Navigation – Plan du site

AccueilNuméros39Dossiê Dinâmicas Territoriais e G...Un secteur agricole sous-estimé d...

Dossiê Dinâmicas Territoriais e Gestão de Políticas Públicas

Un secteur agricole sous-estimé dans la lutte face au changement climatique ? Le cas de la région industrielle du Grande ABC

Um setor agrícola subestimado na luta contra a mudança climática? O caso da região industrial do Grande ABC.
An underestimated agricultural sector in the fight against climate change? The case of the of Great ABC industrial region
Alexia Andreadakis

Résumés

La région du Grande ABC est un territoire industriel situé au sud de la municipalité de São Paulo et inclue dans la région métropolitaine de São Paulo. Entre espaces urbains industriels denses et espaces naturels convoités, ce territoire est confronté à de nombreuses vulnérabilités environnementales. Dans un contexte de prise en compte des vulnérabilités climatiques, le Consortium Intermunicipal du Grande ABC a réalisé sa première planification climatique en 2016, qui a conduit à la marginalisation de certains secteurs, notamment le secteur agricole. En nous attardant sur les caractéristiques de ce secteur d’activité et particulièrement sa fonction de développement territorial et de préservateur d’espaces, les potentialités de l’agriculture urbaine et périurbaine et son rôle à jouer dans la lutte contre le changement climatique vont être interrogées. Cette étude amorce donc une réflexion sur la possible intégration de ce secteur agricole dans la planification climatique et plus largement sur la considération de ce secteur comme outil d’adaptation et de mitigation d’un territoire urbain industriel face au changement climatique. La place du secteur agricole dans la recherche d’une durabilité territoriale est ainsi soulevée. En effet, ce secteur permettrait le développement d’une relation soutenable à bénéfices réciproques entre l’ensemble des espaces ruraux et urbains de ce territoire.

Haut de page

Texte intégral

1La région du Grande ABC est une région traditionnellement industrielle qui regroupe sept municipalités : São Bernardo do Campo, Santo André, Diadema, São Caetano do Sul, Mauá, Riberão Pires et Rio Grande da Serra. L’ensemble de ces municipalités, excepté Diadema, sont regroupées dans le Consortium du Grande ABC. Ce dernier constitue une nouvelle échelle administrative pertinente pour le développement de politiques publiques cohérentes sur l’ensemble de ce territoire singulier. Cette région du Grande ABC est inclue dans la Région Métropolitaine de São Paulo comprenant 39 municipalités et considérée comme l’un des plus grands pôles industriels du Brésil.

Carte 1 : Localisation de la région du Grande ABC au sein de la Région Métropolitaine de São Paulo

Carte 1 : Localisation de la région du Grande ABC au sein de la Région Métropolitaine de São Paulo

Source : Consortium du Grande ABC.

Un territoire de transition vulnérable entre espaces sur-urbanisés et espaces naturels

  • 1 La caractéristique urbaine du territoire est celle reconnue et mise en valeur alors que le territoi (...)

2La région du Grande ABC est constituée à 98.3% d’aires considérées comme urbaines, au niveau desquelles sont rassemblés des espaces urbains denses mais aussi de vastes étendues d’espaces naturels avec un réservoir hydrique (le réservoir du Billings appartenant au Bassin de l’Alto Tiêtê autour duquel s’étend une aire protégée que l’on appelle aire des Mananciais) et avec la « Mata Atlântica » ou forêt primaire appartenant à la réserve biosphérique de la ceinture verte. A cheval entre des territoires urbanisés très denses et des aires protégées à hautes valeurs écologiques souvent très réglementées, cette région possède ainsi une identité géographique multiple dissimulée sous une étiquette urbaine non révélatrice de sa complexité1. (De souza Claudia Virginia Cabral et al, 2016).

3Ainsi, pour décrire simplement ces multiples espaces, on peut découper le territoire en trois zones : un territoire urbain dense où se concentre zones habitables et industries, un territoire à forte valeur écologique avec une forêt primaire et une réserve hydrique ainsi qu’une zone intermédiaire de transition à la fois urbaine et rurale, caractéristique du mitage des espaces ruraux par les espaces urbains.

Carte 2 Un territoire contrasté entre espaces urbanisés et des espaces naturels à forte valeur écologique.

Carte 2 Un territoire contrasté entre espaces urbanisés et des espaces naturels à forte valeur écologique.

Source : Universidade Federal do ABC.

4A chaque territoire type correspond des vulnérabilités propres qui s’accentuent dans le contexte climatique actuel. Ainsi, les territoires urbains sont confrontés à une augmentation graduelle de la température étendant les surfaces des ilots de chaleur, à des évènements pluviaux extrêmes entrainant des ruissellements excessifs voir des inondations, mais également à des périodes de sécheresse de plus en plus étendues diminuant les ressources hydriques souterraines et superficielles. Ces vulnérabilités sont liées majoritairement à une urbanisation excessive et bétonnée laissant peu de place aux espaces végétalisés, mais également au dérèglement climatique qui vient modifier certains paramètres physico-chimiques et hydrologiques. (De souza Claudia Virginia Cabral et al, 2016)

  • 2 Pollutions dues à un dimensionnement insuffisant du réseau d’assainissement, aux activités industri (...)

5Pour les territoires ruraux, les vulnérabilités sont, elles, liées en majorité au prélèvement excessif et à la pollution des réserves d’eau2, mais également et surtout à l’expansion urbaine qui consomme des espaces ruraux et les fragmentent atteignant la biodiversité et par conséquent le fonctionnement de ces écosystèmes. (Sousa, silva, 2013)

6La zone de transition entre les deux espaces s’urbanise de plus en plus réduisant la superficie de l’espace tampon ou transitoire qui devient, alors, une zone de tension entre deux logiques de développement opposées. (Travassos, Luciana, 2016)

7Cependant, la relation qui unit ces deux espaces ne peut être réduite à une composante négative. L’espace urbain apporte des servitudes à l’ensemble de la population rurale. De leur côté, les espaces naturels agissent également sur l’espace urbain par l’intermédiaire des services écosystémiques. En effet, les écosystèmes forestiers et aquatiques représentent : une réserve en eau, en bois, en denrées alimentaires et permettent une régulation de la température, de l’humidité dans l’air, une rétention de l’eau et des pollutions aériennes et aquatiques. Or cette fonctionnalité de cet espace rural est bien souvent non quantifiée voir non identifiée.

8Ce contraste observé à l’échelle du territoire du Grande ABC est à l’image de la dualité que l’on retrouve au sein de la Région Métropolitaine de São Paulo. Le territoire d’étude est, ainsi un territoire de transition entre deux espaces exerçant une pression l’une sur l’autre, présentant une opposition apparente tout en étant, finalement, interdépendants. (Klink, Jeroen, 2015).

9Afin de développer la résilience du territoire, il pourrait être ainsi opportun de s’interroger sur la durabilité de la relation entre les espaces urbains et ruraux, autrement dit de s’interroger sur l’instauration d’une relation réciproque entre ces deux milieux afin de rétablir un équilibre écosystémique de ce territoire dual et dont la complémentarité semble peu identifiée et exploitée. (Travassos, Luciana, 2016).

Un secteur agricole pouvant participer à ce développement territorial durable ?

10C’est au travers d’un secteur d’activité que nous allons réfléchir à cette relation réciproque : le secteur agricole qui, de par sa multifonctionnalité, peut être envisagé comme un liant entre la pluralité des territoires et la pluralité des vulnérabilités climatiques auxquelles sont soumis ces espaces.

11Si l’on souhaiterait définir le secteur agricole sur le territoire du Grande ABC, on pourrait utiliser les mots : éparse, multiforme, informel et minoritaire. En effet, il regroupe plusieurs types d’exploitants allant de l’agriculture urbaine à l’agriculture périurbaine, souvent familiale. L’agriculture dans les municipalités est ainsi rattachée à des questions de fiscalisation environnementale ou à des questions de sécurité alimentaire. On constate sur le territoire deux types agricoles distincts qui peuvent se dégager avec une agriculture urbaine dans les jardins urbains à Mauá, Diadema et au nord de São Bernardo do Campo et de Santo André et une agriculture périurbaine ou familiale réglementée dans la zone des Mananciais.

12Ce secteur d’activité présente, particulièrement au Brésil, une certaine dualité entre la recherche d’une productivité et son rapport à l’environnement, alors que l’agriculture, au-delà de sa fonction de production, a une fonction de construction et de préservation d’espaces. C’est au travers de cet angle que nous allons interroger la fonction dans la lutte contre le changement climatique du secteur agricole. (Loyat Jacques, 2007).

Une planification climatique marginalisant le secteur agricole

13Or, cette question de la durabilité d’un territoire rejoint directement la question de la résilience d’un espace. C’est pourquoi nous avons interrogé la place de ce secteur agricole dans la planification climatique de la région industrielle du Grande ABC.

14L’objectif de cette étude a donc été, dans un premier temps, de s’interroger sur la place actuelle d’un secteur agricole préservateur d’espaces dans la lutte contre le changement climatique. Pour cela, une étude de l’outil stratégique de planification face au changement climatique réalisé sur le territoire a été entreprise.

15En effet, le Consortium Intermunicipal du Grande ABC a, en 2016, réalisé une planification climatique. Porté par plusieurs acteurs, cette planification s’est basée sur un inventaire d’émissions de gaz à effet de serre. Le constat a été rapide à effectuer : le secteur agricole a été écarté de la planification climatique. La première étape de ce travail a donc été de comprendre pourquoi ce secteur agricole avait été marginalisé dans l’élaboration de cette stratégie climatique.

16Puis dans une seconde étape, au regard des vulnérabilités climatiques décrites précédemment et des fonctions multiples de l’agriculture, il nous est apparu intéressant de questionner la légitimité de cette marginalisation et de réfléchir sur les potentialités de ce secteur dans l’adaptation de ce territoire complexe et vulnérable face au changement climatique.

17Afin d’alimenter cette réflexion, l’étude s’est découpée en deux axes. Dans un premier temps, avec la rencontre de 12 acteurs impliqués dans le processus de planification climatique de la région du Grande ABC, nous avons tenté d’identifier dans le processus de planification qu’elles ont été les causes de la marginalisation du secteur. Dans un second temps, nous avons réalisé des visites de jardins urbains et périurbains dans les municipalités de Diadema, Maua et Sao Bernardo do Campo et rencontrée 2 acteurs institutionnels développant des projets durables incluant une activité agricole. Ceci nous a permis de découvrir une partie de la richesse de ce secteur et les projets l’incluant.

Développement

Pourquoi le secteur agricole a-t-il été écarté de la planification climatique ?

Une planification reposant sur un inventaire d’émissions de gaz à effet de serre réalisé par un réseau international soutenant les initiatives écologiques locales.

18La mise à l’agenda de la question climatique, et plus particulièrement de sa planification, a fait intervenir de nombreux acteurs, réseaux, organisations à la fois locaux et internationaux. L’objectif de cette partie n’est pas de retracer l’historique de cette mise à l’agenda mais d’appréhender les choix sectoriels réalisés dans la planification qui ont conduit à la marginalisation du secteur agricole.

19Pour cela, il est important d’identifier deux réseaux de gouvernance climatique locale, porteur de la planification : le pacte des Préfêts et l’ICLEI ou Conseil International pour les initiatives écologiques locales. Le premier réseau réunit plusieurs grandes villes internationales s’engageant dans une volonté de lutter contre le changement climatique. (Consorcio do Grande ABC, 2016). L’objectif de ce réseau est, ainsi, de regrouper un ensemble de gouvernements locaux engagés permettant de rassembler l’ensemble des expériences pour aboutir à une lutte contre le changement climatique effective. Cet engagement dans la lutte face au changement climatique comprend plusieurs étapes dont la première : réaliser un inventaire d’émissions de gaz à effet de serre, puis à partir de cet inventaire, construire, à la fois, un plan d’atténuation et d’adaptation au changement climatique. C’est ce qu’a réalisé le Consortium du Grande ABC lorsqu’il s’est engagé dans cette lutte face au changement climatique au travers de ce réseau.

20Et afin de réaliser cet inventaire d’émission de gaz à effet de serre, le Consortium du Grande ABC a réalisé un appel d’offre qui a été saisi par l’ICLEI, un réseau intergouvernemental qui élabore et applique des méthodologies permettant l’élaboration d’un inventaire de Gaz à effet de serre et la planification qui en découle.

21Est ainsi élaboré l’inventaire sur le territoire du Grande ABC appliquant la méthode BASICS qui inclut les secteurs de l’énergie, des transports, des déchets mais qui écarte le secteur AFOLU comprenant les forêts, agricultures et autre usages du sol. (Entretien avec une technicienne de l’ICLEI).

22C’est donc à partir de ces 3 secteurs majoritairement émetteurs que s’est fondée la planification d’atténuation et d’adaptation à partir d’une quantification des émissions de gaz à effet de serre.

Un regard critique sur la sélection sectorielle lors de la planification climatique.

23Le secteur agricole a donc été évincé de cette planification à la première étape : celle consistant à réaliser l’inventaire de gaz à effet de serre. Et ceci se justifie d’un point de vue méthodologique et financier. En effet, le secteur agricole est, en terme d’émissions de gaz à effet de serre, négligeable par rapport au secteur de l’énergie, des transports et des déchets qui dans cette aire urbaine dense industrielle sont majoritaires.

24De plus, l’étape préliminaire de l’inventaire d’émissions des gaz à effet de serre est le recensement de données sur chacun des secteurs. Or, le secteur agricole, non structuré, ne possède pas un recensement de données très fourni. Inclure le bilan de gaz à effet de serre lié à l’activité agricole, forêts et autre usages du sol, en plus de répondre à une méthodologie de calcul complexe nécessiterait un temps long lié au recensement de données, puis à l’exploitation de ces données. Ceci explique le choix de méthodologie simplifiée réalisée pour l’élaboration de l’inventaire d’émissions. Avec les moyens financiers et techniques et la temporalité restreinte accordés à cette problématique climatique, l’écartement du secteur AFOLU de l’inventaire d’émissions de gaz à effet de serre est cohérent sur un territoire à profil plus industriel qu’agricole.

25De plus, d’un point de vue politique et social, la planification climatique n’est pas un projet porteur. En effet, les effets visibles de cette planification et l’intérêt porté par l’opinion public à cet égard restent faible sur le territoire. Ainsi, les moyens investis dans la réalisation de cette planification doivent être nivelés avec les enjeux politiques et sociaux liés à cette problématique, dont les conséquences et les temporalités restent floues et peu définissables et sont donc peu mobilisateurs.

26Ainsi, la planification d’atténuation et d’adaptation face au changement climatique repose sur un bilan d’émission de gaz à effet de serre et donc sur une identification des origines sectorielles des sources de pollutions sur le territoire. C’est pourquoi, l’agriculture évincée du calcul de ces émissions pour des raisons méthodologiques, politiques et économiques, l’a également été dans le plan d’actions pour la lutte contre le changement climatique (comprenant les deux volets : atténuation et adaptation).

27En réalisant un croisement entre les plans sectoriels de la région du Grande ABC (le plan de mobilité durable, le plan pluriannuel, le plan intégré sur la gestion des déchets) et le plan d’actions climatiques, on observe que ce dernier reprend une partie des actions déjà développées dans les plans sectoriels antécédents. (Consorcio ABC 2015, 2016)

28Une climatisation des planifications existantes semble avoir été réalisée au cours de l’élaboration et de la mise en œuvre de ce plan. Cette méthode d’élaboration présente ses avantages car elle remobilise les données et mesures déjà existantes permettant ainsi d’en accélérer son élaboration et sa validation par l’ensemble des acteurs.

29Encore une fois, le secteur agricole peu structuré à l’échelle municipale, et non traité à l’échelle du consortium n’apparait dans aucun plan sectoriel et donc avait peu de chance de se retrouver dans le plan climatique. On notera, ainsi, que cette vision sectorielle sélective à propos de la thématique transversale qu’est le changement climatique peut induire des biais et écartés certains secteurs d’activités minoritaires à l’échelle institutionnelle mais constitutifs du développement territorial.

30Ainsi, cette méthodologie d’élaboration des plans se basant sur une quantification et sur les plans sectoriels déjà existant est avantageuse car elle permet d’élaborer sur une courte période de temps une planification climatique.

31Cependant, une planification basée sur une quantification entraine une définition de la problématique climatique tournée vers un objectif : l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Or, l’adaptation au changement climatique, si on la définit comme la recherche d’une durabilité et d’une résilience face aux vulnérabilités climatiques, ne peut se baser uniquement sur une quantification des sources de pollutions aériennes. Même si la méthodologie prévoit un état des lieux des vulnérabilités territoriales et que ce diagnostic a commencé à être effectué sur l’ensemble des municipalités avec une identification cartographiée des risques sur chacun des territoires, il ne semblerait pas que les résultats de cet état des lieux aient été une base complémentaire à l’inventaire lors de l’élaboration du plan d’actions de lutte pour le changement climatique concernant le volet adaptation.

32En conclusion, dans cette planification climatique, la stratégie déterminée repose sur la définition du changement climatique comme un problème de pollution globale dont il est nécessaire d’identifier des sources de pollutions auxquelles seront associées des actions d’atténuation et d’adaptation. Autrement dit, les secteurs émetteurs de pollutions vont être les seuls concernés dans la stratégie déployée. Informel, peu émetteur, non inclus dans les planifications sectorielles à l’échelle du consortium, la marginalisation du secteur agricole dans cette planification s’explique donc pour des raisons méthodologiques, politiques, sociales et économiques.

Schéma 1 : Une marginalisation du secteur agricole dans la planification climatique de la région du Grande ABC

Schéma 1 : Une marginalisation du secteur agricole dans la planification climatique de la région du Grande ABC

Source : Alexia ANDREADAKIS.

Dans quelle mesure le secteur agricole sur le territoire du Grande ABC pourrait s’intégrer à une réflexion climatique ?

L’agriculture urbaine et périurbaine : un secteur d’activité constructeur d’espaces, diminuant les vulnérabilités climatiques.

33L’agriculture sur le territoire du Grande ABC se résume à des jardins urbains dans les espaces urbains denses (Mauá, Diadema, nord de São Bernardo do Campo et de Santo André) et à de l’agriculture périurbaine voire familiale dans la partie sud appartenant majoritairement à la zone de protection des Mananciais (Riberão Pires, Rio Grande da Serra, le sud de São Bernardo do Campo et de Santo André). La nature de ces activités agricoles sont diverses mais les polycultures sont majoritaires, les parcelles sont de taille modestes et les méthodes de culture sont, en général, respectueuses de l’environnement (notamment pour les activités agricoles se déroulant dans la zone des Mananciais). Les canaux de vente vont de la vente à des coopératives, à des centres d’approvisionnement comme le CRAISA (Centre d’approvisionnement du Grande ABC), à la vente dans les marchés, voir directement aux habitants locaux.

34Par leurs disparités, ces initiatives plus ou moins isolées, répondent de différentes manières aux besoins et aux vulnérabilités des territoires.

35En ce qui concerne les espaces urbains et périurbains, les jardins présents ont deux fonctions visibles et majoritaires : l’éducation et la production alimentaire locale. Par exemple, les jardins urbains de Diadema vont approvisionner des petites communautés et des infrastructures ou vont être un support à l’éducation environnementale pour les écoles locales.

36Mais, ces jardins ont d’autres finalités moins visibles qui viennent en réponse aux vulnérabilités climatiques. En effet, l’introduction de parcelles végétalisées en ville permet de réutiliser des espaces vacants à des fins agricoles, de réguler l’humidité dans l’air, la température et l’écoulement des eaux pluviales, d’absorber les pollutions aériennes mais aussi du sol, de former des refuges pour la biocœnose existante dans ces milieux et préserver ainsi une certaine continuité écologique entre les espaces urbains et ruraux. Ainsi, l’agriculture urbaine répond à plusieurs des vulnérabilités associées au milieu urbain comme le ruissellement, les ilots de chaleur, la pollution de l’air, la diminution d’humidité… (Tissot, 2016).

37Mais intéressons-nous maintenant plus en détail à leur fonctionnement. A quoi ressemblent ces jardins urbains ou périurbains ? Comme dit précédemment, ces jardins présentent une grande diversité mais présentent chacun des modèles de développement durable. N’utilisant souvent aucun intrant agricole, organisant un recyclage et une purification des eaux de pluie (aquaponie), mettant en place des systèmes de paillage pour limiter l’évaporation, le recyclage des déchets pour la réalisation de compost ou encore privilégiant l’installation de systèmes agricoles alternatifs comme l’arboriculture ou la permaculture, ces jardins présentent un fonctionnement généralement autonomes locales et respectueux de l’environnement. Ils reposent principalement sur des initiatives personnelles.

Photo 1 : Un regard sur des jardins urbains à Diadema.

Photo 1 : Un regard sur des jardins urbains à Diadema.

38En ce qui concerne l’agriculture périurbaine et familiale, elle répond également aux fonctions de production alimentaire locale, mais joue également un rôle dans la préservation et la restauration des espaces ralentissant l’expansion urbaine et garantissant une continuité écologique et le maintien des services écosystémiques.

39Une coordination de ces initiatives personnelles et des projets liant des acteurs politiques, économiques privés ou publics commencent à se développer et permettent une organisation de ce secteur agricole local.

40Ainsi, le projet d’Eletropaulo, une compagnie d’approvisionnement électrique, a mis à disposition pour les agriculteurs un espace de culture en dessous des lignes électriques. Les agriculteurs peuvent ainsi exploiter gratuitement le terrain. En échange, ils s’assurent de surveiller ces lieux, qui, bien souvent, sont de véritables décharges publiques illégales. Ce projet permet ainsi de dépolluer des sols, de végétaliser le terrain et de produire localement. Une conversion de l’ensemble de ces jardins en agriculture biologique est envisagée. C’est donc, ici, une entreprise privée qui coordonne le développement de ce secteur d’activité. (Site internet Eletropaulo)

41On peut également citer le projet Ligue os Pontos, bien que hors de notre territoire d’étude, ce projet est un exemple de développement durable sur un territoire aux caractéristiques semblables à la région du Grande ABC. Situé dans la région sud de la municipalité de São Paulo, au niveau de Parelheiros, ce projet est pris en charge par un acteur publique, le secrétariat du logement et de la fiscalisation de la municipalité de São Paulo associé à COOPERAPAS, une coopérative agricole. L’objectif est de mettre en réseau les agriculteurs qui produisent dans cette région sud de Sao Paulo avec des méthodes respectueuses de l’environnement et d’assurer une redistribution de cette production aux cantines scolaires de la municipalité de Sao Paulo. Ce projet est financé par l’association internationale Bloomberg.

42Ce projet a ainsi plusieurs finalités. Premièrement, il assure un approvisionnement de produits locaux de qualité aux cantines scolaires permettant de lutter contre l’insécurité alimentaire. Deuxièmement, il permet de valoriser le secteur agricole au niveau de cette région et donc de valoriser le milieu rural. Structurateur d’espaces, ces petites exploitations agricoles encadrent l’expansion urbaine et contribuent à la restauration et la préservation d’une continuité des milieux écologiques. Troisièmement, il garantit des canaux de vente à l’ensemble des producteurs et participe, ainsi, à la promotion d’une agriculture écologique respectueuse de l’environnement.

43On notera, également, que la production locale dans ces deux projets permet de limiter les émissions de gaz à effet de serre liées à la chaine alimentaire complexe du territoire du Grande ABC dont la logistique de centralisation des productions ne suit pas une logique de minimisation d’émissions de gaz à effet de serre. En effet, le CEAGESP situé à Sao Paulo réunit la majorité des flux alimentaires du pays pour les redistribuer par la suite. Cette logique centralisatrice des productions alimentaires suivie d’une redistribution est ainsi contournée par ces méthodes alternatives de production locale.

44Ces projets durables présentés permettent donc d’agir sur plusieurs leviers permettant de participer à la lutte face au changement climatique avec : (Luciana Travassos, Renata Cristina Ferreira, 2016).

  • Une réduction des émissions de gaz à effet de serre associés au transport et à la production des aliments par l’établissement de circuit court. 

  • La promotion de la sécurité alimentaire avec une agriculture respectueuse de l’environnement peu consommatrice d’intrants agricoles dont la production est redistribuée à des centres d’approvisionnement alimentaires pour les enfants.

  • Une réduction des vulnérabilités climatiques comprenant les risques inondation, les glissements de terrain, les ruissellements, les ilots de chaleur, la dégradation des sols en introduisant dans le milieu urbain et périurbain des parcelles végétalisées.

  • Une gestion des déchets organiques avec la réalisation de compost réinvestie dans les jardins urbains.

  • Une structuration des espaces et l’instauration d’une relation durable entre les espaces urbains et ruraux avec une conservation et/ou une restauration de la continuité écologique.

Des pistes d’approfondissements pour qualifier les potentialités du secteur agricole dans le développement territorial durable.

45Premièrement, un recensement de données complet sur l’activité agricole présente sur le territoire pourrait servir de base pour la requalification de ce secteur d’activité.

46Les observations réalisées dans cet article sont majoritairement qualitatives et reposent sur la visite d’un échantillon non exhaustif de jardins urbains et périurbains. Une quantification de l’ensemble des jardins urbains, périurbains et des exploitations familiales sur le territoire, du type et de la quantité de production et de vente permettrait de faire un état des lieux de la production agricole. Ce dernier pourrait être complété avec une estimation des espaces disponibles dans les différentes municipalités afin d’estimer le potentiel de développement de cette production locale. Cette quantification pourrait ainsi servir d’outil pour estimer les bénéfices de cette chaine alimentaire locale en termes d’approvisionnement alimentaire et de quantité d’émissions de gaz à effet de serre comparée à la chaine alimentaire de base qu’il faudrait, également, identifier et soumettre à un bilan d’émissions. Ce recensement de données pourrait aussi comprendre une cartographie d’acteurs précise identifiant l’ensemble des acteurs structurant ce secteur d’activité souvent non coordonné.

47Cet état des lieux mêlant acteurs, secteur agricole et projets de territoire pourrait, ensuite, servir à l’élaboration d’une planification transversale d’aménagement durable du territoire, cette thématique étant directement liée à la problématique de résilience territoriale face au changement climatique. (Sukkel, Wijnand, et Wageningen Ur., 2014)

48Deuxièmement, il serait intéressant de quantifier l’ensemble des services écosystémiques apportés par les jardins urbains ou parcelles périurbaines et rurales afin de quantifier les fonctions moins visibles de ces parcelles agricoles. Il pourrait être, ensuite, particulièrement intéressant de comparer la valeur de ces services écosystémiques avec celle des différents espaces regroupés dans la trame verte (jardins, parcs…).

49Si les résultats tirés de l’état des lieux de ce secteur d’activité et des services écosystémiques associés justifient le rôle à jouer de l’agriculture dans la durabilité du territoire, et notamment dans le développement d’une résilience territoriale, une réflexion autour du choix de l’échelle de gouvernance pourra être une troisième étape.

50A quelle échelle une planification du secteur agricole est-elle pertinente ? La réalisation du plan de développement urbain intégré (PDUI) au niveau de la Région Métropolitaine de São Paolo pourrait être, ainsi, une nouvelle opportunité pour inclure la thématique agricole dans les planifications sectorielles. Revenons sur la finalité de ce PDUI. Ce plan est un instrument légal de planification établissant des directrices, des projets et des actions permettant d’orienter le développement urbain et régional dans le but d’améliorer les conditions de vie de la population métropolitaine. Ce projet souhaite contribuer à l’aménagement des territoires des 39 municipalités de la RMSP, en instituant des macrozones facilitant l’organisation des divers espaces d’intérêts communs. L’institution de ces lignes directrices a pour objectif d’orienter l’occupation des sols en améliorant la distribution des activités sur le territoire dans le but, notamment, de garantir l’approvisionnement en eau, la promotion des corridors écologiques et la préservation des Mananciais. La multifonctionnalité de l’agriculture pourrait s’inclure dans cette logique de préservation et de restauration des territoires. Le PDUI apporte, ainsi, une nouvelle échelle de gouvernance intéressante pour le développement d’une planification des différents espaces et porte le défi d’implémenter les actions qui contribueront à développer une structure urbaine durable. Ce document stratégique permettrait donc une planification intersectorielle durable, basée sur une volonté d’aménagements durable des territoires. Si ce document se base sur l’ensemble des initiatives isolées et non sur une planification sectorielle déjà existante, il pourra servir de base pour une nouvelle planification climatique (concernant notamment le volet adaptation et donc le développement d’une résilience territoriale) incluant l’ensemble des secteurs d’activités. (Klink, Jeroen, 2015)

51La région métropolitaine de São Paulo semble également une échelle pertinente du faites de ces caractéristiques géographiques. En effet, le contraste appuyé au sein du territoire du Grande ABC se retrouve à cette échelle de la région métropolitaine associant territoire rural, territoire urbain et zone mixte de transition périurbaine. Plusieurs vulnérabilités et dynamiques territoriales sont identiques à celles trouvées sur notre territoire d’étude. Une échelle de gouvernance plus vaste que celle du territoire du Grande ABC pourrait ainsi permettre la coordination de l’ensemble des projets de développements territoriaux urbains et ruraux durables et en assurer le développement sur un ensemble d’unités spatiales cohérentes.

Conclusion

52En conclusion, en connaissant les enjeux climatiques qui impactent de manière croissante la région industrielle du Grande ABC et en étudiant la planification qui a répondu à ces enjeux, nous avons pu constater une absence du secteur agricole. Ceci s’explique par le processus d’élaboration de cette planification et les objectifs qui y ont été poursuivis. En effet, l’enjeu climatique a été regardé au travers du prisme des pollutions globales sectorielles. Cet article est donc une réflexion et une discussion autour de la sélection sectorielle réalisée et notamment de la marginalisation du secteur agricole. En suivant le processus de construction de la planification climatique du territoire du Grande ABC, il est compréhensible que ce secteur agricole ait été écarté de la réflexion climatique pour des raisons de faisabilités techniques, politiques, sociales et économiques. En effet, il apparait que le secteur agricole est un secteur minoritaire par rapport aux émissions de gaz à effet de serre des secteurs comme les transports, les déchets et l’énergie et que l’enjeu climatique n’est pas le premier reconnu par l’agenda politique ou même par la société civile. La méthodologie de planification, les contraintes temporelles, politiques, économiques et l’identité du territoire ont donc contribué à la marginalisation du secteur agricole dans cette planification.

53Cependant, l’adaptation et la résilience des territoires est par définition transectorielle et ne peut reposer sur une sélection de mesures déjà existantes, ni même à une sélection de secteurs bien que représentatifs de l’activité économique du territoire. C’est ce que nous avons montré au travers de cette étude avec le secteur agricole. Ce secteur, écarté des réflexions climatiques, répond, pourtant, à plusieurs des défis climatiques concernant en partie l’atténuation mais surtout l’adaptation au travers de la recherche d’une résilience climatique territoriale.

54En effet, l'agriculture pourrait être un secteur d’activité structurant la gestion durable des territoires, réduisant les vulnérabilités climatiques urbaines, préservant et restaurant les milieux à fortes valeurs écologiques. Et de nombreux projets, plus ou moins isolés, soutenus par des acteurs diverses publics ou privés fleurissent et utilisent les potentialités de cette agriculture multifonctionnelle.

55Ce secteur d’activité agricole pourrait, ainsi, participer à l’aménagement durable des différentes unités spatiales. Mais, le développement d’une stratégie durable incluant le secteur agricole passe par la quantification de ces potentialités et le choix d’une échelle de gouvernance adaptée. A ce titre, la région métropolitaine de São Paulo semble pertinente. Elle pourrait être fédératrice de ce secteur d’activité et inclure l’agriculture dans la planification urbaine intégrée dont l’objectif est un développement durable des espaces. Ce plan pourrait, ensuite, servir de base à une nouvelle planification climatique sur le territoire du Grande ABC, qui gagnerait, peut-être, à être davantage tournée vers la recherche d’une résilience territoriale locale.

Haut de page

Bibliographie

Littérature scientifique

BERTRAND François, ROCHER Laurence, MELE Patrice, « Le changement climatique, révélateur des vulnérabilités territoriales ? Action publique locale et perceptions des inégalités écologiques », Université François Rabelais, 2007.

BIHANNIC Lise et MICHEL-GUILLOU Élisabeth, « Développement durable et agriculture durable : sens du concept de « durabilité » à travers la presse régionale et le discours des agriculteurs, Développement durable et territoires », Vol. 2, n° 3, 2011.

CARVALHO, Y.M.C, ZUCHIWSCHI, E., FERREIRA. S.E, FRABETTI G.L, “Perspectivas para a Agricultura da Bacia do Alto Tietê”, Janvier 2005.

DE SOUZA Claudia Virginia Cabral et al., « Pesquisa para apoiar a discussão e elaboração do plano diretor regional do Grande ABC - SP, Relatório 02 - Diagnostico », Consorcio do Grande ABC e Universidade Federal do ABC, Juin 2016.

Governo do estado de Sao Paulo, Secretaria de estado do Meio Ambiente, Estado de Sao Paulo, Coordenadoria de planejamento ambiental, “Elaboração do Plano de Desenvolvimento e Proteção Ambiental da Bacia Hidrográfica do Reservatório Billings”, 2010.

KLINK, JEROEN, “O estatuto da Metropole e o PDU-I, A experiência do ABC”, 2015, sur Plano de desenvolvimento urbano integrado, Regiao Metropolitana de Sao Paulo.

LAGANIER Richard, VILLALBA Bruno et ZUINDEAU Bertrand, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire, Développement durable et territoires », Dossier 1, 2002.

LOYAT Jacques, « Contribution de l'agriculture au développement durable. Recommandations pour la recherche », Natures Sciences Sociétés, Vol. 15, p. 186-190., 2007

MALIJEAN-DUBOIS Sandrine, « La gouvernance climatique : histoire d’une construction », Institut des Hautes Etudes pour la Sciences et la technologie.

MIKETEN Simone, “Agricultura e conservação ambiental: o caso da apa bororé-colônia no município de são paulo”, Universidade de são paulo programa de pós-graduação em ciência ambiental, 2013.

NAKAMURA, CAMPOS Angélica, “Cooperapas: agricultura e cooperativismo no extremo sul do município de são paulo” , 2017.

QUENAULT Béatrice, « Retour critique sur la mobilisation du concept de résilience en lien avec l’adaptation des systèmes urbains au changement climatique », EchoGéo, 10 juillet 2013.

RIBEIRO Clara, et LUCCAS Fernanda Susi, “Anais do I simposio interdisciplinar de ciência ambiental, Universidade de Sao Paulo”, 2015.

ROSTICHELLI Michele, “Entre a Terra e o Asfalto: A Região Metropolitana de São Paulo no contexto da Agricultura Urbana”, 2013.

SABOURIN Eric, et HAUBERT Maxime, « Paysans du Brésil: entre échange marchand et réciprocité», Indisciplines, 2008.

SANTANDREU Alain, LOVO Ivana Cristina, Panorama da agricultura urbana e priurbana no brasil e diretrizes politicas para sua promoçao, Juin 2007.

SOUSA silva, “A cidade e a floresta : o impacto da expansao urbana sobre areas vegetadas na RMSP”, 2013.

TISSOT Vincent, « L’adaptation des villes au changement climatique », 2016.

TRAVASSOS Luciana, “O periurbano e o rural metropolitanos: desafios para a elaboração do plano diretor regional do grande abc”, 2016.

TRAVASSOS Luciana, FERREIRA Renata Crstina, “O periurbano e o rural metropolitanos: desafios para a elaboração do plano diretor regional do grande abc”, Conference : Conference: III Congresso Internacional de Gestão Territorial para o Desenvolvimento Rural, Volume: 1, 2016.

Universidade federal de santa maria centro de ciências rurais curso de de graduação tecnológica em agricultura familiar e sustentabilidade, “Agricultura familiar e desenvolvimento sustentável.”

VALVERDE, María., FABESP, “Estudo do Clima Urbano na região do ABC Paulista”, 2016.

VANIER Martin, « La relation ”ville / campagne” excédée par la périurbanisation. Les Cahiers français: documents d’actualité, La Documentation Française », pp.13-17, 2005.

WIJNAND Sukkel et WAGENINGEN Ur., « Guideline 3: Methodological Guidelines for Calculating Climate Change Related Indicators of Urban/Regional Food Production and Consumption », 2014.

Autres

Consorcio abc, 1° Inventario Regional de Emissões de Gases de Efecto Estufa do Grande ABC, Consórcio Intermunicipal, Santo André, 2016.

Consorcio abc, Plano de açao de enfrentamento às mudanças climáticas do Grande ABC, Consórcio Intermunicipal, Santo André, 2016.

Consorcio abc, Plano Regional de Gestão Integrada dos Resíduos Sólidos do Grande ABC, Consórcio Intermunicipal, Santo André, 2016.

Consortium Intermunicipal du grande ABC, “Pesquisa para apoiar a discussão e elaboração do plano diretor regional do grande abc – sp relatório 02 – diagnóstico”, Juin 2016.

Governo do Estado de Sao Paulo, Regiao Metropolitana de Sao Paulo, Plano de desenvolvimiento urbano integrado, URL : https://www.pdui.sp.gov.br/rmsp/?page_id=60

IBGE : Instituto Brasileiro de Geografia e Estatísticas,« Estatísticas por cidade e estado ». URL : https://www.ibge.gov.br/estatisticas-novoportal/por-cidade-estadoestatisticas.html?t=destaques&c=35

Ministério da agricultura, pecuária e abastecimento, Programa ABC, Enfrentando o aquecimento global e as mudanças climáticas.

Haut de page

Notes

1 La caractéristique urbaine du territoire est celle reconnue et mise en valeur alors que le territoire est particulièrement hétérogène et regroupe une multitude d’espaces urbains, périurbains, ruraux.

2 Pollutions dues à un dimensionnement insuffisant du réseau d’assainissement, aux activités industrielles environnantes, au développement excessif de barrages ou encore à la multiplication des habitats informels.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation de la région du Grande ABC au sein de la Région Métropolitaine de São Paulo
Crédits Source : Consortium du Grande ABC.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18697/img-1.png
Fichier image/png, 117k
Titre Carte 2 Un territoire contrasté entre espaces urbanisés et des espaces naturels à forte valeur écologique.
Crédits Source : Universidade Federal do ABC.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18697/img-2.png
Fichier image/png, 560k
Titre Schéma 1 : Une marginalisation du secteur agricole dans la planification climatique de la région du Grande ABC
Crédits Source : Alexia ANDREADAKIS.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18697/img-3.png
Fichier image/png, 50k
Titre Photo 1 : Un regard sur des jardins urbains à Diadema.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/18697/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexia Andreadakis, « Un secteur agricole sous-estimé dans la lutte face au changement climatique ? Le cas de la région industrielle du Grande ABC  », Confins [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 27 mars 2019, consulté le 26 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/confins/18697 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.18697

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search