Navigation – Plan du site

Editorial du numéro 39

Editorial of issue 39
Éditorial do número 39
Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry
Cet article est une traduction de :
Editorial do número 39

Texte intégral

1Les statistiques de fréquentation de la revue pour l’année 2018 sont maintenant connues et ce premier numéro de l’année 2019 est l’occasion de les analyser sous forme cartographique.

2La figure 1, qui représente le nombre de pages vues par pays, en 3D et en projection polyconique, montre la place centrale du Brésil et de la France dans le lectorat de la revue– ce qui est normal pour une revue franco brésilienne – mais on note que celle-ci est désormais suivie d’assez près par l’Allemagne.

Figure 1 Nombre de pages vues en 2018

Figure 1 Nombre de pages vues en 2018

Source : OpenEdition 2018

3Le tableau 1, qui liste les dix premiers pays selon ce critère confirme cette montée de l’Allemagne, et derrière le trio de tête viennent les États-Unis, avec plus de 90 000 pages vues, suivis par la Chine (dont la place s’accroît constamment), le Portugal et l’Argentine (qui ont une proximité géographique ou linguistique avec le Brésil) puis le Canada le Maroc et la Tunisie (qui en ont une avec la France).

Tableau 1 Les dix premiers pays en nombre de pages vues

Pages vues

en 2018

Rang

en 2018

Population

en 2017

Brésil

409 906

1

209 288 278

France

137 937

2

67 118 648

Allemagne

112 641

3

82 695 000

Etats-Unis

90 019

4

325 719 178

Chine

13 729

5

1 386 395 000

Portugal

10 157

6

10 293 718

Argentine

10 051

7

44 271 041

Canada

5 895

8

36 708 083

Maroc

5 589

9

35 739 580

Tunisie

4 895

10

11 532 127

Source : OpenEdition 2018

4La figure 2 distingue les pays où la revue a eu des lecteurs (en gris) de ceux où elle n’en a pas eu (en rose). Au total ces derniers ne sont que 42 (sur 193 reconnus par l’ONU), y compris le Vatican et une série de micro-États du Pacifique et des Caraïbes. Leur population totale était en 2017 d’un peu plus de 176 millions de personnes sur les 7,5 milliards d’habitants de la planète (2,33%).

Figure 2 Présences et absences de Confins en 2018

Figure 2 Présences et absences de Confins en 2018

Source : OpenEdition 2018

5Parmi ces pays où Confins n’a pas de lecteurs, les seuls qui ont une population supérieure à 10 millions d’habitants sont le Myanmar (l’ancienne Birmanie), la Corée-du-Nord, le Yémen, la Somalie et le Sud Soudan: le premier ne s’est ouvert que très récemment après des années de dictature, le second s’y trouve encore et les suivants sont en état de guerre, extérieur ou civile, et il n’est donc pas très étonnant que leurs habitants aient d’autres priorités que de lire notre revue.

Figure 3 Nombre de pages vues par 100 000 habitants.

Figure 3 Nombre de pages vues par 100 000 habitants.

Source : OpenEdition 2018

6La figure 3, fondée sur le nombre de pages vues par 100 000 habitants, confirme le trio de tête Brésil, France et Allemagne et les points forts du lectorat de la revue, les deux Amériques, l’Europe et l’Afrique occidentale, ainsi que ses zones de faiblesse, l’Afrique orientale le Moyen-Orient et l’Asie (Chine exceptée).

7Le tableau 2 complète la carte en ce qu’il fait apparaître des territoires trop petits pour être visibles sur celle-ci. C’est ainsi qu’en nombre de pages par 100 000 habitants les trois pays principaux sont précédés par la Guyane française et São Tomé e Principe, la première ayant des raisons évidentes de s’intéresser au Brésil et le second, étant un petit pays lusophone, où l’on trouve probablement utile une revue dont la plupart des articles sont en portugais. Derrière les trois pays de référence viennent d’autres pays lusophones (y compris le Portugal), des départements et territoires français d’outre-mer, et des pays francophones européens ou d’Afrique du Nord : tous apprécient dans la revue – selon des témoignages que nous en avons reçu – que ce soit une source librement accessible et gratuite.

Tableau 2 Classement selon les pages vues par 100 000 habitants

Population

en 2017

Pages par

100 000 hab

Rang pages

/100 000 hab

Guyane Française

274 153

486,95

1

São Tomé et Principe

204 327

228,56

2

France

67 118 648

205,51

3

Brésil

209 288 278

195,86

4

Allemagne

82 695 000

136,21

5

Martinique

374 780

126,74

6

Réunion

870 655

116,12

7

Guadeloupe

429 085

108,84

8

Portugal

10 293 718

98,67

9

Cap Vert

546 388

84,56

10

Luxembourg

599 449

68,23

11

Monaco

38 695

67,19

12

Saint Pierre et Miquelon

6 080

65,79

13

Nouvelle Calédonie

280 460

64,54

14

Tunisie

11 532 127

42,45

15

Polynésie Française

283 007

41,70

16

Belgique

11 372 068

37,21

17

Mayotte

235 132

34,87

18

Suisse

8 466 017

28,30

19

Etats-Unis

325 719 178

27,64

20

Source : OpenEdition 2018

Figure 4 Variation du nombre de pages vues entre 2007-2009 et 2018

Figure 4 Variation du nombre de pages vues entre 2007-2009 et 2018

Source : OpenEdition 2018

8La figure 4 analyse la variation du nombre de pages vues entre la moyenne des trois premières années (de 2007 à 2009) et la dernière année connue, 2018. Elle est encourageante en ce qu’elle montre des progrès sensibles justement dans les zones de faiblesse, en Afrique et en Asie.

9Les données recensant le nombre de pages vues en 2018 nous permet enfin de lister les pays de plus d’un million où la revue n’avait pas de lecteurs en 2007-2009 mais en a eu en 2018 : Ouganda, Irak, Afghanistan, Ouzbékistan, Népal, Malawi, Tadjikistan, Kirghizistan, Oman, Arménie, Botswana, et Timor-Leste. Parmi eux certains sont dans des situations très difficiles (en raison de leur régime politique ou de l’état de guerre où ils se trouvent) et c’est pour nous une grande satisfaction d’avoir pu contribuer (si faible qu’ait été notre contribution), à donner à leurs habitants une possibilité d’accéder à l’information.

Le numéro 39

10Ce numéro compte peu d’articles car il comporte exceptionnellement deux dossiers. Trois d’entre eux ont en commun d’utiliser la cartographie, bien qu’à des échelles et sur des périodes bien différentes : « Cartographie du territoire bahianais, une analyse de trois cartes anonymes du XVIIIe siècle », de Grégoire van Havre, « Cartographie et géopolitique des rapports sud-sud : autour de la coopération technique Brésil-Afrique », d’André Santos da Rocha et « Classification de la couverture terrestre dans la région de l’île du Bananal à l'aide d'images multi-temporelles PALSAR-2 / ALOS-2 », de Jorge Bohrer Marques, Osmar Abílio de Carvalho Júnior, Fernando Campagnoli, Humberto Navarro de Mesquita Júnior, Roberto Arnaldo Trancoso Gomes et Renato Fontes Guimarães.

11Trois autres abordent deux facettes bien distinctes du monde rural brésilien, le puissant monde de l’agrobusiness et l’agriculture paysanne, « Matopiba: l'occupation de la nouvelle frontière agricole dans les cadres du modèle d'exportation de la spécialisation productive », de Glauber Lopes Xavier, « Territoire financiarisé: déterminations territoriales des financements BNDES au secteur  agro-énergie du Mato Grosso et du Mato Grosso do Sul – Brésil », d’Ana Claudia Giannini Borges et José Gilberto de Souza et « Marché de rue et reproduction paysanne dans la municipalité d’Irará/BA », d’Andréia Silva de Alcântara et Noeli Pertile.

12Suivent un hommage – amplement mérité – à Robert Bariou, pionnier des relations scientifiques franco-brésiliennes dans le domaine de la télédétection spatiale et de l’audio-visuel, qui lui est rendu par ses collègues de l’Université Rennes 2 Vincent Dubreuil, Laurence Hubert-Moy, Jean-Pierre Marchand et Vincent Nédélec, « Robert Bariou : de Gourin au Guaporé... en passant par la Géomatique... ». La rubrique « Synthèse » est cette fois constituée par un très opportun article de de Wanderley Messias da Costa, « La Petrobras et l'industrie pétrolière au Brésil : géopolitique et stratégie de développement national ».

13Le premier dossier « Balneomar » est à la fois franco-brésilien et géographico-historique, il a été coordonné par Laurent Vidal, professeur d’histoire à l’Université de La Rochelle (CRHIA) et Paulo Cesar da Costa Gomes, professeur de géographie à l’Universidade Federal do Rio de Janeiro. Ils le présentent dans un article introductif, « Entre la ville et la mer, entre la France et le Brésil : penser la balnéarisation », suivi d’un «  Bref état de l’art sur la balnéarisation France-Brésil ».

14Les huit articles qui le composent abordent cet objet original sous des angles variés, « Entre deux eaux : courants thérapeutiques franco-brésiliens dans le processus de balnéarisation de Rio de Janeiro », « La circulation de pratiques et d'idées balnéaires : la station thermale de Poços de Caldas (MG) », « Rio de Janeiro et l'avenue Beira Mar. Désir de paysage et la ville balnéaire dans les premières décennies du 20ème siècle », « Une Copacabana perdue dans les confins suburbains: l’idée de balnéarisation du quartier de Ramos (Rio de Janeiro, années 1920-1940) », « Balnéarisation de la plaine d'Araruama et émergence de la "Côte du Soleil", Rio de Janeiro (1940-1960) », « L’évolution historique de l’occupation des littoraux français (golfe de Gascogne) et brésilien (Rio de Janeiro) face à l’érosion des côtes, aux risques et à la vulnérabilité (19e-20e siècles) », « Carte postale photographique et balnéarisation des villes littorales : le cas de Royan (1895-1920) » et « L’arrastão va à la plage: personnes, réseaux et visibilités au balnéaire carioca ».

15Le second dossier, « Dynamique territoriale et gestion des politiques publiques » a été coordonné par Martin Jayo et Eduardo de Lima Caldas, professeurs da Escola de Artes, Ciências e Humanidades da Universidade de São Paulo (EACH-USP), qui le dédient à leur collègue José Renato de Campos Araújo, récemment disparu, et dont les textes ici publiés sont de ce fait les derniers.

16Ici encore la diversité des approches et frappante, ainsi que la participation d’étudiants comme co-auteurs aux côtés de leurs professeurs. Le premier « La mémoire des villes dans la société numérique : réflexions pour São Paulo et l'exemple de "Quand la ville était plus douce" » compte deux versions, en portugais en e français, dans une traduction faite par les auteurs eux-mêmes et le second auteur est un étudiant de master du premier. Suivent « Surveillance participative et accountability du gouvernement : l'étude de cas "Prendre soin de mon quartier" », « Agricultures urbaines à São Paulo: histoire et typologie » (en portugais et français), puis « Un secteur agricole sous-estimé dans la lutte face au changement climatique ? Le cas de la région industrielle du Grande ABC » et « Mettre en place une politique de lutte contre le changement climatique en aire métropolitaine : le cas de la Région du Grand ABC au Brésil », par deux étudiantes françaises en situation d’échange à l’EACH/USP. « Gouvernement subnationaux et politique de changement climatique à São Paulo : une analyse à partir de la multiposition des acteurs dans la ville de São Paulo », « La diaspora coréenne: le cas brésilien » et « Actions de l'État ou politiques publiques ? Frontières, flux migratoires et politique migratoire » associent également un chercheur senior (en l’occurrence pour le deuxième et le troisième José Renato de Campos Araújo) et un ou des junior(s), en master ou fin de licence. Enfin « Flexibilité institutionnelle et qualité de la démocratie: sur la comparaison de concepts historiquement construits et géographiquement situés » clôt le dossier par une réflexion plus générale sur la démocratie, particulièrement bienvenue dans la période traversée actuellement par le Brésil.

17La position de recherche est cette fois de Samuel Jouault, de la Faculté de Sciences Anthropologiques de l´Université Autonome du Yucatán, qui relate son itinéraire professionnel et intellectuel dans « Tourisme et sociétés locales en Amérique latine : une approche « sentipensante » de l´agent de développement puis de l´universitaire » et la chronique de terrain « Iconographie des frontières guyanaises » retrace – en images – un autre itinéraire, celui de Gutemberg de Vilhena Silva, et de deux de ses étudiantes de master, Clicia Vieira Di Miceli et Brenda Farias da Silva. Et finalement Fanny Boyer trace pour la rubrique Images commentées un dernier parallèle franco-brésilien avec « Le retour des forêts françaises ».

18Un compte-rendu de l'ouvrage "Goiás, guia de cartografia histórica" par Laurent Vidal, suivi de reproductions commentées de la fameuse "Mapa dos confins do Brasil com as terras da coroa de Espanha na américa meridional – “mapa das cortes”" conclut ce numéro

Nouvelles traductions

19Grâce à la collaboration avec l'UFRGS nous mettons à la disposition de nos lecteurs de nouvelles traductions d'articles du français au portugais:

20Bonne lecture à tous

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Nombre de pages vues en 2018
Crédits Source : OpenEdition 2018
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Figure 2 Présences et absences de Confins en 2018
Crédits Source : OpenEdition 2018
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Figure 3 Nombre de pages vues par 100 000 habitants.
Crédits Source : OpenEdition 2018
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Figure 4 Variation du nombre de pages vues entre 2007-2009 et 2018
Crédits Source : OpenEdition 2018
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17631/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry, « Editorial du numéro 39 », Confins [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 07 avril 2019, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/17631

Haut de page

Auteurs

Hervé Théry

Articles du même auteur

Neli Aparecida de Mello-Théry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals