Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Dossiê Dinâmicas Territoriais e G...La mémoire des villes dans la soc...

Dossiê Dinâmicas Territoriais e Gestão de Políticas Públicas

La mémoire des villes dans la société digitale : quelques réflexions pour São Paulo et l’exemple de « Quand la ville était plus douce »

A memória das cidades na sociedade digital: reflexões para São Paulo e o exemplo de “Quando a cidade era mais gentil”
The memory of cities in the digital society: reflections for São Paulo and the example of “When the city was gentler”
Martin Jayo et Diego Vasconcellos Vargas
Cet article est une traduction de :
A memória das cidades na sociedade digital: reflexões para São Paulo e o exemplo de ‘Quando a cidade era mais gentil’ []

Résumés

Deux décennies après sa publication, l’essai Sur la Mémoire des Villes, du géographe Maurício de Almeida Abreu, garde toute sa pertinence et se et encore largement cité et reconnu. Cependant, un élément relativement nouveau et peut-être important en ce qui concerne les discussions à propos de la mémoire des villes pourrait être approfondi : la manière dont, dans le contexte de la numérisation de la société, les technologies de l’information et de la communication (TIC) ont les moyens d’altérer les formes de production, de transmission et de préservation de la mémoire urbaine. En partant du débat conceptuel d’Abreu, on argumente dans cet article que São Paulo, à cause de ses caractères historiques et du manque de lieux voués à la mémoire, peut se configurer comme un laboratoire privilégié d’expérimentation de TIC comme un support pour ce type de mémoire.

Haut de page

Texte intégral

La valorisation du passé des villes constitue un caractère commun aux sociétés à la fin du millénaire. Au Brésil, cette tendance ne connaît aucun précédent et reflète le changement significatif des valeurs et des attitudes sociales jusqu’ici prédominants. Après une longue période où on n’estimait que la nouveauté, une période qui a culminé à l’attaque constant et systématique aux héritages des temps anciens, voici, aujourd’hui, le quotidien urbain brésilien envahit par des discours et des projets qui sont pour la restauration, la préservation ou la réévaluation des plus divers traces du passé. La raison manifeste en est toujours le besoin de préserver la ‘mémoire urbaine’ (Abreu, 1998, p.5).

1En s’appuyant sur ces considérations, le géographe né à Rio de Janeiro Maurício de Almeida Abreu, l’un des auteurs les plus importants pour la Géographie Historique brésilienne, commençait en 1998 son essai Sobre a Memória das Cidades | Sur la mémoire des villes. L’auteur se proposait à comprendre un discours qui de plus en plus faisait écho aux centres urbains brésiliens à ce moment-là : celui de la défense du patrimoine et de la préservation de la « mémoire urbaine ». Pendant un période où plusieurs villes semblaient tout d’un coup s’éveiller pour la valorisation de cette mémoire, après des décennies ou des siècles de négligence, Abreu a proposé une interprétation pour le concept de mémoire des lieux, surtout des villes.

2Tout en se rappelant que « la ville ne peut pas se souvenir de rien (…) [parce que] ceux qui se rappellent sont les gens qui y habitent ou qui y ont habité » (Abreu, 1998, p. 17), l’auteur a proposé le concept de mémoire des villes comme un type de mémoire collective (au sens qu’originalement le sociologue Français Maurice Halbwachs a attribué au terme). Celui-ci s’appuie sur des ancres spatiales – des édifications, des ressources urbaines et d’autres structures présents à la ville – comme des lieux de mémoire (selon l’historien, aussi Français, Pierre Nora). La mémoire de la ville fait référence à l’accumulation des souvenirs des temps passés qui, selon cette logique, sont ancrés ou cristallisés sur le paysage, et qui peuvent désormais faire l’objet d’une réappropriation par la société, tout en se constituant comme un élément important de l’identité du lieu.

3Après deux décennies de sa publication et environ une du décès de l’auteur, l’article d’Abreu est encore vastement cité et reconnu. Republié sous la forme de chapitre dans plusieurs collections (Carlos et al., Orgs., 2011 ; Fridman et Haesbaert, Orgs. 2014), cet œuvre est devenue une référence pour nombreux travaux sur des champs disciplinaires divers. En décembre 2018, à l’époque de la rédaction du présent texte, l’article comptait sur plus de 350 citations au Google Scholar. La plupart de ces citations (environ 60%) datait des dernières cinq années, tout en manifestant que le débat d’Abreu maintient toute sa pertinence malgré le passage du temps.

4D’un autre côté, un élément relativement neuf et peut-être important en ce qui concerne les débats autour de la mémoire des villes ne semble pas retenir tellement d’attention : la manière dont, au début de ce XXIème siècle, dans le contexte d’une digitalisation de la société qui ne fait que grandir, les technologies de l’information et de la communication (TIC) semblent avoir le pouvoir d’altérer les formes de production, de transmission et de préservation de la mémoire collective associée au paysage urbain.

5Bien que la digitalisation de la société n’est pas un phénomène particulièrement nouveau (son origine remonte à la deuxième moitié du XXème siècle), son expansion s’est amplifiée au début de notre siècle en raison de l’avènement des réseaux sociaux, des blogs, wikis et d’autres applications de la dite web 2.0. Si, comme l’affirme Abreu, la mémoire des villes est une mémoire collective érigée par des individus, qui s’établisse sur leurs relations dans un certain espace et qui s’y ancre, on se demande si, et à travers quelle forme, la production de cette mémoire s’altère lorsque l’interaction entre des individus se voit digitalisée, n’étant plus confinée à l’espace matériel et s’étendant jusqu’à un espace informationnel de plus en plus solide par l’emploi de ces technologies.

  • 1 Traduction de l’article « A memória das cidades na sociedade digital: reflexões para São Paulo e o (...)

6L’objet de débat du présent article1 se centre donc autour des implications possibles en ce qui concerne la digitalisation en croissance de la société sur les formes d’interaction entre des individus dans la production de la mémoire des villes. Il faut encore souligner que l’on ne trouve pas assez facilement ces deux sujets – d’un côté la digitalisation de la société, de l’autre la valorisation du passé urbain et de la mémoire des villes – en discussion articulée sur le champ de la littérature savante. En plus, pour la vision commune il s’agit de la manifestation de deux phénomènes antagoniques.

7D’un côté, c’est courant de trouver la considération de que l’avance des TIC et le procès de globalisation ont fourni un modèle nouveau de société : globale, interconnecté, « en réseaux » (Castells, 1999). Ce phénomène tend à homogénéiser des différences : la communication devient instantanée, les interactions sociaux se détachent de l’espace et se déplacent vers un cyberespace informationnel qui de plus en plus se consolide (Lévy, 1999). Le rôle des TIC au sein de ce mouvement est un point de consensus depuis McLuhan (1964) : ce sont elles qui, en dernière analyse, rendent possible l’appréhension du monde comme un seul et unique espace, un « village global » de plus en plus homogène.

8De l’autre côté, on sait aujourd’hui que cette homogénéisation se donne avec plus d’intensité au champ technologique et économique que dans celui de la culture, d’où on voit émerger des tensions entre le global et le local (Robertson, 2000 ; Lourenço, 2014). C’est dans ce contexte que, depuis la fin du XXème siècle, on vit à une époque où l’attachement à la mémoire et aux identités locales ne fait que grossir (Hyussen, 2002 ; Waldman-Mitnick, 2006 ; Baer, 2010). Avec plus d’intensité qu’à n’importe quelle autre époque, les sociétés occidentales ont valorisé son propre passé : on préserve des monuments, on développe des attitudes nostalgiques, on attribue de la valeur au patrimoine architectonique et culturel, on reprenne (ou tout simplement on invente) des vieilles traditions locales. Cette conduite, une vraie « obsession concernant la mémoire » (Hyussen, 2002), aboutit à un raffermissement des relations identitaires entre des individus et les « ensembles spatiaux qui les ancrent à la Terre » (Abreu, 1998, p. 6). Le rôle des TIC au sein de ce mouvement n’a pas encore été au centre du débat.

9On demande si l’avance des TIC et la digitalisation de la société, si d’un côté ont sans aucun doute contribué à homogénéiser le monde, d’un autre sont aussi capables d’instrumenter des résistances locales. Pour répondre à cette question, tout en focalisant la construction de la mémoire des villes, le présent article se dédouble en trois sections principales, après cette introduction.

10À la prochaine section (Mémoire des villes : en comprenant le concept), on cherche à synthétiser les conceptualisations de Halbwachs autour de la mémoire collective et de Nora à propos du lieu de mémoire, pour aborder ensuite la façon dont Abreu (1998) les articule, tout en proposant son propre interprétation de la notion de mémoire des villes. La section suivante (La courte mémoire urbaine de São Paulo et les promesses digitales) tourne autour de São Paulo. On cherche à montrer que, bien que São Paulo à cause de son développement manque de lieux de mémoire, au même temps elle peut être un laboratoire privilégié d’expérimentation de TIC comme un support à la remémoration urbaine. Une troisième section (Une visitation à ‘Quando a cidade era mais gentil’) se dédie à analyser un cas particulier de création de mémoire de la ville ancrée à la technologie.

Mémoire des villes : en comprenant le concept

11Le mot mémoire s’emploie différemment dans des divers champs d’étude. Biologiquement, la mémoire peut être définie comme la capacité de l’individu de registrer, catégoriser, organiser, reprendre et réutiliser des informations à partir de son environnement. En ce sens, qui intéresse aux neurosciences, la mémoire est une capacité qui concerne les individus. Cette dimension n’est pas la plus importante au débat de la mémoire comme élément d’identité d’un lieu, qui est en fait le débat que l’on envisage par ce texte-ci. Au-delà de la dimension individuelle, la mémoire a aussi une dimension sociale ou collective, connue par les sciences sociales surtout à partir des contributions de Maurice Halbwachs (1877-1945).

12L’idée principale de Halbwachs (1990) tourne autour du fait que, bien que la dimension individuelle peut aussi y avoir lieu, la mémoire est un phénomène surtout collectif et sa construction se détermine toujours par le contexte social où l’individu est inséré. On ne veut pas dire que l’individu n’ait pas la capacité de former des souvenirs isolé de la société, mais les mémoires qui n’ont pas été construites en relation avec le contexte social, avec l’autre, sont habituellement limitées et tendent plus aisément à disparaître.

13En suivant encore Halbwachs, l’auteur suggère que même aux expériences ou situations où il n’y a que l’individu tout seul, isolé des groupes ou des témoins, la mémoire formé par lui est encore collective, parce que « Cest quen réalité nous ne sommes jamais seuls. Il nest pas ncessaire que dautres hommes soient là, qui se distinguent matériellement de nous : car nous portons toujours avec nous et en nous une quantité de personnes qui ne se confondent pas r» (Halbwachs, 1990, p. 26). En d’autres mots, même si l’individu est tout seul, sa réaction aux faits, sa perception de l’environnement et des expériences dont il est témoin et la construction de la mémoire concernant ces événements seront inclinées vers des instruments fournis par le moyen social dans son expérience précédente – finalement, par des autres. De la même manière, la mort ou la perte de la capacité de se souvenir d’un seul individu ne signifie pas la suppression de sa mémoire, parce que cette suppression est aussi dépendante de la disparition du groupe social et du contexte vécu. En ce sens, la mémoire individuelle ne se distingue pas complètement, mais s’incorpore à l’ensemble de la mémoire collective, comme une perspective partielle des faits vécus en groupe (Rios, 2013, p. 5).

14Cette définition de la mémoire comme un phénomène essentiellement collectif s’associe à deux caractéristiques importantes à son processus de construction. La première concerne son caractère reconstructif : dans la mémoire, le passé change sans cesse au présent. On ne doit pas regarder la mémoire comme un archive d’informations préservées et inaltérées du passé, mais comme « un modèle de construction active où le passé se modifie tout le temps par les valeurs, les croyances et conditionnements du présent » (Baer, 2010, p. 132). La mémoire se compose donc comme une construction sociale qui est le résultat du besoin, non seulement de décrire, mais aussi d’accorder aux événements du passé un sens selon les systèmes de référence du présent (Dolff- Bonekämper, 2017, p. 63). Cela rend la mémoire significative non parce qu’elle est une représentation fiable ou authentique du passé, mais comme un instrument de pouvoir et influence sociale et politique. Comprendre la mémoire collective, c’est comprendre la façon dont les cerveaux fonctionnent ensemble en société, et la façon dont ses opérations sont structurées par des arrangements sociaux et des structures de pouvoir (Hatuka, 2017, p. 49).

15La seconde est son caractère spatial : bien que la mémoire peut compter sur des éléments divers de support pour son structuration et sa transmission – des dates commémoratives, des personnages historiques, des rituels, des traditions, des costumes, des règles d’interaction, du folklore, de la cuisine, etc. –, l’attribution de valeur aux marques de l’espace physique, comme des monuments, édifications, paysage, etc., a un rôle fondamental. La mémoire collective « requiert des lieux et tend à s’spatialiser » (Baer, 2010, p. 136).

16Pierre Nora est l’un des plus importants auteurs qui travaillent sur cette caractéristique. Pour Nora, la mémoire collective, dans le but de survivre, a besoin de se cristalliser dans certains lieux. Si les individus et leurs milieux de mémoire collective sont destinés à disparaître après quelques générations, les lieux du monde physique sont plus stables. Cette propriété permet qu’on leur donne des charges symboliques relatives au passé. Lieux de mémoire est le nom que Nora (1993, p. 21) attribue aux lieux qui ont une signification spécial pour la remémoration. Ces lieux permettent l’ancrage de la mémoire collective, pour sa survie entre des générations et pour son usage social et politique.

17C’est à partir de la conceptualisation de Nora des lieux de mémoire qu’Abreu (1998) enfin propose son débat autour de l’idée de la mémoire des villes. Les villes, à un degré variable, gardent des réserves de traces matérielles du passé, à la forme d’édifications, de monuments et d’autres structures présentes à son paysage. Réappropriés par les générations présentes, ces lieux dépositaires du passé permettent d’établir des relations d’identité, d’appropriation du territoire et d’appartenance. Ils s’emploient comme des lieux de mémoire au sens de Nora. En 2007, l’idée a été exprimée aussi chez Sandra Pesavento :

18Nous tous qui vivons dans des villes y avons des points d’ancrage de la mémoire : lieux où nous nous reconnaissons, où nous vivons des expériences du quotidien ou des situations exceptionnelles, des territoires plusieurs fois parcourus et familiers ou, au contraire, des espaces en d’autres temps et qui n’ont de sens en notre esprit qu’à travers le récit des plus âgés, qui leurs ont parcourus au passé (Pesavento, 2007, p.1).

19La mémoire d’une ville est donc offerte, selon Abreu, par l’ensemble de ces lieux de mémoire, hérités du passé et réappropriés au présent. L’auteur souligne, pourtant, que la distribution de ces lieux ne se donne pas d’une manière démocratique ou égalitaire. La ville est une sorte de scène de plusieurs expériences collectives, associées aux plus variés groupes et aux classes sociales qui y cohabitent, mais il n’y a que certains de ces groupes et classes qui sont capables d’inscrire des registres durables dans le paysage. En général, les groupes ou classes avec plus de pouvoir politique et économique sont ceux qui préservent pour la postérité des traces plus durables, à la forme d’édifications, des monuments, des institutions, etc., qui vont prendre le rôle de lieux de mémoire. La mémoire de la ville fait référence à une base matérielle et cette base matérielle est un produit des relations de pouvoir.

20D’où l’importance du fait que les politiques de mémoire et de préservation soient capables de s’apercevoir que les biens de mémoire hérités du passé sont biaisés, et privilégient certaines mémoires au détriment d’autres. D’où, aussi, le besoin des politiques dirigées vers l’impulsion de l’héritage du temps présent au futur, en termes d’inscriptions à la ville qui soient un peu plus pluralistes et qui portent la parole à la mémoire des groupes non-hégémoniques :

Il ne suffit pas (…) de récupérer le passé. La mémoire des villes est en train de se produire tous les jours. Pour cela, il faut aussi faire attention au présent et avoir toujours la conscience de registrer les mémoires collectives qui sont encore vivantes au quotidien actuel de la ville. On ne peut pas empêcher la disparition d’une partie de ces mémoires. Plusieurs mémoires peuvent pourtant être sauvegardées, il ne faut qu’être attentif à sa valeur future et penser au-delà d’ici-maintenant » (Abreu, 1998, p. 24).

La courte mémoire urbaine de São Paulo et les promesses digitales : cyberlieux de mémoire ?

21Si les villes généralement, comme l’a remarqué Abreu, ont changé leurs valeurs et leurs attitudes concernant la valorisation du passé, São Paulo a certainement incarné ce changement avec le plus d’intensité.

22De l’aggloméré calme jusqu’au XIXème siècle, la ville s’est vite étendue à une métropole et est devenue le paradigme d’une ville moderne et progressiste au XXème siècle. « La ville qui plus grandit au monde », surnom qui est devenu célèbre aux années 1950, a grandit loin des préoccupations patrimoniales ou de mémoire. En étant l’objet de plusieurs interventions urbaines, – depuis les projets d’aménagement jardinier francisés de Joseph Bouvard, en 1910, jusqu’au « minhocão » de Paulo Maluf, en 1970, en passant par le Plano de Avenidas (Plan d’Avenues) de Francisco Prestes Maia entre les décennies de 1930 et 1950 – la ville a fait face à un procès de développement urbain ouvertement défigurant.

  • 2 Voilà São Paulo. (NdT) »

23Tout au long de ce procès, deux fois dans l’intervalle de juste un siècle, la ville a été démolie et reconstruite presque entièrement : la ville coloniale, de constructions en pisé, a été remplacée au début du XXème siècle par une deuxième ville en briques, qui à son tour également au XXème a donné lieu à la ville actuelle, en béton (Toledo, 1981). Le paysage construit a été fréquemment attaqué, et cela n’a pas été un procès honteux ; au contraire, cela a été perçu longtemps comme une encourageante trace d’audace urbaine et de modernité. L’un des plus significatifs exemples de ce procès-là est le discours présent aux publications commémoratives du Quart Centenaire de la ville, parrainée par la Mairie en 1954. Dans Eis São Paulo2, un livre de luxe produit au but de cette occasion, São Paulo est exaltée comme la seule ville au monde où « à chaque demi- heure une nouvelle maison est née, et les vieilles disparaissent du jour au lendemain » (Gygas, Org., 1954, p. 110-111). À propos d’un récent travail routier à la région centrale, le même document célèbre un record impressionnant : « Jamais à une ville 50 quartiers ont été démolis d’une seule fois, en 50 jours, pour donner place à une avenue » (p. 192). À cette même époque, Claude Lévi-Strauss a affirmé à propos de São Paulo : « La ville se développe à une telle vitesse qu’il est impossible de s’en procurer le plan : chaque semaine demanderait une nouvelle édition » (Lévi-Strauss, 1955, p. 107).

24Ce modèle de croissance – qui a culminé avec un « attaque constant et systématique aux héritages venus des temps anciens », si l’on veut reprendre les mots d’Abreu (1998, p.5) – ne permet pas trop, à chaque génération d’habitants, de connaître, donner un nouveau sens et créer des liens identitaires avec les espaces où les générations immédiatement précédentes ont vécu. Ainsi, si d’un côté São Paulo a subi, comme plusieurs d’autres villes, une tendance sensible à l’appréciation de sa mémoire, d’un autre cela se donne à un contexte où très peu du passé se conserve en termes d’édifications ou d’autres structures physiques qui peuvent fonctionner comme des lieux dépositaires de la mémoire. En ce qui dépend de ses lieux, São Paulo est une ville de courte mémoire.

25D’un autre côté, même en tant que conséquence de cette raréfaction, São Paulo peut devenir une scène privilégiée pour de nouvelles modalités de remémoration urbaine, appuyées sur les TIC, qui – aussi loin que l’on peut regarder – n’ont pas fait l’objet de recherche en ce qui concerne la mémoire urbaine. D’abord on veut appeler l’attention pour trois exemples et à la prochaine section on peut se dédier de plus proche à l’un d’entre eux. On ne veut pas dire que les technologies ne soient pas disponibles pour d’autres villes, mais que, en raison des caractéristiques mentionnées ci-dessous, São Paulo peut être conçue comme un laboratoire pour son expérimentation avec des pratiques d’ancrage de la mémoire.

26Le première exemple vient du Google Street View, un outil célèbre de navigation virtuelle qui, depuis le début des années 2010, s’est disponibilisé pour la plupart des villes dans le monde. Accessible à travers le Google Maps (https://www.google.com/​maps), l’outil permet à n’importe quel internaute de visualiser des images panoramiques de la ville au niveau de la rue. Les images sont disposées dans un environnement immersif qui reproduit l’espace de la ville et dispose des ressources de navigation pour que l’utilisateur s’y « déplace » librement. Une fois que des séries successives d’images, prises en des moments divers, sont enregistrées et mises en ligne pour la consultation, l’utilisateur peut donc non seulement se déplacer virtuellement dans sa ville courante, mais aussi « remonter le temps », en la visitant exactement à la manière où elle était à chaque moment de son choix. De cette façon, même si l’espace urbain peut subir des modifications dans sa matérialité physique, il acquiert la propriété de se conserver toujours « préservé » dans un plan virtuel, où des édifications et d’autres structures disparues sont encore présentes et, pourquoi pas ?, disponibles pour l’ancrage des mémoires.

  • 3 La démolition a eu lieu en Juillet 2017, selon Jayo (2018).

27Une illustration simple de cet argument se voit à la figure 1. L’image du côté supérieur de la figure représente une photo actuelle, prise par les auteurs. L’image inférieure montre le même lieu au passé – plus précisément en Mai 2016, l’une des dates disponibles pour le visiter au Google Street View. L’édification que l’on voit à cette deuxième image, une construction ancienne, qui avait de la signification et une valeur référentielle pour les habitants de la région, a été démolie3. On peut quand même la visualiser et la visiter, bien que cela n’arrive que virtuellement. On pense que dans une certaine manière elle se conserve disponible (à la forme d’un « cyberlieu » de mémoire ?) pour l’ancrage des remémorations. Si pour l’instant l’ensemble du passé disponible au moyen de cette technologie est encore restreint, de manière que l’on ne revient au passé que peu d’années, au fil du temps les retournements permis seront chaque fois plus grands. Les implications de ce procès-là pour la mémoire des villes n’ont pas encore été étudiées.

Figure 1 Retour au passé dans l’espace virtuel : Rua Maranhão 812, São Paulo

Figure 1 Retour au passé dans l’espace virtuel : Rua Maranhão 812, São Paulo

Source: photo des auteurs, Mai 2018 (image supérieure) e Google Street View, Mai 2016 (image inférieure)

28Il y a aussi d’autres emplois de la géotechnologie qui rendent possible un saut plus grand vers le passé. Le deuxième exemple que l’on veut prendre est disponible sur https://www.geoportal.com.br/​MemoriaPaulista. On peut y rencontrer, entièrement disponibles pour une navigation virtuelle, des images aériennes de São Paulo produites par un relevé aérophotogrammétrique de 1958.

29Créée par une entreprise privée fournissant des services de géoréférencement, la ressource permet à ceux qui ont accès à l’ordinateur d’entrer en contact avec São Paulo de six décennies en arrière. L’impression est de survoler la ville du passé : on a ainsi facilité le contact, dans la mesure du possible par la résolution de l’image, avec des lieux dépositaires de la mémoire qui ont déjà disparu dans le monde matériel.

Figure 2 Retour au passé dans l’espace virtuel : carte actuelle et image de 1958 d’une partie du centre de São Paulo

Figure 2 Retour au passé dans l’espace virtuel : carte actuelle et image de 1958 d’une partie du centre de São Paulo

Source: https://www.geoportal.com.br/​MemoriaPaulista/​

  • 4 Par web 2.0 on fait référence, comme d’habitude, à l’ensemble de sites et d’autres formes de public (...)

30Le troisième et dernier exemple concerne l’émergence d’innombrables initiatives « mémorialistes » à la web 2.04, y inclus des blogs, des sites et des réseaux sociaux virtuelles.

31On voit, aux dernières années, la formation, tant sur des réseaux sociaux (le Facebook, l’Instagram, etc.) comme sur les sites et blogs ouverts aux commentaires et à la contribution des visiteurs, plusieurs communautés virtuelles dédiées à l’échange d’images, de documents, de témoignages personnels et d’autres matériaux qui concernent le passé de la ville. La quantité de ces initiatives est difficile à estimer, mais une recherche simple sur les réseaux sociaux donne une énorme quantité de références. À São Paulo, certaines d’entre elles arrivent à réunir un nombre expressif d’utilisateurs, comme la page Facebook São Paulo Antiga (https://www.facebook.com/​saopauloantiga), qui en Décembre 2018 comptait sur 183 mille intégrants, et le groupe de débat Memórias Paulistanas (https://www.facebook.com/​groups/​memoriaspaulistanas), avec 85 mille membres.

32À travers des initiatives à la web 2.0, un public nombreux et grandissant a été engagé spontanément dans les activités de remémoration et qui incitent aux liens identitaires avec la ville. Lorsqu’elles potentialisent la communication et l’interaction entre des individus intéressés par le passé local, communication qui à peine émergerait d’autre manière, ces communautés semblent jouer un rôle qui n’a pas encore été étudié dans la construction de la mémoire de la ville.

33Afin d’illustrer cet argument, il vaut la peine d’observer de manière plus proche l’un d’entre ces liens : le blog ‘Quando a cidade era mais gentil’, à qui on dédie la prochaine section.

Une visite à ‘Quando a cidade era mais gentil’

34Le blog Quando a cidade era mais gentil (http://quandoacidade.wordpress.com), en ligne depuis Décembre 2011, se consacre aux photos et à la mémoire de São Paulo ; il est géré par le premier auteur du présent article.

35Selon les statistiques de visitation obtenus au Wordpress, son plateforme de gestion de contenu online, pendant le 7 ans de son activité (Décembre 2011 à Décembre 2018), le blog a reçu 1,665 millions de visites (page views), ce qui équivaut à environ 20 mille visites/mois, ou 660 visites par jour. Le blog divulgue aussi son contenu au moyen d’une page Facebook (https://www.facebook.com/​quandoacidade), qui compte sur 13 mille followers.

36Le contenu publié sur le blog est composé par des textes courts en langage informel, dont l’auteur est l’administrateur lui-même, illustrés par des images de São Paulo (photos anciennes, cartes postales, photos de collections particulières, photos de presse, etc.). Les textes habituellement commentent des aspects curieux ou inhabituels des images, en soulignant leurs contrastes, assez surprenants parfois, entre la ville du passé et la ville actuelle. Jusqu’à décembre 2018, on avait publié 529 textes, illustrés par 1462 images (moyenne 2,8 images par texte).

37Cependant, à part ce matériel, le blog compte aussi sur un abondant contenu collaboratif, créé d’une façon spontanée par ses visiteurs. Les 529 textes de l’administrateur ouvrent un espace destiné aux commentaires, où ses lecteurs ont l’habitude de se manifester, soit en se dirigeant à l’auteur, soit en se parlant entre eux. L’administrateur n’exerce qu’un contrôle minimum sur ce contenu, contraint à exclure des commentaires offensifs. En Décembre 2018, on comptait sur 2.891 commentaires publiés, produits le long de ses 7 années d’activité.

  • 5 “Fabriquée au Paradis” (NdT)

38C’est proprement le contenu collaboratif, construit au fil du temps par les visiteurs, qui intéresse à ce texte-ci en termes d’analyse. Pour cela, on a choisi de sélectionner un texte spécifique du blog (entre les 529 existants), publié le 23 Avril 2013, intitulé « Fabricada no Paraíso»5 (figure 3).

Figure 3 ‘Fabricada no Paraíso’, post de Quando a cidade era mais gentil

Figure 3 ‘Fabricada no Paraíso’, post de Quando a cidade era mais gentil

Source: https://quandoacidade.wordpress.com/​2013/​04/​23/​fabricada-no-paraiso/​

39Accompagnée d’un tout petit texte et deux photos, la publication fait référence à une ancienne brasserie de la Cia. Cervejaria Brahma, située dans le quartier Paraíso à São Paulo, disparue au cours de la décennie de 1990. Le texte dit le suivant :

Lorsque la ville était plus gentille, la bière était produite au quartier du Paraíso. Aujourd’hui, peu de gens se souviennent, mais la fabrique se situait jusqu’à côté du métro. Je ne connais pas exactement la date où elle était construite, mais on dit que c’était la première fabrique de la Brahma à São Paulo. Elle était démolie vers 1994, après quelques années désactivée. La fabrique occupait le bloc tout entier entre les rues Apeninos, Vergueiro, Tupinambás et Paraíso, à quelques blocs de l’Avenida Paulista. Elle n’était pas si belle, mais elle était marquant dans le paysage et fonctionnait comme une sorte de jalon visuel. La cathédrale orthodoxe, jusqu’au côté, était tout simplement « l’église au côté de Brahma ».

40Les photos montrent la fabrique à deux moments. Dans la première, elle apparaît de face, à partir de la rue Vergueiro, aux années 1980. Dans la deuxième, elle se montre par derrière, à partir de la rue Apeninos, en 1958.

  • 6 Texte reproduit de https://quandoacidade.wordpress.com/2013/04/23/fabricada-no-paraiso/.

41Aujourd’hui, sur la parcelle gigantesque qui était occupé par la fabrique, il y a deux condos d’architecture anodine et de nom boursoufflé. Ils s’appellent « Up Side Condominium Club » et « Condominium Club East Side ». Évidemment, personne ne sait les distinguer6.

  • 7 Quelques-uns d’entre ces commentaires sont transcrits en entier, d’autres en version courte, ou ave (...)

42Le post a reçu, depuis la date de sa publication jusqu’au moment où on écrit ce texte-ci (Décembre 2018), 39 commentaires. Dans l’analyse suivante, on se concentrera sur 13 d’entre eux7. Au départ, on observe que la lecture du post a déclenché de nombreux souvenirs personnels pour les visiteurs du blog. C’est le cas, par exemple, des visiteurs Sgold et Carla, qui se souviennent de la magnificence du bâtiment. La cheminée, se rappelle Sgold, était un point de repère dans le paysage de la ville, comparable à l’obélisque du Parque do Ibirapuera. Pour Carla, la monumentalité de la cheminée s’achevait par le grand panneau sur sa façade : »À l’époque, la cheminée créait un contraste pour qui montait l’avenue 23 de Maio. Devant, la cheminée, derrière, l’obélisque ». (Sgold, 23/04/2013). « La cheminée de la fabrique était extraordinaire ! Et les lettres sur le panneau de la façade, c’était une MERVEILLE !! » (Carla, 20/05/2013)

43Les commentaires en fait dépassent l’impact visuel de l’édification. Rogério Zé, par exemple, se souvient, « presque en écoutant », du son de la sirène de la fabrique. Emil, à son tour, revit la « nuage de fumée » que la fabrique habituellement lançait sur le quartier aux journées où la production était surabondante :« Je peux me souvenir encore, presque ‘en l’écoutant’, de la sirène de la fabrique qui jouait à l’heure du déjeuner ». (Rogério Zé, 24/04/2013)

« Lorsque j’étais un enfant, dans les années 1970, les écoles (la mienne par hasard) emmenaient les étudiants faire excursions dans cette usine. D’un autre côté, lorsque la production était vraiment forte, ceux qui habitaient dans la région du Paraíso (c’était mon cas) voyaient une énorme nuage de fumée ». (Emil, 24/04/2013)

44On peut encore noter que le souvenir d’Emil semble avoir aidé d’autres visiteurs à déclencher leurs propres souvenirs sensoriels, des visiteurs qui ont écrit jusqu’après lui. Claudio Bernardo et Bob se rappellent de l’odeur exhalée par l’usine, aux jours où il y avait la « nuage de fumée » :

45« En regardant ces photos on se souvient même de l’odeur de l’orge en train d’être cuisiné, aux même jours de la nuage de fumée commentée par Emil… » (Claudio Bernardo, 28/04/2013).

46« C’est vrai, Claudio Bernardo, l’odeur se fait encore aujourd’hui présent à ma mémoire ». (Bob, 17/05/2013)

47Angela à son tour se souvient, en plus de l’odeur, d’autres formes par lesquelles la fabrique s’intégrait au quotidien des habitants du quartier :

L’odeur de l’orge est imprimée sur ma mémoire affective. J’ai fait mon école primaire à une très grande école, Colégio Ipiranga, qui a été démolie à cause du viaduc de l’avenue 23 de Maio. C’était très proche de la fabrique, et on pouvait sentir l’odeur du malt partout. Longtemps j’ai habité jusqu’à quelques mètres du Largo Ana Rosa, et je me souviens que, aux jours festifs, mon père allait à la fabrique prendre son tonneau de bière. Presque tous les habitants du quartier y allaient dans le même but. Le bâtiment était très beau et je regrette énormément le démantèlement et la dépersonnalisation que Paraíso et Vila Mariana sont en train de subir, à cause de la cruelle spéculation immobilière. (Angela, 02/12/2018)

48Il y a aussi ceux qui ignoraient jusqu’ici l’existence passée de cette fabrique et qui en prenaient connaissance justement par le blog et les témoignages des autres. C’est le cas de Leandro, qui déclare que le local aura désormais, à son avis, une « autre image », chargée de cette mémoire :

J’ai fait mes études à l’UNIP et je sortais [du métro] à la station Paraíso tous les jours. Je ne savais pas que, au lieu de ces bâtiments si étranges, il y avait une fabrique de Brahma. C’est très cool d’avoir connaissance de ces trucs-là, maintenant j’y passe avec une nouvelle image du lieu. (Leandro, 29/04/2013)

49Dans un autre cas, au contraire de Leandro, un vieux habitant du quartier se rappelait de la fabrique. Lire les commentaires du blog non seulement a réveillé ses souvenirs, mais l’a motivé à les partager avec les plus jeunes, qui ne les connaissaient pas. Ses interlocuteurs « ont été surpris » de n’avoir jamais entendu parler d’une fabrique si connue. Ainsi comme Leandro, ils aussi ont acquis, par une construction tout à fait collective, la mémoire du lieu :

J’habitais à rue Apeninos aux années 80, ça me manque. Hier je suis allé rencontrer mon fils avec ses amis, qui travaillaient à rue Apeninos, dans une agence de publicité et ils ont été surpris de n’avoir jamais entendu parler de la fabrique de la Brahma. Donc, je leur parlait à propos des grands tonneaux dorés et de l’odeur de l’orge de bière. La fabrique devrait être un patrimoine historique, mais elle s’est déjà allée. (Edson, 10/01/2015)

50D’autres lecteurs, en plus des rapports qu’ils ont emmené (le son du sifflet, la hauteur de la cheminée, le panneau clignotant, etc.), ont ajouté aussi aux récits des informations factuelles. L’un d’entre eux est Alexandre, qui informe les conditions où la fabrique a été désactivée, aussi comme la date précise et les raisons possibles de la démolition. Un autre est Ricardo, qui a connu l’un des problèmes d’opération de la fabrique à ses années finales :

Ma relation affective avec cette fabrique est (ou était) très forte. Au début, mon grand-père maternel y a travaillé pendant 30 ans (entre 1943 et 1976) et il avait une vrai adoration pour ce bâtiment. Il est décédé l’année de 1988 et n’a pas arrivé à regarder le triste spectacle de sa démolition depuis 1993, dont je me souviens très clairement. Et, en deuxième place, entre 1979 et 1989, j’ai habité à un bâtiment à la Rue Tomás Carvalhal, et la fabrique, lorsque on la regardait tout de face, dominait le paysage de la fenêtre de ma chambre, avec son grand panneau clignotant pendant la nuit (impensable aujourd’hui…), son sifflet à vapeur, sa cheminée imposante… Bien que la désactivation de la fabrique, déjà obsolète et « avalée » par la ville, était aux plans de Brahma (alors sur le commandement du Banco Garantia, qui a acquis le contrôle de l’entreprise en 1989), j’ai entendu parler à l’époque que le bâtiment a été démoli toute vite lorsque la rumeur qu’il aura devenir un patrimoine publique commençait à se disséminer. (Alexandre, 12/06/2013)

J’ai travaillé comme chauffeur de camion pendant quinze ans. En 1992, lorsque je travaillais encore avec un camion type truck, j’ai emmené beaucoup d’orge du Porto de Paranaguá pour cette fabrique à la rue Tupinambás. Le lieu ne permettait pas le déchargement, parce que lafabrique était ancienne. Ça me manque, ce temps qui ne revient plus…(Ricardo, 27/11/2018).

51Un autre visiteur encore est Jungletrader Lucky, qui apporte des éléments d’un passé plus distant, en informant ce qu’aurait existé avant que Cia. Brahma, propriétaire de la fabrique, était arrivée : « À cette place il y avait Cervejaria Guanabara, fondée par des allemands et après achetée et élargie par Brahma ». (Jungletrader Lucky, 31/12/2014)

52Cette dernière information semble gagner du sens pour un autre visiteur, Saviano. Largo de Guanabara, il se souvient, était l’adresse existant à la région, disparu aux années 1960. « En ce qui concerne le nom « Cervejaria Guanabara », ça a peut-être une relation avec l’ancienne place qui a été supprimée par la construction de l’Avenida 23 de Maio ». (Saviano, 12/02/2015)

53On pourrait sans aucun doute étendre cette analyse à un plus grand nombre de commentaires sur le post, ainsi que à d’autres textes du blog ; si on ne le fait pas, ce n’est que pour la limitation d’espace de l’article. Mais la courte analyse que l’on avait dégagé peut donner place à quelques considérations autour de la façon dont ces individus s’expriment en ce qui concerne cette fabrique disparue, à la construction et transmission de la mémoire de la ville.

54À travers ces 13 commentaires, on peut recomposer une mémoire collective de la fabrique. Son origine serait à l’ancienne Cervejaria Guanabara, qui sans doute gagnait ce nom grâce à son adresse : elle se situait au côté de la place avec le même nom, avant sa disparition à cause de l’ouverture de l’Avenida 23 de Maio. Au fils du temps, la place disparaît. La fabrique change de nom lorsqu’elle passe à l’entreprise Brahma, et après – techniquement obsolète, avec des problèmes d’opération et coincée à un domaine valorisé de la ville – elle disparaît aussi, remplacée par un développement immobilier qui n’a pas le même sens affectif et identitaire pour les habitants de la ville. À mesure que des nouveaux commentaires sont ajoutés au blog, le récit peut continuer sa construction, en ayant des additions et des corrections.

55Ce n’est pas difficile à constater comme, à l’élaboration de cette mémoire, les souvenirs des participants semblent déclencher ou nourrir les souvenirs des autres. La référence qu’Émil a fait au « nuage de fumée » exhalé par la fabrique semble en quelque sorte avoir aidé Cláudio Bernardo et Bob à revivre l’odeur de l’orge de bière cuite. Le témoignage de Sgold sur la hauteur de la cheminée vue de loin a sans doute aidé Carla à se souvenir de l’énorme panneau avec de grandes lettres, visibles de plus près. Dans ce contexte où les mémoires de chaque individu déclenchent et s’ajoutent aux mémoires des autres, on voit clairement que la mémoire de chaque individu ne se distingue complètement pas de la mémoire collective. Cela devient encore plus évident lorsque l’on voit des individus sans des expériences personnelles concernant la fabrique se nourrir des mémoires des autres : Leandro n’aura plus la même image du lieu, ainsi comme le fils d’Edson et ses amis, surpris par le récit. Pour eux, le lieu, occupé aujourd’hui par les bâtiments, a acquis une signification nouvelle. Dans tous les cas, on a construit une mémoire associée à la ville et on a contribué pour la préservation de l’identité locale.

56Mais cette construction de mémoire, en dernière analyse, a fait abstraction d’un ancrage matériel. La fabrique en tant que lieu de mémoire n’existe plus, sinon émulée dans une situation virtuelle. C’est dans cet ambiance qu’elle, tout le long de cinq ans – du premier commentaire, en 2013, jusqu’au plus récent, en Novembre 2018 –, a fonctionné comme point d’adhérence et élément d’identité pour les individus. On peut l’appréhender comme une trace du fait que, dans la société digitale, la mémoire des villes se sauvegarde aussi dans des « cyberlieux » de mémoire.

Considérations finales

57Abreu (1998), comme on l’a vu, a conceptualisé la mémoire des villes comme une mémoire collective qui se produit ancrée à l’espace, dans un ensemble de lieux de mémoire qui constituent sa base matérielle. En contraste, les exemples que l’on a cherché d’explorer dans cet article semblent indiquer que la production de ce type de mémoire peut, au moins dans certaines circonstances, s’ancrer au-delà de l’espace matériel, en employant l’espace informationnel habilité par les contemporaines technologies d’information et de communication.

58Ainsi, on croit le chemin est ouvert vers une réponse à la question formulée dans l’introduction : les TIC et la digitalisation de la société, si d’un côté sans aucun doute contribuent à un procès global d’homogénéisation, d’un autre peuvent aussi instrumenter des résistances locales. C’est possible d’identifier les usages des TIC, comme ceux que l’on a exemplifié avant, qui favorisent la construction de la mémoire des villes et le renforcement des identités locales.

59Pour conclure, on souligne que Maurício Abreu n’ignorait pas le potentiel accordé par des nouvelles technologies relatives aux conditions de remémoration collective. Selon lui :

« L’avancée magnifique de récentes techniques de stockage d’informations, qui permettent à des millions de donnés d’être pressés et reformatés pour rentrer à un nombre réduit de disquettes d’ordinateur, garantit la sauvegarde d’innombrables informations dans un espace minimum. Les ordinateurs sont des nouveaux et importants ‘lieux de mémoire’ » (Abreu, 1998, p. 24).

60Mais prématurément décédé en 2011, il n’a peut-être pas arrivé à observer, dans l’intensité avec laquelle on les expérimente aujourd’hui, les pratiques de remémoration sur la ville ancrées non dans l’espace matériel, mais dans le cyberespace créé par la technologie. Au-delà de« l’espace » augmenté offert pour la sauvegarde des données et des informations, qui convertissaient des ordinateurs en « nouveaux lieux de mémoire » dont parlait Abreu, les TIC et les médias digitales ont aussi créé des nouveaux espaces d’interaction et de remémoration collective – des cyberlieux de mémoire – en transportant à l’espace virtuel une partie de l’ancrage de la mémoire des villes.

Haut de page

Bibliographie

Abreu, Maurício de Almeida. Sobre a memória das cidades. Revista Território, Rio de Janeiro, v.3 n.4, 1998, p.5-26.

Baer, Alejandro. La memoria social: breve guía para perplejos. In: Zamora, J.A.; Sucasas, A. (Eds.). Memoria - política - justicia. Madrid: Editorial Trotta, 2010, p.131- 148.

Carlos, Ana Fani Alessandri; Souza, Marcelo Lopes de; Sposito, Maria Encarnação Beltrão (Orgs.). A produção do espaço urbano: agentes e processos, escalas e desafios. São Paulo: Contexto, 2011.

Castells, Manuel. A sociedade em rede. São Paulo: Paz e Terra, 1999.

Dolff-Bonekämper, Gabi. Caminhando pelo passado dos outros. In: Cymbalista, R.; Feldman, S.; Kühl, B.M. (Orgs.). Patrimônio cultural: memória e intervenções urbanas. São Paulo: Annablume, 2017.

Fridman, Fani; Haesbaert, Rogério (Orgs.). Maurício de Almeida Abreu. Escritos sobre espaço e história. Rio de Janeiro: Garamond, 2014.

Gygas, Theo (Org.). Eis São Paulo. São Paulo: Editora Monumento, 1954. Halbwachs, Maurice. A memória coletiva. São Paulo: Vértice, 1990.

Hatuka, Tali. A obsessão com a memória: o que isso faz conosco e com as nossas cidades? In: Cymbalista, R.; Feldman, S.; Kühl, B.M. (Orgs.). Patrimônio cultural: memória e intervenções urbanas. São Paulo: Annablume, 2017.

Hyussen, Andreas. Pretéritos presentes: medios, política, amnesia. In: Hyussen, A. En busca del futuro perdido: cultura y memoria em tiempos de globalización. Buenos Aires: Fondo de Cultura Económica, 2002.

Jayo, Martin. Do sobrado ao caixote ou da diferença que meio metro faz. Drops, São Paulo, vol.18 .129, 2018. Disponível em http://vitruvius.com.br/revistas/read/drops/18.129/7035, acesso em 22 nov. 2018.

Lévi-Strauss, Claude. Tristes Tropiques. Paris: Plon, 1955.

Lévy, Pierre. Cibercultura. São Paulo: Editora 34, 1999.

Lourenço, Nelson. Globalização e glocalização: o difícil diálogo entre o global e o local. Mulemba - Revista Angolana de Ciências Socais, Luanda, vol.4. n.8, 2014. Disponível em https://journals.openedition.org/mulemba/203, acesso em 20 nov. 2018.

McLuhan, Herbert Marshall. Understanding media: the extensions of man. New York: McGraw-Hill, 1964.

Nora, Pierre. Entre a história e a memória: a problemática dos lugares. Revista Projeto História, São Paulo, v.10, 1993, p.7-28.

Pesavento, Sandra Jatahy. História, memória e centralidade urbana. Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Paris, 2007. Disponível em https://journals.openedition.org/nuevomundo/3212, acesso em 22 nov. 2018. DOI: 10.4000/nuevomundo.3212

Rios, Fábio Daniel. Memória coletiva e lembranças individuais a partir das perspectivas de Maurice Halbwachs, Michael Pollack e Beatriz Sarlo. Revista Intratextos, Rio de Janeiro, vol.5 n.2, 2013, p.1-22. DOI: 10.12957/intratextos.2013.7102

Robertson, Roland. Globalização: teoria social e cultura global. Petrópolis: Vozes, 2000.

Toledo, Benedito Lima de. São Paulo: três cidades em um século. São Paulo: Duas Cidades, 1981.

Waldman-Mitnick, Gilda. La cultura de la memoria: problemas y reflexiones. Política y cultura, México, v.2 n.26, 2006, p.11-24

Haut de page

Notes

1 Traduction de l’article « A memória das cidades na sociedade digital: reflexões para São Paulo e o exemplo de “Quando a cidade era mais gentil”  », dans ce même numéro de Confins, faite par les auteurs eux-mêmes.

2 Voilà São Paulo. (NdT) »

3 La démolition a eu lieu en Juillet 2017, selon Jayo (2018).

4 Par web 2.0 on fait référence, comme d’habitude, à l’ensemble de sites et d’autres formes de publication sur l’internet qui facilitent l’interopérabilité et encouragent la collaboration entre les utilisateurs en ce qui concerne la production de contenu

5 “Fabriquée au Paradis” (NdT)

6 Texte reproduit de https://quandoacidade.wordpress.com/2013/04/23/fabricada-no-paraiso/.

7 Quelques-uns d’entre ces commentaires sont transcrits en entier, d’autres en version courte, ou avec de toutes petites éditions de texte qui corrigent des fautes d’orthographe ou de digitation. Les éditions n’ont pas altéré son sens originel. Les 39 commentaires originaux, y inclus ceux qui n’ont pas été analysés par ce texte sont disponibles sur ce lien : https://quandoacidade.wordpress.com/2013/04/23/fabricada-no-paraiso/#comments

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Retour au passé dans l’espace virtuel : Rua Maranhão 812, São Paulo
Crédits Source: photo des auteurs, Mai 2018 (image supérieure) e Google Street View, Mai 2016 (image inférieure)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Titre Figure 2 Retour au passé dans l’espace virtuel : carte actuelle et image de 1958 d’une partie du centre de São Paulo
Crédits Source: https://www.geoportal.com.br/​MemoriaPaulista/​
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Figure 3 ‘Fabricada no Paraíso’, post de Quando a cidade era mais gentil
Crédits Source: https://quandoacidade.wordpress.com/​2013/​04/​23/​fabricada-no-paraiso/​
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18591/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Jayo et Diego Vasconcellos Vargas, « La mémoire des villes dans la société digitale : quelques réflexions pour São Paulo et l’exemple de « Quand la ville était plus douce » »Confins [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 30 juillet 2021, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/18591 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.18591

Haut de page

Auteurs

Martin Jayo

Professor da Escola de Artes, Ciências e Humanidades da Universidade de São Paulo (EACH-USP). jayomartin@gmail.com

Articles du même auteur

Diego Vasconcellos Vargas

Mestrando em Gestão de Políticas Públicas pela Escola de Artes, Ciências e Humanidades da Universidade de São Paulo (EACH-USP, dvvargas@usp.br

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search