Skip to navigation – Site map

Responsabilité et reddition des comptes à Montpellier au xve siècle

Geneviève Dumas

Abstracts

The article will first examine the notion of accountability with the goal of understanding the expectations of the community of Montpellier in terms of public spending. We will then see how the context of production; the accounts’ mechanics and the accounting processes are inherent to the notion of financial responsibility. We will conclude by showing that public finances are an important manifestation of urban autonomy.

Top of page

Full text

1Si l’enjeu des revenus demeure crucial dans l’exercice du pouvoir urbain, celui de la gestion des dépenses est intimement lié à la notion de bien public qui la rend légitime et fait l’objet d’une attention plus minutieuse de la part de la communauté urbaine. C’est parce que les consuls sont perçus comme étant redevables face à la population que l’allocation des fonds publics a pu parfois causer des revendications, voire des révoltes, dans l’espace communal. Une première partie de cet article concernera la notion de responsabilité financière à Montpellier et une deuxième partie procédera à l’analyse de la comptabilité urbaine, du contexte de production de ses témoins, finalement des processus comptables qui les rendent nécessaires.

1. « Imputabilité » et responsabilité financière

  • 1 Sabapathy, John, « A Medieval Officer and a Modern Mentality, Podestà and the Quality of Accountabi (...)
  • 2 Voir Bisson, Thomas N., The Crisis of the Twelfth Century: Power, Lordship, and the Origins of Euro (...)
  • 3 Ibid, p. 322-336.

2Dans un article de 2011, John Sabapathy examine la notion d’« accountability » comme concept opératoire pour faire l’histoire des institutions médiévales1. Le terme anglais accountability ne trouve malheureusement pas d’équivalent français. On le traduit généralement par « responsabilité » mais comme le souligne l’auteur, ce terme renvoie à des vertus et à des fonctions beaucoup plus larges que son pendant anglais. Une traduction plus adéquate serait sans doute « imputabilité » si la langue française nous autorisait à l’utiliser en ce sens, ce qui n’est pas le cas. Toutefois, cela entraîne une imprécision du langage et une ambigüité qui permet mal d’en comprendre la sémantique. Le concept d’accountability est devenu un topos de la littérature de langue anglaise sur la gouvernance dans son usage moderne comme dans son application historique2. Thomas N. Bisson en a fait un chapitre important de son ouvrage, The Crisis of the Twelfth Century, et montre que la notion se transforme au courant du xiie siècle pour passer d’une imputabilité de fidélité (féodale) à une imputabilité de fonction (administrative) directement liée à l’expansion dynamique de la fiscalité à partir du milieu du xiie siècle3. Il en fait un des plus puissants moteurs du développement des gouvernements modernes.

3Le néologisme pourrait nous être utile pour examiner la nécessité de rendre des comptes dans les communautés urbaines médiévales françaises d’autant plus qu’il dérive étymologiquement du mot « account » qui signifie compte. Ainsi, pour les besoins de cet article, je parlerai « d’imputabilité » dans le sens de l’accountability anglaise.

  • 4 Bisson, Thomas, The Crisis, op. cit., p. 53.
  • 5 Crescenzi, Victor, « Il sindacato degli ufficiali nei comuni medievali italiani », dans L’educazion (...)
  • 6 Ibid., p. 500.

4Dans tous les cas, l’imputabilité appelle la nécessité d’une vérification, d’une enquête, d’une confrontation, souvent représentée, dans le cadre de la gestion de la comptabilité/de la fiscalité, par l’audition des comptes qui revêt un sens administratif et judiciaire mais aussi un sens hautement politique et symbolique. Les cités-états italiennes utilisaient le terme « sindacatio » comme mécanisme de contrôle de l’activité des officiers communaux qui incluait et parfois même se limitait à la reddition des comptes par les podestà au terme de leur mandat4. Victor Crescenzi, dans un long et bel article, rappelle les cadres fluctuants de l’exercice et conclue que l’expansion de ce mécanisme de contrôle des élus urbains italiens aux xiie et xiiie siècle résulte d’une capitalisation de la responsabilité urbaine5. Toutefois, le contrôle de l'activité des fonctionnaires ne se fait pas dans le but de vérifier la légitimité de leurs actions mais afin de protéger la classe ou l’alliance des individus qui dirige la ville6. Pour autant, il s’agit d’une étude qui centre l’analyse, comme beaucoup d’autres l’ont fait, sur les aspects juridiques du contrôle communal. On ne peut certes pas faire l’économie des aspects légaux qui sont reliés à la nécessité de rendre des comptes. Mais, dans un ouvrage plus récent, John Sabapathy, déjà mentionné, propose quelques jalons supplémentaires pour mesurer l’imputabilité qui permettent peut-être de cerner davantage ses contours.

  • 7 Sabapathy, John, Officers, op. cit., p. 21-22.

5Il suggère d’abord de poser un certain nombre de questions fondamentales dont les deux premières, à mon sens, sont opératoires ici. La première question est « à qui est-on redevable ? » La deuxième est « quelle est la dynamique, la texture du conflit qui conduit à l’institutionnalisation de l’imputabilité ? »7

  • 8 On constate que cette pratique subsiste jusqu’à la toute fin du xive siècle, moment où la charge s’ (...)
  • 9 Lesné-Ferret, Maïté, « Démocratie et désignation des consuls », Excerpiones iuris, 2000, p 389-401 (...)
  • 10 Fabre, Ghislaine et Lochard, Thierry, Montpellier, la ville médiévale, Montpellier, 1993, p. 112. S (...)
  • 11 Voir Chastang, Pierre, « L’émergence et l’affirmation du consulat au xiiie siècle », dans Amalvi, C (...)

6À Montpellier, l’officier en charge des comptes porte pour ce mandat le titre de clavaire, c’est-à-dire prosaïquement « garde de la clef », sous-entendu « des coffres ». Il s’agit souvent d’un des douze consuls, généralement le second8. Il est toujours issu du milieu des marchands, les métiers de drapiers, de poivriers et armateurs fournissaient ce second consul selon un système d’élection urbaine fondée sur sept échelles9. Cette division en sept n'est d'ailleurs pas fortuite ni arbitraire ; il y a sept échelles parce qu'il y a sept jours dans une semaine. D'où le caractère « militaire » de ce système, puisqu'à chaque jour de la semaine est assigné une échelle qui devait faire le guet des murs et des portes de la ville. Il n’est pas anodin de rappeler qu’à Montpellier, la première expérience de sociabilisation politique s’est manifestée dans la construction de la muraille. L’institution de la « commune clôture » en 1196 qui donne entière juridiction à sept administrateurs, les « seigneurs ouvriers », préfigure l’avènement du consulat urbain dont l’existence juridique se précise entre 1204 et 120610. En 1204, le seigneur de la ville par mariage avec Marie de Montpellier, Pierre II, approuve une charte de statuts de 123 articles11. Douze hommes probes sont finalement désignés en 1206 pour prendre la charge de la gestion de la ville.

  • 12 Voir à ce sujet, Galano, Lucie, Montpellier et sa lagune. Histoire sociale et culturelle d’un milie (...)
  • 13 À partir de la fin de 1350, à la suite du passage de la ville au royaume de France, ces offices, dé (...)
  • 14 « À Jauffre, argentier pour tailler le sceau de l'an 57 que le sous-clavaire appose », Archives de (...)

7Au terme de leur élection, donc dès le début de leur mandat, ces douze consuls élus déléguaient une partie de leur charge à des sous-comités, trois corps administratifs qui les soutenaient dans leur charge : les ouvriers de la commune clôture qui s’occupaient du maintien de l’enceinte et des douze pans de chaque côté de celle-ci, les quatorze de la chapelle chargés de lever les impôts et d’en dresser les compoix et finalement, les consuls de mer, d’outre-mer et les consuls des marchands navigants, qui veillaient au grand commerce et à l’entretien des infrastructures portuaires de Lattes12. On procédait dans la foulée à la désignation du bayle, représentant du seigneur qui siégeait un an à la baylie, laquelle employait aussi un clerc notaire, un juge et un viguier13. L’administration urbaine demandait une main d’œuvre consulaire minimale. À gages fixes, le consulat employait un notaire et un greffier, des écuyers, des ménestriers, un clavaire et un sous-clavaire qui était chargé d’apposer le sceau14. Ce groupe d’individus cimentés par des alliances familiales et marchandes assurait la gouvernance de la ville pour un an.

8Telles se présentent les choses au début de l’existence communale, à partir de l’institution du consulat entre 1204 et 1206 et jusqu’au milieu du xive siècle. Malheureusement, de cet âge d’or de l’autonomie urbaine, ne subsiste aucun registre de comptes. Le premier registre conservé date de 1357, après que la ville ait quitté la tutelle du royaume de Majorque. En effet, en 1349, Jacques III de Majorque, ruiné, avait vendu ses derniers droits sur la ville à Philippe VI de Valois. Elle passait ainsi directement au royaume de France et dans le giron centralisateur des Capétiens, beaucoup plus interventionnistes que leur pendant aragonais ou catalan.

  • 15 Voir l’article de Pierre-Joan Bernard et Xavier Bach dans ce numéro.

9La forme particulièrement soignée de ce premier registre, qui se présente presque comme un manuscrit d’apparat, a retenu l’attention des historiens. Pour certains, elle tiendrait à des événements qui antidatent ce troc d’une vingtaine d’années. Pour d’autres, le registre aurait pu être destiné à la chambre des comptes et destiné à l’appréciation du roi15. En voici quelques folios pour donner une idée de la forme aboutie que prend ce registre.

Figure . Registre du clavaire, 1357

AMM, Joffre 845, frontispice

Figure . Registre du clavaire, 1357

AMM, Joffre 845, fol. 30vo-31

10Le soin avec lequel a été préparé ce document, son niveau d’exhaustivité, les techniques comptables très visibles qu’il comporte (report de la somme sur chaque page, conversion des monnaies pour chacune des entrées, quadrillage au plomb en colonne), font de ce manuscrit un document paradigmatique de la comptabilité médiévale. Paradoxalement, c’est le seul registre de compte à Montpellier qui présente ces particularités. Tous les autres livres d’audits, dont deux du xive siècle et une dizaine pour le xve siècle n’atteignent jamais, même de loin, la propreté et la minutie comptable de ce registre. J’aurai l’occasion d’y revenir.

  • 16 Combes, Jean, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du xive (...)

11Si ce document fait figure de modèle, c’est qu’il est souvent associé à des événements qui se sont produits dans les années 1320, bien avant le passage de la ville à la couronne de France. Le climat conflictuel qui s’installe alors aboutit en 1323 à une révolte populaire où des habitants de Montpellier se sont conjurés pour obliger les consuls à produire une vérification des comptes sur les vingt dernières années. Cette série d’événements n’est pas passée inaperçue : elle a été analysée dans plusieurs contextes, qui des révoltes urbaines (Combes), qui des principes de gouvernance et de droit (Rogoziński) qui de l’expertise (Chastang)16. Je renvoie à ces fines analyses sur lesquelles je rebondis. Je l’examinerai pour ma part à l’aune de l’imputabilité, car ces événements illustrent tangiblement cette notion et nous permettent d’avoir une idée de la tenue des comptes avant 1357.

  • 17 AMM, Louvet 3507 (Armoire G, cassette 7), 6 décembre 1323. Castet, Ferdinand, et Berthelé, Joseph ( (...)
  • 18 AMM, Louvet 648 (Armoire B, cassette 4), 7 juin 1267.
  • 19 Sur l’impôt proportionnel et sa prééminence dans l’espace méditerranéen, voir, Gouron, André, « Doc (...)
  • 20 Biget, Jean-Louis, « Gestion de l’impôt dans les villes (xiiie-xve siècle) : essai de synthèse », d (...)
  • 21 AMM, Louvet 3513-3515 (Armoire G, cassette 7), 16 décembre 1325. Rogonzinski, Jan, Power, Cast and (...)
  • 22 AMM, Louvet 3523 (Armoire G, cassette 7), 1326. Le comité étaient constitué de Hugues de Stacion, l (...)

12Le consulat ayant voulu lever un impôt basé sur la fortune pour rembourser ses dettes au roi, des habitants de la ville vitupèrent contre cette manœuvre fiscale17. Non que cette forme de ponction ad solidum et libram ait été inédite. Elle était attestée dans les statuts de 1204 et avait déjà été utilisée en 1267 pour financer un projet d’aqueduc18. Les conjurés estimaient plutôt que les coffres étaient pleins et que les consuls n’avaient nul besoin de lever cet impôt19. C’est du point de vue de la légitimité des impositions que s’élevaient les contestations. La ville de Montpellier réunissant deux enclaves seigneuriales, Montpelliéret dite « part antique » au roi de France, et Montpellier au roi de Majorque, les pressions fiscales se répercutaient sur les finances urbaines car les villes servaient d’agents de prélèvement pour l’état20. Mais, plus tangiblement, les populaires visaient la mise en place de mesures systématiques d’audit pour contrôler les pratiques comptables des consuls. L’amiable composition intervenue entre les parties en 1323 et pilotée par le Sénéchal de Beaucaire, Guy Crevier, et le lieutenant du roi de Majorque, Pierre Chalon, instituait un comité ad hoc qui devait s’ajouter au traditionnel « quatorze de la chapelle » pour examiner six livres de compte. Cet audit n’avait toujours pas eu lieu en 1324 et une émeute éclata au terme de laquelle les conjurés formèrent un parti officiel appelé Syndic du peuple qui gagna graduellement en légitimité puis en légalité21. Les consuls ne pouvant plus faire reculer l’échéance de l'inspection des comptes, on entreprit de trouver des examinateurs acceptables pour les deux parties. Le 14 octobre 1326, ce comité de vérificateurs mis sur pied par Alphonse de Castille et qui incluait des représentants de toutes les parties impliquées procédait enfin à la vérification des livres commençant en 1303 et couvrant donc 23 années22.

  • 23 Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 388-89.

13L’audit a laissé un document d’expertise de 21 parties qui détaillent les malversations comptables qu’on y a décelées. Les cas de mauvaise gestion sont divisés en deux catégories. La première concerne les dépenses jugées « sans motif raisonnable » (sine causa rationabili) en regard du bien commun, le plus souvent sous forme de présents offerts à des personnages haut placés. La deuxième catégorie concerne surtout des dépenses qui apparaissent douteuses au Syndic des populaires et contraires au bien commun, telles que des dépenses somptuaires de banquet, de chevauchée et autres rituels onéreux. On y inclut ce que l’on considère comme des dépenses excessives de remboursement des ambassades et des voyages de représentation. L’expertise comptable est extrêmement détaillée et suppose des calculs parfois complexes impliquant la conversion de monnaie courante, le calcul des prix annuels, le calcul de la production, comme en témoigne l’examen des revenus tirés du bois de Valène pour l’année 130423.

Figure . Reddition des comptes commencée le 14 octobre 1326 à partir de l’année 1303

AMM, Armoire G, cassette 7, 1326

14Le conflit prend fin en 1331 alors que les consuls obtiennent le droit de lever des impôts sans avoir à en obtenir l’autorisation du roi de France. Malgré l’expertise réalisée, l’acte consacre la défaite des populaires par la dissolution du Syndicat du peuple.

15« Touchant les moutures et autres impositions que les Populaires voulaient faire abolir ou réduire à un certain estat, – attendu qu'elles ont été mises pour un bien public et pour supporter les charges de la Ville, et du consentement de toute la Communauté […] elles demeureroient en l'estat qu'elles estoient, jusqu'à ce que les debtes de la Communauté fussent paiées.

  • 24 AMM, Louvet 3547 (Armoire G, cassette 7), 5 octobre 1331 – notice de l’Inventaire du grand Chartrie (...)

16Et touchant les Comptes des Consuls qui seront à l'advenir, afin qu'il n'arrive plus aucun scrupule ou sujet de discorde, fut ordonné que, dans les Livres de la Claverie et autres qu'on feroit sur l’imposition et réception des tailles, on eut à y spécifier les receptes et les despences avec la cause24 ».

  • 25 Le sujet a donné lieu à une riche tradition historiographique que l’on ne peut pas détailler ici. O (...)
  • 26 Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 378. On verra plus loin, à que (...)

17Cette affaire permet de faire quelques constatations initiales et générales concernant les horizons d’attente de la population face à la gestion des fonds publics. De l’expertise effectuée, on pourrait dégager que les exigences sont élevées eu égard à la délicate question du bien public revendiqué et par le Syndic du peuple comme par le consulat. Il faut rappeler qu’à la même époque autour du milieu du xive siècle, plusieurs villes du Midi de la France vivent de pareilles révoltes fiscales25. Si la révolte de Montpellier en 1323-31 met en scène les luttes de pouvoir qui opposent les populaires à des familles oligarchiques dont le joug se perpétue d’année en année sous les chaperons des consuls, les insurgés ne proviennent pas des métiers les plus humbles mais représentent une partie de l’oligarchie urbaine laissée pour compte dans la gestion des finances publiques. En outre, se dégage, comme le signale Pierre Chastang que « cet encastrement de la comptabilité des clavaires dans les rapports politiques et sociaux qui structurent et divisent l'universitas rend par conséquent inopérante toute approche étroitement fonctionnaliste de ce type documentaire26 ».

  • 27 La ville bénéficie, en effet, de plusieurs tribunes pour faire valoir ses privilèges. Les États-Gén (...)
  • 28 Dumas, Geneviève, « Un registre de comptes à Montpellier au xve siècle : nouveau regard sur l’organ (...)

18Toutefois, ce que le syndicat du peuple voyait comme des malversations surtout au titre des dépenses indues étaient monnaie courante (sans jeu de mots) et faisaient partie du « business as usual » de la ville. Les ambassades, les frais de représentation continuent d’être une part congrue des dépenses de la ville, surtout à partir de la passation au domaine royal en 1349 qui oblige un dialogue multiforme entre la ville et le roi, dont les ambassades ne sont qu’une des expressions officielles27. Par exemple, en 1403-1404, ces dépenses, accusées d’être « somptuaires » par les insurgés, représentaient 722 livres tournois sur les 1 726 livres de dépenses totales de la ville28.

  • 29 Rigaudière, Albert, « Le contrôle de l’exercice comptable des consuls sanflorains » dans Menjot, De (...)
  • 30 « Lever de l’argent, mais pour quoi faire ? Le problème financier débouchait très vite sur le probl (...)

19Au titre des questions posées, on comprend que pour le Syndic du peuple, les consuls sont redevables à l’universitas et on aimerait les astreindre à plus grande transparence alors que les consuls se sentent plutôt redevables aux membres d’une élite urbaine particulièrement restreinte : « Riche de ses deniers, influente de ses fonctions, forte de sa position sociale et fière de son destin [qui] fait de la gestion de la ville et de ses finances son affaire propre »29. Quant à la dynamique, la texture du conflit qui conduit à l’institutionnalisation de l’imputabilité, elle s’articule autour de la revendication d’une participation élargie à l’administration urbaine. Même si les populaires proviennent de la même catégorie sociale que les consuls, c’est-à-dire, des grands marchands, visiblement une partie seulement d’entre eux se partageaient les charges consulaires. En cela, les incidents de 1323 sont tout à fait en phase avec l’ensemble des révoltes fiscales à l’origine de la mise en place de mécanismes de contrôle des finances urbaines dans bien des villes du Midi de la France mais qui toutes ou presque comportaient des dimensions politiques30.

  • 31 Voir Rigaudière, Albert, « Donner pour le Bien Commun et contribuer pour les biens communs dans les (...)
  • 32 « On constate que dans les dépenses des cités ibériques et languedociennes à la fin du Moyen Âge, l (...)

20Pour autant, l’implication très rapide du Sénéchal de Beaucaire, représentant du pouvoir capétien dans cette affaire, ainsi que du lieutenant de la couronne d’Aragon achève de concrétiser la mainmise des pouvoirs royaux sur la gestion financière des communes. Il ne faut donc pas oublier qu’on est redevable au seigneur lequel est bien le premier à légitimer son rôle dans l’enrobage douillet du concept de bien public31. À Montpellier, les deux pouvoirs seigneuriaux, surtout celui du roi de France, en ont récolté les fruits32.

  • 33 C’est aussi l’avis de Pierre Chastang. Voir, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 377

21En termes concrets, si les livres expertisés ne nous sont pas parvenus, les répercussions de l’expertise se décèlent bel et bien dans la comptabilité qui nous est parvenue à partir de 1357 et dont le registre Joffre 845 constitue un apex. S’y déclinent les recettes, les dépenses et les causes, à l’instar des recommandations de l’acte de 1331 mentionné plus haut. On pourrait, certes, voir la minutie et l’apparat du registre de 1357 comme le résultat direct de ces admonitions mais il semble difficile de croire que la ville ait attendu 26 ans pour ce faire. Que le registre Joffre 845 soit soigné est manifeste dans le nombre et la précision des rubriques. Son caractère « narratif » tient peut-être davantage du fait que les délibérations municipales n’étant pas consignées à Montpellier avant 1360 : les livres d’audit auraient pu servir à fixer la mémoire des décisions prises par le consulat33. Pour autant, le manuscrit CC846 qui lui succède de quelques décennies a perdu ce caractère, il contient sensiblement le même nombre de rubriques mais dans une structure différente, donne beaucoup moins de détails et surtout, est d’une écriture bien moins soignée. Ceci amène à se pencher sur la forme que prennent les différents exercices financiers à Montpellier car cette comptabilité urbaine revêt une multitude de formes qu’il convient d’examiner pour comprendre à qui l’on doit répondre de l’éthique financière urbaine.

2. La fabrique des comptes à Montpellier et l’organisation des finances publiques aux xive et xve siècles

  • 34 Mattéoni, Olivier, « Introduction », dans Mattéoni, Olivier et Beck, Patrice (dir.), Classer, dire, (...)
  • 35 À l’appui de cette diversité, on verra les nombreuses contributions dans Mattéoni, Olivier et Beck, (...)
  • 36 On consultera la contribution de Romain Fauconnier dans ce collectif.
  • 37 Inventorié une première fois en 1662 par François Joffre, l’archiviste Maurice Oudot de Dainville l (...)

22L’histoire des comptabilités telle qu’elle se présente à ce jour montre, à peu près partout, une graduelle systématisation des efforts de clarification aboutissant à une forme à peu près standardisée à la fin du xve siècle34. Cette rationalisation n’est pas monolithique. Elle est affectée d’une grande disparité régionale et temporelle mais elle constitue une droite de tendance considérée, de façon bien déterministe, comme inéluctable35. À Montpellier, les sources comptables conservées aux Archives de la ville de Montpellier se présentent sous divers types de documents qui répondent chacun à un impératif comptable différent et qui évoluent dans le temps, selon des paramètres qui n’ont pas toujours pour corolaire une meilleure numératie36. Les documents comptables tiennent leur logique de la dynamique des finances publiques qui se manifestent en flux de revenus et en flux de dépenses. On analysera ici les finances publiques en termes d’imputabilité par le biais des dépenses consulaires. En utilisant les témoins de cette activité que sont les documents comptables conservés aux Archives municipales de Montpellier dans le fonds du Greffe de la maison consulaire37, on examinera l’exercice comptable étape par étape pour s’attarder à la délicate question des dépenses.

23Au-delà de la simple mécanique des comptes, les documents comptables de Montpellier sont les témoins d’un processus. Ils révèlent les contours d’un contexte de production qui a généré une forme particulière de « scripturalité ». Face à ces divers témoins de la comptabilité urbaine, le premier réflexe est de tenter de faire des concordances entre tous ces documents, de recouper les entrées, d’additionner les dépenses. Malheureusement, la logique comptable des clavaires et des notaires du Montpellier médiéval ne correspond pas à nos attentes actuelles. D’autant plus que les aléas de la conservation ne rendent pas l’exercice facile. On a très rarement tous les registres nécessaires pour une même année. À l’intérieur d’un même registre, même dans l’emblématique Joffre 845, les sommes totales ne sont pas toujours cohérentes. Les changeurs étaient souvent clavaires et ils se livraient à des conversions monétaires fréquentes et ponctuelles dont on ne peut que laborieusement suivre le cours. Bien entrevoir toute la chaîne des dépenses exige de se tourner vers le notaire.

2.1 La part du notaire

2.1.1 Le budget prévisionnel

  • 38 On connaît bien ce notaire pour ses quatorze années de service au consulat ainsi que par le « livre (...)
  • 39 AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 6 ro.
  • 40 AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 14.

24D’emblée, il faut rappeler le rôle central du notaire du consulat dans la gestion des affaires de la ville. En 1408, le notaire Jean du Pin, au début de son mandat consulaire, avait dressé un document sous forme de budget prévisionnel38. Au recto, on y trouve « Aysso son las messions (dépenses) de l’ostal del cossolat », le verso est intitulé « les deutes del cossolat »39. Possiblement l’année suivante mais ce n’est pas sûr, le clerc du notaire, ou peut-être le clavaire, avait produit un document semblable intitulé aussi « Aisso las messios de l’ostal del cossolat »40. On voit consignées dans ces deux documents, dont les entrées sont presqu’identiques mais pas les montants, les dépenses courantes auxquelles les consuls majeurs entrants avaient à faire face au cours de leur mandat d’un an. En voici, dans les tableaux suivants, les postes budgétaires.

Figure 4. Tableau des dépenses du consulat en 1408

Poste budgétaire

Montant en livres

1. Pour le robes et gages des six consuls

240

2. Pour le notaire (Jean duPin), ses gages et ses robes

140

3. Pour le greffier (Johan de Cornihla), ses gages et ses robes

74

4. Pour les deux chapelains, sept cannes de drap et cinq livres en argent

22

5. Pour les robes des huit écuyers, pour leur gages et leurs […]

260

6. Pour les deux bedeaux du clocher de Notre-Dame des Tables, leurs gages et leurs robes

60

7. Pour les robes et gages des ménestriers

45

8. Pour ceux qui tiennent en bon état la fontaine de Saint-Berthomieu

6

9. Pour les docteurs, avocats et procureurs tant de cette ville que de la cour de Paris […] et pour les parchemins, lettres, sceaux, presses et autres écritures

200

10. Pour les pensions des maîtres de grammaire et de logique

32

11. Pour les charités accoutumées

95

12. Pour livres, papiers, parchemins, torches et cire

20

13. Pour les aumônes, dons, présents à grands seigneurs et services messagers et autres dépenses extraordinaires qui surviendront dans l’année

200

14. Pour les réparations de l’hôtel de Caravètes et du four de la rue des Bayes, qu’il est nécessaire de réparer et qui montera à plus de

100

15. Pour le salaire de Jaquela, femme qui tient un enfant et que les consuls font nourrir

10

16. Pour les gages du clavaire

60

17. Pour les seigneurs ouvriers

300

Figure 5. AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 6

Figure 6. Tableau des dépenses du consulat c. 1409

Poste budgétaire

Montant en livres

1. Pour le robes et gages des six consuls

240

2. Pour Jean du Pin notaire, ses gages

140

3. Pour Maître Johan de Cornihla, ses gages

74

4. Pour les deux chapelains

22

5. Gages et robes des huit écuyers

260

6. Pour les deux bedeaux du clocher de Notre-Dame des Tables

65

7. Pour les robes et gages des ménestriers

45

8. Pour ceux qui tiennent en bon état la fontaine de Saint-Berthomieu

6

9. Pour les gages du clavaire

60

10. Pour les affaires du consulat

50

11. Aux procureurs de Paris et de Neuze  

50

12. Pour les clercs du commun à Montpellier

100

13. Pour les pensions des maîtres de grammaire et de logique

32

14. Pour les charités

85

15. Pour livres et papiers

20

16. Pour les réparations de Valène et de Saint-Lazare

250

17. Pour les nourrices des enfants

15

Somme

1 504*

18. Pour la dette de (sic) à Gilet Delboy

670

19. Pour les seigneurs ouvriers

300

20. Pour le prêt que doit la cour

800

Somme

1 770

Somme totale

3 274

* Le scribe, qu’il soit clerc ou clavaire se trompe, la somme est de 1 514 mais il totalise les deux totaux et arrive à la somme de 3 274 qui devrait être 3 284.

Figure 7. AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 14

  • 41 Dumas, Geneviève, « Un registre de comptes de Montpellier…. », art. cit.
  • 42 AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 6 ro. Le montant a été arrondi.

25Ces dépenses et leurs importances respectives correspondent assez bien à l’exercice comptable que j’ai analysé pour l’année 1403-1404 qui, malgré les circonstances désastreuses du tournant du xve siècle, montre les consuls s’acquitter, certes, difficilement, de ces dépenses courantes41. Car, à ces annuités s’ajoutaient les dettes et les arrérages. Le document cité plus haut qui en fait état, mentionne d’abord les prêts consentis aux consuls par les marchands qui avaient permis de payer la taille royale en 1405, et pour lesquelles le notaire ne reporte aucun montant. Le document cite encore quelques dettes à des particuliers, notamment un certain Jean Courval pour une transaction s’étant déroulée entre les consuls de l’année précédente et ceux de l’année en cours et à qui l’on doit 200 livres. Le total des dettes chiffrées montait à 1 650 livres42. Ainsi, dès l’élaboration du budget prévisionnel, le notaire du consulat dispose d’un rôle central dans l’organisation des finances publiques. Par ailleurs, ce rôle se confirme à chaque étape de la production d’une documentation qui devait témoigner de l’éthique des finances, gérées par les consuls.

2.1.2. Le commandement de paiement

  • 43 Archives de la ville de Montpellier, Documents comptables, tome XI, Montpellier, 1960 (désormais, I (...)
  • 44 Voir Inventaire, tome VIII, p. VIII.

26Selon ces prévisions et ces contraintes, le consulat émettait des commandements de paiement. Bien que ces commandements aient engagé les finances publiques, ils ne faisaient pas partie des points débattus lors des délibérations élargies du conseil de ville et relevait sans doute de ce qu’on appelle le conseil secret ou restreint dont peu de procès-verbaux ont subsisté. On entrevoit le déroulement de ces délibérations de paiements dans un document inventorié par Maurice Oudot de Dainville qu’il a intitulé « Denier de la chair 1468-1469 ». À cette occasion, les consuls assemblés exigent du fermier du denier par livre de chair, Lazarin d’Andrea, de prendre cet argent pour engager un certain nombre de sommes pour des réparations de tours et de ponts, ainsi que pour dédommager les hôteliers qui ont hébergé les gens d’armes en route vers la Catalogne43. Ces commandements se font en salle de la claverie et ils sont enregistrés par le notaire Jean Alegrand. Ces commandements étaient inscrits dans des livres de commandements et quittances qui se présentaient sous diverses appellations : Liber recongnitionum, liber quittancie, liber preceptorum, libre de recongnoissansas de la clavarie44.

  • 45 Voir l’article de Xavier Bach et Pierre-Joan Bernard sur la diglossie qui caractérise la conservati (...)

27Ces registres sont des codex de 150 x 210 millimètres et ils sont organisés comme des registres d’actes notariés. La plupart commence par un énoncé donnant l’année, la liste des consuls, le nom et métier du clavaire, le nom du notaire et sa signature. Car, bien que ces livres soient dits « du clavaire », ils sont tenus par le notaire du consulat et préparés en latin et en occitan45.

Figure 8. AMM, Joffre 555, fol. 1

28On doit y trouver le commandement de la dépense par le consulat, la reconnaissance ou « confession » (confiteor) que celui-ci doit bien les sommes et, ultimement, la quittance délivrée par la personne qui a été payée. Or, on y cherchera en vain toute forme de standardisation. Certains livres n’enregistrent que les commandements.

Figure 9. AMM, Joffre 550 fol. 8

29D’autres consignent commandements et quittances à la suite.

Figure 10. AMM, Joffre 552, fol. 1vo-2.

30On peut aussi trouver les commandements en début de registre et les quittances à la fin.

31Malgré l’inconstance de leur forme, ces registres nous livrent le plus grand nombre de détails concernant les dépenses car ils indiquent souvent pourquoi la somme est due et dans quelles circonstances la dépense a été faite. Il ne s’agit pas ici d’un exercice comptable mais bien d’un exercice juridique. Dans une région où toute transaction est soumise à la rédaction d’un acte notarié, on doit garder une trace des commandements comme des quittances en juridiction gracieuse pour éviter au consulat toute contestation juridique.

32Il est plus difficile de connaître exactement dans quelles circonstances se faisait le paiement réel. Les commandements et quittances sont consignés à des intervalles réguliers mais certainement pas tous les jours. Certains livres enregistrent les entrées tous les trois ou quatre jours, certains montrent des intervalles plus longs, parfois des mois. C’est que l’enregistrement des paiements représente une mécanique plus lourde. Il suppose que le notaire soit présent pour dresser les actes. L’enregistrement se fait dans la claverie en présence du clavaire, d’un nombre inégal de consuls et d’au moins deux écuyers ou ménestriers qu’on a préalablement sonnés ou de tout autre individu disponible sur l’instant, pour servir de témoins. Il peut s’agir de marchands qui ont enregistré un paiement la même journée. Cette lourdeur administrative explique sans doute que, parfois, on doive attendre un certain temps avant de réunir toutes les conditions nécessaires. Sans réel systématisme, on semble le faire plus régulièrement au xve siècle. Les dépenses, bien sûr, ayant augmenté, il fallait peut-être procéder aux enregistrements de paiements de façon plus régulière.

2.1.3. Les registres de notaires

  • 46 Une partie de ces délibérations sont inventoriées au tome VII des inventaires, p. 61-65.
  • 47 Sur ces minutiers et les notaires qui en sont responsables, voir Chastang, Pierre, La ville, le gou (...)
  • 48 Voir, par exemple sur les travaux effectués pour l’entretien des fontaines : Dubé, Catherine et Dum (...)

33Par ailleurs, c’était bien souvent le notaire qui rappelait aux consuls de faire le commandement de payer au clavaire. Car le notaire produit quantité de sources documentaires qui sont autant d’aide-mémoire servant à garantir de la probité de la gestion des finances publiques par le consulat et qui témoigne par là-même du processus comptable. Tout d’abord, le notaire garde une autre preuve de toute transaction dans des « livres du consulat » qui constituent une source d’information supplémentaire à une partie des dépenses. D’une part, quelques registres incluent des procès-verbaux des délibérations du conseil élargi du consulat : si l’on y débat rarement des dépenses courantes, les investissements ponctuels y sont souvent amenés et parfois longuement débattus46. Ils intègrent tous certaines des transactions engagées, en particulier celles qui ont donné lieu à des ventes, des achats, des transferts de redevances etc. Toutefois, ces minutiers concernent un très grand nombre de transactions, lesquelles n’ont pas toujours de rapport direct avec la comptabilité urbaine. D’une part, on y trouve, en effet, des statuts, des enregistrements de maîtres de métier, des actes concernant les monnaies, les affaires concernant Notre-Dame des Tables, en bref, tout ce qui requiert un acte juridique impliquant de près ou de loin le consulat47. D’autre part, les actes peuvent concerner un aspect des dépenses consulaires sans donner la totalité des budgets qui leur avait été alloué. C’est par exemple le cas des nombreuses réparations effectuées sur les infrastructures urbaines comme les fontaines, les routes ou l’horloge de la ville48. On trouvera, par exemple, l’acte notarié du paiement des ouvriers mais il n’inclura pas nécessairement les autres sommes fournies. Les registres des notaires sont donc très utiles mais ils ne donnent pas tout.

  • 49 Certaines pièces sont restées attachées aux registres notariés d’où elles proviennent. Les autres s (...)
  • 50 On remercie Lucie Laumonier et le service des Archives municipales pour s’être livrés à cette index (...)

34Manquent souvent les pièces essentielles que sont les factures détaillées des fournisseurs, les listes de prix, les commandes, les calculs rapides de sommes, les reçus. Ces pièces justificatives se présentent souvent sous forme de feuilles volantes que le notaire gardait dans la bourse de son registre annuel. À Montpellier, une partie de ces papiers a été, à un moment que nous ignorons, séparée pour être conservée sous le nom de « pièces extraites »49. Ce n’est que tout récemment que ces pièces extraites ont fait l’objet d’une indexation systématique50. Pour autant, ne subsiste qu’une infime partie de celles-ci.

Figure 11. AMM, Livre de dépenses 1463, CC non coté, bourse du registre

  • 51 Dumas, Geneviève, « Le livre de mémoires des notaires Bertrand Paul (1397-1400) et Jean du Pin (140 (...)
  • 52 Je tiens à préciser qu’il avait bien été identifié lors de l’indexation des pièces extraites par Lu (...)

35Enfin, le notaire du consulat réalise un « livre de mémoires » dans lequel il note les transactions qui doivent être mises en œuvre. C’est essentiellement grâce à cet outil documentaire que le notaire est à même de rappeler aux consuls, comme il a été dit, les paiements qui doivent être émis et qui sont retranscrits par la suite dans les livres de commandements et de quittances. La mécanique comptable se trouve admirablement éclairée lorsque l’on possède un « livre de mémoires » du notaire. J’ai déjà exploré cette question dans un article et lors d’un précédent colloque à Montpellier sur l’identité des villes51. À l’époque, je n’avais trouvé que deux séries de livres de mémoires et avait analysé le premier, celui des notaires Bertrand Paul et Jean du Pin allant de 1397 à 1419. Un autre plus volumineux conserve les mémoires de cinq notaires allant de 1491 à 1519. Ces deux livres de mémoires avaient été inventoriés dans le tome XI des inventaires des Archives de la ville de Montpellier. Lors de notre dépouillement des comptes, nous avons trouvé un autre livre de mémoire, celui du notaire Nicolas Cordelier, commençant en 1484 et finissant en 148952.

36La confrontation de ces sources notariales, livre de mémoire, livre de quittance et pièces extraites, nous permet de reconstituer la mécanique des finances publiques des années 1484-1486. On donnera deux exemples sur une panoplie, tout en spécifiant que si l’on trouve concordance entre les différentes sources, on ne trouve pas de concordances pour toutes les pièces, loin de là. Le premier exemple est le cas d’une dépense au profit d’un frère mineur dont on a le rappel de faire le commandement, qui comprend le dit commandement et la quittance, ainsi que la pièce justificative.

Figure 12. Confrontation des entrées du Livre de mémoires de 1486, du Livre de commandements et de quittances de 1486 et de la pièce extraite du registre notarial de 1486

Source

Texte

BB 95, Livre de mémoire de Nicolas Cordelier, 1486, fol. 13

Fare lo commandanant de paguar al sermo a Frare Menant la carema passada a Nostra Dona das Taulas…VI ll.

CC 568, Liber preceptorum et quitanciarum, 1486, fol. 18.

[…] A Reverendo magistro in sacrapaginum fratrem Guilhelmo de Menant ordinis fratrum obeservancie sex libras turnensis in recompansarum laborarum […] faciendo sermonis in ecclesia Beate Maria de Tabulis.

BB 186, liasse 1486a, pièce extraite no. 10

Moi, Guillaume le menant religieux de l’ordre de maistre Saint-Françoys. Confesse avoir fait recevoir de messires les consulz de Montpellier par les mains de Remonet Hamadon leur clavaire la somme de six livres tournois q’ils m’ont donné pour les sermons de karesme dernier passé. Laquelle somme jay fait bailler a ung librayor de ceste ville pour employer en livres et donc je me tiens pour content. Ey en quicte messires les consulz ledit clavaire […] Tesmoing mon seig manuel cy mis le IIIe jour davril lan mil CCCC quatre vingts et six. Frere Guillem Lemenand qui dessus.

37Le deuxième exemple est le cas plus complexe d’une série d’ambassade de Pons Melval pour les consuls, avec le rappel de faire le commandement et de répertorier les pièces, le commandement et la quittance et le rapport de dépenses de l’ambassadeur.

Figure 13. Confrontation des entrées du Livre de mémoires de 1486, du Livre de commandements et de quittances de 1486 et de la pièce extraite du registre notarial de 1485

Source

Texte

BB 95, Livre de mémoire de Nicolas Cordelier, 1486, fol. 7

Faire aussi regarder les dépenses faictes par les consuls de l’an 1485 touchant les foires de Lyon et Jehan de Peyrat […] affin que la ville à ses prouchains estats puisse recouvrée du pais ce qui a esté baillé par les dits consuls.

CC 567, Liber preceptorum et quitanciarum, 1486, fol. 9 vo. Inventaire tome VIII, p. 90.

À Pons Malaval, 30 Il., députation à la cour pour les foires de Lyon, et à Paris, ayant été cité comme témoin à la requête de Jean du Peyrat.

BB188, liasse 1485, pièce 12

S’ensuivent les journées que j’ay vacqué allant à Paris, et devers le roy notre sire à la requête de messeigneurs, les consuls de ceste ville de Montpellier, tant pour les afferes de ceste ville de Montpellier que aussi pour les foyres et contre ceux de Lyon. [Suivent les dépenses]

38On vient de voir la place prépondérante du notaire et de sa production scripturaire dans l’élaboration de la comptabilité urbaine. Qu’en était-il du clavaire et quels étaient les témoins de son intervention dans les comptes ?

2.2 La part du clavaire

  • 53 Inventaire, tome VIII, p. VIII.
  • 54 AMM, Joffre 855, Livre de dar et d’aver 1529-1569.
  • 55 Oudot de Dainville, Maurice, Archives de la ville de Montpellier, Inventaires et documents. Archive (...)

39On pense que, pour sa part, le clavaire devait tenir un « livre de dar et d’aver ». Maurice Oudot de Dainville, dans son introduction au tome VIII des inventaires du fonds des Archives du Greffe de la maison consulaire, postulait que c’était le livre quotidien des dépenses du clavaire qui les rapportait de manière chronologique mais qu’aucun de ces registres n’avait été préservé53. En fait, il y a bien un document portant ce titre qui couvre les années 1529 à 156954. À l’examen, bien que riche d’informations de toutes sortes, on n’y a pas porté de dépenses au jour le jour. Oudot de Dainville a découvert le volume en compilant le tome IX, et donne à cette occasion quelques détails sur ce « curieux registre »55.

  • 56 « Item de vesytar lo lybre de der et dever et vyser los que y devon per los far pagar », AMM, BB no (...)
  • 57 « Émoluments selon le livre majour de dar et d’aver, Poids de la farine, 300 ll », Inventaire, tome (...)
  • 58 AMM, Joffre 394, fol. 420, 18 novembre 1599, Archives de la ville de Montpellier, Inventaires et do (...)

40Pour autant, des livres de dar et aver existaient bien. Ils sont cités à plusieurs reprises dans les documents urbains. La première mention dont on dispose se trouve dans le Joffre 845, comptabilité des années 1357-1358. En 1491, le notaire stipule de s’y rapporter pour voir à qui le consulat devait des sommes56. On semble donc y avoir enregistré au moins les dettes. En 1576, les comptes de la claverie mentionnent le « livre majour de dar et d’aver » qui contiendrait les émoluments, notamment de la farine57. En 1599, on parle de l’ouverture et de la tenue d’un livre de dar et d’aver sans que l’on ait plus de détails sur son contenu58. Outre ces quelques mentions peu instructives, nous n’avons accès à aucun document qui permettrait d’entrevoir de manière directe la consignation quotidienne des dépenses.

2.2.1 Les livres des mois

  • 59 Inventaire, tome VIII, p. X. Maurice Oudot de Dainville avait toutes les intentions d’inventorier t (...)
  • 60 Inventaire du Grand Chartrier, Sommaire de l’inventaire de Joffre, p. LXXII.

41Outre son livre dar et daver, le clavaire tenait un « livre des mois » dans lequel il inscrivait les dépenses mensuelles. Seulement quelques exemplaires de ces livres des mois nous sont parvenus et encore une fois, leur forme et leur contenu diffèrent grandement. Il faut signaler que les archivistes successifs ont accordé très peu d’attention à ces cahiers. Maurice Oudot de Dainville les mentionne vaguement dans son inventaire de l’armoire D mais, comme les pièces elles-mêmes se trouvaient dans l’armoire E qu’il n’a jamais eu le temps d’inventorier, il ne les a pas analysées59. Les références existent bien dans le sommaire de l’inventaire de Joffre, mais l’inventaire lui-même ne les mentionne pas60. Ces pièces ont été replacées depuis en CC non coté.

42Les archives conservent les livres des mois de 1441, de 1494 et 1499. Or, aucun de ces registres ne se présente de la même façon. Le livre des mois de 1441 est celui qui ressemble le plus à l’idée que l’on pourrait s’en faire. Il contient 17 petits cahiers tous, sauf un, écrit par le clavaire Pierre Castel, poivrier. D’abord, un pour chaque mois fait de feuilles 210 x 230 pliées en deux, puis en quatre. Manque certainement un folio au mois d’août qui commence par « lo jorn del sus » et continue sur un autre cahier. Il y a aussi deux mois d’avril dont un n’ayant pas la même forme que les autres cahiers. Ils sont aussi de longueurs inégales. Le mois d’octobre fait le plus grand nombre de feuilles avec 3 folios et demi, donc 7 pages. Ensuite, on trouve un cahier pour les dépenses de cire et un cahier pour les dépenses de la charité. Finalement, un cahier a été conservé dans le même paquet qui n’est pas de la même main.

Figure 14. AMM, Livres des mois 1441, BB non coté, cahier 9

43Ce cahier s’est retrouvé là on ne sait comment, sinon qu’il doit provenir de la même année fiscale. Ce document est très intéressant du point de vue des prix des denrées alimentaires comme de l’histoire de la cuisine mais ne nous informe pas davantage sur les finances de l’année 1441. Autrement, les cahiers ont été numérotés postérieurement, pas nécessairement dans l’ordre, et ne sont pas placés dans la boîte en ordre chronologique. Dans les livres de commandements et quittances, on rencontre après un certain nombre de dates, une entrée « menues dépenses ». Ces petites dépenses sont les plus instructives pour suivre les divers dossiers ou « fachs » de la ville mais le registre en donne rarement le détail. Une confrontation du livre du mois et du livre de quittances de la même année a montré que les dépenses du mois correspondaient parfaitement aux totaux des menues dépenses mensuelles indiquées dans le registre, à la bonne heure de l’exactitude administrative.

44Les deux autres livres des mois datant de 1494 et 1499 sont d’une autre eau. Les dépenses sont enregistrées par mois dans le même registre. Correspondant à d’intenses périodes d’épidémie, ce sont de véritables litanies de la misère. Le livre de mois de 1494 ne montre pratiquement que des dépenses de pitance pour les hôpitaux.

Figure 15. AMM, Livres du mois 1494, BB non coté, fol. 1.

ad hocà cause des hospitalx et des enfans que ladite ville fait norrir toutz les ans6162

45Le livre de 1499 est plus joli et mieux tenu, son frontispice arbore le tourteau de gueule du consulat majeur. Il contient aussi pour une large part des dépenses de pitance, gages et entretien des hôpitaux. On y apprend que la ville a désormais une morgue, la morgue de Sainte-Catherine. Les dépenses sont un peu mieux mises en contexte. Une confrontation avec les registres de comptes confirme encore l’exactitude des sommes reportées aux menues dépenses.

Figure 16. AMM, Livres du mois 1499, BB non coté, frontispice

2.2.2. La confection du livre d’audit

  • 63 AMM, CC 845-846-847 et CC 712-733.

46On constate qu’à l’approche de la fin du mandat consulaire, on faisait un « blitz » de commandements et de reconnaissances pour accommoder les comptes. On vérifiait que tout avait été payé et que tout était consigné. Le clavaire procédait à cet effet à un « lissage » des comptes pour produire un document comptable intitulé « Livre de la claverie », le livre d’audit qui allait servir à l’audition des comptes63.

47Ces livres se présentent généralement comme des codex de 205x230 millimètres. Ils doivent, en principe, inclure les recettes et les dépenses car ce sont les livres qui servent à l’audition des comptes. On s’attend à y trouver l’ensemble de l’exercice comptable pour une année. Néanmoins, beaucoup de ces registres ne comptent que les recettes, d’autres n’incluent que certains types de dépenses. Il est donc difficile de croire que l’audition, telle que nous la concevons aujourd’hui, pouvait correctement aboutir à partir de ces livres. En effet, on constate aussi d’autres avaries et il est inutile de chercher toute forme de systématisme dans la tenue des comptes. Entre les registres CC 845 (1357-1358), CC 846 (1370-1371) et CC 847 (1371-1372), il n’y a pas de comparaisons possibles. Les recettes peuvent être soumises par types de revenus dans un registre (par exemple 845), elles seront soumises différemment une autre année, par exemple par fermage (846).

  • 64 Lucie Galano s’attaque à ces divers émoluments dans un article dans ce numéro.
  • 65 Lucie Laumonier y consacre une bonne part de son article dans ce recueil.
  • 66 Joffre 846 et Joffre 548 soumettent tous deux les dépenses d’une même année, les unes dans le livre (...)

48Ces revenus de la ville provenaient de sources diverses, d’émoluments et de biens patrimoniaux64. Mais surtout ils étaient composés des nombreuses impositions, municipales appelées compoix, et royale, la taille65. Les dépenses dans ces livres d’audit ne sont pas moins problématiques. Alors qu’il est très difficile d’avoir l’ensemble de l’exercice comptable pour une année, lorsque l’on peut comparer, on n’arrive pas aux mêmes dépenses66.

  • 67 Établissements de 1293 et de 1368, Thalamus parvus, le Petit Thalamus de Montpellier, Montpellier, (...)
  • 68 Établissement de 1293, AMM, AA9, fol. 254 vo.
  • 69 Par exemple, en 1484, l’audition des comptes du clavaire Milan Cambais avait été donnée à Jean Malp (...)

49Le clavaire devait rendre ses comptes à la fin de son office, dans un délai de quinze jours après l’élection des consuls suivants67. Le moment était solennel, il présentait son livre d’audit à l’ensemble des consuls, aux membres de leur conseil secret et de sept prudhommes, un pour chaque échelle de métiers lesquels les consuls trouveront être meilleurs et plus suffisants pour auditer les comptes 68. Ce comité pouvait être constitué de deux ou plusieurs personnes69. Les vérificateurs sollicités pour apurer les comptes étaient le plus souvent des marchands ou des changeurs, comme les clavaires eux-mêmes lesquels étaient tenus responsables des deniers manquants sous forme d’arrérages. C’est pourquoi, ils devaient attendre la pleine vérification de leur comptabilité avant d’être réélus à un office consulaire. Si l’on prévoyait ces mécanismes de façon aussi minutieuse, c’est que l’apparence de conflit d’intérêt était grande. En effet, le clavaire, même lorsqu’il n’était pas consul majeur, provenait d’un bassin d’individus qui se passaient volontiers les charges et les offices consulaires.

2.2.3 Le profil de carrière du clavaire

  • 70 AMM, CC 563, fol. 23, fol. 55.
  • 71 AMM, CC 723, fol.86 vo et CC 568, fol. 57.
  • 72 AMM, CC 568, fol. 63.
  • 73 AMM, CC 573, fol. 35 vo.
  • 74 AMM, CC 563, fol. 23.
  • 75 AMM, CC 573, fol. 49 et 67.
  • 76 AMM, CC 577, fol. 7 et CC 578 fol. 29.

50À titre d’exemple, examinons le « cursus honorum » d’un clavaire, Albert Barrière. En 1484, Guilhem le Roy et Michel Moulne, payés cinq livres chacun, procèdent à l’audition de ses comptes ; il avait exercé ses fonctions en 1482 et il était lui-même consul cette année-là70. Il avait été auditeur des comptes en 1477 et il le fût l’année suivante de son mandat, en 148571. Parfois poivrier, apothicaire ou épicier, il fournit à plusieurs reprises les torches du consulat et s’occupe des collations des états généraux réunis en 148772. Il est dit changeur en 1491 lorsqu’il effectue plusieurs ambassades pour les consuls73. En 1482, il avait déjà été payé 75 ll. pour ses frais dans le contexte d’une députation à la cour pour les affaires de la ville74. Albert Barrière était aussi un important créancier du consulat. En 1483, il avait prêté 20 ll. pour les foires et 48 ll. en partie pour payer le trésorier des guerres75. En 1495, il est commis à la construction de la paissière du Merdanson et il est de nouveau consul majeur en 149676.

  • 77 AMM, Joffre 5, Livres des élections. On s’en convaincra à la lecture du « Tableau des charges munic (...)
  • 78 En 1390, Charles VI porta leur salaire à 40 livres parce les dix qu’ils recevaient ne couvraient pa (...)

51Ce profil de carrière correspond bien à l’ensemble des individus ayant exercé la fonction de clavaire. Le livre des élections consulaires montre d’ailleurs que les mêmes personnes prennent les chaperons sous des métiers différents ; une année en tant que changeur, l’autre en tant que drapier et l’autre, poivrier77. On est justement tenté d’y voir un exemple de collusion, voire de corruption. Il faut néanmoins rappeler que la charge consulaire n’était guère lucrative pour un marchand78. Elle permettait peut-être de s’enrichir autrement et elle comportait son lot de bénéfices marginaux mais elle pouvait être chronophage et énergivore. On ne se bousculait pas non plus au portillon du consulat pour effectuer ce lourd travail.

  • 79 Voir Germain, Alexandre, Histoire du commerce, vol. 2, Montpellier, 1861, pièce justificative CLXXX (...)

52Si pendant la presque totalité du xive siècle, le clavaire avait été choisi parmi les douze consuls majeurs, à partir de 1393, à la suite de la réduction par Charles VI du nombre de consuls d’abord à quatre puis à six, cette provision semble de plus en plus difficile à réaliser79. En 1393 et 1394, Bernard de Gardes est clavaire et consul. Mais de 1395 à 1414, les clavaires élus ne sont plus consuls eux-mêmes. Cet état de fait semble avoir été perçu comme une faille car dans la chronique urbaine en 1426, on stipule que chaque année les consuls devront élire un des leurs comme clavaire de l’année suivante. On confirme la tradition de l’audition des comptes comme outil de contrôle des recettes et des dépenses ainsi que la pratique d’imputer au clavaire les arrérages causés par les défauts de la balance de compte. Cette insécurité compréhensible lui était largement dédommagée par des gages de cinquante moutons d’or.

« Cette année-là, on institua à son de cloche que dorénavant un consul serait fait clavaire du consulat ; les consuls qui seront en fonction pour cette année doivent élire ce clavaire pour l’année suivante, et cela quand on aura procédé à l’élection des nouveaux consuls ; ce doit être un homme apte et capable d’exercer cet office selon Dieu et sa bonne conscience ; ce consul clavaire aura 50 moutons d’or de gages ou l’équivalent.

53Il fut en même temps institué et ordonné qu’on procéderait à un contrôle pour contrôler toute les recettes et les dépenses que ferait ce clavaire et ce contrôle sera [Fol. 246 v°] perpétuel – ou alors il serait pris en défaut –, et cela, selon la volonté des seigneurs consuls, et il percevra 50 moutons d’or de gages ou l’équivalent »80.

  • 81 Bien que le salaire ait été augmenté : « 20 août 1612 : Conformément au statut de 1426 enregistré d (...)

54Pour autant, dans les faits, les clavaires du xve siècle ont rarement été consuls, même si cet établissement se voulait durable. Il est encore cité en 1612 et on y ajoute un élément d’interprétation qui manque à l’établissement de 1426 : « [Il] fera chaque année la levée des impositions à livre net, sous réserve des non-valoir et acquittera toutes les sommes des états ordinaires et extraordinaires » 81.

55Ceci indique que la tâche de récupérer les revenus incombait au clavaire et que c’est dans cette majeure partie de ses fonctions qu’il était redevable, devant fournir de sa poche les sommes n’ayant pas été recouvrées. On voit ici un des aspects qui rendait la charge peu attrayante.

  • 82 La même chose se produisait pour l’un des deux clavaires du port d’Aigues-Mortes qui devait proveni (...)

56Le clavaire était bien élu au début du mandat des consuls. Parfois, la tâche rebutait tant que la vacance pouvait s’éterniser82. Dans le Cérémonial des consuls qui date de circa 1421, on stipule que le jour des Rameaux donc le 14 avril :

  • 83 Montel, Achille, « Le cérémonial des consuls », Revue des langues romanes, vol. 6, 1874, p. 84.

« Et le Clavaire doit distraire cinq solz tournoys que coste ladicte lectre. Et si adonc ne avoient fait clavaire, ung des seigneurs a acoustumé le distraire »83.

  • 84 AMM, BB46, non folioté, Registre de délibérations.

57En 1423, un registre de délibérations nous laisse apercevoir la procédure d’élection du clavaire. Le premier conseil élargi de l’année se tient le 9 avril, l’élection du clavaire est au quatrième point des délibérations. L’ensemble des conseillers abandonne volontiers la tâche aux consuls de choisir le clavaire, un conseiller se borne à ajouter que le candidat devra être un homme probe et diligent. Le 10 avril, un conseil restreint entérine l’élection de Raymond Patacy, qui n’est pas consul, au poste de clavaire pour l’année84.

58Les clavaires provenaient de la classe riche des marchands car ils devaient se montrer garants de l’intégrité des comptes. On les choisissait certes pour leur probité mais aussi pour leur capacité d’avancer des sommes soit sous forme de prêt, soit en se chargeant du fermage de certaines impositions. C’est pourquoi les livres d’audit montrent avec plus de précisions les montants des revenus que ceux des dépenses. Car c’est par leur capacité à faire rentrer l’argent ou, le cas échéant, à en assumer le versement, que le choix des individus qui auraient la charge de la claverie pouvait s’imposer.

Conclusion

  • 85 Voir Combes, Jean, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du (...)

59Que peut-on conclure du présent exercice en termes d’imputabilité ? Comme on l’a vu à l’examen des livres d’audit, l’audition des comptes qui consiste en la vérification des recettes et des dépenses semble porter essentiellement sur les rentrées d’argent. À preuve, on constate que, quelque soit la forme que prenne les livres d’audit conservés, y sont copiées minutieusement les listes des diverses impositions. Au contraire, les dépenses elles, ne font pas l’objet du même systématisme. Du point de vue de la vérification des comptes, en effet, le calcul des fermages et des émoluments était de loin le plus essentiel. Le règlement de 1426 reproduit en 1612 stipule que les clavaires étaient chargés de lever les impositions à la livre net. C’est dans cette provision de leur charge que les clavaires pouvaient profiter du double statut d’officiers du consulat et de créanciers de la ville pour ainsi accumuler des richesses. C’est de la sorte que le voit déjà le Syndic des populaires en 1326 et c’est de même que le conçoivent les contrôleurs des livres qui proviennent de la même catégorie sociale que les contrôlés85. Par rapport à la responsabilité financière, les livres d’audit servent à convaincre les consuls et les vérificateurs que les revenus sont bien rentrés. Car, en ce qui concerne les dépenses, les livres de commandements et quittances en donnent une garantie juridique. Si un individu, un groupe, le roi ou tout autre débiteur exige une preuve, l’acte contenu dans ces livres en fera foi. C’est pourquoi les dépenses subissent des variations considérables dans les livres d’audit. Si elles ne sont pas là uniquement pour la parure, elles ne nécessitent pas la même rigueur car elles doivent en principe se trouver ailleurs.

60On a vu que les livres de commandements et quittances se présentent sous la forme d’un registre d’actes notariés contractés en salle de la claverie, en présence du clavaire, d’au moins deux consuls majeurs, de plusieurs témoins et que les détails des dépenses sont enregistrés par le notaire. C’est que l’imputabilité est ici juridique et non comptable. L’acte notarié sert, comme en tout autre circonstance, de preuve. Cette manière de faire est sans doute à mettre au compte de l’importance fonctionnelle du notaire du consulat à Montpellier. De plus, il n’y avait pas à Montpellier de cour de justice municipale pouvant servir à régler des conflits au contentieux : la juridiction gracieuse est devenue, de fait, la seule garante de légitimité.

61Dans tous les exercices examinés, la compilation des dépenses mensuelles et leur report en menues dépenses dans les livres de commandements, constituent la seule occasion où une confrontation de plusieurs consignations de sommes donnent un résultat concluant. Bien que ces dépenses soient qualifiées de « menues », leur accumulation peut totaliser de fortes sommes et surtout des allocations qui n’étaient pas prévues au budget. Réparations, ambassades, épidémies et catastrophes ne représentaient pas des montants fixes et c’est là que la comptabilité importait. De ces prévisions budgétaires, celles de 1408 et c. 1409 sont les plus élaborées et les plus formalisées qui nous soient parvenues mais des exercices semblables de moindre envergure sont présents en assez grand nombre dans les pièces extraites des registres de notaires.

  • 86 Pour éviter toute collusion. Voir aussi Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. (...)
  • 87 Au sujet de ces troubles, voir Challet, Vincent, « Émouvoir le prince. Révoltes populaires et recou (...)

62L’examen des mécanismes comptables, notamment à l’aide des livres de mémoires des notaires, a permis de démonter la chaîne du processus de compte qui commence à partir des délibérations consulaires, se concrétise par l’émission de « commandements » de payer que le notaire – qui les a souvent lui-même rappelé aux consuls – envoie au clavaire. À une date fixée, en salle de claverie, se font les paiements et les quittances en présence de témoins. À la fin de l’année, et avant que les vérificateurs aient été désignés86, on procède à la compilation des impositions, on y ajoute des dépenses mais visiblement pas toujours celles qui ont été enregistrées par le notaire, et on effectue un lissage final. Tandis que le livre de quittances sert de preuve et assure le consulat contre toute forme de contestation (imputabilité juridique), ce livre d’audit se présente comme le garant de l’imputabilité comptable. C’est ce livre d’audit qui est conservé et qui sert de repère, comme de mise en mémoire des finances publiques. Ce sont ces livres d’audit qui sont confisqués par le roi, lors de troubles de 1379, car ils incarnent l’autonomie fiscale de la ville, symbole de son identité urbaine87.

Top of page

Notes

1 Sabapathy, John, « A Medieval Officer and a Modern Mentality, Podestà and the Quality of Accountability », The Mediæval Journal, volume 1, no 2, 2011, p. 43-79. Il reprend en 2014 cette notion pour l’appliquer plus largement à l’ensemble des institutions anglaises, déjà bien étudiées par Michael Clanchy pour la fin du xiie siècle, voir Officers and Accountability in Medieval England 1170-1300, Oxford, 2014.

2 Voir Bisson, Thomas N., The Crisis of the Twelfth Century: Power, Lordship, and the Origins of European Government, New York, 2009.

3 Ibid, p. 322-336.

4 Bisson, Thomas, The Crisis, op. cit., p. 53.

5 Crescenzi, Victor, « Il sindacato degli ufficiali nei comuni medievali italiani », dans L’educazione giuridica, IV, Il publico funzionario : modelli storici e comparativi, t. I. Profili storici. La tradizione italiana, Perugia, 1981, p. 383-529.

6 Ibid., p. 500.

7 Sabapathy, John, Officers, op. cit., p. 21-22.

8 On constate que cette pratique subsiste jusqu’à la toute fin du xive siècle, moment où la charge s’alourdissant, les consuls sont de plus en plus réticents à la cumuler et ont la tentation de l’octroyer à l’externe. On y reviendra. Oudot de Dainville, Maurice, Archives de la ville de Montpellier, Inventaires et documents. Archives du greffe de la maison consulaire, Armoire D, tome VIII, Montpellier, 1943 (désormais abrégé Inventaire, tome VIII), p. VII, Pierre Chastang, La ville, le gouvernement et l’écrit, Paris, 2013, p. 377.

9 Lesné-Ferret, Maïté, « Démocratie et désignation des consuls », Excerpiones iuris, 2000, p 389-401 et Guillaumot, Justin, « Les élections municipales dans le Midi de la France : le cas de Montpellier (xiiie-xive siècles), Circé, no 4, 2014 [en ligne].

10 Fabre, Ghislaine et Lochard, Thierry, Montpellier, la ville médiévale, Montpellier, 1993, p. 112. Sur la commune clôture, voir aussi Reyerson, Kathryn, « Medieval Walled Space, Urban development vs. Defense », dans Tracy, James D. (éd.), City Walls: The Urban Enceinte in Global Perspective, dans Cambridge, 2000, p. 88-116 et Rigaudière, Albert, « Le financement des fortifications urbaines en France du milieu du xive siècle à la fin du xve siècle », Revue Historique, tome 273, fasc. 1 (553), 1985, p. 19-95.

11 Voir Chastang, Pierre, « L’émergence et l’affirmation du consulat au xiiie siècle », dans Amalvi, Christian et Pech, Rémi (dir.), Histoire de Montpellier, Toulouse, 2016, p. 63-66 et Fabre, Ghislaine et Lochard, Thierry, op. cit, p. 68 passim.

12 Voir à ce sujet, Galano, Lucie, Montpellier et sa lagune. Histoire sociale et culturelle d’un milieu naturel (xie-xve siècles), thèse de doctorat sous la dir. de Geneviève Dumas (Université de Sherbrooke) et de Patrick Gilli (Université Paul Valéry Montpellier 3), 2017, p. 168-202.

13 À partir de la fin de 1350, à la suite du passage de la ville au royaume de France, ces offices, désormais royaux, ont tendance à se multiplier et à inclure un sous-juge, un sous-bayle, un assesseur.

14 « À Jauffre, argentier pour tailler le sceau de l'an 57 que le sous-clavaire appose », Archives de la ville de Montpellier (désormais AMM), CC845, 1357-1358, fol. 64.

15 Voir l’article de Pierre-Joan Bernard et Xavier Bach dans ce numéro.

16 Combes, Jean, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du xive siècle », dans Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 64e Congrès, Privat, 22-23 mai 1971, Vivarais et Languedoc, Montpellier, 1972, p. 99-120 ; Rogoziński, Jan, Power, Caste, and Law : Social Conflict in Fourteenth-Century Montpellier, New York, 1982, p. 16-42 et Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 364-389.

17 AMM, Louvet 3507 (Armoire G, cassette 7), 6 décembre 1323. Castet, Ferdinand, et Berthelé, Joseph (éd.), Archives de la ville de Montpellier, inventaires et documents. Inventaire du grand Chartrier rédigé par Pierre Louvet en 1662-1663, tome I, Montpellier, 1895-1899 (désormais Inventaire du grand Chartrier) p. 311.

18 AMM, Louvet 648 (Armoire B, cassette 4), 7 juin 1267.

19 Sur l’impôt proportionnel et sa prééminence dans l’espace méditerranéen, voir, Gouron, André, « Doctrine médiévale et justice fiscale : Pierre Antiboul et son Tractatus de muneribus », La science du droit dans le Midi de la France au Moyen Âge, Londres, 1984, X, p. 309-321, « L’"invention" de l’impôt proportionnel au Moyen Âge », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1994, p. 245-260, « De l’impôt communal à l’impôt royal. Le cas de Montpellier », dans Menjot, Denis, Rigaudière, Albert, Sánchez Martínez, Manuel (dir.), L’impôt dans les villes de l’Occident méditerranéen, xiiie-xve siècle. Actes du colloque tenu les 3, 4 et 5 octobre 2001, Paris, p. 291-304.

20 Biget, Jean-Louis, « Gestion de l’impôt dans les villes (xiiie-xve siècle) : essai de synthèse », dans Menjot, Denis, et Sánchez Martínez, Manuel (dir.), La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen), Toulouse, 2004, p. 314. Jan Rogozinski a trouvé un total de 22 tailles, barrages ou fouages levés ou sensés être levés dans la ville de Montpellier entre 1315 et 1340. Rogonzinski, Jan, Power, Cast and Law, Appendice I, p. 142-144.

21 AMM, Louvet 3513-3515 (Armoire G, cassette 7), 16 décembre 1325. Rogonzinski, Jan, Power, Cast and Law, p. 12-16.

22 AMM, Louvet 3523 (Armoire G, cassette 7), 1326. Le comité étaient constitué de Hugues de Stacion, lieutenant du roi de Majorque, Antoine de Galiana, legum doctor, Bernard Pertot, procureur du consulat, Pons Alamandin, poivrier, Bernard de Montinac, Jean Garnier, Bérenger Bernard de Trois-Loups, Pierre Imbert campsor, Pierre Imbert sédier, Hugues de la Porte, procureur du roi de France, Rostang de Béziers, Recteur de la part antique. Rogozonski, Jan, Power, Cast and Law, p. 15, note 22.

23 Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 388-89.

24 AMM, Louvet 3547 (Armoire G, cassette 7), 5 octobre 1331 – notice de l’Inventaire du grand Chartrier p. 317.

25 Le sujet a donné lieu à une riche tradition historiographique que l’on ne peut pas détailler ici. On en prendra la mesure à la lecture de Bourin, Monique, « Les révoltes dans la France du xive siècle : traditions historiographiques et nouvelles recherches », dans Bourin Monique, Cherubini, Giovanni, Pinto, Giuliano (éd.), Rivolte urbane e rivolte contadine nell’Europa del Trecento : un confronto, Florence, 2008, p. 49-71.

26 Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 378. On verra plus loin, à quel point cela est exact.

27 La ville bénéficie, en effet, de plusieurs tribunes pour faire valoir ses privilèges. Les États-Généraux du Languedoc sont les plus importants. Ils nécessitent néanmoins une coordination avec les autres villes, laquelle entraîne aussi bon nombre de négociations, donc d’ambassades. Voir Quéré, Sylvie, Le discours politique des États de Languedoc à la fin du Moyen Âge (1346-1484), Montpellier, 2016.

28 Dumas, Geneviève, « Un registre de comptes à Montpellier au xve siècle : nouveau regard sur l’organisation communale médiévale », Bulletin historique de la ville de Montpellier, no 35, 2013, p. 48-61.

29 Rigaudière, Albert, « Le contrôle de l’exercice comptable des consuls sanflorains » dans Menjot, Denis et Sánchez Martínez, Manuel (coord.), La fiscalité des villes au Moyen Âge, 4, La gestion de l’impôt, Toulouse, 2004, p. 292.

30 « Lever de l’argent, mais pour quoi faire ? Le problème financier débouchait très vite sur le problème politique », Mollat, Michel et Wolff, Philippe, Ongles bleus, Jacques et Ciompi. Les révolutions populaires en Europe aux xive et xve siècles, Paris, 1970, p. 286.

31 Voir Rigaudière, Albert, « Donner pour le Bien Commun et contribuer pour les biens communs dans les villes du Midi français du xiiie au xve siècle », dans Lecuppre-Desjardin, Élodie, Van Bruaene, Anne.-Laure (éd.), De Bono Communi. The Discourse and Practice of the Common Good in the European City (13th-16th c.), (SEUH 22), Turnhout, 2010, p. 11-53.

32 « On constate que dans les dépenses des cités ibériques et languedociennes à la fin du Moyen Âge, les paiements destinés aux princes ne cessent de croître. C’est en parfaite concomitance avec ce mouvement que le système de gestion de l’impôt se précise et s’institutionnalise; à partir d’un substrat seigneurial, il s’élargit grâce à l’apport des techniques marchandes et financières de l’époque. Il est donc clair que la pression de la fiscalité étatique tient un rôle essentiel dans le processus », Biget, Jean-Louis, « La gestion de l’impôt dans les villes… », art. cit., p. 355.

33 C’est aussi l’avis de Pierre Chastang. Voir, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 377.

34 Mattéoni, Olivier, « Introduction », dans Mattéoni, Olivier et Beck, Patrice (dir.), Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, Paris, 2015, p. 9-30.

35 À l’appui de cette diversité, on verra les nombreuses contributions dans Mattéoni, Olivier et Beck, Patrice (dir.), Classer, dire, compter, Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable à la fin du Moyen Âge, op. cit., Menjot, Denis et Sánchez Martínez, Manuel (dir.), La fiscalité des villes au Moyen Âge (Occident méditerranéen), 1, Étude des sources, Toulouse, 1996. Enfin, on verra l’article de Denis Menjot dans ce numéro.

36 On consultera la contribution de Romain Fauconnier dans ce collectif.

37 Inventorié une première fois en 1662 par François Joffre, l’archiviste Maurice Oudot de Dainville leur a consacré cinq tomes entre 1943 et 1960. Archives de la ville de Montpellier, Inventaires et documents, tomes VI-VII-VIII-IX et XI, Montpellier, 1943-1960. Voir aussi Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, chapitre 1, « La pétrification des archives de Montpellier, essai d’archéologie documentaire », p. 65-89 ; Feuillas, Christine, « Les archives de la ville de Montpellier », Bulletin historique de la ville de Montpellier, no. 28, 2004, p. 14 et Dumas, Geneviève, « Un registre de comptes à Montpellier au xve siècle… », art. cit., p. 48-61.

38 On connaît bien ce notaire pour ses quatorze années de service au consulat ainsi que par le « livre de mémoires » qu’il a rédigé avec son prédécesseur Bertrand Paul et qui a déjà servi à l’étude de la sédimentation documentaire à Montpellier. Voir Dumas, Geneviève, « Le livre de mémoires des notaires Bertrand Paul (1397-1400) et Jean du Pin (1401-1419) : gestion documentaire et mémoire urbaine » dans Gilli, Patrick et Salvatore, Enrica (dir.), Les identités urbaines au Moyen Âge, Turnhout, 2014, p. 81-92.

39 AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 6 ro.

40 AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 14.

41 Dumas, Geneviève, « Un registre de comptes de Montpellier…. », art. cit.

42 AMM, Pièces extraites, BB 186, liasse 1408, pièce 6 ro. Le montant a été arrondi.

43 Archives de la ville de Montpellier, Documents comptables, tome XI, Montpellier, 1960 (désormais, Inventaire documents comptables, tome XI), p. 144.

44 Voir Inventaire, tome VIII, p. VIII.

45 Voir l’article de Xavier Bach et Pierre-Joan Bernard sur la diglossie qui caractérise la conservation de ces registres.

46 Une partie de ces délibérations sont inventoriées au tome VII des inventaires, p. 61-65.

47 Sur ces minutiers et les notaires qui en sont responsables, voir Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit. p. 91 à 121 et Dumas, Geneviève, « Le livre de mémoires des notaires Bertrand Paul (1397-1400) et Jean du Pin (1401-1419) : gestion documentaire et mémoire urbaine », art. cit.

48 Voir, par exemple sur les travaux effectués pour l’entretien des fontaines : Dubé, Catherine et Dumas, Geneviève, « Muddy Waters in Late Medieval Montpellier », dans, Rawcliffe, Carole et Weeda, Claire (éd.), Policing the Environment in the Middle Ages and Early Modern Times, Amsterdam, à paraître.

49 Certaines pièces sont restées attachées aux registres notariés d’où elles proviennent. Les autres sont désormais classées dans les cotes 186 à 195 de la série BB.

50 On remercie Lucie Laumonier et le service des Archives municipales pour s’être livrés à cette indexation minutieuse.

51 Dumas, Geneviève, « Le livre de mémoires des notaires Bertrand Paul (1397-1400) et Jean du Pin (1401-1419)… » art. cit., p. 81-92.

52 Je tiens à préciser qu’il avait bien été identifié lors de l’indexation des pièces extraites par Lucie Laumonier.

53 Inventaire, tome VIII, p. VIII.

54 AMM, Joffre 855, Livre de dar et d’aver 1529-1569.

55 Oudot de Dainville, Maurice, Archives de la ville de Montpellier, Inventaires et documents. Archives du greffe de la maison consulaire, Armoire D (suite), tome IX, Montpellier, 1949 (désormais abrégé Inventaire, tome IX), p. XVIII-XIX.

56 « Item de vesytar lo lybre de der et dever et vyser los que y devon per los far pagar », AMM, BB non coté, Livre de mémoires 1491-1519, fol. 3. Inventaire documents comptables, tome XI, p. 72.

57 « Émoluments selon le livre majour de dar et d’aver, Poids de la farine, 300 ll », Inventaire, tome IX, p. 139-140.

58 AMM, Joffre 394, fol. 420, 18 novembre 1599, Archives de la ville de Montpellier, Inventaires et documents, Inventaire de Joffre, Archives du Greffe de la maison consulaire, tome VII, (désormais abrégé Inventaire de la maison consulaire, tome VII), p. 102.

59 Inventaire, tome VIII, p. X. Maurice Oudot de Dainville avait toutes les intentions d’inventorier toutes les armoires en procédant à la reconstitution du fond mais il avait dû renoncer devant la lourdeur de la tâche de reclassement que cela impliquait. Ses inventaires du Greffe de la maison consulaire s’arrêtent à l’armoire D. Voir Gilles, Henri, « Maurice Oudot de Dainville », Bibliothèque de l'école des chartes, tome 120, 1962, p. 338.

60 Inventaire du Grand Chartrier, Sommaire de l’inventaire de Joffre, p. LXXII.

61 AMM, Joffre 391, Délibérations du conseil des vingt-quatre, fol. 220, 24 janvier 1495, Inventaire de la maison consulaire, tome VII, p. 65. Il convient de rectifier la référence à cette source dans Dumas, Geneviève, Santé et société à Montpellier à la fin du Moyen Âge, Leyde, p. 261, note 70 et « Le bien public à Montpellier… », art. cit., p. 80 note 16.

62 Les entrées les plus difficiles à lire sont les dépenses d’ensevelissements des morts dans les hôpitaux. Cinq personnes sont ensevelies au mois de mars à partir du 15. Le mois d’avril est moins mortel, deux personnes dont un enfant sont ensevelies. Le mois de mai, c’est quatre morts qui sont mis en terre, le mois de juin onze, dont trois enfants. En juillet, cinq personnes sont décédées dans les hôpitaux de la ville. En août, un homme est trouvé mort dans la rue, puis l’épidémie s’éteint en septembre et on trouve alors des dépenses plus convenues : petits gages aux ménestriers, aux chapelains. On paye des arrérages que l’on n’avait pas pu payer à cause de la pestilence et la vie semble redevenir normale.

63 AMM, CC 845-846-847 et CC 712-733.

64 Lucie Galano s’attaque à ces divers émoluments dans un article dans ce numéro.

65 Lucie Laumonier y consacre une bonne part de son article dans ce recueil.

66 Joffre 846 et Joffre 548 soumettent tous deux les dépenses d’une même année, les unes dans le livre d’audit, les autres dans le livre de commandements et de reconnaissances de dettes. Aucune des dépenses ne peuvent être recoupées. On y reviendra.

67 Établissements de 1293 et de 1368, Thalamus parvus, le Petit Thalamus de Montpellier, Montpellier, 1840, (abrégé Thalamus parvus) p. 103, 168, 170 et 176. AMM, AA9, fol. 254 vo, 319 vo, 322-322 vo et 327.

68 Établissement de 1293, AMM, AA9, fol. 254 vo.

69 Par exemple, en 1484, l’audition des comptes du clavaire Milan Cambais avait été donnée à Jean Malpel et aux héritiers de Martin Bourgeois, donc au moins à trois personnes. AMM, CC 565, fol. 53. A Jean Malpel, 5 11. et 3 11. aux hoirs de Martin Bourgeois, pour audition des comptes du clavaire Millan Cambaiz.

70 AMM, CC 563, fol. 23, fol. 55.

71 AMM, CC 723, fol.86 vo et CC 568, fol. 57.

72 AMM, CC 568, fol. 63.

73 AMM, CC 573, fol. 35 vo.

74 AMM, CC 563, fol. 23.

75 AMM, CC 573, fol. 49 et 67.

76 AMM, CC 577, fol. 7 et CC 578 fol. 29.

77 AMM, Joffre 5, Livres des élections. On s’en convaincra à la lecture du « Tableau des charges municipales assumées par des apothicaires, épiciers, poivriers » dans Dumas, Geneviève, Santé et société à Montpellier, op. cit., p. 236. On remarquera que les mêmes individus qui sont consuls du métier d’apothicaire sont parfois dits poivrier, épicier, changeur et marchand. Ils peuvent être consul majeur une année, consul de mer l’autre, ce qui démontre l’extrême porosité des titres et des charges.

78 En 1390, Charles VI porta leur salaire à 40 livres parce les dix qu’ils recevaient ne couvraient pas leurs dépenses de robes. En 1413, devant l’indigence des comptes, les consuls diminuèrent ce gage à trente livres. Germain, Alexandre, « L’organisation administrative à Montpellier au Moyen Âge », Mémoires de la société archéologique de Montpellier, tome 3, Montpellier, 1850, p. 32.

79 Voir Germain, Alexandre, Histoire du commerce, vol. 2, Montpellier, 1861, pièce justificative CLXXXVII, p. 311-312.

80 AMM, Petit Thalamus, 1426, AA9, fol. 246-246 vo et http://thalamus.huma-num.fr/annales-occitanes/annee-1426.html

81 Bien que le salaire ait été augmenté : « 20 août 1612 : Conformément au statut de 1426 enregistré dans le petit Thalamus, un des consuls, choisi par ses collègues comme clavaire, fera chaque année la levée des impositions à livre net, sous réserve des non-valoir et acquittera toutes les sommes des états ordinaires et extraordinaires. Il percevra pour ces fonctions, 750 ll. », - notice de l’Inventaire, tome VII, p. 123.

82 La même chose se produisait pour l’un des deux clavaires du port d’Aigues-Mortes qui devait provenir de Montpellier comme en témoigne ce document. « Le 29 juin 1352. Lettre de Guillaume Rolland, chevalier, seigneur de Montfaucon, sénéchal de Beaucaire et Nîmes, au bayle de Montpellier, lui notifiant les lettres du roi Jean, datées de Paris, le 11 juin 1352 et adressées au sénéchal et au receveur de la sénéchaussée. Il leur mande, sur la plainte des consuls de Montpellier, d'obliger Guilhem Delpos, poivrier de Montpellier, de remplir son office de clavaire, pendant- un an, nonobstant ses excuses frivoles et feintes qu’il objecte, à peine d'emprisonnement et de vente de ses biens », Oudot de Dainville, Maurice, Archives de la ville de Montpellier, Inventaire des documents omis dans l’inventaire du Grand Chartrier, tome II, p. 115, AMM, Armoire H, cassette V, DCCCCIII, pièce 3 848, 29 juin 1352.

83 Montel, Achille, « Le cérémonial des consuls », Revue des langues romanes, vol. 6, 1874, p. 84.

84 AMM, BB46, non folioté, Registre de délibérations.

85 Voir Combes, Jean, « Finances municipales et oppositions sociales à Montpellier au commencement du xive siècle », art. cit., p. 114.

86 Pour éviter toute collusion. Voir aussi Chastang, Pierre, La ville, le gouvernement et l’écrit, op. cit., p. 305.

87 Au sujet de ces troubles, voir Challet, Vincent, « Émouvoir le prince. Révoltes populaires et recours au roi en Languedoc vers 1380 », Hypothèses, vol. 1, no 5, 2002, p. 325-333,

Top of page

References

Electronic reference

Geneviève Dumas, « Responsabilité et reddition des comptes à Montpellier au xve siècle »Comptabilités [Online], 12 | 2019, Online since 10 January 2020, connection on 29 March 2020. URL: http://journals.openedition.org/comptabilites/3613

Top of page

About the author

Geneviève Dumas

Université de Sherbrooke
Genevieve.dumas@usherbrooke.ca

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals