Navigation – Plan du site

Quarante ans de géographie critique à l'USP

Quarenta anos de geografia crítica na USP
Forty years of critical geography at USP
Sandra Lencioni

Notes de la rédaction

Le développement, tardif mais vigoureux de la géographie critique et son maintien pendant plus de quarante ans sont une des particularités de la géographie brésilienne, et en particulier du Département de géographie de l’Université de São Paulo. La revue GeoUSP lui consacre un dossier, 40 anos da geografia crítica (40 ans de géographie critique), disponible à l’URL http://www.revistas.usp.br/geousp/issue/view/10714. Pour le signaler à l’attention de nos lecteurs francophones, nous traduisons ici l’éditorial par lequel Sandra Lencioni présente le dossier (“Editorial”, GeoUSP Volume 22 • nº 3 (2018), pp. 480-484, http://www.revistas.usp.br/geousp/article/view/153378).

Texte intégral

1Ce numéro de Geousp – Espaço e Tempo Time rend compte des idées qui ont été présentées lors du séminaire « 40 ans de géographie critique : son intérêt pour la géographie humaine à la FFLCH-USP », promu par Programa de Pós-Graduação em Geografia Humana du département de géographie de la Faculté de Philosophie, Littérature et Sciences Humaines (FFLCH) de l’Université de São Paulo, le 15 octobre 2018. L’objet de ce séminaire était de débattre et de problématiser l’héritage et la force du mouvement de géographie critique de ce département, ainsi que son importance dans le dévoilement du monde moderne et la pertinence scientifique de sa pensée critique.

2Pour ceux qui ont vécu ce mouvement depuis le début, le séminaire a été synonyme d’immersion dans la mémoire de ces quatre décennies. Pour ceux qui s’y sont ensuite engagés ou qui l'ont accompagné, directement ou indirectement, il a permis de comprendre pourquoi la géographie critique a été un tournant décisif lorsqu'elle a profondément modifié la production de connaissances en géographie.

3Ce centre rayonnant, la cellula mater de ce courant ou de cette école de pensée a été ce département, et un examen attentif de son histoire permet de répondre à certains des « pourquoi ? ». Ici, la recherche scientifique a longtemps été considérée comme nécessaire à la production de connaissances et à la formation des géographes. La première thèse en géographie date de 1944 et il a été, jusqu'en 1991, l'unique département à faire de la recherche doctorale en géographie. Beaucoup de ceux qui souhaitaient obtenir leur diplôme sont venus ici, contribuant à un environnement intellectuel d'une grande effervescence scientifique et culturelle. Mais cela ne suffirait pas à expliquer le fait qu’il s’agissait du principal noyau rayonnant de la géographie critique.

4À cette particularité, s’ajoute le fait que ce département fait partie de la FFLCH, issu de la Faculté de philosophie, sciences et lettres fondée en 1934, à l'époque de la structuration de l'USP. Au fil des ans, des nombreuses unités sont devenus autonomes, comme les mathématiques et la statistique, la psychologie ou la chimie. Il est important de mentionner cette formation institutionnelle car, dans la structure de l'Université, une mission française était présente, avec l'arrivée de professeurs qui ont révolutionné les sciences humaines, tels que Roger Bastide, Fernand Braudel et Claude Lévi-Strauss, et en géographie Pierre Deffontaines et Pierre Monbeig, ce dernier étant resté 11 ans au Département de géographie.

5Cette influence française a mis en évidence dans la géographie le possibilisme et l'historicisme, qui comprend la réalité comme le résultat d'une évolution et affirme que la perspective historique et l'analyse des processus sont fondamentales pour comprendre cette réalité. Il considère également que, au lieu de rechercher des lois générales, les sciences humaines doivent se préoccuper des particularités et des singularités en tant que produits des circonstances dans le temps et dans l’espace. Cette influence aide à comprendre pourquoi la géographie de l'USP n'a pas été sensible au positivisme logique qui a inspiré la Géographie Théorique. Cette vision néopositiviste privilégieait la formulation de lois générales, assumait une position anti-historiciste et cherchait à s’exprimer à travers un langage mathématique, langage qui lui a valu d’être qualifiée de quantitative. En bref, l’influence de l’historicisme, l’idée de processus, la genèse et le mouvement de l’histoire, associés à la recherche de nouvelles références théoriques permettant une meilleure compréhension de la société et de son espace.

6À la fin des années 1970, le processus de libéralisation du régime militaire faisait ses premiers pas ; le 13 octobre 1978, un amendement constitutionnel avait été promulgué, qui révoquait la loi institutionnelle no. 5, publié en 1968, celle qui avait permis la perte du mandat des parlementaires opposés au régime militaire, légalisant une série d'interventions et, plus grave encore, suspendant les garanties constitutionnelles des Brésiliens, ouvrant la voie à l'institutionnalisation de la torture, la persécution idéologique et la « retraite » obligatoire d'enseignants illustres, Florestan Fernandes, José Arhur Gianotti, Otavio Ianni, Fernando Henrique Cardoso, Paula Beiguelman, Elza Salvadori Berquó, José Batista Vilanovas Artigas, Israël Nussenzveig, Thomas Maak, Paul Singer, Caio Prado Júnior, au total 42 enseignants.

7Avec fin progressive de la dictature, furent reçus avec des manifestation de bienvenue beaucoup de ceux qui avaient été bannis du Brésil par la dictature militaire, tels que Leonel Brizola, Miguel Arraes et Herbert José de Sousa (Betinho), qui ont été les premiers à revenir, le dernier jour d'août 1979, ainsi que ceux qui avaient quitté le pays pour se protéger de ce régime. L'année suivante, le dernier prisonnier politique a bénéficié d’une libération conditionnelle et tous les enseignants mis autoritairement à la retraite ont pu revenir à l'USP.

  • 1 Les banlieues de São Paulo, Santo André, São Bernardo et São Caetano (NdT)

8La société a alors senti l’effet des grèves menées de 1978 à 1980 dans l’ABC1 de São Paulo, qui a marqué la résurgence de la force ouvrière et d’un nouveau syndicalisme, parallèlement à la reprise de la réforme agraire et des mouvements sociaux en général, par des revendications et pressions organisées, cherchaient à conquérir des droits qui ont finalement été inscrits dans la Constitution de 1988.

9À l'USP, en 1976, a été supprimé la commission spéciale pour la sécurité et l'information, créé en 1969, qui avait pour fonction de surveiller les enseignants, les employés et les étudiants, et de maintenir des liens avec le SNI (Service national d'information) et l'indigne DEOPS (Département d'État de l'ordre politique et social), en produisant des rapports presque quotidiens et pratiquant le dépistage idéologique.

10Si la critique du régime militaire était interdite dans les journaux et les médias en général, les universités, même surveillées, n'abandonnaient pas la pensée critique. Les conflits sociaux étaient extrêmement perceptibles et les problèmes d’espace étaient visiblement sociaux, qu’il s’agisse de la nature et de son utilisation, de la production de la ville ou des politiques de développement, entre autres thèmes traditionnels et nouveaux que nous pourrions mentionner.

11La pensée se voulait critique pour éviter que les tensions dans la société ne soient occultées, ce qui mènerait à la passivité et nourrirait des illusions et, surtout, pour éviter que les ignominies de la société ne cessent de nous outrager et de nous dégoûter. Il y avait beaucoup à faire, il était nécessaire de développer une pensée critique en géographie sans oublier les enseignements de nos maîtres qui l'ont toujours affirmé qu’il incombait à la géographie de comprendre l'espace, ses processus et ses dynamiques.

12Certains aspects du contexte et les raisons du développement de la géographie critique ont été présentés ici, afin de situer le lecteur dans les textes qui composent ce numéro.

13Dans l'introduction, Ana Fani Alessandri Carlos cherche à clarifier la pertinence de ce séminaire en soulignant l'importance de la pensée critique dans la production du savoir, la nécessité de ne pas le laisser s'effacer devant tant de questions qui se posent en ce nouveau siècle et le risque de restrictions à liberté de pensée et de recherche.

14Dans l'article "Penser radicalement sous la répression : la géographie critique brésilienne dans le contexte de la dictature civilo-militaire", en discutant des processus de modernisation autoritaire, Elisa Favaro Verdi rappelle la réunion nationale des géographes de l'Association des Géographes Brésiliens, tenue à Fortaleza en 1978, une étape importante dans l'histoire de la géographie critique, quand cette association s’est démocratisée. Elle rappelle que la géographie critique ne se limite pas à la géographie brésilienne et analyse le contexte politique national, en mettant l'accent sur la répression des idées, la réforme de l'université de 1968 et les événements de la Faculté de philosophie, sciences et lettres. Elle soutient que l'incapacité à comprendre la réalité par les outils théoriques et méthodologiques traditionnels de la géographie a conduit au développement de la géographie critique.

15Dans "Géographie agraire critique : un peu d’histoire", Marta Inez Medeiros interprète également le contexte historique de l’émergence de la géographie critique, ou rappelle l’impact du livre de Milton Santos, Por uma geografia nova, publié en 1978, comme point de départ, dirons-nous visible, du dialogue entre géographie et marxisme. Se concentrant particulièrement sur la géographie agraire, elle montre comment le leadership d’Ariovaldo Umbelino de Oliveira a été, affirme-t-elle, un élément clé de la construction d’une géographie agraire marxiste et engagée dans des luttes sociales. Et, discutant de l’actualité de la pensée critique, elle mentionne l’approche décoloniale, ses vertus, ainsi que la possibilité de mauvais choix si elle néglige la totalité de la reproduction du capital en général.

16Dans l'article intitulé "La trajectoire théorico-intellectuelle d'une géographie urbaine critique et radicale", Isabel Aparecida Pinto Alvarez et Cesar Simoni Santos identifient deux moments dans cette trajectoire : le premier, entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, lié à la rupture avec la géographie qui se faisait alors, et le second, à partir des années 1990, à l'influence de la pensée d'Henri Lefebvre. Prenant comme référence analytique et expression du premier moment deux thèses et un texte, ils soutiennent que leur contenu révèle un renouveau dans la pensée de la géographie urbaine, car il comprend que la ville est constituée en tant que produit historique et social et non comme une affirmation banale. Pour le deuxième moment, ils perçoivent avec une clarté appréciable trois axes théorico-conceptuels présents dans l’œuvre de Lefebvre, qui constituent des balises pour l’analyse de l’espace: la production de l’espace, la tension entre usage et échange par rapport à l’espace et à la position contre l'abstraction qui conduira à la critique de l'État.

17Dans « Géographie critique et économie politique », Rita de Cássia Ariza da Cruz souligne l’importance de la géographie critique en tant que mouvement pour le renouveau de la pensée géographique au XXe siècle, rappelant initialement une interview intéressante donnée par Richard Peet en 1977 et révélant comment la relation entre le marxisme et la géographie était extrêmement nouvelle et stimulante. Elle aborde la relation entre l'économie politique et la géographie en prenant pour référence des auteurs de différents pays et disciplines, puis aborde cette relation dans la production de géographes brésiliens. Son article se termine en soulignant – et en discutant – la notion de développement géographique inégal en tant que notion importante pour comprendre le renouveau de la pensée géographique.

18Dans "Géographie humaine et théorie régionale critique", Eudes Leopoldo distingue deux fronts dans la critique de la géographie régionale: le débat sur le rapport entre l'urbanisation et l'industrialisation dans la constitution des régions et la géographie politique, la géopolitique et les politiques régionales. Il apporte une intéressante perception de la transition du concept de région appuyé sur des éléments de preuve comme des divisions administratives ou des ensembles naturels homogènes vers une compréhension de la région en tant que produit particulier du processus de reproduction du capital. Il révèle comment le renouveau de la géographie a donné une place centrale aux relations de pouvoir et a renouvelé l'approche des politiques régionales et il défend, dans son bref essai, le pouvoir explicatif de la région dans le monde contemporain.

19Ces articles ne sont qu'une partie du séminaire « 40 ans de géographie critique : son intérêt pour la géographie humaine à la FFLCH-USP ». Tenu à São Paulo lors de la Journée des Enseignants, il a servi à nous rappeler toute cette histoire. Grâce à la recherche en géographie et à la critique permanente, le mouvement de la géographie critique et l’actualité de sa pensée ont fait et continuent de faire rêver les poètes de terrain, et que les espaces rêvent d’un monde meilleur et possible. En faisant revivre la mémoire, je me souviens que 1978 était également l’année de la sortie de "Sampa", de Caetano Veloso, qui, disait-il, constituait un hymne à São Paulo. Venant de Bahia, de Santo Amaro da Purificação, il chantait:

[...]

Et qui vient d'un autre rêve heureux de ville

Apprend vite à t’appeler une réalité

Parce que tu es l'opposé de l'opposé de l'opposé de l'opposé

Du peuple opprimé dans les queues, les quartiers, les favelas

De la force de l'argent qui érige ou détruit de belles choses

De l'affreuse fumée qui monte, éteignant les étoiles

Je vois tes poètes surgir des champs, des espaces [...]

Haut de page

Notes

1 Les banlieues de São Paulo, Santo André, São Bernardo et São Caetano (NdT)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandra Lencioni, « Quarante ans de géographie critique à l'USP », Confins [En ligne], 40 | 2019, mis en ligne le 28 mai 2019, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/confins/20220 ; DOI : 10.4000/confins.20220

Haut de page

Auteur

Sandra Lencioni

Professor, USP, slencion@usp.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals