Navigation – Plan du site

Bande frontalière du Brésil : transformations territoriales et densification du maillage municipal de 1872 à 2010

Faixa de fronteira do Brasil: transformações territoriais e densificação da malha municipal de 1872 a 2010
Brazil's border area: territorial transformations and densification of the municipal network from 1872 to 2010
Eloisa Maieski Antunes et Denise Pumain

Résumés

La Bande Frontalière du Brésil a été définie, pour la première fois, comme une aire géographique délimitée, avec un régime juridique spécial, durant la période impériale, par la loi 601 du 18 septembre 1890. Depuis lors, la région est passée par plusieurs transformations. Cet article a pour finalité d’analyser les transformations territoriales et le processus de division du maillage municipal dans la bande frontalière brésilienne de 1872 à 2010. Pour l’analyse de 1872, nous avons utilisé la base de données de la Cedeplar qui fournit des données de la population. De 1900 à 2010, nous avons utilisé la division territoriale de l’IBGE. Les résultats indiquent que la zone frontalière a gagné de nouveaux territoires dérivés de processus des litiges territoriaux avec des pays voisins. Un changement a porté sur la largeur de la bande frontalière qui était initialement de 66 km, puis de 100 km et par la suite de 150 km. La formation des municípios frontaliers a dérivé de quelques territoires-mères, donnant origine à de nouveaux municípios par un processus de démembrement et multipliant le nombre de villes frontalières. Le processus de création des municípios frontaliers a été exponentiel et rapide, les périodes de plus grande création municipale se situaient entre 1960 et 1970 et entre 1991 et 2000 avec l'émergence de 281 nouvelles municipalités représentant 47% du total actuel.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keywords :

border area, military, border towns

Index géographique :

Brasil / Brésil

Índice de palavras-chaves :

faixa de fronteira, militar, cidades fronteiriças
Haut de page

Texte intégral

Frontière Brésil-VenezuelaAfficher l’image
Crédits : Hervé Théry 2009

1Les limites internationales du Brésil ont évolué au cours de l’histoire. Le traité de Tordesilhas a été la première ligne qui séparait les colonies appartenant au Royaume du Portugal et de l’Espagne. Plus tard, les limites ont été modifiées en accord avec les intérêts politiques et économiques, en conséquence de nouvelles villes frontalières ont émergé, s’insérant dans ce contexte de changements territoriaux.

2Actuellement, les villes frontalières du Brésil bénéficient d’une grande diversité sur le plan économique, géographique et culturelle, ainsi que différents aspects sociaux malgré l’appartenance au même territoire. La ligne de démarcation du nord au sud du pays mesure 15.719 km, ce qui justifie la diversité que l’on trouve dans la région frontalière.

3Il existe 248.000 km de frontières terrestres dans le monde contemporain (Foucher, 2007), entre lesquelles 6,33 % appartiennent à l’état Brésilien. La plus importante du Brésil est celle avec la Bolivie qui mesure 3.423 km de longueur, suivie de celle avec le Pérou avec 2.995 km et celle avec le Venezuela avec 2.199 km.

4Le Brésil fait frontière avec dix pays : le Paraguay, l’Uruguay, l’Argentine, le Suriname, le Venezuela, la Colombie, le Guyana, le Pérou, la Bolivie, et la Guyane, sachant que celle-ci est un département d’outre-mer de la République française. La frontière Brésil-Guyane est la plus grande frontière terrestre de la France avec une extension de 1.605 km.

5La bande frontalière Brésilienne, région géographiquement délimitée, reçoit un régime juridique spécial pour être une région de défense nationale. La bande frontalière est établie par la Constitution fédérale et sa largeur peut avoir jusqu’à 150 km parallèles aux limites internationales.

6La largeur de la bande frontalière a été modifiée au fil du temps. En 1850, elle faisait 66 km, 100 km en 1934 et s’est étendue en 1937 à 150 km, gardant cette mesure jusqu’à aujourd’hui. Le gouvernement fédéral a également créé des lois afin de régulariser son utilisation. La loi n°6.634 du 02 mai 1979 et le décret n°85 du 26 août 1980 sont les plus importants pour la réglementation d’activités qui peuvent être développées dans la bande frontalière.

7Le dernier recensement de l’IBGE (Institut Brésilien de Géographie et Statistique) montre qu’il y a à peu près 11 millions d’habitants dans la frange. En termes comparatifs, la région a la même population que l’état fédératif du Paraná, qui est le sixième état le plus peuplé du Brésil. La bande frontalière est formée de 588 municípios qui représentent 10,56 % du total des municípios brésiliens. La superficie territoriale est de 8.515.759.090 km², ce qui correspond à peu près à 27 % du territoire Brésilien.

8Avant d’atteindre les dimensions actuelles, la bande frontalière est passée par un processus de transformations territoriales et urbaines au cours de différents contextes historiques et politiques qui seront présentés au long de l’étude. Toutefois, il est important de rappeler que la bande frontalière, qui a été instituée et crée dans la légalité (légalement) en raison de l’intérêt du pouvoir central, était désignée parfois comme une zone de sécurité nationale, parfois comme une défense nationale, dans le but de préserver la souveraineté et l’intégrité du territoire. Il existe plusieurs études scientifiques qui abordent la thématique de la défense, cependant les études qui traitent de la densification du maillage municipal sont peu nombreuses, voire rares. Par conséquent, cette étude est innovatrice du fait d’aborder ces thématiques conjointement, généralement séparées au plan scientifique.

9De 1872 à 2010, nous pouvons dire que deux principaux facteurs ont contribué à la formation et à l’évolution du maillage municipal dans la bande frontalière. Premièrement, la largeur de la bande frontalière a été modifiée au fil du temps. En à peine 65 ans, 84 km ont été inclus. Deuxièmement, le processus de démembrement municipal a été exponentiel et récent. Donc, cet article a comme finalité d’analyser les transformations territoriales et le processus de division du maillage municipal dans la bande frontalière brésilienne de 1872 à 2010. Pour l’analyse de 1872, nous avons utilisé la base de données de la Cedeplar qui fournit des données de la population. De 1900 à 2010, nous avons utilisé la division territoriale de l’IBGE et l’article a été écrit en observant la ligne du temps.

10L’étude est présentée de la manière suivante : 1) elle commence en abordant les concepts liés à la frontière utilisés par le pouvoir central, afin d’orienter le lecteur. 2) Dans la deuxième section, le travail reprend le recensement démographique de 1872 visant à présenter les premières villes frontalières du Brésil Impérial, durant la période où l’importance donnée à la frontière était de défense associée à la “vivificação” des limites, c’est-à-dire, l’occupation de ces terres par les hommes. 3) La troisième section traite de la définition des derniers contours des frontières brésiliennes. 4) La quatrième section examine les instruments législatifs utilisés par le pouvoir central pour l’occupation des sols. 5) La cinquième partie aborde le processus de densification du maillage municipal dans la bande frontalière.

Concepts utilisés pour les aspects frontaliers du point de vue du pouvoir central.

11Cette section a l’intention de discuter brièvement les trois principaux concepts utilisés par le pouvoir central, à savoir : bande frontalière, zone de frontière et les différentes classifications de municípios frontaliers.

12La bande frontalière est le premier concept à être abordé. Sous le regard de la Constitution Fédérale de 1988, art. 20, § 2, la bande frontalière est une bande de 150 km maximum parallèle aux limites internationales.

13La bande frontalière est un lieu d’action institutionnelle. C’est une zone légalement établie par l’État afin de diriger un traitement politique spécial par rapport au restant du pays (Furtado, 2013). Le concept de bande frontalière vient d’un point de vue juridique et en même temps d’un concept militaire qui la voit comme une zone de défense nationale. La Bolivie, l’Équateur, le Paraguay, le Pérou et l´Uruguay utilisent également une largeur spécifique pour délimiter la bande frontalière, similaire au concept utilisé par la Contitution du Brésil (Furtado, 2013).

14Le ministère de l’Intégration Nationale a comme mission, ainsi que d’autres ministères et institutions compétentes, d’élaborer les directives pour le développement régional de la bande frontalière. Il adopte un critère d’organisation pour le territoire construit, à partir de trois zones géographiques pour le Programme de Développement de la Bande Frontalière (PDFF – Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira) (Brasil/MIN, 2005). Les zones géographiques sont classées en : arche frontalière nord, arche frontalière centrale et arche frontalière sud. La division a été élaborée par l’un des principaux groupes de recherche qui étudient ce thème appelé RETIS, de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro, formé par des chercheurs, principalement géographes, qui ont développé ce nouveau paradigme à partir de différentes régions socio-économiques et culturelles se trouvant dans chaque arche.

15L’arche nord est formée par les états de l’Amazonas, du Pará, de l’Amapá, de Roraima et de l’Acre. L’arche centrale comprend les états du Mato Grosso, de Rondônia et du Mato Grosso do Sul et l’arche sud inclut les états du Paraná, de Santa Catarina et du Rio Grande do Sul. La figure 01 montre les arches frontalières brésiliennes. Dans la division macro-régionale adoptée par l’IBGE, Rondônia est inséré dans la région nord, mais, dans cette classification Rondônia appartient à l’arche centrale.

Figure 01 - Les arches frontalières brésiliennes

Figure 01 - Les arches frontalières brésiliennes

16Le prochain concept est celui de zone de frontière. Brasil/MIN (2005) définit la zone frontalière comme un espace transitif, composé de flux dérivés de la limite internationale et aussi comme un espace-test pour les politiques d’intégrations et de coopérations. Cependant, du point de vue scientifique, la zone frontalière est caractérisée comme un espace géographique formé par des réseaux et flux frontaliers dérivés d’éléments locaux et internationaux.

17La zone frontalière n’est pas nécessairement au sein de la limite stipulée par la loi. En réalité, il est complexe de délimiter exactement l’aire d’influence de celle-ci parce que cela dépend de l’objectif de l’étude. Pour Warckermann (2003) les zones frontalières créent un réseau propre dans la frontière, seulement perceptible à l’échelle locale/régionale. La zone frontalière constitue une aire territoriale marginale appartenant à l’état qui peut être ou ne pas être définie.

18Le troisième concept abordé est celui de municípios frontaliers. Pour ce travail, les municípíos frontalières sont celles localisées dans la bande frontalière prévue dans la loi. Elles sont classées de trois manières :

  1. Municípios limitrophes: ce sont ceux qui sont situés à côté de la limite internationale. Ce n’est pas nécessairement une ville jumelle.

  2. Municípios frontaliers localisés dans la bande frontalière: ce sont ceux qui ont leur périmètre urbain inséré dans la bande frontalière (en partie ou en totalité) et n’atteind pas la limite internationale.

  3. Les villes jumelles (cidades gêmeas) sont les municípios traversés par la ligne de frontière, qu’elle soit sèche ou fluviale, articulée dans certains cas par des réalisations d’infrastructures présentant un fort potentiel d’intégration économique et culturel. Elles peuvent parfois contenir une conurbation ou une conurbation partielle avec une localité du pays voisin, elles offrent aussi des démonstrations “concentrées” des problèmes caractéristiques de la frontière, qui acquièrent ici une plus grande densité, avec quelques effets directs sur le développement régional et la citoyenneté (Brasil, 2014).

19Le tableau 01 montre la quantité actuelle de municípios limitrophes, localisés sur la ligne frontalière et les villes jumelles par unité de fédération.

Tableau 01 : Distribution des municípios frontaliers selon la classification

Etat de fédération

Villes jumelles

Municípios limitrophes

Municípios sur la bande frontalière

Total par état

Acre

4

13

5

22

Amazonas

1

7

13

21

Roraima

1*

7

6

15

Amapá

1

1

6

8

Pará

0

3

2

5

Mato Grosso do Sul

6

7

32

44

Mato Grosso

0

4

24

28

Rondônia

1

8

18

27

Paraná

3

14

122

139

Santa Catarina

1

9

72

82

Rio Grande do Sul

10

19

168

197

Total

28

92

468

588

20*Dans l’arrêté n°125, du 21 mars 2014 du Ministère de l’Intégration National, il a été publié que l’état de Roraima a deux villes jumelles : Bonfim et Pacaraíma.

21Source : Confédération Nationale des Municípios CNM, 2008

22Dans la liste des villes jumelles divulguées par le PDFF en 2005, par le Ministère de l’Intégration Nationale, les municípios de l’état du Mato Grosso do Sul sont différents de la liste divulguée par la Confédération Nationale des Municípios. En premier lieu, Corumbá, Porto Murtinho, Bela Vista, Ponta Porã, Paranhos e Coronal Sapucaia ont été inclus comme villes jumelles au PDFF. Cependant, après trois ans, le CNM a publié une autre liste qui ne classait pas les municípios de la même manière. La première différence est que Porto Murinho est considéré comme un municípios limitrophe et plus comme une ville jumelle (paire avec Palma Chica – PY). La seconde différence est l’inclusion de Novo Mundo (MS) comme ville jumelle, avec Guaíra (PR), Salto del Guaíra (PY). La troisième différence est l’exclusion de Coronel Sapucaia de la liste de la CNM.

23Les critères de classification des villes jumelles ont été revus en 2014 par le Ministère de l’intégration Nationale (Antunes, 2013) après avoir reçu une nouvelle requête concernant la réglementation de la loi n°12.723, du 9 octobre 2012, qui fait référence à l’installation de duty-free dans les villes jumelles.

24Il est important de rappeler que la définition officielle des villes jumelles est vague. Le Ministère de l’Intégration Nationale (MIN) ne cite pas quels sont les critères afin de connaître le potentiel d’intégration économique et culturelle ou quelles sont les démonstrations “concentrées” des problèmes caractéristiques de la frontière. La définition est extrêmement subjective. Le seul critère utilisé et publié dans l’arrêté n°125 du 21/03/2014 est que, pour être une ville jumelle, la population ne peut pas être inférieure à deux mille habitants. Le redécoupage de la population est accepté pour que les municípios ou les petites communautés de la frontière ne reçoivent pas le titre de ville jumelle. Toutefois, utiliser le critère de peuplement ou de situation géographique, pour classifier une ville jumelle, est simplifier excessivement, sans prendre en compte la complexité de ces zones.

Présence des futures villes jumelles dans le premier recensement du Brésil Impérial

25Cette section présente les premiers municípios frontaliers en 1872 au Brésil qui sont aujourd’hui considérés villes jumelles. Il est important de mettre en évidence la genèse du territoire frontalier. La loi n°601, du 18 septembre 1850, réservait une zone de 10 lieues (66 km) considérée comme bande frontalière et à ce moment-là, le paradigme militaire était de “vivificação” frontalière, en partant du principe qu’une frontière protégée était une frontière occupée par les hommes. Certaines villes sont apparues à travers l’installation de bases militaires qui avaient la fonction d’organiser la défense et la sécurité du territoire.

26Il est nécessaire de rappeler que l’occupation territoriale du Brésil a été entreprise par le littoral (océan Atlantique) et que les frontières servaient d’espace tampon pour séparer les terres espagnoles et portugaises. Au cours du Brésil Impérial, plusieurs tentatives d’occupation de ces zones ont été promues grâce aux soutiens politiques et aux dons de terres. Par la suite, cette étude présentera les villes localisées à la frontière qui perdurent depuis le début de la formation du maillage municipal.

27Le premier recensement brésilien a été réalisé en août 1872 par la Direction Générale de Statistique (Directoria Geral de Estatística – DGE) pendant la période impériale qui a duré seulement soixante-sept ans. La période de transition entre les dernières années de la monarchie et la république a été marquée par des changements socio-économiques comme : l’expansion de la culture du café, la migration européenne et la fin de l’esclavage.

28À cette époque, la population totale du Brésil était d’approximativement de dix millions d’habitants. La population brésilienne était concentrée sur les côtes et dans la région Sud-Est. Les provinces les plus peuplées étaient celles du Minas Gerais, de Bahia et de Pernambuco. Les “provinces frontalières”, ici considérées comme les provinces qui avaient une limite internationale avec d’autres pays, sont celles du Rio Grande do Sul, du Paraná, du Matto Grosso, de l’Amazonas e de Grão Pará, avaient des dimensions territoriales bien différentes de celles que nous rencontrons aujourd’hui ( tableau 02).

Tableau 02 : Population des provinces frontalières

Provinces

Nombre de

municípios

Population

en 1872

Rio Grande do Sul

28

434,813

Amazonas

7

348,009

Santa Catarina

11

159,802

Paraná

16

126,722

Mato Grosso

9

60,417

Pará

32

27,458

Total provinces frontalières

103

1,157,221

Total Brésil

641

9,930,478

Source: CEDEPLAR

29Le recensement de 1872 indique qu’il existait six municípios frontaliers qui aujourd’hui sont classés comme villes jumelles (figure 02), localisées dans les provinces du Rio Grande do Sul et de Matto Grosso (orthographe de l’époque). Dans la région Nord du Brésil, il n’existait pas, jusqu’à ce moment-lá, de siège urbain localisé près de la limite internationale, mais si quelques “vilas” (petites communautés qui n’étaient pas encore devenues des municípios), aldeias (communautés indigènes) et postes militaires, comme c’était le cas de Tabatinga – AM.

Figure 02 – Présence des futures villes jumelles en 1872

Figure 02 – Présence des futures villes jumelles en 1872

30Les municípios frontaliers de Livramento (Sant’ana do Livramento aujourd’hui), Itaquy (Itaqui), Jaguarão, São Borja et Uruguayana (Uruguaiana), appartiennent à la province du Rio Grande do sul qui avait au total 28 municípios sur son territoire.

31Après quelques années, il est devenu un État de la Fédération avec la promulgation de la première Constitution Fédérale de la République en 1891. Corumbá appartenait à la province de Matto Grosso qui, à cette époque, était formée par neuf municípios et postérieurement est devenue État de la Fédération du Mato Grosso. Le 11 novembre 1977, le territoire du Mato Grosso a été divisé en deux parties, en donnant origine à l’état du Mato Grosso do Sul, où est localisé, actuellement, le municípios de Corumbá.

32Les munícipios frontaliers du Rio Grande do Sul avaient une population de 54.591 habitants (12,55 % de la population totale de la province) et Corumbá représentait 5,56 % de la population totale du Matto Grosso. Le classement par ordre d’importance, en fonction de la population des municípios sélectionnés, est São Borja, Jaguarão, Santana, Itaqui, Uruguaiana e Corumbá ( tableau 03).

Tableau 03: distribution de la population en 1872 dans les municípios sélectionnés

Município

Pop. Totale

Corumbá

3361

Itaqui

8561

Jaguarão

13762

São Borja

14827

Santanna do Livramento

10075

Uruguayana

7366

Total 

57952

Source: CEDEPLAR

33L’autre facteur qui a interféré la dynamique démographique a été l’arrivée d’immigrants européens. La nationalité des immigrants dans les provinces frontalières, par ordre d’importance était: allemande, portugaise, africaine, orientale, paraguayenne, italienne, argentine, française, espagnole et anglaise. La province frontalière qui a reçu le plus d’immigants a été celle du Rio Grande do Sul, principalement des Allemands, des Portugais et des orientaux. Le município sélectionné qui a reçu le plus grand nombre d’étrangers a été Jaguarão, suivi d’Uruguaiana et Itaqui. Les plus importants taux d’immigration ont été à Corumbá (19,75 %), Jaguarão (16,77 %) et Uruguaiana (11,60 %). À Santana do Livramento, Uruguaiana et Jaguarão, les nationalités plus représentées étaient des pays orientaux. À São Borja et Corumbá, les personnes venaient du Paraguay, à Itaqui d’Argentine.

34En ce qui concerne l’occupation de la frontière, il est important de souligner que durant l’Empire, la préoccupation était la défense associée à la vivificação des limites (Furtado, 2013). La loi n°601, du 18 septembre 1850, traite des terres vacantes du territoire de l’Empire, se réservant une zone de 10 lieues (66 km) contiguës aux limites avec les pays étrangers, pouvant être concédées gratuitement.

35Pendant cette période, le gouvernement souhaitait peupler cette région et distribuait gratuitement des terrains aux pionniers (brésiliens ou étrangers) qui voulaient s’y installer. Les terres étaient distribuées pour les cultures agricoles et l’élevage. Les entrepreneurs, qui prétendaient peupler cette zone, devaient envoyer leurs propositions au Gouvernement Impérial, spécifiquement à la Répartition Générale des Terres Publiques. Le règlement en vigueur dans la bande de terres qui séparait la Colonie portugaise de celle de l’Espagne cherchait à favoriser l’implantation des hommes sur le territoire proposant des concessions gratuites de terrains de la Couronne, comme forme de défense des frontières, en appliquant le principe du uti possidetis. À travers ce principe, une frontière à défendre est celle où il y a la présence de l’homme.

36Malgré les efforts de figer l’homme à la frontière, le vide démographique régnait principalement dans les régions Nord et Centre-Est où les conditions d’accès étaient difficiles. Dans la région Sud, il existait déjà des zones urbaines localisées dans la bande frontalière, principalement à la frontière avec l’Uruguay. La frontière avec l’état de Rio Grande do Sul, depuis le Brésil Impérial, était plus “vivificada” que les frontières du Centre-Ouest et du Nord.

Délimitation des dernières frontières

37Cette section met en évidence les derniers contours de la frontière brésilienne qui forment le territoire actuel du Brésil à la suite de la proclamation de la République en 1889.

38Les frontières brésiliennes ont été délimitées de manière pacifique et diplomatique. Le travail accomplit par José Maria da Silva Paranhos Júnior, connu comme Baron de Rio Branco, a été fondamental dans la négociation des territoires et dans la délimitation des dernières frontières (Lessa, 2012). Le Baron de Rio Branco est l’une des grandes personnalités de l’histoire brésilienne. La géographie et l’histoire ont toujours fait partie de ses centres d’intérêts intellectuels.

39Les dernières frontières ont été délimitées par arbitrage international ou acquisition de territoire. Les conflits territoriaux au dix-neuvième siècle ont été : la question de Palmas, la question de l’Amapá et la Question Anglaise. La question de Palmas était la dispute territoriale de la région de Palmas (qui correspond aujourd’hui à l’ouest du Paraná et Santa Catarina). Le gouvernement argentin avait des doutes par rapport aux localisations des fleuves Pepiri-Guaçu et Santo Antonio. L’aire litigieuse était de 30.612 km2 et avec 5.793 habitants, étant 5.763 Brésiliens et 30 étrangers. Le litige a été jugé par le président Cleveland, aux États-Unis, et la sentence finale a été lue le 06 février 1885 en faveur du Brésil (un peu avant de la proclamation de la République).

40La question de l’Amapá a été un litige entre le Brésil et la France. De manière brève, la question était de définir quel était le fleuve Japoc/Vicente Pinzón. Du point de vue brésilien, ce fleuve était le fleuve Oiapoque qui, pour la France, était le fleuve Araguari. L’aire contestée était de 31.650 km2 et on estimait qu’il y habitait entre huit et dix mille Brésiliens. Le traité d’arbitrage a été signé le 10 avril 1897 et a été jugé par la Confédération Suisse. Le rapport a aussi été favorable au Brésil.

41Le litige entre le Brésil et l’Angleterre contestait une région de 33.200 km2. La défense brésilienne sur la question de la Guyane anglaise était à charge de Joaquim Nabuco, à qui revenait le travail de fixation de la mémoire définitive. Le rapport a été jugé par l’Italie. Le Brésil a annexé à son territoire à peine 13.750 km2 de l’aire disputée.

42La seule acquisition territoriale du Brésil (comme nation indépendante) s’est faite avec l’achat de l’Acre. Le problème a commencé avec la présence de Brésiliens sur le territoite bolivien qui n’acceptaient pas la soumission au gouvernement de La Paz. Dans ces conditions, le Baron de Rio Branco avait compris qu’un processus arbitraire n’était pas conseillé. Il a donc commencé le processus de négociations du territoire. Le traité de Petrópolis a été signé le 7 novembre 1903, officialisant l’achat de 191 mille km² du territoire bolivien.

43L’autre importante question solutionnée par Rio Branco a été la démarcation de la limite internationale avec le Pérou. L’aire en litige était de 442 mille km², comprenant les 191 mille km² intégrés au Brésil par le traité de Petrópolis. Après cinq ans de négociations, il a été signé le 8 septembre 1909 le traité de limites qui a attribué 403 mille km² au Brésil et environ 39 mille km² au Pérou (ayant l’Acre, ainsi, réduit 152 mille km²).

44D’autres traités de limites internationales ont été signés avec la Hollande (Guyane hollandaise) en 1906, avec la Colombie en 1907 (en réaffirmant la souveraineté brésilienne sur une aire de 127 mille km²) et avec l’Uruguay en 1909.

Instruments législatifs pour l’aménagement du territoire aux frontières du Brésil

45Cette section prétend démontrer comment les instruments législatifs ont été utilisés par le pouvoir central pour l’aménagement du territoire aux frontières brésiliennes pendant le temps.

Bande frontalière

46La bande frontalière du Brésil a été définie, pour la première fois, comme une aire géographique délimitée et avec un régime juridique spécial durant la période impériale. La loi nº 601, du 18 septembre 1850, réservait une zone de 10 lieues (66 km) contiguës aux limites de l’Empire avec les pays étrangers afin d’établir des colonies militaires (art.82). La figure 03 montre la bande frontalière de 66km et les municípios présentes dans la frange.

Figure 03: Bande frontalière du Brésil et les municípios limitrophes en 1900

Figure 03: Bande frontalière du Brésil et les municípios limitrophes en 1900

47À cette époque, le gouvernement désirait peuplé cette région et distribuait des terrains gratuitement aux pionniers (brésiliens et étrangers) qui souhaitaient y habiter. Les terres étaient attribuées dans le but de développer l’agriculture et l’élevage d’animaux. Les entrepreneurs qui prétendaient peupler cette zone, devaient envoyer leurs propositions au Gouvernement Impérial.

48La première constitution de la République de 1891 mentionne que le gouvernement fédéral était responsable d’adopter un régime adéquat à la sécurité des frontières. La délimitation de la portion du “territoire instable” pour la défense des frontières n’est pas citée dans la Constitution Fédérale, pourtant la loi n° 601 du 18 septembre 1850 était encore en vigueur. Donc, la largeur de la zone frontalière, au début de la République, était de dix lieues parallèles aux limites internationales.

49Au fil du temps, la largeur de la bande frontalière a été modifiée en accord avec les intérêts des élites militaires et civiles (Furtado, 2013). La bande frontalière est citée pour la première fois dans la constitution de 1934, délimitée par une largeur de 100 km (art.166) comme cela peut être vu dans la figure 04. Le modèle adopté, à ce moment-là, est de sécurité nationale, justifié par le fait que la constitution ait été écrite au cours d’une période de transition entre deux guerres mondiales.

Figure 04: Bande de frontière au Brésil et les communes limitrophes en 1933

Figure 04: Bande de frontière au Brésil et les communes limitrophes en 1933

50La constitution de 1934 contient un chapitre concernant la sécurité nationale où toutes les questions qui se réfèrent à ce thème devaient être étudiées et coordonnées par le Conseil National de Sécurité Nationale (CSNN – Conselho Nacional de Segurança Nacional) (Furtado, 2013). La concession de terres ou de voies de communication ne pouvaient pas être accomplie sans l’autorisation préalable du CSNN. De plus, les entreprises intéressées à développer ce type d’activité devaient être fondées en majorité par un capital national et par des travailleurs brésiliens.

51Dans la constitution de 1937, la largeur de la bande frontalière prévoyait 150 km, le long des frontières terrestres, et continue ainsi jusqu’à aujourd’hui, même si le Brésil a eu trois nouvelles constitutions. La figure 05 montre la bande frontalière en 1940.

Figure 05: Bande frontalière au Brésil et les communes limitrophes en 1940

Figure 05: Bande frontalière au Brésil et les communes limitrophes en 1940

52Aujourd’hui, la bande frontalière est considérée comme essentielle pour la défense du territoire. La loi n° 6.634 du 02 mai 1979 et le décret n° 85 du 26 août 1980 définissent les activités qui peuvent être développées dans cette région.

Territoires fédéraux

53L’autre instrument législatif pour l’aménagement du territoire, dans la région frontalière, a été la création des territoires fédéraux. La Constitution de 1891 ne prévoyait pas expressément la possibilité de création des territoires fédéraux, mais l’expansion de l’industrie du caoutchouc sur le territoire bolivien, ainsi que l’acquisition postérieure de l’Acre ont abouti à la création de ce type d’organisation juridique (Souza et al., 2014). La loi 1.181, du 24 janvier 1904, a rendu possible l’instauration du Territoire Fédéral de l’Acre qui a été administré directement par le gouvernement central jusqu’en 1960.

54Au début des années 1940, le contexte de la Seconde Guerre Mondiale a directement influencé la politique frontalières au Brésil. En 1943, le Gouvernement Fédéral, à travers la décret-loi n°5.812, a créé des territoires fédéraux à plusieurs endroits de la frontière: de l’Amapá, du Rio Branco, du Guaporé, de Ponta Porã et de l’Iguassú. Souza et al (2014) affirme que l’idéologie de protection des frontières a adopté un rapprochement significatif avec le pouvoir central, en évitant que le territoire devienne un objet de revendication. La création de territoires fédéraux est liée aux questions géopolitiques et à la politique démocratique, principalement dans la région amazonienne.

55En 1956, le nom du territoire fédéral de Guaporé est modifié devenant le territoire fédéral de Rondônia. Le territoire fédéral de Rio Branco devient le territoire fédéral de Roraima. À partir de 1988, trois états sont ajoutés à la Fédération Brésilienne. Ceux-ci sont les Ètats de l’Amapá, de Rondônia – ancien Territoire de Guaporé – et de Roraima, ancien Territoire de Rio Branco (Guerra, 2014).

56Dans la région centre-ouest, il existait un territoite fédéral appelé Ponta Porã qui a été créé en 1943 et aboli en 1946. Et enfin, le territoire fédéral d’Iguassú a été créé faisant partie du territoire du Mato grosso et du Paraná. Cependant, il a été rapidement aboli, n’existant qu’à peine trois ans, avant d’être de nouveau rataché aux états originaux.

57En somme, la bande frontalière ainsi que les territoires fédéraux ont été utilisés comme une structure juridique et normative pour l’affirmation de la souveraineté de l’État.

Évolution du maillage municipal dans la bande frontalière (1900-2010)

58Au cours des années, les municípios surgissent de manière extrêmement cohérente. Chacun d’eux possède une trajectoire originale et des tendances spécifiques influencées par des éléments socio-économiques (Pumain; Saint Julien, 2010) qui permettent des transformations spatiales. La création des municípios frontaliers a été exponentielle et rapide. Durant le recensement de 1900, il en existait seulement 22, puis 96 en 1940 et enfin 588 aujourd’hui, selon le dernier recensement. Le nombre de municípios a donc été multiplié par six dans la bande frontalière entre 1940 et 2010.L’augmentation du nombre de munícipios frontaliers entre 1872 et 2010 est le résultat de:

  1. Premièrement parce qu’au long du temps, la bande frontalière s’est élargie. Initialement, elle avait 66 km, puis 100 km et postérieurement 150 km. Le changement de la largeur de la bande est le résultat d’une politique militaire qui souhaitait augmenter la zone de défense, par conséquent, l’extension de la largeur a inséré plus de municípios dans la bande frontalière. Au cours de la division territoriale de 1930, la première extension de la bande frontalière brésilienne a été réalisée, passant de 66 km à 100 km, donc, une inclusion de 34 km de largeur. De cette manière, il y a eu l’inclusion de nouveaux municípios dans la bande frontalière qui existait déjà. Dès lors, 1 minicípio dans l’état du Pará, 1 dans l’état du Paraná et 9 dans l’état du Rio Grande do Sul ont fait partie de cette classification. Au total, cela représente une augmentation de 33% du nombre de municípios frontaliers. En outre, d’autres démembrements ont eu lieu dans l’état du Rio Grande do Sul avec la création du município de Pinheiro Machado, séparé du município de Piratini. Durant la division territoriale de 1930, il y a eu une autre extension de la bande frontalière du Brésil, de 100 km à 150 km, soit une inclusion de 50 km de largeur. Du fait, 5 municípios dans l’état d’Amazonas, 1 dans l’état du Pará, 12 dans l’état du Rio Grande do Sul et 4 dans l’état du Mato Grosso ont fait partie de cette classification. Au total, cela représente une augmentation de 41 % du nombre de municípios frontaliers. De plus, de nouveaux démembrements ont été réalisés dans l’état de Santa Catarina (1), de l’état du Paraná (1), de l’état de l’Acre (1) et de l’état du Matto Grosso (2).

  2. Procédure d’arbitrage des litiges frontaliers, pendant l’inclusion ou la perte de territoire: Par conséquent, il y a eu l’inclusion ou l’exclusion de nouveaux municípios : le résultat des procédures d’arbitrage des litiges territoriaux et les acquisitions de territoires ont engendré l’inclusion de nouveaux territoires et, comme résultat, de nouveaux municípios sont apparus dans ces zones. Par exemple : durant le litige de la Question de Palmas, 30.612 km² ont été inclus. En 1872, le município de Guarapuava (PR), jusqu’alors, était l’unique município de l’état du Paraná qui touchait la frontière. À la suite de la résolution du conflit et avec l’augmentation du territoire, il y a eu l’émancipation du município de São João do Capanema et Bella Vista de Palmas. Au cours du litige de la Question de l’Amapá, 31.650 km² de superficie ont été annexés, ce qui a donné l’origine au município de Macapá, élevé à la catégorie de vila par la loi Estadual n° 798, du 22 octobre 1901 et instaurée le 30 avril 1902 (IBGE-cidades, 2014). À cette époque-là, la superficie de Macapá était de 96,316.605 km2. Dans le cas de l’état de l’Acre, le principal changement territorial entre 1900 et 1911 a été l’inclusion officielle du territoire de l’Acre, comme sa transformation en territoire fédéral. Le Territoire Fédéral de l’Acre avait à peine 3 municípios, tous frontaliers : Alto Juruá, Alto Purús e Alto Acre, cependant aucun n’avait de centre urbain dans la bande frontalière.

  3. La formation des municípios frontaliers a dérivé de peu de “territórios-mães” (territoires-mères), donnant origine à de nouveaux municípios à travers le processus de démembrement et multipliant le nombre de villes frontalières, principalement dans les états du Paraná et de Santa Catarina : Dans la région Sud, la superficie municipale frontalière était déjà inférieure en comparant à d’autres provinces. Les plus grands municípios en 1872 étaient Matto Grosso (430.782.098 km²) et Manáos (883.129.764 km²). À titre de comparaison, dans l’état du Rio Grande do Sul, Cruz Alta (33.850.443 km²) était le plus grand município frontalier, étant 12 fois plus petit que Matto Grosso et 26 fois plus petit que Manáos. La grande “cidade-mãe” (municipalité-mère) des villes frontalières des états du Paraná et de Santa Catarina était le município de Guarapuava (PR) jusqu’à la résolution du litige entre les deux états et il n’y avait aucun centre urbain inséré dans la bande frontalière. Même si aujourd’hui Guarapuava n’est pas considéré comme município frontalier, son territoire municipal était limitrophe de la bande frontalière jusqu’en 1960. Le município de Guarapuava avait une superficie de 121,142.287 km² en 1872, ce qui représentait une surface plus grande que celle du Portugal.

  4. Un processus intense de démembrement des municípios s’est déroulé, motivé par divers facteurs économiques et politiques, pendant différentes décennies. Il est nécessaire de rappeler que la largeur de la bande frontalière est fixe et la division municipale est dynamique, par conséquent, il y a eu des variations dans le nombre total de municipios ;Les périodes où il y a eu le plus de municípios créés ont été entre 1960 et 1970 et entre 1991 et 2000, avec le surgissement de 281 nouveaux municípios, ce qui représente 47 % du total actuel. Le nombre de municípios a doublé entre 1900 et 1911 et il a triplé entre 1950 et 1980, donc en seulement 80 ans, la quantité de municípios a augmenté plus de cinq fois.

59Le rythme de démembrement des municípios dans la bande frontalière est relativement similaire à ce qui est arrivé dans le reste du pays. La période du plus grand démembrement s’est passée dans les années 1960, en donnant origine à 120 municípios et avec la création de 170 autres en 1991. À l’échelle nationale, la période de la plus grande division a été entre 1950 et 1970, celle-ci très intense de 1960 à 1970 quand le maillage national a augmenté de 46 %.

60Selon l’IBGE, la construction du maillage municipal au Brésil a été influencé par divers mouvements politiques, suivant les intérêts politiques du gouvernement fédéral et des états concernés, présentant des rythmes différents pour chaque décennie. La principale cause de l’émancipation des municípios entre 1950 et 1960 a été l’application du fond de participation des municípios – FPM, introduit par la Constitution de 1946, où les cotations étaient égales pour tous les municípios. En conséquence, certains gouvernements d’état ont encouragé la création de nouveaux municípios pour obtenir plus de ressources fédérales (IBGE, séries históricas, 2010).

61Par rapport au type de création de municípios, il existe trois situations spécifiques : démembrement, annexion et litige. À peu près 515 démembrements ont eu lieu dans la bande frontalière, parmi lesquels 54 cas localisés dans l’arche nord, 85 cas dans l’arche centrale et 376 cas dans l’arche sud. Les deux seules annexions se sont passées à Clevelândia (PR) et São Martinho (RS). L’unique cas de litige a été celui du município de Amapá, inséré au territoire brésilien suite au terme du litige entre le Brésil et la France.

62La distribution des municípios frontaliers par arche frontalière entre 1900 et 2010 peut être visualisée dans le figure 05. Actuellement, 71 municípios frontaliers sont localisés dans l’arche nord, 99 dans l´arche centrale et 418 dans l’arche sud. L’arche sud est composée des états de Rio Grande do Sul, Paraná et Santa Catarina, étant celle qui présente le plus grand nombre de municípios frontaliers depuis 1900. L’état de Rio Grande do Sul a concentré plus de la moitié des municípios frontaliers de l’arche sud jusque dans les années 1960.

63Aujourd’hui, la plus grande concentration de municípios frontaliers continue dans l’arche sud avec 33 % dans l’état du Rio Grande do Sul, 23 % dans l’état du Paraná et 13 % dans l’état de Santa Catarina. À l’échelle nationale, le Rio Grande do Sul est le troisième état qui contient le plus grand nombre de municípios, le Paraná occupe le cinquième rang et Santa Catarina détient la sixième position, démontrant que, dans ces états la grande quantité de municípios ne se limite pas à la bande frontalière.

Figure 05: distribution des municípios frontaliers par arche frontalière de 1900 à 2010

Figure 05: distribution des municípios frontaliers par arche frontalière de 1900 à 2010

64La période de la plus grande émancipation au sein de l’arche centrale, qui est composée des états du Mato Grosso do Sul, Mato Grosso et Rondônia, s’est passée entre 1980 et 2000. C’est la deuxième arche qui concentre le plus grand nombre de municípios frontaliers. L’état de Rondônia apparaît, officiellement, seulement dans le recensement de 1950, qui jusqu’alors, était une région appartenant aux états d’Amazonas et du Mato Grosso. Dans l’état de Rondônia, 52 % des municípios sont frontaliers.

65L’état du Mato Grosso do Sul a été institué officiellement en 1979, donc, les municípios appartenaient antérieurement à l’état du Mato Grosso. Selon le recensement de 1970, il existait 34 municípios frontaliers dans le Mato Grosso, cependant le recensement de 1980 en a comptabilisé 14, dû à la division de l’état. En comparaison, le Mato Grosso do Sul, état récemment créé, a incorporé 34 municípios frontaliers. Aujourd´hui, 53 % des municípios de l’arche centrale appartiennent au Mato Grosso do Sul.

66L’état du Matto Grosso, avant sa division, avait une superficie de 1.262.143.326 km². Avec la création du Mato Grosso do Sul, il est passé à 904.840.502 km², perdant 41 % de ses municípios frontaliers. Actuellement, le Mato Grosso rassemble à peine 4,76 % du total des municípios frontaliers brésiliens.

67Au sein de l’arche nord, les changements de politiques administratives ont été plus profonds, car il y a eu la création de plusieurs territoires fédéraux, inspirés du droit nord-américain (Souza, 2014), ceci étant le cas pour les états actuels de l’Acre, de Roraima e de l'Amapá. En plus de cela, la région a une faible densité démographique et les municípios frontaliers ont une grande superficie. L’autre particularité est que quelques états de l’arche nord sont totalement insérés dans la bande frontalière avec les états de Roraima et de l’Acre, ce qui n’existe dans aucune autre arche.

68Le démembrement des municípios a suivi différents rythmes en fonction de chaque état. Jusqu’en 1991, Roraima, comme état, avait seulement 2 municípios ; plus tard ont surgi 13 municípios frontaliers en plus et, à partir d’alors, il n’y a plus eu de démenbrements. Roraima est l’état qui a le plus petit nombre de municípios du Brésil. Dans l’état de l’Amapá, le processus de démembrement est devenu plus intense entre 1991 et 2000. Dans l’état de l’Acre, cela s’est passé de 1970 à 1980, également de 1991 à 2000. Dans l’état de l‘Amazonas, le procédé de démembrement a été accompli entre 1933 et 1940, en perdant 2 municípios frontaliers avec la création du territoire fédéral de Rio Branco. Amazonas est l’état de l’arche nord avec le plus grand nombre de municípios et également de municípios localisés dans la région frontalière.

69Les municípios frontaliers de l’état du Pará ont été plus nombreux au cours des années 1940, mais après la création du territoire de l’Amapá, certains municípios du Pará ont été rattachés à l’état de l’Amapá. Malgré la grande superficie de l’état du Pará, à peine 5 municípios sont frontaliers et 2 comme zones urbaines dans la bande frontalière.

Considérations finales

70Cet article avait com finalité d’analyser la formation et l’évolution du tissu urbain dans la bande frontalière brésilienne de 1872 à 2010. Nous pouvons dire que l’évolution densification du maillage municipal, entre la fin du dix-neuvième siècle jusqu’au (vingtième siècle– vingt-et-unième siècle), est marquée par de pronfondes tranformations territoriales et démographiques.

71Les processus de litiges territoriaux, au cours du dix-neuvième siècle, ont contribué à amplifier la région frontalière et la politique militaire qui visait une augmentation de l’aire de défense nationale (comme um territoires institués et légaux dans une zone qui, par essence, intéresse particulièrement le pouvoir) favorisent l’urbanisation et la densification du maillage municipal. Cependant, le processus d’urbanisation dans la bande frontalière est extrêmement récent.

Haut de page

Bibliographie

ANTUNES, E. M. Revisão dos critérios de definição de cidades gêmeas nas fronteiras brasileiras. Disponível em: http://www.jornal.ceiri.com.br/revisao-dos-criterios-de-definicao-de-cidades-gemeas-nas-fronteiras-brasileiras/C:\Users\diragi-ct\Eloisa\Documents\CEIRI\revisao-dos-criterios-de-definicao-de-cidades-gemeas-nas-fronteiras-brasileiras.pdf.Acesso 13/08/2017.

BRASIL, Ministério da Integração Nacional (MIN). Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira: Proposta de Reestruturação do Programa de Desenvolvimento da Faixa de Fronteira. Brasília, MI/SPR, 415 p., 2005.

BRASIL. Decreto n. 125, de 21 de mar. de 2014. Estabelece o conceito de cidades gêmeas, Brasília,DF, mar 2014.

CEDEPLAR. Publicação crítica do recenseamento geral do império do brasil de 1872. Núcleo de Pesquisa em História Econômica e Demográfica – NPHED. 2012. Disponível em http://www.nphed.cedeplar.ufmg.br/wp-ontent/uploads/2013/02/Relatorio_preliminar_1872_site_nphed.pdf. Acesso 13/08/2014.

CNM - Confederação Nacional de Municípios. Relatório final do I Encontro dos Municípios de Fronteira. Disponível em: http://portal.cnm.org.br/sites/8300/8400/RelatoriodeFronteiras-Miolo.pdf. Acesso em 13/08/2008.

FOUCHER, M. L’obsession des frontières. Paris/Librairie Académique Perrin, 248p., 2007.

FURTADO, R. Descobrindo a faixa de fronteira: a trajetória das elites organizacionais do Executivo federal: as estratégias, as negociações e o embate na Constituinte. Curitiba: CRV, 2013.

GUERRA A.E. Comentários: Breve histórico da configuração político-administrativa brasileira. Disponível em: ftp://geoftp.ibge.gov.br/organizacao_do_territorio/estrutura_territorial/evolucao_da_divisao_territorial_do_brasil_1872_2010/breve_historico_da_configuracao_politico_administrativa_brasileira.pdf Acesso em 04/08/2014.

 IBGE – Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística. Censos demográficos de 1872-2010. Disponível em : www.ibge.gov.br Acesso em 11 de janeiro de 2017.

LESSA, A.C. O Barão do Rio Branco e a inserção internacional do Brasil. Rev. bras. polít. int. [online]. vol.55, n.1, pp. 5-8, 2012.

PUMAIN, D., SAINT JULIEN,T.Analyse spatiale: les interactions. Paris/Armando Colin, 218 p., 2010.

SOUZA, C. A. ; PORTO, J. L. R. ; PEDRO, J. M. ; SANTOS, M. M., “Território Federal no Direito Brasileiro: Estudo Comparativo do Projeto de Lei 008/1947 e Decreto-Lei 411/1969,” Unbral Fronteiras, accessed September 14, 2017, http://unbral.nuvem.ufrgs.br/base/items/show/8709.

WACKERMANN, G. Les frontières dans un monde en mouvement. 2 ed. Ellipses Collection Carrefours, 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 01 - Les arches frontalières brésiliennes
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/12754/img-1.png
Fichier image/png, 130k
Titre Figure 02 – Présence des futures villes jumelles en 1872
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/12754/img-2.png
Fichier image/png, 218k
Titre Figure 03: Bande frontalière du Brésil et les municípios limitrophes en 1900
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/12754/img-3.png
Fichier image/png, 72k
Titre Figure 04: Bande de frontière au Brésil et les communes limitrophes en 1933
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/12754/img-4.png
Fichier image/png, 254k
Titre Figure 05: Bande frontalière au Brésil et les communes limitrophes en 1940
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/12754/img-5.png
Fichier image/png, 302k
Titre Figure 05: distribution des municípios frontaliers par arche frontalière de 1900 à 2010
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/12754/img-6.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eloisa Maieski Antunes et Denise Pumain, « Bande frontalière du Brésil : transformations territoriales et densification du maillage municipal de 1872 à 2010 », Confins [En ligne], 34 | 2018, mis en ligne le 30 mars 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/confins/12754 ; DOI : 10.4000/confins.12754

Haut de page

Auteurs

Eloisa Maieski Antunes

Universidade Tecnológica Federal do Paraná, eloisa@utfpr.edu.br

Denise Pumain

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, pumain@parisgeo.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals