Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Les comptabilités du comté de Bou...

Les comptabilités du comté de Bourgogne aux xive et xve siècles : état des recherches et perspectives

The accounts of the county of Burgundy in the 14th and 15th centuries: state of research and perspectives
Die Geschichte der Grafschaft Burgund im 14. und 15. Jahrhundert: Stand der Forschung und Perspektiven
Los relatos del condado de Borgoña en los siglos XIV y XV: estado de la investigación y perspectivas
Sylvie Bépoix

Résumés

Les comptabilités du comté de Bourgogne bénéficient de nombreuses études déjà réalisées. On peut distinguer dans ces travaux des approches classiques : les contenus des comptabilités permettent de connaître des aspects touchant à l’économie et la société de la fin du Moyen Âge dans cette province impériale ; mais il existe aussi des études plus novatrices qui étudient les comptabilités dans leur matérialité et leur organisation. Cependant, si ces études sont déjà nombreuses, il existe encore malgré tout de nombreuses possibilités.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quelques exemples intéressants par leur antériorité : L'argent des villages du xiiie au xviiie sièc (...)
  • 2 Gazier, Georges, « Les plus anciens budgets de la ville de Besançon (1388-1394) », dans Mémoires de (...)
  • 3 Le groupe de travail sur les « Comptabilités médiévales » a été fondé en octobre 2008 à l’occasion (...)

1Les comptabilités sont, depuis plusieurs années, utilisées pour augmenter nos connaissances sur la période médiévale, principalement le Moyen Âge tardif, moment où elles se développent et s’affirment, s’individualisent1. La richesse des sources pour le comté de Bourgogne a permis déjà de nombreuses études, y compris très anciennes comme par exemple celle de Georges Gazier portant sur les plus anciens budgets de la ville de Besançon et datant de 19292. Connaître, comprendre l’économie et la société du comté de Bourgogne à l’aide des sources particulières que sont les comptabilités correspond donc à un nombre important de travaux dont nous retiendrons principalement ici les plus récents. Cependant, ces sources, dans une approche un peu différente de leur forme, de la façon dont les registres ont été renseignés, le vocabulaire employé, permettent une mise en lumière nouvelle des aspects administratifs, gestionnaires, voire politiques, comme on peut le voir à travers l’étude codicologique, puis du vocabulaire et des chiffres, effectuée dans le cadre de l’enquête initiée par Patrice Beck3. Il s’agit donc tout d’abord de tenter de proposer le bilan des études déjà réalisées à partir des comptabilités comtoises. Cet état des lieux va alors permettre une interrogation sur les perspectives que peuvent encore offrir ces sources soit dans la poursuite d’études plutôt classiques, soit dans des approches plus novatrices.

Bilan des études sur les comptabilités comtoises  Approche générale

L’importance des sources

  • 4 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge(...)
  • 5 De 1382 à 1384, c’est Louis de Male, le fils de Marguerite de France, qui détient l’héritage. Après (...)
  • 6 Le premier duc-comte de cette dynastie est Philippe le Hardi, fils de Jean le Bon et frère de Charl (...)

2Pour connaître la richesse des sources comptables conservées, nous avons la chance de bénéficier des Sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge qui dans son tome 1 traite des États de la maison de Bourgogne4. D’emblée, on y trouve l’histoire peu linéaire d’une province passée entre diverses mains. Il en résulte des archives dispersées. Les comptes de l’époque de Mahaut d’Artois (1268-1329) sont dans le Trésor des chartes d’Artois. Sa fille Jeanne qui devait hériter de la totalité de ses biens était mariée au roi de France Philippe V le long. Comme ce dernier meurt prématurément, le nouveau souverain français obtient la régence sur ses terres. Puis, la fille aînée de Jeanne et Philippe, prénommée également Jeanne, est mariée à Eudes IV, duc de Bourgogne, qui devient par cette union duc et comte de Bourgogne. Durant cette période entre 1330 et 1361, duché et comté étant réunis, les comptes sont conservés aux archives de Côte d’Or. De 1361 à 1382, Marguerite de France, deuxième fille du couple Jeanne et Philippe V, hérite des possessions de sa sœur. Quelques comptabilités de cette période sont restées en Artois, c’est le seul moment avant 13845 où existent quelques belles séries. Mais majoritairement, jusqu’en 1384, les documents sont rares, éparpillés. On trouve même quelques pièces aux Archives nationales, à la BnF, aux archives départementales du Nord, voire en Belgique. Á ces successions un peu chaotiques succède une longue période de stabilité, de 1384 à 1477 durant laquelle s’impose la dynastie des ducs-comtes de la maison de Valois6 où tous les registres sont conservés à Dijon aux archives de Côte d’Or. Pour cette époque, nous détenons de remarquables séries.

  • 7 Paravicini, Werner, « L’embarras de richesse : comment rendre accessible les archives financières d (...)
  • 8 Van Nieuwenhuysen, Andrée, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, (1384- 1404), Bruxel (...)
  • 9 Rauzier, Jean, Finances et gestion d’une principauté au xive siècle. Le duché de Bourgogne de Phili (...)

3Tout le monde connaît la célèbre expression de Werner Paravicini évoquant « l’embarras de richesse »7 des comptabilités médiévales bourguignonnes conservées aux archives de Côte d’Or. Il parlait bien sûr de façon générale, pourtant l’ampleur des sources conservées concerne également le comté de Bourgogne, terre d’Empire. Bien que se trouvant sous l’égide d’un prince français, le comté est un fief d’Empire pour lequel le comte devait rendre hommage à l’empereur. Duché et comté se trouvant dans les mêmes mains, trésoriers et receveurs comtaux venaient faire vérifier, entériner, c’est-à-dire auditionner leurs comptes à Dijon où se trouvent donc désormais ces archives. Cet important fonds a déjà bénéficié d’études qui l’ont utilisé soit en partie pour Mme Nieuwenhuysen qui a travaillé sur l’ensemble des possessions bourguignonnes8 ou soit uniquement les données ducales pour J. Rauzier9. Nous nous contentons ici d’évoquer exclusivement ce qui touche au comté de Bourgogne.

Des sources domaniales

  • 10 Bepoix, Sylvie, Gestion et administration d’une principauté à la fin du Moyen Âge, le comté de Bour (...)

Fig. 1. Exemple des possessions comtales dans la partie sud du comté, les châtellenies du bailliage d’Aval au début du xve siècle10

Fig. 1. Exemple des possessions comtales dans la partie sud du comté, les châtellenies du bailliage d’Aval au début du xve siècle10
  • 11 Ibid., p. 9-23.

4Toutes les sources qui viennent d’être évoquées émanent de l’administration comtale, il s’agit donc de comptabilités domaniales. Évidemment l’étude de ces sources a ses limites puisque nous échappent toutes les zones qui ne relèvent pas directement du comte. Ses propres possessions se révèlent parcellaires, en particulier dans les parties élevées de la province qui sont principalement aux mains de la famille de Chalon, grands barons comtois11.

5Pourtant la richesse des comptabilités du domaine comtal permet d’accéder à une connaissance étendue, en particulier de l’économie, mais sans négliger les aspects sociaux. Les sources comptables ont été essentielles pour réaliser ma thèse sur le comté de Bourgogne au temps de Jean sans Peur où j’ai dépouillé de façon systématique toutes les séries comptables de la période. L’exercice a cependant été permis par la brièveté du principat qui dure de 1404 à 1419.

6Étudier ainsi une province par le biais de la comptabilité donne évidemment accès à des chiffres. De telles séries vont permettre une représentation visuelle dont nous pouvons livrer quelques exemples à travers les recettes tout d’abord. Voici deux illustrations portant sur l’espace septentrional du comté.

  • 12 Ibid, p. 132.

Fig. 2. Recettes du trésorier du Bailliage d’Amont (1405-1419)12

7Les recettes montrent une certaine stabilité, si l’on excepte les deux premières données qui s’expliquent par des levées extraordinaires, et une faible variété, mais qui dévoilent aussi une persistance des prélèvements en nature que le prince préfère vendre lui-même, nous permettant alors de connaître les prix auxquels sont vendues les denrées.

  • 13 Ibid., p. 140. Les différentes séries de la légende renvoient aux mesures différentes suivant les c (...)

Fig. 3. Prix du bichot de froment dans le bailliage d’Amont (1404-1419)13

8Les recettes judiciaires révèlent des rentrées d’argent pouvant s’avérer intéressantes, et le statut particulier de la province donne le droit au prince de détenir un parlement d’appel comtal situé à Dole. Il pouvait représenter un important apport financier. Nous devons cependant rester toujours vigilant car si les recettes, en particulier judiciaires, sont réunies dans un seul poste, en revanche il arrive fréquemment que les dépenses afférentes se trouvent dispersées sous différentes entrées. Le bilan devient alors difficile à effectuer.

  • 14 Ibid., p. 75.

Fig. 4. Revenus du parlement de Dole de 141314

  • 15 Un seul défaut est taxé à lui seul de 1 000 livres.
  • 16 Le trésorier trouve 2 423 livres 10 sous.
  • 17 Le trésorier trouve 3 432 livres 10 sous

Ordinaire

Extraordinaire

TOTAL

Défauts

540 £

1 930 £15

2 470 £

Appellations

617 £

5 £

622 £

Amendes

1 175 £ 10 s.

97 £ 10 s.

1 273 £

Amendes arbitraires

251 £

1 385 £

218 francs

30 écus

1 636 £

218 francs

30 écus

Indéterminé

20 £

0

20 £

TOTAL

2 603 £ 10 s.16

3 417 £ 10 s.17

218 francs

30 écus

6 021 £

218 francs

30 écus

9Enfin, les comptabilités comportent également de nombreuses recettes extraordinaires permettant de constater les besoins financiers du prince et montrant de façon précise qui participe aux contributions, à quelle hauteur et qui tente d’y échapper, sous quel prétexte.

10Les dépenses sont évidemment extrêmement diverses, à commencer par toutes celles liées à l’administration du domaine. On peut souligner en comté à la période de Jean sans Peur l’importance des travaux réalisés dans les châteaux, les moulins ou toute autre construction appartenant au comte.

  • 18 Bepoix, Sylvie, Gestion et administration, op. cit., p. 231.

Fig. 5. Travaux et réfections dans le bailliage d’Aval (1405-1419)18

11Enfin, il a été possible de mettre en évidence un prince qui ponctionne la Comté pour ses propres besoins mais ne le fait pratiquement jamais de façon excessive, ce qui permet aux agents locaux d’administrer la province.

  • 19 Ibid., p. 356.

Fig. 6. Montants envoyés à Dijon par rapport à la dépense totale : bailliage d’Aval (1405-1419)19

12Il s’agit là, évidemment, d’un très bref aperçu de l’ensemble des données que l’on parvient à retirer des comptabilités du comté de Bourgogne. Ajoutons également qu’au-delà des chiffres, les comptabilités nous montrent les hommes qui administrent au nom du prince. Les registres comptables donnent à connaître tous les agents, leurs noms, leurs rôles, leurs salaires. Il faudrait encore parler de l’apport des contenus énumérant les recettes judiciaires, où sont détaillés les délits et les sanctions, où sont cités les noms des protagonistes ; toutes connaissances fort bienvenues en l’absence de sources proprement judiciaires pour le comté de Bourgogne médiéval.

13Toutes ces données que j’ai donc étudiées sur un laps de temps réduit, pourraient évidemment, sur d’autres périodes, ensemble ou séparément, faire encore l’objet de recherches.

Des études plus spécifiques

  • 20 Gresser, Pierre, La gruerie du comté de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Turnhout, Brepols, 2004.
  • 21 Gresser Pierre, Pêche et pisciculture dans les eaux princières en Franche-Comté aux xive et xve siè (...)

14Un autre travail important utilisant les comptabilités du comté de Bourgogne porte sur la gruerie. Il a été réalisé par Pierre Gresser20. Il existe en effet pour cette région une très belle série de comptes de gruerie distincts pour le sud du domaine, le bailliage d’Aval. En revanche, au nord, dans le bailliage d’Amont, les eaux et forêts sont intégrées aux comptabilités générales. Mais si l’objet de l’étude apparaît spécifique, c’est-à-dire uniquement ce qui touche aux eaux et forêts, par contre les contenus concernent le même type de données que celles qui ont été évoquées plus haut : les recettes, les dépenses, les officiers, le fonctionnement de l’administration, les données judiciaires. Le deuxième ouvrage produit par l’auteur sur le thème exclusif de l’eau21 permet des approches plus rares sur les modalités de possession des cours d’eau, des lacs et des étangs mais s’arrête également sur les délits typiques commis dans ces espaces, accessibles par ce biais à notre connaissance en raison de la comptabilité des amendes.

  • 22 Theurot, Jacky, « Les chantiers du domaine comtal d’après la comptabilité de Jean Toubin, trésorier (...)
  • 23 Par exemple : Motillon, Clémence, Étude d'une maîtrise d'ouvrage urbaine au xve siècle à travers la (...)
  • 24 Theurot, Jacky, « Un portrait de Poligny à l’orée du principat d’Eudes IV à partir du compte généra (...)
  • 25 Theurot, Jacky, « Approvisionnement de bouche et repas dans le comté de Bourgogne (1286-1374) d’apr (...)

15Les travaux qui viennent d’être présentés ont donné lieu à des ouvrages complets. Pour balayer l’ensemble des recherches déjà effectuées dans les limites du comté de Bourgogne et dans le cadre d’une approche des contenus, il semble nécessaire d’évoquer également les nombreux articles. Ainsi, plusieurs études de Jacky Theurot ont porté sur les travaux22, thème qui a également généré des mémoires d’étudiants23. Certains travaux ont pu faire disparaître l’approche par série en se concentrant sur un seul compte24, voire encore sur un thème précis comme l’approvisionnement alimentaire25.

16Le comté de Bourgogne bénéficie donc d’une ample quantité de comptabilités médiévales et on le voit, leurs contenus sont riches et ont déjà été abondamment étudiés. Cette approche est cependant bien loin d’avoir été totalement labourée, les principats de Philippe le Bon et Charles le Téméraire nous ont laissé des séries encore plus complètes et mériteraient de bénéficier également de travaux de recherches approfondis.

Bilan des études sur les comptabilités comtoises  Une approche « archéologique »

Enquête sur les comptabilités

  • 26 Sur les objectifs de la revue, il faut consulter le tout premier éditorial : « Éditorial », Comptab (...)

17Patrice Beck est à l’origine de cette enquête qui a permis une approche plus novatrice des sources comptables. Plusieurs journées ont été organisées qui font partie des recherches et études ayant permis de concrétiser la création de la revue en ligne intitulée Comptabilité(s)26. L’idée à l’origine de cette approche particulière est de faire une « archéologie du document comptable », donc faire de la codicologie mais non comme une fin en soi. Il s’agit, par-là, de mettre en lumière des volontés de la part des prescripteurs, qu’elles soient politiques, administratives ou gestionnaires. Dans le cadre de cet objectif, étudier d’importantes séries devient une véritable nécessité.

  • 27 Bepoix, Sylvie, Couvel, Fabienne et Leguil, Matthieu, « Entre exercice imposé et particularismes lo (...)

18Les registres comptables du comté de Bourgogne ont, dans cette perspective, été comparés avec ceux du duché de Bourgogne afin de déterminer s’il existe une pratique normalisée de la comptabilité domaniale27. Une impression d’homogénéité s’est rapidement dégagée laissant penser à l’existence d’un modèle. Ainsi, tous les registres détiennent un contenu ordonné dans un texte central entouré de marges où se faisait le contrôle. Pourtant, il n’y a pas de normes strictes en dehors de l’utilisation du parchemin imposé par la Chambre des comptes à des fins de conservation. Cette harmonisation dans la présentation a surtout pour but de faciliter le travail des gens de la Chambre, l’archivage et la consultation.

  • 28 Bepoix, Sylvie et Couvel, Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : le dir (...)

19Après s’être interrogé sur l’objet, la deuxième étude a porté sur les mots utilisés dans les registres comptables à nouveau dans une volonté comparative entre duché et comté de Bourgogne. Le vocabulaire et l’organisation du compte ont alors été étudiés dans leur matérialité, non dans leurs contenus28. Très vite, nous avons constaté une réelle volonté politique d’établir une permanence. L’organisation du compte adopte un plan quasi invariable. Le travail de copie sur les comptes antérieurs est un élément bien connu et déjà étudié qui permettait la rapidité, la diligence, évitant erreurs et oublis. Mais cela correspond également à une volonté de transmission, de mémoire. Ainsi, on maintient pendant des décennies les articles reportant les aliénations, y compris celles qui sont définitives. Les mots du registre marquent la pérennité par leur répétition. Ce qui signifie d’ailleurs que le compte ne correspond pas nécessairement à une réalité et le gestionnaire doit s’adapter, ce qui est très visibles avec les rubriques : « deniers rendus et non reçus ».

  • 29 Bepoix, Sylvie, « Le savoir-faire comptable des receveurs du comté de Bourgogne au xve siècle : fia (...)

20Puis la troisième étape a porté sur les chiffres29 où l’étude des comptabilités comtoises a mis en valeur la diversité des données ainsi que les opérations effectuées, les calculs simples : additions, multiplications, étant cependant majoritaires. La multiplication du nombre d’intervenants dans les diverses opérations de calcul dévoile une dilution de la responsabilité du calcul juste. Néanmoins on constate que pour les instances de contrôle, le mot importe plus que le chiffre. Nous avons remarqué des erreurs de calcul qui n’ont jamais été corrigées. Elles restent pourtant étonnamment marginales, montrant des compétences de calcul importantes.

  • 30 Journée d’étude organisée à l’université de Lille le 13 juin 2014 sous la direction de Jean-Baptist (...)

21J’ai poursuivi cette approche intéressante sous deux formes en dehors cette fois de l’enquête qui s’est poursuivie dans une optique plus prosopographique30.

Dans la continuité de cette approche

  • 31 Bepoix, Sylvie, « Les exploits de justice dans les comptabilités domaniales du comté de Bourgogne a (...)

22La première étude que j’ai réalisée dans cette même approche du document comptable par lui-même autant que ses contenus a consisté à analyser uniquement une catégorie de données, toujours en série. C’est ainsi que j’ai pu retirer des constatations intéressantes sur le traitement des données judiciaires dans les comptabilités domaniales31. Sans se contenter de n’y voir qu’une volonté gestionnaire propre à l’outil qu’est le registre : c’est-à-dire la justice rapporte ou la justice coûte cher, on peut mettre en valeur le fait que les clercs traitent de façon différenciée les justices selon qu’elles relèvent de la basse, ou moyenne et haute justice. La première n’apparaît que pour l’argent qu’elle rapporte tandis que la moyenne et la haute justice sont privilégiées car elles sont détaillées.

Fig. 7. Exemple de détail des exploits de justice du bailliage d’Amont en 1405

Fig. 7. Exemple de détail des exploits de justice du bailliage d’Amont en 1405

Source : Conseil Général du Doubs, Archives Départementales, 1B101, fol. 8 v°

23Cette mise en relief peut apparaître comme le gage du maintien des droits du comte : on ne peut lui porter atteinte sans être puni. Se distingue également le traitement des recettes et des dépenses, nous l’avons déjà évoqué plus haut. Les premières sont différenciées dans un poste dédié tandis que les dépenses de justice sont diluées sans logique réelle au milieu des autres dépenses. La mise en valeur des sanctions n’a-t-elle pas alors pour but de démontrer les pouvoirs du comte de Bourgogne et de mettre en avant son rôle, essentiel, d’assurer la paix et l’ordre ?

  • 32 Bepoix, Sylvie, « Les comptabilités de Besançon, cité impériale, au xive siècle, un exemple d’affir (...)
  • 33 Le patrimoine numérisé de la bibliothèque de conservation de la ville de Besançon est consultable s (...)

24Jusque-là, les sources qui ont été utilisées émanaient exclusivement du domaine comtal. La dernière étude que j’ai réalisée dans l’optique d’un examen de la réalisation des registres change de sources en étudiant les comptabilités urbaines de la ville de Besançon32. Son statut d’enclave impériale a permis de réaliser une approche qui étudie les contenus d’une comptabilité à mettre en lien avec la situation de la cité ; tout en permettant de montrer comment le document et sa forme dévoilent la naissance d’une administration distincte avec la mise en place de l’organisation communale fiscale. Cela conduit à mettre en valeur l’existence d’une véritable politique urbaine. Le tout premier registre comptable différencié date de 1388. Auparavant, les comptabilités étaient intégrées au registre de délibération, le premier datant de 1290, année de naissance de la Commune bisontine. En s’attachant à la forme, l’organisation du registre, très approximative d’ailleurs, la comptabilité de 1388 à Besançon montre un certain empirisme dans sa réalisation, mais elle évolue rapidement vers une administration comptable mieux coordonnée et plus professionnelle avant la fin du xive siècle. On peut d’ailleurs souligner la richesse des fonds bisontins où les comptabilités ont été entièrement numérisées33.

25On constate donc que l’étude du document en lui-même qu’est le registre comptable dans sa réalisation et sa composition nous apporte de nouvelles connaissances sur les modalités de gestion, d’administration voire de gouvernement du comté de Bourgogne. D’autres sources ouvrent également d’autres possibilités comme le démontre l’étude de la cité bisontine.

26Mais une fois réalisé le bilan de ce qui a déjà été accompli, quelles possibilités offrent encore les comptabilités comtoises ?

Quelles perspectives ?

Poursuivre et approfondir

  • 34 Faucogney, dép. Haute-Saône, arr. Lure, cant. Melisey.
  • 35 Ces sources comptables ont évidemment déjà été utilisées parfois il y a longtemps, par exemple : Tu (...)

27La première idée est bien sûr de poursuivre les voies déjà tracées. Toutes les études déjà menées peuvent être poursuivies dans le temps, de façon ponctuelle ou en série. Les possibilités sont évidemment facilitées lorsqu’il y a numérisation comme dans le cas des comptabilités bisontines. Mais soulignons que la masse des comptabilités du domaine comtal laisse encore d’importantes potentialités, y compris dans une approche géographique différenciée. Á l’instar de la gruerie du bailliage d’Aval, certains registres sont tenus de façon séparée, par exemple la comptabilité de la seigneurie de Faucogney, au nord-est de la région34. Elle avait été acquise par le duc de Bourgogne avant qu’il ne devienne comte et n’a jamais été intégrée au registre de bailliage comtal. L’organisation de la comptabilité de Faucogney est totalement différente, peut-être copiée sur des documents préexistants, du temps du seigneur du lieu. Elle bénéficie de séries remarquables. Citons également le cas des comptabilités de la saunerie de Salins, source de connaissance inestimable pour une activité pré-industrielle très importante pour le comté de Bourgogne35.

D’autres possibilités dans le domaine comtal

  • 36 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 1B108 à 1B111, prévôté d’Arbois (1347-1354) ; 1B113, 1B 114, prévôt (...)

28Jusqu’à l’intégration des registres du comté de Bourgogne à la Chambre des comptes de Dijon, on a vu que l’histoire non linéaire du comté rendait relativement compliqué la reconstitution de belles données sérielles. Pourtant, les archives départementales du Doubs possèdent quelques trésors, en particulier si l’on change d’échelle. On trouve ainsi conservées de nombreuses références de compte de prévôtés datant de la première moitié du xive siècle, avant l’arrivée de la dynastie des Valois à la tête du comté. L’étude de comptes de prévôtés pourrait conduire à mieux connaître une administration plus quotidienne et plus proche des administrés36.

Sortir du domaine comtal

  • 37 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 7E1216, 1340-1410, comptes des revenus des terres et seigneuries d’ (...)
  • 38 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 7E1230, 1405-1415, comptes des seigneuries d’Orbe, Echalans, Boutan (...)
  • 39 Par exemple : arch. Dép. du Doubs, 7E2841, 1393, comptabilité générale des Chalon. Ils se multiplie (...)
  • 40 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 7E1183, 1484-1485, comptes rendus à Hugues de Chalon par Jean Vigou (...)
  • 41 Yante, Jean-Marie, « Les Chalon-Arlay et le contrôle du trafic comtois (xiiie-xvie s.) » dans Publi (...)

29Enfin, la dernière perspective concevable serait de porter les recherches sur les espaces qui échappent au comte de Bourgogne parce qu’aux mains de fieffés. Les journées d’études organisées à Nancy sur le thème des comptabilités en terre d’Empire nous ont permis de découvrir les comptabilités des Neuchâtel. Ce n’est pas la seule grande famille du comté dont les possessions peuvent nécessiter la tenue de registres de comptes. Ainsi, la puissante famille des Chalon détenait peut-être autant de terre que le comte de Bourgogne. Au xive siècle, le comte de Bourgogne est d’ailleurs issu de cette famille. Un problème se pose cependant, les comptes de la famille de Chalon conservés aux archives du Doubs portent pour l’essentiel sur leurs possessions localisées hors du comté37 ou en Suisse actuelle : Orbe, Echalans, Boutans, Granson, Belmont38, etc. Sont tout de même conservés quelques comptes de la comptabilité générale39 ou ceux de l’extrême fin du xve siècle, à partir de 148440. En fait, un fonds important est demeuré dans la famille, en archives privées, et nous n’en avons aucun inventaire. Très récemment, Jean-Marie Yante a écrit un article sur les péages aux mains des Chalon41, il a pu avoir accès à des comptes de péages conservés au château d’Arlay. Peut-être existe-t-il là de belles séries d’archives comptables seigneuriales. De telles comptabilités sont assez rares, pourtant des comparaisons entre petits seigneurs et grands princes seraient sans doute riches d’enseignement.

30Beaucoup d’études ont donc été déjà réalisées, cela dans diverses approches. Pourtant la possibilité de mieux connaitre les rouages de l’administration ou la société des xive et xve siècles reste importante grâce aux comptabilités comtoises qui apparaissent encore riches de possibilités d’enseignement, que cela s’effectue dans des approches généralistes ou plus novatrices.

Haut de page

Notes

1 Quelques exemples intéressants par leur antériorité : L'argent des villages du xiiie au xviiie siècle : comptabilités paroissiales et communales, fiscalité locale, actes du colloque d'Angers, 30-31 octobre 1998, Follain, Antoine (éd.), Rennes, 2000 ; Cailleaux, Denis, La cathédrale en chantier : la construction du transept de Saint-Étienne de Sens d'après les comptes de la fabrique, 1490-1517, Paris, 1999.

2 Gazier, Georges, « Les plus anciens budgets de la ville de Besançon (1388-1394) », dans Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1929, p. 45-59.

3 Le groupe de travail sur les « Comptabilités médiévales » a été fondé en octobre 2008 à l’occasion d’une rencontre organisée à l’Université de Lille 3 dans les locaux de l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHiS–UMR 8529), il a été initié par Patrice Beck et Olivier Mattéoni. Il faut également citer l’ANR GEMMA sur les « Formes et pratiques des comptabilités princières ».

4 Bautier, Robert-Henri, Sornay, Janine, Les sources de l’histoire économique et sociale du Moyen Âge, Les États de la maison de Bourgogne, vol. 1, CNRS édition, Paris, 2001, p. 487-593.

5 De 1382 à 1384, c’est Louis de Male, le fils de Marguerite de France, qui détient l’héritage. Après la mort de Louis, sa fille, Marguerite de Flandre hérite.

6 Le premier duc-comte de cette dynastie est Philippe le Hardi, fils de Jean le Bon et frère de Charles V de Flandre, qui s’est marié avec Marguerite. Lui succèdent son fils, Jean sans Peur, puis Philippe le Bon et enfin Charles le Téméraire.

7 Paravicini, Werner, « L’embarras de richesse : comment rendre accessible les archives financières de la maison de Bourgogne-Valois » dans Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences Morales et Politiques de l’Académie royale de Belgique, 1996, p. 21-68.

8 Van Nieuwenhuysen, Andrée, Les finances du duc de Bourgogne Philippe le Hardi, (1384- 1404), Bruxelles, 1984.

9 Rauzier, Jean, Finances et gestion d’une principauté au xive siècle. Le duché de Bourgogne de Philippe le Hardi (1364-1384), Paris, 1996.

10 Bepoix, Sylvie, Gestion et administration d’une principauté à la fin du Moyen Âge, le comté de Bourgogne sous Jean sans Peur (1404-1419), Turnhout, 2014, p. 12.

11 Ibid., p. 9-23.

12 Ibid, p. 132.

13 Ibid., p. 140. Les différentes séries de la légende renvoient aux mesures différentes suivant les châtellenies.

14 Ibid., p. 75.

15 Un seul défaut est taxé à lui seul de 1 000 livres.

16 Le trésorier trouve 2 423 livres 10 sous.

17 Le trésorier trouve 3 432 livres 10 sous

18 Bepoix, Sylvie, Gestion et administration, op. cit., p. 231.

19 Ibid., p. 356.

20 Gresser, Pierre, La gruerie du comté de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Turnhout, Brepols, 2004.

21 Gresser Pierre, Pêche et pisciculture dans les eaux princières en Franche-Comté aux xive et xve siècles, Turnhout, Brepols, 2008.

22 Theurot, Jacky, « Les chantiers du domaine comtal d’après la comptabilité de Jean Toubin, trésorier de Dole : Montmirey, Lavans, Fraisans, Rochefort, 1438-1454 », Société d’Émulation du Jura, 2001, p. 235-269 ; Theurot, Jacky, « Le bois dans la construction en pays dolois au xive siècle dans les châtellenies de Dole, Gevry, La Loye, Rochefort, Montmirey, Fraisans d’après la documentation comptable », Société d’Émulation du Jura, 2003, p. 57-92 ; Theurot, Jacky, « Au cœur des chantiers du domaine comtal : des hommes des matériaux et des techniques d’après le compte de Richard des Bans 1332-1333 », Fédération des Sociétés Savantes, 2011, p. 13-62.

23 Par exemple : Motillon, Clémence, Étude d'une maîtrise d'ouvrage urbaine au xve siècle à travers la comptabilité publique de Poligny, dir. Nicole Brocard et Philippe Plagnieux, Besançon, 2010 ; Jeanguyot, Matthieu, Chantiers de construction à Poligny sous Marguerite de France (1361-1382) d’après la comptabilité du bailliage d’Aval, dir. Jacky Theurot, Besançon, 2009.

24 Theurot, Jacky, « Un portrait de Poligny à l’orée du principat d’Eudes IV à partir du compte général de Richard de Bans de Vesoul, trésorier du comté, 1332-1333 », Société d’Émulation du Jura, 2014, p. 13-62.

25 Theurot, Jacky, « Approvisionnement de bouche et repas dans le comté de Bourgogne (1286-1374) d’après les comptes des Archives du Doubs, de Côte d’Or et du Pas de Calais », Centre européen d’études bourguignonnes, 2007, p. 73-111.

26 Sur les objectifs de la revue, il faut consulter le tout premier éditorial : « Éditorial », Comptabilités [En ligne], 1 | 2010, mis en ligne le 13 décembre 2010, URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/60

27 Bepoix, Sylvie, Couvel, Fabienne et Leguil, Matthieu, « Entre exercice imposé et particularismes locaux. Étude codicologique des comptes de châtellenie des duché et comté de Bourgogne de 1384 à 1450 », Comptabilités [En ligne], 2 | 2011, mis en ligne le 05 septembre 2011. http://journals.openedition.org/comptabilites/491

28 Bepoix, Sylvie et Couvel, Fabienne, « Rendre bon compte en Bourgogne à la fin du Moyen Âge : le dire au travers des ordonnances et le faire selon les mots des receveurs », Comptabilités [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 23 janvier 2013. http://journals.openedition.org/comptabilites/1195

29 Bepoix, Sylvie, « Le savoir-faire comptable des receveurs du comté de Bourgogne au xve siècle : fiabilité des chiffres et des opérations », Comptabilités [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 02 octobre 2015. http://journals.openedition.org/comptabilites/1687

30 Journée d’étude organisée à l’université de Lille le 13 juin 2014 sous la direction de Jean-Baptiste Santamaria : « Les comptables au Moyen Âge : parcours collectifs et individuels », parue également dans la revue comptabilité, n°9/2017. Un colloque s’est aussi tenu à Paris en octobre 2012 où on peut citer la contribution de Leguil, Matthieu, « ̏Faire et ordonner ses comptes″ dans les deux Bourgognes aux xive et xve siècles. Uniformité et diversité des comptabilités des principautés méridionales de l’État bourguignon ? » dans Classer, dire et compter, discipline du chiffre et fabrique d’une norme comptable, Mattéoni Olivier, Beck Patrice (dir.), Paris, 2015.

31 Bepoix, Sylvie, « Les exploits de justice dans les comptabilités domaniales du comté de Bourgogne au début du xve siècle, au-delà de la volonté gestionnaire », dans Monuments ou documents ? Les comptabilités sources pour l’histoire du contrôle social (xiiie-xviiie siècles), Wirth-Jaillard, Aude, Musin, Aude, Demaret, Nathalie, Bodart, Emmanuel, Rousseaux, Xavier, (éds.), Bruxelles, 2015, p. 179-198.

32 Bepoix, Sylvie, « Les comptabilités de Besançon, cité impériale, au xive siècle, un exemple d’affirmation administrative ». Présenté au Colloque « Comptabilités et fiscalités urbaines à la fin du Moyen Âge occidental », Lyon, 17 et 18 novembre 2016, à paraître.

33 Le patrimoine numérisé de la bibliothèque de conservation de la ville de Besançon est consultable sur le site : http://memoirevive.besancon.fr/

34 Faucogney, dép. Haute-Saône, arr. Lure, cant. Melisey.

35 Ces sources comptables ont évidemment déjà été utilisées parfois il y a longtemps, par exemple : Tuaillon, Frédéric, La Chatellenie de Faucogney à travers l'ouvrage comptable de 1466-1467, mm, Besançon, 1988.

36 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 1B108 à 1B111, prévôté d’Arbois (1347-1354) ; 1B113, 1B 114, prévôté de Châtillon (1348-1349) ; 1B118, prévôté de Dole (1330-1360), 1B116, mairie de Cinqcens (1330), etc. Il y en a beaucoup d’autres.

37 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 7E1216, 1340-1410, comptes des revenus des terres et seigneuries d’Auberive en Dauphiné appartenant à la maison de Chalon. 7E1223, 1425-1498, comptes du receveur du comté de Tonnerre, etc.

38 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 7E1230, 1405-1415, comptes des seigneuries d’Orbe, Echalans, Boutans en Suisse ; 7E1242, 1438-1445, comptes d’Orbe, etc.

39 Par exemple : arch. Dép. du Doubs, 7E2841, 1393, comptabilité générale des Chalon. Ils se multiplient surtout à partir du XVIe siècle.

40 Exemples : Arch. Dép. du Doubs, 7E1183, 1484-1485, comptes rendus à Hugues de Chalon par Jean Vigoureux, 7E1184, 1486-1487 ; 7E1185, 1487-1488, etc.

41 Yante, Jean-Marie, « Les Chalon-Arlay et le contrôle du trafic comtois (xiiie-xvie s.) » dans Publication du centre européen d’études bourguignonnes, 2018, p. 169-181.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Exemple des possessions comtales dans la partie sud du comté, les châtellenies du bailliage d’Aval au début du xve siècle10
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/4561/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 7. Exemple de détail des exploits de justice du bailliage d’Amont en 1405
Crédits Source : Conseil Général du Doubs, Archives Départementales, 1B101, fol. 8 v°
URL http://journals.openedition.org/comptabilites/docannexe/image/4561/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Bépoix, « Les comptabilités du comté de Bourgogne aux xive et xve siècles : état des recherches et perspectives »Comptabilités [En ligne], 13 | 2020, mis en ligne le 30 septembre 2020, consulté le 24 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/comptabilites/4561

Haut de page

Auteur

Sylvie Bépoix

Université de Franche-Comté, Laboratoire Chrono-Environnement – UMR 6249
sylvie.bepoix@univ-fcomte.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo IRHiS - Institut de Recherches Historiques du Septentrion
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search