comme à Gênes en 1122, bien qu’il demeure d’emploi rare62. L’exemple niçois, dès la fin du xiie siècle, montre aussi combien la garde des archives communales est imprégnée d’une terminologie sinon de pratiques issues de communautés religieuses63. Un foyer dauphinois doit sans doute être écarté. On n’y rencontre pas d’officier spécialisé du type du clavaire comtal au xiiie siècle. Ainsi, aux marges provençales, c’est le baile de Gapençais qui est chargé de dresser et tenir les comptes de sa gestion, selon une pratique plus haut signalée en Provence. Cet agent les présente devant l’auditeur à Grenoble. Son plus ancien compte concerne l’exercice compris entre mai 1268 et avril 126964. Une situation similaire se note dans le Languedoc voisin capétien. Sur les rives du Rhône, s’y diffusent des méthodes comptables dès le règne d’Alphonse de Poitiers, depuis la cité poitevine vers le Languedoc65. Les baillis et sénéchaux jouent un rôle déterminant dans la chaîne comptable. Depuis le début du xiiie siècle, les sénéchaux dressent l’état des dépenses et recettes de leur administration, notent les fermes allouées aux prévôts, les soldes des frais d’administration. Ils tiennent des rôles de comptes selon trois termes annuels : la Toussaint, la Chandeleur, l’Ascension, les organisant en Recepta et en Expensa avec leurs sous-rubriques respectives dont la forme se fige dès les années 1240. Ils indiquent les reliquats de l’exercice précédent en début de compte. Le compte général de 1263-1264 que nous avons évoqué ci-dessus semble porter en Provence la marque de méthodes et de formes comparables66. Mais le sénéchal de Beaucaire n’est pas assisté d’un officier spécialisé, sinon de notaires et greffiers, en dépit de l’attestation de l’expression « claverie de Beaucaire » en 1297, vraisemblablement sous influence provençale67. Le sénéchal est aussi en Languedoc un receveur-payeur général, outre ses compétences en matière de défense du domaine – tel le procureur fiscal attesté en Provence dès 1251-125768 –, et il dresse des livres de comptes connus à partir de 125369. On pourrait donc considérer la diffusion de la fonction de clavaire depuis un foyer italien comme la plus vraisemblable, mais la première piste évoquée ci-dessus ne rend pas cette hypothèse-ci exclusive. La troisième ci-dessous peut aussi plaider en sa faveur, l’époque podestarile favorisant ce type d’emprunt.

  • 70 Albanès, Joseph-Hyacinthe Chevalier, Ulysse, Gallia christiana novissima : histoire des archevêchés (...)
  • 71 Comme l’Isle-sur-la-Sorgue dès 1228 (Avignon, Archives départementales de Vaucluse, 9H 2, 531).

21Une troisième piste invoque le contexte communal provençal. C’est là, en effet, que l’on rencontre les plus anciennes attestations de clavaire : à Arles en 1215, Marseille en 1221, Avignon en 1225, Nice au début du xiiie siècle70, sans compter les consulats de localités modestes71. Comme de juste, le clavaire y est le garde du coffre et des archives ; par-là, il surveille aussi les comptes et leur reddition ; en outre, il accomplit souvent des tâches d’authentification et de corroboration, son origine et sa formation notariale obligent. Les attributions de cet officier issu du tabellionat se figent dans la première moitié du xiiie siècle. Quant au terme de claverie, il désigne tant le lieu de son exercice, à la fois auditoire, table des comptes, archives, que la fonction, ou encore le ressort. On connaît précocement les attributions et les activités du clavaire communal à Nice, Marseille et Arles.

  • 72 AM Nice, BB 1, fol. 15, De Archa comunis ; Datta, Pietro L., Delle libertà del Comune di Nizza, op. (...)
  • 73 Datta, Pietro L., Delle libertà del Comune di Nizza, op. cit., Documenti, no 1, c. 113 p. 249, c. 1 (...)

22Le cas le plus ancien est peut-être celui de Nice, où des statuts non datés remontent vraisemblablement à la fin du xiie siècle72. On y apprend que la commune conserve ses archives dans un coffre placé dans le sagrerium. Ses deux clés sont respectivement entre les mains du sacriste et du clavaire. Ce dernier conserve les cartulaires des exercices achevés et les registres des notaires décédés. Il est assisté d’un scribe. Dans un premier temps, le clavaire niçois est surtout chargé des dépenses. Sous le contrôle étroit du conseil de ville, il rend compte de ses versements tous les mois devant les quatre élus, toute dépense étant en outre visée par ces derniers. Il est aidé par un greffier (scriba)73. En 1227, on le trouve aussi chargé du versement des gages des autres officiers communaux, sous la surveillance du conseil des quatre, et rend compte des biens saisis suite à une condamnation.

  • 74 On trouve deux clavaires simultanément au service de la commune, puis trois. Bourrilly, Victor-Loui (...)
  • 75 Sur le gouvernement podestarile des villes rhodaniennes : Balossino, Simone, I podestà sulle sponde (...)
  • 76 Deux syndics annuels sont chargés de défendre les droits de la commune et tiennent deux registres d (...)
  • 77 Bourrilly, Victor-Louis, Essai sur l’histoire politique, op. cit.
  • 78 À Avignon, les clavaires ont derrière eux de longues carrière et expérience municipales : Leroy, Ni (...)
  • 79 Statuts de c. 1253, c. 1a, 11, 12 (De clavariis Massilie) : Pernoud, Régine, Les statuts municipaux (...)

23À Marseille, le clavaire est signalé au moment de l’installation du gouvernement des podestats, dès 122174. C’est vraisemblablement l’administration podestarile et l’équipe resserrée d’officiers principaux sur laquelle elle s’appuie, avec podestat, viguier, syndics, qui a importé sinon structuré cette fonction75. L’office paraît stable jusqu’aux statuts de 1252-125376. Durant cette période, on repère deux à trois clavaires, assistés d’un notaire de la claverie. Il s’agit de notables, issus des familles de l’oligarchie urbaine, également présentes dans le consulat ou chez les recteurs et le conseil : les Bonvin, Temple, Jérusalem, de Mari, Bompar notamment77. Ce type de personnel éprouvé, expérimenté, dont la notabilité et la fama familiale garantissent la fiabilité est également attesté à Avignon78. Le clavaire marseillais est un receveur-payeur, gardien des clés, des coffres et des actes. Choisi par le conseil, il prête un serment d’entrée de charge, rend ses comptes à la fin de son exercice, de durée vraisemblablement annuelle, comme pour les syndics exerçant du 1er août au 31 juillet et chargés plus spécifiquement de la défense du domaine, à l’instar de procureurs fiscaux. Le clavaire peut être révoqué par le recteur puis le podestat ou les syndics pour indignité. Les statuts de 1253 précisent son activité et sa production documentaire79. Il tient des écritures : un cartulaire de la claverie où il consigne tous les revenus et droits de la ville ; deux livres de parchemin, comportant les copies des chartes rassemblés par les syndics ; un livre consignant tous les revenus, les listes des notaires et les dates de leurs accréditations ; des chartes ou instruments remis aux successeurs en présence de deux probes hommes.

  • 80 Statuts d’Arles, c. 12, 14, 15, 72-73, 80, 86, 95 (De registro comunis) : Giraud, Charles (éd.), Es (...)

24À Arles enfin, les statuts des années 1240 font du clavaire un contrôleur des comptes : au nombre de trois, ils sont en effet assistés d’un sous-clavaire qu’ils élisent et qui leur rend compte (reddere rationes) toutes les semaines des recettes et des dépenses80. Les clavaires sont eux-mêmes élus annuellement, à la Saint-Michel (29 septembre) et ne peuvent exercer deux fois sur une période de cinq ans ni cumuler un autre office gagé. Cet agent contrôle les biens communaux, surveille et fait entretenir le château d’Aureille, qui garde l’un des accès du vaste territoire arlésien. Il perçoit les condamnations et amendes prononcées par le juge. Il tient enfin des écritures, avec l’assistance d’un notaire qui l’aide à consigner les dépenses. Il conserve ainsi le sceau communal, les listes des officiers ainsi qu'un registre transcrivant les instruments concernant la commune munis de copies des seings notariaux. Il tient aussi un livre en parchemin rassemblant toutes les dépenses, avec mention du notaire ayant délivré l’acte, ce livre étant enchaîné au coffre de la commune (archa comunis). Mais, comme à Marseille, ce sont les syndics, avec lesquels ils effectuent ainsi un contrôle réciproque, qui assument la fonction d’ordonnateurs des paiements.

25Dans la première moitié du xiiie siècle, si l’on en croit leurs statuts, les gouvernements communaux ont élaboré une fonction, ses attributions, ses modalités de contrôle, sa procédure de transmission des informations lors de la succession dans l’office, la notion d’exercice et sa limite temporelle. Ils ont vraisemblablement bénéficié d’apports divers, qui des expériences de gestion de communautés religieuses urbaines, qui de modèles communaux et podestariles extérieurs, voisins ou lointains. C’est vraisemblablement ce complexe héritage et sa terminologie qu’intègre l’administration comtale puis royale entre les années 1240 et 1260, avant la conquête de la Sicile et les innovations administratives qui en résultent. Dans tous les cas, la ville a joué un rôle décisif dans la genèse des institutions comptables de la principauté angevine en Provence, tandis que déclinait son autonomie politique.

26Ce crépuscule des gouvernements communaux que connaît la Provence des premiers temps angevins, est propice à la circulation des méthodes d’administration du nombre. Nous ne pouvons guère que les esquisser faute d’une généalogie documentaire appropriée, et nous raccrocher à quelques jalons, telles ces façons de dire le comptable local et sa mission. Du reste, le chemin emprunté par le clavaire est peut-être celui de l’État lui-même, qui naîtrait de la ville et de son clergé, parce que c’est ici que se posa à grande échelle la question d’un commun destin, d’une façon de gouverner nécessitant la délégation et la représentation, la dissociation entre efficience et dignité individuelle de l’officier, la gestion et liturgie des grands nombres en un lieu déterminé. Dénombrer, voilà donc une puissante façon de rendre présent ce qui ne l’est pas, ce processus symbolique et rhétorique où macère toute institution. La ville est un moment spécial de celle-ci, s’il est bien vrai qu’un lieu est cet endroit où le temps se pose.

Haut de page

Notes

1 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l'histoire économique et sociale du moyen âge, t. I, Provence-Comtat Venaissin-Dauphiné, États de la Maison de Savoie, vol. I, Archives des principautés territoriales et archives seigneuriales, Paris, 1968 et vol. II, Archives ecclésiastiques, communales et notariales — Archives des marchands et des particuliers, Paris, 1971.

2 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l'histoire économique, op. cit.

3 Hébert, Michel, « Le système fiscal des villes de Provence (xive-xve siècles) », dans Menjot, Denis, Sánchez Martínez, Manuel (dir.), La fiscalité des villes au Moyen Âge, 2, Les systèmes fiscaux, Toulouse, 1999, p. 57-81. Le cas marseillais, l’un des rares éclairé par un travail spécifique, est caractéristique : Droguet, Alain, « Une ville au miroir de ses comptes : les dépenses de Marseille à la fin du xive siècle », Provence historique, 30, 1980, p. 171-213 ; Id., « Administration financière et système fiscal à Marseille dans la seconde moitié du xive siècle », Cahiers du Centre d’études des sociétés méditerranéennes, n. sér., 1, Aix-en-Provence, 1983. Les orientations récentes de la recherche privilégient les registres de délibérations municipales : Otchakovsky-Laurens, François, La vie politique à Marseille sous la domination angevine (1348-1385), Rome, 2018.

4 Archives municipales [désormais AM] Sisteron, CC 250 (compte du clavaire ou trésorier à partir de 1331 ; comptes de levées de questes en 1315-1316, du fouage pour l’achat de Lambesc en 1314). Gallo, Alexandre, Un atelier de la démocratie (xiiie-xive iècle), Sisteron au Moyen Âge, Paris, 2017. Nous donnons ici et dans les notes suivantes des titres où les sources comptables ne sont évoquées que de manière incidente, sources judiciaires et registres de délibérations ayant eu pour le moment les faveurs des chercheurs, mais qui apportent beaucoup au contexte politique et documentaire des comptes.

5 AM Apt, CC 39 (comptes du trésorier pour 1375-1376).

6 AM Draguignan, CC59 (comptes du trésorier à partir de 1382). Clarke, Howard B., « Commune et communauté : l’administration municipale à Draguignan au xive siècle (1369-1383) », Bulletin de la Société d’études scientifiques et archéologiques de Draguignan, 41, 2001, p. 13-55.

7 AM Brignoles, CC1 (comptes du trésorier à partir de 1384). Lebrun, Émilien, Essai historique sur la ville de Brignoles, Marseille, 1897 [réimpr., Nyons, 1973] ; Gaudreault, Lynn, Pouvoir, mémoire et identité : le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391), édition et analyse, mémoire de maîtrise d’histoire, Université du Québec à Montréal, 2009 (dactylographié) ; Ead., « Écrit pragmatique, écrit symbolique : le premier registre de délibérations communales de Brignoles (1387-1391) », Memini, 12, 2008, p. 149-190, avec des remarques sur la porosité de carrière entre notaires au service de la ville et clavaires royaux. Guénette, Maryse, Au cœur du patrimoine familial : stratégies matrimoniales et coutumes successorales à Brignoles de la fin du XIVe au milieu du XVe siècle, thèse d’histoire du Moyen Âge, Université Laval, 1994 (dactylographié).

8 AM Toulon, CC 115 (comptes du trésorier à partir de 1385).

9 AM Manosque, Cf 1 (en 1395-1397).

10 Comptes du trésorier à partir de la fin du xive siècle. Coulet, Noël, « Population et société à Pourrières, 1368-1430, premier bilan d'une enquête », Études rurales, 51, 1973, p. 85-111. Coulet, Noël, Stouff, Louis, « Les institutions communales dans les villages de Provence au bas Moyen Âge », Études rurales, 63-64, 1976, Pouvoir et patrimoine au village, 1, p. 67-81.

11 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l'histoire économique, op. cit.

12 AM Sisteron, CC 250.

13 AM Nice, CC 4 (actes dispersés à partir de 1301 sur les comptes de fouages, et compte de fouage des années 1420) ; CC 593, présentation des comptes du clavaire communal Jean Troffeme le 3 mars 1384, pour l’exercice 25 juin-25 décembre 1383.

14 Baux et fermes des taxes et impôts des communautés, revenus et ventes de propriétés communales notamment. Bautier, Robert-Henri et, Sornay, Janine, Les sources de l'histoire économique, op. cit.. Pour Barjols : Law-Kam Cio, Cynthia, Édition commentée du premier registre de délibérations municipales de la ville de Barjols (1373-1393), mémoire de maîtrise d’histoire, Université du Québec à Montréal, 2009 (dactylographié) ; Ead., « Le premier registre de délibérations municipales de la ville de Barjols (1376-1393) », Memini, 12, 2008, p. 191-232, notamment sur le clavaire communal ou trésorier.

15 AM Digne, BB 30, fol. 82-84. Varitille, Florie, La ville de Digne à la fin du Moyen Âge. Politique et société, mémoire de Master 2, Université de Paris I, 2012 (dactylographié), p. 25-28 et Annexes, p. 6.

16 Sternfeld, Richard, Karl von Anjou als Graf der Provence (1245-1265), Berlin, 1888 ; Dunbabin, Jean, Charles I of Anjou. Power, Kingship and State-Making in the Thirteenth-Century Europe, Londres, 1998.

17 Bourrilly, Victor-Louis, Busquet, Raoul, La Provence au Moyen Âge. Histoire politique, l’Église, les institutions, Marseille, 1924, p. 407-408.

18 Aurell, Martin, Boyer, Jean-Paul, Coulet, Noël, La Provence au Moyen Âge, Aix-en-Provence, 2005, à l’appui de : Boyer, Jean-Paul, « Entre soumission au prince et consentement. Le rituel d'échange des serments à Marseille (1252-1348) », dans Coulet, Noël, Guyotjeannin, Olivier (dir.), La ville au Moyen Âge, t. 2, Sociétés et pouvoirs dans la ville, Paris, 1998, p. 515-527 ; Aurell, Martin, Boyer, Jean-Paul, « Une journée qui fit Marseille : le 5 décembre 1288 », dans Pécout, Thierry (dir.), Marseille au Moyen Âge, entre Provence et Méditerranée. Les horizons d'une ville portuaire, Méolans-Revel, 2009, p. 207-213.

19 Pécout, Thierry, « Une première enquête sur les officiers dans le comté de Provence ? Arles, 1255 », Provence historique, 61, 2011, p. 471-481.

20 Pécout, Thierry, « Évêques et identités urbaines dans les cités des comtés de Provence et Forcalquier (xiie-fin xiiie siècle) », dans Gilli, Partick, Salvatori, Enrica (dir.), Les identités urbaines au Moyen Âge. Regards sur les villes du Midi français, Turnhout, 2014, p. 129-146.

21 Pécout, Thierry, « Aux origines d’une culture administrative : le clergé des cathédrales et la genèse d’une comptabilité princière en Provence à la fin du xiiie siècle », dans Pécout, Thierry, (dir.), De l’autel à l’écritoire. Genèse des comptabilités princières en Occident (xiie-xive siècle), Actes du colloque international d’Aix-en-Provence, 13-14 juin 2013, Paris, 2017, p. 49-67.

22 Pour la chaîne comptable, depuis le clavaire local jusqu’à la Chambre des comptes d’Aix : Bonnaud, Jean-Luc, « Les comptes de clavaire en Provence au xive siècle », dans Fianu, Kouky, Guth, Delloyd J., (dir.), Écrit et pouvoir dans les chancelleries médiévales : espace français, espace anglais. Actes du colloque international de Montréal, 7-9 septembre 1995, Louvain-La-Neuve, 1997, p. 241-253 ; Hébert, Michel, « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et la continuité administrative en Provence sous les premiers angevins », dans Boudreau, Claire, Fianu, Kouky, Gauvard, Claude, Hébert, Michel (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, 2004, p. 41-56 ; Id., « Computus, quaternus, ratio : une instruction administrative en Provence en 1297 », dans Claustre, Julie, Mattéoni, Olivier, Offenstadt, Nicolas (dir.), Un Moyen Âge pour aujourd’hui. Mélanges offerts à Claude Gauvard, Paris, 2010, p. 339-346.

23 Ripart, Laurent, « Les bayles de Provence : genèse d’une institution princière », dans Mattéoni, Olivier, Castelnuovo, Guido (dir.), « De part et d’autre des Alpes ». Les châtelains à la fin du Moyen Âge, Actes de la table ronde de Chambéry, 11-12 octobre 2001, Paris, 2006, p. 59-91.

24 Baratier, Édouard (éd.), Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d'Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969, p. 113-115.

25 Marseille, Archives départementales des Bouches-du-Rhône [désormais AD13], B 1500, registre parchemin, du 1er juillet au 7 décembre 1249. Sur ce registre : Pécout, Thierry, « Aux origines d’une culture administrative », art. cit.

26 Base de données prosopographique sur les officiers angevins, 2017 : ©Europange/UMR LIRIS, mise en ligne le 31 mars 2017, consultée le 1er juin 2018. URL : https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr/base-officiers-angevins. En l’état des saisies dans la base à ce jour, on repère ainsi pour les premières attestations de clavaires au service du prince angevin : baillie d’Aix (1249), baillie de Draguignan (1249), baillie de Digne (1249), baillie de Grasse (1251), viguerie d’Arles (1257), baillie de Nice et Grasse (1257), viguerie de Forcalquier (1258), baillie d’Aix (1259), viguerie d’Hyères (1259), ville de Cuneo (1260), baillie de Sisteron (1263), viguerie de Marseille (1263), viguerie de Grasse (1263), viguerie de Nice (1263), baillie de Puget-Théniers (1263), viguerie de Tarascon (1263)/ baillie d’Autavès (1268), baillie de Brignoles (1269), baillie de Villeneuve et Vençois (1281), viguerie d’Avignon (1282), baillie de Saint-Maximin (1287), baillie de Pertuis (1290), baillie de Castellane (c. 1290).

27 AD13, B 1500, fol. 27 ; Baratier, Édouard (éd.), Enquêtes sur les droits et revenus, no 425 et p. 155 : « clavaria sua » à propos d’Aix et de l’administration centrale, mentionnée avec la curia du comte et les prisons. La clavaria est bien le lieu où un acte est conclu à Berre le 21 mai 1284, où encore à Marseille trois autres les 19 décembre 1298, 26 et 27 janvier 1299 (AD13, B 379 et B 407).

28 AD13, B 1500, fol. 24v.

29 AD13, B 1500, fol. 21-30 (clavaires de Digne, d’Aix, de Draguignan en 1249), fol. 75-76 (clavaires d’Aix, de Draguignan, de Grasse et de Nice en 1251).

30 AD13, B 379, feuillet papier : il s’agit d’une liste du début du xive siècle de divers comptes examinés (« Item visa ratione ») remontant aux années 1270. On y trouve la mention de deux comptes de Peyratonus, clavaire de Draguignan, pour 1268 et 1273. Hébert, Michel, « Aux origines des États de Provence : la cavalcade générale », dans Recherches sur les États généraux et les États provinciaux de la France médiévale. Actes du 110e Congrès National des sociétés savantes, Montpellier 1985, Paris, 1986, p. 53-68.

31 AD13, B 1501 (157 folios), registre parchemin, fol. 5, 13v, 22, 43v, 49v, 62, 69, 74, 83, 85, 89, 87v, 109, 111 et 136v, les folios 120-136 concernant des comptes de péages et de gabelles. Ce compte concerne l’exercice 17 mai 1263 – 5 juin 1264.

32 AM Avignon, Pintat LXVIII, no 2229, cahier papier, 12 folios, édité par Armand Jamme : http://ressourcescomptables.huma-num.fr/corpus/texte.php?archives=FR.AM_Avignon&cote=PINTAT_LXVIII_2229.

33 À l’évidence, nous prenons l’appellation de « compte de clavaire » dans son acception générique (ici il s’agit plutôt d’état de droits ou de relevé domanial), et non pas dans le sens précis et formalisé que lui confèrent les statuts administratifs de 1288 et 1297 : Hébert, Michel, « Computus, quaternus, ratio : une instruction administrative en Provence en 1297 », art. cit.

34 AD13, B 206, fol. 6 ; Bourrilly, Victor-Louis, Busquet, Raoul, La Provence au Moyen Âge, p. 286 ; Boyer, Jean-Paul, « Construire l’État en Provence. Les “enquêtes administratives” (mi-xiiie-mi-xive siècle) », dans Demotz, Bernard (dir.), Des principautés aux régions dans l'espace européen, Lyon, 1994, p. 1-26.

35 AN, J 326, no 38, édité en ligne par Armand Jamme pour le portail http://ressourcescomptables.huma-num.fr/corpus/voir.php?archives=AN&cote=J326.

36 Bonnaud, Jean-Luc, « Les notaires de cour dans le comté de Provence et la justice à la fin du Moyen Âge », dans Dolan, Claire (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au xxe siècle, Laval (Canada), 2005, p. 505-518 ; Id., « Origine géographique des clavaires et notaires de cour de l'administration comtale locale en Provence au xive siècle », dans Drendel, John V. (dir.), La société rurale et les institutions gouvernementales au Moyen Âge, Actes du Colloque de Montréal, 13-15 mai, 1993, Montréal, 1995, p. 131-147.

37 Ce qui fait que le rang du clavaire demeure nettement inférieur à celui de ses deux supérieurs, si l’on se fonde sur leurs gages respectifs en 1249 et 1263 (AD13, B 1500 et B 1501) : le viguier touche jusqu’à 200 livres, le baile 100 livres, le juge de 40 à 80 livres et le clavaire de 10 à 30 livres (dans les hypothèses hautes, le clavaire touche 2,66 fois moins que le juge, le juge 1,25 fois moins que le baile et 2,5 moins que le viguier ; le clavaire touche 3,33 fois moins que le baile et 6,66 moins que le viguier).

38 Pécout, Thierry, « Aux origines d’une culture administrative », art. cit.

39 Enquête menée au sein du réseau des Fasti Ecclesiæ Gallicanæ.

40 Albanès, Joseph-Hyacinthe, Chevalier, Ulysse, Gallia christiana novissima : histoire des archevêchés, évêchés et abbayes de France, t. 3, Arles, Valence, 1901, no 241.

41 Chevalier, Ulysse, Regeste dauphinois. Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l’an 1349, Valence 1913-1926 [désormais RD], nos 9921 (20 novembre 1262), 10205 (19 décembre 1264), 10214 (12 janvier 1265), 10219 (19 février 1265), 11296 (17 mai 1274), 11417 (24 mai 1275).

42 RD, no 10219.

43 RD, no 10688, Raymond, clavaire, est témoin à Embrun d’une transaction pour l’archevêque, le 8 novembre 1268.

44 Le baile demeure aussi fréquemment le gestionnaire des seigneuries des cathédrales, comme à Narbonne par exemple : Jalabert, Marie-Laure, « L’écriture comptable des bayles des archevêques de Narbonne, Bernard de Fargues (1311-1341) et Gaubert du Val (1341-1347) », Comptabilités [en ligne], 2, 2011.

45 AD13, 1H 217, no 1077, clavaire de l’archevêque ; 2G 152, no 972, clavaire de l’archevêché ; 2G 222, no 1415 (2 février 1380) ; le terme de clavaire peut devenir synonyme de baile domanial ou de percepteur, comme à Trets où il désigne un juif fermier des droits du chapitre : 2G 254, no 1613 (6 juillet 1394).

46 Brun, Robert, La ville de Salon au Moyen Âge. La vie économique, le régime seigneurial, le régime municipal, Aix-en-Provence, 1924, p. 173-178.

47 Regestum Clementis papæ V, Rome, 1885-1892, App. no 10416.

48 Coulon, Auguste, Clémencet, Suzanne (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres secrètes et curiales relatives à la France extraites des registres du Vatican, Paris, 1906-1967, no 5040.

49 Mollat, Guillaume (éd.), Jean XXII (1316-1334). Lettres communes analysées d'après les registres dits d'Avignon et du Vatican, Paris, 1904-1946, no 59720.

50 RD, nos 15687-15688.

51 Theis, Valéry, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin (v. 1270 – v. 1350), Paris-Rome, 2012, p. 542-591, notamment p. 315-318 et 351-369 sur les offices de trésorier et de clavaire de l’évêque.

52 Il est aussi familier du pape. Coulon, Auguste, Clémencet, Suzanne (éd.), Jean XXII, no 3693 (1er octobre 1328) ; Mollat, Guillaume (éd.), Jean XXII, App. no 50736 (31 octobre 1329) ; no 50730 (5 novembre 1329).

53 Hayez, Anne-Marie, « L’œuvre de Sicard Du Fraisse, clavaire épiscopal à Avignon (1363-1367) », dans 105e Congrès national des sociétés savantes, Caen, 1980 : les pouvoirs de commandement, Paris, 1984, p. 159-185 ; Ead., Le terrier avignonnais de l'évêque Anglic Grimoard, 1366-1368, Paris, 1993.

54 Vidal, Jean-Marie (éd.), Benoît XII (1334-1342) : lettres communes analysées d'après les registres dits d'Avignon et du Vatican, Paris, 1903-1911, App. no 8374 (en 1317-1319) ; Jean de Landro, clavaire de Montélimar, 3 octobre 1320 : Mollat, Guillaume (éd.), Jean XXII, App. no 14337 ; Vidal, Jean-Marie (éd.), Benoît XII, App. no 6515 (comptes des claveries des possessions épiscopales, 1336-1340 : Avignon, Saint-Rémy, Noves, Orgon, Bédarrides, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Geniès, Châteauneuf, Barbentane ; Vidal, Jean-Marie (éd.), Benoît XII, App. no 9250, compte de diverses claveries du Venaissin (février 1343-février 1344) ; clavarius domus episcopalis : 24 novembre 1362 (ASV, Reg. Suppl. 36, fol. 35, no 291).

55 Theis, Valéry, Le gouvernement pontifical du Comtat Venaissin, p. 315-318 et 351-369 ; Ead., « La réforme comptable de la Chambre apostolique et ses acteurs au début du xive siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, 118-2, 2006, p. 169-182.

56 Brun, Robert, La ville de Salon au Moyen Âge, op. cit., p. 173-178.

57 AD13, 3G 20, fol. 26v-34 ; Brun, Robert, La ville de Salon au Moyen Âge, Pièces justificatives, no 5, 294-315.

58 Il perçoit les taxes, droits, cens et services, contrôle les aliénations, perçoit les droits de mutation, encaisse les amendes prononcées par le juge, administre les biens confisqués ou mis sous séquestre, les revend aux enchères. Il verse les gages et indemnités aux termes réguliers, y compris pour les domestiques, veille aux dépenses d’entretien (prix-fait, travaux, ravitaillement), contrôle les fermes et emphytéoses, les poids et mesures, les comptes des bailes domaniaux. Il a la capacité de déléguer un lieutenant.

59 Des listes et relevés de droits, des répertoires de censitaires, des nomenclatures de biens immobiliers notamment.

60 En fin d’exercice, il doit noter les stocks disponibles et le solde en caisse, il les présente à son successeur et à des auditeurs nommés ad hoc.

61 Paris, Bibl. Nationale de France, ms lat. 1090, fol. 174v (antiphonaire de la cathédrale de Marseille, c. 1190-1200).

62 Le terme circule également dans les communes de Piémont dans les années 1240. Leroy, Nicolas, Une ville et son droit. Avignon du début du xiie siècle à 1251, Paris, 2008, p. 153-158, notamment p. 153 n. 349, n. 350.

63 Ainsi le coffre de la commune est-il conservé dans le chœur (sagrerius) et ses clés sont-elles confiées au sacriste et au clavaire. AM Nice, BB 1, fol. 15, De Archa comunis ; Datta, Pietro L., Delle libertà del Comune di Nizza libri due, Nice, 1859, Documenti, no 1, c. 122, p. 250-251.

64 Grenoble, Archives départementales de l’Isère, B 3738 : De Manteyer, Georges, Les finances delphinales. Documents (1268-1370), Gap, 1944, p. 7-32. Au service du lignage du même nom, on repère aussi un clavaire de la baronnie de Montauban-sur-Ouvèze (Drôme) et ses comptes du 16 décembre 1304 au 25 décembre 1305 (AD13, B 426), rare exemple – mais tardif – de cet officier au service de seigneurs.

65 Boutaric, Edgard, Saint Louis et Alphonse de Poitiers : étude sur la réunion des provinces du midi et de l’ouest à la couronne et sur les origines de la centralisation administrative, d’après des documents inédits, Paris, 1870, p. 223-278. Michel, Robert, L'administration royale dans la sénéchaussée de Beaucaire au temps de saint Louis, Paris, 1910, p. 29-31. Fournier, Pierre-François, Guébin, Pascal (éd.), Enquêtes administratives d’Alphonse de Poitiers : arrêts de son Parlement tenu à Toulouse et textes annexes, 1249-1271, Paris, 1959 ; Chenard, Gaël, « La comptabilité capétienne au xiiie siècle », dans Pécout, Thierry, De l’autel à l’écritoire. Genèse des comptabilities princières en Occident, xiie-xive siècle, Paris, 2017, p. 265-285 ; Chenard, Gaël, L’administration d’Alphonse de Poitiers, Paris, 2017.

66 Nous consacrerons par ailleurs une publication à ce registre de 1263-1264.

67 Paris, Bibl. Nationale de France, Languedoc 98, p. 69, cité par Robert Michel, L'administration royale.

68 Hugues Robaudi peut-être, dès 1251-1252, et Séverin de Nice à compter de 1257, sont les premiers titulaires de cette charge.

69 Michel, Robert, L'administration royale, op. cit., p. 29-31 (Compotus Odoardi de Villaribus senescalli Bellicadri).

70 Albanès, Joseph-Hyacinthe Chevalier, Ulysse, Gallia christiana novissima : histoire des archevêchés, évêchés et abbayes de France, t. 3, Arles, Valence, 1901, no 2609 (trois clavaires œuvrent pour le consulat, sous l’autorité des consuls et de l’archevêque) ; Hollard, Claude-Françoise, Cartulaire et chartes de la commanderie de l'Hôpital de Saint-Jean de Jérusalem d'Avignon au temps de la commune (1170-1250), Paris, 2001, no 57 (un clavaire en mai 1225) ; Bourrilly, Victor-Louis, Essai sur l’histoire politique de la commune de Marseille, Aix-en-Provence, 1925, p. 88 n. 2 (octobre 1221) ; Historiae Patriae Monumenta, t. 16, Leges Municipales, Turin, 1876, col. 71.

71 Comme l’Isle-sur-la-Sorgue dès 1228 (Avignon, Archives départementales de Vaucluse, 9H 2, 531).

72 AM Nice, BB 1, fol. 15, De Archa comunis ; Datta, Pietro L., Delle libertà del Comune di Nizza, op. cit., c. 122, p. 250-251, et p. 197-254 pour l’ensemble des statuts édités à partir d’un manuscrit alors déposé à Turin ; Historiae Patriae Monumenta, t. 16, Leges Municipales, Turin, 1876, col. 71. Ces statuts sont dits de 1204 ou 1205 : les premières dispositions statutaires (organisation du conseil, élection de quatre de ses membres, reddition des dépenses et recettes devant le clavaire tous les mois), pourraient remonter aux années 1189-1196, au moment de réformes administratives, selon Alain Venturini : Venturini, Alain, « Naissance et affirmation du consulat de Nice (vers 1144-vers 1195) », Recherches régionales. Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, 48, 2007, 185, p. 5-20, ici p. 15 n. 82. Hébert, Michel, « Les cartulaires municipaux de Provence à la fin du Moyen Âge. Jalons pour une enquête », Memini, 12, 2008, p. 43-83.

73 Datta, Pietro L., Delle libertà del Comune di Nizza, op. cit., Documenti, no 1, c. 113 p. 249, c. 105 et 115 p. 244 et 249, c. 53 p. 222, c. 50 p. 222.

74 On trouve deux clavaires simultanément au service de la commune, puis trois. Bourrilly, Victor-Louis, Essai sur l’histoire politique, p. 88-89 et n. 2 ; p. 195 et 199-200 ; deux clavaires le 26 juillet 1224 : Guérard, Benjamin (éd.), Cartulaire de l'abbaye de Saint-Victor, Paris, 1857, no 924 ; no 928, p. 353 : serment du clavaire, 12 janvier 1228.

75 Sur le gouvernement podestarile des villes rhodaniennes : Balossino, Simone, I podestà sulle sponde del Rodano. Arles e Avignone nei secoli xii e xiii, Rome, 2015, p. 201.

76 Deux syndics annuels sont chargés de défendre les droits de la commune et tiennent deux registres de parchemin et un autre pour les recettes. Assistés des clavaires, ils entendent les comptes de tout commissaire, au plus dix jours après son retour de mission, ainsi que les comptes de recettes et dépenses avec l’assistance de six probes hommes du conseil et de six chefs de métier élus. Les clavaires sont choisis parmi les citoyens de bonne réputation. Ils surveillent les recettes, telles celles des Tables de la mer, les coffres et leurs clés, les biens mis saisis par les cours de justice. Ils sont aidés par un notaire de la claverie tenant les registres de recettes et ceux des gages, ainsi que par un greffier (scriba).

77 Bourrilly, Victor-Louis, Essai sur l’histoire politique, op. cit.

78 À Avignon, les clavaires ont derrière eux de longues carrière et expérience municipales : Leroy, Nicolas, Une ville et son droit, p. 154 n. 360, p. 158. Balossino, Simone, I podestà sulle sponde del Rodano, op. cit.

79 Statuts de c. 1253, c. 1a, 11, 12 (De clavariis Massilie) : Pernoud, Régine, Les statuts municipaux de Marseille, Monaco-Paris, 1949, p. 2, 24-26 ; c. 15 (De cartis comunis recollendis), Pernoud, Régine, p. 27-28.

80 Statuts d’Arles, c. 12, 14, 15, 72-73, 80, 86, 95 (De registro comunis) : Giraud, Charles (éd.), Essai sur l'histoire du droit français au Moyen Âge, 2, Chartes et coutumes, Paris, 1846, p. 213, 222. La clavaria, quant à elle, est alors une pièce du palais communal. Sur le contexte communal arlésien : Engelmann, Erika, Zur Städlischen Volksbewegung in Südfrankreich. Kommunefreiheit und Gesellschaft, Arles 1200-1250, Berlin, 1959 ; Balossino, Simone, I podestà sulle sponde del Rodano, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Pécout, « Comptabilité urbaine, comptabilité du prince : modèles et interactions en Provence (XIIIe-début XIVe s.) », Comptabilités [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 10 janvier 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/3444

Haut de page

Auteur

Thierry Pécout

Université de Saint-Étienne, UMR LEM-CERCOR
thierry.pecout@univ-st-etienne.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals