Navigation – Plan du site

La dimension territoriale du développement durable

A dimensão territorial do desenvolvimento sustentável
The territorial dimension of sustainable development
Shana Sabbado Flores et Rosa Maria Vieira Medeiros

Résumés

Travailler le thème du développement durable est un défi obligatoire pour tous les secteurs de la société, à cause de l'aggravation des problèmes environnementaux et sociaux et de leurs conséquences. L'article analyse les ressources théoriques et méthodologiques proposées par l'approche territoriale pour travailler avec le développement durable et propose des perspectives pour l’intégration des concepts, à partir des recherches développées en France, en Italie et au Brésil. De façon générale, on peut observer que la durabilité est indissociable de son contexte, directement liée à l'identité et à l'histoire, donc, au territoire et aux territorialités qui y sont inscrits. Aussi, c'est à l'échelle locale (ou du territoire) que de nombreux impacts sont présentés et où les actions peuvent être effectuées, même si les enjeux sont mondiaux. Ainsi, l’approche territoriale intègre les dimensions, contextualise les enjeux et favorise l'action, ce qui justifie l'adhérence de l'approche territoriale, ou l'importance de la dimension territoriale du développement durable.

Haut de page

Texte intégral

1Le développement durable est un terme qui évoque de multiples usages et concepts, souvent contradictoires, ainsi que des enjeux importants, allant du local au global. En passant par des questions telles que le changement climatique, l’eau, la dégradation sociale et environnementale, des conférences et des négociations internationales, le mot a été approprié par des groupes d'intérêt représentant des thèmes aussi divers qui intègrent les sphères politiques, économiques et sociales, et, bien sûr, environnementales. Dans ce contexte, les frontières entre ce qui est et ce qui n'est pas durable sont floues, défiant nos concepts et outils.

2D'une part, il s'agit d'un relatif consensus de penser qu'aborder cette question est un défi nécessaire qui se pose à tous les secteurs de la société, vue l'aggravation des impacts environnementaux et ses conséquences sociales. Ainsi, la propre dimension économique est affectée si on considère la pérennité des systèmes. Malgré toute cette répercussion internationale, travailler effectivement la thématique exige de repenser nos instruments recherche et d'analyse et de surmonter des obstacles institutionnels et épistémologiques, pour passer à des propositions d’intervention. Cela exige également d'accepter et d'articuler un travail interdisciplinaire et à échelle multiple, en respectant les connaissances construites dans des cadres conceptuels spécifiques (Leff, 2006, 2010; Morin, 2001). Ainsi, cet article propose une réflexion sur l'approche territoriale comme un cadre théorique et méthodologique pour travailler avec le développement durable. L’hypothèse de base est le territoire – compris comment la combinaison des facteurs physique, symbolique, social et politique, résultat d’un processus de relation entre l’homme et l’espace en produisant des territorialités (Albagli, 2004; Saquet, 2009) – en tant que perspective d’approche pour le développement durable, de façon a favoriser la compréhension des enjeux et la proposition des initiatives d’intervention. L’article est basé sur révision théorique et propose des perspectives pour l’intégration des concepts et des approches sur le thématique, à partir des recherches développées en France, en Italie et au Brésil.

3La conviction de l’importance de l’échelle territoriale pour l’approche du développement durable se pose par des raisons objectives, économiques et pragmatiques (Theys, 2010). Dans une réflexion objective, plusieurs enjeux en débat, même dans une échelle globale, ont leurs origines et répercutions dans les dynamiques locales, donc, dans le territoire. Alors, les solutions proposées doivent tenir compte de ces spécificités et des contextes, de façon à s’adapter aux territoires. Ceci peut être combiné aux enjeux de gouvernance et de la gestion des territoires (Dallabrida, 2015; Magnaghi, 2011). Passant à des raisons économiques, l'auteur met en évidence la discussion impliquant la compétitivité territoriale, l'attractivité et l'image. Dans le même temps, entre autres exemples, l’approche des systèmes productifs locaux ou des Systèmes Locaux Territoriaux (SLOTs) est pertinente, puisqu'ils apportent des instruments de politiques territoriales basés sur l'analyse des potentialités et territorialités existantes (Dematteis, 2008). Finalement, Theys (2010) souligne qu'il faut considérer les conditions d’action, d'un point de vue pragmatique, car les interventions au niveau local sont beaucoup plus susceptibles d'apporter des résultats que les actions mondiales.

4Il faut ajouter à cela la prise de conscience que la crise de l'environnement n'est pas une crise de la nature elle-même, mais une crise de la société, de la relation de l'homme avec la nature, de la production des territorialités et donc du territoire. En ce sens, le développement durable devient synonyme de la capacité d'un système à se régénérer, ou d'un territoire à reterritorialiser des relations vertueuses entre la durabilité dans l’échelle sociale, environnementale, économique, politique et territoriale (Magnaghi, 2000, 2005). Dans cette perspective, les défis du développement durable, dans un sens large, dépassent les décisions techniques sur les questions purement environnementales pour commencer à considérer davantage la culture et l'identité comme des éléments fondamentaux du processus. Surtout, penser développement durable signifie comprendre que cette dimension est inséparable du lieu, de son histoire et de l'identité, de l'environnement et des territorialités présentes, c'est-à-dire, de penser de façon intégrée le développement durable et le territoire.

5Les procédures méthodologiques adoptées sont basées sur la proposition de Tranfield, Denyer e Smart (2003), qui structure la révision de la littérature systématique en trois phases : planification, exécution et compte rendu et diffusion. L’exécution de la révision comporte cinq étapes: (1) l'identification de la recherche; (2) la sélection des documents; (3) l’étude d'évaluation de la qualité; (4) l’extraction de données et (5) la synthèse de données et rapports (Tranfield, Denyer e Smart, 2003). Ces procédures ont été choisies car elles ont servi de base à plusieurs études portant sur l’évaluation de la durabilité et les propositions de cadres. La révision théorique a été planifiée pour utiliser des référentiels de la France, de l’Italie et du Brésil, afin d'offrir une vision plus large sur le sujet.

6L’analyse proposée ici est structurée en trois étapes et repose sur l’hypothèse de base qui justifie l’utilisation de l’approche territoriale pour comprendre les enjeux et pour proposer des initiatives d’intervention. Tout d’abord, la section 2 porte sur la compréhension des territoires en partant d’une brève réflexion sur les thèmes de base (territoire, territorialité et durabilité), non au sens de l’épuisement du sujet, mais à la recherche d’un positionnement théorique afin d’explorer leurs interrelations dans la conception théorique proposée. Ensuite, le territoire est abordé en tant que projet de développement, à la section 3, c’est-à-dire comment le territoire peut être utilisé ou même favoriser des actions de développement (durable) au sens large. À partir de ces deux approches, la section 4 systématise les idées principales et propose un cadre sur le développement durable dans l’approche territoriale.

Compréhension des territoires : territorialités et développement durable

7Chaque territoire peut être compris comme le produit d'une combinaison de facteurs qui peuvent être de nature physique, économique, symbolique et socio-politique, entre autres, où les différences et les inégalités entre deux « objets » résident dans un contexte interne, avec ses propres caractéristiques, et aussi dans la façon dont chacun s'inscrit dans un contexte plus large (Albagli, 2004). Parler de territoire signifie toucher à un système ouvert et dynamique, qui souffre et reçoit des influences et peut être abordé à plusieurs échelles, du micro au macro. L’analyse systémique des territoires considère que l’ensemble des interactions spatio-temporelles agit sur le fonctionnement et la structuration d’un territoire, en considérant des enjeux historiques, économiques, sociaux, mentaux, physiques et naturels d’un territoire donné (Houet et al., 2008; Marchand, 1996).

8Les études portant sur le développement avec une approche territoriale supposent qu'un territoire n'est pas seulement un ensemble de facteurs neutres, ou de potentialités, qui peuvent attirer des entreprises et travailleurs (Benko e Pecqueur, 2001; Dansero, 1996; Denardin e Sulzbach, 2010; Paula, 2004; Pecqueur, 2000; Pollice, 2010). La constitution d'un territoire avec des facteurs intangibles - liens informels, confiance, modes d'interaction non marchands - le caractérise en tant que construction temporelle qui met en forme une personnalité qui est source d’identité pour les acteurs sociaux (Abramovay, 2003). Cet environnement incite l'interaction sociale entre les individus et les organisations, ce qui permet l'échange de connaissances tacites et, à son tour, encourage une dynamique d'apprentissage (au sein et entre les organisations) qui est essentielle à l'innovation dans les produits et les processus (Hakmi e Zaoual, 2008; Pecqueur, 2000, 2005). L'espace devient produit, condition et moyen dans ce processus (Rua, 2007), dans une logique dans laquelle l’interaction de l’homme et de l’espace génère des territorialités qui configurent les territoires.

9En outre, le territoire peut être compris comme le résultat d'un processus de territorialisation (Saquet, 2006). Les territorialités possèdent des continuités et des discontinuités dans le temps et l'espace, elles sont fortement attachées au lieu et, en même temps, leur donnent une identité et sont influencées par les conditions historiques et géographiques. Elles peuvent être considérées comme un résultat, mais aussi comme des conditions pour des processus sociaux et spatiaux. Ainsi, les relations économiques, politiques et culturelles – internes au territoire ou propres à son interaction avec l'extérieur – s’approprient et aménagent le territoire, tandis que la culture a besoin d’une base territoriale pour produire des identités (Leff, 2009; Saquet, 2009, 2012).

10Allié à cela, le territoire comprend et se structure à partir des aspects politiques et économiques, des espaces ethniques et de l'écologie politique, amenant des nouvelles territorialités. Dans ce sens, les nouvelles territorialités sont liées aux manières et identités en tant que base pour la réappropriation et réorganisation des espaces, ce qui consolide les territoires. Dans une autre analyse, le territoire est le résultat d’un dialogue entre l’homme et la nature, des entités vivantes, inscrite dans le temps (Magnaghi, 2000). En ce qui concerne la problématique de la dégradation de l’environnement, en considérant à partir du XIXème siècle, il est possible d’identifier une transformation significative dans les activités humaines, qui a affecté les processus de territorialisation et, à son tour, désigne une autre façon de percevoir la dégradation. En outre, chaque étape d’évolution technique implique des changements dans les territorialités, ce qui affecte la production territoriale et génère une « crise », de sorte que les problèmes à affronter sont plus diversifiés et complexes. Donc, les territorialités de l’homme sont responsables de la crise de l’environnement (Raffestin, 2009).

11Cependant, il est nécessaire de comprendre que la crise de l’environnement est fondamentalement une crise dans le territoire dans la mesure où il met en danger la société et l'homme. Dans une relation directe, de la même façon que les territorialités causent la dégradation, la nature s’adapte, en établissant de nouveaux bilans écologiques et hydro-géologiques – après tout, le territoire est un nouveau système par rapport aux âges géologiques de la planète (Magnaghi, 2005). Pour l'auteur, le territoire est composé de trois éléments ou environnements : le naturel, le construit et l’humain. De ce point de vue, la dégradation de l'environnement est considérée comme le résultat d'un processus systématique de déterritorialisation, rompant l'équilibre entre les trois environnements.

12Dans le même temps, penser sur le développement durable implique de comprendre les relations entre la nature, la culture et l'histoire, c'est à dire, comment la société a produit et structuré le territoire, produisant des relations synergiques (ou pas) avec son environnement, ce qui se reflètent dans la qualité de l'équilibre écologique établi (Magnaghi, 2005). Encore une fois, les territorialités ou les relations de l’homme avec l’environnement sont la clé pour la production de valeur territoriale ajoutée. En ce sens, la reconnaissance de l'identité territoriale est essentielle pour penser à la reterritorialisation, point central des projets de développement durable. L'auteur ajoute que comprendre l’identité demande d'observer la base des nouvelles territorialités qui composent le territoire, en cherchant à identifier le matériel permanent et les sédiments cognitifs. Ainsi, chaque nouveau cycle des territorialités réorganise et transforme le territoire et son accumulation historique, ce qui forme une « masse territoriale ».

13Enfin, le territoire est un espace culturel d'identification et d'appartenance, donc, un espace d'identité. Il exprime les valeurs et il rejoint les individus, en développant un rôle actif dans la vie individuelle et collective. Ainsi, la compréhension du territoire consiste à connaître les identités, tandis que la préservation de ces identités est configurée comme l'un des piliers de la durabilité au sein de l'approche territoriale. Toutefois, la simple préservation des identités n'est pas une réponse fermée, puisque nous ne pouvons pas perdre de vue la nécessité de la guider par des relations vertueuses avec l'environnement (Leff, 2009; Medeiros, 2009). Par conséquent, les projets de développement durable devraient plutôt reconnaître les identités territoriales, en fournissant, toutefois, des lectures qui favorisent une nouvelle territorialité qui, dans un processus historique d'accumulation, va contribuer à la création d'un territoire (plus) durable.

Le territoire en tant que projet de développement et durabilité

14Une des origines de l’abordage du développement avec une base territoriale sont les études italiennes (surtout les travaux de Bagnasco et Becattini) sur la « Troisième Italie », qui ont récupéré le concept de Marshall des « économies d’échelle » pour expliquer le développement à partir de facteurs du territoire (Bagnasco e Trigilia, 1993; Bagnasco, 1996; Becattini, 2004; Marshall e Marshall, 1920). Ainsi, une vaste gamme des méthodes d'analyse et des propositions ont émergées sous la nomenclature des districts industriels, clusters, pôles locaux, systèmes productifs locaux (SPL), entre autres. En résumé, les approches proposées travaillent généralement le thème en trois dimensions de base (Fauré e Hasenclever, 2007): (1) l’endogénéité, il existe un potentiel des ressources locales, matérielles et immatérielles, qui peuvent être plus ou moins bien exploré et valorisé ; (2) la territorialité, l'interaction de l’homme et de l’espace, où les acteurs construisent, à travers des initiatives et des interactions, un espace d'action qui rend les relations plus denses et productives, ce qui contribue à distinguer la région ; et (3) les institutions, la performance de l'ensemble des relations fondées sur les valeurs, les croyances et les organisations, aussi appelé « capital social » (les réseaux, les normes, la confiance, la culture, etc.).

15Le justificatif pour les projets de développement territorial est dans la conception que tout développement est local, car il est consolidé dans un territoire, ce qui met en contraste le local et le global (Paula, 2004). La question est que l’abordage territorial est utilisé de plus en plus dans la discussion des projets de développement. En considérant que les projets de développement local doivent viser essentiellement à renforcer la territorialité de façon à offrir des espaces pour la création de réseaux sociaux, la valorisation des connaissances et potentialités locales doit créer une dynamique entre le moderne et le traditionnel, et aussi reconnaître les territorialités en tant que moyen de développement local et durable (Albagli, 2004).

16 À partir d’un rapport entre l’abordage des agglomérations des entreprises et des études territoriales, Dematteis systématise le concept ou la méthodologie du Système Local Territorial (SLOT). L’auteur classe les SLOTs en tant que traduction d’une territorialité active (avec un objectif d’inclusion) dans un modèle conceptuel qui analyse les réalités et potentialités existantes et construit une proposition des actions politiques, c’est à dire, une méthode d’analyse pour faire des propositions de développement territorial. Les SLOTs sont considérés comme des instruments de politique territoriale et sont structurés en 4 unités d’analyse : un réseau local des sujets, le milieu local, la relation des individus locales avec ce milieu et la relation du milieu avec les réseaux globaux. En autre, la proposition de projets de développement se fait à partir de la compréhension du territoire et des territorialités et identités établies (Dematteis, 2008).

17Une autre contribution des SLOTs au niveau global et local, est la mise en évidence de l’importance de la préservation de la diversité culturelle, sociale, institutionnelle et productive, c'est à dire, des identités territoriales. Dans le même sens de la problématique de l'extinction de la biodiversité, Dematteis considère important de souligner aussi l’extinction de la diversité liée au patrimoine culturel, y compris la garantie de l’équilibre économique et de la compétitivité des territoires, dans la mesure où la diversité territoriale répond à une demande de consommation diversifiée et devient une ressource pour le système économique global. En ce sens, la relation entre territoire et innovation, qui est directement lié à la compétitivité des territoires, apparaît de deux manières, le territoire pouvant être considéré comme un milieu ou une source. Dans une première analyse, la proximité des acteurs favorise l'échange d'informations, la production de connaissances, les relations et la coopération, créant un milieu d'innovation à partir de connaissances et de savoir-faire tacites, mais avec la participation des institutions de science et technologie de façon à constituer des pôles d’innovation (Courlet, 2013; Porter, 1998). D'autre part, les facteurs naturels et humains et leurs interrelations sont des ressources territoriales uniques et non transférables (Pecqueur e Zimmermann, 2004; Pecqueur, 2001).

18Dans ce sens, les enjeux concernant les spécificités territoriales sont importants dans de nombreux secteurs, en particulier ceux qui sont fortement liés à la dimension territoriale, comme dans le cas de l'agriculture et du tourisme (Zuindeau, 2010). Pour ces secteurs, les spécificités territoriales ont le potentiel de créer de la valeur et de la différenciation. D’abord, la préservation des identités territoriales locales a tendance à être un des facteurs pertinents pour la compétitivité territoriale ; par ailleurs, ce type d’activité génère des nouvelles territorialités, qui vont influencer et réinventer le territoire. Une autre façon de comprendre cette perspective sont les « produits avec identité territoriale » qui combinent des caractéristiques qui représentent le territoire, ainsi qu'une organisation institutionnelle, permettant d'explorer les caractéristiques territoriales, physiques ou subjectives, et de les transformer en produits et services qui représentent cette identité territoriale (Denardin e Sulzbach, 2010).

19Un exemple de cette dynamique est la viticulture et la structuration des territoires du vin. La viticulture est un type spécial de filière, comme en témoigne la notion de terroir, qui exprime la liaison des facteurs physiques et immatériels autour d'un produit, et qui lui confèrent sa typicité à partir des éléments de la région et de la culture à laquelle il appartient. Le terroir peut être conçu en tant qu'objet de représentation, un support territorial pour établir des relations. La notion dépasse les aspects pédologiques : le terroir est espace, territoire et territorialité (Boivin, 2011; Flutet et al., 2007; Hinnewinkel, 2004; Tonietto, 2007). Dans ce sens, il est un outil pour l’organisation du savoir et l'auto-organisation des espaces productifs. Il constitue un instrument pour produire des objets spatiaux, qui comprend une structure sociale avec les pieds dans la tradition, mais qui s’inscrit dans l’actualité grâce à l'innovation. Par ailleurs, plutôt qu'un espace matériel, il est un espace de gouvernance qui mobilise la gestion et l'organisation des groupes qui y sont inscrits, en promouvant des outils d'autorégulation.

20Il est intéressant d’observer que la perception du terroir est une construction dynamique qui se nourrit de l'intervention des différents acteurs qui constituent la territorialité dans les étapes du cycle de vie économique du vin (de la vigne au consommateur, en passant par la distribution), ainsi que des représentations et des imaginaires associés au produit, et de leurs qualités intrinsèques ou des modalités d’usage (Wolikow e Jacquet, 2011). C’est une identité pour le producteur, mais qui est aussi appropriée par le consommateur. Dans ce sens, c'est aussi un outil de promotion, qui unifie le discours et aide dans la communication avec les clients.

21À une échelle plus large, la préservation des identités est directement liée à l'idée de l'héritage entre les générations, présente dans le concept de développement durable, en reprenant la notion de patrimoine. Le patrimoine est constitué par des ressources communes, il doit être préservé par la coordination des acteurs locaux dans le temps car il contribue à l’unité des organisations. Quand un élément devient patrimoine, on manifeste l’envie de construire le futur avec sa présence (Nieddu e Vivien, 2010). Ainsi, le patrimoine peut être constitué comme un outil d'analyse économique, dans une analyse substantive, et en tant que relation sociale, dans la mesure où il est considéré comme une caractéristique spécifique qui différencie et caractérise le territoire, ce qui contribue directement à la création de valeur et de compétitivité territoriale.

22Dans l’approche territoriale il est possible d'identifier la proposition des systèmes territoriaux comme des unités de planification pour des systèmes durables, qui englobent les trois piliers de base (économique, social et environnemental), sans pour autant négliger des dimensions importantes du développement tels que les aspects politique, culturels et identitaires. Les clusters ou systèmes territoriaux permettent de mieux comprendre le territoire et dans le même temps, d'envisager des projets de développement. Il est à noter que, en plus de proposer des modèles d'analyse, l'approche territoriale a pour préoccupation centrale la réalisation de modèles de développement, avec des exemples d'application dans la mise en place de politiques publiques dans les pays comme l'Italie, le Brésil et la France. Au Brésil, plusieurs initiatives ont été développées aux niveaux fédéral, régional et municipal en faveur du développement territorial, telles que « le programme pour le développement durable des territoires ruraux » (Delgado, Bonnal e Leite, 2008; Fauré e Hasenclever, 2007; Senra, 2010). En bref, regarder à partir du territoire permet d'intégrer des dimensions et de privilégier l’action.

Le développement durable dans l’approche territoriale

23Même si les concepts de territoire et de développement durable sont largement discutés, leur intégration n’est pas évidente. En considérant la diversité et l’intensité du débat, il est possible de trouver des approches diverses, ce qui multiplie les abordages qui peuvent être utilisés. Dans cette perspective, on peut signaler les travaux de Magnaghi, qui utilise l'approche territorialiste, en mettant en évidence le lieu, la dynamique de l’environnement et l’élaboration de projets de développement. L’auteur argumente que la durabilité du développement nécessite que soient considérés des facteurs locaux, ce qui devrait conduire à des nouveaux indicateurs dans l'évaluation de la notion de développement et de son évolution (Magnaghi, 2000, 2005, 2011).

24Dans le même temps, Dansero affirme que d'analyser le développement durable à caractère local permet de répondre à deux niveaux étroitement liés: analytique et opérationnel, dans la mesure où les projets sont réalisés au niveau local; et épistémologique, même si le lieu n'est pas le but de l'analyse, il est nécessaire pour comprendre le phénomène réel (Dansero, 1996). Par conséquent, l'étude du développement durable à partir du développement local permet de surmonter les enjeux économiques et d'attirer l'attention sur la compréhension de l'environnement (au sens large, comportant des aspects physiques et culturels), en mettant l'accent sur la notion de territoire.

25Pour Magnaghi (2000, 2005), le développement durable doit être conçu au-delà d’une conception purement écologique. Il propose 5 dimensions pour le développement durable ou « durabilités » : politique, social, économique, environnemental et territorial.

26La « durabilité politique » est liée à la capacité d'autogestion d’une communauté locale, par rapport à des relations et des influences des systèmes externes ou exogènes ; ce concept a un rapport direct à la notion de développement endogène. Il englobe aussi la participation des citoyens à la vie politique, leur accès aux décisions de planification, et la capacité du territoire à s'approprier la valeur ajoutée générée. La « durabilité politique » souligne également l'autonomie, qui devrait donner priorité à la culture complexe en opposition à l'atomisation et la polarisation sociale, la culture devant donc coexister et générer de la complexité, en utilisant la gestion des conflits d'intérêt comme une ressource politique pour le développement de la société.

27En fait, ce sont des valeurs transversales dans une proposition qui met l'accent sur l'autogestion des communautés locales, leur autonomie dans la prise de décision et l'affectation des valeurs générées sur le territoire. Pour l'auteur, l'autogestion est assurée par la participation des citoyens à la vie politique et l'accès aux décisions. Dans ce sens, il est possible de faire un rapport avec l'approche proposé par Sen, de la « liberté » en tant qu’objectif du développement lui-même, dans une analyse de ce qu'il considère comme des « libertés fondamentales » : l’opportunité économique, la liberté politique, les garanties sociales (assainissement, les soins de santé, etc.), la transparence et la sécurité (Sen, 2000). En résumé, les « libertés » traités par l'auteur font référence aux choix des acteurs sociaux, ainsi qu'aux facteurs qui favorisent leur participation effective dans les processus de décision.

28En ce qui concerne la « durabilité sociale », elle est liée à l'équité sociale, à l'assurance que tous les intervenants aient une voix égale dans la prise de décision sur le territoire, indépendamment de leur taille ou de leur poids. Du moment que la participation est garantie, la diversification des acteurs et de leurs intérêts aura lieu, en aidant à préserver les valeurs de la communauté locale. Analyser la participation des parties prenantes dans le processus est une tâche complexe qui nécessite une observation à long terme afin d'affiner la perception de ce qui concerne les actions et leurs conséquences, en vérifiant la représentativité de ceux-ci dans le territoire.

29Les dimensions sociale et politique ont toute les deux la participation dans la prise de décision et l'appropriation des ressources territoriales comme enjeu central. En même temps que la dimension politique aborde les enjeux de représentativité et traite des questions dans un territoire donné par rapport à l’extérieur, en considérant d’autres territoires, la dimension sociale met l’accent sur des paramètres inhérents au territoire lui-même, sa constitution et la participation de la communauté dans le processus de décision. En résumé, la dimension politique a une vision du territoire vers « l’extérieur », tandis que la social souligne « l’intérieur », dans les agissements des acteurs sociaux.

30Parler de « durabilité économique » renvoie à la capacité d'un modèle de croissance à générer de la valeur territoriale, soulignant que les plans de développement devraient traiter des activités qui valorisent le patrimoine territorial et environnemental, le développement autonome des entreprises locales, la formation de filières complexes et capables de générer des systèmes économiques locaux, et l'identité productive, culturelle et sociale. En fait, cette dimension traite essentiellement des valeurs recommandées par le développement endogène, en soulignant les potentialités locales comme facteur de différenciation et de compétitivité, au-delà du territoire comme une entité active qui peut favoriser leur propre développement, reprenant des thèmes comme les systèmes productifs locaux, discutés dans la section 3 (Courlet, 2013; Dallabrida, 2013; Dematteis, 2008; Paula, 2004; Pecqueur, 2001).

31La « durabilité environnementale » est synonyme de ce que Magnaghi appelle l'auto-durabilité, en faisant référence à la capacité d'un système à assurer sa reproduction, évoquant le concept de résilience. Pour Leff, la résilience d'un écosystème est sa capacité à maintenir un état d'équilibre stable, assuré par les interactions qui se produisent dans le système. Ainsi, la planification d'un développement en harmonie avec la sphère de l'environnement implique de recenser les interdépendances entre les ressources du sous-sol, de la biosphère et de la culture (Leff, 2009), en reconnaissant les spécificités de chaque région.

32Dans une autre analyse est mis en évidence le concept d’écosystème territorial, en considérant de façon continue les systèmes de l’environnement et les réseaux écologiques. En ce sens, les actions vont dans la direction de la réduction de l'empreinte écologique du territoire avec l’application des directives suivantes : la restriction des cycles de l'eau, de la nourriture et de l'énergie, entre autres, la restriction de la mobilité des personnes et des biens, l'amélioration de la qualité des produits (en termes de qualité alimentaire, environnementale, culturelle, etc.), la restauration de la structure des systèmes environnementaux, la réhabilitation des activités agricoles et forestières et la mise en œuvre de l'Agenda 21 local.

33Enfin, la « durabilité territoriale » fait référence à l’essence du concept de durabilité, c’est à dire, la capacité d’un système, à partir de ses règles de production et reproduction, de favoriser le processus de reterritorialisation. La « durabilité territoriale » peut être considérée comme synonyme de la « durabilité environnementale » en relation au processus, mais pas en relation au but. Comme on le voit ci-dessus, l’aspect de l’environnement considère que le concept de résilience est le maintient de l'équilibre d'un écosystème. En outre, dans la dimension territoriale sont considérées les territorialités, ou les processus sociaux qui donnent l'identité au territoire ; en conséquence, elle se concentre sur les processus qui assurent la reproduction de l'identité territoriale, toujours en harmonie avec l'environnement local. Les grandes lignes en sont : la conversion des systèmes régionaux centre-périphérie en systèmes multipolaires non-hiérarchisés, l'arrêt de la consommation du sol et de l'exploration profonde du territoire régional, la construction de systèmes pour représenter l'identité et la mise en place de règles qui indiquent les changements nécessaires pour accroître la valeur du patrimoine territorial, ainsi que de modèles et d'outils d'évaluation intégrés.

34Ces perspectives reprendraient des conceptions générales de l'approche territoriale, ainsi que des sujets spécifiques, en proposant une systématisation pour l’approche du développement durable. Ainsi, sur l'intégration des cadres théoriques et conceptuels de territoire et de développement durable, deux idées principales peuvent être travaillées.

35Dans une première évaluation, l'approche territoriale élargit le champ de l'analyse du développement durable, dont les discussions finissent souvent par se concentrer sur des sujets liés à la conservation et la préservation de l'environnement. Il n’est pas question de faire abstraction de ces enjeux, ni de négliger des problématiques importantes comme la préservation de la biodiversité. Toutefois, ce point de vue tient compte du fait que le développement durable – ou son absence – ne peut pas être limité à des solutions techniques, puisqu'il est directement lié à la façon dont les sociétés se rapportent à la nature et se configure donc en tant qu'enjeu de territorialité(s).

36La deuxième idée est que regarder à partir du territoire permet d'intégrer les dimensions et les perspectives d'analyse, ce qui favorise la compréhension et l'intervention comme on le voit dans l'image ci-dessous (Figure 1). L’articulation des domaines, disciplines, ainsi que de la théorie et de la pratique, sont des caractéristiques propres aux travaux sur le développement durable. De la même manière que les catégories « société » et « nature », la dimension environnementale n'est pas soumise à un seul domaine d'étude ; l'articulation théorique et technique est nécessaire pour comprendre et traiter le thème et l'interdisciplinarité en devient donc caractéristique inhérente. Cependant, il est important de noter que le terme « interdisciplinarité » ne dispense pas la rigueur scientifique de chaque domaine ou science, ni l'appropriation des concepts sans contextualisation et justification appropriée, c'est à dire, un exercice d'intégration disciplinaire qui reconnaît les spécificités des « différents domaines historiquement constitués, idéologiquement légitimés et socialement institutionnalisés » (Leff, 2010:163).

37

Figure 1 – Développement durable dans l’approche territoriale

Figure 1 – Développement durable dans l’approche territoriale

Source : les auteurs

38La figure ci-dessus systématise la discussion sur l'intégration des concepts clés. À partir de l'approche territoriale, les conditions pour le développement durable sont le résultat de la territorialité, à savoir des relations entre l'homme, la société et la nature (Dematteis, 2008; Leff, 2009; Magnaghi, 2000, 2005). À son tour, le développement durable peut être analysé en 5 perspectives, interdépendantes et connexes, qui aident à traiter les questions dans un cadre élargi d'analyse qui combine les questions environnementales avec la participation des parties prenantes dans le processus et le renforcement des arènes locales de décision et d'action de la société civile organisée.

39Ainsi, la dimension territoriale du développement durable permet une meilleure compréhension des questions en jeu, favorisant une vision systémique et intégrée. Cette meilleure compréhension des processus qui se produisent sur le territoire et de leur impact sur le développement durable est essentielle pour identifier des potentialités qui contribuent à créer de la valeur et accroître la compétitivité territoriale, dans la même mesure où elle contribue à une intervention en proposant des projets de développement territorial (durable), en se constituant une échelle pour prendre des mesures et pour évaluer les résultats et les impacts.

Considérations finales

40On peut finalement se demander si les réflexions proposées traitent de la durabilité dans l'approche territoriale ou bien de la dimension territoriale du développement durable. En fait, ce sont des thèmes interdépendants avec des problématiques qui se superposent. Dans de nombreux cas, comme par exemple dans les revendications des communautés traditionnelles, les conflits territoriaux et les enjeux environnementaux finissent par être sur la scène d’une même dispute.

41Dans une autre analyse, l'approche des deux dimensions ouvre des perspectives d'action. Des projets visant au développement durable vont difficilement réussir s'ils ne tiennent pas en compte de la dimension territoriale. D'autre part, le territoire peut être considéré comme un produit et un moyen pour le développement durable, car la reterritorialisation assure sa continuité et son renforcement. En outre, le territoire est une échelle d'action viable qui permet une analyse plus approfondie et une compréhension de la durabilité en soi.

42Le fait est que le développement durable nous oblige à repenser les perspectives. Bien qu'il soit un objectif mondial, le développement durable n'accepte pas des règles généralisatrices, et nécessite une réflexion contextualisée, qui peut être favorisée par l'utilisation de l'approche territoriale.

43Le texte a réfléchi sur les questions du territoire et du développement durable, recherchant une convergence des approches et des concepts clés afin de soutenir les futures analyses et des projets. Les références présentées reflètent sur la même base, apportant différentes contributions à la discussion. Dans une tentative de systématisation de l'analyse, on peut constater que les références française et italienne contribuent à la discussion des concepts liés au territoire et aux territorialités, tandis que les références brésiliennes sont davantage guidées dans l'application de ces concepts. En ce qui concerne la création de valeur et la compétitivité territoriale, une des contributions importantes des études italiennes est de réfléchir aux processus sur le territoire, tandis que les Français régulent les ressources territoriales pour la promotion et la différenciation. Le patrimoine et l’identité sont un autre point souligné par les références françaises. Du coté brésilien, il est possible de souligner un effort pour contextualiser les concepts et promouvoir des projets liés au développement local. Bien sûr, il ne s’agit pas d’une analyse exhaustive de la littérature des trois pays, ni d’une simplification des recherches, mais seulement d’une mise en évidence des points principaux des références recherchées pour le présent travail.

44Enfin, en ce qui concerne le développement durable, à la fois l'approche conceptuelle, comme la proposition de mesures efficaces, nécessitent plutôt la mise en place d'une recherche pour repenser les méthodes, et non une simple extrapolation de l’existant. Ainsi, sans envisager une réponse définitive, cette analyse peut être complétée par trois hypothèses principales pour l’approche du développement durable. La première est que le développement durable est interdisciplinaire et multiscalaire, et ne peut pas être résumée à la dimension environnementale. Deuxièmement, le développement durable est indissociable de son contexte, il est directement lié à l'identité et à l'histoire, et donc au territoire et aux territorialités. Enfin, même si les enjeux et les valeurs sont mondiaux, c'est à l'échelle locale, ou dans le territoire, que de nombreux impacts apparaissent et c'est là que les actions peuvent être mises en place. Tout cela justifie l'adhérence de l'approche territoriale, ou autrement dit l'importance de la dimension territoriale du développement durable.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Développement durable dans l’approche territoriale
Crédits Source : les auteurs
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/15992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Shana Sabbado Flores et Rosa Maria Vieira Medeiros, « La dimension territoriale du développement durable », Confins [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/15992 ; DOI : 10.4000/confins.15992

Haut de page

Auteurs

Shana Sabbado Flores

Instituto Federal de Educação, Ciência Tecnologia do Rio Grande do Sul, campus Restinga, Porto Alegre/RS, shana.flores@restinga.ifrs.edu.br

Articles du même auteur

Rosa Maria Vieira Medeiros

NEAG ePosGeA, Universidade Federal do Rio Grande do Sul (UFRGS), rmvmedeiros@ufrgs.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals