Navigation – Plan du site

Les 32 plus grandes agglomérations du monde : comment l’urbanisation repousse-t-elle ses limites ?

The 32 largest agglomerations in the world : How is urbanization pushing its limits?
Os 32 maiores aglomerados do mundo: Como a urbanização está empurrando seus limites?
Cathy Chatel et François Moriconi-Ebrard

Résumés

Le classement des plus grandes agglomérations du monde, appelées megacities par l’ONU, fait autorité et est relayée par d’innombrables publications, scientifiques ou non. Pourtant les statisticiens auteurs de ces listes ne cachent nullement l’existence de problèmes de comparabilité dus au fait que cette organisation multilatérale ne peut légalement que compiler des données nationales hétérogènes que leur communiquent les Etats. L’utilisation d’une définition statistique et spatiale appliquée à toutes les agglomérations du monde montre une hiérarchie totalement différente. En 2010, la Planète abrite 32 agglomérations de plus de 10 millions d’habitants, rassemblant 9,4% de la population mondiale. Après avoir expliqué la définition, la méthode et les sources utilisées, l’article montre le poids écrasant de l’Asie. Il explique ensuite les processus d’émergence récents de ces organismes urbains, mettant en avant des conditions de développement qui font appel à deux notions fondamentales proposées, utiles à la compréhension du phénomène : l’actualisation de l’environnement périphérique urbain ou rural des megacities, et le capital démographique régional. Ces processus permettent finalement de montrer que le nombre et la taille des megacities du monde, qui a augmenté de manière spectaculaire depuis les années 1950, devraient doubler d’ici 2040, mais se stabiliser par la suite.

Haut de page

Texte intégral

1Lorsqu’on prend tous les lieux habités de la terre et qu’on les range sur un graphique par ordre décroissant de leur population, on constate qu’ils se rangent approximativement le long d’une droite. Il existe un continuum parfait du plus grand au plus petit, si bien que décider à partir de quelle taille ils sont « urbains », de « grandes » villes, ou encore de « très grandes » villes restera toujours un choix fondamentalement arbitraire et discutable.

2En réalité, il existe un seuil de population objectivement significatif de la notion de « grande agglomération urbaine » : celui de 2 millions d’habitants. En effet, au cours de l’histoire plurimillénaire de l’humanité, aucun établissement n’avait jamais atteint une telle masse démographique, jusqu’en 1842 (Moriconi-Ebrard, 2001). Du moins faut-il interpréter ce nombre d’habitants comme un ordre de grandeur plutôt qu’une valeur au-delà de laquelle une ville deviendrait mécaniquement « très grande ». Si Londres a été la première à atteindre ce seuil, 150 ans plus tard, 218 agglomérations de la planète l’ont déjà franchi. Une agglomération de cette taille est désormais noyée au milieu d’un continuum statistique parfait et ses 2 millions d’habitants paraissent bien modestes par rapport à l’agglomération de Shanghai qui, selon nos estimations, aura franchi les 100 millions en 2020.

  • 1 Différents vocables sont utilisés par les journalistes : mégacité, mégapole, mégalopole, etc.

3Face à de telles masses démographiques, un néologisme est apparu dès 1904 (Institute of the Americas, 1904) : megacity. Il n’a pas de prétention taxinomique et ne signifie rien d’autre que « très grande ville ». Dans les années 1980, un seuil de population de 8 millions d’habitants est popularisé par les Nations-Unies sur la base d’une étude américaine (The Johns Hopkins University, 1981). Il est aujourd’hui relevé au nombre plus « rond » de 10 millions d’habitants (United Nations, 2015), qui fait désormais référence dans d’innombrables publications, scientifiques ou non. Nous conserverons donc ici à la fois le seuil et le mot anglais qui, du fait de son absence de statut scientifique, n’a pas vraiment d’équivalent précis en français1.

4A partir de ce seuil, nous abordons (1) le problème de l’hétérogénéité des statistiques et des définitions de l’espace urbanisé et particulièrement des très grandes villes, puis (2) la solution méthodologique proposée pour comparer la population des agglomérations puis le résultat du classement. Nous présentons ensuite (3) les processus qui expliquent les changements récents très rapides du nombre et de la taille des megacities, avant de proposer (4) une prospective pour l’année 2040.

L’hétérogénéité des données statistiques

5Proposer un classement des megacities de la planète n’est pas aussi simple que présenter un classement des Etats du monde, des régions ou des départements d’un pays. En effet, si les Etats ou les départements ont des territoires légaux bien définis, ce n’est pas le cas des megacities. Or, de l’extension territoriale, dépend non seulement l’effectif de population, mais une infinité de variables : superficie urbanisée, densité, productions, richesse, nombre d’écoles et d’universités, etc. Un classement international sérieux des megacities devrait donc se rapporter à un type de territoire défini par des critères précis, faute de quoi il est évidemment totalement arbitraire. Or, ce n’est pas le cas.

Une extension territoriale arbitraire

  • 2 La base de données de l’ONU propose des chiffres de population relatifs aux villes, « city proper » (...)

6Les indications fournies par les publications officielles des Nations-Unies déclarent se référer à des « villes » et à des « agglomérations urbaines »2, tout en admettant que les chiffres sont inconsistants dans un grand nombre de cas. En effet, les services statistiques de l’ONU ne sont pas un centre de recherche, mais dépendent d’une structure politique multilatérale dont la mission se borne à compiler les données que fournissent les différents instituts nationaux statistiques des pays du monde. Malgré les efforts admirables déployés par les équipes new-yorkaises, ces dernières n’ont juridiquement pas le droit de se substituer aux nations souveraines. Or, dans un grand nombre de pays, il n’existe aucune définition de l’« agglomération », si bien que les experts de l’ONU doivent arbitrer entre des chiffres renvoyant tantôt à des « villes » administratives qui ne couvrent qu’une partie de l’agglomération, tantôt à des « agglomérations urbaines », tantôt à des « régions métropolitaines » (United Nations, 2015, p.5) qui encadrent l’agglomération mais qui peuvent être si étendues qu’elles ne sont pas significatives (Carte 1). Les résultats obtenus, qui font autorité dans le monde entier, sont donc pour le moins contestables. Formellement parlant, la liste des megacities n’est donc pas une base de données internationale mais une compilation de données nationales hétérogènes. Il relève de la seule responsabilité des auteurs des publications qui relaient ces données, et non pas des services statistiques de l’ONU eux-mêmes, d’assumer leur comparabilité.

Carte 1. Moscou : périmètres administratifs et agglomération

Carte 1. Moscou : périmètres administratifs et agglomération

La définition de l’« agglomération » n’a pas cours dans les statistiques officielles russes. L’extension de l’agglomération de Moscou (en rouge), réalisée dans le cadre de la constitution de la base de données Europolis/Geopolis (décrite ci-après) est un périmètre réalisé dans le cadre du projet de recherche éponyme (Chatel, 2012).

De ce fait, si l’on s’en tient aux découpages officiels, on doit arbitrer entre deux périmètres (contours jaunes) : soit la ville de Moscou (gorod), qui est plus petite que l’agglomération, soit la région (oblast) de Moscou qui, avec 47 000 km², est beaucoup trop vaste.

Des divergences entre les classements des grandes villes du monde

7Les classements des plus grandes villes du monde pullulent sur internet, se référant aux bases de données d’institutions internationales, à des articles de presse, à des sites internet spécialisés, des blogs ou encore à des encyclopédies collaboratives, si bien que trouver une source dite de référence est une tâche ardue.

8Le site « city population »3 place en 2017 l’agglomération de Guangzhou au premier rang avec 48,6 millions d’habitants, suivie de Tokyo (2e, 39.8 millions d’habitants), Shanghai (3e, 31.1 millions), Jakarta (4e, 28.9 millions), Delhi (5e, 27.2 millions), Karachi (6e, 25.1 millions), Seoul (7e, 24.8 millions), Manille (8e, 24.1 millions), Mumbai (9e, 23.6 milions), Mexico (10e, 22.3 millions), New York (11e, 22.2 millions), São Paulo (12e, 21.9 millions), Beijing (13e, 20.7 millions).

9L’ONU considère en 2016 un classement4 bien différent du précédent : Tokyo (1e, 38.1 millions d’habitants), Delhi (2e, 26.4 millions), Shanghai (3e, 24.4 millions), Mumbai (4e, 21.3 millions), São Paulo (5e, 21.3 millions), Beijing (6e, 21.2 millions), Mexico (7e, 21.1 millions), Osaka (8e, 20.3 millions). Ces deux sources stipulent bien la diversité des définitions de la ville retenues pour chaque ville : classer des villes a priori non comparables est un fait assumé.

10En revanche, l’OCDE5, en collaboration avec l’UE (Eurostat and EC-DG Regio), a proposé une définition harmonisée de 229 aires métropolitaines de plus de 500 000 habitants, appelées « zones urbaines fonctionnelles » (functional economic units). Le classement des plus grandes villes du monde est tronqué6 car cette base de données ne concerne les 29 pays de l’OCDE et ignore notamment les grandes concentrations humaines asiatiques : l’aire métropolitaine de Tokyo apparait en premier avec 35.9 millions d’habitants, Seoul ensuite avec près de 25 millions, Osaka (17 millions), Paris (12 millions), Madrid, Toronto, Santiago, Nagoya…

11Pour mettre en œuvre les informations relatives aux megacities, les difficultés sont multiples. Il s’agit de choisir la source de ses données, de connaitre les définitions des megacities ainsi que les métadonnées associées aux informations disponibles afin de s’assurer de leur comparabilité, d’accéder à leur extension spatiale notamment dans le cas où l’on souhaiterait adjoindre des indicateurs.

La base de données Geopolis

  • 7 La constitution de la base de données et la méthodologie associée sont expliquées sur les sites sui (...)

12Le classement des megacities obtenu à partir des agglomérations de la base de données Geopolis7 est différent des autres classements où les agglomérations asiatiques dominent clairement le haut du tableau mais dont la taille est bien moindre que dans le classement que nous proposons. Pourtant, l’écart entre l’Asie orientale et les Ancien et Nouveau Mondes occidentaux se creuse chaque jour, que ce soit en termes de hiérarchie démographique, de production industrielle et de richesse.

13Nous présentons ci-dessous la méthodologie utilisée, puis la partie supérieure du classement mondial de 49 000 agglomérations urbaines : les 32 agglomérations urbaines qui dépassent 10 millions d’habitants. Pour donner une idée de ces dimensions, notons que chacune d’elle représente l’équivalent de 1 000 agglomérations urbaines de 10 000 habitants, seuil minimum à partir duquel sont enregistrées les agglomérations dans la base de données.

Une solution pour comparer les agglomérations urbaines

14Reconsidérant entièrement le problème depuis la source de l’information, la base de données Geopolis propose depuis 1990 une définition fondée sur l’espace et qui applique une définition rigoureusement identique des limites des agglomérations urbaines du monde (Moriconi-Ebrard, 1991, 1994). La définition de l’agglomération dans la base de données Geopolis reprend celle de l’« unité urbaine »8 de l’INSEE.

« La notion d'unité urbaine repose sur la continuité du bâti et le nombre d'habitants. On appelle unité urbaine une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) qui compte au moins 2 000 habitants.

Si l'unité urbaine se situe sur une seule commune, elle est dénommée ville isolée. Si l'unité urbaine s'étend sur plusieurs communes, et si chacune de ces communes concentre plus de la moitié de sa population dans la zone de bâti continu, elle est dénommée agglomération multicommunale.

Sont considérées comme rurales les communes qui ne rentrent pas dans la constitution d'une unité urbaine : les communes sans zone de bâti continu de 2000 habitants, et celles dont moins de la moitié de la population municipale est dans une zone de bâti continu ».

15Au sens de l’INSEE en France, l’agglomération est un ensemble de constructions tel qu’aucune n’est distante des autres de plus de 200 mètres. La base de données Geopolis se fonde entre autre sur la cartographie des limites des agglomérations du monde en suivant cette définition et en utilisant des cartes et images de 2010.

16Techniquement parlant, l’extension spatiale de l’agglomération est un polygone. Son « contenu » correspond au sol artificialisé et aux espaces dédiés aux activités urbaines (Figure 1) et décrit dans un ouvrage de référence (Moriconi-Ebrard, 1994).

Figure 1. Le contenu d’une agglomération urbaine

Figure 1. Le contenu d’une agglomération urbaine

17Le seuil de l’urbain varie selon les définitions officielles des pays. De plus, certaines définitions nationales n’utilisent aucun seuil quantitatif, mais s’appuient sur un statut administratif particulier conféré aux « villes » par rapport aux simples « communes ». L’unité urbaine pour l’INSEE compte au minimum 2000 habitants agglomérés. Dans la base de données Geopolis, on a retenu comme « urbaines » les agglomérations qui atteignent au moins 10 000 habitants, ou qui ont atteint ce seuil dans le passé depuis 1800. On compte dans le monde 49 000 agglomérations urbaines en 2010 (Tableau 1), contre 32 000 en 1990.

Tableau 1. Megacities, population urbaine et population totale du monde

Tableau 1. Megacities, population urbaine et population totale du monde

Source : base de données Geopolis, 2017

Calcul de la « population » d’une agglomération 

18Pour mettre en œuvre cette définition de l’agglomération, il suffit de connaître trois informations :

19(a) la population des « unités administratives locales » (les communes en France -et l’équivalent local suivant les pays),

20(b) la localisation géographique précise des unités locales,

21(c) l’extension physique des aires bâties.

22Les premières sont connues grâce aux recensements de la population ; la seconde par la cartographie nationale des périmètres administratifs ou, à défaut, les coordonnées géographiques de leur centre ; la troisième est accessible en exploitant les images satellites.

23Les résultats obtenus sont construits à partir d’une méthode vérifiable, reproductible et critiquable.

24Le polygone représentant l’extension de l’agglomération (c) est superposé à la cartographie administrative des subdivisions territoriales les plus petites existant dans le pays (b). Ces dernières sont appelées « unités administratives locales », abrégées LAUs (Local Administrative Units). Les LAUs sont la « brique élémentaire » (Julien, 2000) qui permet de récupérer la plupart des statistiques publiques, et notamment les chiffres de population fournis par les recensements (a).

25Toute LAU dont au moins 50% des constructions font partie de l’agglomération est comptée en totalité. Cette opération est appelée l’« ajustement » des contours de l’agglomération. La LAU en France est la commune : une agglomération compte donc un nombre entier de communes, même si une partie de la population communale vit en dehors de l’agglomération.

26La population d’une agglomération est la somme de la population des LAUs qui vivent dans la même agglomération. Cette dernière prend le nom de la LAU dont le niveau est le plus élevé du point de vue des fonctions administratives ou, en cas d’équivalence entre plusieurs LAUs, celle qui a la population la plus élevée. Cette LAU est appelée « ville proprement dite », « ville-centre » ou encore « ville éponyme », car c’est elle qui donne son nom à l’ensemble de l’agglomération. Individuellement, elle n’a pas forcément elle-même plus de 10 000 habitants, pourvu que l’ensemble de la population de l’agglomération dépasse ce seuil. La figure 2 illustre la méthodologie avec l’exemple de l’agglomération de Eu en Normandie dont la population a été calculée à partir de celle de cinq communes sur lesquelles l’agglomération s’étend (Figure 2).

Figure 2. Méthode de calcul de la population d’une agglomération urbaine dans Geopolis

Figure 2. Méthode de calcul de la population d’une agglomération urbaine dans Geopolis

Fiabilité des résultats et importance de la datation

27L’actualisation des données pour 2010 a été achevée en 2017. Toutefois, même les ultimes mises à jour restent volontairement basées sur des images et des chiffres de 2010. En effet, les surfaces urbanisées peuvent évoluer très vite. Or, contrairement aux répertoires administratifs nationaux ou des médias, l’objectif de la recherche fondamentale n’est pas de donner à tout prix une liste à jour des données les plus récentes, mais un état du peuplement daté. C’est parce qu’il est daté qu’il peut être comparé à d’autres états du passé, et pourra l’être également à des états futurs. Cette datation permet d’analyser, comprendre, modéliser les évolutions, les permanences et les rythmes de changement.

28Si la liste des megacities n’est donc déjà plus à jour, elle ne pourrait toutefois guère l’être davantage sans sacrifier la fiabilité des résultats. En effet, la plupart des pays ne réalisent un recensement de la population que tous les 10 ans, et la majorité dans les années millésimées en 0 ou en 1. Il y a certes quelques recensements plus récents, comme au Japon et au Mexique (2015), mais pour les autres villes, il faudrait se contenter d’estimations, qui ne sont généralement que des projections plus ou moins fiables. Or, plus l’horizon des projections est lointain, plus la fiabilité diminue.

  • 9 Programmes Menapolis en 2013, Africapolis en 2015 et en 2017, Chinapolis en 2016.

29C’est ainsi que la liste des grandes agglomérations que nous proposons ici pour 2010 est la mise à jour de celle proposée dans une publication précédente de 2013 (Moriconi-Ebrard, Chatel, 2013) dont certains chiffres s’écartent pour deux raisons. Premièrement, parce que certains recensements n’avaient pas encore été publiés. Deuxièmement, parce que nous ne disposions pas des tâches urbaines de 2010 et l’extension spatiale des agglomérations avait seulement été estimée. Après 2013, les mises à jour ont concernées précisément la Chine et l’Asie en général, le Moyen Orient et l’Afrique9.Ainsi, les agglomérations de Shanghaï et de Karachi avaient été largement surestimées dans cette publication de 2013.

30En 2017, l’année 2010 est la plus récente à être documentée avec le maximum de précision. Quelle que soit l’année du recensement, tous les chiffres de population ont donc été ré-estimés par interpolation pour la même date : le 1er juillet 2010 (Tableau 2). Par exemple, les deux derniers recensements de l’Iran datent de 2006 et 2011, mais la population de Téhéran a été recalculée pour le milieu de l’année 2010 en supposant le taux de croissance des LAUs de l’agglomération constant pendant toute la période. Un seul pays fait exception : le Nigéria (Lagos), pour lequel les estimations sont en réalité des projections

31La superficie de toutes les agglomérations est donnée sans les « vides » éventuels qui trouent l’agglomération, lorsque ceux-ci présentent un espace de plus de 200 x 200 m, ainsi que les plans d’eau présents dans l’agglomération (rivières, lacs, bassins des ports, etc.).

Tableau 2. Les recensements nationaux utilisés

Tableau 2. Les recensements nationaux utilisés

Légende : en jaune, l’Asie ; en orange, l’Amérique ; en gris, l’Afrique ; en bleu, l’Europe.

Les agglomérations les plus peuplées du monde en 2010 

32En 2010, 32 agglomérations de la Planète ont une population de plus de 10 millions d’habitants. Elles réunissent 18% de la population urbaine mondiale et 9,4% de la population du monde sur moins d’un millième de la superficie terrestre (0.1%) (Dorier, Lecoquierre, 2018).

33São Paulo, Mexico, Beijing, Le Caire, Moscou, Téhéran, Paris et Chengdu : seules 8 megacities sur 32 ne sont pas situées sur un littoral maritime. Mais c’est surtout la domination de l’Asie qui est le phénomène le plus frappant (Carte 2).

34Si ce continent rassemble environ 40% de la population de la Planète, on y trouve les 2/3 du nombre des megacities et, surtout, les plus peuplées : sur les 19 premières, 16 sont situées dans le sud ou l’est de l’Asie. Ce sont ainsi les ¾ de la population cumulée des megacities qui vivent en Asie (Graphique 1).

Carte 2. Répartition des megacities du monde

Carte 2. Répartition des megacities du monde

Graphique 1. Répartition de la population des megacities par continent : le poids de l’Asie

Graphique 1. Répartition de la population des megacities par continent : le poids de l’Asie

35En 2010, il existe déjà une véritable hiérarchie entre les megacities (Tableau 3). Ainsi, l’agglomération de Shanghai a des dimensions exceptionnelles (Moriconi-Ebrard, Perez, 2017) : elle est à elle seule plus peuplée que New York, Los Angeles, Paris, Londres et Moscou réunies.

36La première agglomération européenne, Moscou, apparaît au 22ème rang seulement, et New York, qui a été l’agglomération la plus peuplée de la Planète de 1950 à 1980, n’est plus qu’au 5ème rang. De Jakarta au sud à Tokyo au nord, 12 megacities sont situées sur la façade du Pacifique. Toutes sont des ports, à l’exception de la capitale de la Chine, Beijing, et 7 d’entre elles ont plus de 20 millions d’habitants. Sur une distance encore plus restreinte - moins de 3 000 km à vol d’oiseau ou par voie maritime - entre Tokyo et Guangzhou (Canton), s’intercalent 5 megacities cet axe relie les 3 premières de la Planète. Enfin, les megacities asiatiques sont aussi en moyenne les plus denses, les records revenant à l’Inde avec Mumbai.

37Les megacities divergent par leur nature et leur contenu : le poids de leur population dans leur pays en témoigne. Elles dominent clairement la hiérarchie urbaine quand elles sont capitales d’Etat, comme Londres, Paris, Mexico, Séoul, Bangkok, Manille ou Téhéran, qui représentent chacune entre 15 et 20% de la population nationale, et une part encore plus écrasante de la population urbaine. Au contraire, certaines megacities s’insèrent dans un réseau urbain national ample et hiérarchisé comme Rio de Janeiro et São Paulo au Brésil, de New York et de Los Angeles aux USA. Un troisième cas rend compte de nouveaux processus liés à la métropolisation, qui se généralisent depuis deux décennies : il s’agit d’agglomérations qui s’étendent sur leur périphérie jusqu’à submerger l’ensemble de la population régionale. Ces extensions s’opèrent sur des campagnes densément peuplées, jalonnées de villes secondaires. Dans les cas les plus extrêmes, l’extension du bâti finit par interconnecter entre elles différentes grandes métropoles. De nos jours, ce sont ces megacities qui repoussent les seuils-limites supérieurs de population des agglomérations de la Planète, telles Shanghai, Guangzhou et Tokyo. Dans un futur proche, ce sera le tour Delhi, Calcutta, Dakha et Djakarta, toutes situées en Asie.

Tableau 3. Les 32 agglomérations les plus peuplées du monde

Tableau 3. Les 32 agglomérations les plus peuplées du monde

Légende : en jaune, l’Asie ; en orange, l’Amérique ; en gris, l’Afrique ; en bleu, l’Europe.

Les processus : actualisation morphologique et capital démographique régional

38Le fait d’utiliser une définition spatialisée de l’urbain n’autorise pas seulement la comparaison et le classement des megacities. Il permet également de relier les résultats à des données spatiales, notamment : la densité, la forme, les distances, etc. Ces données nous aident ensuite à comprendre le processus qui a conduit à la fois à une prolifération récente du nombre de megacities et à repousser les limites de la taille supérieure des agglomérations. Ce faisant, trois notions sont à retenir : celle d’« actualisation morphologique » ; celle de « capital démographique » et celle de « co-métropolisation » aboutissant en termes morphologiques à des agglomérations « polymétropolitaines ».

39L’exode rural et les migrations ont longtemps été considérés le premier moteur de la croissance urbaine. Comment aurait-il pu en être autrement, lorsque les premières grandes agglomérations étaient des mouroirs où la mortalité l’emportait sur la natalité ? Les soldes migratoires restent encore très positifs dans certaines grandes métropoles d’Afrique et en Asie du Sud, mais même dans les pays du Sud, c’est désormais l’étalement spatial qui prime à la fois sur l’exode rural et sur l’accroissement naturel. C’est précisément parce que l’exode rural tend à faiblir que les régions les plus denses de la planète, par leur capital démographique, transforme leurs périphéries rurales en « desakota » (McGee, 1991) intégrées dans les nouvelles extended metropolis (ibid.)

L’« actualisation morphologique » d’un « capital démographique »

40Ce processus fait qu’il n’est même plus nécessaire que l’accroissement démographique soit localement très fort pour que la taille des agglomérations augmente de manière spectaculaire. La compréhension de ce phénomène s’appuie sur deux notions : celle d’actualisation morphologique des périphéries alliée à celle de capital démographique.

41Pour éclairer ces notions, revenons quelques décennies en arrière. De 1840 à la fin du 20e siècle, la croissance démographique – naturelle et migratoire - a bel et bien été le principal moteur de l’émergence de très grandes villes. Les historiens ont montré qu’elle procédait à la fois d’une très forte natalité et des flux d’exode rural qui alimentaient les villes dans un mouvement centripète (Bairoch, 1985). Cependant, les mouvements migratoires sont devenus beaucoup plus complexes, et le taux de natalité s’est tassé.

42Au cours de cette période, ce ne sont pas seulement les villes qui ont cru, mais l’ensemble de la population du monde, qui a été multipliée approximativement par 5 entre 1840 et 2010. Aux hypothèses alarmistes de Malthus, Ester Boserup oppose un concept de « pression créatrice » qui suggère qu’à un certain niveau de densité démographique, les sociétés sont conduites à se réorganiser radicalement, ce qui permet d’augmenter la production agricole dans des proportions considérables (Boserup, 1970). Par exemple, en Asie des moussons, dans la vallée du Nil ou en Hollande, les techniques de drainage et d’irrigation ainsi que l’utilisation d’engrais permet de porter des densités rurales de 500 à 2 000 habitants au kilomètre-carré, dans des milieux initialement marécageux et peu propices à l’agriculture.

43Concernant les villes, il faut donc revenir à cette subtilité du vocabulaire qui distingue l’accroissement de la croissance (Hagen, 1960). L’accroissement relève d’un processus interne à l’objet considéré, tandis que la croissance prend en compte des apports externes. L’évolution de la population de la ville fonctionne évidemment sur les deux modes, mais ce qui a radicalement bouleversé la donne plus récemment, c’est l’accélération de l’extension du bâti. Cathy Chatel (2011) a montré que même lorsque la croissance démographique est négative (Fig. 3, « décroissance »), les agglomérations continuent à s’étendre, et que les nouvelles extensions finissent par absorber des agglomérations voisines, initialement distinctes, rurales ou déjà urbaines. Au final, les agglomérations connaissent une croissance démographique, mais qui procède surtout de ces nouvelles extensions. Dans la figure 3, le facteur démographique est le plus important dans la première phase d’urbanisation, correspondant à l’accroissement des lieux habités. Il est peu à peu minoré lors de la deuxième phase de croissance, voire annihilé et supplanté par le facteur spatial d’éparpillement lors de la phase de décroissance démographique.

Figure 3. Accroissement, croissance et décroissance de la population : combinaison entre espace et démographie

Figure 3. Accroissement, croissance et décroissance de la population : combinaison entre espace et démographie

44Indépendamment de l’accroissement démographique de la population d’une agglomération, l’émergence de megacities est localement optimisée par trois conditions :

451- lorsque la densité rurale était déjà devenue très forte autour des villes : c’est le cas par exemple des campagnes d’Asie du Sud et de l’Est, mais aussi de la Belgique et des Pays-Bas ;

462- lorsque les agglomérations étaient très proches les unes des autres : c’est le cas du Caire, dont les extensions récentes ont absorbé de nombreux gros bourgs très denses de la périphérie. L’ancien bourg reste bien identifiable au cœur de l’agglomération, mais sa population, sans même avoir déménagé, prend subitement part à la vie d’une immense agglomération (Figure 4).

473- lorsque la forme dominante de l’habitat est linéaire : le cas extrême est celui du sud-Viêtnam (Figure 5) dont 99% de la population vit dans une seule et même agglomération, tout en gardant une forte composante agricole.

Figure 4. Mansha’at al-Bakkari : un ancien bourg rural enkysté dans la périphérie d’une megacity, Le Caire

Figure 4. Mansha’at al-Bakkari : un ancien bourg rural enkysté dans la périphérie d’une megacity, Le Caire

Le périmètre de l’ancien bourg est surligné en jaune. Son tissu s’oppose aux formes laniérées des espaces urbanisés plus tard sur le parcellaire agricole, et qui ont colmaté les interstices.

Source : GoogleEarth, Scène du 15/10/2015.

Figure 5. Extension du bâti dans l’extrême sud du Viêtnam.

Figure 5. Extension du bâti dans l’extrême sud du Viêtnam.

Source : base de données Geopolis, 2017

Mỹ Tú, (2011), province de Sóc Trăng (sud du Viêtnam) fait partie de l’agglomération de Ho-Chi-Minh, 21 millions d’habitants.

Source : GoogleEarth, scène du 8/2/2015. (largeur de l’image : 2 000 m

48Dans les plaines irriguées d’Asie, en Egypte, aux Pays-Bas ou au Biafra (Nigeria), l’urbanisation se propage donc dans des zones au capital démographique extrêmement élevé, lequel s’est constitué indépendamment d’un processus interne à l’urbanisation. Avant même d’être urbanisé, le territoire affiche des densités rurales équivalentes, voire supérieures, à bien des agglomérations nord-américaines.

49Lorsque ces trois conditions sont réunies en même temps, la propagation de l’urbanisation entraîne une croissance prodigieuse de l’agglomération : c’est le cas de la région de Shanghai et du Viêtnam (Figure 5). Elle l’est un peu moins en Egypte, où le peuplement est au contraire groupé en gros bourgs denses mieux séparés les uns des autres par leurs interstices agricoles.

50Le capital démographique accumulé parfois pendant des millénaires dans des zones que l’Homme a rendues particulièrement propices à l’agriculture, devient ainsi l’élément prépondérant. C’est pourquoi il est plus juste de décrire le phénomène à l’œuvre comme une actualisation morphologique du capital démographique local.

Agglomérations polymétropolitaines et co-métropolisation

51Face à ce processus, on peut noter une actualisation morphologique du monde urbain lui-même. Le vieux processus de « conurbation », connu dès la Révolution industrielle dans les pays du Nord, continue à jouer un rôle important. On appelle conurbation, le résultat d’un processus qui aboutit à la formation d’une agglomération par coalescence de différents centres urbains qui se sont développés de concert. Le résultat donne une agglomération multipolarisée à l’intérieur de laquelle les flux sont organisés à partir de différents centres historiques, dont l’identité reste forte et dont la singularité morphologique du tissu urbain est bien repérable dans l’ensemble de l’agglomération.

52Ce processus prend cependant une ampleur inédite depuis les années 2000. Ce ne sont plus seulement des centres urbains secondaires, mais des métropoles de plusieurs millions d’habitants qui finissent par fusionner entre elles. Ce phénomène avait été prédit dès les années 1960 par Jean Gottmann, avec la Megalopolis de la côte nord-atlantique des Etats-Unis que l’auteur qualifiait de « laboratoire de l’urbanisation de demain » (1961). Ainsi, dès l’an 2000, New York et Philadelphie, deux des cinq pôles de cette Megalopolis générique ont fini par former une seule agglomération morphologique. Mais de nos jours, c’est une fois de plus en Asie qu’il prend le plus d’ampleur : Guangzhou s’est jointe à Foshan, à Shenzhen, à une partie du territoire de Hong Kong et à Macao. Osaka englobe Kobe et Kyoto, tandis que Tokyo ne forme depuis longtemps qu’une agglomération avec Yokohama, Kawasaki et Chiba, chacune de ces villes étant elle-même une métropole.

53A propos de la plupart des nouvelles megacities, on peut parler désormais d’agglomérations polymétropolitaines. Le processus de co-métropolisation sublime celui de conurbation.

Vers une stabilisation du nombre des megacities ?

54Le classement des agglomérations de la Planète par leur nombre d’habitants donne un continuum statistique linéaire. La distribution rejoint la forme de la règle rang-taille de G.K. Zipf (1949). De ce fait, plusieurs agglomérations n’étaient pas très éloignées du seuil des 10 millions d’habitants en 2010, et quelques-unes l’ont déjà dépassé en 2017, comme Onitsha au Nigeria (Figure 6).

55Cependant, prévoir la carte des futures megacities dans les années à venir ne se résume pas à un exercice de projection démographique. A la différence des Etats, l’extension physique des agglomérations est en constante évolution. Cet exercice nécessite la prise en compte de deux échelles opposées. D’un côté, l’échelle locale impliquant les phénomènes d’actualisation morphologique d’un environnement périphérique qui peut être rural et/ou urbain. D’un autre, un capital démographique local qui n’est suffisant que dans un nombre limité de régions de la Terre.

56Ce deuxième facteur permet de constater que le nombre de megacities sera nécessairement limité.

Le niveau local : une actualisation morphologique

57L’actualisation morphologique des périphéries des megacities participe d’un phénomène plus général, repéré et qualifié de différentes façons selon les pays : étalement urbain (français), urban sprawl (anglais), propagation de la ville (chinois : 城市蔓延), exurbanisation (langues slaves, italien), dispersão et dispersión urbana (portugais et espagnol) (Chatel, Beltrão Sposito, 2015). Il tend à jouer un rôle de plus en plus grand dans la croissance urbaine des agglomérations de toute taille.

58La périphérie d’une megacity peut être « rurale » ou « urbaine » au sens morphologique, c’est-à-dire composée d’un habitat épars (cf. supra : cas d’Onitsha), ou à l’inverse déjà structuré par des centres denses (cas du Caire)… ou les deux à la fois.

59Dans une perspective historique, on peut observer que l’étalement urbain se substitue à l’accroissement démographique, lorsque celui-ci fait défaut, en raison de la baisse de la fécondité et du vieillissement de la population locale (Figure 7, Figure 8). C’est le cas en Europe, au Japon, en Amérique du Nord, en Chine et cela tend à le devenir dans des pays émergents comme le Brésil, le Viêtnam, l’Indonésie et la Thaïlande. Ce lien entre baisse de la fécondité et urbanisation n’est pas fortuit, car les populations des megacities tendent manifestement à adopter des comportements individuels post-transition démographique qui sont tout simplement ceux des classes moyennes urbaines du monde développé. Simultanément, la réduction de la taille des ménages exige plus de logements pour un nombre d’habitants équivalent, d’où une consommation d’espace accrue.

Figure 7. Variation de la population d’une agglomération en fonction de l’espace et de la densité

Figure 7. Variation de la population d’une agglomération en fonction de l’espace et de la densité

Figure 8. Variation de la population d’une agglomération en fonction de l’espace et du temps

Figure 8. Variation de la population d’une agglomération en fonction de l’espace et du temps

Le niveau global : le capital démographique

60Le rôle du capital démographique se manifeste de son côté par la taille absolue des bassins de concentration humaine. En effet, le nombre de régions comptant à la fois au moins 10 millions d’habitants et une densité suffisamment élevée est limité. L’actualisation d’un capital urbain et/ou un fort accroissement démographique n’offrent les conditions d’émergence de nouvelles megacities que dans quelques régions de la terre. La liste de ces régions est si limitée, qu’on peut en dresser ici une énumération par continent.

61En Amérique du sud, Bogota, Lima, entourées de périphéries relativement peu denses, mais dont les agglomérations dépassent déjà respectivement 8 et 9 millions d’habitants atteindront de manière à peu près certaine le seuil de 10 millions d’habitants avant 2040. Caracas, qui n’a que 2,9 millions d’habitants peut également l’atteindre si l’actualisation morphologique des périphéries denses se poursuit en direction de l’ouest. Les hautes terres des régions dites Central et Capital, pourraient alors former une megacity de 200 kilomètres de long englobant, entre autres, les agglomérations actuelles de Valencia (1,55 millions en 2010) et de Maracay (1,05 millions). En revanche, aucune autre région d’Amérique Latine ne présente en même temps les conditions suffisantes de densité, de croissance et de capital démographique pour l’émergence d’une autre megacity. A moyen terme, la liste est donc fermée sur ce continent.

62En Europe, la croissance démographique est quasi nulle, voire négative, si bien que seule l’actualisation morphologique permet l’augmentation de la taille des agglomérations. La conurbation Rhin-Ruhr, proche des 10 millions d’habitants, peut atteindre ce seuil par l’actualisation morphologique d’un environnement dense de petites agglomérations urbaines. Le scénario est similaire au sud de l’Arc alpin, entre le sud de la Suisse, Milan et Venise, ainsi que dans les Flandres et le Brabant où une megacity flamande, s’étalant de Lille au sud-est des Pays-Bas, est déjà en formation (Chatel, 2012).

63Zn Amérique du Nord quatre nouvelles megacities devraient émerger par actualisation morphologique des périphéries, malgré une croissance démographique modérée : Toronto/Niagara/Buffalo (Etats-Unis/Canada), Chicago-Milwaukee, le sud de la Floride, et le nord de la Californie (San Francisco / Sacramento). Sur ces deux continents, la liste est donc également fermée.

64En Asie du sud, plusieurs agglomérations franchiront ce seuil : Chennai, Bangalore, Hyderabad, Patna, Lucknow/Kanpur, Lahore, Chittagong, Colombo ainsi qu’une megalopolis Singapour/Kuala Lumpur. Elles s’ajoutent aux megacities déjà nombreuses de cette région. Au Japon, il est possible que Tokyo, Nagoya et Osaka ne formeront plus qu’une seule agglomération, ce qui conduit à la suppression de deux megacities.

65Reste le cas des plaines de Chine entre Beijing et Shanghai (provinces du Shandong et du Hebei), où les tendances actuelles sont à la constitution de megalopolis autour de Jinan, de Zhengzhou et de Shijiazhuang dans un contexte d’accroissement démographique quasi nul. Hormis Taipei (Taiwan), Xian, Wuhan, Changsha et Chongqing (Chine), l’émergence de nouvelles megacities reste improbable ailleurs.

Les reliquats de la pression démographique

66Les dynamiques démographiques de la population restent encore un facteur important de la croissance urbaine dans quelques régions : en Afrique subsaharienne et, secondairement en Inde et en Egypte. L’émergence de nouvelles megacities dépend ici de scénarios inconnus : la fin de la transition démographique. Avec un accroissement naturel de la population estimé à plus de 3% par les services statistiques nigérians, la croissance de Lagos promet d’être soutenue pour plusieurs années encore. Autour de cette métropole nigériane, la Banque mondiale élabore par exemple le scénario du GILA Urban Corridor (Greater Ibadan-Lagos-Accra Urban Corridor), qui s’étend d’Ibadan à Accra (Ghana), englobant d’autres capitales, Lomé (Togo) et Porto-Novo ainsi que Cotonou (Bénin). Il est probable que dans le reste de l’Afrique, de nouvelles megacities émergeront de cette façon qui, bien entendu, n’exclut nullement un cumul avec les facteurs locaux précédents.

67Trois régions déjà très denses et à forte croissance réunissent déjà ces conditions : Addis Abeba (Ethiopie), l’ouest du Kenya dans la région du lac Victoria (Nyanza) et la rive gauche du Delta du Niger (Onitsha). S’y ajouteront probablement les capitales des pays les plus peuplés : Kinshasa (Congo), Luanda (Angola), Khartoum (Soudan), le Witwatersrand (Pretoria/Johannesburg) et Addis Abeba (Ethiopie).

68La région du Biafra, au sud d’Onitsha (Nigeria) illustre la conjonction de deux facteurs : l’actualisation morphologique d’un milieu rural combiné à un fort accroissement démographique, de l’ordre de 3% par an (Figure 6). L’agglomération d’Onitsha couvrait 1 093 km² et comptait 8 530 000 habitants en 2015. L’étalement morphologique actualise un habitat traditionnel si épars qu’il n’existe dans cette région non seulement que très peu de villes, mais même pas de véritable village. Dès les années 1960, Hervé Laroche témoigne avoir parcouru « sur près de 1 000 kilomètres les routes de l’Est sans perdre pour ainsi dire jamais les maisons de vue (…) Le survol révèle partout cet éparpillement de l’habitat, mais aussi cette densité de l’habitat ». (1968, p.54). Or, en 50 ans, cette densité a quadruplé, atteignant un seuil tel que le paysage est devenu celui d’une immense agglomération dont la densité démographique est équivalente à celle de Los Angeles.

69Au total, le nombre de megacities devrait se stabiliser vers 2040 autour de 64 (Tableau 4), soit le double de 2010. La taille limite supérieure restera pour longtemps détenue par Shanghai, mais celle de nombreuses megacities actuelles va augmenter, notamment en Inde et à Java. D’autres megacities, au contraire, ne s’accroîtront plus que lentement du fait de la combinaison de deux facteurs : d’une part, la chute de l’accroissement démographique et, d’autre part, l’actualisation de la totalité de leur capital démographique régional.

Tableau 4. Nombre de megacities du monde à prévoir pour 2040

Tableau 4. Nombre de megacities du monde à prévoir pour 2040

Source : Geopolis, 2017.

Figure 9. Actualisation morphologique d’une périphérie rurale dense et accroissement démographique : région d’Onitsha (Nigeria)

Figure 9. Actualisation morphologique d’une périphérie rurale dense et accroissement démographique : région d’Onitsha (Nigeria)

Image satellite (nord d’Owerri). Source : GoogleEarth, 15/04/2015. Largeur de l’image au sol : 1 200 m

Conclusion

70Fortement influencés par la sociologie et l’économie anglo-saxones, les classements mondiaux des megacities partent des fonctions métropolitaines. Cette approche domine la littérature spécialisée, avec les travaux de Saskia Sassen (La ville globale, 1991), d’Olivier Dollfus (L’archipel mégapolitain mondial, 1996), ou encore des chercheurs de laboratoires entiers tels que le Virginia Tech Metropolitan institute (Megaregion et megapolitan areas). Ainsi, quel que soit l’instrument de mesure utilisé - influence globale des bourses, des sièges d’entreprises multinationales, des médias, des laboratoires d’universités, trafic des aéroports, etc. – tous les classements visent in fine à identifier des grandes villes sans se préoccuper de la question de la délimitation spatiale.

71Or, c’est de la délimitation de l’espace urbain que découle le capital démographique local, qui devient alors une simple variable d’ajustement. La non considération de l’espace matériel occupé, vérifiable et expérimentable, conduit à la profusion de concepts « post- » (postmetropolis, postfordist city, postmodern metropolis, etc.) qui aboutissent à une prédiction : la métropolisation top-down de la planète est « sans limites » (Soja, 2000).

72D’un autre côté, le classement des villes par le nombre d’habitants reste la référence quasi exclusive ainsi que la préférence incontestée du public. En témoigne le classement de l’ONU, qui ne s’occupe que de « population ». En plaçant la morphologie urbaine au centre, on reprend la question par l’autre bout, en l’éclairant par une approche bottom-up. Ce faisant, le capital démographique n’est plus considéré comme une conséquence de tous les autres aspects de la question, mais comme le point de départ de la mesure.

73L’approche morphologique mise à jour depuis 1990 pour évaluer les dimensions démographiques des agglomérations urbaines montre que la correspondance entre les deux approches est imparfaite.

74Le premier constat que nous pouvons faire est que les classements fonctionnels donnent beaucoup plus de poids aux villes de l’hémisphère nord-occidental. Ce faisant, ils masquent une mutation majeure du monde contemporain en minimisant les métropoles d’Asie.

75Le second constat est que l’approche morphologique montre que le nombre des megacities possède des limites. Ce constat s’oppose à un monde de réseaux et de mobilités qui, elles, paraissent sans limite. L’approche fonctionnelle mesure des flux planétaires qui ne sont que la résultante de l’ensemble des mouvements browniens qui agitent la ville de l’intérieur, à toute heure de la journée. Ces flux « entrants » et « sortants » ont tendance à occulter l’importance des flux internes, dont l’intensité est proportionnelle à la densité d’habitants.

76Même si l’on peut prédire une limite au « nombre » des megacities, d’autres questions restent cependant entière du point de vue de plusieurs indicateurs. En premier lieu, la population de la plus grande agglomération du monde, qui aura franchi le seuil symbolique des 100 millions d’habitants en 2020. En second lieu, celle des autres métropoles qui, sans être des megacities selon la définition de l’ONU, n’en polarisent pas moins d’immenses territoires en captant et contrôlant l’essentiel des flux. Certaines limites sont connues, d’autres peuvent être encore repoussées et paraissent « sans limites »

77L’approche morphologique attire l’attention sur un aspect largement délaissé par l’économie spatiale et la géographie urbaine : l’importance des processus spatiaux responsables de l’étalement d’un espace urbain défini ici comme un « milieu » à un double sens du mot : celui des rapports que l’Homme entretient avec son espace quotidien ; celui de « centre », que l’on retrouve également dans l’expression « Pays du Milieu », par lequel se désigne la Chine (中国; pinyin :Zhōngguó).

Haut de page

Bibliographie

Bairoch P. De Jericho à Mexico, Villes et économie dans l’histoire. Paris, Gallimard, Coll. Arcades, 708 p., 1985.

Boserup E. Évolution agraire et pression démographique. Paris, Flammarion, coll. Nouvelle bibliothèque scientifique, 224 p., 1970.

Chatel C. « Une mesure du déclin démographique des villes allemandes de 1820 à 2010 ».

Géocarrefour, Lyon, Dossier « Villes rétrécissantes en Allemagne », Vol.86/2, pp. 81-90, 2011.

Chatel C., Dynamiques de peuplement et transformations institutionnelles : une mesure de l'urbanisation en Europe de 1800 à 2010. Paris, 2012. Thèse de doctorat, Université de Paris VII.

Chatel C., Beltrão Sposito M. E. « Forma e expansão urbana no Brasil : fatos e hipóteses. Primeiros resultados do banco de dados BRASIpolis ». Cidades, vol. 12, n°21 Urbanização Difusa e Cidade Dispersa, pp. 153-197, 2015, < http://revista.fct.unesp.br/index.php/revistacidades/article/view/4870>.Accès 26/01/201

Chatel C., Moriconi-Ebrard F. « Le bouleversement de la hiérarchie des grandes agglomérations du monde ». Questions internationales, Paris, La Documentation française, Dossier 60 « Les villes mondialisées », pp. 57-67, 2013.

Dorier E., Lecoquierre M (Ed.). L’urbanisation du monde. Paris, La documentation française, La

Documentation photographique, 64 p., 2018.

Gottmann Jean, Megalopolis. The Urbanized Northeastern Seaboard of the United States, New York, The Twentieth Century fund, 810 p., 1961.

Hagen E., « Accroissement démographique et croissance économique », Population, 15ᵉ année, n°1, pp. 97-114, 1960. <www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1960_num_15_1_1203>Accès 15/01/2017

Institute of the Americas. Hemisfile: perspectives on political and economic trends in the Americas. Austin, University of Texas, Institute of the Americas, vol. 8, n°1-5, 1904.

Julien P. « Mesurer un univers urbain en expansion ». Economie et Statistique, Paris, n°336, pp. 3-33, 2000.

Laroche H. Le Nigéria. Paris, PUF, Coll. Que-sais je ?, n°1015, 128 p., 1968.

McGee Terry G. “The Emergence of Desakota Regions in Asia: Expanding a Hypothesis”. In :

Ginsburg, Koppel, McGee. The Extended Metropolis: Settlement Transition Is Asia. Honolulu: University of Hawaii Press, 1991pp. 3-25.

Moriconi-Ebrard F. « Les 100 plus grandes villes du monde ». Economie et statistique, Paris, Pourquoi la croissance de l'OCDE s'est-elle retournée ?, Dossier: La ville / Quartiers, Mégalopoles, Polarisation de l'espace, n°245, pp. 7-18, 1991. < http://www.persee.fr/doc/estat_0336-1454_1991_num_245_1_5591>Accès 19/01/2017

Moriconi-Ebrard F. Géopolis : pour comparer les villes du monde. Paris, Ed. Economica, Anthropos, Coll.Villes, 246 p., 1994.

Moriconi-Ebrard F. De Babylone à Tokyo. Paris, Ophrys, Coll. Geophrys, 344 p., 2001.

Moriconi-Ebrard F., Perez J., « Shanghai et Guangzhou sont les deux agglomérations urbaines les plus peuplées du monde », Confins, 30 | 2017, <http://journals.openedition.org/confins/11729 Accès 29/01/2017

Soja E. W. Postmetropolis: Critical Studies of Cities and Regions. Oxford, Blackwell Publishing, 440 p., 2000.

The Johns Hopkins University, Population Information Program. Population Reports: Special topics. Baltimore, The Johns Hopkins University, n°5-11, 1981.

United Nations, Department of Economic and Social Affairs, Population Division. World urbanization prospects. The 2014 Revision, (ST/ESA/SER.A/366), 517 p, 2015.https://esa.un.org/unpd/wup/publications/files/wup2014-report.pdf

Zipf G. K., Human behavior and the principle of least effort. Cambridge, Addison-Wesley Press, 573 p., 1949.

Haut de page

Notes

1 Différents vocables sont utilisés par les journalistes : mégacité, mégapole, mégalopole, etc.

2 La base de données de l’ONU propose des chiffres de population relatifs aux villes, « city proper » ou aux agglomérations urbaines, « urban agglomeration ».

Voir : « City population by sex, city and city type », UNSD (United Nations Statistics Division) Demographic Statistics. <http://data.un.org/Data.aspx?d=POP&f=tableCode%3a240>

3 https://www.citypopulation.de/world/Agglomerations.html. Consulté le 10/08/2017.

4 http://www.un.org/en/development/desa/population/publications/pdf/urbanization/the_worlds_cities_in_2016_data_booklet.pdf. Consulté le 10/08/2017.

5 http://www.oecd.org/cfe/regional-policy/Definition-of-Functional-Urban-Areas-for-the-OECD-metropolitan-database.pdf. Consulté le 10/08/2017.

6 https://stats.oecd.org/Index.aspx?DataSetCode=CITIES#. Consulté le 10/08/2017.

7 La constitution de la base de données et la méthodologie associée sont expliquées sur les sites suivants en français (<http://e-geopolis.org>) et en portugais (http://www.fct.unesp.br/#!/pesquisa/brasipolis/metodologia/metodologia-e-geopolis/)

8 Voir site de l’INSEE : <https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1501>

9 Programmes Menapolis en 2013, Africapolis en 2015 et en 2017, Chinapolis en 2016.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Moscou : périmètres administratifs et agglomération
Légende La définition de l’« agglomération » n’a pas cours dans les statistiques officielles russes. L’extension de l’agglomération de Moscou (en rouge), réalisée dans le cadre de la constitution de la base de données Europolis/Geopolis (décrite ci-après) est un périmètre réalisé dans le cadre du projet de recherche éponyme (Chatel, 2012).
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-1.png
Fichier image/png, 339k
Titre Figure 1. Le contenu d’une agglomération urbaine
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-2.png
Fichier image/png, 675k
Titre Tableau 1. Megacities, population urbaine et population totale du monde
Crédits Source : base de données Geopolis, 2017
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2. Méthode de calcul de la population d’une agglomération urbaine dans Geopolis
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-4.png
Fichier image/png, 190k
Titre Tableau 2. Les recensements nationaux utilisés
Crédits Légende : en jaune, l’Asie ; en orange, l’Amérique ; en gris, l’Afrique ; en bleu, l’Europe.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte 2. Répartition des megacities du monde
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Graphique 1. Répartition de la population des megacities par continent : le poids de l’Asie
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-7.png
Fichier image/png, 37k
Titre Tableau 3. Les 32 agglomérations les plus peuplées du monde
Crédits Légende : en jaune, l’Asie ; en orange, l’Amérique ; en gris, l’Afrique ; en bleu, l’Europe.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Figure 3. Accroissement, croissance et décroissance de la population : combinaison entre espace et démographie
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 4. Mansha’at al-Bakkari : un ancien bourg rural enkysté dans la périphérie d’une megacity, Le Caire
Légende Le périmètre de l’ancien bourg est surligné en jaune. Son tissu s’oppose aux formes laniérées des espaces urbanisés plus tard sur le parcellaire agricole, et qui ont colmaté les interstices.
Crédits Source : GoogleEarth, Scène du 15/10/2015.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Figure 5. Extension du bâti dans l’extrême sud du Viêtnam.
Crédits Source : base de données Geopolis, 2017
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Mỹ Tú, (2011), province de Sóc Trăng (sud du Viêtnam) fait partie de l’agglomération de Ho-Chi-Minh, 21 millions d’habitants.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits Source : GoogleEarth, scène du 8/2/2015. (largeur de l’image : 2 000 m
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 7. Variation de la population d’une agglomération en fonction de l’espace et de la densité
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 8. Variation de la population d’une agglomération en fonction de l’espace et du temps
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Tableau 4. Nombre de megacities du monde à prévoir pour 2040
Crédits Source : Geopolis, 2017.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 9. Actualisation morphologique d’une périphérie rurale dense et accroissement démographique : région d’Onitsha (Nigeria)
Crédits Image satellite (nord d’Owerri). Source : GoogleEarth, 15/04/2015. Largeur de l’image au sol : 1 200 m
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15522/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cathy Chatel et François Moriconi-Ebrard, « Les 32 plus grandes agglomérations du monde : comment l’urbanisation repousse-t-elle ses limites ? », Confins [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 08 octobre 2018, consulté le 21 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/confins/15522 ; DOI : 10.4000/confins.15522

Haut de page

Auteurs

Cathy Chatel

Post-doctorante, UNESP Presidente Prudente (SP - Brasil), chatelcathy@yahoo.fr

François Moriconi-Ebrard

Directeur de recherche CNRS, UMR LIED, fme@i-geopolis.org

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals