Navigation – Plan du site
Dossiê Imagens plurais da cidade, séculos XIX-XXI

Façonner un lieu dans la ville et une singularité de la marque urbaine : exemple des usages des images photographiques dans le quartier de la Mouraria à Lisbonne

Moldar um lugar na cidade e uma singularidade da marca urbana: exemplo dos usos de imagens fotográficas no distrito da Mouraria em Lisboa
Shaping a place in the city and a singularity of the urban brand: example of the uses of photographic images in the district of Mouraria in Lisbon.
Jacques Galhardo

Résumés

La photographie joue un rôle important dans la réhabilitation des centres anciens urbains : elle offre l’opportunité aux acteurs locaux de revendiquer, de promouvoir ou de dénoncer une action publique patrimoniale. L’analyse des photographies, au cours du temps, m’a permis de comprendre ce qui est défini comme patrimoine matériel ou immatériel ; mais surtout les processus de « désoccultation » d’un angle mort de la ville. Loin d’être uniquement un outil de communication ou de l’arrangement, la production photographique et ses usages divers favorisent les processus d’intégration urbaine d’un quartier, longtemps considéré comme marginal par les acteurs locaux de Lisbonne : la Mouraria. Ceci me conduit à discuter les effets de ces usages de l’image sur le quartier lui-même et ses habitants. Cet article a comme objectif de montrer, à travers des exemples photographiques, que les points de vue affirmés – loin de construire une image convergente d’un quartier ou de la ville – produisent un ensemble de fragmentations socio-spatiales et des ambiguïtés dans la construction de l’urbain, comme dans la place des résidents. Les distinctions entre image publique et privée ou entre image institutionnelle et associative tendent à être moins évidentes au fur et à mesure de l’intervention municipale. Les photographies peuvent alors apparaître comme un matériau propice à la manipulation des acteurs locaux. Je tenterai de montrer que ces derniers tirent également profit du jeu en négociant, dans l’espace public, ces images.

Haut de page

Texte intégral

1Entre 2010 et 2014, le quartier de la Mouraria (Lisbonne) a bénéficié d’une intervention municipale qui s’est décomposée en deux volets : l’une est une réhabilitation structurelle financée par l’UE, l’Etat et la région (axes de circulation, bâtiments à valeur patrimoniale, parcours touristique…) ; l’autre est une requalification financée essentiellement par le budget participatif et municipal (promotion culturelle, actions sociales et de santé…). Cette intervention a mobilisé un ensemble important et varié d’acteurs publics locaux (Levy et Lussault, 2003) et attiré de nombreux chercheurs en sciences sociales. Dès 2008, une « scène ouverte » ou de « débat » (Melé, 2013) est apparue et a pris forme progressivement en mobilisant des images photographiques que les associations de néo-résidents ont fait circuler sur les réseaux sociaux. Après la réalisation d’un accord de partenariat avec ces derniers, la municipalité s’est saisie à son tour de l’image pour promouvoir et accompagner sa propre intervention. Elle n’a pas seulement produit et publicisé ses propres images, elle a aussi encouragé et permis la production et la publicisation des images de ses partenaires et des résidents eux-mêmes. Impliqués dans l’analyse de cette scène saisie par l’action publique, les chercheurs ont également produit et diffusé des images et pour certains ils les ont analysées afin de mesurer les processus de transformation du quartier (Veiga-Gomes, 2016). Cet article a pour objectif de répondre à deux questions qui s’inscrivent dans le contexte d’une action publique patrimoniale : d’une part, que signifient ces recours aux usages de l’image photographique ? Et, d’autre part, à quelles conséquences socio-spatiales conduisent-ils ? A partir de l’analyse de quelques images, je montrerai comment les usages de ces dernières témoignent des positions de chaque acteur public, ainsi que de l’évolution de ces mêmes positions au cours du temps de l’intervention. Plus spécifiquement, ces usages permettent une mise en visibilité d’un quartier désigné parfois comme le « val des vaincus » (Menezes, 2003), à l’ombre de la colline du château ou aux marges du centre ancien de Lisbonne. Enfin, je montrerai que les usages de ces images par les acteurs publics qu’ils soient engagés ou pas dans le partenariat, favorisent la mise en patrimoine des résidents du quartier. Pour conclure, j’esquisserai quelques effets pour les acteurs publics, le territoire produit par l’intervention municipale et l’action publique elle-même.

Le façonnage d’une patrimonialité et d’une visibilité du quartier

Façonner et (se) laisser voir

2Depuis sa création en 2008 la nouvelle association de résidents de la Mouraria (appelée Renovar a Mouraria, c'est-à-dire « Rénover la Mouraria », notée ARM) a pris l’habitude de produire et de publiciser des photographies sur un blog1 en autorisant les commentaires des internautes. Elle diffuse également des documents et des images à partir d’une veille de l’Internet et de la littérature spécialisée. A partir de 2012, elle diffuse les images du quartier sur le journal de quartier (Rosa Maria o Jornal da Mouraria) dont elle a la charge et qui est distribué gratuitement, grâce aux financements européens du programme de réhabilitation. Il est difficile de dire jusqu’à quel point l’usage de l’image photographique dépend de stratégies préalablement définies, cependant, j’ai pu constater qu’entre 2010 et 2015, l’ARM a sollicité 38 photographes pour ses publications : artistes, photographes amateurs, mais aussi professionnels qui voyaient là l’occasion de profiter de la mise en lumière du quartier. Le temps de l’action publique peut se diviser en trois périodes si on considère l’usage de la photographie du/sur le quartier :

    • 2 Une photographe ouvre une boutique d’objets artisanaux, une autre lance la Cozinha Populare da Mour (...)

    Jusqu’au début du programme de réhabilitation, cinq photographes professionnels (ou semi-professionnels), tous résidents récents de la Mouraria et membres de l’association, produisent des photographies pour le blog de cette dernière, puis dans les premiers numéros du journal du quartier. Les images dénoncent la situation du quartier, son abandon et l’absence d’intervention. Par la suite, la plupart des photographes s’éloignent de l’ARM pour saisir des opportunités professionnelles en marges des projets municipaux ou consécutifs à la valorisation du quartier2.

  • Entre 2012 et le début 2014, c’est à dire au cours du programme de réhabilitation, l’association fait appel à des photographes plus jeunes, mais aussi à des résidents sans emploi et/ou en phase de réinsertion sociale. A la différence du premier groupe de photographes, ceux-ci sont moins militants et semblent répondre aux sollicitations qui leur sont faites : la promotion de l’intervention dans le quartier et de ses caractéristiques patrimoniales (matérielles ou immatérielles).

  • Dans la dernière période (2014-2015), les photographes professionnels qui travaillent en free-lance sont impliqués ponctuellement avant de disparaître des éditions suivantes du journal. Parallèlement, cette période correspond à une forme de professionnalisation du mouvement associatif (Germain et al., 2001; Legay, 2001), sensible dès la fin de l’intervention. A ce moment-là les images sont essentiellement le reflet des animations festives organisées par la municipalité et ses partenaires associatifs dans le quartier.

3Ces trois périodes de l’usage différencié de l’image photographique illustrent les transformations de l’action publique et révèlent l’expérience que les acteurs ont acquise au contact d’un paysage urbain spécifique, tant du point de vue de l’architecture que de celui de l’urbanisme. Elles permettent l’identification d’un territoire occupé par des « habitants » (Heidegger, 1954) dont le quotidien est régi par des règles complexes. Ici, la référence au philosophe allemand est importante parce qu’Heidegger lie l’habiter à l’être présent (Dasein) au monde et aux autres, mais aussi à ce qui est à portée de main (« sous la main »). Cette définition de l’habitant peut être rapprochée de celle d’Isaac Joseph (1993) lorsqu’il définit l’espace public par « l’accessibilité », la « visibilité » et la faculté de « passage ». Les usages de l’image photographique obéissent donc à la construction d’une double présence dans l’espace public : celle de l’acteur public et celle des caractéristiques patrimoniales du lieu. L’une et l’autre apparaissent comme la condition d’une territorialité projetée par les acteurs publics locaux.

  • 3 Par exemple, pour donner prise à la mémoire maure, l’association montre des grilles de portes et de (...)

4Durant la première période, les images photographiques que l’ARM propose, s’apparentent à une forme d’expression hybride : d’un côté il s’agit de sorte de reportages locaux, tels qu’ils pourraient être fait par un journaliste ; et de l’autre, à une dénonciation militante classique face à une intervention municipale. Le patrimoine qui figure dans l’image photographique se réfère surtout aux édifices et plus généralement aux éléments matériels3 interprétés librement comme des traces du passé (Galhardo, 2014). Pendant la seconde période, les usages de l’image photographique apparaissent comme une forme de propagande en faveur du partenariat qui se met en place entre l’ARM et la municipalité de Lisbonne. La photographie sert alors à la construction de l’idée d’une patrimonialité spécifique au quartier de la Mouraria qui justifie la nécessité de sa réhabilitation, de la conservation ou la gestion d’une restauration des éléments singuliers du lieu. Cette gestion tente d’articuler les dimensions « hardware » (compris comme les édifices) et « software » (compris comme les habitants) du patrimoine (Sevilha, 2014; Menezes et Galhardo, 2015). Ces derniers constituent progressivement l’un des aspects de la patrimonialité du quartier. A ce moment là, les images photographiques du quartier montrent les murs des édifices, des clichés associés au fado, ou bien une vision multiculturelle du quartier (fig.1).

Figure 1: Rosa Maria, n°0, sur le thème du multiculturalisme à la Une.

Figure 1: Rosa Maria, n°0, sur le thème du multiculturalisme à la Une.

« Désoccultation », « montée en généralité » et territorialisation

  • 4 L’observation s’applique également aux journalistes. Par exemple, Susana Simplicio, jeune diplômée (...)

5A la différence de la première génération de photographes, la suivante est davantage liée à la presse portugaise nationale ou aux institutions universitaires qui forment les journalistes et les photographes. L’association entre ainsi dans un réseau complexe4 qui mélange les médias, la politique et la recherche. Par exemple, Carla Rosado intervient dans les quatre derniers numéros de Rosa Maria et travaille (ou a travaillé) pour des quotidiens connus : O Público (national) et O Corvo (local). Le premier transmet régulièrement les informations en provenance des acteurs locaux, le second relaye fréquemment sur la place publique les protestations qui peuvent exister chez ces mêmes acteurs locaux.

  • 5 E. Gonçalves a établi le premier rapport exhaustif sur les caractéristiques socio-urbaines du quart (...)
  • 6 Gabinete de Apoio ao Bairro de Intervenção Prioritária. Il s’agit du cabinet chargé par la municipa (...)
  • 7 Tentative pour fédérer les associations du centre ancien à la fin du programme de réhabilitation.
  • 8 Association culturelle qui promeut la mémoire de l’écrivain et peintre Mario Dionisío.
  • 9 Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle, Ecole de Communication Visuelle et Centre de Formati (...)

6Il n’est pas rare que les photographies soient partagées et j’ai rencontré des images communes dans le journal de quartier et O Corvo. Joana Freitas (Rosa Maria de 2013) travaille aux archives photographiques municipales et collabore au journal Time Out qui a publié des articles élogieux sur les visites guidées organisées par les partenaires locaux. Elle facilite également l’accès aux images historiques du quartier. J’ai noté la présence (Rosa Maria, 2010) de photographies d’Estela Gonçalves5, photographe amateure et fonctionnaire municipale liée à l’UP-Mouraria (Unidade de Projeto) puis au GABIP6. Ernesto Possolo (Rosa Maria, 2013) titulaire d’un Master en géographie et photographe amateur, est employé par le GABIP et sera l’un des membres fondateurs de l’association BAIRROS7. Au moins une photographe, Rita Pascacio (id., 2010 et 2015), fréquente l’association Casa da Achada8, dont la présence active dans le quartier est notable dans le domaine de la culture. Dans le cas des trajectoires universitaires, on trouve Carolina Pimenta (id., 2010) diplômée de l’Université de Leeds (Angleterre). Sophie Cadet (Rosa Maria, 2014) qui après être passée par l’ENS Louis Lumière (Saint-Denis – France) et les archives du film de Bois d’Arcy (France), enseigne à l’ESRA, l’ATEP et le CIFAP9. Agata Ribeiro (id., 2015) est diplômée de l’Université Lusofona, tandis que Carlos Morganho (id., 2010 à 2012) rappelle régulièrement sa formation de sociologue et ses travaux sur les migrations intérieures.

  • 10 Je ne cite pas ici les réseaux sociaux tels que Facebook ou Instagram.

7Les photographies de la Mouraria, de ses rues, de ses places, du quotidien des résidents, des objets mémoriels, de l’intervention municipale ou plus généralement de l’action publique circulent facilement à travers des moyens de communication divers10, entre des acteurs publics variés et des échelles géographiques multiples. Ce processus progressif sort le quartier d’une certaine occultation pour le faire entrer dans une visibilité à l’échelle de la ville et même au-delà (certains photographes sont anglais, français ou brésiliens). En se révélant ainsi sur la « scène ouverte », la Mouraria est reliée par les images à l’ensemble des problématiques urbaines qui se manifestent dans les politiques publiques municipales.

8Luc Boltanski et Laurent Thevenot (1991) ont appelé « montée en généralité » les processus qui tendent à montrer que l’intérêt particulier (celui du quartier ou même de certains résidents) n’est pas contradictoire avec « les principes supérieurs communs ». Les auteurs expriment ainsi ce qu’ils appellent un « régime de justification » dans un contexte d’action publique. Dans le cas de la Mouraria, il est possible d’adopter la même analyse à ceci près que l’intervention municipale ne suscite pas d’opposition ouverte de la part de l’ARM, mais au contraire une recherche de partenariat avec la municipalité : s’il y a bien une forme de « montée en généralité » elle implique une autre explication. Dans l’ouvrage de sémiotique dirigé par Alain Rey (1976, cité par le CNRTL11), les auteurs expliquent qu’« une image peut constituer une métonymie (ex. la Tour Eiffel pour représenter Paris dans un film) ». Dans la Mouraria les objets photographiés puis diffusés cherchent, en effet, à « représenter » le quartier. Ils sont ce que Maria Giulia Dondero (2007 : 36) appelle (à propos des photographies de monuments) un point de vue « électif » dont l’intention consiste à rechercher le « meilleur exemplaire », c'est-à-dire celui qui serait le plus « représentatif ». Mais dans la mesure où ce n’est pas seulement la monumentalité qui est visée par les images, mais aussi le quotidien des résidents et leur domesticité, les auteurs recherchent simultanément le détail, la spécificité et la singularité du lieu, à l’instar du journal intime (Dondero, id.).

9Les usages de l’image photographique dans le quartier de la Mouraria réalisent la combinaison de trois enjeux de l’action publique : d’abord la mise en visibilité d’un espace qui est l’objet de projets croisés dont le fil conducteur est la patrimonialisation. Michel Rautenberg (2003) définit le patrimoine comme un objet qui est passé du statut domestique à celui de valeur économique. La photographie permet de visualiser concomitamment la valeur domestique et économique du patrimoine. Ensuite, les usages des images posent la question de l’identité et de l’appropriation de l’espace par les groupes de résidents : néo-résidents, « fils du quartier » (Menezes, 2003), immigrés... L’image constitue l’un des principaux moyens pour construire l’idée d’une multiculturalité ou de s’y opposer. Enfin, parce qu’elle est associée à un processus de territorialisation, la photographie cherche à résoudre la tension entre des processus « exogènes » et « endogènes » à l’origine de la production d’une territorialité.

Dénoncer et participer : des expressions photographiques qui changent

Une ressource pour la négociation interne et externe

  • 12 Je reprends ici la réflexion d’André-Frédéric Hoyaux (2002) qui explique que « toute préoccupation (...)

10A travers les premières images recueillies, produites et mises en scène, l’association exprime ses plaintes et ses demandes, défie les élus et propose aux habitants de la Mouraria la signature d’une pétition. Il faut entendre par « habitant » celui qui réside en permanence dans le quartier, mais aussi celui qui en fait un usage occasionnel et, enfin, celui qui d’une manière ou d’une autre habite le contexte, bien qu’il soit physiquement absent du lieu12. Les commentateurs des images photographiques publiées sur Internet, dont certains ne sont jamais venus dans la Mouraria ou même au Portugal, correspondent bien à cette définition. Leurs interventions sont une illustration des trois enjeux de l’action publique analysés précédemment et résumés sommairement par le triptyque visibilité-identité-territorialisation.

11Pour illustrer le lancement de sa pétition, l’association publie sur son blog 12 photographies sous le titre : « alguns exemplos de degradação que o Bairro atingiu » (jeudi 28 février 2008). Celles-ci montrent une typologie des dégradations des édifices dans le quartier : escaliers cassés, toitures à ciel ouvert, façades emmurées ou menaçant de s’effondrer… A propos de ces photographies, un habitant a posté le commentaire suivant :

« Em relação à petição, com a qual estou completamente de acordo, algumas questões:- Acho que a petição é demasiado vaga. Limta-se a pedir "a tomada de medidas para a reabilitação e revitalização". Quais medidas? Como? Por quem? (poderia ser um plano de reconversão urbanística que abrangesse as Freguesias do Socorro, São Cristóvão e talvez mesmo Santiago (?)) - Também por outro lado, é bastante incomppleta ao não valorizar o papel das várias comunidades que aí residem, nem mencionar a importância do movimento associativo e das Juntas de Freguesia locais. Mas de qualquer forma, irei subscrever e divulgar cá por Alfama ! »

12L’argument du « vague » qu’il évoque pour définir le contenu de la pétition, s’appuie sur la dégradation visible des édifices sur les photographies qui ont été publiées. Mais ce sont surtout ces images qui l’engagent à soutenir l’action engagée : elles entrent en résonnance avec d’autres images présentes dans l’expérience urbaine de l’habitant et c’est pourquoi il évoque, au-delà de la situation du bâti de la Mouraria, la question de la planification urbaine et de la nécessité d’une politique de réhabilitation dans toute la ville. En cela, l’image de la ville se construit dans le quotidien des habitants, à partir de leurs images particulières. Daniel Cefaï (2002 : 12) l’explique par un affrontement entre :

« (…) des versions du bien commun partagées par les membres de communautés professionnelles ou territoriales, de minorités culturelles ou religieuses, qui s’agrègent stratégiquement en vue de faire valoir leurs droits, leurs intérêts ou leurs opinions, ou des versions du bien commun qui revendiquent une portée générale par-delà les différences concrètes entre personnes et groupes ou qui cherchent un compromis entre leurs diverses positions. L’analyse ne se donne plus d’avance un ordre institutionnel ou un ordre symbolique. Les acteurs ont des prises sur des situations qu’ils perçoivent comme problématiques et qu’ils s’efforcent de résoudre collectivement à travers des activités de définition, d’organisation, de coopération et de justification ».

13C’est à partir de ce dialogue qui s’établit à partir des images de la ville que « l’activité de définition, d’organisation, de coopération et de justification » est rendue possible. Le « compromis » se réalise peu de temps après, avec la création de l’ARM dont les statuts spécifient que l’objet associatif est social et culturel. Le « compromis » entre les acteurs publics apparaît non seulement comme le résultat d’un débat interne, fait d’accords entre partenaires potentiels, qui parlent, travaillent les imprécisions et tentent de combler les lacunes de l’argumentation ; mais c’est aussi le résultat d’une publicisation au cours de laquelle un processus d’interpellation fondé sur l’image du lieu révèle non seulement des problématiques diffuses, mais offre également des recours possibles. Ce sont bien les photographies qui inspirent et justifient la contribution de l’Internaute sur le blog de l’ARM. La somme de ces contributions définit progressivement la position de l’association et trace les contours d’une « scène de débats » où les images constituent le marquage visuel des interactions. António Firmino da Costa qui a travaillé sur l’Alfama (1999 : 346) définit ainsi une « société de quartier » :

« A sociedade de bairro que se forma em Alfama corresponde a uma sobreposição de parâmetros de composição social, configuração simbólica e contexto interaccional, redobrados de formas vincadas de identidade cultural, as quais, por sua vez, emergem daqueles factores, numa articulação complexa de dinâmicas endógenas e exógenas que atravessam o quadro de interacção local. »

14La circulation des images constitue l’un des vecteurs de ces « dynamiques endogènes et exogènes » : elle facilite la mise en récit des politiques publiques qui viennent façonner les représentations disputées et arrangées du quartier.

Caractéristiques et évolutions des images photographiques

Le regard du passant sur le patrimoine bâti menacé

15A partir des 12 photographies publiées par l’association, il est possible de faire une série d’observations : d’abord, les caractéristiques et l’état du patrimoine ne sont pas les principales préoccupations de l’ARM. Celles-ci ne se lisent qu’indirectement à travers le titre de la série photographique : « Ai Mouraria ». Celui-ci renvoie à une célèbre chanson (un fado) d’Amalia Rodrigues qui se déclame sur le mode de la lamentation. Ce qui est problématique c’est la sécurité et le bien-être des résidents, c’est-­à-dire la qualité de la vie quotidienne. A l’instar d’un doigt qui dénoncerait quelqu’un ou quelque chose, le cadrage de l’image est réalisé sur l’objet en question (l’édifice) et le plan se resserre sur le sujet (la façade qui menace de s’effondrer – figure 2). Le point de vue photographique paraît être celui d’un passant qui traverserait les rues et regarderait inquiet vers le haut de l’édifice en ruine. Cette perspective de celui qui regarde et dénonce est le leitmotiv des premières images.

Figure 2: Edifice en ruine – Photographie: ARM, 28 février 2008.

Figure 2: Edifice en ruine – Photographie: ARM, 28 février 2008.

16Dans la figure 3, le passant regarde les ordures répandues autour de la fontaine avec une certaine répugnance et désolation : c’est bien de la vie quotidienne et du point de vue résident dont il s’agit. L’association attend surtout une amélioration des conditions de vie des résidents. Elle présente le quartier comme un espace de vie et de résidence, sans insister à proprement parler sur les aspects historiques et/ou multiculturels du lieu.

Figure 3: fontaine et sacs d’ordures – Photographie : ARM, octobre 2011.

Figure 3: fontaine et sacs d’ordures – Photographie : ARM, octobre 2011.

17Cependant, ces derniers vont apparaître dans les commentaires des internautes à propos de ces mêmes photographies. En voici deux exemples :

Exemple 1 : «  é urgente apoiar totalmente tudo o que vise a valorização da nossa população, crianças, idosos, etc., o nosso património identitário, urgente cuidar daquilo que é único no mundo e tão belo em Portugal, despertar o amor das novas gerações pela beleza do país em que nos calhou viver »

Exemple 2: « A descaracterização arquitectónica da Mouraria é o que salta mais à vista e fere quem ama Lisboa e os seus Bairros históricos, mas a degradação social oculta é o que é prioritário resolver de uma forma sustentada e sobretudo com muito Amor fraternal ! »

18Les réactions aux 12 photographies publiées le 28 octobre 2008 par l’ARM, montrent le rôle joué par les acteurs dans la promotion du patrimoine du quartier, en évoquant l’histoire, la culture, l’architecture, et/ou la mémoire du quartier. Elles prennent tout leur sens quand les auteurs évoquent la nécessité – au-delà de la demande d’intervention spécifique par les leaders de l’association – d’une politique publique de réhabilitation globale pour la Mouraria. Les nombreuses réactions de ce type montrent que l’usage des images photographiques peut rapidement échapper aux auteurs en ouvrant la porte à d’éventuels conflits avec la municipalité. C’est ici que le texte qui les accompagne (ou la légende) intervient pour réduire les possibilités d’interprétation des intentions des promoteurs de l’association à travers les images en question. Dans le cas de la figure 2 les responsables de l’ARM écrivent sous l’image :

« Prédio em Ruínas na Mouraria ameaça transeuntes / O prédio na Rua João do Outeiro 31 a 37 tem vindo a esboroar-se aos poucos. No final de dezembro caiu mais um pouco do reboco exterior que quase atingiu moradores que passavam nessa altura na rua estreita onde se situa. Esta situação arrasta-se desde 2008. Foi pedida uma intervenção rápida da Câmara que se espera a todo o momento, porque à medida que as chuvas de inverno o fustigam a situação em que se encontra vai piorando de dia para dia sobressaltando todos os que ali passam. O prédio pertence a um proprietário privado ».

19Autrement dit, ARM se plaint peut-être du manque de réactivité des services publics, mais elle dénonce également les incivilités de certains habitants et de l’inconséquence des propriétaires, principaux responsables des menaces faites aux passants. La photographie n’est jamais seule, isolée ou sans texte pour l’encadrer ou la référencer. Il s’agit de limiter les possibilités infinies d’interprétation qui peuvent échapper à ceux qui les propagent.

Le regard du passant sur le patrimoine bâti menacé

20Ce contrôle du jeu public à travers les usages des images continue après la signature du partenariat avec la municipalité en 2010. Les images photographiques sont alors le reflet des transformations réalisées dans le quartier mais aussi dans les relations entre acteurs publics. Les deux photographies que j’ai sélectionnées ici sont emblématiques de toutes celles qui ont été diffusées par l’ARM dans la sphère publique. On y observe des habitants qui cheminent ou se divertissent dans la Mouraria (fig. 4), et un cadrage photographique différent : avec des plans plus ouverts sur les infrastructures du quartier (fig. 5). Ce sont ces images qui parfois sont confondues avec celles éditées par la municipalité lors des entretiens de terrain que j’ai réalisé avec les résidents. L’ARM ne montre plus les édifices ou les fontaines qui ont été englobés et mobilisés comme objets patrimoniaux caractéristiques du profil du quartier : elle montre ce qui les sépare ou qui les (re)lie selon la perspective adoptée : les rues, les chaussées pavées, les miradors avec vues panoramiques sur la ville… Les habitants – hier encore absents des premières photographies – apparaissent clairement à présent. Ils sont présentés en contexte récréatif, de loisir ou devant un ordinateur. Ils donnent l’impression de s’informer, de s’instruire, de s’amuser ou de se distraire. Les habitants sont passés de la condition de passants qui observent la dégradation du quartier à celle d’objets qui sont observés. La combinaison des vues générales sur le quartier (comme si nous regardions une maquette d’architecte ou d’urbaniste) et d’une vue horizontale à « hauteur d’homme », renforce cette perspective analytique : d’un côté on montre un microcosme de la ville ; de l’autre on insiste sur la situation du résident.

21Le discours des dirigeants associatifs est passé progressivement d’une perspective qui faisait du patrimoine matériel le principal argument en faveur du bien-être des résidents ; à une perspective de plus en plus orientée et concentrée sur « l’esprit du lieu » (CEU de 2003, Turgeon, 2008). Cette évolution semble suggérer une conception essentialiste du résident qui habiterait le cœur de l’espace urbain : un modèle promu par les photographes de l’ARM, mais qui résonne avec « l’esprit de quartier » défendu par ailleurs par les résidents (« bairrismo »).

Figure 4: Animation dans la Mouraria – Photographie : ARM, 1er décembre 2012

Figure 4: Animation dans la Mouraria – Photographie : ARM, 1er décembre 2012

Figure 5: Intervention municipale – Photographie : ARM, 4 octobre 2012

Figure 5: Intervention municipale – Photographie : ARM, 4 octobre 2012

La photographie comme révélation des politiques publiques patrimoniales

22Les textes qui accompagnent les images sont devenus plus élaborés, et ressemblent aux propos des techniciens et des fonctionnaires municipaux. Ils montrent l’importance de la justification associative auprès des résidents et illustrent les effets du partenariat sur la maîtrise (capacitation) des responsables de l’ARM. La légende qui accompagne la figure 5 rapporte ceci :

« O que ainda vai mudar na Mouraria em 2013. As obras que ainda faltam começar. Espaço infantil da Rua do Capelão – a ser inaugurado ainda em 2013. Centro de Inovação da Mouraria – Rua dos Lagares – obras em 2013. No conjunto edificado vai ser instalado o Centro de Inovação da Mouraria (CIM), projectado como um edifício multifuncional com gestão e agenda condicionadas ao princípio da promoção e instalação de actividades inovadoras, preferencialmente de carácter económico, cultural e social. Extensão da Junta Freguesia do Socorro na Rua da Guia – obras em 2013. Casa da Guitarra - obras em 2013 ».

23La figure 4 est accompagnée de la légende suivante :

« Casa Comunitária da Mouraria já abriu. Esperamos por si ! Um espaço para a Mouraria e para Lisboa. Saude para Todos, Alfabetização, Cursos de Português para Estrangeiros, Apoio ao Cidadão, Espaço para crianças, oficinas de Natal, Workshops Diversos e Cursos , Concertos de Música ao Vivo, Tertúlias, Espectáculos, Sessões de Cinema, Debates e Palestras, e muito mais. Também será um local de trabalho constante com, e para a população do bairro. Adere a esta causa. Voluntaria-te! Beco do Rosendo 8 e 10. Um beco com saída ! ».

24L’association continue de se préoccuper du quotidien et de ce qu’elle considère comme étant le bien-être des résidents, mais les photographies proposées sont moins explicites et n’entretiennent plus qu’une relation indirecte avec ce thème : elles sont plus distantes, sans doute moins compréhensibles et pas toujours très accessibles aux résidents. Cependant, parce qu’elles peuvent être appropriées par chacun d’eux selon une interprétation propre et puisqu’elles continuent de concerner les préoccupations collectives, les images contribuent à réduire les incertitudes et à compenser les éventuelles lacunes des discours de spécialistes. Lorsque les images photographiques paraissent impuissantes à dire le futur du quartier (parce qu’elles reflèteraient une vision particulière du présent) alors le couple image-texte facilite, en dernier ressort, la fabrication du consentement des acteurs locaux.

25Très rapidement, l’ARM substitue à son ancien blog un site plus performant qu’elle actualise. Dans ce nouveau support13 les images photographiques ont été remplacées par des dessins, des esquisses, des compositions..., et c’est le journal Rosa Maria qui prend le relais de leur diffusion. Au même moment, la municipalité se dote de son propre site Internet pour promouvoir son intervention. Ses services ont rapidement compris l’importance de la communication et de l’image en tant qu’outils pour ses politiques publiques urbaines. A cette fin, la municipalité réforme et modernise le service de communication qui devient le « Departamento da Marca e Comunicação », avec le recours à des professionnels des images et de la vidéo.

Le message de la municipalité à travers ses propres photographies

26Les images produites par la municipalité sont dans la plupart des cas disponibles sur son propre site14 Internet. Mais elles peuvent également se retrouver dans d’autres sites, y compris sur les médias de la communication sociale, de la presse professionnelle et parfois sur d’autres plateformes numériques professionnelles. Elles apparaissent dans des documentaires filmés pour des plateformes télévisées ou Internet (YouTube, Dailymotion, Vimeo...). La municipalité présente ses images du quartier sur des supports variés : affiches, échafaudages, terminaux touristiques… Comme pour les images photographiques de l’ARM, celles de la municipalité sont utilisées par d’autres acteurs publics locaux, nationaux ou internationaux. C’est une stratégie pensée et dont les termes sont expliqués sur le site municipal dédié au programme réhabilitation :

  • 15 Les expressions en gras sont dans le texte original.

« As iniciativas previstas nesta altura para a divulgação do património cultural, de modo a divulgar os valores histórico-patrimoniais da área de intervenção, são: Exposição de fotografia de Camilla Watson, realizada no âmbito do Festival TODOS - Lisboa Caminhada de Culturas, instalada nos paramentos exteriores do Quarteirão dos Lagares com imagens do seu interior (em curso); Produção de conteúdos para o site da Associação de Turismo de Lisboa, que integra o Protocolo de Parceria Local, a realizar por uma equipa coordenada pelo Dr. Sarmento de Matos (…); espetáculos na Mouraria; publireportagens, a publicar principalmente nos jornais de distribuição gratuita15 (…) »

  • 16 Les algorithmes utilisés par les moteurs de recherche pour la classification des sites considèrent (...)
  • 17 A. Masboungi (inspectrice responsable du thème « projet urbain » auprès des services du ministère d (...)
  • 18 Terme utilisé à partir de 2005 dans les documents public municipaux.

27A partir de 2012, les photographies municipales sont diffusées en couleur et donnent la possibilité à toute personne intéressée de les télécharger. Les articles sont annoncés par des résumés. La municipalité organise chronologiquement sa revue de presse, communique sur ses sources et renvoie les liens vers les sites de journaux ou les associations partenaires. Ainsi elle s’intègre dans un réseau dense d’acteurs régulièrement informés et informateurs. Ce principe de mise en relation des acteurs favorise la visibilité de la Mouraria dans les moteurs de recherche16. Une telle diffusion des images participe de la construction d’une réputation urbaine du quartier et de la ville à l’échelle européenne. Par sa présence dans les médias internationaux17, Lisbonne affiche sa disponibilité pour le marketing urbain dont elle a défini une stratégie et un slogan : la « Marca Lisboa18 ».

  • 19 Elles proviennent des archives municipales, mais sont aussi le résultat de commandent professionnel (...)
  • 20 Il s’agit de la partie située au nord de la zone d’intervention municipale : celle qui s’apparente (...)

28Les images proposées par la municipalité19 se présentent sous la forme d’un diaporama qui défile par groupe de 6 à 7 photos en moyenne. Le défilement est horizontal et peut s’interrompre. Les images peuvent se télécharger selon deux formats. Cette forme d’animation (de gauche à droite) rappelle le sens de l’écriture/lecture et offre d’une manière générale l’idée d’un territoire dynamique en train de se transformer. La figure 6 se compose des 6 photographies extraites de la première page du site municipal dédié à la réhabilitation de la Mouraria. Elles concernent le square de l’Intendente20 et sont présentées ici dans l’ordre de leur apparition. Il peut paraître assez surprenant que la municipalité fasse du square de l’Intendente le symbole iconographique de sa politique de réhabilitation du quartier compte tenu de sa situation géographique (cf. note 20) : cela reflète à la fois l’importance de ce lieu dans l’articulation du centre ancien avec le reste de la ville, mais aussi l’importance des financements structurels européens (FEDER) prévus pour ce lieu.

Figure 6: ensemble d’images du Square de l’Intendente

Figure 6: ensemble d’images du Square de l’Intendente

Photographies: site municipal, 2012

  • 21 Le square fut jadis un marché populaire et les immeubles abritaient des entrepôts et des locaux com (...)

29Ce qui frappe le plus c’est la quasi-absence de personnes sur les images proposées par la municipalité, alors qu’elle porte un discours qui insiste sur l’importance des résidents. La municipalité montre un lieu presque vide, spacieux et monumental. La minéralité domine le sol avec un pavement de marbre clair et des façades anciennes et austères dont les alignements rappellent la rationalisation commerciale passée21. Les hautes façades qui cernent la place forment une sorte de claustra urbain dont la fontaine centrale et le jaillissement de l’eau rappellent l’architecture religieuse. L’ajout d’un mobilier urbain moderne (bancs de pierre, illumination publique design à la symbolique intemporelle…) complète la proposition municipale : avant « l’esprit du lieu », la réhabilitation est d’abord la création d’un contexte physique qui doit être en conformité avec un espace public associé à la valorisation du patrimoine. Il revient ensuite aux résidents d’en déterminer les usages dans le cadre des objectifs généraux dédiés au centre ancien (cf. les différents textes de la planification).

  • 22 Entrevue enregistrée le 21 août 2014.

30Cette position ne manque pas de rappeler la distinction faite par João Meneses, le directeur du GABIP-Mouraria, entre « hardware » (planification urbaine et architecture) et « software » (social et culturel) : le premier est dévolu aux institutions publiques tandis que le second revient aux associations. Le directeur de la planification urbaine à Lisbonne, Jorge Catarino22, exprime plus clairement le message municipal :

« O que é que fizemos? A Estratégia de Reabilitação … Uma das coisas que acabamos por perceber é que... a Câmara, ao longo de muitos anos, fez reabilitação em que… fazia uma obrinha aqui, outra ali…, mais outra aqui, outra aqui não sei quantos mais. E isto pouco ou nada desenvolveu. Ia reabilitando alguns edificios, mas muitos poucos. Porque tínhamos muito pouca coisa. O que é que na estratégia que montamos (…), chegamos a conclusão do seguinde: cada um tem que desenvolver aquilo que é seu! E o que é que competia a Câmara ? A nós, Câmara competia três coisas: uma, reabilitar o espaço público, que ê nosso e de mais ninguém… não é o privado que tem que fazer. A outra é reabilitar os nossos edifícios, património municipal. (…) Portanto, eram os espaços público, eram os edificios municipais, e eram os equipamentos. »

31L’image municipale n’est pas seulement une façon de promouvoir et d’appuyer son action, elle est une façon de définir sa conception de l’action publique et d’en informer les résidents et ses partenaires : le patrimoine municipal revient à la municipalité, le patrimoine matériel privé concerne les acteurs privés et le patrimoine immatériel ainsi que « l’esprit du lieu » sont de la compétence des habitants et de leurs organisations. Derrière les images photographiques et le discours municipal sur les politiques publiques, il y a, de fait, l’enjeu de la responsabilisation des acteurs publics dans le contexte du développement et de la compétitivité des territoires (dans la ville et entre les villes). Il ne semble pas que la municipalité souhaite se désengager, mais bien rendre plus efficace une gouvernance qui combine une « figure diluée », c'est-à-dire le principe de « coalitions variables » d’acteurs autour d’un projet ; et la « figure concentrée » qui résulte d’une « translation du centralisme de l’Etat » à l’échelle municipale (Jaillet, 2009 : 117-118).

32Loin d’être imposées, ces précisions correspondent également aux demandes des partenaires locaux qu’ils soient acteurs économiques (marketing urbain), associatifs (démocratie participative) ou culturels (creative city). Par exemple, à partir de son engagement dans le partenariat municipal, l’ARM cesse d’évoquer le patrimoine matériel pour se consacrer aux sujets socioculturels (Fig. 4 et 5). Elle se concentre sur les questions d’animation du quartier comme « l’arraial », les « visites guidées » et « chantées » autour du fado, devenu Patrimoine Immatériel de l’UNESCO. Les acteurs privés économiques bénéficient de l’opération municipale « Reabilita Primeiro Paga Depois » qui leur permet de tirer des bénéfices substantiels dans le secteur de l’immobilier et du tourisme (Galhardo, 2018).

Les productions d’images photographiques par les résidents

33Les acteurs publics institutionnels, économiques ou associatifs ne sont pas les seuls à produire des images ou à faire appel au patrimoine de la Mouraria. Les pratiques iconographiques des résidents sont anciennes. Elles ont été étudiées notamment par les anthropologues Catarina Laranjeiro et Catarina Vasconcelos (2012). Il s’agissait pour ces chercheures de comprendre dans quelle mesure le patrimoine familial (les histoires personnelles des résidents) pouvaient toujours avoir (ou pas) une relation avec les vestiges des actions socioculturelles propres au salazarisme. Les auteures ont confirmé l’importance des réseaux inscrits dans le temps. Elles ont montré le rôle original des albums photos qui deviennent des lieux matériels du patrimoine familial autant que de celui du quartier et de la ville. Ils constituent le support d’échanges d’informations entre les résidents et un héritage sur le quartier, transmis aux nouvelles générations.

34Les images du patrimoine familial (en tant qu’histoires privées des familles, ancrées dans le lieu) peuvent parfois échapper à ces réseaux privés ou intimes. C’est le cas de Toni Loretti qui a participé au travail des deux anthropologues. Ce résident utilise l’une de ses photographies personnelles pour honorer la mémoire de sa mère et de ses 21 frères et sœurs dans l’espace public. Il accroche quelques temps une photographie sur la porte d’entrée de sa maison d’enfance, situées dans la rue João do Outeiro (l’un des principaux axes du cœur historique de la Mouraria). Puis il la fait publier dans le journal Rosa Maria accompagnée d’un article élogieux. Le passage de l’image photographique de la sphère privée à la sphère publique coïncide avec l’évolution de la politique publique patrimoniale. Toni Loretti est associé aux réseaux des familles locales, elles-mêmes liées au fado. En publicisant ses images personnelles, il offre la possibilité aux élus d’accéder aux réseaux locaux qui traversent le quartier, facilite le développement d’une politique culturelle autour de la promotion du fado comme image de la ville et reçoit une rémunération en tant que « médiateur culturel » municipal.

  • 23 La plus ancienne association du quartier, née dans les années 1930 autour de préoccupations sociale (...)
  • 24 Comme cela avait été initialement prévu au moment de l’accord de partenariat.

35Mon second exemple est celui de Baguinho, cordonnier de métier et président historique du Grupo Desportivo da Mouraria23. Tout au long de sa vie, ce résident a recueilli des images du quartier prélevées dans les revues ou ses propres albums photographiques. Il a ainsi constitué, année après année, une mémoire du lieu illustrée de manière artistique et selon un style naïf : certaines images personnelles, des phrases édifiantes ou même des poèmes sont encadrés selon un graphisme immuable. Avant le programme d’intervention, ces images n’avaient pas dépassé les murs de son atelier (fig. 7) à l’exception d’un usage ponctuel que l’auteur a fait pour illustrer un livre de ses poèmes, diffusé à compte d’auteurs. A partir de 2012, on trouve régulièrement ses œuvres dans l’espace public comme sur Internet. Par exemple la Cozinha Popular da Mouraria (fig. 8) les expose sur ses murs, les jeunes designers de l’ARM les détournent régulièrement (fig. 9)... Peu à peu ces œuvres sont appropriées par les acteurs publics locaux et deviennent des « traces », puis des « marques » (Veschambre, 2008) de la Mouraria. Celles-ci contribuent à définir le caractère populaire du quartier et à façonner « l’esprit du lieu » en lui donnant une forme visible. Si Baguinho tire profit de l’exposition de son travail, de leurs côtés les partenaires municipaux peuvent rassurer les résidents sur l’ampleur et les conséquences de la transformation du quartier : l’usage de ces photographies offre un repère stable (Bourdin, 1984) aux résidents et aux partenaires. Ainsi, lorsque l’ARM s’interroge publiquement sur les nouveaux équipements du Centro de Inovação da Mouraria (CIM) en regrettant qu’ils ne soient pas accessibles aux résidents24 (Alemão, 2015), le directeur du CIM (João Meneses) décide d’inaugurer ces nouveaux équipements par une exposition des œuvres de Baguinho.

Figure 7: M. Baguinho dans son atelier au milieu de ses images

Figure 7: M. Baguinho dans son atelier au milieu de ses images

Photographie : J. Galhardo, août 2014

Figure 8: créations de M. Baguinho dans la Cozinha Popular

Figure 8: créations de M. Baguinho dans la Cozinha Popular

Source: EGEAC – “Comer Lisboa”, 2015.

36Le dernier exemple d’usage des images privées des résidents est lié au travail de la photographe britannique Camilla Watson. Installée dans le quartier, celle-ci a continué de développer son activité artistique et s’est liée peu à peu avec ses voisins au point de leur proposer un projet original. En partant de clichés en noir et blanc situés dans l’environnement quotidien et choisis avec les résidents du square des Trigueiros, l’artiste accroche ces images sur les murs de leurs domiciles. Bien que ce projet n’ait pas été en lien avec ceux de la réhabilitation urbaine, Camilla Watson a obtenu les autorisations nécessaires auprès de la municipalité pour ce travail. Les résidents contactés par l’artiste ont accepté avec enthousiasme, et certains ont même fourni des photographies personnelles tirés de leurs propres albums. A la différence de Toni Loretti, cette initiative n’émane pas des résidents et est située hors des principaux flux urbains. Le square des Trigueiros apparaît à ce moment là comme l’extension de l’espace privé, une sorte de copropriété informelle qui permet aux résidents de compenser l’inconfort et la vétusté de logements exigus et mal équipés. Très rapidement pourtant et sans que cela soit prévu, le projet attire de nombreux touristes et des curieux au point où Camilla Watson a cru bon de justifier sa démarche sur son site Internet25 :

« When I first moved to Mouraria, I was stuck by the generosity and spirit of the elderly living here. I imagined their images printed on to the old walls of their homes. Many were born here and it feels, at least to me, that it is their spirit that makes this place. It is as if their are part of the walls themselves. I put the idea to the Camara Municipal of Lisboa and their gave me the support.  »

Figure 10 : image de C. Watson au square des Trigueiros

Figure 10 : image de C. Watson au square des Trigueiros

Photographie : J. Galhardo, 2012

37Les photographies de Camilla Watson (fig. 10) réunissent un patrimoine matériel (les murs des édifices en ruine) et immatériel (la mémoire singulière des résidents) en suggérant ainsi une sorte de patrimoine-résident et simultanément une atmosphère particulière du lieu. Cependant, ce processus comporte certaines ambigüités puisque en sollicitant des sujets-résidents pour une participation au projet, ces derniers deviennent des objets-résidents (certes avec l’accord de ces derniers). Une fois que les médias, les guides touristiques et même la municipalité ont commencé à s’intéresser à ces images, certains résidents ont exprimé des réserves face à l’initiative : ils découvraient que l’exposition de leurs images avait ouvert le square à l’usage public des habitants, pour la plupart étrangers non seulement au contexte intime du travail, mais aussi à celui du square. Cette réalisation – à mi-chemin entre la performance et l’installation artistique participative – est rapidement entrée dans le champ de l’économie et des politiques de la ville. Les touristes ont été conduits physiquement dans le square par les guides de l’ARM, pour voir les photographies de Camilla Watson et les commenter à l’aide de mégaphones. Interpelés dans leur quotidien et dérangés dans leur vie intime, les résidents ont eu le sentiment d’une intrusion violente qu’ils ont dénoncé auprès de l’association et des services municipaux. Si la situation a pu s’améliorer, les résidents n’en avaient pas moins perdu non seulement le contrôle de leurs propres images devenues, comme eux-mêmes, l’une des cartes postales urbaines de la ville ; mais aussi l’exclusivité de l’usage de l’espace public. Les frustrations ne se sont pas limitées au conflit d’usage de celui-ci : certains propriétaires locaux ont profité de ces dynamiques pour réhabiliter leurs immeubles et en tirer un profit locatif ou à la vente. Les résidents ont alors vu leurs images, devenues indignes pour le secteur immobilier, disparaître des murs de certains édifices.

38Face au succès des photographies de Camilla Watson, la municipalité lui propose un autre projet dans la partie basse du quartier. Cette fois-ci il ne s’agit pas de résidents, mais de la mémoire du fado et de ses interprètes vivants ou morts. Le principe a été le même sur le plan technique : réaliser des portraits (fig. 11) en noir et blanc (de grande taille), fixés sur les murs selon un parcours favorisant les flux touristiques dans le quartier. Les résidents ne sont plus associés au projet et l’artiste travaille à partir des archives municipales et associatives. Enfin, à la différence du square des Trigueiros, elle est rétribuée grâce aux subsides européens versés à la municipalité pour la réhabilitation. Les frontières entre les statuts respectifs des deux types d’installations photographiques se sont diluées et brouillées, favorisant la controverse et le scepticisme des résidents : public ou privé ? Résident ou associatif ? Intérêt général ou particulier ? L’usage des images est diversement apprécié : pour les uns il est ressenti comme un jeu de dupe, pour les autres comme une réussite de l’action publique patrimoniale ; certains y voient une reconnaissance de compétences et des caractéristiques locales, d’autres un simple outil de la promotion de la ville…

Figure 11 : portraits de fadistes rue du Capelão

Figure 11 : portraits de fadistes rue du Capelão

Photographie : J. Galhardo, 2012.

39L’image photographique semble interférer avec les usages privés du lieu en les intégrant dans les normes de l’espace public et les stratégies urbaines. La photographie-portrait des résidents capte la vie des personnes en les présentant comme un patrimoine partagé, et attire les investisseurs et les touristes. La contrepartie est la désappropriation d’une exclusivité de l’usage du lieu par les résidents et une dépossession pour ces derniers de leur mémoire. Ceci peut alors expliquer que certains résidents de la Mouraria (tels que Toni Loretti ou Baguinho) n’hésitent plus alors à négocier leurs images (patrimoine personnel) afin d’en conserver la maîtrise et le partage des bénéfices.

Conclusion

40La question de départ était de savoir quelle était la signification de l’utilisation répétée des images photographiques dans un contexte de politique publique patrimoniale. Il s’agissait aussi d’en mesurer les effets sur le territoire urbain et ses habitants. J’observe d’abord que ces usages ont contribué largement à « sortir de l’ombre » un quartier par des processus complexes de circulation des images dans des réseaux divers inscrits dans des échelles variables. Ces processus, largement inspirés par les stratégies urbaines, ont contribué à l’inscription de la ville dans les logiques du marketing urbain (tourisme, immobilier, etc.). Dans un second temps, la publicisation des images et leurs circulations ont favorisé les logiques de collaboration et de partenariat en marginalisant les expressions conflictuelles, les critiques et les controverses. C’est essentiellement grâce aux qualités plastiques et polysémiques de l’image que son usage a pu rassurer, réduire l’incertitude et les objections potentielles. Au passage, l’image a complété et éclairé les lacunes et la complexité des discours des juristes aménageurs, des techniciens de la planification urbaine, des architectes du profil urbain ou des partenaires emplis des slogans mondialisés de la promotion urbaine, peu accessibles aux résidents.

41Enfin, en présence de la fabrique de l’urbain et de l’imaginaire de ses lieux, une telle « scène ouverte » du « voir » m’a conduit à orienter le regard vers certaines contreparties de ces mêmes jeux d’acteurs. Dans le cas de Lisbonne, la municipalité cherche à développer une capacitation des habitants à travers la promotion du patrimoine et de ses usages. Ce faisant, elle définit des aires de compétences entre matériel et immatériel, entre résidents, habitants, entre institutions et associations, entre entreprises et services publics, entre public et privé… Les images photographiques mobilisées par les différents acteurs nous montrent ces aires de compétences exclusives, mais elles peuvent aussi les promouvoir : parce que les photographies rendent possible la multiplication des points de vue dans la sphère publique, parce qu’elles permettent la transgression des limites entre l’espace privé et public, et parce qu’elles encouragent une panoplie de manipulations de l’imaginaire urbain. Les usages des images photographiques tracent alors de nouvelles frontières dans la ville de Lisbonne. Cependant ces frontières ne me semblent pas clarifier les débats sur les principales questions urbaines : cohésion ou fragmentation, identité ou multiculturalisme, inclusion ou exclusion… Au contraire, l’image a fait du résident une espèce d’emblème de ces confusions en même temps qu’un objet situé entre mémoire et patrimoine du lieu : sans doute est-ce là aussi ce « vague » nécessaire à l’action publique territoriale qui en définit les contours flous d’un territoire urbain, sans cesse reconfiguré.

Haut de page

Bibliographie

Alemão, S. Centro de inovação causa ruptura entre Associação Renovar a Mouraria e câmara. In O Corvo, 11 mars 2015, http://ocorvo.pt/2015/03/11/centro-de-inovacao-causa-ruptura-entre-associacao-renovar-a-mouraria-e-camara/.

Baptista, L.-V.; Nunes, J.P.S.. Lisboa Invisivel. Reflexões sobre o trabalho de desocultação das microdinâmicas metropolitanas. In Portugal invisivel, Dornelas, Antonio, Oliveira Luisa, Guerreiro Maria das Dores (dir.), Mundos Sociais, pp. 53-75, 2010.

Boltanski, L et Thevenot, L. De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard, 1991.

Céfaï, D. Qu’est-ce qu’une arène publique? Quelques pistes pour une approche pragmatiste. In Cefaï (D), Joseph (I) (dir.), L’Héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 2002.

CEU. Nouvelle Charte d’Athènes, la vision du Conseil Européen des Urbanistes sur les villes du 21ème siècle, Lisbonne, 20 novembre 2003. http://www.apr-strasbourg.org/detail-document-182-.html.

CML. Caracterização sócio-urbana da Mouraria, 2009.

Da Costa, A.F. Sociedade de Bairro. Celta Editora, Oeiras, 1999.

Dondero, M.G.. Les pratiques photographiques du touriste entre construction d'identités et documentation, in Communication et Langages, vol.151, n°1 pp.21-37, 2007.

Galhardo, J. Effets et usages du patrimoine urbain. Processus de territorialisation et actions publiques dans le quartier de la Mouraria (Lisbonne). Thèse. Université de Tours, 2018.

Galhardo, J. Le mythe du ghetto de la Mouraria à Lisbonne: la mise en récit d'un territoire plastique. In Articulo - Journal of Urban Research, Special issue 5 | 2014, Online depuis le 10 de juillet.

Germain, A. [et al.]. L’évolution du mouvement associatif à Montréal: un réseau concerté à deux vitesses, entre institutionnalisation et autonomie négociée. In Actions associatives, solidarités et territoires, actes du Colloque de St Etienne, 18-19 octobre 2001, PU de St Etienne.

Heidegger, M. Essais et Conférences. Paris : Gallimard, (1958, 1954), (Collection Tel), 351 p. Partie II : Bâtir, habiter, penser, pp. 170-193 et L’homme habite en poète, pp.224-248, 2011.

Hoyaux, A.-F. Entre construction territoriale et constitution ontologique de l’habitant : Introduction épistémologique aux apports de la phénoménologie au concept d’habiter, in Cybergeo : European Journal of Geography, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 216. URL: http://cybergeo.revues.org/1824, 2002.

Jaillet, M.-C. Contre le territoire, la bonne distance. In VANIER, Martin (dir.). Territoires, territorialité, territorialisation. Controverses et perspectives. Rennes : PUR, 228 p., 2009

Joseph, I.. L'espace public et le visible. In Arch. & Comport. /Arch. & Behav., Vol. 9, n°3, p. 397 – 401, 1993.

Laranjeiro, C. et Vasconcelos C. Imagens, memórias e histórias ou o que significa dizer “Eu sou da Mouraria”. In Cadernos de Arte e Antropologia, vol.1, n°1, 2012

Legay, A. La professionnalisation des permanents intermédiaires : de la solidarité citoyenne à l’emploi qualifié. in Actions associatives, solidarités et territoires, actes du Colloque de St Etienne, PU de St Etienne, 18-19 octobre 2001.

Lévy, J. et Lussault, M. Dictionnaire de la Géographie et de l’espaces des sociétés, Paris, Belin, 2003.

Oliveira, L. F. et Viana, M. A Mouraria de Lisboa no século XV. In Arqueologo Médieval, n°2, éd. Afrontamento, Porto, pp.184-203, 1993.

Masboungi, A. (dir.). Le projet urbain en temps de crise, l’exemple de Lisbonne. Ed. Le Moniteur, Paris, 160 p., 2013

Mélé, P. (dir.) : Conflits de proximité et dynamiques urbaines, Rennes : PUR (Géographie sociale) 436 p. 2013.

Menezes, M. et Galhardo, J. Onde mora a cultura: antes, depois, dentro ou com o planeamento? In Carlos A. Marques (coord.): Planeamento Cultural Urbano em Áreas Metropolitanas: Revitalização dos Espaços Pós-Suburbanos. 1.ª ed., Casal de Cambra: Editora Caleidoscópio, p.27-38, 2015.

Menezes, M. Mouraria: entre o mito da Severa e o Martim Moniz. Estudo antropológico sobre o campo de significações imaginárias de um bairro típico de Lisboa, Lisboa, LNEC, 2003.

Rautenberg, M. La rupture patrimoniale, Paris, A la croisée, 2003.

Rey, A. (dir.). Théories du signe et du sens. In Lectures, vol. 2 Paris, Klincksieck, 1976.

Rosa Maria, O jornal da Mouraria. Rarzena, 22 anas, Bangladesh, vive na Mouraria ha 3 anos, n°0, juin 2010.

Rosa Maria, O jornal da Mouraria. Maria das Flores, 97 anos portuguesa vive na Mouraria desde o 3eiro aniversaria da Republica, n°1, septembre-novembre 2010.

Rosa Maria, O jornal da Mouraria. Guilhermo «bambino 54 anos vive há 39 anos na Mouraria, n°4, août-décembre2012.

Rosa Maria, O jornal da Mouraria. Augusto Afonso carpinteiro há 30 anos na Mouraria, n°5, juin-décembre 2013.

Rosa Maria, O jornal da Mouraria. Chen Wue Hua, ama e professora de piano na Mouraria com filha Rute ja nascida em Portugal, n°7, juin-décembre 2014.

Rosa Maria, O jornal da Mouraria. Vitor Pereira, a pessoa mais velha da Mouraria entre as nascidas e criadas no bairro, n°8, février-juin 2015.

Sevilha, A.R. Entrevista com João Meneses, coordenador do GABIP da Mouraria, in Traço – Caderno Especial do Jornal Quinzenário Construir, 11e année, n°265, Olá Mouraria, p. 32-37. https://flipflashpages.uniflip.com/2/7856/326484/pub/html/33.html, 2014.

Turgeon, L. L’esprit du lien entre matériel et immatériel. Texte introductif à la 16ème l’Assemblée Générale d’ICOMOS, Québec (Canada), 29 septembre-4 octobre 2008.

Veiga-Gomes, H. Des images de la ville aux imaginaires urbains, représenter la transformation du paysage de l’Intendente, Thèse : anthropologie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Architecture et Anthropologie, 2016.

Veschambre, V. Traces et mémoires : enjeux sociaux de la patrimonialisation et de la destruction. Rennes, PUR, 2008.

Haut de page

Notes

1 Adresse du blog : http://renovaramouraria.blogspot.fr/

2 Une photographe ouvre une boutique d’objets artisanaux, une autre lance la Cozinha Populare da Mouraria (restaurant d’insertion sociale) financée par la municipalité, une autre encore répond à des commandes municipales en matière de mise en image du quartier.

3 Par exemple, pour donner prise à la mémoire maure, l’association montre des grilles de portes et des heurtoirs qu’elle présente comme traces des moucharabiehs ou des mains de fatmas.

4 L’observation s’applique également aux journalistes. Par exemple, Susana Simplicio, jeune diplômée de l’ISCTE-IUL en 2010, a commencé sa carrière dans l’événementiel avant d’écrire des articles dans le Rosa Maria (n°5, 2013), alors qu’elle a débuté son activité comme bénévole à l’ARM ; puis le journal O Corvo l’emploie pour s’occuper des contenus culturels de la revue, avant qu’elle ne devienne responsable des relations publiques au sein de l’ARM. Cf. site personnel : https://about.me/susana.simplicio

5 E. Gonçalves a établi le premier rapport exhaustif sur les caractéristiques socio-urbaines du quartier pour les partenaires de l’intervention (CML, 2009).

6 Gabinete de Apoio ao Bairro de Intervenção Prioritária. Il s’agit du cabinet chargé par la municipalité de la coordination des opérations de réhabilitation dans le quartier.

7 Tentative pour fédérer les associations du centre ancien à la fin du programme de réhabilitation.

8 Association culturelle qui promeut la mémoire de l’écrivain et peintre Mario Dionisío.

9 Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle, Ecole de Communication Visuelle et Centre de Formation Audiovisuelle.

10 Je ne cite pas ici les réseaux sociaux tels que Facebook ou Instagram.

11 Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRS et ATILF), http://www.cnrtl.fr/, article «métonymie».

12 Je reprends ici la réflexion d’André-Frédéric Hoyaux (2002) qui explique que « toute préoccupation pour des choses et des lieux du monde, toute prévoyance pour les êtres qui l’entourent arrime l’être-là aux choses et aux êtres du monde mais cet arrimage au monde, à son monde, ne demeure pas dans le strict affairement au sens d’un affairement pour l’affairement ». Cette approche s’inscrit dans celle de Martin Heidegger déjà évoquée précédemment.

13 http://www.renovaramouraria.pt/

14 http://www.aimouraria.cm-lisboa.pt/ha: 50 photographies, différentes affiches (programme outdoor) bilingue (portugais-anglais), cartes pour localiser les interventions

15 Les expressions en gras sont dans le texte original.

16 Les algorithmes utilisés par les moteurs de recherche pour la classification des sites considèrent comme positif les liens et les connexions établies entre différents sites, mais aussi les liens vers les réseaux sociaux. C’est une des raisons pour laquelle les institutions créent des comptes Facebook, Twitter, etc. Dans le cas qui m’intéresse ici (Instagram), la mairie a créé un répertoire d’images de la ville: https://www.instagram.com/camara_municipal_lisboa/ avec plus de 1000 publications (à la date de novembre 2016) disposant de 17 000 contributeurs et 303 suivis. En comparaison, l’ARM représente 84 publications, un peu plus de 1000 contributeurs et 130 suivis.

17 A. Masboungi (inspectrice responsable du thème « projet urbain » auprès des services du ministère de l’aménagement du territoire en France) dit de l’ambition lisboète (2013) : « Elle a su, comme Barcelone Bilbao e Gênes, faire parler d’elle (...). L’image d’une Lisbonne moderne, amoureuse de l’architecture et tentant une articulation entre patrimoine et modernité est aujourd’hui acceptée. Elle ouvre le chemin à la rénovation urbaine parce qu’il est plus facile de changer la réalité que l’image ».

18 Terme utilisé à partir de 2005 dans les documents public municipaux.

19 Elles proviennent des archives municipales, mais sont aussi le résultat de commandent professionnelles. Par exemple, certaines images son réalisées par des cabinets d’urbanisme et permettent de présenter la ville « projetée », imaginée et parfois fantasmée par les élus et leurs services.

20 Il s’agit de la partie située au nord de la zone d’intervention municipale : celle qui s’apparente le moins à la Mouraria selon le périmètre historique (Oliveira e Viana: 1993) et l’espace vécu des résidents.

21 Le square fut jadis un marché populaire et les immeubles abritaient des entrepôts et des locaux commerciaux.

22 Entrevue enregistrée le 21 août 2014.

23 La plus ancienne association du quartier, née dans les années 1930 autour de préoccupations sociales, culturelles et sportives.

24 Comme cela avait été initialement prévu au moment de l’accord de partenariat.

25 http://www.camillawatsonphotography.net/351758/a-tribute-mouraria-lisbon/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Rosa Maria, n°0, sur le thème du multiculturalisme à la Une.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 2: Edifice en ruine – Photographie: ARM, 28 février 2008.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-2.png
Fichier image/png, 211k
Titre Figure 3: fontaine et sacs d’ordures – Photographie : ARM, octobre 2011.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-3.png
Fichier image/png, 151k
Titre Figure 4: Animation dans la Mouraria – Photographie : ARM, 1er décembre 2012
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-4.png
Fichier image/png, 137k
Titre Figure 5: Intervention municipale – Photographie : ARM, 4 octobre 2012
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-5.png
Fichier image/png, 59k
Titre Figure 6: ensemble d’images du Square de l’Intendente
Crédits Photographies: site municipal, 2012
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-6.png
Fichier image/png, 764k
Titre Figure 7: M. Baguinho dans son atelier au milieu de ses images
Crédits Photographie : J. Galhardo, août 2014
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-7.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Figure 8: créations de M. Baguinho dans la Cozinha Popular
Crédits Source: EGEAC – “Comer Lisboa”, 2015.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-8.png
Fichier image/png, 1009k
Titre Figure 10 : image de C. Watson au square des Trigueiros
Crédits Photographie : J. Galhardo, 2012
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Figure 11 : portraits de fadistes rue du Capelão
Crédits Photographie : J. Galhardo, 2012.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/14394/img-10.png
Fichier image/png, 921k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Galhardo, « Façonner un lieu dans la ville et une singularité de la marque urbaine : exemple des usages des images photographiques dans le quartier de la Mouraria à Lisbonne », Confins [En ligne], 36 | 2018, mis en ligne le 02 juillet 2018, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/confins/14394 ; DOI : 10.4000/confins.14394

Haut de page

Auteur

Jacques Galhardo

Doctorant en Géographie, Laboratoire CITERES-CoST / Université de Tours (France), alhogard37@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals