Navigation – Plan du site

Les comptabilités rouennaises conservées de la seconde moitié du xve siècle : d’une histoire de la ville à celle de la vie quotidienne

Anne Kucab

Résumés

Les comptabilités urbaines sont étudiées depuis de nombreuses années. Elles ont permis de mieux comprendre le fonctionnement des finances communales ainsi que les politiques urbaines. Pour le Bas Moyen Âge, la ville de Rouen conserve de nombreuses comptabilités qui permettent de rendre compte non seulement de l’histoire de la ville à l’issue de la guerre de Cent Ans mais aussi de faire une histoire de la vie quotidienne des Rouennais. Cette approche sociétale n’est rendue possible que par une lecture minutieuse des comptes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il est difficile de connaître avec certitude la population de Rouen à la fin du xve siècle, faute d (...)
  • 2 Mollat du Jourdin, Michel, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge : étude d’histoire éc (...)

1Les sources conservées pour la ville de Rouen dans la seconde moitié du xve siècle sont nombreuses, diverses et constituent souvent des séries continues. L’importance de ces sources rouennaises témoigne ainsi de la spécificité de la cité à la fin du Moyen Âge : Rouen est une des premières villes du royaume de France en termes de population1, elle est en pleine reconstruction à la suite de la Guerre de Cent Ans et joue un rôle économique majeur en faisant le lien entre son arrière-pays, Paris et les ports normands. Au sein des archives sauvegardées, les sources comptables de la seconde moitié du xve siècle occupent une place importante. Elles ont été partiellement exploitées par Michel Mollat pour traiter du commerce maritime, par Philippe Cailleux afin d’illustrer, notamment, le marché immobilier et la vie dans les paroisses de Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde, Saint-Herbland, et par Philippe Lardin pour étudier les ouvriers du bâtiment en Normandie2.

  • 3 Ce sont d’ailleurs les principales sources utilisées pour notre thèse en cours portant sur « Niveau (...)

2Les comptabilités émanent non seulement des instances municipales mais aussi des institutions religieuses : archevêché, chapitre cathédral, fabriques. Si ces comptes présentent un fort intérêt pour appréhender les finances et l’organisation des différentes institutions, ils sont également le reflet de la vie quotidienne à Rouen à la fin du xve siècle puisqu’ils nous permettent de saisir les dépenses, les salaires, les recettes, les vendeurs et les acheteurs en présence3. À travers l’étude minutieuse de deux comptes municipaux mis en regard avec d’autres comptabilités, nous chercherons à mettre en avant l’apport de ces sources tant du point de vue de l’histoire de la ville que de celle du quotidien de ses habitants.

1. Que nous apportent les comptabilités rouennaises conservées ?

1.1. Les comptes municipaux, un exemple parmi les nombreuses comptabilités rouennaises

  • 4 Archives départementales de Seine-Maritime (désormais ADSM), 3E1/ANC/XX1, comptes des années 1447-1 (...)

3La ville de Rouen possède de nombreuses comptabilités conservées pour la seconde moitié du xve siècle dont l’essentiel appartient aux séries G et H, clergé séculier et régulier ; toutefois, trois registres de comptes municipaux sont préservés pour la fin du Moyen Âge. Ils couvrent les années 1447-1450 pour le premier registre, 1456-1459 pour le deuxième et 1488-1508 pour le troisième4. Si nous nous intéresserons, avant tout aux comptabilités municipales dans cette étude, il reste instructif de les insérer dans une revue plus vaste des comptes produits à cette période afin de souligner la cohérence des écritures comptables rouennaises.

4Les comptes de la série G peuvent se diviser en trois grands ensembles : les comptabilités relevant de l’archevêché dont les comptes de l’hôtel de l’archevêque, les comptabilités produites par le chapitre cathédral comportant aussi la comptabilité de la fabrique de la cathédrale Notre-Dame de Rouen et les comptabilités des fabriques paroissiales (5 paroisses sur la trentaine que compte la ville de Rouen conservent des registres pour la période). Certaines de ces séries d’archives sont quasi-continues sur la seconde moitié du xve siècle.

  • 5 Sur la mise en place d’une rhétorique et d’une norme comptable voir : Mattéoni, Olivier et Beck, Pa (...)

5La matérialité et les conditions de production de ce type d’acte sont aujourd’hui bien étudiées, et les registres rouennais ne présentent pas de particularité notable5.

  • 6 Bertrand, Paul, Les écritures ordinaires : sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre (...)

6Les comptabilités du chapitre, de l’archevêque, des fabriques paroissiales et de la municipalité partagent une même architecture comptable. Les comptes sont en partie simple ; au sein des registres on observe, dans cet ordre, un premier chapitre consacré aux recettes, une deuxième section qui traite des dépenses, nommées « mises » ou « despences », et enfin une troisième partie dédiée aux recettes comptabilisées dans la première partie mais non effectivement perçues (absence ou retard de paiement). Chaque partie comporte des rubriques bien repérées avec le plus souvent une organisation interne par paroisse ou par thématique en leur sein. Les comptes de l’archevêque et du chapitre sont notablement bien tenus, l’écriture est soignée, les folios ont été préparés par des réglures. Il s’agit de comptes aérés, qui semblent inscrits en une seule fois à l’aide de notes ou de cahiers préalables. Ils sont généralement rédigés sur parchemin. Un des objectifs semble bien être de produire des instruments de travail et de comptabilité opérants, comme l’a montré Paul Bertrand pour la période précédente6.

  • 7 Theiller, Isabelle, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du M (...)
  • 8 Angers, Denise, « « Ideo ordinetur»  ». Les comptes de la vicomté de Caen au crible de l’analyse de (...)

7Par leur composition et leur rhétorique, les comptabilités rouennaises différent peu des autres comptes normands de la même période. Les registres concernant la ville de Dieppe, la seigneurie de Montivilliers et l’abbaye de Saint-Ouen (à Rouen) étudiés par Isabelle Theiller7 pour le xive siècle et ceux de Caen analysés par Denise Angers8 pour le xve siècle révèlent ainsi les mêmes pratiques comptables pour la Normandie du bas Moyen Âge.

Figure 1 : Folio d’un registre comptable de l’hôtel de l’archevêque de Rouen

ADSM, G.72, fol.15

Figure 2 : Folio d’un compte du chapitre cathédral

ADSM, G. 2504, fol. 1

  • 9 ADSM, G. 7660, fol. 1.

8Seule petite divergence, les comptes des fabriques paroissiales, s’ils cherchent à obéir à la même logique, sont toutefois de qualité inégale en fonction de l’époque et du trésorier. Plus petits et sur papier, les registres sont marqués par une écriture plus serrée et très peu lisible, et aucun marqueur de paragraphe n’est observé. Certains comptes de fabriques paroissiales ne comportent pas vraiment de rubriques thématiques, les recettes et les dépenses sont notées à la suite. La mise en regard des comptabilités émanant des institutions religieuses et municipales avec les comptes de fabrique souligne la différence entre « comptables professionnels » et « trésoriers amateurs ». Pour certaines paroisses, les trésoriers sont même des trésorières comme à Saint Vincent où Gente, femme de Naudin Larchevesque est « eslue et ordonnée trésorière » en mai 14759.

Figure 3 : Compte de fabrique de la paroisse de Saint-Vincent

ADSM, G. 7663, fol. 1

Figure 4 : Compte de la fabrique paroissiale de Saint-Michel

ADSM, G. 7164, fol.41v°-42

9Ces comptabilités produites par des institutions diverses fournissent une importante masse documentaire. Confronter ces sources permet donc de restituer leur complémentarité : de la sorte, il est alors fréquent de voir apparaître une même personne dans plusieurs comptes différents.

1.2. Un aperçu des ressources financières de la ville à la fin du xve siècle

  • 10 ADSM, 3E1/ANC/XX1, 3E1/ANC/XX2 et 3E1/ANC/XX3. (Le compte XX3 possède un chapitre recette et un cha (...)
  • 11 Denise Angers a également observé ces signets sur les registres de la vicomté de Caen. Angers, Deni (...)

10Les seuls comptes municipaux conservés pour le Moyen Âge couvrent les années 1447-1450, 1456-1459 et 1488-150810, ils ont une organisation qui ne varie pas de celle observée pour la série G (recettes, dépenses, recettes comptabilisées mais non payées). Le dernier compte (XX3) est de facture moins soignée que les deux premiers et ne semble pas comporter de réglures. Chaque compte est composé en moyenne de 100 à 150 folios. Au sein du registre, les années de comptabilités sont repérées par des « intercalaires11 ».

Figure 5 : Première page d’un compte de la ville de Rouen

3E1/ANC/XX2, compte des années 1457-1458

Figure 6 : exemples d’intercalaire permettant de repérer les années de comptes au sein du registre

ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte des années 1447-1450 et 3E1/ANC/XX2, compte des années 1456-1459

11Les comptes répondent à leur vocation première, enregistrer les dépenses et les recettes de la ville comme le rappelle leur intitulé :

  • 12 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté. Les comptes de 1457-1458 et 1458-1459 comporte (...)

« Comptes de Martin Fauvel, receveur des rentes, aides et revenues appartenant à la ville de Rouen, de la recepte et despense par lui faictes, tant à cause d’icelles rentes que des émoluments de marchié, fermes muables et autres revenues appartenant à la dite ville. Pour un ung an commencant au terme Saint Michel mil cccc cinquante six inclus et finissant au terme Saint Michiel mil cccc cinquante sept exclus12 ».

  • 13 Rappelons qu’après la Harelle de Rouen en 1382, la ville, auparavant dirigée par des échevins, perd (...)
  • 14 L’étude des deux comptes a notamment consisté à entrer les différents postes de recettes et de dépe (...)
  • 15 Nous parlons de « recette théorique » puisque tout l’argent compté dans les recettes n’est pas effe (...)
  • 16 Les recettes sont précisément de 4 053 livres 16 sous 10 deniers en 1456-1457 et 3 284 livres 16 so (...)
  • 17 Afin de rendre le graphique plus lisible et plus pertinent, nous avons regroupé dans des grandes se (...)

12Il est possible que ces comptes n’aient pas été les seuls produits par le conseil de Rouen13, il semble toutefois qu’il s’agisse des plus importants, puisqu’ils recensent les dépenses et les recettes de la ville dans des domaines variés. L’étude exhaustive de deux comptes, ceux de l’année 1456-1457 et 1457-1458, permet d’avoir un aperçu précis des dépenses et recettes de la ville14. Elle est un préalable nécessaire à une approche plus historique des comptabilités. Pour les deux années comptables examinées, l’ordre de grandeur des recettes théoriques15 varie entre 3000 et 4000 livres16. L’essentiel des recettes (à plus de 50 %) est constitué par la vente de différentes fermes muables, puis par les revenus liés aux rentes et héritages (24 % en 1456-1457 et 15 % en 1457-1458), et enfin, par les revenus liés aux marchés (location d’étals et droit de halle), aux louages (maisons, hayons ou autres éléments) et aux rentes non valables. Ils évoluent peu pour ces deux années de compte : entre 18 et 16 % pour les revenus liés au marché, 4 % pour les louages et 1 % pour les rentes17.

  • 18 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

13Les comptes sont déficitaires et le receveur des finances en est lui-même conscient : il compte un certain nombre de rentes à la fois dans les recettes et dans les dépenses. Le chapitre des recettes s’intitule d’ailleurs : « Autres parties de rentes non valables appartenant à la ville de Rouen […] lesquels parties ledit receveur reprent cy après en despenses comme inutiles18 ». Ces rentes non valables comptent pour 1 % des recettes pour les deux années de comptes examinées.

Figure 7 : graphique présentant la répartition des recettes de la ville de Rouen pour les comptes des années 1456-1457 et 1457-1458. Les sommes sont données en deniers.

  • 19 Charles VII octroie toutefois des aides, comme l’a montré Philippe Cailleux : Cailleux, Philippe, T (...)
  • 20 Le registre XX3 permet éventuellement de les assimiler aux comptes du Domaine, comme le fait Domini (...)

14L’absence d’impôts dans les recettes est surprenante, alors même que l’intitulé du compte mentionne le terme « d’aides ». La question des impôts est également peu présente dans les délibérations municipales, et il n’y a pas de rôles d’imposition conservés pour la seconde moitié du xve siècle19. L’essentiel des ressources de la ville provient donc majoritairement des revenus des marchés et des halles y compris à travers les revenus des fermes muables qui ont trait à ces lieux de vente. Ainsi, à première vue, on pourrait penser que ces comptes urbains ne concernent que l’immobilier (à travers la gestion des rentes et des louages appartenant à la ville) et les marchés. Pourtant, l’examen des dépenses des mêmes comptes montre qu’ils couvrent un large spectre des aspects20.

  • 21 4 651 livres 1 sous et 7 deniers de dépenses en 1456-1457 pour 4 053 livres 16 sous et 10 deniers d (...)

15Le premier constat que l’on peut faire à l’examen des dépenses est que les conseillers de la ville de Rouen dépensent plus qu’ils ne récoltent d’argent21. Plus de 60 % de ces dépenses sont dues à des rentes dont s’acquitte la ville, notamment auprès d’établissements religieux. Comme le précisent les comptes, l’argent est pris sur les taxes des marchés, halles et moulins de la ville, La comparaison des deux comptes permet de montrer que les dépenses ne sont pas toujours les mêmes d’une année à l’autre. Si les gages des officiers (1 % des dépenses), les dépenses liées aux procès (3 %) ou aux travaux d’aménagement effectués par la ville (entre 2 et 4 % selon les années) restent dans le même ordre de grandeur, d’autres postes de dépenses varient considérablement d’un compte à l’autre. C’est le cas des achats de rentes par la ville ou des dépenses pour l’hôtel de ville, qui ne figurent pas dans le compte de 1457-1458. Enfin, les recettes escomptées mais non reçues effectivement triplent presque entre 1456-1457 et 1457-1458 passant de 6 % à 21 % des dépenses. Ainsi, au chapitre des recettes, ce n’est pas uniquement la question des rentes qui est abordée mais aussi celle, variée, des gratifications, des gages, de la charité ou des aménagements urbains.

Figure 8 : graphique présentant la répartition des dépenses de la ville de Rouen pour les comptes des années 1456-1457 et 1457-1458. Les sommes sont données en deniers.

  • 22 « Pour avoir munie ce présent compte en papier et grosse par deux foys en parchemin tant pour aide (...)

16Enfin, les comptes nous renseignent sur leur propre matérialité puisque le dernier poste explique les conditions et le coût de la rédaction des registres par le receveur, ainsi que la manière dont est organisé le processus comptable : des sacs en tissu sont fabriqués pour mettre l’argent de la recette, ainsi que des sacs plus gros pour ranger et protéger les registres et les quittances qui les accompagnent22.

17Le regroupement en un même sac des registres de comptes, accompagnés des quittances et des justificatifs, nous rappelle que les comptabilités rouennaises sont à mettre en relation avec les autres sources comptables existantes.

1.3. Une confrontation des sources complexe

  • 23 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.
  • 24 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.
  • 25 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

18Les comptabilités sont conçues comme des outils fonctionnant avec un système de renvoi au sein d’un même compte ou d’un autre registre. En 1457-1458, Guieffin Guesnee obtient une réduction sur la ferme aux lingères qu’il a prise. Il est ainsi noté un rabais de 8 livres à la rubrique des « déducions et rabaiz », l’entrée renvoie au chapitre des recettes en ces termes : « rendu sur sa partie audit chapitre de ferme muable23 ». De la même façon, des liens sont effectués entre plusieurs comptabilités parfois à des années d’écart, comme en 1457-1458 où il est fait l’historique d’un héritage. Le poste renvoie au compte de 1450 « comme il est apparu au compte commencant à la Saint Michel m cccc l au chapitre des rentes en la paroisse Saint Denis au pris de douze livres de rente24 ». Enfin, certains comptes renvoient à des écrits extérieurs : Jehan Ango est payé comme superviseur des ouvrages de la ville de Rouen ; le scribe réfère à ce qui est « contenu et declarié au rolle de parchemin cy rendu avec le mandement desdiz conseiller et donné le samedi second jour de décembre25».

  • 26 La confrontation de ces comptabilités aux comptes royaux potentiellement conservés n’a pas été effe (...)
  • 27 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.
  • 28 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

19Les comptabilités peuvent aussi renvoyer à des registres qui ne sont pas des comptes comme ceux des délibérations municipales de la même période26. En effet, ces deux types de sources semblent avoir été pensés pour fonctionner ensemble. Ainsi, le compte de 1456-1457 justifie l’absence de paiement de loyer par Robert De Colonne en Normandie par l’exemption que lui ont accordée les conseillers, et renvoie au registre des délibérations en ces termes : « à lui accordé par les conseillers d’icelle ville [dans] le registre de la ville27 ». En 1457-1458, c’est une note marginale, à côté du titre du chapitre sur les « emoluments de marchié » qui précise que cela a été dressé selon « le compte et le registre de la ville28 ».

  • 29 ADSM, 3E1/ANC/A8, fol. 120.

20Les registres peuvent se compléter utilement, comme on peut le constater avec la commande de vaisselle d’étain de la ville accompagnée de la réfection de l’ancienne. On peut mettre en regard la décision des conseillers de la ville de se dessaisir d’une partie de l’ancienne vaisselle d’étain prise lors de la délibération du 22 mars 1457 avec la commande de nouvelle vaisselle mentionnée dans le compte à la date du 24 mars29. En effet, celui-ci note au chapitre des « deniers paiez pour estorement d’ostel », qu’est octroyé à Robin Labbé, estaminier de son état, le paiement de 37 livres, 7 sous et 11 deniers pour la fabrication de plusieurs gallons d’étain marqués aux armes de la ville :

  • 30 La suite de la descritpion est tout aussi précise : « Pour estain et facon pour ce xxx2 l xl s.t.. (...)

« A Robin Labbe estaminier, demourant à Rouen, la somme de trente sept sols onze deniers tournoiz qui deue lui estoit […] c’est à savoir pour huit grans galons ou juistes chacun de deux potz et pour quatre autres moiens galons d’un pot et choppine chacun et aussi quatre petis galons d’un pot la piece ; le tout par lui de neuf faiz a la devise de la dicte ville, pesant ensemble huit vingt et quatorze livres, trois quars au pris de iii s ix d chacune livre30 ».

  • 31 Il s’agit du pain « quant l’en fait les collactions et conceil pour la dite ville », ADSM, 3E1/ANC/ (...)
  • 32 ADSM, 3E1/ANC/A08, fol. 90.

21Dans cet exemple, le compte détaille minutieusement la décision municipale en soulignant le coût du métal, le nombre de pots concernés et la frappe de la devise de la ville, autant d’éléments qui sont absents du registre de délibérations. À l’inverse, certaines dépenses, actées par les délibérations des conseillers de la ville, ne se retrouvent pas dans les comptabilités. Le 12 mars 1457, les délibérations indiquent le paiement de 31 sous tournois pour 15 douzaines de pain mollet, fournies par le boulanger Griffon depuis septembre, pour les collations du conseil31. Or cette dépense est absente des comptes de l’année 1456-1457. Les quittances griffonnées en marge du registre de délibération municipale confirment que les dépenses décidées (et peut-être les recettes) n’étaient pas systématiquement reportées dans les comptabilités, et appellent à la prudence et à la confrontation systématique des comptes avec d’autres sources quand cela est possible. Ainsi, en 1455, les conseillers décident par charité de donner 40 ou 50 sols à Jehan Bourgeois, un pauvre homme, pour acheter une robe ; dans la marge en face de cette décision il est précisé le détail du coût de l’opération, probablement une fois qu’elle a été effectuée : « Mémoire que le drap a coustet [mot illisible] 42 sous 6 deniers et la façon 5 sous pour tout 47 sous 6 deniers32 ».

22La vision donnée par une approche comptable et statistique des comptabilités est partielle notamment dans une perspective d’histoire fiscale et économique. Elle souligne la nécessité de confronter les registres d’une même période afin de nuancer ou de creuser les informations fournies. Cependant, une lecture approfondie, non plus des chiffres mais des écrits de ces comptes nous offre l’opportunité d’en savoir plus sur l’histoire de la ville elle-même, car les comptes sont aussi la mémoire des évènements historiques et de l’histoire de la ville.

2. Quelle histoire de la ville à travers les comptabilités ?

2.1. Les comptes, miroirs de l’histoire urbaine ?

23Dans le cadre de nos recherches, nous nous intéressons à Rouen dans la seconde moitié du xve siècle. En effet, après la reprise de la ville, jusqu’alors aux mains des Anglais, par Charles VII en 1449, la ville entame une période de reconstruction après les années compliquées de la guerre de Cent Ans et de l’occupation anglaise. Or, les comptes conservés pour la période nous permettent de nuancer et de documenter cette transition.

  • 33 ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 1, fol. 48 et fol 111 et ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, 1457-1458 (...)
  • 34 ADSM, G. 47 et G. 48.

24Sur la matérialité et la forme des registres, aucun changement n’est à noter entre l’occupation anglaise et le retour dans le giron français. Les comptes de 1447-1450 sont d’ailleurs regroupés dans un même registre et c’est le même receveur, Martin Fauvel, qui officie de 1447 jusqu’en 145933. Il est néanmoins difficile de dire s’il s’agit d’une réelle transition sans heurt ou d’une volonté d’afficher une continuité du pouvoir urbain dans une période mouvementée. Seuls les comptes de l’hôtel de l’archevêché semblent présenter une césure : les deux comptes de 1448-1449 et 1449-145034 ne sont pas des registres en parchemin comme ceux qui précèdent ou suivent, mais ont été rédigés sur papier. La réalisation est peu soignée et comporte de nombreuses ratures. Nous émettons l’hypothèse que ces deux comptes sont soit rapidement rédigés du fait des circonstances politiques, soit des brouillons qui n’ont pu être recopiés sur parchemin, soit les seuls registres restants, les comptabilités sur parchemin ayant été perdues.

  • 35 ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 1, fol. 48 et fol 111.Guillaume Cousinot est encore bailli pour la période (...)
  • 36 ADSM, G. 48, fol. 10 pour la recette due à la revente des verrières aux armes anglaises, fol. 18 et (...)
  • 37 « « De Colette de Gragny et depuis ledit Wymyngton et de présent ledit Porée », ADSM, 3E1/ANC/XX2, (...)
  • 38 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

25Si la forme ne change pas autour de 1449, les comptabilités se font en revanche l’écho des événements politiques qui affectent le royaume de France. Ainsi, on observe un changement du bailli de Rouen dans les comptes au moment du retour dans le giron français puisque Guillaume Cousinot remplace Jehan Salvain à partir du compte 1449-145035. Les comptes de l’hôtel de l’archevêque notent ainsi des frais pour la déposition de verrières aux armes d’Angleterre, non adaptées à la nouvelle situation politique : « [Recette] de la vendicion des verrières aux armes d’Engleterre qui ont eté ostées de la second salle de l’ostel, at au lieu on a mis du verre blanc à la venue du roi36 ». Dans l’historique des rentes apparaissent parfois des patronymes anglais où une rente a appartenu à un certain Guillaume Wymyngton, avant de revenir dans des mains françaises37. En 1457-1458, la nationalité de l’ancien propriétaire est même mentionnée explicitement : « De Thommas Degreiges pour Colin Degrouchet, depuis Guillaume Rusten, angloiz, et de présent Pierre Legares, Colin LeBourguaiz et Jehan Haye sur ung tenement contenant plusieurs louages38 ». De ces noms transparait dans les comptes la présence anglaise à Rouen au début du xve siècle mais ce n’est pas le seul marqueur du passage de la guerre.

  • 39 ADSM, 3E1/ANC/XX2, comptes des années 1456-1457 et 1457-1458, non folioté.

26Un chapitre entier des comptes de 1456-1457 et 1457-1458 est consacré aux rentes et louages que la ville ne perçoit plus du fait des dommages de guerre : « Autres parties de rentes non valables appartenant à la ville de Rouen. Lesquel parties sont assises en plusieurs lieux désers et démoliz, les aucuns à l’occasion de la guerre, les autres où le roy messire a fait faire et constinué son palais39 ». Cette notation donne une indication sur le délai nécessaire à la ville pour se remettre du conflit. Le tissu urbain est touché, ainsi les comptes municipaux louent beaucoup de « vydes places » ou de maisons en mauvais état, signes d’un passé difficile.

  • 40 Voir aussi sur ce sujet : Roch, Jean-Louis, « La crise de la draperie rouennaise a la fin du xve si (...)

27On trouve une autre marque de ces difficultés avec la fusion des draperies de Darnétal (à proximité de Rouen) et de Rouen du fait de la guerre. Autrefois concurrents, les drapiers de Darnétal ont du se réfugier au sein des murailles rouennaises comme le rappelle cette entrée40 :

  • 41 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

« Des drappiers de la drapperie de Darnétal dont est rendu cy dessous audit chapitre vi l. t. pour leur postée en la halle aux grans draps. De laquelle somme aucune chose n’a este receu pour ce que lesdits drappiers ont laissé leur dite postée et sont venuz demourer à Rouen à l’occasion de la guerre et ce sont adjoins avec les grans drappiers dudit lieu et contulneut avec eux en leur dite halle41 ».

  • 42 Léost, Dominique, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », ar (...)

28L’exemple des drapiers de Darnétal ne s’acquittant plus de leur droit de halle, n’est pas un cas isolé. Dominique Leost a montré avec l’étude du registre de compte XX1 que la guerre de Cent Ans rend les différents halles et marchés presque déserts, occasionnant un fort manque à gagner dont témoignent les comptes42.

  • 43 ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 1, fol. 48 et fol 111.
  • 44 Elle reste d’ailleurs avec les mêmes gages annuels de 12 livres par an, ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 26 (...)
  • 45 Ce dernier est rémunéré 60 sous pour un an de travail (sauf en 1456-1457, où il ne perçoit que 30 s (...)

29Ce n’est pas pour autant la désorganisation la plus totale, puisqu’on aperçoit à travers les comptes une certaine continuité. Outre certains bourgeois et conseillers de Rouen comme Gueffin Duboys et Guillaume Ango qui restent en poste avant et après la reprise de la ville comme en témoignent les comptes de 1448-1449 et de 1449-145043, d’autres personnes gagées par la municipalité, de moindre importance politique, font le lien entre les deux périodes, à l’image de Guillote Le Brait, la concierge de l’hôtel de ville qui est gagée en 1447 et l’est encore en 145744. Il en est de même pour Roger de la Tremblaye, qui s’occupe de la gestion des cruches de l’hôtel de ville et supervise également l’entretien et les aménagements de la rivière Robec45. Nous voyons ainsi que si le recouvrement de la Normandie a entraîné des changements pour les représentants du roi (bailli et capitaine), les personnes en charge de l’administration de la ville ou employées par elle n’ont pas variées.

  • 46 ADSM, 3E1/ANC/A8, fol. 61r°.

30Si l’on s’en tient aux seuls comptes municipaux, nous n’observons pas de rupture nette et matérialisée à la date de 1449. La confrontation avec les délibérations municipales est là encore nécessaire pour entrapercevoir la réalité politique. Ainsi, la reddition de Rouen se fait au prix d’un important marchandage, le représentant de Charles VII, Pierre de Brézé, sénéchal de Poitou, devenu capitaine de la ville de Rouen, demande 1000 livres de pension alors que le procureur de la ville de Rouen ne consent à payer que 100 livres. Cette transaction, présente dans les délibérations municipales, est absente des comptes dont nous disposons46.

  • 47 Les recettes comptées mais non effectivement perçues passent de 6 % en 1456-1457 à 21 % en 1457-145 (...)
  • 48 ADSM, 3E1/ANC/A8, fol. 141, le détail des fermiers concernés se trouve aux fol. 146v°-148r°.
  • 49 Léost, Dominique, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », ar (...)

31Les comptabilités permettent de percevoir en filigrane l’histoire politique de la ville mais également certains événements comme le retour d’un épisode de peste. En 1457, la peste sévit à Rouen, provoquant une forte désorganisation sociale et une importante mortalité. C’est cet épisode pesteux qui explique l’augmentation des recettes comptées mais non reçues et des dépenses en courtoisies, dons, réduction et rabais47. Lors d’une délibération du 27 juin 1458, les conseillers de Rouen accordent un rabais sur les fermes à cause de l’épidémie de 1457. Cette décision fait suite à une demande de rabais faite par les fermiers en avril48. Les fermes des halles et des différents métiers sont très touchées49, les entrées des comptes se font l’écho de ce contexte comme de la décision municipale, phénomène que l’on observe pour la ferme du courtage de laine :

  • 50 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

« A Michel Dubust et ses compaignons fermiers de la ferme […] que l’on nomme le courtage des laynes pour l’année finie à la dicte Saint Michel mil cccc cinquante sept […] et à l’occasion mesmes de ladite peste deduicte et rabatue lui a este par l’ordonnance desdicts conseillers aprèz l’advis et consultation des dessusdicts pour ce cy et par vertu du mandement d’iceulx donné le xxvii jour de juin an m cccc lvii50 ».

  • 51 « en regard et consideration à la grant perte que lesdits fermiers aurient eue en ladicte ferme pen (...)
  • 52 Dans le cas de Jehan Vaillant, victime de la peste, c’est sa femme et ses enfants qui bénéficient d (...)

32Cet épisode de peste est marqué par le décès d’un certain nombre de fermiers et d’habitants mais aussi par la désertion des autres. Des remises sont donc accordées aux veuves et héritiers des fermiers tandis que les survivants bénéficient d’une exemption51. Les comptabilités égrènent ainsi les victimes de l’épidémie comme Jehan Vaillant, fermier du courtage des draps qui « à cause d’icelle pestilence par laquele peste mesme ledit Vaillant estoit alé de vie à trepas52 ».

33La lecture minutieuse des comptes nous délivre donc de précieuses informations sur l’histoire et les vicissitudes que rencontre la communauté de la ville de Rouen. Elle permet également l’étude de quelques phénomènes d’urbanisation.

2.2. Les aménagements urbains d’une ville en plein renouveau

  • 53 La situation exacte des différentes enceintes de Rouen fait l’objet de débats. Gauthiez, Bernard, « (...)
  • 54 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté, la rente est reconduite au compte de l’année 1 (...)
  • 55 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté. Cette rente appartenait auparavant aux héritie (...)
  • 56 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

34Les comptabilités permettent de suivre l’évolution topographique de la ville et les choix d’urbanisation qui sont appliqués. Ainsi, dans tous les comptes revient la mention de la « vieil tour » et des « vydes places » aux abords qui sont louées. La ville de Rouen a également été amenée à faire construire de nouvelles fortifications. S’il est difficile de les situer53, les comptes mentionnent à plusieurs reprises les anciennes murailles comme sur les registres de 1456-1457 où l’on voit les hoirs de Roger Puiain payer 5 sous pour « ung pan de mur de l’ancienne muraille et forteresse de ladite ville sur lequel il a ediffié jongnant tout au long de son hostel ou il demeurre ou pend l’enseigne de l’eschiquier54 ». Les anciennes enceintes servent de repère topographique, et soulignent également l’expansion de la ville comme en témoigne la rente de 3 sous dont s’acquitte Colin Delahaye en 1457-1458 pour « la prinse d’une vyde piece de l’ancienne muraille de la dicte ville en la rue de l’arquet55 » ou les nombreuses rentes perçues sur les « maisons et jardins de la barbacane56 ».

35En cette seconde moitié du xve siècle, la politique municipale est, par ailleurs, de faire des aménagements pour « l’intérêt commun » ainsi qu’il est précisé dans les comptes.

  • 57 L’installation du Neuf-Marché à l’ancien emplacement du Clos aux Juifs est un chantier de longue du (...)
  • 58 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 150-165r°.
  • 59 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 160.
  • 60 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 163v°.

36En 1449-1450, les édiles entreprennent de réaménager, agrandir et retaper certaines halles et les loges du Neuf-Marché57. Le compte détaille les travaux effectués sous la supervision de Laurent Desloges « commis au gouvernement des ouvrages58 ». Dans les folios qui suivent, charpentier, plombier, marchand de bois, fondeur (de cloche) se succèdent, le scribe indique à chaque fois, leur domaine, leur temps d’action et le coût de la tâche effectuée. Ainsi Jehan Delamare, tuilier, reçoit 16 livres en paiement de « huit milliers de tieulle au pris de 40 sous le millier, mis en garnison de la ville pour employer ès neuves eschopes du neufmarchié 59» et Jehan Lesaonnier, marchand de bois, est payé 23 livres 10 sous pour « xxxix pièces de boys de plusieurs sortes par marchié 10 l. Icellui boys employé pour l’ouvrage de neuf fait au Neuf Marché 60».

  • 61 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 162.

37Cette politique de remise à neuf des espaces publics se voit aussi au niveau de l’espace de la Vieille Tour qui est réaménagée en 1449-1450. Jehan Coullart vend à cette occasion « un millier de carrel […] à faire le pavement du mellieu de la vieux tour où est le pillory61 », devant servir à stabiliser les abords de la vieille tour, qui semble être à l’époque une espèce de « friche » mal aménagée et comportant beaucoup de « vydes places » ainsi que le pilori.

  • 62 Il s’agit de pieux de bois maintenant la berge et derrière lesquels on peut amasser des cailloux po (...)
  • 63 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 160r°-161.
  • 64 En 1457-1458, Aufray Duhamel est rétribué pour « iiiixx toises de haye de berge baisse en forme d’é (...)

38Les cours d’eau du Robec et de l’Aubette sont également entretenus, comme en témoigne la notice concernant Aufray Duhamel, pionnier, qui pose 32 toises de « petites hayes62 à remplir de terre en fourme de talluage le long de la rivière Robec hors ville ». Il doit aussi remettre en état « les cauchées dudit Robec qui en plusieurs endrois estoient rompues » et la même tâche lui est également demandée pour l’Aubette63. Cet entretien des cours d’eau s’effectue de manière assez régulière puisqu’Aufray Duhamel récidive ces travaux en 1456-145764.

39La lecture attentive des comptes nous permet ainsi de mieux cerner l’histoire de la ville, histoire politique et histoire des politiques, comme celles des aménagements urbains.

Conclusion

40Pour conclure, les comptabilités rouennaises et notamment les comptabilités municipales fournissent des terrains d’enquête aussi divers que riches. Si une approche purement comptable est nécessaire puisqu’elle permet de mettre en avant les ressources et les dépenses de la ville mais aussi les aménagements urbains menés, elle ne peut être la seule adoptée. La confrontation des sources comptables, encore en cours dans le cadre de notre thèse, donne un aperçu de la vie à Rouen dans la seconde moitié du xve siècle, dans un contexte de changement de pouvoir. Par ailleurs, le dépouillement attentif des comptes offre l’opportunité d’apercevoir la vie quotidienne des habitants, entre projets immobiliers et tracas ; si nous n’avons pu développer ce point dans cet article, nous esquisserons en guise de conclusion les indices qui permettent, pour Rouen, de passer de l’histoire d’une ville à celle de ses habitants.

41En premier lieu, les comptes dessinent la géographie de la ville, mais sont aussi une mémoire de son histoire par la traçabilité des rentes et des héritages, parfois sur plusieurs générations.

  • 65 Comme le montre cet exemple : « Des hoirs Anquetil Le Macon dont sont de présent tenans Jehan Dehot (...)

42Pour chaque rente ou louage, est rappelé l’historique de l’appartenance des rentes65, et, de temps à autres, leur situation géographique précise. Si toutes les entrées ne sont pas aussi détaillées, elles tracent en général la « généalogie » de la rente, de l’héritage ou du louage sur trois temps : le propriétaire actuel, le propriétaire précédent et l’antépénultième propriétaire ou le propriétaire initial. Lorsque cette possession se transmet par le biais d’une femme ou des héritiers, cela est également précisé. Ainsi, les entrées des comptes permettent de suivre des familles, des héritages, des changements ou des continuités dans les possessions ; par la géographie et la filiation qu’elles énoncent, elles garantissent également la concordance entre l’emplacement du bien et son propriétaire. Ce suivi est possible non seulement avec les biens immobiliers mais aussi avec les gages d’officier, qui permettent parfois d’approcher de très près l’histoire d’une vie.

  • 66 Comme ce cellier loué en 1456-1457 : « De Laurens Baudouin, à cause du louage du cellier de dessous (...)
  • 67 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457 et 1457-1458, non folioté. On trouvera notamment la mention (...)
  • 68 « icelui rabais ainsi fait audit [Jehan] Chandelier eu regards a ce que à cause d’icelle ferme il a (...)
  • 69 « Jehan de Pimont aagé de lx ans ou environ […] remise lui a esté par lesdits conseillers en regard (...)

43De plus, les comptes nous permettent d’ébaucher une histoire de la vie quotidienne des Rouennais dans la seconde moitié du xve siècle. Les différents louages et rentes nous renseignent sur les conditions d’habitation des Rouennais. Les comptes précisent parfois tout ce qui est nécessaire à la vie quotidienne66. Nous pouvons y saisir bien des aspects de la vie urbaine : nécessité d’accès à l’eau, aménagements sanitaires, volonté de posséder un jardin pour faire un potager ou une étable pour mettre une bête67. Derrière les chiffres, nous percevons l’évolution de la trame urbaine, les manières d’habiter mais aussi les aléas de la vie qui transparaissent ça et là. La capacité à payer sa place aux halles ou son louage en est un bon exemple. À travers les rabais et déductions octroyés par les conseillers, on perçoit les vicissitudes et les difficultés de la vie quotidienne pour nombre de Rouennais. À l’image de ce fermier de la ferme des revendeurs de draps qui en 1456-1457, obtient un rabais en raison d’un procès couteux68. Bien souvent c’est la pauvreté et la grande indigence du payeur qui sont mises en avant comme dans le cas de Jehan Pimont, pauvre vieil homme âgé de 60 ans, dont la maison est détruite lors de la réfection du Neuf Marché alors qu’elle semble être tout ce qu’il possède69.

  • 70 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

44Les conseillers sont toutefois attentifs à la moralité du requérant et aux services rendus (comme pour Jehan Pimont). Dans d’autres cas, ils peuvent être guidés par un souci d’ordre public comme pour Jehanne La Picarde qui est exemptée de payer son louage au Neuf Marché à cause de « la pauvreté d’icelle Picarde laquelle est en voye de mendier mesme qu’elle a esté par long temps malade70 ». La présence d’une famille compte aussi, à l’instar de Thomas le Normant, « pauvre homme chargié de femme et de grant nombres de petiz enfants ».

45Ces comptes montrent en filigrane qu’une partie de la population rouennaise peut facilement basculer dans la pauvreté (voire la mendicité) à cause d’aléas. Il est ainsi possible pour l’historien de saisir ces bribes de vie quotidienne qui laissent apparaître une vieillesse compliquée, une longue maladie ou une lourde charge d’enfant.

46La richesse des sources comptables conservées à Rouen nous permet, après une lecture minutieuse, de saisir aussi bien les vicissitudes politiques de la ville que les instantanés de vie de ses habitants, dans un contexte de reconstruction post- guerre de Cent Ans.

Haut de page

Notes

1 Il est difficile de connaître avec certitude la population de Rouen à la fin du xve siècle, faute de sources adéquates. Les estimations, faites notamment par Michel Mollat, font état d’une ville forte de 30 000 à 40 000 habitants, ce qui en ferait la deuxième ville du royaume de France.

2 Mollat du Jourdin, Michel, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge : étude d’histoire économique et sociale, Paris, 1952 ; Cailleux, Philippe, Trois paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle: Saint-Lô, Notre-Dame-la-Ronde et Saint-Herbland, Caen, 2011 ; Lardin, Philippe, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (xive-xvie siècles) (les matériaux et les hommes), Villeneuve d’Ascq, 2001.

3 Ce sont d’ailleurs les principales sources utilisées pour notre thèse en cours portant sur « Niveaux de vie et consommation à Rouen dans la seconde moitié du xve siècle ».

4 Archives départementales de Seine-Maritime (désormais ADSM), 3E1/ANC/XX1, comptes des années 1447-1450, 3E1/ANC/XX2, comptes des années 1456-1459 et 3E1/ANC/XX3, comptes des années 1488-1508. Les comptes XX1 et XX3 sont foliotés, le compte XX2 ne l’est pas. Ces comptes étaient auparavant conservés aux archives municipales de Rouen (AMR).

5 Sur la mise en place d’une rhétorique et d’une norme comptable voir : Mattéoni, Olivier et Beck, Patrice (dir.), Classer, dire, compter : discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge colloque des 10 et 11 octobre 2012, Paris, 2015 et les trois numéros de la revue Comptabilité(s) consacrés au Moyen Âge : Comptables et comptabilités au Moyen Âge. Approche codicologique de la documentation comptable, Actes de la table ronde de Paris, 1er-2 octobre 2009, Mattéoni, Olivier et Beck, Patrice (dir), Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 2, 2011 ; Comptables et comptabilités au Moyen Âge. Vocabulaire et rhétorique des comptabilités médiévales. Modèles, innovation, formalisation, Actes de la table ronde internationale de Dijon-Besançon, 30 septembre et 1er octobre 2010, Beck, Patrice et Bepoix, Sylvie (dir.), Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 4, 2012 et Comptables et comptabilités au Moyen Âge. Savoirs et savoir-faire comptables au Moyen Âge, Actes de la table ronde internationale de Lille, 6-7 octobre 2011, Beck, Patrice et Jehanno, Christine (dir.), Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, no 7, 2015.

6 Bertrand, Paul, Les écritures ordinaires : sociologie d’un temps de révolution documentaire (entre royaume de France et empire, 1250-1350), Paris, 2015.

7 Theiller, Isabelle, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du Moyen Âge », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, 2012, no 4 et « Comptabilité et réalité financière : quelques observations autour d’un registre comptable de l’abbaye Saint-Amand de Rouen (1387/8-1397) », Tabularia, vol. 5, 2005, p. 51-73. Soulignons que la comptabilité seigneuriale de Dieppe était effectuée par le receveur de l’archevêque de Rouen renforçant l’étroite parenté dans la composition de ces comptes.

8 Angers, Denise, « « Ideo ordinetur»  ». Les comptes de la vicomté de Caen au crible de l’analyse des « gens » de la Chambre des comptes », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, 2012, no 4 et « Les registres comptables de la vicomté de Caen et de la maison d’Orléans dans la vicomté d’Auge à la fin du Moyen Âge. Présentation codicologique », Comptabilité(S). Revue d’histoire des comptabilités, 2011, no 2.

9 ADSM, G. 7660, fol. 1.

10 ADSM, 3E1/ANC/XX1, 3E1/ANC/XX2 et 3E1/ANC/XX3. (Le compte XX3 possède un chapitre recette et un chapitre dépenses mais son organisation interne diffère ; voir note 12).

11 Denise Angers a également observé ces signets sur les registres de la vicomté de Caen. Angers, Denise, « Les registres comptables de la vicomté de Caen et de la maison d’Orléans dans la vicomté d’Auge à la fin du Moyen Âge. Présentation codicologique », art. cit., fig. 11 notamment.

12 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté. Les comptes de 1457-1458 et 1458-1459 comportent le même intitulé que l’on retrouve également pour les comptes de 1447-1448, 1448-1449 et 1449-1450, ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 1, fol. 48 et fol. 111. En ce qui concerne le registre XX3, les comptes sont intitulés « Comptes du demaine » fol.1. Le compte XX3 semble toutefois procéder d’une logique un peu différente, puisqu’en deux parties (recettes et dépenses) pour plusieurs années.

13 Rappelons qu’après la Harelle de Rouen en 1382, la ville, auparavant dirigée par des échevins, perd une partie de son autonomie. À partir de cette date, elle est une bonne ville sous l’autorité du bailli de Rouen nommé par le roi. Toutefois, il existe un « conseil municipal » : le « conseil des 24 », composé d’une cinquantaine de personnes, qui est chargé de la gestion de la ville. C’est ce conseil qui produit des délibérations et des comptes dans la seconde moitié du xve siècle.

14 L’étude des deux comptes a notamment consisté à entrer les différents postes de recettes et de dépenses dans un tableur Excel (une partie des données a par ailleurs été intégrée à la base de données constituée dans le cadre de ma thèse). Près de 600 entrées pour chaque compte ont été saisies. L’utilisation du tableur a ensuite permis une exploitation chiffrée des différents comptes. Les comptes XX1, XX3 et le dernier compte du registre XX2 sont en cours de saisie.

15 Nous parlons de « recette théorique » puisque tout l’argent compté dans les recettes n’est pas effectivement reçu.

16 Les recettes sont précisément de 4 053 livres 16 sous 10 deniers en 1456-1457 et 3 284 livres 16 sous 9 deniers en 1457-1458.

17 Afin de rendre le graphique plus lisible et plus pertinent, nous avons regroupé dans des grandes sections des parties qui constituaient des chapitres séparés dans les comptes. Par exemple, les rentes étaient enregistrées géographiquement, par paroisse, elles ont été regroupées. Nous avons également regroupé les dons et gratifications avec les rabais et réductions.

18 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

19 Charles VII octroie toutefois des aides, comme l’a montré Philippe Cailleux : Cailleux, Philippe, Trois paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle, op.cit., note 184.

20 Le registre XX3 permet éventuellement de les assimiler aux comptes du Domaine, comme le fait Dominique Léost : Léost, Dominique, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », Annales de Normandie, vol. 43, no 2, 1993, p. 141-153.Toutefois le regroupement de plusieurs années de compte dans les recettes et les dépenses (un seul chapitre de recettes couvrant 1488-1508 et un chapitre de dépenses couvrant la même période), ainsi que la production de ces comptes presque 30 ans après le registre XX2 invite à ne pas tirer de conclusion trop hâtive.

21 4 651 livres 1 sous et 7 deniers de dépenses en 1456-1457 pour 4 053 livres 16 sous et 10 deniers de recettes et 5 666 livres 9 sous et 8 deniers en 1457-1458 pour seulement 3 116 livres 18 sous 11 deniers de recettes. Différences obtenues en se fondant sur le tableur Excel et non sur le manque à gagner inscrit dans les comptabilités. Dominique Léost relève les mêmes ordres de grandeur : Léost, Dominique, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », art. cit, n. 10 p. 143.

22 « Pour avoir munie ce présent compte en papier et grosse par deux foys en parchemin tant pour aide de clere, papier, engue [encre] et parchemin que pour despenses faicte en le faisant, où il y a iiiixx. xii. feuillez et ce rempleres le double, a ii sous pour feuillez baillé : 10 livres. Pour toille grosse achetée par ledit receveur tant pour faire sacs a mectre l’argent de ladite recepte que pour autre grans sacs a mectre les escriptures et descherges de ce présent compte : 14 sous », ADSM, 3E1/ANC/XX1, comptes de 1447-1448, fol. 45v°. On trouve le même poste à la fin de tous les comptes des registres XX1 et XX2, la somme peut différer comme en 1457-1458 (16 livres pour la constitution et l’écriture du registre, 30 sous pour la toile servant à faire les sacs), ADSM, 3E1/ANC/XX2, non folioté. Enfin, en marge du début de chaque compte des registres XX1 et XX2, une mention a été rajoutée pour préciser que les différents papiers comptables sont reliés en liasses et conservés par la ville : « Les escriptures, quittances et descharges rendus sur ce présent compte sont enfilés en une lyace demourant devers la ville » ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté, même remarque pour les comptes de 1456-1457 et 1458-159 et pour les trois comptes du registre XX1 (fol. 1, fol 48 et fol. 111).

23 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

24 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

25 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

26 La confrontation de ces comptabilités aux comptes royaux potentiellement conservés n’a pas été effectuée car cela m’aurait entraînée trop loin du sujet.

27 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

28 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

29 ADSM, 3E1/ANC/A8, fol. 120.

30 La suite de la descritpion est tout aussi précise : « Pour estain et facon pour ce xxx2 l xl s.t.. Item pour la refacon de xiii ; des autres grans galons d’icelle ville qui estoient vieilz et qui courrent et estoient cassez et qu’il a convenu refondre, remouler et reffaire à la facon et de mese que dessus et avec deux choppines appartenant à la dite ville, pesant le tout ensemble ixxx xviii l.t. et demi au pris pour chacune livre de ladite reffacon et refonture et du dechiet de v d. pour ce iiii l. ii s. viii d. t. Item pour autre facon et refonture d’autre vaissele appartenant à icelle ville […] et pour la peine du broutier qyu a porté ladite vaissele de l’ostel de ladite ville en l’ostel de la viconté de l’eaue […] la dite premiere somme de xxxvii l. vii s. xi d. t. pour ce par mandement diceulz conseilliers donné le xxiie jour de février m. cccc. lvi. Et quittance dudit labbé escripte le xxiiiie jour de mars ». ADSM, 3E1/ANC/XX2, comptes de 1456-1457. Les délibérations et comptes sont faits en 1457 [nouveau style].

31 Il s’agit du pain « quant l’en fait les collactions et conceil pour la dite ville », ADSM, 3E1/ANC/A8., fol. 119.

32 ADSM, 3E1/ANC/A08, fol. 90.

33 ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 1, fol. 48 et fol 111 et ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, 1457-1458 et 1458-1459, non folioté. Martin Fauvel semble être receveur au moins 20 ans, puisque les comptes dont il est responsable comporte en 1447-1448 la mention « ixe compte » et en 1458-1459, celle de « xxe compte ». Isabelle Theiller avait mis en avant cette pratique : « Lorsqu’un receveur rend des comptes durant plusieurs années, il n’est pas rare qu’il les numérote. Cette numérotation ne s’applique pas à l’ensemble de la série comptable, mais uniquement à ceux rendus par ce receveur. Elle s’interrompt quand le receveur quitte ses fonctions », Theiller, Isabelle, « Structure et rhétorique des registres comptables hauts-normands à la fin du Moyen Âge », art. cit, cit. § 10.

34 ADSM, G. 47 et G. 48.

35 ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 1, fol. 48 et fol 111.Guillaume Cousinot est encore bailli pour la période 1456-1459 (ADSM, 3E1/ANC/XX2, non folioté).

36 ADSM, G. 48, fol. 10 pour la recette due à la revente des verrières aux armes anglaises, fol. 18 et 19 v° pour l’achat de verre blanc en remplacement et G. 52, fol. 146 pour l’installation quelques années plus tard de verrières aux armes de l’archevêque.

37 « « De Colette de Gragny et depuis ledit Wymyngton et de présent ledit Porée », ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté. Wymyngton est explicitement identifié comme anglais dans le tabellionnage voir Cailleux, Philippe, Trois paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle, op.cit., p.109 et 110.

38 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

39 ADSM, 3E1/ANC/XX2, comptes des années 1456-1457 et 1457-1458, non folioté.

40 Voir aussi sur ce sujet : Roch, Jean-Louis, « La crise de la draperie rouennaise a la fin du xve siècle. De la manufacture urbaine a la domination regionale », dans Arnoux, Mathieu et Flambard, Héricher Anne-Marie (dir.), La Normandie dans l’économie européenne, xiiie-xviie siècle, Caen, 2010, p. 153-178 ; Un autre monde du travail : la draperie en Normandie au Moyen Age, Mont-Saint-Aignan, 2013.

41 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

42 Léost, Dominique, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », art. cit.

43 ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 1, fol. 48 et fol 111.

44 Elle reste d’ailleurs avec les mêmes gages annuels de 12 livres par an, ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 26 v°, fol.86 et fol. 132, ADSM, 3E1/ANC/XX2, comptes des années 1456-1457 et 1457-1458, non folioté.

45 Ce dernier est rémunéré 60 sous pour un an de travail (sauf en 1456-1457, où il ne perçoit que 30 sous du fait de sa mort), ADSM, 3E1/ANC/XX1, fol. 26 v°, fol.86 r° et v° et fol. 132 r° et v°, ADSM, 3E1/ANC/XX2, comptes des années 1456-1457 et 1457-1458, non folioté.

46 ADSM, 3E1/ANC/A8, fol. 61r°.

47 Les recettes comptées mais non effectivement perçues passent de 6 % en 1456-1457 à 21 % en 1457-1458, dans le même temps, les dépenses en courtoisies, dons, réduction et rabais augmentent de 7 à 9 %.

48 ADSM, 3E1/ANC/A8, fol. 141, le détail des fermiers concernés se trouve aux fol. 146v°-148r°.

49 Léost, Dominique, « Les métiers rouennais au lendemain de la reconquête française (1449-1455) », art. cit., p. 144, note 20.

50 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

51 « en regard et consideration à la grant perte que lesdits fermiers aurient eue en ladicte ferme pendant l’année finie […] et depuis à l’occasion de la malladie de peste survenue en la dicte ville en icelle année parquoy le peuple avoit delaisse à fréquenter et habandonner icelle ville », ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

52 Dans le cas de Jehan Vaillant, victime de la peste, c’est sa femme et ses enfants qui bénéficient d’une réduction sur la ferme du courtage des laines : « A la vesve et enfants de deffunct Jehan Vaillant l’aisné en son vivant fermier de la ferme du courtage des draps appartenant à ladicte ville, la somme de vingt cinq livres […] deduicte et rabatue leur a esté par l’ordonnance et délibération […] à cause d’icelle pestilence par laquele peste mesme ledit Vaillant estoit alé de vie à trepas », ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

53 La situation exacte des différentes enceintes de Rouen fait l’objet de débats. Gauthiez, Bernard, « Les enceintes médiévales de Rouen », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1985, p. 35‑39 ; Pitte, Dominique, « Apports récents de l’archéologie à la connaissance des villes de Haute-Normandie au Moyen Âge (1975-2000) », dans Bouet, Pierre et Neveux, François (dir.), Les villes normandes au Moyen âge : renaissance, essor, crise, Caen, 2006, p. 141‑158.

54 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté, la rente est reconduite au compte de l’année 1457-1458.

55 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté. Cette rente appartenait auparavant aux héritiers de Mathieu Lenouvel, teinturier de son état.

56 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

57 L’installation du Neuf-Marché à l’ancien emplacement du Clos aux Juifs est un chantier de longue durée. Si des premiers réaménagements sont initiés dès 1429, la phase de transformation se fait à partir de 1449. Le Neuf-Marché est à nouveau déplacé à la toute fin du xve siècle. Le Clos aux Juifs et son devenir ont été longuement étudiés par Philippe Cailleux. Cailleux, Philippe, Trois paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle, op.cit., p. 129 sqq. Se reporter également à sa communication récente lors des journées du GRHIS en mai 2018 sur « le Clos aux Juifs de Rouen après 1306 ». Nous ne reviendrons donc pas ici sur l’occupation et l’évolution de l’espace en détail.

58 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 150-165r°.

59 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 160.

60 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 163v°.

61 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 162.

62 Il s’agit de pieux de bois maintenant la berge et derrière lesquels on peut amasser des cailloux pour la stabiliser.

63 ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte de 1449-1450, fol. 160r°-161.

64 En 1457-1458, Aufray Duhamel est rétribué pour « iiiixx toises de haye de berge baisse en forme d’étaluage pour soustenir les terres en plusieurs endrois de la dite rivière de Robec ou l’eaue passoit par-dessus les présentes chaussées et se perdoit hors la ville en la rue vers Carville », ADSM, 3E1/ANC/XX2, comptes de 1457-1458, non folioté.

65 Comme le montre cet exemple : « Des hoirs Anquetil Le Macon dont sont de présent tenans Jehan Dehotot au lieu de Guillaume Lalement et pour sa maison où pend l’enseigne de Notre-Dame qui fu maistre Jacques de Soteville à la porte de la Halle au blé. Le dit Dehotot au lieu dudit Lalemant pour la maison ou pend l’enseigne de la pomme couronnée et Pierre le Prevost pour deux maisons joignant ensemble d’un côté la rivière du Robec. La déguerpie de feu Jean Bourdon et pour une maison après ensuivante et la vyde place qui fut Robert du Gard joignant aux chambres le Roy et pour l’an audit termes de Saint Michiel et Pasques : ix l. xvi s. », ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté. C’est cette précision dans la localisation des différents tènements qui a permis à Philippe Cailleux de reconstituer des quartiers et des généalogies de propriétaires dans ses travaux. En effet, les comptabilités municipales rouennaises, comme vu précédemment, consacrent une part importante de leurs recettes et dépenses aux rentes : rentes perçues, dues, achetées, héritages et acquisition de biens immobiliers. Cette thématique, complexe, ne sera pas abordée ici dans ses aspects financiers et immobiliers, Philippe Cailleux y ayant par ailleurs consacré plusieurs travaux : Cailleux, Philippe, « Le marché immobilier rouennais au xve siècle », dans Bouet, Pierre et Neveux, François (dir.), Les villes normandes au Moyen Âge : renaissance, essor, crise, Caen, 2006, p. 241-266 ;  « Une maison du xve siècle, à l’angle des rues aux Juifs et du Bec », Bulletin des amis des Monuments rouennais, 1996, p. 59-62 ; « Deux notices sur des maisons médiévales rouennaises », dans Esquieu, Yves et Pesez, Jean-Marie (dir.), Cent maisons médiévales en France (du xiie au milieu du xvie siècle): un corpus et une esquisse, Paris, 1998, p. 81-89 ; Trois paroisses de Rouen, xiiie-xve siècle, op. cit. ; Eidem et Pitte, Dominique, « Une propriété de la famille Mustel : paroisse Saint-Lô, à la fin du Moyen Âge », Bulletin des amis des Monuments rouennais, 1990, p. 81-87.

66 Comme ce cellier loué en 1456-1457 : « De Laurens Baudouin, à cause du louage du cellier de dessousbz le grant cohue de l’ostel de la ville où l’on mect les commissions » ou cette étable : « De Jehan Bourret pourpointier à cause du louage d’une petite estable pour mectre son cheval par lui faict faire entre la dicte tour caillot et le porte du crucefilz. » ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1457-1458, non folioté.

67 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457 et 1457-1458, non folioté. On trouvera notamment la mention d’un jardin « clos et planté » en 1457-1458 pour la paroisse Saint Vivien, et de l’étable, propriété du pourpointier Jehan Boullet, au chapitre des recettes extraordinaires du même compte.

68 « icelui rabais ainsi fait audit [Jehan] Chandelier eu regards a ce que à cause d’icelle ferme il avoit eu procès ». ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

69 « Jehan de Pimont aagé de lx ans ou environ […] remise lui a esté par lesdits conseillers en regard à sa povreté et qu’il est juré dudit Neufmarchié où il est continuelement occupé pour le bien publique d’icelle ville, et en regard aussi que alors que lesdictes eschoppes furent refectes, il avoit une maison audit neuf marchié qui fu démoliz et abattu quel disoit lui avoir cousté plusieurs deniers et où il estoit fort endommagié », ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

70 ADSM, 3E1/ANC/XX2, compte de 1456-1457, non folioté.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits ADSM, G.72, fol.15
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Crédits ADSM, G. 2504, fol. 1
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Crédits ADSM, G. 7663, fol. 1
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Crédits ADSM, G. 7164, fol.41v°-42
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Crédits 3E1/ANC/XX2, compte des années 1457-1458
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Crédits ADSM, 3E1/ANC/XX1, compte des années 1447-1450 et 3E1/ANC/XX2, compte des années 1456-1459
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/3534/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Kucab, « Les comptabilités rouennaises conservées de la seconde moitié du xve siècle : d’une histoire de la ville à celle de la vie quotidienne », Comptabilités [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 10 janvier 2020, consulté le 18 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/3534

Haut de page

Auteur

Anne Kucab

Sorbonne université, Faculté de lettres, Centre Roland Mousnier – UMR 8596
a.kucab@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals