Navigation – Plan du site

PROAMBIENTE dans la région du “Bico do papagaio” – contributions principales

PROAMBIENTE no polo Bico do papagaio – principais contribuições
PROAMBIENTE in the “Bico do papagaio” region - main contributions
Clara Soler Jacq et Neli Aparecida de Mello-Théry

Résumés

L'objectif de cet article a été d'analyser les principales contributions du Programme pour le Développement socio-environnemental de la production familiale rurale en Amazonie - PROAMBIENTE dans la région du « Bico do Papagaio », au nord de l´état de Tocantins. Les premières questions qui ont guidé la recherche étaient: en étant un programme de courte durée, la transition agroécologique planifiée en 2005, aurait-elle été atteinte? Quelles seraient les contributions du programme aux familles participantes? Pour cela, une collecte de données secondaires a été réalisé et des données primaires ont été recueillies grâce au travail de terrain mené pendant les mois de juin et juillet, 2017. Les conclusions de l'article indiquent trois principales contributions : 1) le programme a sensibilisé davantage les familles envers le contrôle de l'utilisation du feu ; 2) il se constate une augmentation de la production de fruits et des jardins agroforestiers et 3) la transition agroécologique planifiée en 2005 a eu lieu.

Haut de page

Entrées d’index

Índice de palavras-chaves :

agroecologia, programa, agricultura familiar, Amazônia.
Haut de page

Texte intégral

1Au Brésil, dans les années 70, une première institution fédérale a été créé sous la responsabilité de protéger les ressources naturelles et de contrôler la pollution, le Secrétariat Spécial de l´Environnement (SEMA). Dix ans après, en ayant l´objectif d´institutionnaliser et de réglementer les initiatives et actions du domaine environnemental, la Politique Nationale de l´Environnement a aussi été créé (Loi 6938 de 1981) (ANDRADE, MARINHO, KIPERSTOK, 2001; MELLO, 2006). En 1989, l´Institut Brésilien de l´Environnement et des ressources naturelles renouvelables – IBAMA a été créé et la décennie suivante, de 90, a été caractérisée par l´évolution de la question environnementale aussi au niveau institutionnel. Quant aux lois sur ce thème, pendant cette période est née la loi des Crimes Environnementaux (1998). Malgré l´existence de ces instruments, institutions et lois, il se trouve qu´encore aujourd´hui une des raisons pour l´inefficacité de la résolution des problèmes environnementaux se produit à cause de la gestion non articulée entre ces facteurs (notamment entre institutions, lois, et société civile) (MELLO, 2006; DE SOUSA, 2008).

  • 1 Qui s´étale aussi dans les territoires des pays suivants: Bolivie, Peru, Équateur, Colombie, Venezu (...)

2Le Brésil a la plus grande partie du monde de la forêt Amazonienne1, composée par 9 unités fédératives (Pará, Amapá, Amazonas, Roraima, Rondônia, Acre, Mato Grosso, Tocantins e Maranhão), elle englobe un ensemble de 761 villes, et occupe 60% du territoire brésilien par ses 5,2 millions de km². Cette immensité ne se traduit pas dans le Produit Interne Brut (PIB) de la région Nord du Brésil, qui est l´un des plus bas du pays, même en ayant passé par deux grands cycles économiques, celui du caoutchouc, et un autre fourni par la construction de routes, ce qui a généré la croissance des activités économiques des secteurs de l´agriculture, forestier, et de l´industrie de fabrication de base. (HOGAN et al, 2008, MELLO, 2006).

3Comme le reste du pays, cette région a eu plusieurs phases d´occupation depuis la colonisation du Brésil. Ses cycles d´occupation se sont produits après les autres parties du territoire principalement dûe à la difficulté d´y accéder. Une première phase s´est produit en 1930, avec le gouvernement du président Getúlio Vargas, qui a encouragé fortement l´occupation pour développer le « vide » et « peu intégré » Nord. Voici comment s´est initiée la « Marche vers l´Ouest » avec des grands flux de migrants qui venaient du Sud et du Sud-Est du Brésil, notamment. À la fin des années 60, le mouvement d´occupation continuait toujours, cette fois-ci sous l´emblème du gouvernement militaire « intégrer pour ne pas céder », marqué par des investissements directs de l´État ainsi que des incitations fiscales pour vivifier la frontière amazonienne. À cette époque, beaucoup de migrants du Sud, Sud-Est et Nord-Est sont aussi venus. Ainsi, entre les années 1970 et 2001, la région a passé de 7 à 20 millions d´habitants (HOGAN et al, 2008; MELLO, 2006).

4Durant ces dernières 30 années, une des plus grandes raisons des déforestations dans l´Amazonie a été l´ouverture de nouvelles surfaces pour l´introduction de pâturages et de plantation de soja. Pendant cette période, il y a eu un investissement d´environ 350 millions de dollars dans le secteur agricole de cette région, ce qui a provoqué une croissance des grands propriétaires de terres parallèlement à l´installation d´établissements de l´agriculture familiale (WALKER et al, 2008).

  • 2 La traduction de ce nom en français signifie « le bec du perroquet ». Ce nom vient de la forme natu (...)

5L´objectif de cet article est analyser les principales contributions d´un programme qui a eu lieu au début des années 2000, qui s´appelait le Programme de Développement Socio-Environnemental de la Production Familiale Rurale de l´Amazonie (PROAMBIENTE). Il a eu lieu dans 11 pôles, nous nous sommes concentrés dans la région du « Bico do Papagaio »2, au nord de Tocantins. Les questions qui ont guidé cette étude étaient: de quelle manière le programme a impacté les familles qui ont participé ? En étant un programme de courte durée, quelles ont été les démarches vers la transition agroécologique ont été fait dans cette région ? Pour répondre à cela, cette section présente quelques approches : le parcours des familles participantes du programme quand elles sont arrivées dans la région du Bico do Papagaio, les changements d´usage de terre, en considérant les Plans d´Usage de 2005 (instrument d´aménagement du territoire du PROAMBIENTE) et la perception des familles en 2017, les facteurs principaux qui ont contribué pour qu´elles fassent ces modifications, et les bénéfices du programme, les plus mentionnés.

Caractéristiques de l´agriculture dans le Nord du Brésil

6Dans le Nord, d´après COSTA (2000) il existe 3 types d´agriculteurs : les paysans et agroextractivistes qui développent un rapport de survivance, d´extraction et de production d´aliments aussi bien pour la consommation que pour la commercialisation ; les fermiers qui utilisent la terre principalement pour la commercialisation de commodities de l´agriculture (notamment, viandes et graines), et les grands propriétaires de terre qui utilisent la terre en tant que capital de réserve et sans fonction de production. On remarquera grâce à la figure suivante une grande concentration de population rurale dans le Nord du Brésil.

Figure 1: Population rurale Brésil 2010.

Figure 1: Population rurale Brésil 2010.

Source: IBGE, 2010.

7Étant donné que ces trois types d´occupation humaine sont dans une des régions les plus importantes en termes sociaux-environnementaux, un plan avantageux pour l´Amazonie, dans le sens de trouver des alternatives pour l´usage des terres déjà déforestées, est par le développement rural durable, économiquement viable pour l'agriculteur familial, qui lui fournisse une qualité de en incorporant la conservation environnementale de la forêt. Cette proposition d´agriculture durable a émergé comme une réaction aux premiers impacts de la production agricole de la fin du XXème siècle (LICHTFOUSE, et al, 2009).

  • 3 Les caboclos sont les personnes métissées des unions entre indiens et portugais.

8Par rapport à l´agriculture familiale dans la région amazonienne, Hurtienne (2005) souligne trois mouvements qui se sont produit, le long du dernier siècle : (i) l´agriculture itinérante pratiquée par plusieurs communautés traditionnelles : indiens, caboclos3 et riverains, (ii) l´agriculture développée par les paysans des années 1940 et 1950 pour alimenter la croissance de quelques centres urbains de la région amazonienne et (iii) les paysans qui émerge des programmes fédéraux d´occupation, que ce soit par les projets de colonisation de la dictature militaire ou par les établissements ruraux de la réforme agraire après l´ouverture démocratique (HURTIENNE, 2005).

9Quant aux politiques publiques, entre les années 1980 et 1990, grâce aux élans démocratiques de la Constitution Fédérale (1988), quelques instruments ont été créés pour encourager le développement économique et social du Nord du Brésil. Le premier d´entre eux a été le Fond Constitutionnel du Nord (FNO) qui a pour objectif, encourager les projets de développement économique et réduire l´inégalité nationale dans la région Nord. Un autre instrument important crée en 1996, qui a l´agriculture familiale comme bénéficiaire, est le Programme National de Renforcement de l´Agriculture Familiale (PRONAF), lequel a pour objectif principal promouvoir le renforcement de cette agriculture dans tout le territoire brésilien par la facilitation des lignes de crédits rural (COSTA, 2000).

  • 4 Évènement annuel dans lequel les mouvements sociaux du milieu rural de l´Amazonie présentent leurs (...)

10La mise en place de ces deux instruments a été une évolution pour la région, cependant plusieurs problèmes se posaient lors d´y accéder, ce qui empêchait leurs accès aux agriculteurs (COSTA, 2000). Ainsi, dans le Nord, les mouvements sociaux se sont organisés pour revendiquer des changements et pour avoir plus de soutien du gouvernement. Entre les années 1999 et 2000 ils ont lancé la proposition du PROAMBIENTE, lors du « Cri de l´Amazonie »4”. Le programme est entré dans le plan pluriannuel du gouvernement de 2004 à 2007 en ayant pour objectif encourager une transition agroécologique de l´agriculture familiale amazonienne. (MATTOS, 2010, DELAHAYE et al, 2009; OLIVEIRA, ALTAFIN, 2008).

Le PROAMBIENTE

11Le programme s´est produit dans 11 pôles pionniers et il a atteint environ 4000 familles, avec la particularité d´avoir été conçu en tant que projet de la société civile organisée, d´avoir une phase de transition en 2003 pour finalement devenir un programme gouvernemental entre 2004 et 2007. (MATTOS, 2010; OLIVEIRA, ALTAFIN, 2008). Ci-dessous, voici une carte des pôles du PROAMBIENTE.

Figure 1.2: Pôles du programme

Figure 1.2: Pôles du programme

12Son organisation est divisée par les activités suivantes :

  1. Contrôle Social: par la construction de conseils locaux dans chaque pôle – nommé CONGEPs- et d´un conseil national – appelé le CONGEN.

  2. Aménagement du Territoire: lors de cette étape des Plans de Développements Durable des pôles (PDs) ont été élaborés dans le but de lier les objectifs du programme à la sphère publique municipale.

  3. Aménagement et maniement économique et écologique intégré des unités de productions (PUs) : lors de cette phase une base d´informations a été construite avec les agriculteurs sur leurs établissements pour qu´ils puissent percevoir ce qu´ils réalisaient au moment présent (en 2005) et dans le futur, ce qu´ils voudraient développer, dans le sens d´incorporer et de modifier leurs pratiques productives vers l´agroécologie jusqu´en 2020 (délai prévu lors de l´élaboration des PUs).

  4. Service de Conseil Technique en Agriculture (ATER): un service de conseil technique était prévu, plus qualifié que ce qu´il se faisait, en mobilisant les agriculteurs pour qu´ils réduisent leurs impacts environnementaux et en les soutenant pour qu´ils développent et améliorent leurs techniques productives durables déjà utilisées.

  5. Certification Mixte des Services Environnementaux: dans cette étape les accords communautaires se sont établis, qui étaient des accords faits dans chaque groupe communautaire qui faisait partie du pôle et qui devraient être renouvelés annuellement pour négocier comment se ferait l´usage des biens communs.

13Un autre instrument qui était prévu au début, mais qui n´a pas été mis en pratique par manque de loi national sur ce thème, était le payement par services environnementaux (PSA).

14Ces activités se sont déroulées par phases au long du temps. Premièrement, le diagnostique et l´aménagement du territoire ont été réalisés, entre les années 2003 et 2005 (par la construction des diagnostiques des propriétés, l´élaboration des PDs, des PUs et des Accords Communautaires - ACs). La deuxième étape s´est produite après 2006 avec le renouvellement des conventions de l´ATER avec le Ministère du Développement Agraire – MDA. En 2008 le programme n´est pas entré dans le nouveau PPA, il a été conclu et il est devenu un projet dans d´autres agendas politiques (MATTOS, 2010; OLIVEIRA, ALTAFIN, 2008).

15Le programme PROAMBIENTE est considéré comme une tentative d´intégration et de qualification de plusieurs programmes sectoriels et étant proposé par les mouvements sociaux de la région Nord, son analyse du se justifie pour vérifier les contributions dans le pôle Bico do Papagaio.

Démarche méthodologique

16Pour développer cette recherche, des données primaires et secondaires ont été collectées. Le travail de terrain a été fait pendant les mois de juin et juillet de 2017 pour faire des entretiens collectifs (par groupes focaux dans 15 établissements qui faisaient partie du pôle) et des entretiens individuels avec 69 agriculteurs. Seulement dans le Projet d´Établissement (P.A) Pingo d´Água il n´a pas été possible de faire le groupe focal à cause de malentendus entre les familles, mais dans ce cas, au moins les entretiens individuels ont été faits. Le script des questions des groupes focaux traitait des points suivants : i) histoire d´occupation, ii) production, iii) changements qui se sont produits lors de l´arrivée du programme, iv) impacts des instruments (AC et le PU) et v) différences entre familles qui participèrent du programme et celle qui n´ont pas participé (pour comprendre jusqu´à quel point le programme a influencé les autres familles).

17Pour découvrir initialement quel profil de changement agroécologique s´établissait pour la région au début du programme, les 304 PUs qui composaient le pôle ont été analysés. Grâce à cela, les changements proposés pour 2005 ont été vérifiés, pour alors pouvoir les comparer à l´année 2017, pour un échantillon du pôle (69 participants). Finalement, les perceptions des agriculteurs ont été relevés sur les bienfaits principaux du programme et les points les plus critiques pour faire les changements dans leurs propriétés.

Pôle Bico do Papagaio et établissements visités

18La carte ci-dessous présente les établissements visités lors du travail de terrain.

Figure 2.1 Carte des établissements du pôle.

Figure 2.1 Carte des établissements du pôle.

19Par analyse de quelques données de l´Institut National de Colonisation et Réforme Agraire (INCRA) à propos des établissements visités, il fut possible de retrouver quelques informations: date de création, taille, quantité de bénéficiés de quelques politiques publiques. La plupart d´entre eux a été créé entre la fin des années 80 et le début des années 2000, marqués par de longs conflits de terres. Dans cette région, 860 familles habitent dans les projets d´établissements et occupent 32.206 hectares, cela dit, l´aire moyenne d´occupation est de 15 boisseaux de terre (ou 72,6 hectares). Il y a quelques différences de tailles entre les lots des établissements visités, par exemple, à Axixá les lots étaient de 3 boisseaux, tandis qu´à Buriti, il y en avait de 15. Quant aux politiques publiques qu´elles accèdent, selon le recensement réalisé par le INCRA (2017), un tiers recevait la bourse famille (32%), quelques familles recevaient la bourse verte (7%) et très peu participent au PAA (1,5%). Dans le tableau suivant, ces informations sont présentées pour les principaux établissements visités qui ont fait partie du pôle.

Tableau 2.1: Informations sur les établissements de la région du Bico do Papagaio.

NOM PA

Commune

Quantité de FAMILLE

AIRE PA (hectares)

Date de

CRÉATION

BOURSE FAMILLE

BOURSE VERTE

PAA

PA OURO VERDE

Araguatins

123

5750,82

30/11/1989

48

 0

0

PA SANTA CRUZ II

Araguatins

279

10548,21

27/02/1989

38

 0

6

PA SANTA JULIANA

Axixá do Tocantins

86

3033,89

19/01/1999

40

23

 0

PA NAJÁ

Axixá do Tocantins

29

684,80

19/06/1998

14

 0

 0

PA BURITIS

Axixá do Tocantins

73

2183,91

25/09/1998

31

19

 0

PA BOA SORTE II

Axixá do Tocantins

28

950,75

25/09/1998

14

3

 0

PA BABAÇU

Axixá do Tocantins

33

1012

13/03/2000

23

10

PA MAMÉDIO

Axixá do Tocantins

15

289,33

25/05/2001

5

 0

 0

PA CANAÃ

Buriti do Tocantins

34

1133,97

10/06/1998

12

 0

1

PA MULATOS

Esperantina

59

2542,25

04/10/1991

9

 0

2

PA BICO DO PAPAGAIO

Esperantina

15

949,83

24/11/1992

2

 0

4

PA PINGO D ÁGUA

São Sebastião do Tocantins

86

3126,39

25/09/1998

45

11

2

TOTAL

860

32206,16

 

281

66

15

Source: Incra – Assentamentos Informações Gerais (BRASIL, 2017)

20Le pôle Bico do Papagaio a été formé par les villes suivantes: Axixá do Tocantins, Buriti do Tocantins, Esperantina et São Miguel. Treize établissements ont été visités ainsi que deux communautés rurales. Les noms des établissements et les villes respectives qui leur correspondent sont présentés au prochain tableau.

Tableau 2.2: Villes et projets d´établissements qui ont composé le pôle Bico do Papagaio.

Villes

Projets d´établissements (P.A)

Buriti

Ouro Verde, São Félix, Barro Branco, Canaã

Esperantina

Mulatos, Bico do Papagaio, Pingo d´Água

Axixá

Najá, Santa Juliana, Boa Sorte, Babaçu, Buritis, Mamédio et Lago Verde (communauté rurale)

São Miguel

Fazenda Olho d´Água (communauté rurale)

Source: Élaboré par l´auteur.

21La division administrative de l´IBGE de certains P.A, ne correspond pas à la division adoptée par le PROAMBIENTE. Selon la carte ci-dessous, cet aspect peut être observé, ainsi que la quantité de familles par établissement, d´après les informations du tableau 2.1.

Figure 2.2: Quantité de familles par établissements et communes

Figure 2.2: Quantité de familles par établissements et communes
  • 5 D´après des données informées par l´ex- coordination du pôle Bico do Papagaio, par mail, en juin 20 (...)

22Les plus grands établissements visités sont le P.A Santa Cruz II et le P.A Ouro Verde, avec 279 familles et 124 familles au total, et les plus petits sont les P.A Bico do Papagaio et PA Mamédio avec 15 familles chacun. La différence entre la division de l´IBGE et la division du programme a eu lieu, car, pour constituer le pôle, les villes qui correspondent à chaque P.A ont été considérés selon leur centre de rapport social et économique avec le P.A5(Information personnelle). Par exemple, les P.A Santa Cruz et Ouro Verde font partie d´Araguatins mais ont été considérés par la commune de Buriti puisque c´est où ils ont une vie sociale et économique. Dans cet article, l´organisation utilisée par le PROAMBIENTE sera adoptée, car c´est notre objet d´étude. Cependant, cette différence entre divisions du programme et l´organisation officielle de l´IBGE serait un point critique, si le programme avait continué, car cela rendrait difficile la gestion du propre pôle aussi bien pour appliquer le Plan de Développement Durable (dont le propos était de l´enchaîner aux aménagements déjà faits dans les communes) que par rapport à la destination des ressources financières.

23La configuration des établissements visités se constitue par une base communautaire munie d´infrastructure minimum, comme par exemple, de l´énergie électrique et l´existence d´écoles. Elle s´appelle agroville et les lots des familles se trouvent un peu plus loin, en moyenne à 5 km, et dans quelques cas, plus que cela. Pour illustrer le parcours réalisé entre les P.As, la carte ci-dessous présente les établissements du pôle visités lors du travail de terrain.

Figure 2.3 – Carte des établissements visités lors du travail de terrain.

Figure 2.3 – Carte des établissements visités lors du travail de terrain.

24Pour commencer les entretiens collectifs, la première question était sur le parcours de vie des participants, d´où venaient-ils, et quelle a été la principale raison pour s´installer au Bico do Papagaio. Par rapport à leurs origines, la plupart d´entre eux sont venus de l´état de Maranhão. Quelques autres états cités par les participants sont: Piauí, Goiás, Pernambuco, Mato Grosso et Minas Gerais. Les familles sont arrivées entre les années 1970 et 1990 par quête de meilleures conditions de vie et pour trouver une terre libre, où elles pourraient produire sans restriction. Une seule famille est arrivée dans la région dans la décennie de 1950 (Fazenda Olho d´Água). Quelques participants ont mentionné les terribles conditions de vie qu´ils avaient au Maranhão, similaire à l´esclavage, et pour cela ils ont décidé de partir, poussés par les grands propriétaires de terres. La carte suivante présente le lieu de libération et l´origine des travailleurs esclavagés. Il se constate que le Maranhão est l´état avec la plus grande quantité d´origine et il y a une grande quantité de libération à l´ouest, dans l´état de Pará, mais aussi dans le Bico do Papagaio, ce qui confirme les informations relevées lors du travail de terrain.

Figure 2.3: Carte des états de Pará, Maranhão, Tocantins et Mato Grosso – localisation de libération et origine des travailleurs esclavagés.

Figure 2.3: Carte des états de Pará, Maranhão, Tocantins et Mato Grosso – localisation de libération et origine des travailleurs esclavagés.

Source: Théry et al, 2012.

25Théry et al (2012) expliquent aussi le flux de travailleurs esclavagés en étant d´est à ouest, ce qui est en accord avec la description des participants lors des entretiens. La carte suivante présente plus clairement la migration des travailleurs et montre, notamment, que le plus grand flux des travailleurs libérés au Brésil se produit justement entre ces états où le Bico do Papgaio est la région intermédiaire.

Figure 2.4: Flux de travailleurs esclaves au Brésil

Figure 2.4: Flux de travailleurs esclaves au Brésil

Source: Théry et al, 2012

26Dans plusieurs P.As, le souvenir des conflits de terres a émergé, ce qui a été un processus avec des grandes difficultés. Le récit suivant présente les stratégies adoptées par les agriculteurs, à cette époque :

“Ici c´était comme ça, quand nous sommes arrivés ici, nous avons eu plusieurs barrières, plusieurs difficultés. Mais personne ne restait isolé. Nous avions une union d´une telle forme qu´on invitait les compagnons qui étaient plus distants pour nous faire un exposé et pour qu´on organise ensemble un plan de protection, et on faisait des réunions dans la forêt » (Leandro, P.A São Félix)

27Un fait courant lors de cette première question était la mémoire de ces faits par les participants avec beaucoup d´émotion, et dans certains cas, remplis de larmes aux yeux, comme dans le cas de ce témoignage, quand une dame du P.A Barro Branco s´est rappelée du Père Josimo, une figure de grande importance pour les familles car il les a réveillés sur leurs droits par rapport aux terres.

“Je pleure tout le temps, comme vous le voyez… Car la lutte pour moi a été lourde, j´ai élevé ce garçon qui est entré tout décoiffé… De la police, nous avons eu beaucoup de mépris... Mais je n´ai jamais lâché prise, jamais, et je ne vais jamais abandonné car Dieu ne va pas le permettre… Et le père Josimo non plus… Nous explosions toujours en avant et il était derrière nous, avec lui derrière, c´était notre réconfort…C´est toujours une histoire que j´ai à raconter… Quand j´y pense, je me rappelle de Dieu en première place, et ensuite je me rappelle de Josimo… Il nous a laissé mais son sang court toujours dans nos veines… » (Tania, P.A Barro Branco)

  • 6 Mesure du périmètre des lots des occupants des terres, qu´eux-mêmes avaient établis lors de leur ar (...)

28Une autre caractéristique relevée par les participants sur le processus de la lutte a été la difficulté pour régulariser les terres occupées dont la lenteur des institutions publiques (GETAT et l´INCRA) et quand le processus de régularisation commençait, pour que les mesures de respect 6 qu´ils avaient établis soient respectées par les institutions respectives.

29Sur les produits cultivés au début, les participants ont mentionné l´importance du riz dans la région, comme produit principal. Des grandes quantités de ce dernier écoulaient par la rivière Araguaia, notamment en étant une des raisons pour laquelle quelques familles ont migrés au Bico do Papagaio. Pour la subsistance, en plus du riz, ils produisaient des haricots, du maïs, des fèves et du manioc. Sur l´aspect de la forêt au début de leur occupation, ils l´ont décrite comme dense. Il y a eu un processus de déforestation suivit par l´usage du feu pour alors installer leurs cultures agricoles. D´après eux, même aujourd´hui ils utilisent le feu, cependant, de manière contrôlée, en plaçant les coupe-feux et en communiquant aux voisins l´évènement. Ce fait a été cité comme une des principales contributions du PROAMBIENTE, et aussi grâce à d´autres programmes antécédents, tels que le PREVFOGO. Dans quelques établissements les participants ont aussi décrit qu´ils s´organisaient dans les champs pour produire en groupe. Ils ont expliqué cette manière de produire d´une part car c´était la façon qu´ils faisaient dans leurs états d´origines, et aussi parce que c´était une stratégie de défense, de protection. Quand certains installaient leur culture en groupe, d´autres surveillaient et vice-versa. Le récit suivant présente la valorisation de cette forme de travail, et l´effet de l´arrivée des financements dans la région, qui a individualisé la force de travail.

“À cette époque, avant l´arrivée des financements, tout le monde travaillait de manière organisée… Si un se cognait contre un morceau de bois, l´autre l´aidait et sentait la même peine… Mais à partir du moment où les financements sont arrivés, la première chose que les employés du service de conseil technique nous disaient c´est que pour avoir le financement, il faut élever du bétail car sinon, l´agriculteur n´arrivera pas à payer la banque…Je connais un compagnon comme moi qui n´avais jamais touché les tétons de la vache pour y retirer du lait… J´ai été obligé d´acheter du bétail sans avoir de pâturage… Et cela a été un mal qui a attaqué tous les compagnons d´ici… » (Gilberto, P.A São Félix)

30L´individualisation des familles a été mentionné dans plusieurs établissements. Beaucoup de participants se sont rappelés des conflits de terre, et du bonheur de l´avoir conquise, cependant actuellement, ils regrettent d´avoir laissé le travail en groupe. En plus de l´individualisation, d´après les participants, l´arrivée des financements a aussi été négative pour avoir stimulé une activité productive qu´ils ne pratiquaient pas sans considérer les caractéristiques locales. Une logique de haut en bas était inscrite dans le territoire sans enchaîner les potentiels régionaux, et surtout sans demander à l´agriculteur ce qu´il voulait (ou savait déjà) produire. D´un autre côté, les participants ont aussi reconnus qu´actuellement, beaucoup d´entre eux vivent de la vente du lait et de veaux justement grâce à l´investissement dans ces activités productives. D´autres familles ont investis dans les jardins agroforestiers et vendent aujourd´hui la pulpe de fruit. En plus de cela, ils commercialisent aussi l´huile et le charbon de la noix de coco de babaçu (et des artisanats à partir de ce produit, mais en quantité plus petite) et le miel.

Figure 2.5: Photo du palmier de Babaçu et ses produits utilisés.

Figure 2.5: Photo du palmier de Babaçu et ses produits utilisés.

Source: collection personnelle, juin 2017.

31Le témoignage suivant présente le changement de la manière de produire qui s´est placé avec l´arrivée du programme.

“ Dans ce temps notre idée était de déforester, d´aléser, de faire tomber, de brûler et de mettre du feu. Et cette idée du PROAMBIENTE était totalement différente… C´était une idée de préservation… De conserver le bord des cours d´eaux… de planter quelque chose qui dure plus de temps comme les bananes, et tous les types de fruits que tu pouvais planter (…) » (Ronaldo, P.A Santa Juliana)

32Sur les impacts des instruments du PROAMBIENTE, comme le PU et l´AC, le principal aspect rappelé par les participants sur les ACs a été le contrôle de l´usage du feu. Avant, d´après eux, la seule barrière existante était la rivière Araguaia, cela dit, par des caractéristiques naturelles telles que la rivière, le feu s´arrêtait. Avec l´arrivée du programme il y a eu un changement sur ce point grâce aux connaissances acquises, comme par exemple, la manière dont le coupe-feu doit être fait (ou la consolidation de leurs connaissances puisque dans quelques établissements ils avaient déjà eu des formations sur ce thème). En plus de cela, la communication avec les voisins à propos du moment où le feu serait utilisé ainsi que l´horaire, comme en fin d´après-midi (quand le soleil est moins fort), étaient quelques points établis par les groupes lors de ces accords communautaires. Le témoignage ci-dessous présente les effets des ACs.

“Une des choses que je me rappelle des accords que nous avions fait, c´était d´arrêter les brûlages, ça a été un des accords… Un autre était de ne pas utiliser de pesticides...Et donc le PROAMBIENTE nous a appris qu´il ne suffisait pas de travailler avec peu de cultures agricoles… Il y avait d´autres choses que nous pouvions faire dans nos terres qui serviraient à notre subsistance, comme les SAFs. On plante dans un petit morceau de terre plusieurs types de plantes, de fruits… Et toujours avec cette idée de laisser une aire de réserve, pour ne pas l´abattre… (Marilza, P.A Mulatos)

33Un autre point mis en évidence par les groupes a été l´importance des PU pour reconnaître les potentiels de leurs lots, en découvrant des caractéristiques jusqu´alors peu explorées et en cherchant des améliorations pour leurs propriétés dans un horizon de temps large, comme le proposait le PU, en 15 ans. L´extrait suivant présente cette question :

“ Alors ce plan d´usage des propriétés il nous a beaucoup aidé car plusieurs d´entre nous, n´avait pas d´idée de quoi travailler dans chaque aire, nous avions l´envie, mais nous ne savions pas par où commencer. Et le plan d´usage a aussi aidé la famille à repenser ce qu´elle avait mis dans le plan, pour travailler à court et à long terme. Donc avec cela les familles ont commencé à travailler, en faisant les jardins… Nous nous rendons compte qu´à partir du PROAMBIENTE cet aspect a beaucoup changé (…)il y a plus de conscience que la personne peut avoir une petite production et bien produire à la place d´abattre constamment des aires pour cultiver… Il y a d´autres manières de produire… » (Rosa, Fazenda Olho d´Água)

34En plus de cela, ils ont aussi cité l´importance du programme par rapport à la conservation environnementale (des sources d´eaux, des réserves légales, etc.), selon le récit ci-dessous, il est possible de vérifier ce changement :

“(...) nous avons fait un document, où nous avions établis les accords, les accords communautaires, et cet accord, à l´époque, a été signé par tout le monde… Car cela était exigé par le programme, que nous aidions à conserver la nature… chaque compagnon, chaque agriculteur qui participait au programme, a été responsable de garder sa réserve… » (Felipe, P.A Buritis)

35Sur la perception des participants à propos des différences entre les familles qui ont participé au PROAMBIENTE et celles qui n´ont pas participé, dans quelques établissements aucune distinction a été mentionné. Dans d´autres, les aspects suivants ont apparu: l´usage de produits agrotoxiques en grande quantité par les familles qui n´ont pas participé au programme, la déforestation totale des lots et l´usage du feu de manière non contrôlée. Un point particulier présenté dans quelques établissements a été qu´après l´apparition de quelques résultats positifs du PROAMBIENTE, comme la récupération des ressources hydriques du lots, le développement de la fruiticulture et l´arrivée de deux versements du PSA, quelques familles qui a priori ne voulaient pas y participer, désormais désiraient entrer dans le programme. Le témoignage ci-dessous présente la difficulté de concilier les pratiques de l´agriculture durable quand les voisins ne produisent pas de la même manière.

“Le problème plusieurs fois du PROAMBIENTE a été justement celui-là car tu étais dans le programme mais ton voisin n´y était pas… Alors tu voulais conserver la nature, mais l´autre s´en moquait, il utilisait le feu à tort et à travers… le mien ici, plusieurs fois j´ai dû éteindre son feu… » (Flávio, P.A Bico do Papagaio)

Changements d´utilisation des terres dans le pôle Bico do Papagaio

36Le processus de mise en place du pôle Bico do Papagaio s´est produit par l´entité exécutive Alternative pour la Petite Agriculture dans Tocantins (APATO) et l´élaboration de la proposition a été faite par cette entité avec le partenariat de FETAET. En 2001, la discussion du programme dans le Bico do Papagaio a commencé et en 2002, APATO avec le soutien des mouvements sociaux a élaboré la proposition du Plan de Développement Durable du pôle (PD). Le PD a servi comme un instrument pour identifier les familles qui participeraient du programme et les futures membres du CONGEP (conseil de gestion du pôle). Dans la région, 399 familles ont participé du programme (NETO, 2008).

37Pour comprendre quelle serait la transition agroécologique désirée par les familles participantes, une analyse de tous les PUs du pôle a été développée et il fut possible de constater les processus de changements d´utilisation des terres proposés en 2005. Le résultat de cette analyse est présenté par le tableau suivant.

Tableau 2.2 – Transition d´utilisation des terres prétendue (2005)

Type

Transitions proposées

AXIXÁ

BURITI

ESPERANTINA

SÃO MIGUEL

TOTAL

%

1

Culture annuelle pour SAF et/ou couverture forestière

7

7

18

20

52

17,11

2

Culture annuelle pour SAF, couverture forestière et récupération du pâturage

49

24

15

2

90

29,61

3

Récupération du pâturage dégradé

24

2

7

1

34

11,18

4

Augmentation de SAF, récupération du pâturage et diminution d´APP ou de RL

22

23

20

21

86

28,29

5

Uniquement des changements qualitatifs

4

2

12

4

22

7,24

6

Augmentation d´ APP et/ou de RL

3

4

11

2

20

6,58

7

PU éliminés

1

8

3

10

22

 

Pourcentage

35,85

20,39

27,30

16,44

100

 

Total de PUs

109

62

83

50

304

100,00

Source: Base de données du PROAMBIENTE – pôle Bico do Papagaio.

38Les deux types qui présentent plus de 20% de représentativité sont les types nº 2 et nº 4 : (2) changement de culture annuelle pour système agroforestier – SAF, augmentation de couverture forestière et récupération du pâturage et (4) augmentation de SAF, récupération du pâturage et diminution d´APP – Aire de Préservation Permanente et RL – Réserve Légale, respectivement. Dans les deux cas, une augmentation de SAF est prévue. La carte ci-dessous présente les données du tableau.

Figure 2.6 – Transition agroécologique planifiée en 2005.

Figure 2.6 – Transition agroécologique planifiée en 2005.

39Dans les villes d´Axixá et de Buriti la transition prétendue est la nº2, cela dit, un investissement dans les SAF, augmentation de la couverture forestière et récupération du pâturage. Dans les villes de São Miguel et Esperantina, la plupart des familles prétendait réaliser la transition nº4, une augmentation aussi de SAF, investissement dans la récupération du pâturage et diminution d´APP et de RL.

40Lors du travail de terrain, après une première approche collective par les groupes focaux, les entretiens individuels avec les agriculteurs ont été réalisés. Malgré le manque de confirmation par la visite de chacun des lots, les informations ont été relevés par la perception des familles sur les changements d´utilisation de la déroulés lors de ces dernières douze années (2017). Le tableau suivant présente l´utilisation actuelle de la terre des familles interviewées.

Tableau 2.3: Transition d´utilisation des terres réalisées (2017)

Type

Processus de transition d´utilisation des terres

Réponses

Pourcentage

1

Culture annuelle pour SAF et/ou couverture forestière

1

1,45

2

Culture annuelle pour SAF, couverture forestière et récupération du pâturage

31

44,93

3

Récupération du pâturage

 

 

4

Augmentation de SAF, récupération du pâturage et diminution d´APP ou de RL

14

20,29

5

Uniquement des changements qualitatifs

4

5,8

6

Diminution de l´APP et/ou de la RL

6

8,7

7

Augmentation de l´APP et/ou de la RL

2

2,9

8

Maintenance de la réserve/ couverture forestière

4

5,8

9

Aucun changement

1

1,45

10

PU éliminés

6

8,7

Total de réponses

69

100

Source: Élaboré par l´auteur.

41Par comparaison de la typologie présentée avec les données collectées en terrain, il se constate que les profils de transition d´utilisation des terres de 2005 se confirment en 2017. Ainsi, les transitions agroécologiques produites par les familles du PROAMBIENTE ont été la transition de culture annuelle pour SAF, couverture forestière et récupération du pâturage (45%) et augmentation de SAF, récupération du pâturage et diminution de l´APP ou de la RL.

42Pour comprendre de manière plus complète la manière dont cette transition s´est produite dans le territoire quelques autres éléments seront présentés par la suite.

Facteurs qui ont contribué aux changements d´utilisation des terres et principaux bénéfices du PROAMBIENTE

43Selon les familles participantes, les facteurs qui ont facilité les changements d´utilisation des terres ont été, respectivement, l´influence du PROAMBIENTE vis-à-vis la prise de conscience sur l´usage du feu, la stimulation à la fruiticulture et le support des mouvements sociaux de la région (CPT, APATO, FETAET, etc). D´autre part, le principal point critique mentionné pour faire ces changements a été l´augmentation du travail physique nécessaire quand le feu n´est pas utilisé dans la production. En plus de cela, ils ont cité le manque de ressources financières, et d´eau pour irriguer les plantations. Quelques autres aspects rappelés sont:

  1. Le manque d´effectif familier (par la migration des jeunes, le vieillissement des agriculteurs ou encore, par la perte d´un membre de la famille) ;

  2. Avoir le contrôle effectif de l´usage du feu;

  3. La diminution de l´utilisation de pesticide – ce qui demande plus d´éffort physique ;

  4. L´appauvrissement des terres à cause de l´utilisation de pesticide;

  5. L´assurance que les expériences établies fonctionneront;

  6. Le développement de stratégies pour l´utilisation des terres;

  7. Le manque des graines;

  8. La résistance de la communauté à accepter les produits agroécologiques;

  9. L´usage du feu non contrôlé par les voisins;

  10. Le manque d´orientation technique (avant le programme)

  11. Le manque de machines;

  12. Le temps plus long pour avoir un retour financier grâce à ces changements.

44Une des questions lors des entretiens individuels a été par rapport aux contributions apportées par le programme aux familles et quels aspects leurs semblaient plus importants. Le tableau suivant présente le résultat de cette question par une liste, organisée par nombre de réponses.

Tableau 2.4: Classification des contributions du PROAMBIENTE (entretiens individuels)

45Le bénéfice le plus mentionné a été l´importance de conserver la nature, ce qui démontre que le programme a marqué effectivement son message par rapport à la préservation. En deuxième place, il y a la prise de conscience par rapport à l´usage du feu. Ce point aussi a émergé lors des entretiens collectifs. Ensuite, l´information et la formation a émergé aussi comme un bénéfice important, ce qui confirme l´aspect des échanges promus par le programme, qui aussi avait été mentionné lors des groupes focaux. En quatrième place, il y a la rémunération, par le PSA. Cette réponse aussi était présente dans les entretiens collectifs, cependant individuellement d´autres points positifs ont émergé avant le PSA. Quelques autres aspects ont aussi été cités, mais avec moins de représentativité comme : le développement de stratégies de maniement des lots, la diversification de la production, l´association entre conservation et production, le travail collectif dans les lots (par exemple, pour installer les SAFs), l´encouragement à planter plusieurs variétés d´arbres, notamment des arbres fruitiers et finalement, l´amélioration de la qualité de vie des familles, de manière générale.

Conclusion

46Grâce aux données relevées lors du travail de terrain par les groupes focaux et les entretiens individuels, il fut possible de comprendre le parcours historique et la position où se trouvent aujourd´hui les agriculteurs du pôle Bico do Papagio.

47Par rapport à leur arrivée dans la région, on remarque une démarche similaire entre plusieurs agriculteurs des établissements visités, caractérisés par le fait de venir d´autres états, notamment du Maranhão, où ils cherchaient produire librement. Au Bico do Papagaio, ils se sont trouvé face aux menaces de perdre leurs terres, pour un long processus de conflits fonciers déclenché. Quand cela a été surmonté grâce à la régularisation des établissements, ils ont procédé à l´occupation de leurs terres. Initialement l´objectif majeur était de produire pour leur subsistance, et comme les terres étaient de très bonne qualité, ils produisaient beaucoup de riz, et le commercialisaient en étant reconnu comme principal produit de la région. Un aspect souligné lors des groupes focaux a été l´appauvrissement des terres, due à l´usage excessif du feu et des agrotoxiques. Au début des années 90, quelques programmes existaient déjà dans la région, tel que le PREVFOGO, et comme le PROAMBIENTE, il a aussi travaillé l´usage contrôlée du feu par les agriculteurs. Cet aspect fut le plus cité lors des groupes focaux par rapport à l´arrivée du programme. En plus de cela, ils ont aussi relevé l´importance du PU pour reconnaître les potentiels de leurs lots, en l´organisant de manière plus stratégique et en le planifiant selon leurs objectifs.

48Quant aux changements d´utilisation des terres qui se sont produit dans le pôle Bico do Papagaio, avec la confirmation des modifications entre 2005 et 2017, il se perçoit que malgré la fin du programme, les processus de transition ont continué dans le territoire. De manière générale, actuellement il y a un grand investissement dans la fruiticulture et dans les jardins agroforestiers, qui sont utilisés aussi bien pour la consommation des familles que pour la commercialisation par la vente des pulpes de fruits. Dans la région, récemment une coopérative a été créé par les agriculteurs qui travaillent dans ce domaine de la vente des pulpes de fruit, elle s´appelle COAF Bico (Coopérative des Agriculteurs Familiers du Bico), et sa base se trouve dans le Syndicat des Travailleurs Ruraux d´Esperantina.

49Un autre aspect identifié lors du travail de terrain a été que plusieurs agriculteurs travaillent dans l´apiculture, et pour cela, la maintenance de la couverture forestière, de la réserve, ou l´usage de SAF est fondamentale pour assurer la production de miel. Ainsi, il se perçoit qu´actuellement, en plus de la prise de conscience des agriculteurs par rapport à l´importance de la conservation environnementale, ce processus d´évolution de l´agroécologie se produit par trois piliers de la région : le travail développé par APATO, la continuité des projets et les actions dans le domaine de l´agroécologie et finalement, la croissance de la demande des produits de l´agroécologie, comme les fruits, les huiles végétaux (babaçu), les pulpes de fruits et le miel. Pour cela, la conservation de la forêt est importante puisqu´elle fournit la qualité de ces produits.

50Les aspects les plus positifs du PROAMBIENTE rappelés par les agriculteurs ont été : l´apprentissage sur l´importance de la nature, la prise de conscience sur l´usage du feu et l´information et la formation. Ce fait montre que le programme, malgré sa courte durée, a atteint ses objectifs de base, notamment celui d´encourager une transition agroécologique par les échanges d´expériences et les formations.

51La position des autorités publiques brésiliennes par rapport à l´agriculture familiale et l´histoire du Bico do Papagaio semble être marquée par des contradictions. Il existait des incitations pour l´occupation du territoire du Bico do Papagaio, mas elles ne se destinaient pas aux agriculteurs, puisque les conflits fonciers se produisaient plusieurs fois avec la connivence des autorités publiques (SADER, 1986, JOKOY, 1996). La lenteur des institutions publiques pour régulariser les établissements s´accorde aussi avec ce constat. Après cette phase, les agriculteurs se sont installés officiellement dans les établissements. Les crédits agricoles seraient approuvés s´ils étaient pour élever du bétail. Selon les récits des participants, plusieurs d´entre eux ne s´intéressaient pas par cette activité productive. Certains ne savaient même pas extraire le lait de la vache. Telles questions sont des exemples qui dénoncent le manque de priorité du gouvernement brésilien face à l´agriculture familiale.

52Les défis de produire et de conserver sont toujours présents pour les agriculteurs de la région du Bico do Papagaio, mais la continuité des actions même sans le programme montre que l´agroécologie est un système productif intéressant, notamment dans le contexte brésilien. Si le PROAMBIENTE n´avait pas fini, certainement l´évolution aujourd´hui atteinte serait encore plus robuste.

Haut de page

Bibliographie

ANDRADE; J.C.S; MARINHO, M.M.O.; KIPERSTOK, A. Uma política Nacional de meio ambiente focada na produção limpa: elementos para discussão. Revista Bahia Análise & Dados, Salvador – BA, v.10 n.4 p.326-332, 2001.

BRASIL. (2004) Relatório de Gerência do Proambiente, Avaliação do Biênio 2003/2004, Recomendações para o biênio 2005/2006. Ministério do Meio Ambiente.

________. IBGE. Atlas do Censo Demográfico. População rural. Brasil. 2010.

________. INCRA. Assentamentos Informações Gerais. Superintendência Regional de Tocantins, 2017.

COSTA, F.A. Políticas Públicas e dinâmica agrária na Amazônia: dos incentivos fiscais ao FNO. In: TURA, L.R. Campesinato e Estado na Amazônia: impactos do FNO no Pará/ Organização de Letícia Rangel e Francisco de Assis Costa. Brasília: Brasília Jurídica: Fase, 2000.

DELAHAYE, F., DUBREUIL, V., NEDELEC, V., MUNHOZ, R., ARVOR, D. Analyse du programme de développement durable Proambiente à Juina-MT. Rapport de terrain. 2009. Disponível em: <halshs-00422609>. Acesso em 10/06/2018.

DE SOUSA, A.C.A. A evolução da política ambiental no Brasil do século XX. UFRJ, 2008. Disponível em: http://www.geoplan.net.br/material_didatico/A%20evolu%C3%A7%C3%A3o%

HOGAN, D.J.; D´ANTONA, A. O.; CARMO, R.L. (2008). Dinâmica demográfica recente da Amazônia. In: Amazônia: natureza e sociedade em transformação. Mateus Batistella; Emilio F. 2008

HURTIENNE, T. Agricultura familiar e desenvolvimento rural sustentável na Amazônia. Novos Cadernos NAEA, v.8, n.1, p 19-71, 2005.

JOKOY, Z.G. Igreja e camponeses. Teologia da Libertação e movimentos sociais no campo. 1996

LICHTFOUSE, E., NAVARETTE, M., DEBAEKE, P., SOUCHÈRE, V., ALBEROLA, C. Agronomy for sustainable agriculture. A review. Agronomy for Sustainable Development, Springer Verlag/EDP Sciences/INRA, 2009, 29 (1), pp.1-6. Disponível em: https://link.springer.com/article/10.1051/agro:2008054. Acessado em 10/06/2018.

MARTÍNEZ ALIER, J. (1998). Da Economia Ecológica ao Ecologismo Popular. Blumenau, FURB.

MATTOS, L.M. Decisões sobre usos da terra e dos recursos naturais na agricultura familiar amazônica: o caso do PROAMBIENTE. 458p. Tese (Doutorado). Instituto de Economia, Universidade Estadual de Campinas (Unicamp), 2010.

MELLO, N.A. Políticas territoriais na Amazônia. São Paulo: Annablume, 2006.

OLIVEIRA, L.R, ALTAFIN, I.G. Proambiente: uma política de serviços ambientais para o Brasil. Apresentação oral: XLVI Congresso da Sociedade Brasileira de Economia, Administração e Sociologia Rural -SOBER, 2008.

OSEKI e PELLEGRINO 2004. OSEKI, J.H., PELLEGRINO, P.R.M. Paisagem, Sociedade e Ambiente. In: PHILIPPI JR.A., ROMÉRO, M.A., BRUNA, G.C. Curso de gestão ambiental. Barueri, SP: Manole, 2004.

THÉRY, H. MELLO, N.A.de M., HATO, J. GIRARDI, E.P. Atlas do trabalho escravo no Brasil. São Paulo: Amigos da Terra - Amazônia Brasileira, 2012.

SADER, 1986 SADER, R. Espaço e luta no Bico do Papagaio. Tede de doutorado, USP, 1986.

WALKER, R. et al. A economia da Amazônia hoje e amanhã: Integração Nacional e Expansão da Oferta. In: Amazônia: natureza e sociedade em transformação. Mateus Batistella; Emilio F. Moran; Diógenes S. Alvez (orgs) – São Paulo, editora da Universidade de São Paulo, 2008

Haut de page

Notes

1 Qui s´étale aussi dans les territoires des pays suivants: Bolivie, Peru, Équateur, Colombie, Venezuela, Guyane et Surinamie, et aussi dans la Guyane Française.

2 La traduction de ce nom en français signifie « le bec du perroquet ». Ce nom vient de la forme naturelle de cette région, qui est versée par deux grandes rivières l´Araguaia et le Tocantins, en ayant l´aspect d´un triangle.

3 Les caboclos sont les personnes métissées des unions entre indiens et portugais.

4 Évènement annuel dans lequel les mouvements sociaux du milieu rural de l´Amazonie présentent leurs revendications.

5 D´après des données informées par l´ex- coordination du pôle Bico do Papagaio, par mail, en juin 2018.

6 Mesure du périmètre des lots des occupants des terres, qu´eux-mêmes avaient établis lors de leur arrivée dans le territoire.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Population rurale Brésil 2010.
Crédits Source: IBGE, 2010.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-1.png
Fichier image/png, 454k
Titre Figure 1.2: Pôles du programme
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-2.png
Fichier image/png, 205k
Titre Figure 2.1 Carte des établissements du pôle.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-3.png
Fichier image/png, 159k
Titre Figure 2.2: Quantité de familles par établissements et communes
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-4.png
Fichier image/png, 162k
Titre Figure 2.3 – Carte des établissements visités lors du travail de terrain.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-5.png
Fichier image/png, 167k
Titre Figure 2.3: Carte des états de Pará, Maranhão, Tocantins et Mato Grosso – localisation de libération et origine des travailleurs esclavagés.
Crédits Source: Théry et al, 2012.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-6.png
Fichier image/png, 461k
Titre Figure 2.4: Flux de travailleurs esclaves au Brésil
Crédits Source: Théry et al, 2012
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-7.png
Fichier image/png, 116k
Titre Figure 2.5: Photo du palmier de Babaçu et ses produits utilisés.
Crédits Source: collection personnelle, juin 2017.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 2.6 – Transition agroécologique planifiée en 2005.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/19591/img-9.png
Fichier image/png, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clara Soler Jacq et Neli Aparecida de Mello-Théry, « PROAMBIENTE dans la région du “Bico do papagaio” – contributions principales », Confins [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 24 mai 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/19591 ; DOI : 10.4000/confins.19591

Haut de page

Auteurs

Clara Soler Jacq

Mestre em Ciëncias Ambientais. Universidade de São Paulo. clara.jacq@usp.br

Neli Aparecida de Mello-Théry

Professora titular. Universidade de São Paulo, Escola de Artes, Ciências e Humanidades. namello@usp.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals