Navigation – Plan du site

Les avatars de la toponymie dans les confins géographiques, exemple du canal « Messier » en Patagonie chilienne

As vicissitudes da toponímia nos confins geográficos. O exemplo do canal « Messier » na Patagonia chilena.
The Toponymy’s Avatars in the Geographical Confines, The “Messier” Channel in Chilean Patagonia as an example.
Frédéric Aitken, Jean-Numa Foulc, Pascal Mao et Nicolas Robinet

Résumés

Cet article s’intéresse à la toponymie dans les confins géographiques à travers l’exemple des littoraux de la Patagonie chilienne et du canal Messier. Il permet de s’interroger sur le processus ayant amené à nommer ce lieu en abordant à la fois leur topogenèse comme histoire de la découverte et de la construction du lieu et leur onomastique comme étymologies du nom, ses évolutions et usages ultérieurs. De nos jours, il est couramment admis que le nom du canal a été attribué en hommage au célèbre astronome français Charles Messier. L’article montre que ce nom a subi en réalité différentes évolutions lors de ses apparitions sur différents supports cartographiques entre le XVIIe et XIXe siècle et serait issu à l’origine du terme espagnol « Merced » qui signifie « Grâce ». Cette démonstration montre les avatars pouvant toucher la néotoponymie dans ces espaces.

Haut de page

Texte intégral

Canal MessierAfficher l’image
Crédits : http://svtortuga.blogspot.fr

1Issue de la lexicologie, la toponymie est devenue une notion géographique clé dans la compréhension de l’organisation de l’espace. Initialement, elle a principalement été mobilisée dans le cadre d’analyses géo-historiques et régionalistes (Wydmusch, 1997). Il faut noter un regain d’intérêt contemporain pour la notion et un certain renouvellement des approches (Giraut, Houssay-Holzschuch, 2008) privilégiant des entrées plus culturelles, de géographie politique ou d’aménagement du territoire. Elles s’intéressent par exemple à la néotoponymie dans un contexte d’évolution sociétal via les changements du nom des lieux sud-africains postapartheid (Giraut, Guyot, Houssay-Holzschuch, 2008) ou à la création d’un sentiment d’appartenance d’un groupe social à un territoire lors de recompositions territoriales (Landel, Senil, 2008).

2Cette contribution s’intéressera à la toponymie de confins géographiques au travers du cas de la Patagonie chilienne et de son littoral. Malgré les multiples tentatives de peuplement et de colonisation, la situation démographique contemporaine reste marquée par une très faible implantation humaine (Mao, Bourlon, 2016). En 2005, la Région XI d’Aysén a une densité de 0,84 hab./km2 ; celle de Magellan (Région XII) de 1,2 hab./km2. A titre de comparaison, la densité du Chili dans son ensemble est supérieure à 21 hab./km2. Mittermeier et al. (2003) donnent une moyenne pour la zone de wilderness de « magellanic forest » de 0,24 hab./km2 en dehors des zones urbaines. Ces chiffres positionnent la Patagonie chilienne comme une des zones naturelles les plus faiblement peuplées à l’échelle de la planète. Cet espace garde un caractère marqué de terra incognita. Les cartes topographiques officielles publiées entre 1982 et 1992 par l’Institut Géographique Militaire chilien dont l’échelle varie du 1/50 000 au 1/250 000 laissent apparaître de larges espaces dits S.V.E. pour « Stereoscopic View Exempt ». Ces multiples zones laissées blanches sur les cartes ont des superficies fréquemment supérieures à une dizaine de kilomètres carrés et dépassent plusieurs centaines de km2 pour les campos hielos patagónicos norte y sur. Faute de points géodésiques, de séries de photographies aériennes exemptes de couverture nuageuse et de possibles relevés de terrain, aucun traitement stéréophotogrammétrique ne permet la levée des courbes de niveau des cartes topographiques. Les cartes des espaces littoraux connaissent les mêmes aléas. « Les cartes marines de la région, dès que l’on s’écarte des grands axes de navigation, sont souvent soit imprécises, soit fausses. Une baie sera beaucoup plus prononcée dans la réalité que sur la carte, telle île n’en sera une qu’à marée basse, telle autre ne figure pas sur la carte… » (extrait du carnet de route de l’expédition kayak « Patagonia 2009 »). Les zones de montagnes et littorales restent donc des espaces exceptionnels d’explorations. Nombre de massifs sont encore inexplorés et les possibilités alpinistiques sont innombrables (Kearney, 1993). L’inventaire des sommets de la Cordillère des Andes réalisé par John Biggar (2007 et www.andes.org.uk) montre un nombre important de sommets dont la localisation et l’altitude restent incertaines et la toponymie absente. Du point de vue de la pratique de l’alpinisme, la situation est assez comparable à celle des Alpes avant l’âge d’or de l’activité au milieu du XIXe siècle. De fait, ces espaces restent encore aujourd’hui, en grande partie, des terres inconnues. Seul « Google Earth » permet une représentation cartographique quasi exhaustive (exception faite des zones nuageuses et d’ombres liées au relief) offrant la sensation d’une connaissance achevée de cet espace.

3Sur les littoraux de la Patagonie chilienne, une rapide analyse onomastique montre les multiples registres et inspirations contribuant à la nomination des lieux. Le premier registre, extrêmement répandue, fait explicitement référence aux Grandes Découvertes et explorations ultérieures. De nombreux lieux portent le nom des explorateurs ou de leurs bateaux, des colons ou des évangélisateurs espagnols, anglais, français, hollandais, qui se sont succédés sur le littoral. Les exemples sont nombreux, peuvent être cités les canaux de Magellan ou Beagle, les îles Byron ou Wager, l’archipel de Wellington ou la baie Darwin…Le second registre renvoie à des patronymes en lien avec des héros nationaux ou des personnages célèbres (anthroponyme) ou religieux (hagiotoponyme)  : Villa O’Higgins, lac General Carrera, glacier Saint Quentin, laguna San Raphael, Mont San Valentin ou San Lorenzo. Le troisième registre mobilise des éléments naturels ou naturalistes comme marqueur du lieu. Sont représentés les rios negro ou blanco, le lago verde, la péninsule des « tres montes », le rio huemules (nom du cervidé endémique de la partie sud de la Cordillère des Andes) ou rio condor. Dans le même registre, certains noms (des choronymes) font références à une caractéristique naturelle du lieu particulièrement usité par les marins : Puerto Tranquillo, Puerto Bonito, Paso del Medio… Le quatrième registre est à rechercher dans les langues natives (le substrat) en opposition au superstrat issu de certaines langues européennes. Il est fréquent que ces noms soient déformés du fait de leur retranscription de manière phonétique. Le nom de la capitale de la Région de Aysén, Coyhaique est d’origine Tehuelches (du groupe Aonikenk) et signifie [lieu (aike) des lagunes (coy)] (Mena, 2004). L’archipel des Chonos porte aussi le nom de la population native qui le peuplait au moment de la colonisation. Dans bien des cas, la cartographie réalisée par les explorateurs et colonisateurs impose une forme de palimpseste gommant les usages passés et les us et coutumes des populations autochtones. Enfin le cinquième et dernier renvoie à des lieux sans références avec de très nombreux sommets ou rivières dénommés « Sin Nombre », « Sans nom ».

4Dans ce contexte, on peut s’interroger sur le processus ayant amené à nommer ces lieux en abordant à la fois leur topogenèse comme histoire de la découverte et de la construction du lieu et leur onomastique comme étymologies du nom, ses évolutions et usages ultérieurs. Pour cela est retenu ici le canal Messier comme exemple et révélateur des avatars possibles de la toponymie dans les confins géographiques.

Le canal Messier

5Le canal Messier est situé dans l’océan Pacifique, dans la région méridionale du Chili, au sud du golfe des Peines. Il est considéré comme un des principaux canaux de la Patagonie chilienne. D’un point de vue géomorphologique, il s’agit d’un fjord d’une grande profondeur (le maximum mesuré est de 1350 m près de son embouchure nord par échosondage en 1999, relevés hydrographiques réalisés par la Marine chilienne). Le canal sépare la côte orientale de la partie nord de l’archipel de Wellington et la côte continentale de la Patagonie chilienne. Il commence dans la partie sud de la baie de Tarn (golfe des Peines) au point de latitude 47°49′S et de longitude 74°46′O et se termine à l’entrée du Goulet Anglais (English Narrow ou Angostura Inglesa) au point de coordonnées 48°56′S 74°26′O (fig. 1). Sa direction générale est nord-sud et sa longueur est d’environ 72 milles (soit environ 133 km). Avant la colonisation, les abords du canal étaient peuplés d’indiens Kawésqars (Alakalufs). Raspail (1986) dans son ethnographie romancée en forme d’épitaphe « Qui se souvient des hommes » retrace l’histoire, les modes de vie et les croyances des Kawésqars. Un des derniers témoins de la vie nomade de ces ethnies est Joseph Emperaire (2003), ethnologue et archéologue ayant vécu plusieurs années au contact des Kawésqars à la fin des années 1940 et début des années 1950 dans les canaux patagons. Ces peuples ont progressivement disparus, décimés par les maladies contagieuses importées par les colons, les tentatives de sédentarisation par les missionnaires ou les autorités et leur incapacité à intégrer les modes de vie moderne. Les derniers descendants, tous métissés, se trouvent dans les villages littoraux tels que Puerto Eden sur le canal Messier.

Fig.1. Carte issue d’une photographie par satellite du golfe des Peines et de ses environs.

Fig.1. Carte issue d’une photographie par satellite du golfe des Peines et de ses environs.

Le canal Messier est délimité au nord par la baie de Tarn et au sud par une zone à fort rétrécissement appelé Goulet Anglais. (1) Iles Tenquehuén, (2) Lagune San Rafael, (3) Isthme d’Ofqui, (4) Port Otway, (5) Cap Tres Montes, (6) Goulet Anglais, (7) Archipel de Wellington, (8) Ile de la Campana.

6Le Dictionnaire de la toponymie australe du Chili (Mantellero, Carlos, 1991) indique (sans aucune justification ni référence) que le nom du canal a été donné en hommage au célèbre astronome français Charles Messier, né en Meurthe-et-Moselle en 1730 et mort à Paris en 1817. Charles Messier est certainement un des noms les plus connus des astronomes amateurs, en tant que chercheur de comètes. Il découvrit entre 1758 et 1798 pas moins de 13 comètes. Il faut cependant reconnaître que la renommée de Charles Messier est avant tout issue de son catalogue d’objets du ciel profond d’aspect diffus, catalogue qu’il produisit à l’intention des chercheurs de comètes afin d’éviter toute confusion avec ces objets fixes. La première publication du catalogue date de 1774 et regroupait 45 premiers objets. Le catalogue final, qui comprenait 103 objets, fut publié en 1784.

7Dans cet article, nous essayons de comprendre comment le nom de Charles Messier s’est retrouvé ainsi associé à un canal de la Patagonie chilienne. Pour trouver des éléments de réponses sur la possibilité ou non d’un lien entre le nom du canal et Charles Messier, nous revenons tout d’abord aux origines de la découverte du canal, fruit de nombreuses missions d’exploration de la côte sud du Chili dans une zone géographique comprise entre l’archipel de Chiloé et le détroit de Magellan. Après avoir noté que la plupart des récits d’explorations historiques ne mentionne pas le nom du canal (ou très rarement et avec l’écriture « Mesier »), nous nous appuyons sur un examen détaillé du corpus de cartes de l’époque pour reconstituer l’évolution temporelle du nom du canal.

Historique de l’exploration du canal Messier

8Cette exploration a été menée pour l’essentiel par les navigateurs espagnols. Il est important de noter que le XVIIIe siècle marque un tournant dans le rapport de force entre l’Espagne et le Royaume-Uni. L’Espagne est sur le déclin après avoir été la première puissance coloniale au XVIe siècle alors que le Royaume-Uni est une puissance émergente qui atteindra son apogée au XIXe siècle. Ceci explique l’inquiétude et la méfiance permanente qu’éprouve l’Espagne vis-à-vis de l’Angleterre notamment dans le domaine maritime. Au cours de cette période les deux pays ont toujours eu des relations inamicales qui ont parfois tourné en affrontements armés.

Période 1550-1680 ; découverte des embouchures sud et nord du canal

  • L’embouchure sud a été reconnue entre 1579 et 1584 par Pedro Sarmiento de Gamboa lors d’une mission d’exploration ordonnée par le Vice-roi du Pérou Francisco Toledo. La mission consistait à explorer les canaux de Patagonie et le détroit de Magellan, dresser des cartes hydrographiques, voir si l’Angleterre avait établi une colonie et trouver un lieu approprié pour la construction d’une place forte. Deux navires, le Nuestra Señora de la Esperanza et le San Francisco furent armés à cette fin.

  • L’embouchure nord aurait été aperçue lors de la première mission d’exploration du golfe des Peines en 1553 par le capitaine Francisco de Ulloa, envoyé par le gouverneur du Chili Pedro de Valdivia. Cette mission d’exploration, réalisée par deux navires de 50 tonneaux, quitta le port de Valdivia fin octobre 1553, contourna le cap Tres Montes et aperçut en novembre 1553 la péninsule de Taitao. L’équipage rencontra à cette occasion les premiers indigènes. Trois ans plus tard, une nouvelle mission d’exploration fut ordonnée par le gouverneur par intérim du Chili García Hurtado de Mendoza ; il arma deux bricks de 450 tonneaux, le San Luis et le San Sebastián (avec 60 hommes à bord de chacun) qu’il plaça respectivement sous le commandement des capitaines Juan Fernández Ladrillero et Francisco Cortés Hojea. Cette expédition quitta Valdivia mi-novembre 1557. Les deux navires se perdirent de vue près du cap San Román lors d’une tempête ce qui eut pour conséquence d’engendrer deux missions d’exploration séparées. Ladrillero reconnut tout d’abord les canaux de l’archipel de Chiloé et prit contact avec les peuples autochtones. Il explora ensuite plus en détail le golfe des Peines et repéra un certain nombre de ses canaux. Les descriptions faites dans son récit d’exploration montrent qu’il aurait parcouru une partie du canal Messier.

9La plupart des missions suivantes d’exploration du golfe des Peines ont emprunté un itinéraire moins dangereux que celui du contournement du cap Tres Montes. Cet itinéraire alternatif se situe plus à l’est au niveau de la péninsule de Taitao, et traverse en premier la lagune San Rafael puis l’isthme d’Ofqui en utilisant le moyen de transport traditionnel des autochtones : la dalca. Cette embarcation a une forme de pirogue qui est fabriquée en bois de cyprès de Patagonie, elle peut atteindre 7 à 9 mètres de long et possède l’avantage d’être démontable.

  • 1 Nom donné en l’honneur du Vice-roi du Pérou Lope García de Castro (1516-1576).

10Suite à la grande révolte des indiens Mapuche-Huilliches qui a débuté en 1598, toutes les villes espagnoles situées au sud de la rivière Bio-Bio furent détruites à l’exception de la ville de Castro1 fondée en 1567 par le conquistador Martin Ruiz de Gamboa dans l’archipel de Chiloé. Dès lors, Chiloé devint une île isolée sans communication avec les principales villes espagnoles de la côte et entourée de toute part par des tribus indiennes hostiles. La situation s’apaisera un peu avec l’arrivée sur l’île des missionnaires jésuites. Le gouverneur du Chili, Lope de Ulloa y Lemos envoie une mission exploratoire en direction des canaux du sud à la recherche de la mythique « cité des Césars » ou « Trapananda » (Martinic, 2005 et 2007). La légende veut qu’il existait dans les terres du sud un eldorado regorgeant de richesse. Ainsi en octobre 1620, Juan Garcia Tao quitte Castro, accompagné de soldats et de guides indiens à bord de 3 dalcas. Avec difficulté, il traverse l’isthme d’Ofqui et se heurte à une population indigène hostile. Il est ensuite assez difficile d’identifier jusqu’où son exploration est allée ; il semble toutefois qu’il ait reconnu l’archipel de Guayaneco ainsi que l’embouchure nord du canal Messier.

11Par la suite, au moins 11 expéditions ont emprunté le même itinéraire que Juan Garcia Tao pour atteindre le golfe des Peines. La plupart de ces expéditions ont été réalisées par des missionnaires jésuites puis franciscains. L’évangélisation de la région commence dès le début de la colonisation espagnole avec les pères de l’Ordre des Mercédaires (ou Ordre de Notre-Dame-de-la-Merci) qui accompagnent Ruiz de Gamboa en 1567. Les premiers Jésuites arrivent sur l’île en 1595.

12Parmi toutes les expéditions d’exploration menées entre 1550 et 1780, nous ne retiendrons dans la suite que celles dont on peut affirmer qu’elles ont atteint ou aperçu l’embouchure nord du canal Messier.

13En vertu d’une ordonnance rendue par le Vice-roi du Pérou Don Baltazar de la Cueva y Enriquez de Cabrera, le gouverneur de Chiloé Don Francisco Gallardo envoie son fils, le sergent major Bartolomé Diez Gallardo, faire un voyage d’inspection vers le sud afin de vérifier les rumeurs portant sur l’existence de colonies anglaises. Il embarque le 16 octobre 1674 avec 30 soldats et 40 autochtones de Castro dans 7 dalcas. Le 29 novembre, il franchit l’isthme d’Ofqui avec 3 dalcas seulement puis il parcourt et reconnaît le golfe des Peines (y compris l’embouchure du canal Messier). Il rentre fin janvier 1676 à Chacao, ramenant avec lui plusieurs prisonniers indigènes.

14Suite au rapport de Gallardo au Vice-roi du Pérou lui faisant part que les peuples autochtones rencontrés lui avaient confirmé la présence d’hommes blancs vers le Sud, ce dernier décide d’envoyer une nouvelle expédition dans la région afin de mener une étude plus approfondie sur la présence de colonies étrangères. Celui-ci fait donc armer trois navires : le Nuestra Señora del Rosario ainsi que deux autres navires de taille plus petite destinés à naviguer dans les canaux. Il nomme à la tête de cette expédition un marin espagnol expérimenté, le capitaine Antonio de Vea. La flottille quitte le port de Callao le 21 septembre 1675. Mais dans le canal de Chacao, le Nuestra Señora del Rosario heurte un rocher et le capitaine doit alors faire échouer le bateau pour ne pas le perdre. Antonio de Vea repart avec 9 dalcas de Chiloé et va explorer pendant deux mois le golfe des Peines. Il entrera ensuite dans le canal Messier, sans trouver trace de colons anglais. Le temps froid et pluvieux, un sol pauvre et l’absence de plantes comestibles, l’ont convaincu qu’il était impossible qu’il y ait des colonies établies et que ces allégations étaient une pure invention des indiens autochtones.

Période 1740-1780 ; investigations dans la région nord du canal par les missionnaires religieux

15Après l’expédition d’Antonio de Vea en 1675, une longue période de calme s’instaura, jusqu’à l’arrivée à Castro en juin 1742 de 4 rescapés de la frégate anglaise le H.M.S. Wager appartenant à l’escadre de l’amiral George Anson qui fit naufrage dans l’archipel de Guayaneco le 14 mai 1741. La nouvelle du naufrage suscita immédiatement un vif regain d’intérêt pour cette région. Le gouvernement de Chiloé et les missionnaires jésuites prirent conscience de la vulnérabilité de la côte mais aussi de l’intérêt d’engager des recherches pour localiser l’épave et tenter de remonter les canons et autres objets métalliques (l’île de Chiloé a grand besoin de métaux pour ses divers usages).

16Aussi, le gouverneur de Chiloé, Victorino Juan Martínez de Tineo envoie une expédition en 1743, commandée par le second-lieutenant d’infanterie de Calbuco, Evrard Abraham Mateo, pour reconnaître la place et extraire les objets métalliques dispersés dans l’épave. L’expédition appareilla de Chacao avec 11 dalcas, 160 hommes et de la nourriture pour 6 mois. Au bout de 4 mois, il ramena 14 petits canons et plusieurs pièces de métal. La publication en 1748 du récit de voyage de George Anson qui mentionnait qu’un de ses navires de transport, l’Anna, avait séjourné quelques semaines au nord de la péninsule de Tres Montes, à l’insu des espagnols, incita le gouverneur de Chiloé à monter deux nouvelles expéditions armées, qui eurent lieu en 1750 : une première expédition de reconnaissance et une seconde destinée à la construction du fort San Fernando sur l’île de Tenquehuén. Dans une troisième étape, prévue en 1763, une petite garnison devait être transportée et affectée au fort, mais ce projet fut abandonné.

17En 1764, est officiellement fondée la mission de Cailín (que Charles Darwin transcrit en « Caylen » lors de son voyage à bord du H.M.S. Beagle en 1834) sous l’impulsion du père jésuite Pedro Flores. Cailín désigne un groupe de trois îles (Coldita, Laitec et Cailín) dans le sud-est de l'archipel de Chiloé. Cette mission était destinée à sédentariser et à évangéliser la tribu des indiens Caucahués ainsi qu’à protéger la zone sud de l’archipel des pirates hollandais et anglais. Cela permettait aussi de constituer une tête de pont pour aller évangéliser, plus en profondeur vers le sud, le territoire des indiens Chonos.

18La première expédition des pères jésuites fut celle du père José García qui appareilla de Cailín, le 23 octobre 1766, avec 40 hommes répartis sur 5 dalcas. Il atteint le golfe des Peines en passant par la lagune San Rafael, puis traverse l’isthme d’Ofqui. Il arrive à la « bouche nord » du canal Messier autour du 10 décembre 1766 (ce canal était connu des indiens pour être sans fin et réputé pour traverser les montagnes). Mais en raison du manque de nourriture, il doit rebrousser chemin en direction d’une petite île au nord des îles Baker. L’expédition rentrera à Cailín le 30 janvier 1767.

19Peu de temps après, le gouverneur de Chiloé Carlos de Beranger, organisa une nouvelle expédition toujours pour les mêmes raisons. Cette expédition fut confiée au lieutenant d’infanterie José de Sotomayor et au pilote Francisco Hipólito Machado qui appareillent de Chacao le 17 décembre 1768 avec 60 miliciens chilotes, à bord de la goélette Nuestra Señora de Monserrat embarquant 2 dalcas. La goélette devait contourner le cap Tres Montes par le Pacifique. Mais suite au récit de Mansilla et Ugarte, l’équipage refuse de suivre cette route et, en conséquence, la goélette prend encore une fois le chemin de la lagune San Rafael. Quelques marins embarquent sur les dalcas et naviguent jusqu’à la « bouche » du canal Messier qu’ils atteignent le 24 février 1769, avant de faire le trajet inverse.

20En 1770, sur ordre du roi d’Espagne, une autre expédition est envoyée par Carlos de Beranger pour vérifier une nouvelle fois l’hypothétique présence d’une colonie britannique. L’expédition espagnole avec à sa tête le lieutenant d’artillerie José Rius inspecta le port et l’estuaire Diego Gallego, situés au sud de l’île de Tenquehuén, et ne décela aucune présence des anglais.

21La dernière mission circulaire des pères jésuites se termina de façon brutale pour les pères Meyer et Martí à la chapelle du Curaco le 8 décembre 1767 quand les officiers du gouvernement leur signifièrent leur arrestation et leur exil. Cette sentence fait suite à un décret du roi d’Espagne Charles III, de bannir la Compagnie de Jésus et d’expulser d’Espagne et de ses colonies ses membres. L’expulsion des jésuites mettait fin à l’évangélisation de la population et précipitait la disparition des missions circulaires (il n’y avait alors que 3 franciscains sur l’île). Cela augmentait le risque de voir les indiens quitter l’île et de retourner dans l’archipel de Guaitecas. L’évêque de Concepción prit immédiatement des dispositions pour faire face à la situation en demandant aux moines franciscains du collège de Chillán d’envoyer des religieux pour remplacer les pères jésuites.

22Dix ans après l’expulsion des pères jésuites, une mission d’évangélisation est organisée par les moines franciscains Benito Marín et Julián del Real. Ces derniers quittent Castro le 21 octobre 1778 à bord de 3 dalcas. Une nouvelle fois, l’itinéraire choisi consiste à se rendre à la lagune San Rafael puis à traverser l’isthme d’Ofqui cette fois-ci par la rivière San Tadeo. Sur 33 indigènes rencontrés sur les côtes sud du golfe des Peines, 11 acceptent de se joindre au groupe pour se rendre à Chiloé. L’expédition a essayé de pénétrer dans le canal Messier mais en raison du mauvais temps, elle y renonçât. Elle prend ensuite le chemin du retour et regagne Chiloé le 8 mai 1779.

Au XIX e siècle ; première navigation et cartographie détaillée du tracé du canal

23Le premier véritable accès à la navigation du canal par les européens ainsi que la publication de sa première cartographie, sont l’œuvre d’une expédition anglaise envoyée en 1826 faire des relevés hydrographiques de la côte ouest de l’Amérique du Sud jusqu’à l’île de Chiloé. En effet, comme l’écrit le capitaine de l’expédition Philip P. King dans son rapport à la Geographical Society of London en 1831, seule la « bouche [d’entrée du canal Mesier] était représentée sur les cartes, à partir des informations compilées de Machado […]. Ce canal est également mentionné dans l’un des deux journaux de voyage faits par les missionnaires [en 1779] : l’entrée du canal Mesier est décrite par eux. […]. A ces exceptions près, je n’ai pu trouver s’il avait été parcouru avant notre visite ». Dans son rapport il ajoute que les quelques informations qu’ils possédaient provenaient des récits, d’une part de Byron, et d’autre part du moine franciscain Agüeros.

24C’est donc en 1826 que l’Amirauté britannique fait armer deux navires, le H.M.S. Adventure et le H.M.S. Beagle, et confie le commandement de l’expédition au capitaine Philip Parker King. Les deux navires quittent Plymouth en mai 1826. Après une première campagne d’exploration du détroit de Magellan, les deux navires rejoignent Montevideo le 24 avril 1827 pour y être réparés et faire le plein de vivres. Afin de faciliter l’exploration des canaux de Patagonie, une goélette y est achetée. Elle sera baptisée sous le nom de H.M.S. Adelaide.

25Pour cette seconde campagne d’exploration, l’Adelaide, commandé par le Lieutenant William George H. Skyring, quitte l’île de Chiloé le 8 décembre 1829, passe le cap Tres Montes le 14 avant de s’immobiliser le soir même dans Port Otway qui offre un bon ancrage, du bois, de l’eau et des fruits de mer. Le 19 janvier, ils aperçoivent l’entrée facilement identifiable du canal via la présence de deux hauts pics arrondis situés de part et d’autre de l’embouchure. Ils ne pénètrent véritablement dans celui-ci que le 1er février. A partir du 16 février, ils sont contraints de rester dans leur ancrage pendant 4 jours en raison d’une insuffisance de vent (il ne souffle qu’une légère brise du sud) due à un temps exceptionnellement beau. Le 21 février, ils atteignent l’entrée de ce qu’ils nomment « the English Narrow » (i.e. le Goulet Anglais) car à cet endroit le canal change de morphologie : au lieu de naviguer entre des îles éparses et de hauteurs modérées, ils se retrouvent confinés entre deux parois de montagne abruptes qui plongent directement dans l’eau. Le 23, ils trouvent un passage long et tortueux à travers un morcellement d’îles, et à 3 reprises la largeur du canal ne dépasse pas 360 m. Le 25, ils croisent une dalca remplie d’indiens puis avancent dans un étroit canal parsemé d’îles et après environ 20 km ils débouchent dans le canal Wide dont la largeur s’étire alors sur 4 km. Ainsi l’exploration du canal aura été effectuée du nord vers le sud sur une durée d’environ 1 mois.

26Au cours du XIXe siècle, d’autres expéditions britanniques viendront dans cette région pour faire des observations scientifiques et des relevés hydrographiques complémentaires. On peut citer brièvement les expéditions du H.M.S. Nassau (1866-1869) et du H.M.S. Challenger (1872-1876).

27Ainsi, durant les XVIIe et XVIIIe siècles, la région intermédiaire comprise entre Chiloé et le détroit de Magellan a été considérée comme une région inhospitalière, quasiment inhabitée, caractérisée par une géographie complexe constituée d’îles, de baies, de canaux et de fjords. Cette terre représentait une frontière naturelle au sud de Chiloé. Il faut attendre la première moitié du XIXe pour qu’une exploration géographique approfondie, bien que partielle, de cet espace soit réalisée.

Evolution des connaissances géographiques de la côte sud-ouest patagonienne

  • 2 La plupart des cartes sont disponibles soit sur le site Gallica de la Bibliothèque Nationale de Fra (...)

28La connaissance de la côte sud-ouest de la Patagonie résulte d’une succession d’explorations faites par les navigateurs et d’un long travail de transcription et d’interprétation effectué par les cartographes (Martinic, 1999). L’examen de ces données montre que cette connaissance a sensiblement évolué au cours des XVIIIe et XIXe siècles et que seules quelques cartes de référence ont servi de modèle à de nombreux autres travaux cartographiques (Martinic, 1999). Parmi le corpus de cartes existantes2, nous ne présentons ci-après que les cartes montrant une avancée significative dans la région qui nous concerne. Ces cartes résument à leur manière les quelques étapes clés de l’évolution de la cartographie du littoral patagon et la diffusion des connaissances géographiques.

Carte Ovalle 1646 (fig. 2)

29Les cartes de la Patagonie faites par les missionnaires de la Compagnie de Jésus ont été une source précieuse d’informations pour la production des connaissances géographiques et cartographiques aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le père Alonso de Ovalle élabore en 1646 une carte couvrant l’ensemble de la partie méridionale de l’Amérique du Sud. On remarquera (encadré rouge fig. 2), que la côte pacifique comprise entre l’archipel de Chiloé et l’archipel de la Mère de Dieu (Madre de Dios) est non tourmentée, très peu étendu en latitude, et qu’elle ne possède quasiment aucun archipel. A l’image des Portulans, cartes nautiques usitées lors des Grandes Découvertes, cette représentation met l’accent sur le détail des côtes connues et reconnues, l’habillage de l’intérieur des terres étant agrémenté par des représentations plus ou moins surréaliste des populations natives, de la faune ou de la flore ainsi que des reliefs observables depuis les côtes. Au XVIIe siècle, les connaissances géographiques à l’intérieur des terres est quasi nulle. Les implantations des missionnaires et des espagnols se limitent à quelques comptoirs, fortifications ou missions sur les littoraux.

Fig. 2 : Carte du royaume du Chili en 1646 par Alonso de Ovalle (carte Ovalle 1646).

Fig. 2 : Carte du royaume du Chili en 1646 par Alonso de Ovalle (carte Ovalle 1646).

Le Nord géographique est matérialisé par une fleur de lis.

Carte Feuillée 1714 (fig. 3)

30Sur ordre du roi Louis XIV, une mission d’exploration scientifique de l’Amérique du Sud fut lancée en 1707. C’est le père Louis Feuillée qui fut chargé de la partie scientifique. Il partit au Chili à bord du Saint-Jean-Baptiste à la fin de l’année 1707. Le navire doubla le cap Horn le 1er janvier 1709 puis atteignit la ville de Concepción le 21 janvier 1709. Louis Feuillée explorera ensuite les différentes villes et côtes du Chili jusqu’en 1711. Il rentra en France à bord du Phélypeaux qui atteignit Brest en août 1711.

31Ses observations astronomiques faites dans de nombreuses villes sur les côtes du Chili et du Pérou, lui permirent de dresser une carte de l’Amérique du Sud sur une base solide, carte qu’il publia avec son journal d’observations en 1714. Lors des voyages aller et retour, les navires ont pris une route très au large des côtes sud du Chili et par conséquent, Louis Feuillée n’a pas pu faire d’observations de cette partie de la côte comprise entre la ville de Concepción et l’entrée du détroit de Magellan. Pour dessiner cette partie de la côte, il a donc dû faire appel à des cartes antérieures ou à son imagination en rapport avec les informations qu’il détenait. Or le dessin de cette région de la côte sud du Chili ne ressemble guère à celui de la carte de référence à l’époque, c’est-à-dire celle de Guillaume de l’Isle publiée en 1700. Au sud de Chiloé, apparaît une extension terrestre qui fait penser à la péninsule de Taitao et qui ne se retrouve ensuite sur aucune carte ultérieure jusque vers 1770.

32Peu de temps après, une nouvelle carte de l’Amérique du Sud est publiée en 1716 par l’ingénieur militaire Amédée-François Frézier (1682-1773). Ce dernier a été envoyé comme espion par Louis XV pour reconnaître les ports espagnols et leurs fortifications au Chili et au Pérou. Il partit de Saint-Malo le 6 janvier 1712 à bord du Saint-Joseph puis il séjourna au Chili et au Pérou en tant que conseiller militaire de juin 1712 à février 1714. Il regagna la France à bord du Marianne et atteignit Marseille le 17 août 1714. Pour la région qui nous intéresse, le dessin de la côte par Frézier est très différent de celui de la carte de Feuillée. Frézier n’a pas non plus observé cette partie de la côte lors des ses voyages et on constate que son dessin est très dépouillé par rapport à celui de Feuillée. Il semble que les connaissances accumulées par les membres de la Compagnie de Jésus sur cet espace ne sont pas connues ou mobilisées par ces cartographes français de l’époque.

Fig. 3 : Carte de l’Amérique Méridionale en 1714 par Louis Feuillée (carte Feuillée 1714).

Fig. 3 : Carte de l’Amérique Méridionale en 1714 par Louis Feuillée (carte Feuillée 1714).

Dans l’encadré rouge on peut déceler une avancée de terre (zone claire) qui pourrait correspondre à la péninsule de Taitao.

Carte Anville 1748 (fig. 4)

33Les cartes de Sanson ont été reprises par le cartographe français Guillaume de l’Isle. Sa carte de l’Amérique du Sud, datée de 1700, resta une référence pendant un demi-siècle (il s’est aussi appuyé sur les récits des expéditions de John Narborough et de Jacques Gouin de Beauchêne) jusqu’à la publication de la carte de Jean Baptiste Bourguignon d’Anville en 1748. La carte d’Anville intègre de nouveaux éléments issus en particulier de la carte élaborée en 1745 par le père jésuite José Quiroga. On observe que le dessin de la côte pacifique comprise entre l’archipel de Chiloé et l’archipel de la Mère de Dieu a évolué par rapport aux cartes précédentes. Le dessin de la côte au voisinage de l’inscription « Port trouvé par les Anglais en 1741 » peut faire penser à l’embouchure du canal Messier.

Fig. 4 : Détail de la carte de l’Amérique Méridionale en 1748 par Jean Baptiste Bourguignon d’Anville (carte Anville 1748).

Fig. 4 : Détail de la carte de l’Amérique Méridionale en 1748 par Jean Baptiste Bourguignon d’Anville (carte Anville 1748).

L’amorce du canal Messier semble apparaître au-dessus de l’indication « Port trouvé par les Anglais en 1741).

Carte Cruz Cano 1775 (fig. 5)

34Enfin, la carte qui réalise la meilleure synthèse des travaux antérieurs (tels que ceux de Falkner, Bellin, d’Anville et de l’Isle) tout en utilisant un large support de cartes et de plans provenant du Conseil des Indes et de la Compagnie de Jésus, est la carte produite par le géographe espagnol Juan de la Cruz Cano y Olmedilla et dont la première édition fut publiée en novembre 1775. Même si le dessin de la côte est encore très approximatif, on commence à voir apparaître des noms et des détails qui démontrent que Cruz Cano a eu accès à des connaissances et supports auxquels les cartographes précédents n’ont pas eu accès. En particulier, c’est la première carte de l’Amérique méridionale qui fait apparaître le futur canal Messier alors nommé « canal de Merciel ». Le travail de Cruz Cano fut assez largement diffusé et constitua pendant environ un siècle la carte de référence de la région.

Fig. 5 : Détail de la carte l’Amérique Méridionale en 1775 par Cruz Cano y Olmedilla (carte Cruz Cano 1775, échelle 1/4 300 000).

Fig. 5 : Détail de la carte l’Amérique Méridionale en 1775 par Cruz Cano y Olmedilla (carte Cruz Cano 1775, échelle 1/4 300 000).

On peut lire dans l’encadré rouge : canal de Merciel.

Carte Franco-espagnole 1800 (fig. 6)

35Cette carte apporte quelques précisions sur la localisation du canal qui ne porte pas encore le nom « Messier » mais s’écrit « canal de Mesier » et de ses environs. Le dessin de la carte marque aussi une évolution notable de la façon dont les cartographes vont désormais travailler. Antérieurement les cartographes faisaient appel à leur imagination pour compléter le dessin des zones non explorées alors que, comme cela est visible à la figure 6, les cartographes distinguent dorénavant les parties explorées (avec une représentation détaillée et accentuée) et les parties méconnues (représentées par des lignes fines). C’est une version anglaise de cette carte qui a été utilisée par l’expédition du H.M.S. Beagle.

Fig. 6 : Détail de la carte de l’Amérique Méridionale levée en 1789 et 1790 par les officiers de la Marine d’Espagne pour le compte du Ministère de la Marine française (1800, échelle 1/5 500 000).

Fig. 6 : Détail de la carte de l’Amérique Méridionale levée en 1789 et 1790 par les officiers de la Marine d’Espagne pour le compte du Ministère de la Marine française (1800, échelle 1/5 500 000).

On peut lire dans l’encadré rouge : canal de Mesier.

Toponymie du canal Messier

36Le premier document significatif qui fait mention du canal Messier et qui lui associe un nom est la carte de Cruz Cano de 1775 (fig. 5). Le nom qui apparaît sur la carte est « canal de Merciel ». On sait que Cruz Cano s’est appuyé sur un vaste ensemble de plans et de cartes. Parmi ceux-ci, on trouve des cartes appartenant à La Real Escuela de Navegación (Cadiz, Espagne) que Cruz Cano connaissaient nécessairement. Sur l’une de ces cartes, datée de 1760-70, on peut y lire le nom « canal de Merciér », comme le montre la figure 7. Le dessin des côtes de l’archipel des Chonos est pratiquement identique à celui de la carte de Carlos de Beranger datée elle de 1772.

Fig. 7 : Description hydrographique de la côte occidentale de la Patagonie (datée d’environ 1760-1770, échelle 1/200 000).

Fig. 7 : Description hydrographique de la côte occidentale de la Patagonie (datée d’environ 1760-1770, échelle 1/200 000).

Le Nord géographique est matérialisé par une fleur de lis. Dans le descriptif des divers points caractéristiques figurant sur la carte (en bas à droite) on peut lire au numéro 22 : Canal de Merciér.

37D’autres récits de Martí (1767), Machado (1769), Marín et Real (1778) font état d’un nom de canal avec une écriture cursive manuscrite pas toujours clairement lisible mais restant compatible avec les termes évoqués ci-dessus. Malheureusement, le croquis d’exploration du père José García Martí ne fait pas apparaître le nom du canal ; seule une annotation ethnographique (« Nacion Calen ») figure à l’emplacement du canal. Ainsi, il semble à peu près établi que le nom originel du canal soit proche de « de Merciér » ou « de Merciel ».

38La plupart des récits décrivant la navigation dans l’embouchure nord du canal font état d’un lieu « protégé, abrité, favorable… ». Or le mot espagnol « Merced » qui exprime l’idée de « de grâce », et par extension de « sérénité » ou de « quiétude » s’en approche. Ce terme pourrait désigner pour les marins « un lieu abrité et favorable pouvant servir de refuge » a une écriture proche de celle du mot « Merciel ». De plus, l’attribution d’un tel nom est tout-à-fait plausible compte tenu des pratiques locales alors en vigueur dans cette région : les noms de lieux se rapportaient fréquemment aux caractéristiques naturelles ou à l’environnement d’un lieu (choronyme).

39Tout cela met donc en lumière une possible explication du nom originel « Merced » du canal qui serait due à son caractère providentiel (symbole de la grâce divine…) dont l’écriture aurait donné lieu au fil du temps à des formes approchées évoluant vers « de Merciér » ou « de Merciel ». Mais à ce stade, il est encore permis de se poser la question : Cruz Cano a-t-il fait une erreur de transcription en écrivant « Merciel » où est-ce le mot « Mesier » apparut par la suite qui est lui-même une déformation d’un mot manuscrit proche de « Merciér » ?

40Le premier ouvrage (paru en 1791) qui fit état du « canal Mesier » (en écriture dactylographiée) est dû au père Gonzales de Aguëros. Ce dernier qui n’était pas un explorateur a utilisé les récits de Machado, Marin et Real mais n’a pas édité de représentation cartographique du golfe des Peines. Le fait important est que Aguëros a attribué et fixé de lui-même au canal le nom « Mesier » et que seul ce nom a ensuite été utilisé. L’ajout d’un deuxième « s » dans le nom s’observe uniquement sur les cartes et plus particulièrement sur la carte générale de l’Amérique du Sud éditée en 1836 (fig. 8), que nous appellerons « carte Beagle », avec le récit d’exploration de Fitz-Roy à bord du H.M.S. Beagle.

Fig. 8 : Détail de la partie méridionale de la carte générale de l’Amérique du Sud publiée en 1836 avec le récit de Robert Fitz-Roy :

Fig. 8 : Détail de la partie méridionale de la carte générale de l’Amérique du Sud publiée en 1836 avec le récit de Robert Fitz-Roy :

(a)

41(b)

a) extrait de la carte générale (écriture « Messier Channel »), b) extrait de l’encart inséré dans la carte générale (écriture « Mesier Channel »).

42On peut toutefois noter que le nom du canal est écrit avec un seul « s » (écriture d’Aguëros) sur la carte détaillée (fig. 8b) de la côte patagonienne inscrite dans l’encart de la carte générale (fig. 8a). Par ailleurs, dans tout le récit de l’expédition du Beagle seul le nom « Mesier » est présent. Ceci nous amène à penser que l’ajout du deuxième « s » (fig. 8a) est une erreur de transcription des cartographes anglais qui s’est ensuite répandue de manière aléatoire au cours du temps (on trouve ainsi, par exemple, des cartes américaines datées de 1855 qui portent encore l’écriture « Mesier »).

43Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, la « carte Beagle » de l’Amérique du Sud (faisant apparaître par erreur le nom « canal Messier ») est revenue sur le devant de la scène en raison de la notoriété de Charles Darwin qui a participé à l’expédition du H.M.S. Beagle entre 1831 et 1836 et qui à cette occasion a fait des découvertes décisives conduisant à sa théorie de l’évolution des espèces vivantes.

44La dernière étape de l’histoire du toponyme « canal Messier », qui a définitivement ancré ce terme, est due à l’attribution du nom du canal à l’astronome Charles Messier. Le dictionnaire officiel Chilien de la toponymie (Diccionario de la toponimia austral de Chile, Mantellero, Carlos, 1991) fait directement référence à l’astronome Charles Messier pour attester le nom de ce canal patagonien. D’après cette référence, le nom du canal aurait été attribué par le père José García Martí lors de son expédition de 1766. Or à cette époque Charles Messier n’avait pas encore acquis une renommée suffisante pour être reconnu dans ces contrées lointaines ce qui rend peu crédible la justification contemporaine donnée par ce dictionnaire.

Conclusion

45Pour conclure, on peut avancer avec une relative certitude que le nom du canal Messier a pour origine un terme issu du mot espagnol « Merced ». Différents avatars successifs dans la retranscription écrite du mot, va le faire évoluer de « Merciér » ou « Merciel » puis « Mesier » et enfin « Messier ». Il deviendra ensuite évident a posteriori que le nom du canal ait été donné en l’honneur de l’astronome français Charles Messier…

46Au-delà de cet exemple précis, cette contribution démontre que dans un contexte de confins géographique, la toponymie connaît de nombreuses fluctuations et aléas. Durant cinq siècles, explorateurs, missionnaires, colons, militaires et cartographes de diverses nationalités (espagnols, anglais, français, hollandais…) ont progressivement participé à fixer les contours cartographiques des littoraux de la Patagonie chilienne ainsi que le nom des lieux. Cette néotoponymie gomme très largement les us et coutumes des populations natives. Comme abordé en introduction, il en résulte un patchwork onomastique mobilisant de multiples références ou registres : anthroponyme, hagiotoponymes, choronymes… Fixer avec précision l’étymologie et l’histoire de leurs usages restent un exercice délicat, mais en même temps riche d’enseignement d’un point de vue géo-historique sur la progressive découverte de ces espaces.

47Remerciements : les auteurs tiennent à remercier vivement Armelle Michetti (responsable documentation du CNRS à Grenoble) pour son aide très précieuse quant à la recherche de documents.

Haut de page

Bibliographie

ARAYA-VERGARA, JOSE F. 1999. Secuencia de formas deposicionales submarinas en la fractura del Canal Messier, Patagonia Central, Investigaciones Marinas, Vol. 27, Valparaiso, pp. 39-52.

BERANGER, CARLOS. 1893. Relacion jeografica de la isla de Chiloé, publicada por primera vez con una introduccion y notas esplicativas por Nicolas Anrique R., Santiago de Chile, Imprenta Cervantes.

BIGGAR, John. 2007. Les Andes, guide d’alpinisme, Bruxelles : Nevicata.

BULKELEY, JOHN & CUMMINS, JOHN. 1743. A voyage to the South seas in His Majesty's ship the Wager in the years 1740-1741, London.

BYRON, JOHN. 1768. Narrative of the Honourable John Byron containing an account of the great distresses suffered by himself and his companions on the coast of Patagonia, from the year 1740 till their arrival in England, 1746, London.

CAMPBELL, ALEXANDER. 1747. The sequel to Bulkeley and Cummins’s Voyage to the South-Seas: Or the adventures to the Capt. Cheap, the Hon. Mr. Byron, Lieut Hamilton, Alexander Campbell and Others, late of his Majesty’s Ship the Wager, wich was Wreck’d on a Desolate Island in Lat. 47 S, Long. 81.40 W in the South-Seas 1740-1741, W. Owen, London.

CORTES HOJEA, FRANCISCO DE. 1879. Viaje del capitan Juan Ladrillero al descubrimiento del Estrecho de Magallanes, Anuario Hidrográfico de la Marina de Chile, T. V, Imprenta Nacional, Santiago, pp. 482-520.

EMPERAIRE, Joseph. 2003. Les Nomades de la mer, Ed. Le Serpent de mer, Paris.

FEUILLÉE, LOUIS. 1714-1725. Journal des observations physiques, mathématiques et botaniques, faites par l’ordre du Roy sur les Côtes Orientales de l’Amérique Méridionale, et dans les Indes Occidentales, depuis l’année 1707 jusques en 1712, T. I-III, Paris.

FITZ-ROY, ROBERT. 1839. Narrative of the Surveying Voyages of His Majesty Ships Adventure and Beagle, Between the Years 1826 And 1836, Describing Their Examination of the Southern Shores of the South America, Vol. I, London.

FREZIER, AMEDÉE-FRANCOIS. 1717. Relation du voyage de la mer da Sud, aux côtes du Chili, du Pérou, et du Brésil fait pendant les années 1712, 1713 & 1714, Paris.

GALLARDO, BARTOLOMÉ. 1886. Relación del sargento mayor don bartolomé Gallardo hecha en Lima de orden de V. E. sobre el viaje que hizo en reconocimiento a las poblaciones de los ingleses con todo lo sucedido en él y paraje donde llegó, Anuario Hidrográfico de la Marina de Chile, T. XI, Imprenta Nacional, Santiago, pp. 525-537.

GARCíA, JOSÉ S.J. 1889. Diario del viaje i navegación hechos por el padre José García de la Compañía de Jesús, desde su misión de Cailín, en Chiloé, hacia el sur, en los años 1766-1767, Anuario Hidrográfico de la Marina de Chile, Vol. XIV, Imprenta Nacional, Santiago, pp. 3-42.

GIRAUT, FREDERIC. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH, MYRIAM. 2008. Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie, Introduction au dossier, Espace géographique 2, p. 97-105.

GIRAUT, FREDERIC. GUYOT, SYLVAIN. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH, MYRIAM. 2008. Enjeux de mots : les changements toponymiques sud-africains, Espace géographique 2, p. 131-150.

GONZÁLEZ DE AGÜEROS, FRAY PEDRO. 1791. Descripción historial de la provencia y archipielago de Chiloé, en el Reyno de Chile, Madrid.

GONZÁLEZ-BARRERA, JULIAN. 2010. La derrota a través del Estrecho de Magallanes : El viaje olvodado de Juan Ladrillero (1557-1559), Atenea n° 501, Concepción, pp. 11-33.

GUTIERREZ, RAMON. 2007. Las misiones circulares de los jesuitas en Chiloé. Apuntes para una historia singular de la evangelización, Apuntes: Revista de Estudios sobre Patrimonio Cultural - Journal of Cultural Heritage Studies, Vol. 20, n°1, pp. 50-69.

IBAR BRUCE, JORGE. 1960. Ensayo sobre los indios Chonos e interpretación de sus toponimias, Anales de la Universidad de Chile, Vol. 117, pp. 61-70.

KEARNEY, Alan. 1993. Mountaineering in Patagonia, Seattle: The Mountaineers Books.

LADRILLERO, JUAN DE. 1880. Relación del viaje al Estrecho de Magallanes, escrita por Juan Ladrillero, Anuario Hidrográfico de la Marina de Chile, T. VI, Imprenta Nacional, Santiago, pp. 453-525.

Landel, Pierre-Antoine. & Senil, Nicolas. 2008. Les nouveaux territoires et leurs noms entre projet et compétitivité : le cas des “ pôles d’excellence rurale ”, L’Espace Politique [En ligne], 5 | 2008-2.

LASA, LUIS I. & LUIZ, MARIA TERESA. 2011. Representaciones del espacio patagónico. Una interpretación de la cartografía jesuítica de los siglos XVII y XVIII, Cuadernos de historia, n° 35, Santiago, pp.7-33.

MACHADO, FRANCISCO. 1889. Viajes del piloto Francisco Machado a los archipiélagos occidentales de la Patagonia, 1768, Anuario Hidrográfico de la Marina de Chile, T. XIV, Imprenta Nacional, Santiago, pp. 57-149.

MANTELLERO OGNIO, CARLOS ALBERTO. 1991. Diccionario de la toponimia austral de Chile, Vol. II, Primera edición, Valparaiso, p. 133.

MAO, PASCAL. & BOURLON, FABIEN. 2016. Le Tourisme scientifique en Patagonie chilienne, Un essai géographique sur les voyages et explorations scientifiques, Collection Tourismes et Sociétés, L’Harmattan, Paris.MARTINIC MATEO. 1999. Cartografia Magallanica 1523-1945, Ediciones de la Universidad de Magallanes.

MARTINIC, Mateo. 2005. De la Trapananda al Aysén: una mirada reflexiva sobre el acontecer de la Región de Aysén desde la prehistoria hasta nuestros días, Volume 38 de Biblioteca del bicentenario, Pehuén Editores Limitada, Punta Arena.

MARTINIC, Mateo. 2007. Los Césares de la Patagonia, ¿otra fuente indígena para la leyenda o una hasta ahora desconocida creación del imaginario aónikenk?, Magallania, Vol. 35-2, pp. 7-14.

MENA, Francisco. 2004. Arqueología de Jeinimeni in Historia natural reserva nacional Lago Jeinimeni, Proyecto biodiversidad de Aysén, CONAF, Coyhaique.

MESSIER, Charles. 1774. Catalogue des nébuleuses et des amas d'étoiles, Mémoires de l'Académie royale des sciences, Paris, p. 435-461.

MESSIER, Charles. 1784. Catalogue des nébuleuses et amas d'étoiles, La Connaissance des temps, ou connaissance des mouvements célestes, pour l'année bissextile, Paris, Imprimerie royale, p. 227-267.

MITTERMEIER, Russell Alan. et al. 2003. Wilderness and biodiversity conservation, PNAS, vol. 100, n°18, pp. 10309-10313.

QUIROZ LARREA, DANIEL. 1985. La expedición del piloto Juan García Tao a la Patagonia Occidental Insular (1620-1621), Boletín del Museo de Cañete, N° 1, Dirección de bibliotecas, Archivos y Museos, Cañete, pp. 53-61.

RASPAIL, Jean. 1986. Qui se souvient des hommes, Paris : Robert Laffont.

SMITH, THOMAS R. 1966. Cruz Cano’s Map of South America, Madrid, 1775 : Its Creation, Adversities and Rehabilitation, Imago Mundi, Vol. 20, pp. 49-78.

URBINA CARRASCO, MARÍA XIMENA. 2010. La navegación por los canales australes en la Patagonia Occidental Insular en los siglos coloniales: la ruta del istmo d’Ofqui, Magallania, vol. 38, n°2, pp. 41-67.

VASQUEZ, RICARDO. 2010. AAU, el secreto de los Chonos, Revista Chilena de Historia y Geografia, n°170, pp. 169-199.

VEA, ANTONIO DE. 1886. Relación diaria del viaje que se ha hecho a las costas del Estrecho de Magallanes con recelo de enemigos de Europa por don Antonio de Vea, Anuario Hidrográfico de la Marina de Chile, T. XI, Santiago, pp. 539-596.

Wydmusch, Solange. 1997. La toponymie, un patrimoine à préserver, L’Harmattan, Paris.

Map Collection : http://www.davidrumsey.com/luna/servlet

Haut de page

Notes

1 Nom donné en l’honneur du Vice-roi du Pérou Lope García de Castro (1516-1576).

2 La plupart des cartes sont disponibles soit sur le site Gallica de la Bibliothèque Nationale de France et elles appartiennent à la collection d’Anville soit sur le site David Rumsey

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.1. Carte issue d’une photographie par satellite du golfe des Peines et de ses environs.
Légende Le canal Messier est délimité au nord par la baie de Tarn et au sud par une zone à fort rétrécissement appelé Goulet Anglais. (1) Iles Tenquehuén, (2) Lagune San Rafael, (3) Isthme d’Ofqui, (4) Port Otway, (5) Cap Tres Montes, (6) Goulet Anglais, (7) Archipel de Wellington, (8) Ile de la Campana.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-1.png
Fichier image/, 461k
Titre Fig. 2 : Carte du royaume du Chili en 1646 par Alonso de Ovalle (carte Ovalle 1646).
Légende Le Nord géographique est matérialisé par une fleur de lis.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-2.jpg
Fichier image/, 132k
Titre Fig. 3 : Carte de l’Amérique Méridionale en 1714 par Louis Feuillée (carte Feuillée 1714).
Légende Dans l’encadré rouge on peut déceler une avancée de terre (zone claire) qui pourrait correspondre à la péninsule de Taitao.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-3.png
Fichier image/, 328k
Titre Fig. 4 : Détail de la carte de l’Amérique Méridionale en 1748 par Jean Baptiste Bourguignon d’Anville (carte Anville 1748).
Légende L’amorce du canal Messier semble apparaître au-dessus de l’indication « Port trouvé par les Anglais en 1741).
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-4.jpg
Fichier image/, 72k
Titre Fig. 5 : Détail de la carte l’Amérique Méridionale en 1775 par Cruz Cano y Olmedilla (carte Cruz Cano 1775, échelle 1/4 300 000).
Légende On peut lire dans l’encadré rouge : canal de Merciel.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-5.jpg
Fichier image/, 80k
Titre Fig. 6 : Détail de la carte de l’Amérique Méridionale levée en 1789 et 1790 par les officiers de la Marine d’Espagne pour le compte du Ministère de la Marine française (1800, échelle 1/5 500 000).
Légende On peut lire dans l’encadré rouge : canal de Mesier.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-6.jpg
Fichier image/, 36k
Titre Fig. 7 : Description hydrographique de la côte occidentale de la Patagonie (datée d’environ 1760-1770, échelle 1/200 000).
Légende Le Nord géographique est matérialisé par une fleur de lis. Dans le descriptif des divers points caractéristiques figurant sur la carte (en bas à droite) on peut lire au numéro 22 : Canal de Merciér.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-7.jpg
Fichier image/, 124k
Titre Fig. 8 : Détail de la partie méridionale de la carte générale de l’Amérique du Sud publiée en 1836 avec le récit de Robert Fitz-Roy :
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-8.jpg
Fichier image/, 44k
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/13093/img-9.png
Fichier image/, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Aitken, Jean-Numa Foulc, Pascal Mao et Nicolas Robinet, « Les avatars de la toponymie dans les confins géographiques, exemple du canal « Messier » en Patagonie chilienne », Confins [En ligne], 35 | 2018, mis en ligne le 22 avril 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/confins/13093 ; DOI : 10.4000/confins.13093

Haut de page

Auteurs

Frédéric Aitken

Univ. Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble INP, G2ELab, frederic.aitken@g2elab.grenoble-inp.fr

Jean-Numa Foulc

Univ. Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble INP, G2ELab, Jean-Numa.Foulc@g2elab.grenoble-inp.fr

Pascal Mao

Université Grenoble Alpes, Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine – Laboratoire UMR Pacte, pascal.mao@univ-grenoble-alpes.fr

Nicolas Robinet

Université Grenoble Alpes, Institut d’Urbanisme et de Géographie Alpine – Laboratoire UMR Pacte, nicolas.robinet@univ-grenoble-alpes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals