Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Les comptabilités médiévales en t...

Les comptabilités médiévales en terres d’Empire : typologie et perspectives de recherche (xiiie-xve s.)

Christelle Balouzat-Loubet

Texte intégral

  • 1 Jamme, Armand, « Histoire médiévale et comptabilités. Renouveau d’un champ historiographique, renou (...)
  • 2 À titre d’exemples, et sans souci d’exhaustivité : Pécout, Thierry, De l’autel à l’écritoire genèse (...)

1Armand Jamme soulignait en 2014 le renouveau des études médiévales fondées sur la comptabilité, « objet de réflexions critiques et de recherches qui l’ont érigée au rang de discipline scientifique à part entière »1. De fait, les colloques, groupes de recherche ou publications consacrés aux comptabilités médiévales se multiplient depuis une quinzaine d’années et contribuent à dynamiser ce champ de recherche2. L’importance et la richesse des documents comptables pour les études médiévales est désormais unanimement reconnue : les comptabilités médiévales, d’abord utilisées pour l’histoire économique et institutionnelle, ouvrent également sur des problématiques aussi diverses que les pratiques de l’écrit, l’histoire du contrôle social, l’histoire des techniques, la prosopographie, les transferts culturels, etc.

2Force est de constater néanmoins que tous les espaces ne sont pas également concernés par ce renouveau. Si les comptes royaux, bourguignons ou encore pontificaux sont désormais bien connus et largement exploités, d’autres fonds restent largement à découvrir et promouvoir.

3Les contributions publiées dans ce numéro sont les versions écrites des communications prononcées lors de la journée d’études organisée à Nancy le 6 juin 2018 dans le cadre du projet TRANSSCRIPT– TRANSSCRIPT Project. Writing and Governance. Cultural transfers between France and the Empire (13th-16th centuries), dir. I. Guyot-Bachy et M. Margue) – avec la contribution de l’Agence Nationale de la Recherche, du Fonds National de la Recherche (FNR, Luxembourg), du Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire (CRULH, Université de Lorraine) et de l’unité de Recherche Identités, Politiques, Sociétés, Espaces (IPSE, Université du Luxembourg).

4Cette journée visait à rassembler des chercheurs travaillant sur les documents comptables en terre d’Empire, avec plusieurs objectifs. Le premier était de dresser un bilan historiographique de la recherche sur les comptabilités en terre d’Empire. Il s’agissait ensuite de dresser une typologie des fonds comptables conservés dans ces espaces (comptabilités princières, seigneuriales, urbaines, épiscopales, monastiques, etc.). La journée avait aussi pour ambition d’éclairer les pratiques comptables en terres d’Empire, tant germanophones que francophones, pour déceler d’éventuelles spécificités par rapports aux autres modèles (capétien, bourguignon ou pontifical en particulier).

5Les études publiées ici témoignent tout d’abord d’un usage généralisé de la comptabilité écrite dans l’ensemble de la société médiévale sur la période considérée : princes, seigneurs, villes, institutions ecclésiastiques tiennent désormais leurs comptes. Elles confirment donc l’ampleur et la richesse de la documentation comptable pour le Moyen Âge central et tardif ; elles en soulignent également la grande diversité, puisque les médiévaux utilisent aussi bien le parchemin que le papier, les rouleaux que les registres, dans une grande variété de formats. Cet intérêt accordé à la codicologie des comptes est l’un des indices du renouvellement épistémologique à l’œuvre dans l’étude des comptabilités : une plus grande attention est aujourd’hui portée au texte et à la matérialité des sources, au-delà des chiffres. Cette exploitation diversifiée de la documentation comptable est soutenue et encouragée par le développement de nouveaux supports d’édition et de valorisation, en particulier les bases de données. Le dossier assemblé ici permet aussi de dégager des questions transverses, communes à tous les espaces et producteurs considérés. Si l’étude de la langue du compte et de ses aspects matériels livre de précieux indices sur sa rédaction, il reste difficile de repérer les transferts ou le mode de diffusion des modèles. De la même façon, les individus qui rédigent ces comptes sont pour la plupart insaisissables tant les informations sur leur formation, leurs compétences, leur carrière sont rares. Finalement, bien des aspects restent à explorer, mais les communications proposées confirment un point : compter, à l’époque médiévale, en terres d’Empire comme dans le royaume de France, c’est davantage dresser une liste de droits que faire des calculs et tenir un budget précis. Produire des comptes, c’est affirmer son autorité et son pouvoir sur des hommes et sur un territoire.

Haut de page

Notes

1 Jamme, Armand, « Histoire médiévale et comptabilités. Renouveau d’un champ historiographique, renouvellement des perspectives d’édition » dans Pourquoi éditer des textes médiévaux au xxie siècle ? s.l., 2014, p. 1.

2 À titre d’exemples, et sans souci d’exhaustivité : Pécout, Thierry, De l’autel à l’écritoire genèse des comptabilités princières en Occident (xiie-xive siècle), Paris, 2017 ; Mattéoni, Olivier et Beck, Patrice, Classer, dire, compter. Discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable, Paris, 2015 ; Wirth-Jaillard, Aude, Musin, Aude, Demaret, Nathalie, Bodart, Emmanuel et Rousseaux, Xavier, Monuments ou documents ? Les comptabilités, sources pour l’histoire du contrôle social, Bruxelles, (coll. « Collection Studia »), 2015. Depuis 2010, la revue Comptabilité(s), Revue d’histoire des comptabilités, « accueille toute recherche portant sur l’histoire et l’archéologie des documents comptables, des institutions qui les commanditent et des personnes qui les réalisent » (en ligne, <http://comptabilites.revues.org>). Le site Ressources comptables en Dauphiné, Provence, Savoie et Venaissin (XIIIe - XVe siècle ) héberge des documents comptables du comté de Venaissin, des comtés de Provence et de Forcalquier, du comté de Savoie et du Dauphiné.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Balouzat-Loubet, « Les comptabilités médiévales en terres d’Empire : typologie et perspectives de recherche (xiiie-xve s.) »Comptabilités [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 septembre 2020, consulté le 21 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/4242

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search