Navigation – Plan du site
Dossiê Balneomar

Carte postale photographique et balnéarisation des villes littorales : le cas de Royan (1895-1920)

Cartão-postal fotográfico e balnearização das cidades litorâneas: o caso de Royan (1895-1920)
The photographic postcard and the emergence of seaside leisure in coastal cities: the case of Royan (1895-1920)
Benjamin Caillaud

Résumés

Entre 1895 et 1920, la ville de Royan connaît un nouvel essor de son économie balnéaire et devient l’une des stations les plus fréquentées du littoral atlantique français. A la même période, un support de correspondance séduit de manière massive et diffuse : la carte postale illustrée par une photographie. Acteur revendiqué de l’économie balnéaire, le photographe et éditeur Fernand Braun s’impose alors comme une figure influente du marché de l’édition de cartes postales tandis que la concurrence conduit à une standardisation de l’offre visuelle à propos des principales attractions patrimoniales. Abondamment diffusés au format carte postale, les clichés Braun sont également utilisés par le secteur de l’édition nationale pour des ouvrages illustrés. Par la rhétorique visuelle propre à la carte postale, Fernand Braun « invente » le paysage du rivage royannais et diffuse une esthétique moderne des littoraux atlantiques.

Haut de page

Entrées d’index

Index by keywords :

seaside, Atlantic coast, postcard, photography

Index géographique :

Royan

Índice de palavras-chaves :

balneário, costeira atlântica, postal, fotografia
Haut de page

Texte intégral

1Depuis les années 1980, le nombre d’ouvrages régionalistes publiés en France utilisant des cartes postales photographiques anciennes est très conséquent. Aux qualités formelles discutables, ces publications illustrent en carte postale le quotidien des villes et villages des années 1900 tandis que leurs textes répètent sur un ton nostalgique ce que les images disent déjà. Seul l’historien de la photographie Clément Chéroux explore le rapport des avant-gardes artistiques à ces « photographies timbrées » (Chéroux, 2008). La publication en 2015 de notre ouvrage, tiré de notre thèse d’histoire, sur le photographe et éditeur des Charentes Fernand Braun (1852-1948), démontre que la carte postale peut être considérée comme un objet de recherche. En effet, la carte postale photographique est source d’histoire, un élément clé de la culture visuelle du XXe siècle.

2L’éditeur Braun est basé dans la station balnéaire atlantique de Royan en Charente-Inférieure, actuelle Charente-Maritime, dans le sud-ouest de la France, sur le rivage nord de l’embouchure de l’estuaire de la Gironde.

Fig 1 Royan, destination balnéaire atlantique

Fig 1 Royan, destination balnéaire atlantique

Accessible en bateau depuis Bordeaux et par train depuis Paris dès 1875

3En le mettant abondamment et intelligemment en image entre 1895 et 1920, Fernand Braun incarne un acteur impliqué de l’essor balnéaire qui intervient sur ce bout de littoral atlantique. Notre recherche insiste sur le rôle déterminant de la carte postale dans le phénomène de « balnéarisation, ou « mise en tourisme », des littoraux de toute une région. La circulation de ces images s’opérant dans un contexte d’accélération de la société industrielle, à la fois formellement et symboliquement, le support carte postale est l’objet de la modernité.

4En nous appuyant sur le catalogue de cartes postales signées Braun, dont nous faisons une « œuvre » (Malaurie, 2003), nous interrogeons les conditions économiques, sociales, culturelles, techniques et esthétiques de leur création et de leur diffusion. Notre travail intervient dix ans après la publication par Christian Malaurie de La carte postale, une œuvre. Ethnographie d’une collection, un essai tiré de sa thèse en anthropologie de l’art. Tout comme dans notre travail, Malaurie s’efforce de montrer en quoi l’image moderne photographique de carte postale ne peut être analysée comme une simple illustration ou un objet de correspondance. Malaurie y analyse plus spécialement la construction sociohistorique du paysage balnéaire en prenant pour exemple la ville d’Arcachon. Dans ce cas comme dans celui de Royan, la carte postale peut se définir comme un « support d’énonciation et de visibilité » (Malaurie, 2003) pour montrer en quoi l’image-objet carte postale a profondément modifié en occident le rapport sensible à l’espace et participer activement à l’invention moderne des territoires. Images diffusées en masse, véhiculant à la fois des stéréotypes et des points de vues inédits, les cartes postales inventent de nouvelles perceptions des lieux et des espaces pratiqués. Par ailleurs, par leur nature de support conservé, collectionné et partagé, les cartes postales produisent un récit d’espace et de voyages racontant le monde moderne. Ce récit se fait par un format : le format carte postale soit 9 x 14 cm. Quand au départ notre démarche est celle de l’historien, attaché à une œuvre et ses conditions de création, l’ambition de Malaurie s’inscrit dans la perspective d’un des projets échoué de Walter Benjamin d’écrire une « esthétique de la carte avec vue » (Walter Benjamin. Archives, 2011, p. 172), objectif qu’il poursuit en publiant, en 2014, L’ordinaire des images. Nos travaux rejoignent ici cette démarche puisque Benjamin s’attachait à rendre sensible et intelligible le rôle esthétique et culturel de la carte postale photographique.

5Depuis le XIXe siècle, s’affirme une nouvelle relation matérielle et symbolique au territoire littoral. Le « paysage balnéaire » se constitue en transformant avec des aménagements urbains les rivages atlantiques. Dans cet article, nous mettrons en évidence comment, grâce au modèle de l’éditeur de cartes postales Fernand Braun, Royan s’invente comme ville littorale balnéaire au début du XXe siècle. Nous mettrons en évidence, dans un premier temps, comment l’image « créée » Royan puis, dans un second temps, comment la rhétorique visuelle propre au format carte postale façonne son identité.

L’invention d’un sujet photographique

Royan et son image

6Sous l’influence d’acteurs Bordelais, la modeste cité de Royan développe une économie des bains de mer à partir du premier tiers du XIXe siècle. Grâce à l’aménagement de ses plages, l’ouverture d’un premier casino ou des navettes de bateau à vapeur depuis Bordeaux, la station balnéaire attire une clientèle régionale. Maire de Royan à partir de 1871, le républicain Frédéric Garnier (1836-1905) va alors considérablement moderniser la ville et lui donner une audience nationale. Si l’arrivée du premier train depuis Paris en 1875 est déterminante pour l’essor de la jeune station, l’œuvre de Garnier se poursuit encore : travaux du port de Foncillon, intégration du quartier de Pontaillac à la ville, création du secteur résidentiel du Parc et construction d’un nouveau casino dominant la plage de Foncillon, ouverture d’une ligne de tramway urbain longeant le littoral. En 20 ans, Royan devient une station mondaine, l’une des plus luxueuses de la côte atlantique, attirant désormais une clientèle parisienne.

7La direction du casino de Foncillon est considérée comme « réactionnaire » par le maire et les élites municipales républicaines. Pour contrer son influence, un nouvel établissement de jeu est mis en chantier sur la plage de la Grande Conche, une étendue sableuse urbaine de six kilomètres face à la mer, au sud du port. Sous contrôle, le Casino municipal doit permettre un « renouveau de gloire » à la ville et devient vite le monument emblématique des ambitions balnéaires de Royan. Son inauguration en 1895 ouvre un nouveau cycle de croissance pour la ville. Le nombre de visiteurs annuels atteint 120 000 (pour environ 8000 habitants) tandis que Royan s’impose comme une destination de villégiature d’été et d’hiver. A la mode et prospère, la station continue de se moderniser avec l’ouverture d’un tennis ou d’arènes pour spectacles taurins tandis que la Grande Conche est qualifiée de « reine des plages ». Elle voit s’organiser des régates, des courses de vélocipèdes ou d’automobiles, des spectacles d’aérostations ou des courses hippiques. Les deux casinos donnent des spectacles symphoniques, des opérettes, des pièces de théâtres, et sont le décor de fêtes de nuit grandioses avec feux d’artifice. Le centre-ville est empli d’une grande foule qui se prélasse au milieu de jardins fleuris. Les villas luxueuses s’érigent dans le quartier arboré du Parc et autour des rues du lotissement privé de l’Oasis, l’ensemble créant une vaste zone résidentielle située en retrait immédiat de la Grande Conche.

  • 1 Royan, 8 août 1894.

8Pour promouvoir ses actions et soutenir son pouvoir, Garnier sait compter sur un homme énergique : le publiciste Victor Billaud (1852-1936). En effet, pour soutenir l’essor de Royan, la municipalité verse d’importantes sommes d’argent au personnage afin qu’il assure la publicité de la ville à travers toute la France et notamment à Paris. Imprimeur, l’entrepreneur est à la tête de La Gazette des Bains de Mer de Royan, un journal s’adressant aux étrangers. Le rédacteur en chef promet alors de « donner bonne place aux comptes rendus des spectacles nombreux qui font de Royan une ville de fête et de Lumière. (…) Il faut que le baigneur retrouve ici ses habitudes de grande ville et de vie luxueuse dans la plus belle station de l’Atlantique1 ». Ce discours s’articule avec la production d’affiches lithographiées notamment diffusées par les Chemins de fer de l’Etat. Il s’agit alors de promouvoir l’accès à Royan par le train. Dans les années 1880, Billaud diffuse des formats à « l’italienne ».

9Fig 2 Affiches publicitaires de Royan

Imprimées par Victor Billaud dans les années 1880 et 1890

10Ce format « paysage » restitue mieux l’impression d’espace ouvert, aéré et lumineux, tout en déformant les distances ou en exagérant les proportions des bâtiments. Le dessin aux couleurs vives offre une vue générale où les plaisirs du bord de mer semblent accessibles dans un espace ramassé et grandiose. Le regard peut ainsi embrasser toute la baie de Royan avec, de gauche à droite, la façade de Foncillon et le casino puis le port et la plage principale de la Grande Conche. L’importance du végétal est soulignée tant par le dessin que par les slogans écrits. Le format « paysage » permet également de mettre en valeur la frontalité des aménagements urbains avec le rivage tout comme la présence de nombreuses silhouettes de « baigneurs ». Dans les années 1890 et 1900, les affiches au format à la « française » se construisent autour d’une image principale, mettant généralement en valeur le Casino municipal, encadrée de différents cartouches montrant des hauts lieux de la station comme le port ou les rochers de Pontaillac. A partir de 1888, Victor Billaud publie également un guide pour les étrangers : Royan et ses environs. Guide des touristes. Réédité chaque année, les textes chantent les louages du rivage charentais tout en racontant avec lyrisme le développement de Royan sous les auspices de Garnier et de son équipe. Epais, ce guide de poche est abondamment illustré par des gravures en noir et blanc. Les vues de paysages côtoient les gros plans sur les principales infrastructures et bâtiments de la ville pour en souligner la modernité (lieux de culte, casinos, hôtels, cafés, etc.). De fait, l’œuvre de Billaud consiste à promettre le confort et le luxe de la grande ville dans un écrin de verdure en bordure de l’océan. La question de « l’image » est donc au cœur de la stratégie de développement de Royan et elle dépasse la simple illustration. Elle nourrit l’imaginaire des villégiateurs et leur envie de Royan.

La modernité photographique

11L’ouverture du Casino municipal marque donc un nouvel essor du secteur balnéaire sous contrôle de l’hôtel de ville. Dans un contexte national de reprise économique, l’édifice va symboliser à lui seul la « belle époque » de Royan. La Grande Conche sur laquelle il est dressé est le cœur battant de la station. La saison 1895 marque aussi l’arrivée d’un nouvel acteur incarnant ces années à venir de réussite et de croissance : Fernand Braun, neveu du puissant industriel de la photographie Adolphe Braun (1812-1877). Installé à Angoulême en 1878, Fernand Braun ouvre plusieurs ateliers de portraits en centre-ville. Il profite de la mode du portrait au format « carte de visite », un portrait photographique d’atelier collé sur un cartonnage de format 6 x 9 cm. Ce format populaire et accessible se décline au format « cabinet » soit 10,5 x 16,5 cm. Tous ces objets peuvent être conservés dans des albums ou exposés sous verre. Ils sont aussi le support de clichés montrant les monuments publics ou des scènes de la vie quotidienne. L’été, le photographe suit sa clientèle en villégiature à Royan et ouvre un atelier de portraits sur la terrasse de l’imprimerie Billaud. Comprenant le dynamisme du littoral atlantique, Fernand Braun s’installe définitivement à Royan en 1895. Il devient immédiatement un intime des élites politiques et sociales, adhérant et participant clairement à leur ambition balnéaire pour la ville. L’homme poursuit alors son commerce de vues de paysages et de bâtiments collées sur cartons et il photographie Royan et son littoral. Privilégiant les plans larges et aérés, l’opérateur valorise l’espace offert par le rivage royannais.

Fig 3 Photographies sur carton signées Braun

Fig 3 Photographies sur carton signées Braun

De haut en bas, La Grande Conche, Pontaillac, Saint-Georges de Didonne, vers 1895

12Sur la plupart des clichés, le ciel occupe une large place évoquant ainsi le besoin satisfait de respiration et de « bon air pur ». Le ciel est dégagé, la vue ouverte. Sur la partie terrestre, la mer occupe une large surface, le photographe se plaçant de manière à ce que l’eau borde - voire déborde ! - le bas du cliché. L’impression d’un contact immédiat avec l’élément aqueux est saisissante. Assurément, d’après cette expérience photographique, le visiteur évolue à Royan avec légèreté et finesse, entre mer et ciel. Sur les clichés où la mer disparaît, elle reste suggérée par la présence importante voire débordante du sable au pied de l’image. Fernand Braun met alors en valeur la frontalité du bâti, notamment les luxueuses et parfois imposantes villas. Ici, l’opérateur sait mettre en évidence l’atout de Royan : l’immédiat accès à la mer pour le villégiateur depuis sa résidence moderne. Le travail de cadrage insiste sur les circulations en bord de littoral tandis que la présence de figurants appuie l’idée de promenade. Ce moment de rencontre et de « montre » est une activité prisée et valorisée des villégiateurs, la plage devenant le « prolongement du salon » selon la formule des frères Goncourt. Fernand Braun définit en image l’idée de station balnéaire : l’urbanité en bord de mer ou plus précisément les avantages de la ville associés aux bienfaits du rivage océanique

13A la fin du XIXe siècle, les Français ont donc soif d’images photographiques : images d’eux-mêmes, images de leur quotidien, du reste du monde ou de leur patrimoine monumental. Grâce à un personnage puissamment incarné comme Fernand Braun, la modernité photographique envahit l’espace littoral charentais. Pourtant, ce désir est encore largement bridé par une contrainte technique : l’impossibilité de reproduire à grande échelle la photographie sur papier d’imprimerie. Or en 1895, les procédés sont désormais au point tandis que les plaques négatives au gélatino-bromure d’argent permettent déjà depuis une dizaine d’années de photographier la vie en mouvement. Les procédés d’impressions des photographies sur papier, soit une reproduction mécanique, va alors s’appliquer à un support à la mode depuis un quart de siècle : la carte postale. Depuis la fin des années 1880, les Français consomment ce carton de correspondance circulant à découvert en grande quantité. La face opposée à la mention de l’adresse est illustrée par une simple frise puis par un dessin et une gravure. Avec les vues photographiques, la « carte postale » devient un phénomène international. Intelligent acteur du secteur de l’image, Fernand Braun s’empare immédiatement de ce nouveau support et produit ses premières collections de vues. Il recycle alors ses négatifs diffusés sur cartons pour les reproduire sous forme de cartes postales.

Fig 4 Cartes postales de précurseur de Fernand Braun montrant Royan et son littoral. Avant 1900

Fig 4 Cartes postales de précurseur de Fernand Braun montrant Royan et son littoral. Avant 1900

Source : Coll. part. (sous droits)

14Des collections précurseurs de vues sont éditées pour son propre compte où en association avec des distributeurs nationaux qui s’intéressent à Royan dès la fin des années 1890 : Neurdein, SIP, FA & cie, etc. En faisant entrer la station dans leur catalogue de vues, ces éditeurs identifient et reconnaissent Royan comme un marché prometteur. Dans le format carte postale, l’audience des clichés Braun, hier encore confidentielle, est démultipliée en même temps qu’augmente le nombre potentiels d’acquéreurs. Dès le début des années 1900, Fernand Braun se revendique en toute autonomie éditeur de cartes postales. Le fait que l’homme soit le propre diffuseur de ses clichés permet de mieux comprendre les mécanismes de création et de distribution conduisant à la construction d’une certaine image de la station.

Le phénomène carte postale

15Parti à la conquête du monde en 1895, la carte postale avec vue va faire entrer l’image jusque dans les foyers les plus modestes. Subitement, tout est matière à carte postale et dès 1900, la production est massive et internationale, industrielle ou artisanale, avec une diffusion à la fois volumineuse et très fine. Il s’imprime en France près de 300 millions d’unités par an entre 1905 à 1907. Les raisons du succès sont nombreuses : coût minime, économie de temps dans les échanges, promesse d’une vie rapide. Surtout, l’objet est désormais illustré par cette image si moderne, celle qui semble enregistrer mécaniquement le réel en restituant les détails avec une scrupuleuse minutie : la photographie. Très nettement, depuis que la photographie tient sa promesse de facilité et de vitesse d’exécution (prise de vue dite « instantanée ») puis de reproduction et de diffusion rapide, la carte postale est l’objet de la modernité. Il est de fait le premier objet consommé massivement en occident. Même si elle est généralement minorée voire ignorée par les historiens du domaine, la rencontre entre photographie et carte postale conduit très clairement à faire naître à la fin du XIXe siècle la démocratisation de l’image « photographique ». A l’aube du XXe siècle, il y a donc sur le littoral atlantique concomitance entre un médium - moderne - et un sujet à médiatiser  - esprit de la modernité - : l’essor balnéaire. A Royan, un homme saisit parfaitement cette articulation : Victor Billaud.

  • 2 Royan, 5 août 1904.

16Lors de la saison 1904, le personnage diffuse dans sa Gazette une publicité pour promouvoir sa propre production de cartes sur Royan et ses environs. Le document donne le détail des 120 titres disponibles d’une collection auto promue comme « plus complète, la seule que les contrefacteurs essaient d’imiter2 ». Selon l’un des chroniqueurs du journal, le phénomène est devenu en dix ans une authentique mode grâce à l’aspect illustratif de l’objet.

  • 3 « Cartes postales » in Royan, 11 août 1904.

« Une bonne photo vaut dix mille explications. Or, que dire d’une photo qui, non seulement reproduit un objet avec tous les détails des lignes secondaires, mais qui encore, établie avec un art incomparable, sous le meilleur angle visuel, au moment du plus grand relief, et dans le jour le plus favorable, offre toutes les qualités expressives d’un tableau de maître !3 »

17A la saison 1905, l’offre de vues double avec 250 titres disponibles et se stabilise en 1907 autour de 350 unités. Surtout, il est possible de les acquérir soit séparément, soit en pochette, en boîtes ou en albums pour un coût dérisoire. Ces acquisitions par lots attestent d’une consommation en grande quantité et il n’est pas rare d’envoyer à un même correspondant plusieurs cartes par jour. Surtout, la publicité insiste sur le fait que l’objet doit se collectionner et qu’il doit être conservé. En outre, beaucoup de cartes sont gardées par leurs acquéreurs au titre de souvenir et ne sont jamais utilisées comme support de correspondance. Dès lors, c’est bien leur valeur visuelle qui l’emporte.

18La publicité pour les cartes postales commence et cesse avec les dates de la saison estivale et elle est placée entre le programme des spectacles aux casinos ou les horaires des marées. Promouvoir ainsi les cartes postales, c’est vouloir signifier que ces objets participent, à leur manière, à la célébration de la vie de la station balnéaire. Lors de son séjour, si l’étranger a besoin de consulter le programme des festivités, il a tout autant besoin de cartes postales pour répondre aux codes sociaux en vigueur qui impliquent un échange de correspondance. Il est évident que les cartes postales font partie du trousseau idéal du villégiateur. Elles participent à « l’idée de station balnéaire ». Elles font le paysage et elles sont le paysage de bord de mer. L’objet, promu par la réclame, s’affirme définitivement comme l’un des acteurs de la saison, lié intimement à la nature balnéaire de Royan.

Royan répétée

Les clichés Braun déposés

19En 1904, une réforme postale laisse une plus grande place à la correspondance et à l’illustration photographique qui occupe désormais toute la surface du carton coté vue. Déjà lancé dans une production raisonnée et d’ampleur, baptisée par nos soins la « Grande Série », le nombre de titres de cartes postales proposé par Fernand Braun croît considérablement. Lorsqu’il prend sa retraite en 1920, l’éditeur a publié plus de 4000 clichés mettant en scène les deux Charentes, sa vie quotidienne, ses paysages, son patrimoine. Fernand Braun s’impose comme l’un des plus puissants éditeurs régionaux de cartes postales en France. S’il ne se contente pas de Royan, la station reste une base éditoriale solide avec 330 titres référencés par nos recherches dans la seule Grande Série. Cependant, ce nombre de publications vaut pour toute sa période d’activité et comprend de nombreux titres sans lien avec la question balnéaire. En outre, Fernand Braun publie des cartes dites « topographiques », c’est-à-dire montrant minutieusement les réalités physiques des territoires (rivières, forêts) ou leurs aménagements (bâtiments publics, rues, commerces). Ainsi, photographie-t-il les rues de Royan, ses magasins, ses monuments. Pour opérer, le photographe crée d’abord un cadre, une véritable « scène ». Toute action se tient chez Braun dans un « paysage », un type de format qu’il privilégie d’ailleurs pour l’ensemble des prises de vue de sa collection. Par ailleurs, ses clichés se caractérisent par une très grande animation. C’est-à-dire que l’opérateur place de nombreux figurants dans son champ visuel : des personnages agissant en concertation avec lui voire face caméra. Par choix esthétique, celui d’une composition maîtrisée, Fernand Braun crée de véritables tableaux vivants en dépit de la faisabilité technique de photographier sur le vif.

Fig 5 Cartes postales de Fernand Braun

Fig 5 Cartes postales de Fernand Braun

Issues de son catalogue principal, la Grande Série, montrant Royan

Source : Coll. part. (sous droits

20Les vues urbaines de Fernand Braun sont ainsi marquées par sa très grande intelligence de l’image. En effet, il place adroitement des branches d’arbres en bordure d’image, à l’avant de la scène photographiée.

Fig 6 Royan par Fernand Braun

Fig 6 Royan par Fernand Braun

Source : Coll. part. (sous droits

  • 4 Billaud V. Royan et ses environs, 1898, p. 42.

21Manière subtile d’accentuer la profondeur de l’image tout en remplissant les parties laissées blanches par le ciel. Par ailleurs, il met ainsi adroitement en image un argument publicitaire propre à la station de Royan : l’omniprésence claironnée du végétal. « Partout des arbres au bord de la mer » annoncent les affiches imprimées par Billaud tandis que son Guide explique que Royan « est comme un parc immense déroulé vers la mer avec une débauche de végétation d’où surgit la blancheur lumineuse de la ville4 ». Les cartes Braun tiennent la promesse des mots de Billaud. Si confort et modernité de l’accueil sont proclamés par la publicité, les mises en scène du photographe l’illustrent adroitement par l’image. Ainsi, les hôtels de la ville sont-ils systématiquement montrés avec des calèches attendant ou amenant leurs résidants.

Fig 7 Les hôtels de Royan tels que mis en scène sur les cartes postales de Braun dans les années 1900

Fig 7 Les hôtels de Royan tels que mis en scène sur les cartes postales de Braun dans les années 1900

Source : Coll. part. (sous droits

22Royan se veut une capitale de l’atlantique avec son réseau de transport adapté ? Sa mise en carte postale l’atteste et le client aimera envoyer cette image-là à son correspondant ! Pourtant, ces clichés peuvent se compter parmi des vues topographiques. Rien n’exprime alors directement le caractère « balnéaire » de la cité. Les légendes peuvent alors orienter le sens de l’image avec des formules comme « avec vue sur la mer ». La balnéarisation ne s’exprime pas uniquement par le cliché montrant explicitement du fait balnéaire comme la plage ou ses baigneurs. La balnéarisation, c’est le fait balnéaire plus l’usage balnéaire d’un paysage ou d’un lieu, celui-ci pouvant se percevoir différemment. Le pêcheur ne regarde et ne considère assurément pas la mer comme le Parisien en villégiature en dépit de la présence d’éléments naturels ou physiques tangibles (phare, vagues, rochers, etc.). Or, la clef de lecture du décor royannais est dans l’usage qui en est fait par celui qui l’anime : le figurant posant pour le photographe. C’est bien l’intention de ces personnages mis en scène ou non qui permettent pour partie de décoder le sens donné et à donner à l’image. Leur comportement sur la plage donne ou suggère la manière dont le paysage est et doit être perçu. Mais mieux encore, c’est le consommateur de cartes postales qui assigne finalement à l’image son usage et sa représentation. C’est lui qui projette l’intention balnéaire dans l’image, intention qu’il peut souligner dans le message qu’il adresse à son correspondant. Cependant, le photographe l’aide en plaçant, par exemple, des marins sur une scène de rue (Royan est un port) ou en rappelant en légende que le café qui fait l’angle est le bien nommé « café des bains », haut lieu de socialité couru par les touristes. Une carte postale n’est pas qu’une photographie, elle est une photographie et un texte et ne saurait s’étudier si ce n’est se comprendre autrement que dans cette articulation et cette tension discursive. La balnéarisation est donc cette mécanique complexe qui ne saurait se réduire à une simple monstration d’éléments physiques certifiant l’usage balnéaire d’un lieu (baigneurs, villas, etc.).

23Un cliché Braun, c’est d’abord une scène à laquelle l’opérateur adjoint des éléments et des figurants et ajoute avec soin une légende c’est-à-dire un sous-titrage. Plus précisément, la légende réoriente le regard, le focalise ou en limite sa perception. Cependant, c’est bien l’interprétation et l’usage que le client en fait qui parachève la démarche. La carte postale n’est pas une image d’artiste. Elle est un objet de consommation et répond donc à une demande, c’est-à-dire à un goût, celui de ses usagers. S’il n’est pas satisfait c’est-à-dire si la carte ne s’achète pas, l’objet disparaît. Dans tous les cas, la définition du Royan balnéaire selon ses promoteurs politiques, c’est le confort de la ville en bord de mer. Il s’agit alors de mettre en évidence la dimension « urbaine » de Royan dans les mises en scène tandis que des indices plus ou moins visibles viennent associer la ville à l’idée balnéaire.

24Cependant, Fernand Braun va aussi montrer plus directement, c’est-à-dire explicitement, non plus l’indice mais la trace tangible du balnéaire. Ainsi, l’opérateur place-t-il les emblématiques tentes de plage royannaises à rayures en premier plan sur certains clichés.

Fig 8 Les tentes de bain à rayure de Royan

Fig 8 Les tentes de bain à rayure de Royan

Source : Coll. part. (sous droits

25La proximité visuelle avec le sable, la plage et les villégiateurs se ressent presque « physiquement » en envahissant le regard. Or la balnéarisation n’induit pas qu’un comportement : elle offre de nouvelles sensations. Ici, Braun met en évidence la question du nombre d’étrangers attirés par Royan, tels que le proclament les slogans promotionnels signés Billaud : « bains de mer les plus fréquentés ». Ces vues de Braun rappellent aussi aux historiens que le véritable lieu du balnéaire c’est la plage et non pas la mer. Si les figurants donnent souvent sens au lieu photographié, les clichés balnéaires de Braun se caractérisent par le soin que l’opérateur met à valoriser le « contexte » paysager de l’action. L’auteur cadre de manière suffisamment large pour que jamais les « baigneurs » ne soient placés dans un paysage non identifiable, à savoir celui de Royan. Et ce cadrage doit notamment mettre en exergue le bâti, le construit, l’immeuble, l’infrastructure moderne. C’est ainsi que l’action publique municipale peut être valorisée et reconnue. Il faut toujours signifier que Royan c’est la ville dans l’écrin grandiose, la « plage urbaine ». En acteur revendiqué du succès de la station, le personnage met ses compétences de photographe au service de l’économie balnéaire locale.

  • 5 Idem.

26Les titres Braun sur Royan qui sont les plus diffusés et les plus récurrents se concentrent alors sur l’hyper-station, c’est-à-dire Foncillon et la Grande Conche, plage que Billaud qualifie de « véritable point magnétique de la station5 ». Certes, Braun photographie les plages intermédiaires du Chay ou du Pigeonnier mais la reine des plages reste celle animée par la grande œuvre municipale : le casino de 1895. L’étude de son catalogue en 1913, quand l’essentiel des titres sur la ville a été produit, montre que le personnage propose à sa manière un circuit en dix étapes qui commence à la façade de Foncillon et se termine devant le Casino municipal.

Fig 9 Tour de Royan en dix étapes en 1913

Fig 9 Tour de Royan en dix étapes en 1913

Source : Pascal Brunello (sous droits)

27Or ces dix points de vue créent l’identité visuelle de la station. Nous en retiendrons ici trois.

28Une des toutes premières vues publiées (numéro 44 !) montre l’arrivée du bateau de Bordeaux.

Fig 10 L’arrivée du bateau de Bordeaux telle que mise en scène par Fernand Braun

Fig 10 L’arrivée du bateau de Bordeaux telle que mise en scène par Fernand Braun

Source : Coll. part. (sous droits)

29Le site est une porte d’entrée de la ville. La foule pressée sur le débarcadère souligne la dimension désirable et le succès de Royan. Offrant un accès permanent au rivage, la jetée est aussi l’élément « type » d’une station, permettant aux promeneurs d’avancer dans la mer, d’être « au-dessus » d’elle. Un effet de « Z » graphique aide le spectateur à suivre le mouvement depuis l’accostage jusqu’au rivage et au casino de Foncillon. De fait, cette vue de Royan évoque l’arrivée mythique par la mer alors que la plupart des villégiateurs arrivent désormais par… le train. Aussi, cette image évoque l’origine historique de la station tout en permettant d’introduire l’imaginaire maritime. En outre, les représentations de la gare de Royan sont quasiment inexistantes dans le catalogue Braun. A l’inverse, l’éditeur montre abondamment gares et trains dans l’arrière-pays rural car il symbolise à la campagne la modernité et l’accessibilité au reste du monde. La carte postale ne saurait être un enregistrement « juste » du réel : elle est le produit d’un point de vue et correspond à un imaginaire.

30Seconde image : le casino de Foncillon.

Fig 10 Le casino de Foncillon tel que mis en scène par Fernand Braun

Fig 10 Le casino de Foncillon tel que mis en scène par Fernand Braun

Source : Coll. part. (sous droits)

31Tout est grand sur ce cliché : le ciel est immense, le bâtiment est majestueux et le boulevard aussi large que ceux d’une grande ville. Par ailleurs, le photographe laisse comprendre que cette terrasse de Foncillon domine la plage du même nom. La composition du cadre met en valeur la végétation tout en laissant voir les infrastructures utiles aux bains, au pied de la falaise. Surtout, Fernand Braun a l’intelligence d’attendre le passage du train pour dynamiser son cliché tout en plaçant ainsi un élément symbole du développement balnéaire : le tramway urbain longeant le littoral et desservant les points névralgiques de la station.

32Sur le troisième cliché, la légende localise le lieu tout en livrant la clef de compréhension de l’image : il s’agit de la Grande Conche « à l’heure du bain ».

Fig 12 La Grande Conche à l’heure du bain telle que mise en scène par Fernand Braun

Fig 12 La Grande Conche à l’heure du bain telle que mise en scène par Fernand Braun

Source : Coll. part. (sous droits)

33Ici, Fernand Braun crée encore une authentique « scène » par son cadrage. Il permet d’identifier Royan grâce à un élément de décor visible et emblématique, celui de ses amis républicains : le Casino municipal. Puisque cette vue concerne la plage, celle-ci occupe deux bons tiers de l’image dont une moitié montrant du sable. C’est en effet sur le sable que se joue le fait balnéaire comme l’atteste la grande animation visible sur la photographie.

34Ces trois clichés Braun font partie des vues « type » du Royan balnéaire, une imagerie répétée sur chaque présentoir de cartes postales installé sur toute la façade littorale.

Un marché concurrentiel et atomisé

35S’il est un acteur particulièrement mobilisé et conscient des enjeux de la balnéarisation de Royan et de son rivage, Fernand Braun n’est pourtant pas le seul éditeur à diffuser des cartes postales. Au cours de sa période d’activité, nos recherches établissent à dix-neuf le nombre d’acteurs présents. Parmi eux, six peuvent être considérés comme des concurrents sérieux au sens où ils sont fortement et intelligemment présents sur le marché local. Il s’agit des frères Bloc (marque Br), des frères Levy (marque LL), de Victor Billaud, de l’éditeur Maurice Tesson (marque MTIL), de l’opticien Novozelski et du magasin Les Nouvelles Galeries. Basés à Bordeaux, les frères Bloc proposent environ 250 vues sur Royan tout comme MTIL installé à Limoges. Concurrents de ces éditeurs régionaux, les Parisiens Levy proposent une collection de près de 300 vues sur Royan intégrées à un catalogue de 25 000 titres. Plus localement, le bazar des Nouvelles Galeries publient des vues réalisées par des photographes du cru tandis qu’en sa qualité d’opticien, Novozelski réalise ses propres clichés. Enfin, le dernier acteur d’envergure est bien évidemment Victor Billaud. La carte postale est pour lui une déclinaison de son action de promotion de Royan tandis qu’il a parfaitement saisi l’importance de cet objet pour la clientèle de passage ou en villégiature. Promouvoir Royan, c’est diffuser son image sur un support à la mode et symbole de progrès.

36Si toute cette concurrence conduit à une multitude de clichés disponibles, il s’agit de comparer les propositions visuelles qui sont faites à propos des lieux emblématiques de l’activité balnéaire. Prenons deux exemples caractéristiques. Dans le cas de l’arrivée du bateau de Bordeaux, les éditeurs choisissent tous la même mise en scène et la même composition.

Fig 13 L’arrivée du bateau de Bordeaux telle que mise en scène par les principaux éditeurs de cartes postales à Royan

Fig 13 L’arrivée du bateau de Bordeaux telle que mise en scène par les principaux éditeurs de cartes postales à Royan

Source : Coll. part. (sous droits)

37Pour ce faire, ils s’installent dans le sémaphore au bout de la jetée ou sur une escabeau sur le quai, au moment du débarquement. Plaçant ainsi Foncillon en arrière-plan, la composition n’est cependant pas toujours aussi réussie que sur le cliché Braun. Quand ce dernier propose une foule nombreuse, dense et dynamique, ses concurrents montrent plutôt une forme de cohue. A un barreau d’échelle prés l’harmonie peut se faire confusion. La fabrique de cette « vue » est si importante pour l’imaginaire royannais qu’il en existe une incroyable mise en abyme. Ainsi, une carte postale montre un photographe grimpé sur une échelle réalisant un cliché future illustration de… carte postale ! Cette mise en scène de la mise en scène illustre à quel point la « vue » de l’arrivée du bateau de Bordeaux est pensée. Elle signale aussi la visibilité de l’opérateur photographique dans l’espace public, preuve de l’importance de son rôle social.

Fig 14 Mise en scène de la mise en spectacle de l’arrivée du bateau de Bordeaux à Royan

Fig 14 Mise en scène de la mise en spectacle de l’arrivée du bateau de Bordeaux à Royan

Source : Coll. part. (sous droits)

38Quoi qu’il en soit, sans y regarder attentivement, les six clichés proposent une « vue » similaire, en dépit des intelligences de l’image relatives des photographes.

39Lorsque les éditeurs ici comparés décident de prendre pour sujet le Casino de Foncillon, leur mise en scène reste sensiblement la même : le bâtiment, en majesté sur tout le côté droit de l’image, le large boulevard au centre et la plage en contrebas.

Fig 15 Le casino de Foncillon tel que mis en scène par les principaux éditeurs de cartes postales à Royan

Fig 15 Le casino de Foncillon tel que mis en scène par les principaux éditeurs de cartes postales à Royan

Source : Coll. part. (sous droits)

40Certains privilégient, cependant, le boulevard « lieu de promenade ». Dans ce cas aussi, la qualité des compositions varie : casino « écrasé », voire étêté, absence du symbolique tramway, locomotive dans le sens de la poussée, etc. Quoi qu’il en soit, les principaux éditeurs de Royan choisissent de mettre en scène l’endroit selon sensiblement le même point de vue.

41Quand il délaisse progressivement le dessin pour privilégier la photographie afin d’illustrer son guide touristique, Billaud propose de mettre en image la jetée du port et le casino de Foncillon rigoureusement de la même manière que sur les cartes postales !

Fig 16 La jetée et le casino de Foncillon tels que montrés par Victor Billaud

Fig 16 La jetée et le casino de Foncillon tels que montrés par Victor Billaud

Dans le guide touristique qu’il publie dans les années 1910 et 1920

Source : Billaud V., Royan et ses environs, 1923, p.62 et p. 73

42L’uniformisation iconographique est globale, l’imagerie standardisée est partout reproduite. Cette répétition s’explique d’abord parce que les éditeurs se copient entre eux ou plus précieusement ils copient ce qui se fait de mieux, ce qui se vend le plus. Surtout, ils doivent aussi répondre aux attentes de leur clientèle dans un contexte de forte concurrence. Or, les clients veulent pouvoir trouver un certain nombre de vues types : celles qui correspondent à celles « déjà vues » dans les guides ou sur des cartes postales précédemment envoyées par leurs relations. Il faut vérifier que l’image vue est bien conforme à celle qui a été déjà vue. Il faut éviter de colporter une image différente de celle promue par le discours touristique puisque c’est cette expérience qui est recherchée et qui sera ensuite revendiquée socialement. Faire l’expérience de Royan, c’est se conformer au programme des réjouissances promues par la publicité et la presse tout en se conformant à une expérience sociale, sensorielle et visuelle. Quoi qu’il en soit, la multiplication des opérateurs ne produit pas mécaniquement de la diversité : loin de stimuler la créativité, la concurrence conduit à standardiser l’offre visuelle. Avec sa mise en carte postale, la ville est par certains endroits comme répétée uniformément et à grande échelle. Non seulement, les éditeurs de cartes postales construisent du territoire en montrant toujours les mêmes choses mais, en plus, ils en donnent une vision standardisée en le photographiant toujours de la même façon. Cependant, pour s’imposer réellement l’imagerie a aussi besoin de durer.

La fabrique au long cours du paysage balnéaire royannais

43La permanence de certaines vues pendant des années finit par imposer une répétition iconographique inscrivant durablement une certaine image du balnéaire. A ce propos, Fernand Braun livre un cas exemplaire avec le port de pêche qui constitue du paysage balnéaire au sens où il est un décor obligé d’un séjour dans la station : les quais sont un lieu de promenade, leur animation un sujet de curiosité et la fraîcheur du poisson un gage de bien vivre. L’imaginaire lié à la mer est toute entière concentrée et promue par ce « lieu ». En 1910, Fernand Braun publie dans sa Grande Série un cliché portant le numéro 2161.

Fig 17 Carte postale Braun montrant le port de Royan

Fig 17 Carte postale Braun montrant le port de Royan

Publiée en 1910 puis réimprimée régulièrement jusqu’en 1920

Source : Coll. part. (sous droits)

44Le cadrage met en évidence l’animation du port tout en plaçant en arrière plan le Café des Bains, à gauche, et le Casino municipal, au fond à droite. Cependant, le négatif qui sert ici a été réalisé une quinzaine d’années auparavant ! La série de vues réalisée a d’ailleurs, à ce moment-là, fourni plusieurs collections de cartes postales distribuées par Braun lui-même ou par des éditeurs nationaux tels FA & Cie ou le parisien Porcher, ce qui conduit automatiquement à une plus grande visibilité.

Fig 18 Même cliché Braun illustrant différentes éditions

Fig 18 Même cliché Braun illustrant différentes éditions

Précurseurs de cartes postales à la fin des années 1890

Source : Coll. part. (sous droits)

45Quand il intègre le catalogue de la Grande Série, ce cliché fait donc déjà carrière. D’ailleurs, son succès est tel dans le format de la Grande Série que Fernand Braun le fait imprimer ensuite plusieurs fois jusqu’en 1920. Lorsque l’éditeur part à la retraite et laisse la gestion de ses archives à son fils Félix, ce dernier choisit alors le « tube » iconographique de son père pour assurer sa publicité.

Fig 19 Publicité Braun dans les années 1920

Fig 19 Publicité Braun dans les années 1920

Source : Coll. part. (sous droits)

46D’une certaine manière l’image est devenue icône. Ce cliché a ainsi circulé pendant 30 ans et a conduit à forger l’identité visuelle de Royan. Elle est célèbre pour sa grande diffusion et sa grande diffusion… la rend célèbre. Le désir pour cette image est donc autoalimenté.

47Pour s’imposer, l’image du balnéaire a besoin d’être répétée selon une stratégie d’espace et de temps : être diffusée dans un maximum d’endroits et le plus longtemps possible. Fernand Braun est un acteur puissant et influent. Aussi, ses clichés n’aliment-ils pas seulement son propre catalogue de cartes mais plusieurs fonds régionaux et nationaux. Ainsi, Braun fournit-il à FA & Cie ou à la puissante Société Industrielle de Photographie (SIP) des épreuves identiques aux siennes ou provenant de la même série de négatifs. C’est le cas des clichés de l’arrivée du bateau de Bordeaux ou de la Grande Conche à l’heure du bain.

Fig 20 Cartes postales SIP à partir de négatifs Braun

Fig 20 Cartes postales SIP à partir de négatifs Braun

Source : Coll. part. (sous droits)

48Mieux, pour ce dernier exemple, un cliché de la même série de négatifs est vendu également au célèbre géographe Onésime Reclus en 1910 pour illustrer les pages charentaises de son Atlas Pittoresque de la France.

Fig 21 Même série de négatifs Braun illustrant une carte postale et un ouvrage d’Onésime Reclus

Fig 21 Même série de négatifs Braun illustrant une carte postale et un ouvrage d’Onésime Reclus

Source : Coll. part. (sous droits)

49Reclus O., Atlas Pittoresque de la France, 1910, p. 395

50Ainsi, Fernand Braun diffuse-t-il sa manière mettre en image Royan en collaborant activement à plusieurs projets nationaux de géographie illustrée comme celles de Larousse ou Hachette. Fournir des clichés à une entreprise éditoriale ambitionnant une approche totalisante et encyclopédique, c’est contribuer à forger une image officielle et restrictive, commune au plus grand nombre. C’est dire : ici, c’est comme ça et c’est ainsi qu’il faut voir les lieux. Ainsi, un certain type d’image s’impose. Quand Flammarion illustre les pages royannaises de sa Géographie pittoresque et monumentale de la France, il choisit évidemment la « nouvelle jetée et conche de Foncillon ».

Fig 22 Vue de Royan par Flammarion

Fig 22 Vue de Royan par Flammarion

Source : Géographie pittoresque et monumentale de la France, [s.d.], n.p., 175 p.

51Le sujet, déjà abondamment mis en carte postale, est illustré par le même négatif vendu par Fernand Braun à la SIP. Il est simplement retouché au crayon de manière à supprimer les publicités sur le bateau !

52Avec ses cartes postales massivement diffusées et des collaborations prestigieuses, le photographe et éditeur « construit » très nettement du paysage, du paysage « type » qui forge l’identité visuelle de Royan. Cependant, cette situation répond-elle à un programme pensé à l’avance ? C’est d’abord par souci d’efficacité que le personnage propose les mêmes clichés et notamment ceux pour lesquels la demande est la plus forte ! L’entrepreneur sait d’autant mieux ce qui fonctionne qu’il est le propre diffuseur des images qu’il réalise. Il s’impose donc auprès de ses clients diffuseurs comme un interlocuteur de qualité (beaux clichés) et fiable sur le plan de la stratégie visuelle (choix des vues). Aussi, les modes de fonctionnement conduisant à un bégaiement iconographique qui lui même va forger une vue « type » du littoral royannais ne relève-t-il pas d’un projet programmatique voire coercitif. L’effet de répétition n’est pas délibéré et l’atomisation à l’extrême du marché de la carte postale rend de toute façon une telle opération difficilement organisable. Ce sont les règles d’un marché économique ouvert et concurrentiel, son besoin d’efficacité et de rentabilité, qui conduisent à ce que les éditeurs et les diffuseurs et donc les consommateurs se voient toujours proposer les mêmes objets visuels : ceux qui sont rentables. Car la concurrence rude entre éditeurs de cartes ne se fait pas sur la qualité de leur proposition visuelle mais sur le nombre et la portée des points de vente dont ils disposent. Pour gagner et conserver les points de distribution, il faut avoir un catalogue proposant le plus de vues possibles dont celles attendues par le « consommateur ». La complicité de Braun avec les élites porteuses de développement balnéaire explique la qualité de ses prises de vue et son influence sur le plan esthétique. Néanmoins, ce qui conduit à la répétition de l’image une fois créée est pour sa part liée à l’initiative privée, entre opportunisme et souci d’efficacité. Cette mécanique, sans doute sous influence mais dans tous les cas sans ordre direct, atteste que c’est bien l’objet « carte postale », de par sa manière d’être produite et diffusée, qui est en soit le fabricant du « paysage balnéaire ». Le medium fait le médiatisé.

53Les cartes postales illustrées par une photographie ne sont pourtant pas les seuls objets à être porteurs d’intelligence visuelle et il conviendrait de les étudier dans leurs articulations avec d’autres « images » imprimées, comme les affiches publicitaires ou les reproductions de tableaux de maîtres, mais également avec les images projetées. Mieux, les « images » organisent d’intéressantes articulations avec les textes descriptifs des guides touristiques où chacun, selon son mode d’expression, vient valider les propositions de l’autre. Si le format carte postale du début du xxe siècle n’est pas le seul architecte du paysage balnéaire, il en est indubitablement le maçon. Un maçon puissant, influent, omniprésent, bon marché et efficace.

Conclusion

54La carte postale illustrée par une photographie est la trace la plus visible et la plus abondamment utilisée aujourd’hui pour traiter de la balnéarisation du littoral. Elle est pourtant la plus mal connue car son origine et ses mécanismes de production sont largement ignorés. L’étude de l’œuvre du photographe et éditeur Fernand Braun permet de mieux mettre en exergue le rôle central et déterminant de ce « format paysage » quant à la construction d’un imaginaire balnéaire. D’abord, car l’intelligence de l’image et l’implication du personnage dans ce projet de développement le conduisent à produire une œuvre exemplaire. Ensuite, car la rigueur et l’ampleur de son œuvre d’éditeur sur un quart de siècle contribuent à placer la question de la carte postale dans une économie générale des images en France entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle. Par ailleurs, l’envergure de son réseau de distribution permet de mieux déterminer comment, selon une échelle de temps et d’espace, sont créées de véritables représentations iconiques indépassables du balnéaire à Royan. La carte postale participe de plein exercice à la création esthétique de la Charente littorale et crée une sensibilité collective à ses territoires et une culture iconographique. La carte postale ici étudiée est l’objet de la modernité. A Royan, elle construit l’image d’une ville de bord de mer dotée d’infrastructures et de services symboles de progrès industriels, un décor de « plage urbaine ». En outre, son iconographie est produite et diffusée selon les « règles » de l’économie de marché. Moderne, la carte postale l’est par sa manière d’être créée, produite, diffusée et consommée. Les cartes postales ne témoignent pas et n’illustrent pas seulement : elles sont et elles créent le paysage balnéaire royannais des années 1900. Car c’est bien l’image qui fonde l’imaginaire. Or, avant les infrastructures qui sont propres à l’économie des bains de mer, le processus de balnéarisation s’appuie en grande partie sur une nouvelle perception du littoral, de nouvelles représentations du rivage. A ces représentations nouvelles, il fallait trouver un medium pour s’exprimer dans la société ouverte, démocratique et industrielle du début du XXe siècle. Une élite cultivée et sensible, au profil d’auteur/entrepreneur, incarnée par Fernand Braun ou Victor Billaud, s’empare du phénomène, avant d’être rejointe par des acteurs opportunistes. Même si ces derniers ne proposent qu’une copie de l’ambition esthétique d’acteurs influents, la production construit un modèle d’imagerie littorale au format 9 x 14 cm. A Royan, la rencontre entre balnéarisation et carte postale s’est alors montrée exemplaire. La carte postale photographique n’est pas un simple témoin de la balnéarisation mais bien un acteur de plein exercice de ce phénomène. Plus largement, ce mouvement s’inscrit dans le développement accéléré de l’industrie touristique. Les cartes postales participent ainsi activement à l’invention du territoire littoral atlantique et à la mise en forme du « paysage» sur lequel s’appuie le dynamisme de cet espace.

Haut de page

Bibliographie

Caillaud B., Fernand Braun, photographe des Charentes. 1878-1920, Presses Universitaires de Rennes, 486 p., 2015.

Chéroux C., La photographie timbrée. L’inventivité visuelle de la carte postale photographique, 215 p., 2008.

Malaurie C., La carte postale, une œuvre, L’Harmattan, 254 p., 2003.

Malaurie C, L’ordinaire des images, L’Harmattan, 258 p., 2014.

Haut de page

Notes

1 Royan, 8 août 1894.

2 Royan, 5 août 1904.

3 « Cartes postales » in Royan, 11 août 1904.

4 Billaud V. Royan et ses environs, 1898, p. 42.

5 Idem.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 Royan, destination balnéaire atlantique
Légende Accessible en bateau depuis Bordeaux et par train depuis Paris dès 1875
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Imprimées par Victor Billaud dans les années 1880 et 1890
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig 3 Photographies sur carton signées Braun
Légende De haut en bas, La Grande Conche, Pontaillac, Saint-Georges de Didonne, vers 1895
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig 4 Cartes postales de précurseur de Fernand Braun montrant Royan et son littoral. Avant 1900
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre Fig 5 Cartes postales de Fernand Braun
Légende Issues de son catalogue principal, la Grande Série, montrant Royan
Crédits Source : Coll. part. (sous droits
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig 6 Royan par Fernand Braun
Crédits Source : Coll. part. (sous droits
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre Fig 7 Les hôtels de Royan tels que mis en scène sur les cartes postales de Braun dans les années 1900
Crédits Source : Coll. part. (sous droits
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 932k
Titre Fig 8 Les tentes de bain à rayure de Royan
Crédits Source : Coll. part. (sous droits
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig 9 Tour de Royan en dix étapes en 1913
Crédits Source : Pascal Brunello (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Fig 10 L’arrivée du bateau de Bordeaux telle que mise en scène par Fernand Braun
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig 10 Le casino de Foncillon tel que mis en scène par Fernand Braun
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig 12 La Grande Conche à l’heure du bain telle que mise en scène par Fernand Braun
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 660k
Titre Fig 13 L’arrivée du bateau de Bordeaux telle que mise en scène par les principaux éditeurs de cartes postales à Royan
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Fig 14 Mise en scène de la mise en spectacle de l’arrivée du bateau de Bordeaux à Royan
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Fig 15 Le casino de Foncillon tel que mis en scène par les principaux éditeurs de cartes postales à Royan
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Fig 16 La jetée et le casino de Foncillon tels que montrés par Victor Billaud
Légende Dans le guide touristique qu’il publie dans les années 1910 et 1920
Crédits Source : Billaud V., Royan et ses environs, 1923, p.62 et p. 73
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig 17 Carte postale Braun montrant le port de Royan
Légende Publiée en 1910 puis réimprimée régulièrement jusqu’en 1920
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig 18 Même cliché Braun illustrant différentes éditions
Légende Précurseurs de cartes postales à la fin des années 1890
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig 19 Publicité Braun dans les années 1920
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Fig 20 Cartes postales SIP à partir de négatifs Braun
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig 21 Même série de négatifs Braun illustrant une carte postale et un ouvrage d’Onésime Reclus
Crédits Source : Coll. part. (sous droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Fig 22 Vue de Royan par Flammarion
Crédits Source : Géographie pittoresque et monumentale de la France, [s.d.], n.p., 175 p.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18238/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Caillaud, « Carte postale photographique et balnéarisation des villes littorales : le cas de Royan (1895-1920) », Confins [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 24 mars 2019, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/18238 ; DOI : 10.4000/confins.18238

Haut de page

Auteur

Benjamin Caillaud

Docteur en Histoire / Chercheur associé au CRHIA – Université de la Rochelle, caillaudb@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals