Navigation – Plan du site
Dossiê Imagens plurais da cidade, séculos XIX-XXI

Introduction du dossier :« Images plurielles de la ville, XIXe-XXIe siècles »

Introdução ao dossiê: “Imagens plurais da cidade, séculos XIX-XXI”
Introduction to the folder: “Plural images of the city, 19th-21st centuries”
Grupo Imago

Texte intégral

  • 1 Eliane KUVASNEY, docteur en géographie (2017), PPGH, Université de São Paulo (Brésil), Carolina MOR (...)

1Les six textes qui composent ce dossier sont issus du colloque international “Images plurielles de la ville, XIXe-XXIe siècles”, organisé les 2 et 3 février 2017 à Lyon par l’équipe du projet junior IMAGO-Image(s) de la ville. Soutenus par l’Université Jean Moulin Lyon 3, les projets juniors sont un dispositif visant à former les doctorants à la recherche collective. Pendant deux ans et demi, l’équipe du projet junior IMAGO (composée de cinq doctorants1) a réfléchi autour du thème des images de la ville, en organisant plusieurs rencontres scientifiques en France et au Brésil (São Paulo, Rio de Janeiro). L’étude a porté sur les contextes et enjeux de construction de ces images, en questionnant notamment les choix, les intentions, les objectifs ainsi que les discours, explicites ou implicites, qui y sont associés.

2Les travaux d’IMAGO se sont placés dans une perspective résolument pluridisciplinaire et comparative. Les communications qui ont pris place lors des séminaires, journées d’étude et du colloque relevaient d’un spectre très large d’approches : géographie, art, architecture, histoire, cartographie, tourisme, cinéma, toponymie, sciences du langage, publicité, marketing urbain, photographie… De même, le choix des villes étudiées par les membres d’IMAGO et les chercheurs invités à communiquer lors de ces rencontres témoigne aussi de la diversité géographique recherchée (Lyon, Athènes, São Paulo, Kharkov, Paris, Naples, Lisbonne...).

3Le colloque “Images plurielles de la ville, XIXe-XXIe siècles” a ainsi rassemblé vingt communications s’interrogeant sur la diversité des images de la ville, à travers trois principaux axes : les images matérielles et visuelles (photographies, plans, affiches, timbres, sacs plastiques...), l’image de marque et promotionnelle (marketing territorial, tourisme) et les images mentales des individus (résidents, étrangers, artistes…).

4La naissance de l’industrie touristique en Europe au cours du XIXe siècle est due en grande partie au développement du chemin de fer, à l’apparition de grandes collections de guide de voyage et d’agences spécialisées et à l’amélioration de l’infrastructure hôtelière. Peu à peu, les municipalités et les milieux économiques urbains ont perçu l’importance de communiquer sur les atouts de leur ville pour attirer des touristes, compatriotes et étrangers. Dans son article, Julie Manfredini, docteur en histoire contemporaine et chercheur associé à l’EIREST de l’Université Paris I, dresse un panorama de la conception et l’évolution de la publicité touristique urbaine en France depuis la fin du XIXe siècle. Prenant comme exemples plusieurs villes (Lyon, Grasse, Saint-Brieuc, Hyères...), l’auteur met en lumière le rôle majeur des organismes locaux, en particulier les syndicats d’initiative, dans la construction d’une image dominante destinée à valoriser ces territoires urbains et leurs environs. Dans de nombreuses villes, les syndicats d’initiative, puis les offices de tourisme ont développé au cours du XXe siècle des outils et savoir-faire permettant de forger une certaine identité urbaine, souvent basée sur une spécialisation touristique et culturelle (gastronomie, œnotourisme, parfum, thermalisme…). Ces représentations multiples ont été diffusées auprès d’un large public, français et étranger, par l’intermédiaire de divers supports (photographies, affiches, guides et livrets touristiques, radio...).

5En ce début de XXIe siècle, le thème de l’image de la ville est plus que jamais omniprésent dans les discours des élus, aménageurs, promoteurs, professionnels du tourisme et les représentations visuelles qui sont véhiculées dans les médias (presse, publicités, magazines, guides de voyage, télévision, vidéos en ligne, réseaux sociaux…). Dans un contexte de compétition interurbaine de plus en plus accrue, à différents niveaux (régional, national, international), les acteurs publics municipaux mettent en place des stratégies relevant du marketing territorial (city branding), pour renouveler l’image dominante de leur ville, accroître sa notoriété et son attractivité, à destination de plusieurs cibles identifiées (investisseurs, classes supérieures, touristes étrangers, étudiants…).

6Dans ce contexte, le texte des chercheurs Matthieu Adam et Georges-Henry Laffont, respectivement de l’Université de Lyon (ENS de Lyon) et de l’Université Jean Monnet de Saint-Etienne, traite des grands projets urbains et architecturaux actuels qui sont utilisés comme outils par les acteurs publics pour changer l’image de marque d’une ville. À travers l’exemple du nouveau quartier Confluence de Lyon, les auteurs montrent que ces projets répondent à un double objectif de singularité - valoriser les caractères présents ou en cours d’élaboration qui distinguent les villes entre elles - et de conformité aux standards dominants des discours sur les métropoles les plus importantes (via notamment les labels et les classements). Les auteurs interrogent ces stratégies qui consistent à augmenter le capital symbolique de la ville par la mise en récit et en images de réalisations architecturales notables et d’événements culturels visibles, plutôt que par la présentation des fonctionnalités ou caractéristiques propres à ces opérations urbaines. S’appuyant sur des entretiens réalisés auprès de promoteurs, urbanistes, architectes et aménageurs, les auteurs montrent aussi que cette stratégie s’articulant autour du couple singularité/conformité a pour conséquence sociale d’occulter et de mettre à l’écart d’autres espaces et populations qui ne correspondent pas aux cibles du projet.

7Dans son article, Giovanni Sechi, chercheur à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, s’intéresse aussi à la transformation de l’image dominante d’une ville par le marketing territorial. Les acteurs locaux ont été pionniers dans le renouvellement de l’image de Saint-Etienne, d’une ville industrielle à une ville créative du design. Le texte retrace depuis plus d’un siècle les différents moments de l’action municipale pour changer l’image de marque de Saint-Etienne, vis-à-vis des habitants mais surtout de l’extérieur (attractivité économique, résidentielle, touristique). L’auteur montre ainsi que l’alternance politique à la tête de la mairie et de la métropole stéphanoise n’a pas constitué de rupture franche dans la stratégie globale de transformation de l’identité de la ville. Si chaque maire cherche à marquer son mandat de son empreinte, c’est la recherche d’une meilleure attractivité et d’une image de marque plus positive qui guide l’action publique. Malgré quelques réorientations, l’appartenance politique constitue finalement un élément secondaire de la stratégie stéphanoise de marketing territorial, qui s’appuie notamment depuis une vingtaine d’années sur des candidatures nationales et internationales (réseau French Tech, réseau des villes créatives de l’UNESCO) et l’événementiel (Biennale internationale du design).

8Les pouvoirs publics ne sont pas les seuls à participer à la construction de l’image de la ville. D’autres acteurs (associations, résidents, entreprises, touristes…) interviennent à différents niveaux dans la création, la diffusion et la mobilisation de discours et représentations visuelles sur les territoires urbains.

9À travers une recherche menée dans le quartier de la Mouraria à Lisbonne, Jacques Galhardo, doctorant en géographie à l’Université de Tours, traite de la signification des usages de la photographie dans un contexte de réhabilitation d’un centre ancien. L’auteur analyse la manière dont les acteurs (résidents, municipalité, artistes…) mobilisent les images du quartier dans des buts différents mais qui peuvent aussi converger. Via l’étude de l’évolution des choix et usages photographiques, il s’agit d’interroger les processus d’appropriation de l’espace par les divers acteurs concernés, en premier lieu les résidents. Dans le cas étudié, la production et la circulation de photographies urbaines a permis de redonner une visibilité à ce quartier lisboète longtemps resté dans l’ombre, mais l’image de la Mouraria, produit de ces diverses représentations visuelles, est plus que jamais plurielle.

10Les représentations visuelles de l’espace urbain, et en particulier la cartographie, jouent un rôle important dans l’élaboration de l’image d’une ville par les décideurs, qu’elle soit mentale ou physique, à travers la mise en application des projets d’urbanisme. Les plans sont le reflet des conceptions dominantes de chaque époque. L’article de Dimitra Kanellopoulou, architecte, urbaniste et docteur en géographie, explore la production de différents types de plans urbains d’Athènes à travers trois grandes périodes historiques (de 1834 à l’après Seconde Guerre mondiale) au cours desquelles la capitale grecque, d’abord simple village, est devenue par une urbanisation rapide une métropole moderne. L’auteur montre en particulier l’influence des théories et modèles urbanistiques européens sur les plans d’urbanisme réalisés pour Athènes. L'étude des conditions et des contextes d’élaboration de ces plans fournit aux urbanistes et aux chercheurs les outils nécessaires pour analyser et comprendre le développement urbain de la capitale grecque au cours des XIXe et XXe siècles, et en particulier la puissance des images liées aux transformations passées de la ville.

11Tout comme Athènes, la plupart des grandes métropoles mondiales sont marquées depuis la seconde moitié du XXe siècle par la prédominance de la voiture individuelle. Les réflexions sur la ville actuelle et son évolution dans les années à venir portent notamment sur la place des usagers et des espaces publics. L’article de Katia Canova, architecte, urbaniste et doctorant en géographie humaine à l’Université de São Paulo (PPGH-FFLCH-USP), concerne la nécessité de requalifier les espaces urbains à l’échelle humaine, en prenant en compte l’expérience des piétons et des cyclistes. Divers documents et données peuvent être mobilisés pour étudier la place et l’évolution des espaces publics dans la ville, ainsi que leur pratique par les résidents. Par exemple, les photographies et cartes postales, étudiées selon une perspective diachronique, fournissent des informations sur les changements physiques de ces espaces et leur appropriation par les usagers. L’auteur utilise aussi la cartographie et des indicateurs numériques comme outils d’analyse pour mieux comprendre le territoire de São Paulo. Ce travail constitue ainsi un instrument d’aide à la décision pour les futures décisions de planification urbaine.

12Nous espérons que cette partie des recherches présentées lors du colloque « Images plurielles de la ville, XIXe-XXIe siècles » permettra de souligner l’importance d’une approche pluridisciplinaire des images de la ville et des représentations urbaines. Loin d’épuiser le sujet, les échanges qui ont pris place dans les événements scientifiques organisés par l’équipe d’IMAGO ont été d’une grande richesse, due à la diversité des regards sur ce thème. Ils constituent autant de pistes intéressantes en vue de la continuation du projet.

Biographie des auteurs

13Julie Manfredini

14Docteure en Histoire contemporaine. Chercheuse associée à l’EIREST (Université Paris I).Auteur de l’ouvrage Les syndicats d’initiative : naissance de l'identité touristique de la France, Presses universitaires François-Rabelais, 2017, 312 p. (URL : https://pufr-editions.fr/​produit/​les-syndicats-dinitiative), jmanfredini2312@aol.com

15Matthieu Adam

16Docteur en aménagement de l'espace et urbanisme, UMR 5600 Environnement, Ville, Société, Université de Lyon - ENS de Lyon – CNRS, adam.matthieu@gmail.com

17Georges-Henry Laffont,

18Docteur en géographie, UMR 5600 Environnement, Ville, Société – ISTHME, Université Jean Monnet de Saint-Etienne – CNRS, ghlaffont@gmail.com

19Giovanni Sechi

20Docteur en études urbaines, Chercheur associé au Laboratoire EVS-LAURE UMR CNRS 5600, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, giovanni.sechi@lyon-archi.fr

21Jacques Galhardo

22Doctorant en Géographie, UMR 7324 CITERES-CoST, Université François Rabelais de Tours, alhogard37@yahoo.fr

23Dimitra Kanellopoulou

24Architecte, ingénieure et urbaniste, docteure en géographie urbaine, Maître-assistante associée (MAA) à l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Malaquais (ENSAPM); Membre du laboratoire Infrastructure Architecture Territoire (LIAT) et chercheuse associée à l’UMR 8504 Géographie-cités. Professeure invitée à l’Université Euro-Méditerranéenne de Fès (UEMF), dimitra.kanellopoulou@gmail.com

25Katia Canova

26Arquiteta e urbanista com graduação e mestrado pela Faculdade de Arquitetura e Urbanismo da Universidade de São Paulo - FAU-USP, especialista em Design e Planejamento Urbano pela PUCCAMP. Doutoranda em geografia humana no PPGH-FFLCH-USP, katia.canova@gmail.com

Haut de page

Notes

1 Eliane KUVASNEY, docteur en géographie (2017), PPGH, Université de São Paulo (Brésil), Carolina MORETTI FONSECA, doctorante en géographie, UMR 5600 EVS, cotutelle Université Jean Moulin Lyon 3 / Université de São Paulo (Brésil), Nataliia MOROZ, doctorante en géographie, UMR 5600 EVS, cotutelle Université Lumière Lyon 2 / Université Nationale d’Économie de Kharkiv (Ukraine), Damien PETERMANN, doctorant en géographie, UMR 5600 EVS, Université Jean Moulin Lyon 3, responsable du projet junior IMAGO - Image(s) de la ville, Marcos Vinicius TORRES, doctorant en droit, Centre de Droit de la Famille, Université Jean Moulin Lyon 3

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grupo Imago, « Introduction du dossier :« Images plurielles de la ville, XIXe-XXIe siècles » », Confins [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/confins/14200 ; DOI : 10.4000/confins.14200

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals