Navigation – Plan du site
Homenagem

Robert Bariou : de Gourin au Guaporé... en passant par la Géomatique...

Robert Bariou: de Gourin ao Guaporé ... via a geomática...
Robert Bariou: from Gourin to Guaporé ... via the Geomatics ...
Vincent Dubreuil, Laurence Hubert-Moy, Jean-Pierre Marchand et Vincent Nédélec

Texte intégral

  • 1 Texte initialement publié in : DUBREUIL V., DE MELLO-THERY, 2014 : Environnement et Géomatique : ap (...)

1La vie scientifique de Robert Bariou1 s’est construite autour de deux pôles : le Brésil et la télédétection, celle-ci englobant la photo-interprétation. Le Brésil, Robert en a entendu parler pendant toute sa jeunesse lorsque les émigrés gourinois, dont certains étaient membres de sa famille, revenaient au pays. La photo-interprétation, il l’a découverte lors des cours de Francis Ruellan en licence. F. Ruellan, professeur à Rennes, avait vécu au Brésil, et participé à la détermination du site de Brasilia, parallèlement à l’écriture d’un traité de photogrammétrie.

  • 2 R.Bariou, 1978 : Manuel de télédétection. Editions Sodipe, Paris, 349 pages

2Coté télédétection, F. Ruellan avait fondé le centre de géomorphologie à Manaus avant de faire de même avec le laboratoire de géomorphologie de L’Ecole pratique des Hautes études de Dinard. Chaque année en septembre, un stage y était organisé et Robert y a enseigné pendant longtemps la photo-interprétation. C’est aussi F. Ruellan qui a monté le fond de photographies aériennes, unique dans les universités de l’ouest, puis fondé à Rennes un laboratoire dont on peut voir encore certains appareils dans la salle B 242 dite « salle Bariou », laboratoire qui est l’ancêtre de COSTEL. Agrégé en 1970, Robert entre comme assistant en 1971 à Rennes. Lors de cette année, M. Phlipponneau l’envoie suivre un stage de six semaines à l’IGN à Saint-Mandé. Avec l’aide de Daniel Lecamus, il rédige le « Bariou », le manuel de télédétection publié en 19782. Mais Robert n’oublie pas le Brésil : lors de ses cours de géographie régionale sur l’Amérique latine, il utilise les romans des écrivains sud-américains pour illustrer les problèmes sociaux de la paysannerie, méthode qu’il réutilisera avec son dernier film sur le Nordeste. Le "Centre Régional de Télédétection", le premier nom de COSTEL, réalise des contrats utilisant la photo-interprétation, comme celui avec la MSA sur l’inventaire des primeurs dans les Côtes d’Armor ou comment distinguer un choux fleur adulte d’un artichaut pubère. Cette première passion pour la photo-interprétation ne le quitte pas et, à sa retraite, Robert Bariou étudie les photographies aériennes prises par la Luftwaffe sur le sud de l’Angleterre et l’armée américaine en 1944 et retrouvées par André Meynier dans les locaux de la vielle faculté des lettres de la Place Hoche. Par un travail de détective et avec l’aide de Google Earth, il identifie patiemment les localisations de ces photos racontant la bataille de Normandie et l’avancée des armées alliées jusqu’en Belgique.

  • 3 BARIOU R., LECAMUS D., LE HENAFF F. - Dossiers de Télédétection :
  • 4 BARIOU R -Télédétection et Géographie. NOROIS, tome 39, N° 155

3Il est temps de passer à l’échelle supérieure ! Profitant des échanges Erasmus centrés sur la télédétection avec les universités de Portsmouth, de Louvain la Neuve, un réseau se crée. Le laboratoire de Louvain la Neuve dirigé par Jules Wilmet, professeur Honoris causa de l’Université de Rennes 2 va servir d’exemple pour la création de COSTEL. Le laboratoire va s’installer dans deux pièces du bâtiment B. Dans la première, s’entasseront les étudiants de maîtrise et les premiers thésards, dont Laurence Hubert-Moy, devenue présidente du comité scientifique TOSCA du CNES, et « Chico » Mendonça, professeur à l’université de Curitiba, arrivé du Brésil sans connaître un mot de français et qui trouvera à COSTEL les bases de la télédétection et la maîtrise de la langue de Molière. Le labo est déjà une tour de Babel, outre les Brésiliens, toujours la communauté la plus nombreuse, arrivent des thésards d'Italie, d'Uruguay, du Maroc, et même de Normandie ! Dans la seconde pièce, domaine de Michel Legault puis de Pascal Gouery, sera installé le premier ordinateur, « Triade 80 » de chez Sintra-Alcatel, parfois surnommée "Grillade" en référence à ses petits soucis techniques. Robert et Daniel ne sont pas peu fiers de leur "bécane", la deuxième de la série livrée en France (après celle du CNES...). Le bureau de Robert était juste à côté du « labo » et Robert y trônait, parfois allongé à la romaine sur la table et animait avec bonne humeur et convivialité les débuts de ces futurs chercheurs. Robert, Daniel Lecamus et Françoise Le Hénaff se lancent alors dans l'aventure des "Dossiers de Télédétection"3 et la coordination d’un numéro spécial de Norois4. Robert alternait alors des séances intenses de travail nocturnes pour la rédaction de ses ouvrages et les longues stations assises au pied de la bibliothèque du laboratoire juste, mais vraiment juste à côté de son bureau. C'est aussi l'époque des virées en avion pour survoler le marais de Dol, les excursions où, accompagné de sa tarière et de ses carnets de note dans… le marais de Dol, où les étudiants, cherchaient en vain, si possible dans la tourbe, le "pixel SPOT"... sans oublier les cours et TD au cours desquels immanquablement le même étudiant tiré au hasard sur la liste d’appel en début d’année était désigné chaque semaine pour aller présenter ses travaux au tableau. Pendant cette période, sa collection de timbres fondait comme neige au soleil et ses étudiants partageaient avec lui ses séances de travail intenses, quelques-unes de ses virées en avion, la plupart de ses excursions et travaux de terrain, mais tout le temps ses fous-rires…

4En 1982, le centre de télédétection va alors fusionner avec le laboratoire de climatologie fondé par Charles-Pierre Péguy et dirigé à l'époque par Jean Mounier et prendre le nom de COSTEL « Climat et Occupation du Sol par TELédétection ». Jean-Pierre Marchand, directeur de 1988 à 1998 et ses successeurs Vincent Dubreuil et Laurence Hubert-Moy arrimeront solidement l'édifice au CNRS, via la création de l’URA1687 en 1994 qui se fondra dans l'UMR 6554 LETG (en 1996) et à la participation au GIS « environnement » (1990), l’ancêtre du CAREN et de l'OSUR (en 2001 et 2006). A toutes ces étapes, la dimension internationale et les coopérations avec le Brésil ne seront jamais démenties.

5Coté Brésil, le département de géographie avait donc déjà quelques contacts, mais il s'agissait surtout de relations personnelles autour de personnalités de premier plan : Francis Ruellan puis Michel Phlipponneau qui tissa des liens étroits avec Milton Santos et Correira de Andrade. Les premiers contacts de Robert furent avec Alvanir Figueiredo de Azevedo en septembre 1984, puis, les véritables initiateurs des accords CAPES-COFECUB furent Mirian Vizintim et Omar Barros, leur séjour à Rennes (à COSTEL pour Mirian, à l'INRA pour Omar) servant de catalyseur au développement des relations avec Londrina, relations qui se concrétiseront plus tard par le projet 119/91. Le premier projet labellisé coordonné par Robert a donc débuté en 1991 et concernait les "Applications de la Télédétection à l'étude des ressources hydriques et des écosystèmes tropicaux et subtropicaux brésiliens", associant Brasilia, l'ENGREF/CEMAGREF de Montpellier, les géographes de l'ORSTOM de Lannion et les universités du Sud Brésilien. Après le retrait des partenaires de Brasilia et du sud de la France, restaient COSTEL et le groupe des Universités d'Etat de Londrina et de Maringá au Paraná (Mirian Vizintim, Francisco Mendonça) et l'UNESP (Campus de Presidente Prudente, autour de Messias dos Passos) dans l'Etat de São Paulo. La recherche portait sur le bassin du Rio Tibagi, affluent du fleuve Paraná, et la région de Londrina. Depuis cette époque, les liens se sont raffermis avec le Sud/Sud-Est du Brésil, la coopération et les thèmes d’étude se sont élargis : travaux sur le Rio Paraná (impact des barrages), sur le Mato Grosso, et sur la forêt de versant de la Serra do Mar dans l’Etat de São Paulo, entre autres... Plusieurs thèses, HDR et de nombreux mémoires de master et DEA seront soutenus dans le cadre ou dans le prolongement de ce programme.

  • 5 DUBREUIL V., BARIOU R., MAITELLI G.T., DOS PASSOS M.M. (dir.), 2002 : Environnement et télédétectio (...)

6Une nouvelle fois, il est temps de passer à l’échelle (spatiale!) supérieure. Le second projet coordonné par Robert débute en 1996 et porte sur "Écosystèmes et Organisation de l'espace en Amazonie Matogrossense - Approche par Télédétection-". COSTEL débarque en Amazonie et, coté brésilien, le partenariat est coordonné par Gilda T. Maitelli de l'UFMT à Cuiabá. Ce projet s'inscrit dans le cadre du projet NORTE, toujours avec un double objectif de formation et de recherche. Robert poursuit les premiers travaux menés en compagnie de Messias Dos Passos, sur le front pionnier de la région du Haut Guaporé dans le Sud-Ouest du Mato Grosso, à proximité de la BR364. Mais la région d'étude s'étend désormais plus loin vers le nord, le long de la route BR163, entre Nova Mutum, Sorriso, Sinop et Itaubá. A l'époque, à part quelques rares chercheurs (Martin Coy, H.Rivière-d'Arc), peu de scientifiques s'intéressaient à cette région... situation bien différente 10 années plus tard où tous les grands centres de recherches sur l'Amazonie ou les fronts pionniers tropicaux ont fait de cette région un passage obligé... Le soja est passé par là ! Pour la première fois, poursuivant son œuvre pionnière, Robert entraîne avec lui un groupe important de collègues et d'étudiants : 40 personnes le suivent en 1999 dans un périple d'un mois et demi de terrain dans tout le Brésil. Certains, d'ailleurs, n'hésiteront pas à y retourner dès l'année suivante pour ramener de l'eau du Guaporé, rivière dont rêvait déjà le "petit" Robert quand, enfant, il regardait les cartes de la région dans les atlas... Une équipe de tournage spécialement mobilisée pour l'occasion (en 1999 puis en 2002) participera, sous sa houlette et l'indéfectible soutien de Claire Lejeune, à la réalisation de 5 documentaires sur le Brésil, démontrant sa préoccupation constante de diffuser les connaissances scientifiques vers un public plus large, et notamment les étudiants. Pour la première fois, enfin, à l'occasion de ce programme, COSTEL envoie ses étudiants et chercheurs sur le terrain : maîtrises, DEA, thèses, et missions de longue durée d’enseignants-chercheurs5. Comme pour Robert, le Brésil allait changer leurs vies, professionnelles et personnelles, profondément.

  • 6 NEDELEC V., DE MELLO N.A., THERY H., DUBREUIL V., CAVICCHIOLI A., REGNAULD H., 2013 : Le terrain es (...)
  • 7 "C'est pas bien, mais c'est comme ça" (M.M.Dos Passos, comm. pers.)

7Parmi les petits disciples de Robert, Vincent Nédélec a suivi les traces du Gourinois voyageur. Comme un hommage, il coordonne avec Néli de Mello (pour l’USP) et les collègues de COSTEL un voyage d’études, 10 ans après celui organisé par Robert. C’est l’année de la France au Brésil6, un titre officiel, une reconnaissance des tutelles et des ambassades, des poignées de main ministérielles, mais pour nous, depuis 1995 et pour de longues années encore, loin des ors de la République mais près des ors de Poconé ou Peixoto chaque année est l’année de COSTEL au Brésil. Sur les traces de Robert, les Costelliens ont jusqu’à présent survécu aux jacarés du Pantanal, aux sirènes de l’Amazone, aux sucuris affamés, aux bus sans freins sur la BR1637, aux piranhas du Teles Pires ou des villes… Finalement, suivant les conseils du Maître, les Costelliens apprennent à résister aux difficultés brésiliennes, le costellien résiste à tout… sauf à une bonne caipirinha bien fraîche na beira mar.

8La suite de l'histoire brésilienne de COSTEL est donc écrite par d'autres, étudiants puis collègues de Robert, qui ont poursuivi l'investissement sur la Terre du bois de Braise, toujours animés par la même passion. Les coopérations se renforcent alors avec Brasilia, l'INPE (Vincent Nédélec), Rio de Janeiro (Damien Arvor), Manaus (Beatriz Funatsu), Belém (Vincent Nédélec et Johan Oszwald), le Mato Grosso do Sul et le Rio Grande do Sul (Hervé Quenol) et bien sur l'UNESP et l'USP (Vincent Dubreuil). São Paulo, où un nouvel accord cadre (USP-COFECUB) se développe entre 2011 et 2014 portant sur "Politiques publiques et Impacts des Changements climatiques à l'Echelle régionale & Locale sur les Espaces Fragiles" coordonné, coté brésilien, par Neli de Mello Théry.

9Depuis les premiers contacts en 1984 jusqu'à 2014, plus de 30 années se sont écoulées et l'histoire de COSTEL se confond souvent avec celle du Brésil et de Robert et les allers et retours des uns et des autres des deux côtés de l'Atlantique. Tous poursuivent le chemin ouvert par Robert : A felicidade é o caminho! Felicidade é uma viagem, não um destino.

Haut de page

Annexe

Avis de décès de Monsieur Robert Bariou

Le Président et l'équipe de direction de l’Université Rennes 2 ont la tristesse de vous faire part du décès de Monsieur Robert Bariou, Maître de Conférences dans le département de Géographie jusqu'en 2006, année de son départ à la retraite.

Agrégé en 1970, Robert Bariou entre comme assistant à l'université Rennes 2 en 1971, puis est nommé Maître de Conférences en 1985. Élève de Francis Ruellan, il est l'auteur en 1978 d'un des tous premiers manuels de télédétection. Passionné de photogrammétrie, il fondera avec Daniel Lecamus le Centre Régional de Télédétection qui deviendra au début des années 1980 le laboratoire COSTEL, dont il sera le premier Directeur. Il dirigera également de 1979 à 1981 l'Institut de l'Audiovisuel de Rennes 2 qui deviendra le CREA.

Visionnaire également sur le plan international, il coordonnera pendant plusieurs années les échanges ERASMUS avec les universités de Portsmouth et de Louvain la Neuve. Á partir de la fin des années 1980, il dirigera et animera plusieurs programmes de recherche CAPES-COFECUB avec le Brésil permettant le séjour en Bretagne de plusieurs générations de collègues et étudiantes et étudiants brésiliens. Sous sa responsabilité, plusieurs missions de recherche et d'enseignement au Brésil seront réalisées

Haut de page

Notes

1 Texte initialement publié in : DUBREUIL V., DE MELLO-THERY, 2014 : Environnement et Géomatique : approches comparées France-Brésil. Actes du colloque Envibras (dir.), Nov. 2014, Rennes-2, France, pages 1-4. URL http://envibras2014.sciencesconf.org/conference/envibras2014/eda_fr.pdf ; DOI : 10.13140/2.1.1308.6405

2 R.Bariou, 1978 : Manuel de télédétection. Editions Sodipe, Paris, 349 pages

3 BARIOU R., LECAMUS D., LE HENAFF F. - Dossiers de Télédétection :

Réponse Spectrale des Végétaux. n° 1, mars 1985, PUR Rennes 2, 98 pages.

Indices de Végétation. n° 2, juin 1985, PUR Rennes 2, 160 pages.

L'Atmosphère. n°3, juin 1985, PUR Rennes 2, 80 pages.

Rayonnement Electromagnétique. n°4, Sept 1985, PUR Rennes 2, 70 pages.

Albedo-Réflectance. n° 5, sept 1985, PUR Rennes 2, 43 pages.

Maladie des végétaux., Géochimie. n°6, sept 1985, PUR Rennes 2, 64 pages.

Corrections Atmosphériques. n° 7, PUR Rennes 2., 116 pages.

L'Etalonnage des Données., n°8, Rennes 2, janvier 1994, 112 pages.

4 BARIOU R -Télédétection et Géographie. NOROIS, tome 39, N° 155

5 DUBREUIL V., BARIOU R., MAITELLI G.T., DOS PASSOS M.M. (dir.), 2002 : Environnement et télédétection au Brésil ; Presses Universitaires de Rennes ; 200 pages

6 NEDELEC V., DE MELLO N.A., THERY H., DUBREUIL V., CAVICCHIOLI A., REGNAULD H., 2013 : Le terrain est un laboratoire : un voyage franco-brésilien au Mato Grosso. in Leturcq G., Louault F., Schneider Marques T.C. (dir.) "Le Brésil : un laboratoire pour les sciences sociales", L'Harmattan, pp.23-38.

7 "C'est pas bien, mais c'est comme ça" (M.M.Dos Passos, comm. pers.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Dubreuil, Laurence Hubert-Moy, Jean-Pierre Marchand et Vincent Nédélec, « Robert Bariou : de Gourin au Guaporé... en passant par la Géomatique... », Confins [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 24 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/17827 ; DOI : 10.4000/confins.17827

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals