Navigation – Plan du site
Dossiê Balneomar

Entre deux eaux : courants thérapeutiques franco-brésiliens dans le processus de balnéarisation de Rio de Janeiro

Entre  duas águas : correntes terapêuticas franco-brasileiras no processo de balnearização do Rio de Janeiro
Between two waters: Franco-Brazilian therapeutic currents in the balnearization process of Rio de Janeiro
Antoine Huerta

Résumés

Le XIXe siècle fut à Rio de Janeiro une période où se développèrent les pratiques des bains de mer sous l’influence de médecins et physiciens français qui en faisaient la propagande à des fins préventives et curatives. Certains vivaient dans ce pays ou y restaient suffisamment longtemps pour y faciliter la diffusion de leur pensée. Ils encourageaient la pratique du bain thérapeutique dans leurs œuvres lues par une large part de la population cultivée. Leur impact fut remarquable sur le développement de la balnéothérapie au Brésil et ce discours hygiéniste eut une singulière force de modification de l’espace urbain. Les différentes étapes de cette évolution sont étudiées grâce à une approche qualitative qui montre les aspects les plus saillants de l’implication médicale française dans le processus de balnéarisation carioca. La mise en place des transferts culturels et l’analyse du rôle de certains médiateurs sont privilégiées pour valoriser les modèles médicaux ayant participé à l’émergence de la culture thermale brésilienne et la circulation atlantique qui consacra les modèles d’urbanisme et d’architecture balnéaires.

Haut de page

Texte intégral

1En septembre 1860, l’été approchait à Rio. Les médecins de la cour conseillèrent à l’Impératrice du Brésil Thérèse-Christine de prendre des bains de mer. Cette dernière fit savoir au conseiller en charge de ces questions par l’intermédiaire de son mordomo-mor qu’elle souhaitait utiliser l’une des casernes de l’Arsenal de Guerra pour profiter des bains de mer estivaux (Heynemann, 2008).

2En 1817 déjà, il semble que Jean VI de Portugal adopta un premier emplacement pour une casa de banhos lui permettant de prendre ses bains dans la baie de Guanabara (Souza, 2017, p. 11).

3Tout au long du XIXe siècle les pratiques des bains de mer se développèrent. Des casa de banhos s’ouvrirent régulièrement (Campos, 2010, p. 170). Ces changements de destination et ces constructions de bâtiments cariocas sont très significatifs de ce qui se jouait à cette période entre les bains de mer, la médecine et l’urbanisme et, indirectement, des relations culturelles entre la France et le Brésil.

D’une histoire de la médecine française et de ses livres au Brésil…

4En 1880, le militaire et ethnologue brésilien Couto de Magalhães notait dans son journal intime le vœu d’acquérir un livre n’ayant jamais existé ou aujourd’hui disparu des bibliothèques : The Ocean as a health resource, un manuel médical de balnéothérapie signé par un dénommé Wilson (Henrique, 2008, p. 129). Les Anglais étaient alors à la pointe du développement balnéaire dans leurs stations insulaires et leur inventivité en la matière fut fondamentale (Corbin, 1994, p. 254). Les productions éditoriales sur ces questions étaient très courantes et certaines éditions comme celle évoquée précédemment ont pu disparaitre complètement des chroniques et de la mémoire bibliographique. C’est là l’indice d’une imprégnation forte du marché brésilien par les livres de médecine étrangers mais l’influence britannique au Brésil fut concurrencée par celle également forte de la France.

5Les relations culturelles internationales entre le Brésil et la France étaient alors très riches dans le domaine médical, principalement à Bahia et à Rio de Janeiro. Entre autres conceptions ayant traversé l’Atlantique, les expériences du corps et les lectures des corpus médicaux importés de France permirent l’implantation progressive puis le développement des bains de mer peu après le début du XIXe siècle. On sait que les volumes d’échange de livres furent très importants entre les deux pays et que les libraires-éditeurs français jouèrent un rôle important dans la diffusion de la culture française au Brésil (Cooper-Richet, 2013) mais qu’en fut-il dans le domaine médical et plus particulièrement de valorisation des pratiques balnéaires ?

… à la révolution des plages cariocas

6Le XIXe siècle est au Brésil l’unité de temps d’une inversion profonde des valeurs liées à la plage. À Florianópolis, par exemple, « la plage était le lieu le plus sale ayant existé […] où l’on pouvait trouver de tout, des animaux morts à toutes les variétés de détritus et de matières fécales, pour cela le bain de mer, œuvre du XXe siècle, ne fut même pas imaginé » (Müller, 2002, p. 64). Si cette assertion peut sembler exagérée il faut prendre en compte le fait que la plage, avant de devenir une ressource de loisir, de récréation ou de santé, fut longtemps un lieu dépotoir.

7De telles modifications du rapport qu’entretiennent les populations à leur environnement entraînent de profondes mutations dans l’occupation du littoral. C’est le deuxième angle d’analyse de cet article. Mary C. Karasch dans son questionnement autour de l’écriture « d’une nouvelle histoire des Brésils et non plus seulement du Brésil » (Mauro, 1988, p. 442), évoquait dans son ouvrage sur la vie des esclaves à Rio dans le premier XIXe siècle certaines relations que les populations entretenaient avec la plage. Rio était alors une ville d’eau : « l’aqueduc, les fontaines, les plages et les rivières approvisionnaient Rio [...]. Le mystère de l’eau et l’importance du bain et de la plage étaient des valeurs déjà bien établies pour les Cariocas au XIXe siècle. » (Karasch, 1987, p. 59). Un bref regard sur la carte de la zone de la baie de Guanabara devrait permettre de s’en faire une idée.

Figure 2 « La topographie du territoire d'implantation de la ville »

Figure 2 « La topographie du territoire d'implantation de la ville »

Source : Andreatta, 2007, p. 31.

8Aux pieds des montagnes, coincé ou serti entre la Lagoa Rodrigo de Freitas et le Rio Maracanã, entre l’océan Atlantique et la baie de Guanabara, l’eau est omniprésente à Rio. Quels rapports au cours du temps, les habitants ont-ils entretenu à leurs eaux ? Et, surtout, en quoi les prescriptions des médecins français participant des relations culturelles internationales évoquées précédemment ont-elles eu un impact sur l’évolution de ces rapports ?

Les médecins français et l’hygiénisme, facteurs de modification de l’espace carioca ?

9Cet article cherche à marquer les différentes étapes de l’évolution balnéaire carioca et à souligner la place de l’école médicale française dans ce processus de balnéarisation. Mais l’analyse proposée permet de également de s’inscrire dans les problématique urbanistiques d’hygiène et de santé publique en les examinant sous l’angle des relations culturelles internationales.

10La médicalisation des bains fut en France une étape essentielle du processus de balnéarisation : qu’en fut-il dans le Brésil du XIXe siècle ? Dans le cadre de riches transferts culturels, comment cette étape se mit elle en place et dans quelles conditions ces pratiques émergèrent-elles ? L’analyse du rôle clé de certains médiateurs facilitera le questionnement à la fois de la façon dont fut pensée la circulation des modèles médicaux, mais aussi la place accordée à la balnéothérapie dans une logique de construction d’un espace balnéaire récréatif. Il est donc nécessaire ici de mettre en évidence non pas « la circulation atlantique des modèles d’urbanisme et d’architecture balnéaires, ainsi que des expériences d’aménagement du littoral », mais bien plutôt celle des modèles médicaux ayant participé à l’émergence d’une culture balnéaire. Quel fut le rôle de la littérature médicale française dans cette histoire des bains de mer cariocas ?

11Afin de répondre à cette question nous chercherons à voir dans quelle mesure les académies de médecine française et brésiliennes entretinrent des liens et comment les médecins français influencèrent la pratique brésilienne des bains de mer.

12Cette étude porte sur un grand XIXe siècle qui, en matière de coopération médicale franco-brésilienne à Rio peut s’étendre de la création de l’Escola Anatômica, Cirúrgica e Médica do Rio de Janeiro en 1808, quand le français était alors une condition sine qua non de l’intégration dans l’école et que l’habitude se prit de voyager en France « com o objetivo de aprofundar seus estudos e de observar o progresso do ensino médico naqueles centros » (Velloso). C’est également au début du XIXe siècle que commença à se développer l’usage des bains de mer sous l’influence du corps médical, avant que cette pratique ne modifie durablement l’espace urbain.

13Plus d’un siècle plus tard, dans les années 1920, alors que le Brésil reconfigurait sa politique culturelle (Dumont, Fléchet, 2014) et que les liens médicaux avec la France prenaient un nouveau tournant (Sá, Viana, 2010), les pratiques balnéaires s’imposèrent dans le paysage carioca. Cette période correspond également à la mise en place de trois plans urbanistiques différents entre 1843 et 1903 (Andreatta, 2007, p. 5). Si de telles problématiques traitant des liens entre hygiénisme et aménagement de l’espace ont été traitées dans le cadre de Fortaleza (Costa, 2012 , Dantas, 2014), le cas de Rio reste à développer.

14Ce travail se propose ainsi de démontrer l’importance de l’influence française sur la médecine brésilienne en matière d’hydrothérapie en général et de bains de mer en particulier et le développement précoce de ces pratiques dans la cidade maravilhosa. Nous fouillerons pour cela la presse et l’édition, hors textes académiques qui, bien que nombreux, représentent un corpus spécifique auquel nous n’avons pas eu accès pour cette étude. L’attention se portera sur certains de ces ouvrages et notamment sur l’œuvre de Pierre Louis Napoléon Chernoviz, très consultée au Brésil et pour laquelle de nombreuses publicités balnéaires éclairent le rapport des élites aux bains. Enfin, passant du texte au plan, nous montrerons comment, à leur mesure, ces tendances balnéaires franco-brésiliennes ont eu un impact sur les pratiques d’urbanisation cariocas. Un détour par le marché immobilier local permettra de mesurer les tendances permettant de qualifier ce processus de balnéarisation de Rio.

Approches et influences médicales françaises au Brésil

Des carabins Brésiliens …

15Le XIXe siècle est pour la France celui d’une politique culturelle volontaire et le Brésil en est l’une des destinations d’importance. Il faut donc prendre en compte dans l’analyse aussi bien ces échanges culturels que ce que l’on pourrait qualifier d’acculturation de la thérapeutique balnéaire.

16La médecine est représentative de ces riches échanges et les étudiants brésiliens furent ainsi nombreux à venir étudier en France. L’étude précise menée par Delphine Diaz éclaire ces questions à plus d’un titre, mettant « en lumière plusieurs cas de médecins et de chirurgiens brésiliens venus améliorer leur art dans les facultés de médecine françaises. Le "médecin brésilien mulâtre" Gomes, arrivé à Paris en 1823, est "avantageusement noté à l’École de médecine". Antonio Gomes de Aranjo, chirurgien originaire de Rio, arrivé par le port du Havre en 1826, dit […] vouloir "rester plusieurs années à Paris pour se perfectionner dans cette science" » (Diaz, 2013, §14). Lorsqu’ils revinrent au Brésil, ils furent alors vecteurs des idées dominantes dans l’académie française.

17Quelques considérations statistiques permettent à Delphine Diaz de rappeler à juste titre que « les étudiants brésiliens [furent] accueillis dans l’ensemble des facultés françaises, et plus particulièrement dans les facultés de médecine, vers lesquelles ils [furent] les plus nombreux à se diriger » (idem, §15) Et si Paris [accueillit] la plus grande part de l’effectif de ces étudiants, de nombreux Brésiliens [furent] « aussi admis dans des facultés provinciales, comme celle de médecine de Montpellier, où sept étudiants brésiliens [furent] par exemple recensés en 1827 » (idem, §16). On voit bien dans cette mesure comment les Brésiliens se formèrent en France. Mais les Français ne furent pas en reste lorsqu’il s’agit d’enseigner ou de publier au Brésil. Voyons cela.

Aux prescriptions hydrothérapiques des médecins français au Brésil au premier XIXe siècle

18La médecine brésilienne étant fortement inspirée par les théoriciens et praticiens français, nous verrons ici comment se mit en place ce transfert. À la suite des ouvrages pionniers d’Albert Assegond (1825, 1835), médecins et physiciens français eurent en effet un impact remarquable sur le développement de la médecine brésilienne. Un certain nombre d’entre eux vécurent dans ce pays ou y restèrent suffisamment longtemps pour y faciliter la diffusion de leur pensée (Lima-Barbosa, 1923, pp. 428‑431). Parmi eux, deux auteurs eurent en particulier un fort ascendant sur la médecine locale : Jean-François-Xavier Sigaud et Chernoviz, l’un ayant écrit une somme traitant Du climat et des maladies du Brésil, et l’autre, des formulaires médicaux très diffusés (Guimarães, 2005). Ils encourageaient la pratique du bain thérapeutique dans leurs œuvres qui étaient lues par une large partie de la population cultivée.

19Ce fut le cas à Bahia, où « l’influence de la tradition et de la grandeur de la médecine française dans l’organisation, l’établissement et progrès de la médecine naissante coloniale et provinciale de Bahia, au Brésil » (Britto, 2010), mais également le cas à Rio où l’école chirurgicale de la ville fut directement liée aux méthodes françaises (Nava, 2004, p. 55 sqq.). Le médecin brésilien Joaquim Cândido Soares de Meirelles commentait l’influence française en 1835 en ces termes : « jusqu’à aujourd’hui [...] notre médecine a été la médecine française. » (Meirelles, p. 10). Il louait en particulier l’influence de François Broussais et de Philippe Pinel. Les docteurs Cuissart et Sigaud eurent également droit aux honneurs de ses louanges. Plus généralement il notait : « Les médecins brésiliens doivent beaucoup à la France : ils ont reçu d’elle toute leur instruction médicale » (idem, p. 11). Les travaux scientifiques et ceux de vulgarisation en témoignent.

20Très tôt, la pratique des bains médicaux a séduit l’académie de médecine brésilienne. « Il existe de nombreuses thèses qui s’intéressent aux bains de mer et à l’hydrothérapie. Ces thèmes furent abordés dans différentes chaires » dont celles d’Hygiène, de Matériel médical et thérapeutique et de Médecine clinique (Paiva, 2003, note 12 p. 237). L’hygiène était alors « une discipline [qui] accordait suffisamment d’attention à ce thème. Beaucoup de thèses [versaient] dans l’hydrothérapie et les bains de mer » (idem, note 35 p. 300). Aussi intéressante que soit cette littérature scientifique, d’autres sources retiennent ici notre attention, parmi lesquelles les ouvrages publiés par des médecins français et brésiliens participant de cet engouement.

21En 1835 déjà, Sigaud plaidait pour un usage urbain des bains froids, dévoilant une étonnante vision urbanistique de la ville de Rio. L’hygiénisme prenait ici une forme étonnante. Dans un plaidoyer pour un traitement plus humain de la folie, Sigaud regrettait que les lieux de traitement des malades ne soient pas plus ouverts. Il appelait ainsi de ses vœux « un lieu spacieux, aéré, au milieu d’un champs, avec des rues bordées d’arbres pour le libre exercice des malades, et avec des eaux courantes pour des bains de mer froids, qui sont d’une telle nécessité pour le traitement de la folie ! » (Sigaud, 1835, p. 8). Sigaud était alors déjà une figure importante de l’organisation de la science médicale brésilienne (Ferreira, 1998). Son rôle en tant qu’hygiéniste, traducteur et éditeur fut central dans le développement de la science médicale au Brésil (idem). Dans un texte discutant des effets de mode en médecine, Sigaud notait que les bains de vapeur n’avaient pas réussi à détrôner « l’habitude générale des bains de mer. » (1835, pp. 31-32). S’il ne discutait pas de leurs effets, il regrettait néanmoins, en professionnel du soin, qu’ils soient utilisés à mauvais escient. Il proposa quelques années plus tard une somme médicale dans laquelle il clarifia ses positions quant aux bains de mer, afin d’en faire des traitements plus adaptés.

L’essor de la pratique des bains de mer dans la médecine française au Brésil dans les années 1840

22Dès 1841 le médecin brésilien José Pereira Rego s’était intéressé de très près aux bains de mer. Après avoir longuement décrit les conditions dans lesquelles les bains de mer présentaient à la fois un intérêt médical, mais aussi des risques, il entreprit une analyse des pratiques à privilégier (1841, pp. 74-75). Dans le cas de Rio, les bains d’été lui paraissaient préférables du point de vue du confort et de l’hygiène. Thérapeutiquement considéré, le bain devait, selon lui, se prendre en fonction de la période, la température de l’eau étant prescrite selon les maladies (idem, p. 74). S’il fallait choisir parmi les plages, « la praia das flexas à S. Domingo, de Botafogo, de Caju » par exemple (ibidem), pouvaient très bien faire l’affaire. Dans tous les cas, les plages les plus calmes étaient à privilégier pour les personnes ne sachant pas nager et manifestant le plus de timidité à entrer dans l’eau.

23Sigaud quant à lui ne manquait pas de critiquer certaines pratiques hydrothérapeutiques préconisées par les jésuites ainsi que celles des nouveaux arrivants se baignant dans de mauvaises conditions (1844, pp. 96‑97).

Figure 3 Du climat et des maladies du Brésil

Figure 3 Du climat et des maladies du Brésil

24S’il critique également les bains froids utilisés à mauvais escient par les peuples indigènes (idem, p. 108), il ne les rejeta pas totalement : pour les nouveaux arrivants, « les bains froids, les boissons spiritueuses doivent être remplacés à l’arrivée par des bains tièdes […]. L’usage des bains froids est utile quand déjà le corps est acclimaté. Alors, en les prenant avec précaution dans la mer ou dans les rivières, on tonifie avec profit les systèmes nerveux et musculaire […]. L’emploi des bains de mer, sous le rapport de l’hygiène et de la thérapeutique, est l’un des plus puissants moyens que la médecine possède dans les latitudes tropicales » (idem, pp. 99-100). Le ton fut désormais celui de l’éloge. Rien de mieux que les bains de mers, et à tous âges. De plus, ils permettaient d’obtenir des résultats dans des domaines très variés et il ne manqua pas de les prodiguer tout comme ses successeurs qui les préconisèrent également. Cette période est celle du grand développement de la balnéarisation à des fins thérapeutiques. Voyons cela plus en détail à partir de l’œuvre de Chernoviz qui connut une audience très importante.

Les bains et la mer dans le Chernoviz : présentations thérapeutiques et publicités balnéaires

25Chernoviz est connu pour ses nombreux ouvrages qui eurent une postérité importante. Il connut un grand succès auprès de populations lettrées et son ouvrage Formulário ou Guia Médico (1879) est un classique réédité à maintes reprises qui fait la part belle aux bains.

Le Formulário, ou le vade mecum des Brésiliens

26L’usage des bains et leurs nombreux intérêts est une partie largement développée dans l’ouvrage. Exceptionnel et intéressant à plus d’un titre du point de vue de la mise en place progressive des bains, cet ouvrage doit être considéré en ce qu’il fut également le vade mecum des médecins brésiliens durant l’Empire (Guimarães, 2005).

Figure 4 Formulário ou Guia Médico

Figure 4 Formulário ou Guia Médico

27Le Chernoviz fut un élément vital dans la dissémination des savoirs académiques des institutions de médecins. Destiné à l’usage des populations n’ayant que peu, ou difficilement, accès à un médecin, cet ouvrage se voulait facile d’accès et proposait des remèdes simples (idem, p. 501). La diffusion de cette œuvre fut très importante dans tous les groupes sociaux de la société brésilienne (idem, p. 502). Bénéficiant de l’important réseau de relations qu’il mit en place, il obtint un statut d’autorité, de vérité et de respectabilité pour son œuvre (Medeiros, 2018, p. 37).

28La première définition médicale des bains que l’on y trouve considère les bains de mer : « plus toniques que les bains froids […] ils contribuent à stimuler l’ensemble de tout le système cutané et toute l’économie [du corps humain] » (Chernoviz, 1879, p. 69). Plus loin nous comprenons qu’ils peuvent être prescrits dans le traitement de différentes maladies qui se caractérisent par la faiblesse des organes » (idem, p. 170).

  • 1 Idem, voir en particulier les entrées : écrouelles, impuissance virile, incontinence urinaire, leuc (...)

29Dans la « désignation des maladies et des eaux minérales qui leur conviennent », nombre d’entre elles se virent prescrire l’usage du bain de mer et quantité d’autres maladies furent également signalées comme pouvant être soignées par l’hydrothérapie classique1. Cette grande diversité qui pouvait donc laisser supposer que les médecins, apothicaires et autres autorités utilisant cet ouvrage, prescrivaient régulièrement de tels bains à des populations très variées.

30Et l’hydrothérapie de manière générale n’était pas en reste. Ainsi ses lecteurs furent au courant de l’existence de nombreuses stations italiennes, allemandes, anglaises, mais aussi françaises et brésiliennes : les indications de voyage étaient données, ainsi que la durée approximative de ce dernier. Là encore, nous faisons l’hypothèse que les plus fortunés des Brésiliens pouvaient être familiers de tels traitements internationaux.

Thérapeutique et publicité : les deux faces d’une même médaille balnéaire

31Les eaux ferreuses furent assez largement décrites et parmi elles les sources brésiliennes eurent la part belle (idem, pp. 180 sqq.). Des eaux cariocas furent ainsi conseillées pour le bain dans le município da capital Andarahy, dans la lagune Rodrigo de Freitas ou à Laranjeiras, entre autres lieux (idem, p. 181). Un peu plus lointaines et souvent privées, des sources étaient également indiquées : dans la province de Rio de Janeiro, onze source observées dans la région de Rio de Janeiro (ibidem) : une est ainsi signalée à Niterói (morro de S. Lourenço) et une autre dans la chácara du défunt José Caetano de Andrade Pinto , et la liste des sources et de leurs propriétaires de continuer ainsi pour les autres régions du Brésil (ibidem, sqq.).

32Parmi les stations thermales décrites dans un compendium des eaux, la proportion était la suivante : deux stations seulement pour la Rhénanie prussienne et trois pour l’Italie , en revanche le Brésil était mieux représenté avec treize stations (idem, p. 180 sqq.). La France et le Portugal, pour des raisons linguistiques et académiques, se taillaient la part du lion avec respectivement vingt-sept et quarante-huit stations présentées dans le guide. De très nombreuses cartes firent la part belle aux bains. La carte brésilienne était la première et celle de la Provincia do Rio de Janeiro, de S. Paulo e de Minas (Brasil) la deuxième (idem, p. VII). Ces cartes étaient accompagnées d’encarts ouvertement publicitaires ne laissant que peu de doute quant aux finalités de leur présence dans cette publication. Promouvoir non seulement un savoir médical mais, également et surtout, un mode d’être urbain. Ces cartes publicitaires illustraient un intérêt alors grandissant des lecteurs pour l’hydrothérapie et les activités balnéaires.

Figure 5 Encart publicitaire pour la station thermale de Nova Friburgo

Figure 5 Encart publicitaire pour la station thermale de Nova Friburgo

33Les patients séduits par la perspective d’un voyage pouvaient se référer aux nombreuses cartes indiquant les itinéraires pour se rendre aux cures thermales. Une description dans le texte permettait d’en apprendre plus sur ces dernières et leurs vertus.

Figure 6 Mappa Balneario do Brasil

Figure 6 Mappa Balneario do Brasil

34La représentation cartographique suivante était à plus grande échelle et se focalisait sur une région malgré tout très vaste allant de Rio à São Paulo et comprenant une partie du Minas Gerais.

Figure 7 Carta itineraria par as aguas mineraes da Provincia de Minais Gerais

Figure 7 Carta itineraria par as aguas mineraes da Provincia de Minais Gerais

35On pouvait voir sur cette carte en particulier les stations thermales du Minas Gerais : Aterrado, proche de Passos, la petite ville de Pitanguy proche de Bonfim Oliveira dans le Minas Gerais et celle Caxambu un peu plus au sud. Les routes permettant de s’y rendre étaient également représentées afin de montrer leur facilité d’accès. Pour les amateurs de voyages au plus long cours, des cartes françaises étaient également présentes. De belles gravures de Royat, Luchon, Cauterets et Dax étaient insérées dans le texte, une carte en double page de la France centrale et méridionale, établie par lui-même et intitulée Mappa balneario, où étaient inscrites les nombreuses stations balnéaires du grand Sud de la France engageant au traitement outre-Atlantique, ainsi que les voies de communication permettant d’y accéder (pp. 203-203).

36Une double carte ainsi que des gravures de Vichy et Enghien vantaient les mérites des stations de la France septentrionale et de la Belgique (idem, pp. 206-207). Plus loin on trouvait un Mappa balneario de Allemanha avec une gravure de Valls (France), un Mappa balnerario de Portugal e Hespanha, avec deux gravures, Pedras Salgadas et Vidago (Portugal) (idem, pp. 230‑231). Le caractère promotionnel de ces annonces ne fait aucun doute et illustre un intérêt croissant des populations lettrées brésiliennes pour ces activités balnéaires, qu’elles fussent nationales ou internationales. Cet ouvrage en cela témoigne de cet engouement incontestable du XIXe siècle pour les bains et l’hydrothérapie. La clientèle touchée par cette publicité apparaît clairement car on sait que la diffusion des modes balnéaires passait alors principalement par les élites (Corbin, 1994, p. 269 sqq.).

37L’internationalisation de cette culture d’élite se propagea ici grâce à une lecture présente dans toute bonne maison. La publicité prenait également d’autres formes et se trouvait dans d’autres médias.

Diversité des sources publicitaires : des classiques médias spécialisés aux gazettes balnéaires

38Un autre ouvrage publié durant cette période dorée vient confirmer cette tendance. Il s’agit d’un manuel fameux qui fut particulièrement utilisé au Brésil et contribua « passablement à la vulgarisation de l’emploi de l’eau froide à des fins thérapeutiques et hygiéniques » (União Médica, 1889, p. 382). Il s’agissait des Leçons d’hydrothérapie de Macario (1857). Une section du Boletim bibliographico de l’União Médica était dédiée au « manuel d’hydrothérapie du Dr Macario. Son livre pouvait être consulté non seulement par les médecins mais également par des personnes qui souhaitaient connaître et suivre les préceptes d’une hygiène rationnelle et fortifiante. Dans cette nouvelle édition l’auteur ajoutait une Instruction sur les bains de mer, qui constituait un véritable guide pratique pour les baigneurs. Les propriétés spécifiques de l’eau de mer et de l’atmosphère maritime, les conditions pratiques de l’administration de l’hydrothérapie marine et les principales affections pour lesquelles elle devait s’appliquer étaient consciencieusement étudiées dans ce volume » (União Médica, 1889, p. 382). On voit bien alors que les recettes des bains de mer avaient, selon certains médecins, de beaux jours devant elles et que cette période était riche de ce point de vue.

39Un exemple significatif de cet engouement fut la parution, le jour de Noël 1881, en plein été austral, de l’éphémère Gazeta do banho (1881). Cette revue d’un seul numéro à notre connaissance, comportait un long éditorial sur les bains, une chronique sur de pittoresques scènes de bains, des conseils sur les règles d'hygiène à respecter pour se baigner, des potins, de la poésie, des charades et des blagues.

Figure 8 Gazeta do banho

Figure 8 Gazeta do banho

40Il est intéressant de mettre cette publication en rapport avec un potentiel modèle contemporain que fut La Gazette des bains de mer de Royan faisant notamment la part relativement belle aux dessins humoristiques et qui parut à partir de 1878-1879.

Figure 9 La Gazette des bains de mer de Royan

Figure 9 La Gazette des bains de mer de Royan

Source : « Regards sur une vie », C-ROYAN. La mémoire vive encyclopédique, URL : https://www.c-royan.com/​arts-culture/​galerie-dart/​expositions-et-musees/​victor-billaud/​1491-regards-sur-une-vie.html

41Les bains de mer étaient alors déjà un phénomène culturel et éditorial complet du point de vue de la discipline médicale. Parmi ces prescriptions et les modes leur étant liées, certaines eurent un impact décisif sur l’espace urbain de Rio et toutes modifièrent la manière d’appréhender la ville. Voyons comment se mirent en place ces mutations.

Du texte au plan : prescriptions thérapeutiques littéraires et modifications urbaines

42Le grand XIXe siècle fut au Brésil un moment riche de réformes urbaines. Si les problèmes furent peu ou prou les mêmes qu’en Europe, les modèles de planification furent également très proches et les solutions apportées aux problèmes par les hygiénistes se ressemblèrent de part et d’autre de l’Atlantique (Andreatta, 2009, p. 15). Un exemple issu de la presse spécialisée brésilienne et louant les déplacements urbains devrait nous permettre de comprendre l’intérêt des bains de mer thérapeutiques et leur influence non seulement sur les habitudes balnéaires des Cariocas mais également sur leur mode de vie urbain.

Habiter le littoral, se baigner en mer : la bonne santé selon M. Vieira da Fonseca

43En 1874, le docteur Vieira da Fonseca louait l’habitat temporaire du littoral en vue de la conservation de son intégrité physique (Fonseca, 1874, p. 134). En effet, les avantages du bain de mer étaient pour lui nombreux. « Première de toutes les eaux minérales salées, aucun des recours qu’utilise la médecine ne peut, plus que le bain de mer, prescrit à bon escient, convenablement préparé et surtout employé avec méthode, produire plus de succès. C’est que peu ont une action aussi énergique et efficace. Si les bains de mer et la résidence littorale produisent des effets bénéfiques pour ceux qui y vivent, leur action augmente pour ceux qui y reviennent (idem, p. 136).

44Cet ouvrage est intéressant en ce qu’il bénéficia d’un peu de publicité dans la presse grand public (Bibliographia, 1876). De même l’auteur, ou l’éditeur, souhaitant gonfler les ventes, publia des annonces indiquant les lieux de vente à Rio (A Patria, 1876, p. 4). Ces éléments peuvent paraître anecdotiques mais reflètent une pratique éditoriale structurée laissant penser à une diffusion relativement importante de l’ouvrage. Il est significatif d’un certain rapport au soin mais également, nous allons le voir, à la ville.

45Les voyages à la mer sont bons pour tous et les voyages ne peuvent pas faire de mal : « le déplacement de lieu, les impressions du voyage et d’un air plus libre et plus pur, l’imposant spectacle d’une masse d’eau incommensurable, avec ses mille périls et accidents qui viennent à chaque instant recadrer le tableau , l’espoir qui anime, le déplacement qui distrait, l’exercice dans ces lieux et conditions nouvelles , toutes ces circonstances additionnées à l’action médiatrice de l’eau de mer constituent un des remèdes les plus avantageux qui se peut proposer pour les personnes faibles, languides ou dont la constitution débile nécessite de se sortir d’une inertie funeste (ibidem). » C’est que le monde urbain était source de certains de ces maux et qu’il convenait de s’en détacher. « A toutes ces causes, pour ainsi dire physiques, s’en ajoute une autre de nature morale : la vie, dans les conditions de nos sociétés actuelles, est généralement pleine d’agitation , politique, travail, littérature, plaisirs, en un mot, entreprise, vapeur, électricité, tout est convulsif et dévorant » (ibidem). Les médecins étant, ici encore, aux premières loges aux côtés des ingénieurs ou dans les centres de pouvoir. Voyons de quelle façon ils influencèrent les décisions d’urbanisation prises par les pouvoirs publics.

Pouvoir médical et urbanisation : le rôle des médecins français

46Analysant le rôle des hygiénistes, Maria Clélia Lustosa Costa évoque dans sa thèse « la brise du discours hygiéniste et urbaniste européen » qui souffle sur le Brésil, et « Rio [qui] dicte toujours la mode métropolitaine brésilienne , elle semble avoir le monopole dans sa fonction de modèle et reflète par conséquent, les caractéristiques de la formation sociale à ce moment précis » (Costa, 2012, p. 71)

47Car les médecins brésiliens, ces « intellectuels organiques de l’ordre bourgeois » étaient très liés aux cercles de pouvoir. (Luz, 1982, p. 22). Plus encore Madel Luz affirme qu’avec « les écoles médicales, on crée un espace institutionnel indispensable à la reproduction du savoir médical [qui] correspond à une stratégie de pouvoir, tournée d’un côté, vers la formation d’une "conscience hygiénique de peuple", et de l’autre, vers l’exclusion institutionnelle des "charlatans" […]. La Faculté "représente non seulement l’élargissement du champ de mise en œuvre de la médecine qui conçoit la chirurgie comme un savoir et comme une pratique, mais aussi la reconnaissance par l’État, au niveau formel, de l’importance du savoir médical institutionnalisé pour la diffusion de ses pratiques" » (Luz, 1982, cité par Costa, 2012, p. 75). L’hygiénisme français trouve donc des applications directes dans le modèle médical brésilien en particulier dans le plan Beaurepaire-Rohan en 1843 (Andreatta, 2007, pp. 169-170).

48L’architecte et urbaniste Verena Andreatta s’oppose à la thèse selon laquelle l’hygiénisme fut un facteur prépondérant dans la rénovation de Rio. C’est aux ingénieurs que revient la principale responsabilité de ces modifications selon elle (2007, p. 237 sqq.), rejoignant en cela Sabine Barles (1999). Un dernier exemple pourra éclairer ces débats d’un regard neuf.

Annonces classées et tendances balnéaires

49Nous savons en quoi les discours hygiénistes furent, en ce temps-là, un puissant facteur de modification de l’espace urbain dans le cas de Fortaleza par exemple (Costa, 2012) et, plus généralement, comment même ils définirent la ville au Brésil (Costa, 2013). Il convenait donc de questionner l’impact de tels discours sur l’espace balnéaire de Rio. Une piste pour analyser cela ou tout au moins pour mesurer l’attrait des bains de mer et des effets qu’ils pouvaient avoir sur l’urbanisme est d’étudier le marché immobilier et la manière dont les personnes vantaient les mérites du bien qu’elles souhaitaient vendre. Pour cela, l’étude des petites annonces classées s’avèrent une source de premier choix. Dans une synthèse sur cette question et les intérêts que peut en tirer l’historien, nous pouvons lire :

50« La façon dont les personnes s’expriment sur leur logement est une source importante d’information. […] Les petites annonces constituent un type de discours non dirigé, considéré comme une source de "comportement typique" qui permet d’établir les détails et traits d’une population de consommateurs à partir de l’information produite par le vendeur. Elles présentent un texte descriptif synthétique, des caractéristiques et qualités que les habitants et les agents immobiliers prêtent à la maison dont il s’agit de présenter les atouts pour mieux la vendre. Elles sont un reflet d’une époque, leur étude historique permet d’ébaucher les caractéristiques contextuelles du moment de leur production » (Siret, Rodriguez, 2006, p. 11). C’est cet exercice que nous voudrions tenter en le mettant en perspective avec les développements précédents.

51Les petites annonces sont les indices d’un intérêt certain pour les bains de mer et des marqueurs temporels fiables. Dans l’Hemeroteca Digital Brasileira, les premières occurrences des bains de mer sont liées aux petites annonces immobilières, à partir de 1810. Dans les petites annonces de la Gazeta do Rio de Janeiro par exemple, nous pouvons lire à la page quatre qu’un dénommé Galli louait une maison dans le quartier de Boa Viagem, « idéale pour les bains de mer » (Gazeta do Rio de Janeiro, 22 février 1812, p. 4). Quelque temps après, était signalée une vente à Botafogo, vantant les mérites du bain de mer (Gazeta do Rio de Janeiro, 27 mai 1812, p. 4) , une autre à proximité de la Praça do Juizo, proche de la plage de S. Diogo (Gazeta do Rio de Janeiro, 15 janvier 1817, p. 4). Nous pourrions multiplier les exemples : il importe de voir que l’annonce classée, pratique structurante du marché de l’immobilier, fut très tôt imprégnée de références à la plage et au fait balnéaire. Une analyse plus fine devrait le montrer avec précision.

52Plus tard, dans le Jornal do Commercio (RJ), entre 1827 et 1899, les occurrences se comptent par milliers. Afin d’analyser cela, nous proposons de mettre en rapport le nombre d’occurrences du terme banhos de mar avec le nombre de pages numérisées dans lesquelles elles ont été trouvées.

Tableau 1 Occurrences du terme « banhos de mar » dans le Jornal do Commercio au XIXe siècle

Série

Dates

Nombre de pages

Occurrences

Fréquence des occurrences

1

1827 à 1829

2638

3

879

2

1830 à 1839

12120

40

303

3

1840 à 1849

14871

116

128

4

1850 à 1859

15569

181

86

5

1860 à 1869

16704

465

35

6

1870 à 1879

22456

1433

15

7

1880 à 1889

24285

2799

8

8

1890 à 1899

34586

3197

10

Sources :http://memoria.bn.br/​DocReader/​docmulti.aspx?bib=364568&pesq=banhos%20de%20mar

53Quels enseignements tirer de ce premier tableau ? On voit tout d’abord que le terme recherché est peu retrouvé dans les premières pages numérisées. La qualité de l’impression pouvant en partie expliquer cela, et malgré le faible nombre de pages, nous voyons bien que ce terme est peu employé : une occurrence toutes les 879 pages.

54À pages numérisées constantes (les séries 2, 3, 4 et 5 représentant chacune environs 15000 pages) on note une augmentation importante avec une multiplication par 2.9 entre les séries 2 et 3 , puis 4.5 entre les séries 3 et 4 , et enfin 11.5 entre les séries 4 et 5. Sur une deuxième période d’augmentation, avec des séries homogènes d’un point de vue du nombre de pages numérisées, le rapport est de 3 entre les séries 5 et 6, et 1.9 entre les séries 6 et 7. Mais c’est surtout la fréquence de ces occurrences qu’il convient d’observer ici : si sur les premières années numérisées, le terme n’apparaît qu’une fois toutes les 879 pages alors qu’entre 1880 et 1889 on le retrouve toutes les 8 pages. L’augmentation de ce terme dans la presse est particulièrement significative non seulement de l’effet de mode qui se met en place autour du bain de mer mais également de la manière dont ces thérapeutiques nouvelles imprègnent peu à peu le monde urbain de Rio et viennent à en modifier l’espace.

55Cette considération finale pourrait sembler éloignée de nos questionnements liminaires mais il n’en est rien. La fréquence augmente très rapidement signalant une tendance de fond que l’on suppose, mais qui se manifeste clairement dans cette littérature spécifique que forment les petites annonces commerciales. Rio fut très tôt une ville de bains, programme auquel concourut la médecine brésilienne mais pour lequel les Cariocas trouvèrent très vite des intérêts propres, tant sportifs que ludiques. On voit alors comment les tendances du marché immobilier furent influencées par la mode et vinrent produire des modifications urbaines spécifiques.

Conclusion

56Au début du XXe siècle, la pratique des bains de mer à des fins thérapeutiques est désormais solidement ancrée dans le paysage brésilien et le contact avec l’océan communément considéré par les habitants de ces régions comme une bonne source de santé (Melo 2015).

57Les années 1850 furent à Rio de Janeiro une période où se déployèrent considérablement les pratiques des bains de mer, tant de point de vue hygiéniste que sportif , la natation sous cet angle offrait un exemple remarquable (Melo, 2015). Ce phénomène grandit dans tout le Brésil, couplant à la fois pratiques hygiénistes et récréatives et éclairant en quelque sorte le paléo-tourisme qui se mit alors en place (Camargo, 2007). Ce ne fut que plus tard, dans les années 1920, que se développèrent des pratiques touristiques systématiques autour des activités balnéaires (Paixão, 2007, p. 135).

58Concomitamment à l’essor d’une certaine littérature médicale française au Brésil, le marché carioca se structura autour des bains de mer. Si cette réalité économique prit des formes variées que nous n’avons pas eu l’occasion d’étudier ici dans le détail, la simultanéité observée entre ces phénomènes n’est pas anodine. La littérature médicale française fut alors d’une influence déterminante d’un point de vue scientifique mais également social, la mode des bains de mer étant encouragée par certains membres du corps médical. L’académie brésilienne s’empara de ce fait, les travaux universitaires portant sur ces questions l’attestent, et participa à son développement. Peu à peu, le littoral gagna en visibilité et en attrait auprès des classes les plus aisées au fur et à mesure que ce dernier s’assainit grâce aux politiques hygiénistes et industrielles.

Haut de page

Bibliographie

Andreatta V., Ciudades cuadradas, paraisos circulares: planes de ordenación y orígenes de la urbanística en Rio de Janeiro: importación y transformación de paradigmas, Joaquim Sabaté Bel, (dir.), Universitat Politècnica de Catalunya, 2007, 383 p.

Andreatta V., « Rio de Janeiro: planes de ordenación y orígenes de la urbanística carioca », Revista Iberoamericana de Urbanismo, 2009, pp. 15-26.

Barles S., La ville délétère : médecins et ingénieurs dans l'espace urbain, XVIIIe-XIXe siècle, Seyssel : Champ Vallon, 1999, 373 p.

Britto C. N., « A influência da medicina da França na formação da medicina da Bahia, Brasil (século XIX e meado do século XX) », Gazeta Médica da Bahia, 2010, vol. 80, n° 2, pp. 33-56.

Camargo, H. L. Uma pré-história do turismo no Brasil, São Paulo: Aleph. 2007, 383 p.

Campos F., « Das casas de banho ao Copacabana Palace », Revista do AGCRJ, 2010, n°4, pp.169‑175

Cooper-Richet D., « Transferts culturels et passeurs de culture dans le monde du livre (France - Brésil, XIXe siècle », Patrimônio e memória, 2013, vol. 9, n°1, pp. 128-143.

Corbin, A., The Lure of the Sea, Berkeley. Discovery of the Seaside in the Western World 1750-1840, Berkeley: University of California Press, 1994, 380 p.

Correa, S. M. de S., « Germanidade e banhos medicinais nos primórdios dos balneários no Rio Grande do Sul », Hist. cienc. Saude-Manguinhos, 2010, vol. 17, n°1, pp.165‑184.

Costa, M. C. L., Le discours hygiéniste et la mise en ordre de l’espace urbain de Fortaleza, au Brésil, H. Théry (dir.), université de la Sorbonne nouvelle - Paris III, 2012, 406 p.

Dantas, E. W. C., « La maritimité sous les Tropiques : les contributions d’une étude réalisée à Fortaleza (Ceará) », Confins, 20 | 2014, URL : http://journals.openedition.org/confins/8889

Diaz D., « Des Brésiliens dans la France des années 1820. Contribution à une histoire des mobilités transatlantiques au XIXe siècle », Amnis, 12 | 2013, URL : http://journals.openedition.org/amnis/1919

Dumont J., Fléchet A., « "Pelo que é nosso!": a diplomacia cultural brasileira no século XX », Revista Brasileira de História, 2014, vol. 34, n°67, p. 203-221.

Ferreira, L. O., « José Francisco Xavier Sigaud: um personagem esquecido, uma obra reveladora », Hist. cienc. Saude-Manguinhos, 1998, vol. 5, n°1, pp.125-126.

Guimarães, M. R. C., « Chernoviz e os manuais de medicina popular no Império », Hist. cienc. Saude-Manguinhos, 2005, vol. 12, n°2, pp. 501-514.

Henrique M. C., Um toque de voyeurismo: o diário íntimo de Couto de Magalhães (1880-1887), J. F. Beltrão (dir.), UFP, 2008, 315 p.

Heynemann C. B., « Brasil: o Império nos trópicos », Exposições virtuais do Arquivo Nacional, 2008, URL : http://www.exposicoesvirtuais.arquivonacional.gov.br/media/222/cod572_vol1_f177.jpg

Karasch M. C., Slave Life in Rio de Janeiro, 1808-1850, Princeton: Princeton University Press, 1987, 422 p.

Lima-Barbosa M. de, Les Français dans l’histoire du Brésil, Paris : Blanchard, 1923, XII-484 p.

Luz M. T., Medicina e ordem política brasileira: políticas e instituições de saúde (1850-1930), Rio de Janeiro: Graal, 1982, 218 p.

Mauro F., « Mary C. Karasch, Slave Life in Rio de Janeiro (1808-1850) », Annales. Economies, sociétés, civilisations, 1988, n°2, pp. 442-443.

Medeiros A. da S., « Autoria científica do doutor Chernoviz entre a vulgarização da medicina e a formação profissional: o caso do Dicionário de medicina popular, 1842-1890 », Hist. cienc. Saude-Manguinhos, 2018, vol. 25, n° 1, pp.33-49.

Melo V. A. de, « Enfrentando os desafios do mar: a natação no Rio de Janeiro do século XIX (Anos 1850-1890) », Revista de História (São Paulo), 2015, n°172, pp. 299-334.

Müller, G. R. R., A influência do urbanismo sanitarista na transformação do espaço urbano em Florianópolis, M. de C. A. Pimenta (dir.), UFSC, 2002, 137 p.

Nava P., Capítulos da história da medicina no Brasil, São Paulo: Ateliê Editorial, 2004, 245 p.

Paiva F. S. L. de, Sobre o pensamento médico-higienista oitocentista e a escolarização: condições de possibilidade para o engendramento do campo da educação física no Brasil, L. M. de F. Filho (dir.), UFMG, 2003, 452 p.

Paixão D. L. D., « Thermae et Ludus: O início do turismo de saúde no Brasil e no mundo », Turismo em Análise, 2007, vol. 18, n° 2, pp. 133-147.

Sá M. R., Viana L. M., « La science médicale entre la France et le Brésil : stratégies d’échange scientifique dans l’entre-deux-guerres », Cahiers des Amériques latines, 2010, n°65, pp. 123-143.

Siret D., Rodriguez G., « Les petites annonces de la maison individuelle (1985-2005) », pp. 61-72 in Fol J., Futur de l'habitat, Paris : J.-M. Place, 2008, 186 p.

Souza R. C., Existe vida no Caju:reflexões e ações em torno de um bairro degradado, Niterói: UFF, 2017, 67 p.

Sources

« Bibliographia. Manual do banhista ou estudos sobre os banhos do mar, pelo Dr. M. Vieira da Fonseca », Revista do Rio de Janeiro, vol. II, n° 1, 1876, p. 189.

« Boletim bibliographico », União Médica, 1889, AGO, n°8.

A Patria: Folha da Provincia do Rio de Janeiro, 1876, n°66, 70, 75, 77, 78-81.

Assegond A., Manuel des bains de mer, contenant l’Exposé des précautions qu’on doit prendre avant, pendant et après l’usage de ces bains..., Paris : Compère Jeune, 1825, 324 p.

Assegond A., Manuel hygiénique et thérapeutique des bains de mer..., Bruxelles : Dumont, 1835, 184 p.

Chernoviz P. L. N., Formulário ou Guia Médico, Rio de Janeiro: Tipografia Nacional,1841.

Fonseca, M. V. da, « Estudos sobre os banhos do mar », Revista médica, Jornal de Sciencias medicas e cirurgias, 1874, n°9, pp. 134-138 et 149-152.

Gazeta do banho, Rio de Janeiro, 25 de dezembro de 1881, n°1, 4 p.

Macario M. M. A., Leçons d’hydrothérapie, professées à l’École pratique de médecine de Paris, Paris : Germer-Baillière, 1857, IV-179 p.

Meirelles J. C. S. de « Introducção », Revista Médica Fluminense, 1835, pp. 10‑12.

Rego J. P., « Considerações sobre o uso dos banhos de mar e seu emprego higiênico e terapêutico », Revista Médica Brasileira, 1841, vol. I, n°2, pp. 57-75.

Sigaud J-F-X., « A mode do remedios e os remedios da moda », Diário de Saúde, 1835, vol. I, n°4, pp. 31-32.

Sigaud J-F-X., Du climat et des maladies du Brésil, ou statistiques médicales de cet empire, Paris : Fortin, Masson et Cie, 1844, 591 p.

Velloso V. P., Fonseca R. F. da, « Escola anatômica, cirúrgica e médica do Rio de Janeiro », Dicionário Histórico-Biográfico das Ciências da Saúde no Brasil (1832-1930), URL : http://www.dichistoriasaude.coc.fiocruz.br/iah/pt/verbetes/escancimerj.htm

Haut de page

Notes

1 Idem, voir en particulier les entrées : écrouelles, impuissance virile, incontinence urinaire, leucorrhée, problèmes osseux, névralgies et névroses dans un cas ; puis : abcès chronique, acné, aménorrhée, ramollissement de la moelle épinière, angine de poitrine, gonorrhée, catarrhe de la vessie, éléphantiasis, migraine, faiblesse pour laquelle le grand air et l’exercice étaient également très importants, maladie d’Addison, myélite, rhinite atrophique, pellagre, pollutions nocturnes, hypertrophie et/ou inflammation de la prostate, prurigo, psoriasis, tumeurs tuberculeuses

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Les bains de mer de l’Impératrice
Crédits Source : http://www.exposicoesvirtuais.arquivonacional.gov.br/​media/​222/​cod572_vol1_f177.jpg
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 720k
Titre Figure 2 « La topographie du territoire d'implantation de la ville »
Crédits Source : Andreatta, 2007, p. 31.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 3 Du climat et des maladies du Brésil
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Figure 4 Formulário ou Guia Médico
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Figure 5 Encart publicitaire pour la station thermale de Nova Friburgo
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 6 Mappa Balneario do Brasil
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 7 Carta itineraria par as aguas mineraes da Provincia de Minais Gerais
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,5M
Titre Figure 8 Gazeta do banho
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4M
Titre Figure 9 La Gazette des bains de mer de Royan
Crédits Source : « Regards sur une vie », C-ROYAN. La mémoire vive encyclopédique, URL : https://www.c-royan.com/​arts-culture/​galerie-dart/​expositions-et-musees/​victor-billaud/​1491-regards-sur-une-vie.html
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/17922/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Huerta, « Entre deux eaux : courants thérapeutiques franco-brésiliens dans le processus de balnéarisation de Rio de Janeiro », Confins [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 23 mars 2019, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/17922 ; DOI : 10.4000/confins.17922

Haut de page

Auteur

Antoine Huerta

Docteur en Histoire / Chercheur associé au CRHIA – Université de la Rochelle, antoine_huerta@hotmail.com,

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals