Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42SínteseLes statistiques localisées au Br...

Síntese

Les statistiques localisées au Brésil : un kaléidoscope de catégories de territoires

As estatísticas localizadas no Brasil: um caleidoscópio das categorias territoriais
Geographical statistics in Brazil: a kaleidoscope of the categories of territories
Cathy Chatel et Maria Encarnação Beltrão Sposito

Résumés

L’Institut Brésilien de Géographie et de Statistiques (IBGE) est, avec l’INEGI au Mexique, le seul au monde à se réclamer de la « géographie ». Mais est-ce une garantie scientifique pour les chercheurs qui mettent en œuvre les données spatialisées des recensements ? Le grand nombre de catégories territoriales des statistiques officielles du Brésil actuel révèlent une très grande richesse des données, à condition de ne pas les considérer comme un matériau fourni « clé en main » pour la recherche.

Passant d'un modèle européen pré-statistique hérité de la période coloniale, à la rationalité de l'Etat, puis au contexte libéral et post-moderne qui se diffusent dans le monde globalisé, les catégories de l’IBGE révèlent les paradoxes dus à la superposition de différents points de vue sur la façon de caractériser l’urbain. Ceci se traduit par des difficultés à comprendre et à utiliser les données de population agrégées sur les catégories spatiales et urbaines officielles. Les avatars de la situation actuelle sont symptomatiques du paradigme de la complexité qui influence de plus en plus l'approche quantitative en sciences sociales et reflète plus généralement une coupure entre citoyens, politiques et stratégies d’acteurs privés au profit d’une logique sectorielle d’expert.

Partant d’une analyse minutieuse des catégories de territoires produits par l’IBGE, l’article se propose de déconstruire les critères qui prévalent dans les découpages de l’espace et dans la définition de l’urbain par l’institution, afin d’évaluer l’intérêt et les limites de l’utilisation de ces sources d’information. Cette analyse devrait permettre une meilleure compréhension et une meilleure utilisation des riches corpus de données mis publiquement à disposition par les services statistiques nationaux.

Haut de page

Texte intégral

Afficher l’image
Crédits : Hervé Théry
  • 1 Traduction en français de l’article de C. Chatel et M.E.B. Sposito, « Um caleidoscópio de categoria (...)

1La compréhension du contexte historique de production des sources permet de prendre de la distance avec le document avant de l’utiliser pour quelque recherche que ce soit1.

2Au 9e siècle, durant lesquels le clergé romain avait seul assumé l’unité morale du monde occidental, les princes reprennent pied en Europe. A ce moment, apparaît alors un texte vieux de cinq cents ans, connu sous le titre « La Donation de Constantin ». Ce célèbre document révèle que l’empereur Constantin quittant Rome pour Byzance au 4e siècle, laisse tout pouvoir au Pape sur Rome, l’Italie et l’Europe. Cette redécouverte vient à point : l’Eglise romaine veut garantir son indépendance et la « Donation de Constantin » est utilisée pour assurer la primauté du Pape sur les empereurs et les princes de l’Occident chrétien et dissuader ces derniers de s’immiscer dans les affaires de l’Eglise. En 1442, Lorenzo Valla prouve que ce document est un faux établi entre le 8e et le 9e siècle. Cette affaire, bien connue des étudiants en Histoire, nous rappelle l’exigence scientifique attachée à la critique des sources en sciences humaines.

3L’historien sait que ses sources n’ont pas été produites pour lui. La description du contexte historique de production des sources et de leur nature, permet de se distancier du document avant même de l’utiliser pour ses propres recherches. A partir de cette critique, le chercheur va décortiquer et interpréter les informations contenues dans le document. Or, cette pratique a paradoxalement été peu à peu évacuée par les géographes, au moment même où leurs études s’appuient sur un arsenal de données quantitatives de plus en plus sophistiqué. Cet article entend réintroduire ces méthodes avec des données de recensements de la population locale et urbaine issus de la statistique publique brésilienne. La toute première observation à formuler est qu’un recensement n’est en aucun cas fait pour faire de la recherche, et encore moins de la géographie. Les statistiques, ça sert d’abord à montrer des chiffres. Et par là, à montrer la puissance de l’Etat (Le Bras, 2000). Toute autre utilisation de la statistique n’est qu’une tentative de détournement, un « bricolage », mais au sens le plus digne que confère à ce concept les travaux de Lévi-Strauss (1962), appuyé par de nombreux philosophes récents, et intégrant en particulier la notion d’« incertitude » scientifique (Mélisse, 2009).

  • 2 Cette pratique a été initiée dans la thèse de doctorat de Chatel (2012) à partir des données de pop (...)
  • 3 Base de données en ligne : UNESP et al., 2017.
  • 4 Projet de recherche “Brasipolis : Cidades, aglomerações urbanas e população” financé par la FAPESP (...)

4La pratique de déconstruction des données spatialisées2 est le préliminaire indispensable de la construction de la base de données Brasipolis3, qui vise à retracer l’évolution de l’urbanisation au Brésil4. L’institut statistique et géographique brésilien, l’IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística), est un producteur exceptionnel de données et la principale source statistique utilisée. Comme Brasipolis se fonde sur des données de population affectées à des agglomérations urbaines originales, définies par la continuité du bâti, il a fallu évaluer les données locales de population existantes ainsi que les catégories territoriales sur lesquelles elles sont agrégées.

5La critique des sources proposée ici correspond à la fois à un travail de traduction des documents méthodologiques fournis par l’IBGE en portugais, d’assemblage et de simplification des informations contenues dans ces documents étudiés exhaustivement. L’objectif est d’un côté de faciliter l’usage de ces données ainsi que leur critique, parce que les catégories sont décrites tout comme le contexte de leur production. De l’autre côté, il s’agit de défendre la tenue des recensements généraux et la publication des données, d’autant plus à des niveaux d’agrégation très fins. En effet, au Brésil, comme ailleurs, par exemple en France, les Etats tendent à altérer les modalités des recensements pour alléger les coûts.

Une première analyse des défis relatifs aux données disponibles

6On peut distinguer quatre grandes périodes dans la production de statistiques localisées au Brésil.

71) La période pré-statistique relative à l’époque coloniale, de laquelle peu de chiffres nous sont parvenus. La plupart des dénombrements ont été réalisés sur des zones réduites, par l’Église ou d’autres autorités locales, sans aucune ambition de les étendre sur des territoires plus vastes (capitaineries héréditaires, gouvernements généraux, provinciaux ou comprenant tout l’espace colonial et plus tard impérial).

82) La période statistique dite « moderne » est initiée avec le premier recensement de l’Empire en 1872. Les catégories territoriales marquées par le positivisme introduit au Brésil notamment par Benjamin Constant. On distingue ensuite deux tournants. D’abord, l’arrivée de Vargas se solde par un effort important de systématisation dans l’établissement des chiffres et la distinction entre population urbaine et rurale. L’IBGE voit le jour. Suivant l’idéal positiviste, et comme en France (Moriconi-Ebrard, 2016), la science, par la statistique nationale est garante des catégories de population et de l’organisation du territoire définies par le pouvoir central.

  • 5 Dans le cas de la géographie, il serait nécessaire de mener des recherches spécifiques et, notammen (...)

93) Dans les années 1960-1980, et notamment sous la dictature militaire (1964-1985), l’IBGE se met à produire ses propres études : les catégories territoriales produisent, en démultipliant les critères de définition, des objets hermétiques, faits par et pour une élite. L’excès de positivisme en période de dictature aboutit au discrédit et au rejet des statistiques, notamment par les chercheurs en sciences sociales5.

104) La période libérale s’ouvre avec l’avènement de la démocratie. Les excès du positivisme, combinés à ceux du post-modernisme néo-libéral, se traduisent par une prolifération des catégories de l’IBGE. Certes, on comprend que le but de cette évolution est de tenter de décrire une réalité multiple et complexe. Cependant, la multiplication des approches contribue à brouiller encore plus les catégories spatiales.

11Les chercheurs ont eu tendance à défier les données de l’IBGE en réaction à l’approche positiviste. Or, en jetant le bébé avec l’eau du bain, la critique des données n’a que peu d’intérêt. Les critiques se concentrent ainsi sur l’origine légale de la définition officielle de l’urbain qui repose sur des critères arbitraires (Santos, 1968 ; Veiga, 2002 ; Koiti-Miyazaki et al., 2005). Ce type de définition est pourtant encore très courant dans le monde. Le mépris des données officielles aboutit à une vision kaléidoscopique de l’espace urbain. Par exemple, les chercheurs travaillent avec des entités urbaines aux dénominations variées et qui ne correspondent pas nécessairement avec des catégories officielles. Brito et al. travaillent sur un échantillon d’aglomerações metropolitanas (2001), Matos et Baeninger sur les regiões metropolitanas (2001), Sposito sur les aglomerações metropolitanas et não- metropolitanas (2004). De son côté, l’IBGE établit séparément des séries de données sur les Arranjos populacionais e concentrações urbanas (2015), sur les Regiões de Influência das Cidades (2007), sur les Áreas Urbanizadas (2005, 2015), tandis que la définition officielle de l’urbain (cidades et les vilas) alimente plus généralement les indicateurs de référence de l’urbain, qui sont repris au niveau national et international.

12Cette multiplicité et la complexité des définitions d’experts nuisent à l’usage des statistiques. Certes, elles ne remettent nullement en question la qualité intrinsèque de ces études qui, prises individuellement, ont un intérêt heuristique spécifique incontestable. Le problème se situe d’une part dans la compatibilité de leurs résultats qui ne prévoient aucune possibilité de croisement entre les échantillons d’études. D’autre part, si les chercheurs ne font pas attention, il peut y avoir un mélange de découpages territoriauax établis suivant des objectifs distincts et considérés comme correspondants dans de nouvelles analyses.

13Il faut admettre qu’il est difficile de maintenir une cohérence entre ces deux plans associés, celui de la définition (où l’on trouve les catégories territoriales nécessaires au découpage de l’espace), et le plan de l’analyse (effectuée par le chercheur dans une perspective théorique donnée, avec pour outil des concepts), lorsque par exemple, une aire métropolitaine officielle inclut des aires urbaines et rurales légales définies par les municipalités, ou lorsque des périmètres urbains légaux comprennent, à dessein, des terres inhabitées en prévision de l’expansion urbaine, et dans des proportions qui varient d’une municipalité à une autre.

14En conséquence, toute étude entreprise à l’échelle d’un échantillon donné n’est valable qu’à cette échelle seulement, ce qui conduit à laisser dans l’ombre tout ce que la catégorie territoriale correspondante n’a pas prévu de montrer, autrement dit : à abandonner toutes une série de questionnements qui ne peuvent en aucun cas être traités au même niveau. L’impossibilité d’établir des passerelles entre les catégories statistiques territoriales conduit à une description compartimentée du fait urbain brésilien, qui aboutit paradoxalement à une opacité des catégories, dont la diversité et le contexte de production sont souvent mal connus des chercheurs eux-mêmes.

15Ainsi, l’usage des statistiques aujourd’hui soulèvent deux difficultés : du point de vue synchronique, il s’agit de faire face à la multiplicité des catégories de territoires existantes, et, du point de vue diachronique, de comprendre les catégories du passé dont héritent celles d’aujourd’hui. Ces difficultés sont un enjeu pour la production des données lors du prochain recensement de 2020, alors que celui-ci risque d’être réduit. Aussi, l’analyse critique des statistiques localisées permettrait de cibler les catégories les plus pertinentes.

16L’article, de nature descriptive, entend éclaircir ces catégories de territoires à partir desquelles ont été produites les données relatives à la population au niveau local principalement, urbaine et rurale.

Trois types de découpages locaux pour relever les informations démographiques

17Douze recensements de la population de type moderne ont été publiés au Brésil entre 1872 et 2010 selon les années suivantes : 1872, 1890, 1900, 1920, 1940, 1950, 1960, 1970, 1980, 1991, 2000, 2010.

18Trois types de découpage territorial, ou « geographies » comme disent les anglo-saxons, sont reconnus :

19- les découpages administratifs définis légalement par l’Etat,

20- le découpage légal entre urbain et rural,

21- les découpages censitaires.

Les découpages administratifs dans les recensements depuis 1872

  • 6 Il est préférable de désigner les unités territoriales brésiliennes en portugais afin d’éviter tout (...)

22Suivant l’article 18 de la Constitution de 1988, le territoire de la république fédérale du Brésil est divisée en une hiérarchie administrative en trois niveaux : les Etats (Estados)6 auxquels s’ajoutent le district fédéral abritant la capitale, le municipio (municipalité) et le distrito (district).

23Chacun de ces niveaux a été abondamment remanié, dans le sens du démembrement.

24Reprenant le découpage des anciennes provinces (províncias), les Etats ont été créés en 1889 (Brasil, 1891). Plus tard, a été adjoint l’Acre (1904), et plusieurs territoires sont devenus des Etats : Amapá, Rondônia (appelé alors Distrito Federal de Guaporé), Roraima (Distrito Federal de Rio Branco) en 1943, Distrito Federal en 1960, Mato Grosso do Sul en 1977, atteignant le nombre de 27 avec la création du Tocantins en 1988.

25Le nombre de municipios passe pour sa part de 628 en 1872 à 5565 en 2010, et celui de distrito de 3228 en 1890 à 10283 en 2010. Le processus d’émancipation des territoires est bien balisé. Par exemple, si une demande d’émancipation d’une part de la population d’un municipio est accordée par le pouvoir, le distrito est reconnu, le municipio est donc divisé en distritos. De même le distrito peut devenir municipio, ou encore une partie d’un Etat fédéral peut aussi devenir Etat.

26Les parochias (paroisses), au nombre de 1468 aux recensements de 1872 et 1890 ont ensuite été abolies.

Le périmètre urbain légal à partir de 1940

  • 7 Titulo III "Da Organização do Estado" ; Capitulo IV "Dos Municípios" ; Art. 30. "Compete aos Municí (...)

27La distinction entre population urbaine et rurale est l’une des plus importantes dans l’énonciation des catégories territoriales. Elle a été établie durant l’ère Vargas, à partir du recensement de 1940, et n’a plus été révisé ensuite. Le périmètre urbain est un objet légal produit par le pouvoir, l’autorité fédérale d’abord, le municipio (municipalité) au retour de la démocratie en 1985. Suivant la Constitution du Brésil de 1988 (Brasil, 1988)7, la câmara municipal, l’autorité municipale, a la responsabilité de l’aménagement du territoire ainsi que du contrôle de l’usage, de la distribution et de l’occupation du sol urbain dans le territoire municipal.

28Chaque municipalité énonce des lois définissant le zonage de l’occupation du sol au sein du périmètre urbain. Une cartographie officielle est publiée (Fig. 1) et associée à des lois complémentaires. Au moyen de ces dernières, le conseil municipal (Secretaria da Prefeitura Municipal) dédié à l’aménagement du territoire (Planejamento) ou au développement du territoire, régit l’usage du sol urbain ou encore la distribution du sol entre usage résidentiel, commercial, activités de services, industries, espaces de récréation et espaces protégés. Il définit également les caractères des édifices et les règles urbanistiques, comme c’est le cas à Presidente Prudente (Etat de São Paulo) (Leis municipais, 2008), (Planta Geral, 2008) et dans la plupart des municípios du Brésil.

Figure 1. Municipio de Presidente Prudente (SP). Limites du périmètre urbain

Figure 1. Municipio de Presidente Prudente (SP). Limites du périmètre urbain

29L’alimentation constante de lois municipales en matière d’occupation du sol témoigne de la liberté dont jouit la câmara municipal pour façonner le territoire. Par exemple, la loi complémentaire de Presidente Prudente promulguée en 2003 a été révoquée par la loi de 2008, elle-même altérée par la suite par les lois 160/2008 et 169/2009 (Leis e decretos…, 2008). Par conséquent, malgré une base commune, les modalités de production de l’espace urbain varient d’un municipio à un autre et même, au sein d’un munipio, d’une équipe municipale à l’autre, au gré des mandats des maires élus, des conseillers municipaux et des coalitions politiques constituées à chaque période électorale.

  • 8 Bien souvent, cette transformation du rural en urbain se réalise de manière illégale (sans autorisa (...)

30La délimitation du périmètre urbain dépend aussi des élus et des vicissitudes de la vie politique locale et les enjeux sont importants : les impôts sont distincts de ceux relatifs à l’aire rurale, de même que les lois qui régissent la propriété foncière, le type d’usage… Les municipalités trouvent aussi un grand intérêt à transformer techniquement et juridiquement8 des parcelles rurales en terres urbaines pour les imposer davantage. Ainsi, dans chaque municipalité, les limites du périmètre urbain sont indiquées par des panneaux de signalisation (Fig. 2).

Figure 2. Presidente Prudente (SP). Exemple de signalisation des limites du périmètre urbain

Figure 2. Presidente Prudente (SP). Exemple de signalisation des limites du périmètre urbain

Source : C. Chatel. 22/11/2014, 29/11/2014, Presidente Prudente (SP)

Les catégories censitaires de l’IBGE

31Les données de population urbaines et rurales n’étant distinguées qu’à partir de 1940, c’est peut-être la coupure statistique nette entre population rurale et urbaine, mal établie au plan géographique entre ville légale et espace urbain, qui a incité l’IBGE à définir de nouvelles catégories territoriales purement statistiques à partir du recensement de 1980. Dès lors, la population des chefs-lieux est distinguée du reste de la population urbaine, tout comme la population des agglomérats ruraux par rapport au reste de l’aire rurale. C’est aussi à ce moment que commence un processus de relative dispersion de la population. Les caractères de cette population et la forme de l’occupation du sol deviennent donc des critères privilégiés pour définir ces catégories de plus en plus complexes qui s’insèrent aux découpages administratifs antérieurs.

  • 9 Pour 2000 (XI recenseamento..., 2000) (Ministério..., 2000): voir les chapitres 3 et 4: “Áreas de D (...)

32Techniquement, l’IBGE distingue, d’après les documents méthodologiques produits pour les recensements de 2000 et 20109, trois grands types d’unités territoriales définis selon leur fonction dans le processus de production de l’information lors des recensements : la collecte, le comptage, la publication. Ces unités sont schématisées dans la figure 3 et listées dans les tableaux 1 et 2.

33a) L’IBGE a défini récemment des unités territoriales relatives à la collecte de l’information (unidades territoriais de coleta): les localités (localidades) et les secteurs censitaires (setores).

34b) les unités de comptage (áreas de apuração) sont des aires délimitées sur les cartes et cadastrées pour fournir un cadre au comptage des données censitaires. Elles correspondent à des types de peuplement, d’activité, d’organisation sociale… et s’éloignent des unités territoriales produites par l’administration.

35L’IBGE reconnaît 7 catégories : áreas especiais (définies au niveau fédéral, étatique, municipal car elles sont subordonnées à un organe public ou privé, dans le cadre d’objectifs de conservation ou de préservation de la faune, de la flore, des monuments culturels, du milieu naturel et des communautés indigènes), aglomerados subnormais (favelas e similares), aglomerados rurais, aldeias indigenas, bairros e similares, áreas urbanizadas, áreas não urbanizadas.

36c) les unités à partir desquelles sont publiées les données (áreas de divulgação) correspondent principalement aux unités administratives et aux découpages régionaux ou urbains officiels. Les Unidades da Federação (unités fédérales) comprennent les Estados Federais (Etats fédéraux) et le Distrito Federal (district fédéral), Brasilia. Les découpages administratifs locaux sont les municipios, les distritos et leurs sièges (sedes) respectifs, cidades et vilas. Grandes regiões, mesorregiões geográficas, microrregiões geográficas désignent des découpages régionaux sans valeur administrative. Subdistritos e zonas (subdistricts et zones) sont définis pour subdiviser les grandes villes, tandis que bairros e similares (quartiers) sont des découpages internes aux municipios et aux distritos. Enfin, les catégories légales distinguent l’urbain et le rural au sein des municipios et distritos : área urbana (aire urbaine) ; área rural (aire rurale) ; área urbana isolada (aire urbaine isolée).

37Ces trois ensembles ne sont pas exclusifs : certaines catégories territoriales se retrouvent dans deux ensembles. De la collecte à la divulgation des données, les unités territoriales sont de plus en plus agrégées.

38Parmi ces catégories, seules certaines renseignent plus particulièrement sur les caractéristiques des lieux de peuplement et de l’espace urbain.

Figure 3. Les catégories territoriales dans les recensements de l’IBGE depuis 1872

Figure 3. Les catégories territoriales dans les recensements de l’IBGE depuis 1872

L’espace urbain d’après les catégories de l’IBGE

39Le document méthodologique accompagnant le recensement de 2010 propose la classification la plus complète des catégories territoriales utilisées par l’IBGE suivant les trois types définis ci-avant (XII RECENSEAMENTO..., 2013). La description que nous en faisons permet de lister les nombreux critères qui concourent à l’identification de ces catégories et qui seront discutés à la fin de l’article. Cependant, le périmètre urbain légal et, avec lui, la distinction originale entre urbain et rural faite en 1940, est une contrainte qui guide l'ajustement des catégories territoriales récentes.

Les catégories urbaines légales parmi les Áreas de Divulgação

40Quatre catégories se référent à l’urbain.

41La cidade est le siège du municipio et est comprise dans le périmètre urbain légal.

42La vila est le siège du district, lorsque celui-ci n’abrite pas la cidade. La vila est aussi la base pour délimiter le périmètre urbain légal autour d’elle.

43L’área urbana (AU) correspond au périmètre urbain légal. Les périmètres urbains légaux qui ne coïncident pas avec la présence d’un chef-lieu, cidade ou vila, c’est à dire qu’ils sont en discontinuité par rapport au périmètre où se situe un chef-lieu, déterminent une autre catégorie : l’área urbana isolada (AUI).

44L’aire rurale (área rural) désigne tout ce qui n’est pas dans le périmètre urbain légal.

Les zonages métropolitains légaux

  • 10 Capitulo III Dos Estados Federados, Article 25, §3 : "Os Estados poderão, mediante lei complementar (...)

45Les régions métropolitaines (regiões metropolitanas) sont des unités territoriales administratives qui prennent part aux áreas de divulgação. Elles sont constituées d’un ensemble de municipios limitrophes regroupés pour faciliter l’organisation intégrée de l’aménagement de l’espace et l’exécution de fonctions publiques d’intérêt commun. Autrefois instituées par le pouvoir central, elles sont établies par les Estados depuis la Constitution de 198810. C’est pourquoi la région métropolitaine doit s’étendre dans un seul et même Etat et est définie avec des critères à la discrétion des Etats. La première région métropolitaine, la Região Metropolitana de Porto Alegre étendue sur 13 municipios, a été établie en 1968 par le pouvoir central (Freitas, 2009). En 1974, on comptait 9 régions métropolitaines, en 2010, 36, réparties dans 20 Etats, et en 2019, 74 dans 23 Etats.

  • 11 "São conjuntos de municípios cuja criação baseia-se no princípio de cooperação entre os diferentes (...)

46Les Regiões Integradas de Desenvolvimento (RIDEs) sont des régions métropolitaines étendues sur des municipios de différents Etats fédéraux. Elles répondent à un accord établi aux différents niveaux du gouvernement : la fédération, les Etats et les municipios11. Elles sont au nombre de 3 en 2019.

  • 12 "Conjunto de municípios limítrofes, instituído por legislação estadual, com o objetivo de integrar (...)

47A ce réseau de « métropoles » s’ajoutent les aglomerações urbanas au nombre de 4 en 2019. Elles sont aussi établies par les Etats, mais ceux-ci n’en créent guère car, contrairement aux régions métropolitaines légales, leur autonomie est très restreinte (Braga, 2005). Elles répondent aux mêmes objectifs que ceux des régions métropolitaines12.

48Ces trois catégories correspondent à des entités urbaines fonctionnelles constituées au niveau des Etats par la loi. Elles font souvent référence dans les études sur l’urbanisation et la métropolisation, malgré le fait que leur délimitation demeure tout à fait arbitraire, et s’ajoutent aux dénominations utilisées dans le discours scientifiques, médiatiques et commun, sans que ne soit établie une correspondance effective avec les définitions précises de l’IBGE.

L’urbain et le rural dans les unités de comptage (Áreas de Apuração)

49Le recensement des habitants s’accompagne de celui relatif à l’habitat, à l’usage du sol, aux activités … qui fournissent des critères pour préciser les types de peuplement classés parmi les unités de comptage qui sont nombreuses.

50Six d’entre-elles emploient des critères démographiques, géographiques, économiques ou sociaux pour caractériser les réalités urbaines et rurales. Par conséquent, les unités de comptage permettent d’évaluer la marge introduite par l’IBGE par rapport à la définition légale de l’urbain et du rural.

51Trois unités de comptage relèvent du périmètre urbain légal : l’área urbanizada de cidade ou vila, l’área não urbanizada de cidade ou vila, bairros e similares. Deux autres prennent part à l’aire rurale : l’aglomerado rural, l’aldeia indígena. Une unité, l’aglomerado subnormal, peut se situer aussi bien dans l’aire légale urbaine et rurale.

  • 13 La traduction littérale d’aglomerado est « agglomérat », car le mot en portugais désigne bien un ét (...)

52Il est à noter que l’IBGE parle d’área pour désigner le périmètre légal urbain, appuyant ainsi sur le caractère fini d’une portion de territoire. Au contraire, l’IBGE se réfère à l’aglomerado13 pour souligner le caractère émergeant et évolutif de l’établissement reconnu hors des cadres légaux.

Área urbanizada de cidade ou vila

53L’aire urbanisée de cidade ou de vila est une portion d’espace continue de l’aire urbaine légale (área urbana) où se localise le chef-lieu.

54L’IBGE la caractérise par des critères fondés sur la densité et le type d’occupation du sol. L’aire urbanisée de type 1 est intensément occupée par des édifices, des rues, des places…

55Le type 2 suppose une occupation du sol moins intense car elle correspond à des activités liées à la présence d’une ville mais qui s’étendent sur de grandes superficies a priori non habitées : réserves en eau, aire de récréation, cimetières, établissements d’agriculture expérimentale, activités industrielles ou commerciales… Ce type d’aire doit être contigu à une aire de type 1.

56L’aire urbanisée de type 3 correspond aux espaces réservés à l’expansion urbaine. Ce sont des terrains en friche, qui ne sont pas ruraux, mais ne sont pas encore occupés par des constructions ou des équipements urbains. Ils doivent être contigus aux aires urbanisées de type 1 et/ou 2.

Área não urbanizada de cidade ou vila

57L’aire non urbanisée de cidade ou de vila fait partie du périmètre légal urbain mais n’est pas contiguë à une área urbanizada de cidade ou de vila de type 1 et 2. Ce sont des espaces faiblement occupés, soit dédiés à des activités agropastorales et extractives, soit des friches.

Bairros e similares

58Il s’agit de divisions intra-urbaines nommées bairros, áreas de planejamento… légalement établies ou officiellement informées par l’organe compétent. Le bairro est l’unité de base du lieu de résidence, correspondant au quartier ou à l’îlot et apparaissant dans les adresses et le code postal.

Aglomerado subnormal

59Les agglomérats subnormaux se rapportent aux favelas. Ce sont des agglomérations avec au minimum 51 habitations construites en continuité et de manière illégale, sans droit de propriété et de lotissement alloué par la municipalité, en dehors des périmètres de construction légaux, de forme désordonnée, et qui manquent d’infrastructures et de services publics.

Aglomerado rural

  • 14 L’IBGE précise que la définition ne prévoit pas une taille minimum basée sur le nombre d’habitants (...)

60L’agglomérat rural est un regroupement de population dans l’aire légale rurale. Les bâtiments sont permanents, en dur, séparés de moins de 50 mètres chacun, et disposés selon une forme identifiable ou le long d’une voie de communication. L’agglomérat rural contient au moins 50 domiciles correspondant à une population supérieure à 250 habitants14.

61L’IBGE reconnaît deux types d’agglomérats ruraux.

62a) L’aglomerado rural do tipo " extensâo urbana " (agglomérat rural de type « extension urbaine »), bien que situé dans le périmètre rural légal, répond à des caractères urbains selon l’IBGE. En effet, il correspond à l’extension urbaine du périmètre urbain d’une cidade ou d’une vila. Il peut désigner un ensemble d’habitats, de lotissements (loteamento, conjunto de moradias), d’agglomérats subnormaux, de noyaux de peuplement développés autour d’établissements industriels, commerciaux ou dédiés aux services. Cette catégorie répond aux critères communs de définition des agglomérats ruraux, concernant l’unité bâtie et la taille, auxquels s’ajoute un critère qui lui est propre. L’agglomérat se situe à 1 km au maximum d’une cidade ou vila, appelée ici noyau principal (núcleo principal), ou alors d’un ou de plusieurs agglomérats de type " extension urbaine " dont au moins un est en continuité avec une cidade ou vila. L’agglomérat rural ne se situe pas nécessairement dans la même unité administrative que la cidade ou vila.

63b) L’aglomerado rural isolado (agglomérat rural isolé) se caractérise en premier lieu parce qu’il est distant d’1 km ou plus d’un périmètre urbain légal ou alors d’un agglomérat rural de type " extension urbaine ". Trois types d’« agglomérats ruraux isolés » se distinguent par d’autres critères relatifs à l’activité des habitants, aux équipements et au foncier.

64D’un côté, la population est majoritairement dédiée à des activités non agricoles. Les deux premiers types correspondent, soit à des " cités-dortoir " habitées par des actifs des trois secteurs, primaire, secondaire ou tertiaire, soit à des zones de résidence développées autour d’établissements de production ou de loisir. D’un autre côté, le dernier type se caractérise par un habitat concentré constitué d’une population active dans le secteur primaire et qui dispose d’un nombre minimum de services, considérés dès lors comme des éléments basiques de l’interaction sociale.

  • Povoado (lieu de peuplement, village)

65Cet agglomérat ne dépend pas d’une entreprise ou d’un seul propriétaire du sol. Il concentre un minimum de services et d’équipements, c’est à dire un établissement de vente de bien de consommation courante, ainsi que deux des trois services suivants : école primaire, centre de santé, lieux de culte.

  • Nùcleo (noyau de peuplement)

66Ce type d’agglomérat est lié à un seul propriétaire du sol (entreprise agricole, industrielle, usine…) et dispose ou non des services et équipements des povoados.

  • Outros aglomerados (autres agglomérats)

67Ce sont tous les autres aglomerados rurais isolados qui ne répondent ni aux critères des povoados (services et équipements), ni à celui des nùcleos (un propriétaire du sol).

68c) Il existe par ailleurs des aglomerados rurais somente identificados. Ces agglomérats qui comptent entre 10 et 51 domiciles ne sont pas classés parmi les unités de comptage.

Aldeia indigena

69La communauté indigène est un regroupement d’au moins 20 habitants indigènes résidant dans une ou plusieurs habitations.

Les unités de collecte de l’information (unidades territoriais de coleta)

70L’IBGE considère des unités de collecte de l’information délimitées afin de distribuer le travail des agents recenseurs. Les unités de collecte sont des entités plus précises dont deux nous intéressent particulièrement : le setor et la localidade.

Setor

71Le secteur censitaire est l’unité spatiale de collecte de base du recensement démographique depuis 1980. Les secteurs sont regroupés en agrégats de secteurs (agregados de setores) aux recensements de 1980 et 1991 et en áreas de ponderação aux recensements de 2000 et 2010, où un plus grand nombre de données agrégées sont disponibles (CENSO DEMOGRÁFICO, 2010). Les áreas de ponderação comprennent un minimum de 400 domiciles. Cependant, un grand nombre de données par secteur sont aussi disponibles.

72La situation du secteur (situação do setor) indique si le secteur se trouve dans le périmètre légal urbain ou rural. Ensuite, un critère de taille guide la délimitation des secteurs. En 2010, on compte 316 574 secteurs dont 240 382 urbains et 76 192 ruraux.

73Trois catégories de secteurs relèvent de l’urbain et cinq du rural (XI recenseamento..., 2000). Ces huit catégories reprennent en majorité celles définies précédemment et dédiées à la publication des données (Áreas de Divulgação) et au comptage (Áreas de Apuração) (Fig. 4).

741) Les secteurs urbains comptent 250 à 400 domiciles s’ils se situent dans l’aire urbanisée de cidade ou de vila (Área urbanizada de cidade ou vila), de 150 à 250 domiciles ou de 100 à 200 établissements agricoles dans l’aire non urbanisée (Área não urbanizada de cidade ou vila). Les trois catégories sont distinguées :

75a) les secteurs des aires urbanisées des cidades et des vilas ;

76b) les secteurs des aires non urbanisées des cidades et des vilas ;

77c) les secteurs des aires urbaines isolées.

782) Les secteurs ruraux comptent 150 à 250 domiciles ou 100 à 200 établissements agricoles s’ils sont situés dans l’aire rurale en dehors des agglomérats. Le secteur correspondant à un aglomerado rural comprend de 51 à 200 domiciles. Au-delà de 51 domiciles, le secteur est divisé, en deçà, l’aglomerado rural est seulement identifié. Enfin, s’ajoute un critère de superficie : un secteur rural ne doit pas dépasser 500 km².

79Les cinq catégories des secteurs ruraux sont relatifs à : a) l’aglomerado rural do tipo extensão urbana ; b) l’aglomerado rural isolado de type povoado; c) de type nùcleo ; d) de type outros aglomerados ; e) l’área rural exclusive aglomerados qui représente le reste de l’aire rurale en excluant tous les aglomerados.

80Une autre distinction s’opère entre secteur commun (Setor comum ou não-especial) et secteur spécial (Setor especial). Les secteurs spéciaux désignent des espaces où l’occupation du sol ou la population ont des caractères originaux si bien qu’il s’agit de réaliser le travail de collecte selon des modalités précises. Par exemple, il s’agit des secteurs des aglomerados subnormais (Setor Especial de Aglomerado Subnormal) recouvrant les favelas et les espaces occupés illégalement, ou encore des secteurs où se trouvent une prison (Setor Especial de Penitenciárias), un hôpital, un regroupement d’indigènes (Setor especial de aldeia indígena) …

81En guise d’identification statistique, la situation urbaine ou rurale légale du secteur est dotée d’un code spécifique s’ajoutant aux codes des territoires de niveaux hiérarchiques supérieurs (codes de l’unité fédérale, du municipio, du distrito…). Le caractère urbain ou rural du secteur établit donc in fine son identité. Puisque le secteur est à la base de tous les autres territoires de l’IBGE, la distinction urbain/rural légale reste le fondement de la production et de la délimitation des catégories territoriales de l’IBGE.

Figure 4. Aracaju (SE) et alentours. Les catégories de secteurs censitaires en 2010

Figure 4. Aracaju (SE) et alentours. Les catégories de secteurs censitaires en 2010

Localidade

82L’IBGE s’est donné la mission d’identifier des types de localités afin, d’une part, d’éviter les confusions entre les catégories territoriales politico-administratives et les catégories statistiques propres à l’IBGE et, d’autre part, de faciliter l’établissement d’une cartographie des secteurs.

83La localité désigne tous les lieux qui correspondent à une agglomération permanente d’habitants (IBGE Brasil, 2012). On retrouve six catégories déjà vues, parmi les Áreas de divulgação et de apuração : cidade, vila, área urbana isolada (AUI), aldeia indígena, povoado, núcleo... S’ajoutent deux nouvelles catégories qui nous intéressent particulièrement parmi les aglomerados rurais.

84Le lugarejo correspond à l’aglomerado rural isolado mais il ne bénéficie pas des services et équipements requis pour constituer un povoado. Il correspondrait dans les unités de comptage à la catégorie « outros aglomerados rurais isolados».

85Les projetos de assentamento (projet d’allocation ou d’occupation des terres) dénommés aussi agrovilas (agrovillage, bourg agricole) sont des unités de production agricole instituées par des politiques gouvernementales dans le cadre de la réorganisation de l’occupation des terres au bénéfice des travailleurs ruraux sans terre. Ces unités se caractérisent par des conditions bien déterminées d’usage de la terre et d’organisation sociale encourageant la vie en communauté.

86Parmi les catégories de localités, seules certaines sont sélectionnées (localidades selecionadas) par l’IBGE pour former les secteurs, suivant l’objectif de collecte: les cidades (au nombre de 5565), les vilas (4507), les áreas urbanas isoladas (1933), les povoados (7083), les projetos de assentamento (agrovilas) (918) et les aldeias indígenas (1318).

L’empilement des catégories 

87La distinction des trois objectifs de découpages, divulgation, comptage et collecte, illustre combien il devient de plus en plus difficile pour l’IBGE de concilier la mission historique d’un institut statistique qui doit montrer des chiffres de l’Etat, avec sa mission fondamentale de recenser les habitants et de caractériser les ressources dont ils disposent, leurs conditions de vie... La multiplication, la complexification et la précision accrue des catégories territoriales produites depuis la fin du 20e siècle témoignent de cet effort. Ainsi, l’IBGE a publié les données à l’échelle extrêmement précise des secteurs et des localités, ce qui constitue un matériau exceptionnel pour le chercheur. Néanmoins, la complexité des catégories, qu’illustre le tableau 1, peut constituer une limite à l’usage des données.

88Par ailleurs, les catégories nouvelles doivent se glisser dans les anciennes, ce qui aboutit à des paradoxes comme l’illustre l’aire non urbanisée de cidade ou de vila définie par l’IBGE et qui est située dans l’aire urbaine légale. La distinction légale entre urbain et rural, reprise dans les catégories de l’IBGE, malgré sa délimitation politique locale, arbitraire et hétérogène, demeure donc première. Elle conforme les nouvelles catégories prévues pour le comptage et la collecte des données et qui pourtant comprennent davantage la réalité urbaine et l’occupation du sol. Cette toute-puissance de la définition légale de l’urbain au Brésil est une autre limite que posent les données statistiques aux travaux de recherche portant sur l’espace urbain. Les autres régionalisations et études urbaines produites par l’IBGE que nous allons présenter à présent sont un exemple supplémentaire des difficultés que posent les catégories pour comprendre l’urbain au Brésil.

Tableau 1. Les catégories de territoires de l’IBGE suivant les étapes du recensement

Catégories territoriales dans les recensements

Les unités territoriales groupées suivant le processus du recensement

Áreas de Divulgação

Áreas de Apuração

Unidades territoriais de coleta

Setores censitarios

Localidades

Unidades federais

X

 

 

 

Grandes regiões, mesorregiões, microrregiões

X

 

 

 

Municipio

X

 

 

 

Distrito

X

 

 

 

Bairros

X

X

 

 

Cidade

X

 

 

X

Vila

X

 

 

X

Área urbana

X

 

 

 

Área rural

X

 

 

 

Área urbana isolada (AUI)

X

 

 

X

Região metropolitana

X

 

 

 

Área urbanizada de cidade ou vila

 

X

X

 

Área não urbanizada de cidade ou vila

 

X

X

 

Área urbanizada isolada

 

X

X

 

Aglomerado rural

do tipo "extensão urbana"

 

X

X

 

isolado

povoado

 

X

X

X

nùcleo

 

X

X

X

outros aglomerados

 

X

X

 

lugarejo

 

 

 

X

Área rural exclusive aglomerados

 

X

X

 

Aglomerados subnormais

 

X

 

 

Aldeia indigena

 

X

 

X

Projeto de assentamento

 

 

 

X

Les zonages et études de l’IBGE consacrées à l’urbain

89Comme la plupart des instituts statistiques nationaux du monde, l’IBGE produit des études pour les besoins de certains projets politiques, économiques, sociaux ou environnementaux. Ces études sont menées par des experts qui sont soit des universitaires, soit des bureaux d’études, soit encore les propres fonctionnaires de l’institut. Elles conduisent parfois à définir des entités territoriales différentes de celles des recensements. A l’image des multiples découpages censitaires et administratifs, on trouve ici autant de critères de découpages et de zonages, que de points de vue sur l’urbain : l’exhaustivité tourne parfois à l’absurde.

Áreas Urbanizadas do Brasil, 2005 et 2015

90Les aires urbanisées du Brésil (IBGE Brasil, 2015) font l’objet d’une cartographie réalisée à partir d’images satellitaires datées de 2005 à 2007 pour la première étude, et de 2011 à 2014 pour la seconde.

91Dans l’étude de 2005, les áreas urbanizadas sont classées de deux manières ce qui permet d’appréhender les objectifs de la publication.

92D’abord, les taches urbaines ont été réparties en trois catégories selon leur densité révélant une attention particulière pour l’occupation du sol.

93a) Les taches urbaines « très denses » (muito densas) correspondent la plupart du temps aux aires centrales des grandes agglomérations urbaines caractérisées par l’extrême concentration et la verticalisation des constructions, tandis qu’elles sont dépourvues d’un sol non-artificialisé.

94b) Les taches urbaines « denses » (densas) se manifestent par une occupation urbaine continue, une faible verticalisation, alors que prédominent des maisons avec peu d’espace entre elles et un sol en majeure partie artificialisé.

95c) Les taches urbaines « peu denses » (pouco densas) s’illustrent par la présence d’éléments urbains comme les rues, les places… mais une occupation du sol dispersée. Elles peuvent désigner des lotissements en cours de construction, voisines des zones denses, ou alors des petits établissements isolés comme les sièges des districts.

96Par ailleurs, ces aires urbanisées sont divisées en trois ensembles.

97a) Les aires urbanisées des grandes agglomérations urbaines brésiliennes ont été utilisées pour définir les régions d’influence des villes (Regiões, 2008), décrites ci-après. Elles rassemblent toutes les agglomérations urbaines et les municipios isolés dont la population dépasse 350 000 habitants en 2000 et répondant à une certaine cohésion territoriale, celle-ci étant définie par les déplacements des individus pour le travail et les études, et par la présence de conurbation des aires urbanisées.

98b) Un second groupe est formé des taches urbaines littorales relatives aux municipios de la « Zona Costeira do Brasil » qui fait l’objet d’une attention particulière d’une loi de 1988.

99c) Enfin, un troisième groupe rassemble les taches urbanisées des municipios de plus de 100 000 habitants (selon l’estimation de l’IBGE de 2005).

100Les aires urbanisées du Brésil illustrent donc plutôt une approche spatiale de l’urbain en termes de densité d’occupation du sol et de fonctions, mais introduisant un seuil limite de taille.

101En 2015, les áreas urbanizadas se répartissent encore suivant la densité et la taille. Elles sont, cette fois, soit « denses », soit « peu denses », et sont divisées entre celles comptant entre 100 000 et 300 000 habitants, et celles de plus de 300 000.

Regiões de Influência das Cidades (REGIC), 2007

102Les Regiões de Influência das Cidades -REGIC- (régions d’influence des villes) s’inscrivent dans les études réalisées par l’IBGE sur la hiérarchie des villes et le réseau urbain du Brésil (Regiões, 2008). Au cours des études successives, ces territoires ont pris différents noms : espaços homogênenos e espaços polarizados (1967, « Espaces homogènes et espaces polarisés »), micro-regiões homogêneas (1968, « Micro-régions homogènes »), regiões funcionais urbanas (1972, « Régions urbaines fonctionnelles »), Regiões de influência das cidades dans les études de 1978, de 1993 (publiée en 2000), et de 2007. De même, les critères de définition pour définir la centralité et les relations d’interdépendance entre les villes ont varié.

103En revanche, la démarche demeure : il s’agit de définir un centre, capable de commander une région, puis de quantifier sa centralité par son rôle de distribution des services et d’activités rares ou supérieures, conformément au modèle des lieux centraux de Christaller (Ibid., 2008, pp. 129-138). Ce rôle se traduit par la présence du pouvoir exécutif et judiciaire de niveau fédéral, la quantification des entreprises, de certains équipements et services (commerces, institutions financières, enseignement supérieur, santé, réseaux Internet et de télévision, connexions aériennes). Enfin, l’IBGE établit une matrice des relations entre les centres : le zonage résultant décrit en réalité la hiérarchie des centres politiques, administratifs, économiques et culturels du pays.

Arranjos populacionais e concentrações urbanas do Brasil, 2015

  • 15 "A identificação e a delimitação das maiores aglomerações de população no País têm sido objeto de e (...)

104L’étude Arranjos populacionais e concentrações urbanas do Brasil (« Groupement de population et concentrations urbaines du Brésil ») (Arranjos..., 2015), publiée en 2015, illustre un intérêt continu de l’IBGE pour les agglomérations de population depuis les années 1960. Elles sont définies principalement par la notion d’« intégration » entre les municipios15, c’est-à-dire par l’intensité des mouvements pendulaires liés au travail et aux études.

105Comme les REGIC, ces lieux de concentration ont vu leurs dénominations ainsi que les critères de définition changer (Ibid., pp. 17-20) notamment parce que différents experts ont été en charge des études successives et ont chaque fois proposé leur vision personnelle de la ville définie par des flux. Les Áreas metropolitanas (« Aires métropolitaines ») en 1969 sont définies par des critères démographiques, structurels et d’intégration ; les aglomerações urbanas (« agglomérations urbaines ») de 1975 par des critères urbains et d’intégration ; les Áreas de concentração de população (« Aires de concentration de la population ») en 2006 par le critère de taille relative, de centralité, de taille absolue, de gestion urbaine dans un premier temps puis par des critères démographiques, urbains et de cohésion dans un second temps. Enfin, la délimitation des Arranjos populacionais en 2014 repose sur l’intensité relative et absolue des mouvements pendulaires et la contiguïté des taches urbaines (manchas urbanizadas).

106Dans ces quatre études successives, la délimitation des agglomérations repose sur des critères communs et d’autres fluctuants, tandis que les seuils définis pour chaque critère changent.

107Ainsi, d’un côté, plusieurs points communs sont relevés entre les publications successives. Les agglomérations sont toujours composées d’une ville-centre et d’autres municipios. Du point de vue « démographique » dominent les critères de taille et de densité. Le point de vue « structurel » renvoie à la structure économique dont rendent compte la part de population active et de la production dédiée aux secteurs secondaire (rapportée au secteur agricole dans l’étude de 1969 seulement) et tertiaire (à partir de 1975), ainsi que la distribution spatiale de cette population (quantité d’habitants résidant en dehors du municipio où elle travaille, ou dans des cités-dortoirs, núcleos dormitórios). Densité démographique et structure économique seront aussi à la base du critère « urbain » développé à partir de 1975. Les critères "d’intégration" (appelés "cohésion" en 2006) s’appuient principalement sur les mouvements pendulaires, auxquels s’ajoutent un ensemble d’indicateurs décrivant des flux et des réseaux : flux téléphoniques, de marchandises et de capitaux, lignes de transport collectif.

108D’un autre côté, on note des variations dans l’approche de l’urbain.

109En 1969, le secteur industriel caractérise l’urbain. Il se mesure par rapport au secteur agricole et est associé à un type de peuplement spécifique : la cité-dortoir. Les flux téléphoniques ont été sélectionnés en 1969 et en 1975 comme significatifs de l’unité des agglomérations aux côtés des mouvements pendulaires, mais ont été ensuite abandonnés.

110L’étude de 1975 prévoit des critères « d’intégration » pour des agglomérations fondées sur un espace urbanisé (a) "continu", défini par les mouvements pendulaires, ou au contraire (b) "non continu", où l’intégration est définie par les flux téléphoniques et de marchandises ou de capitaux, par les lignes de transport. D’autres indices décrivant le processus d’urbanisation entrent en jeu : l’étape de l’agglomération dans l’évolution de la croissance démographique, dans le processus de métropolisation, le poids de l’industrialisation dans le processus d’urbanisation. Il est à noter que le concept de continuité spatiale développé par les auteurs de l’étude, Davidovich et Lima, se fonde sur les mouvements pendulaires qui demeurent jusqu’à aujourd’hui.

111En 2006, sous l’influence de M.L.G. Castello Branco qui dirige l’étude, le modèle centre-périphérie fait référence dans l’identification de ces unités agglomérées. Les centres sont d’abord sélectionnés parmi la strate supérieure du réseau urbain. Le critère de taille s’appuie sur la population ainsi que sur la performance économique ("Desempenho econômico"), marque d’un tournant libéral, et décrite par le revenu des chefs de famille, le nombre d’agences bancaires et le poids des entreprises. La centralité se manifeste par les flux aériens. Dans un second temps, à partir de ces centres et des Espaços urbanos (Castello Branco, 2003) qui y sont rattachés, les Áreas de concentração de população (ACPs) sont délimitées avec des seuils particulièrement précis qui semblent être issus des résultats d’une modélisation empirique : densité de 1583 hab./km² au minimum, 81.5% de la population dans des activités urbaines, et 10% de la population effectuant des mouvements pendulaires. L’étude de 2006 se caractérise ainsi par une grande complexité et des définitions construites à partir de critères dont on connait les résultats.

  • 16 .Notes n°13 et 17 pp. 23-24.

112L’étude de 2015 utilise moins de critères et moins de données mais formalise un indice d’intégration peu accessible au public. Cette fois, intégration et contiguïté appuient les Arranjos populacionais. Le concept de contiguïté correspond à ce qu’on appellerait en France la continuité : pour la première fois, la tache urbanisée (mancha urbanizada) est considérée comme un facteur d’unité territoriale. Elle est caractérisée plus précisément qu’auparavant : c’est « une aire construite avec des édifices typiques des espaces urbanisés et une structure interne propice aux relations quotidiennes de voisinage » (Arranjos..., 2015, pp. 21-27) 16. La tache urbanisée principale, mancha urbanizada principal, est celle où se situe le siège du municipio, ou alors du distrito, la cidade ou la vila. Il y a différents niveaux de contiguïté entre deux taches urbanisées principales de deux municipios. Elles sont « contigues » quand il n’y a pas d’interruption entre les taches, puis il y a des intervalles : jusqu’à 1 km, de 1 à 2 km, de 2 à 3 km, de 3 à 10 km, de 10 à 60, et enfin au-delà de 60 km. On considère néanmoins que deux taches sont contiguës si la distance entre leurs bordures est inférieure à 3 km. Ensuite, le modèle centre-périphérie s’associe au concept de contiguïté pour différencier plusieurs niveaux de relations, dites « directes » ou « indirectes », entre le municipio-noyau et les municipios autour plus ou moins distants.

113Comme les Regiões de Influência das Cidades, les Arranjos populacionais sont des centres qui drainent et polarisent le territoire.

114Malgré tout, l’étude des définitions des zonages nationaux, que ceux-ci soient légaux ou issus d’études scientifiques commandées par l’IBGE, démontre que le territoire légal et notamment le municipio et ses chefs-lieux, restent la référence à partir de laquelle sont développés les critères relatifs à la centralité, la continuité et la contiguïté.

Características urbanísticas do entorno dos domicílios: l’enquête de l’IBGE de 2010

115L’enquête sur les caractéristiques urbaines des abords des habitations (XII recenseamento…, 2011) a été faite à l’occasion du recensement de 2010 afin d’évaluer le degré d’urbanité des zones habitées. Il s’agit de déterminer la qualité et la quantité des infrastructures définies comme urbaines au niveau de chaque rue ou espace public (logradouro), c’est-à-dire de caractériser l’environnement immédiat des habitats : éclairage, trottoir, arbres, équipements pour les handicapés, égouts, ordures…

116L’étude a porté sur les áreas urbanizadas des 5565 municipios du Brésil recouvrant 222 541 secteurs urbains. Cela représente 60 505 664 adresses dont 52 413 041 correspondant à un usage résidentiel, 6 591 391 à des édifices non résidentiels (industrie, commerce...) et 1 501 232 à des bâtiments en cours de construction. La méthode s’apparente à celle suivie dans les recensements fondés sur les adresses, « address-based census » que l’on pratique notamment aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, ou encore en Turquie.

117Les analyses croisent ensuite les indicateurs relatifs aux caractéristiques urbaines des zones recensées à d’autres informations, notamment relatives aux habitants (croissance démographique, activité, revenu, âge, sexe, couleur, race…).

118D’un côté, l’enquête questionne l’urbain du point de vue des conditions de vie des habitants et de leur quotidien. D’un autre côté, elle justifie la qualité urbaine du périmètre légal. On peut imaginer que les résultats de l’enquête sont un outil pour évaluer les insuffisances des équipements mis à disposition des habitants et aider les pouvoirs publics locaux à mesurer le caractère urbain de leur ville et à le mettre aux normes.

Des définitions de l’urbain sophistiquées

119Depuis les années 1960, l’IBGE appuie des études d’experts sur l’espace urbain. Celles-ci se basent sur des méthodes scientifiques sophistiquées, mais qui creusent encore l’écart avec les catégories territoriales officielles. Les critères se démultiplient jusqu’à des définitions particulièrement complexes, dont les résultats sont difficilement vérifiables. Deux critiques principales sont à énoncer.

120D’abord, il n’est pas certain que les pouvoirs publics, comme les chercheurs utilisent les résultats des études de l’IBGE avec une vision complète des chiffres qu’ils manipulent. Les définitions de l’urbain comme les catégories territoriales qui y sont associées certes rendent compte de la diversité des points de vue et des critères utilisés pour caractériser l’urbain mais aussi de la difficulté à comprendre celui-ci.

121La vision de l’urbain est rendue d’autant plus complexe que ces études sont réalisées régulièrement et pourtant sans aucune réelle continuité des catégories employées : celles-ci ne cessent de changer depuis les années 1960. Ainsi, portées par les études d’experts, les définitions évoluent avec le phénomène urbain et le peuplement, si bien qu’il est difficile de savoir entre le phénomène et le regard qu’on y porte, qui des deux est le plus mouvant.

122La seconde critique est que très peu de critères utilisés se rapportent à une évolution. L’ensemble des travaux propose une succession d’états synchrones, et le faible degré de comparabilité des variables choisies entre les différentes études ne permet pas de dégager une véritable approche diachronique, que ce soit sous forme de trajectoire ou même simplement d’évolution du système de peuplement.

123Enchaînant des définitions successives à la fois disjointes et de plus en plus sophistiquées, ces essais de zonages spécifiques à l’urbain, renvoient au thème de la complexité de l’urbain, prisé par un nombre croissant de chercheurs du monde universitaire. Mobilisant cette multiplicité de points de vue et de critères valorisée par les « sciences de la complexité », ce discours d’experts appliqué aux villes tend cependant à représenter une réalité de plus en plus incompréhensible au commun des citoyens et des acteurs, lesquels en tirent finalement une représentation de l’espace urbain fragmentée parce que liée à une seule dimension scalaire de l’espace, et instable parce que sans Histoire.

Synthèse et conclusion

Une cohorte de critères pour identifier l’urbain

124Le tableau 2 inventorie systématiquement les critères employés pour chacune des catégories et définitions décrites.

125Le critère le plus important demeure la situation légale du territoire considéré : il entre dans pratiquement toutes les définitions. C’est aussi le critère exclusif de la définition des áreas de divulgação, qui sont des découpages administratifs établis par la loi. Comme ces territoires servent à la publication des données, ce sont donc ceux dont s’emparent en priorité les utilisateurs de statistiques locales. Cela signifie que les chiffres de l’IBGE diffusés tels quels et utilisés pour produire des informations de seconde main par les pouvoirs publics, les entreprises, les chercheurs… sont tous conditionnés par des territoires délimités par le critère légal et aucun autre critère scientifique. Cela pose la question de l’objectivité de tous les résultats issus des chiffres agrégés sur ces aires de divulgation.

126Les critères relatifs à l’occupation du sol, notamment la forme et la continuité du bâti et sa permanence, sont récurrents pour la définition des áreas de apuração, les unités de comptage. Simultanément, le critère de seuil démographique, courant parmi les définitions de catégories territoriales dans le monde, est ici logiquement efficace pour circonscrire les unités de comptage et de collecte (unidades territoriais de coleta) qui fondent le travail des agents recenseurs.

127Les autres critères relatifs aux équipements, aux flux, aux activités économiques… sont employés de manière plus aléatoire pour les unités de comptage et de collecte, mais surtout dans les zonages nationaux issues des études de l’IBGE. Ces derniers témoignent d’une vision plutôt fonctionnelle de l’espace urbain qui abrite un certain nombre d’équipements et de fonctions permettant d’animer un territoire plus ou moins vaste autour.

Tableau 2. Synthèse des critères de définition des catégories territoriales utilisés par l’IBGE

Tableau 3. Liste des critères de l’IBGE

Vers une libéralisation des formes d’occupation du territoire et des catégories

128La description précise des catégories de territoires de l’IBGE révèle plusieurs tendances plus profondes.

  • 17 Le territoire portugais est divisé en seulement 308 municipios (traditionnellement appelés concelho (...)

129Elle démontre tout d’abord, s’il le fallait encore, le lien étroit qui existe entre les temporalités des préoccupations institutionnelles et les types de découpages territoriaux imposés par l’appareil d’Etat via ses services statistiques. Ainsi passe-t-on d’un système colonial hérité de son origine portugaise, à un système post-moderne commun à la plupart des Etats du monde. Les parochias des premiers recensements font écho aux paroisses (freguesias) portugaises : l’objectif n’est pas tant de contrôler un territoire mais des fidèles qui y résident. Aussi, la maille lâche des municipios brésiliens, à l’image des concelhos portugais17 est établie : la division du territoire montre son unité et témoigne de son appropriation.

130L’influence du positivisme inspire fortement les choix de l’administration, non sans l’appui de quelques traumatismes historiques. Fin 1864, l’armée Paraguayenne avait envahi le sud du Mato Grosso. Or, cette simple nouvelle mit plus de trois semaines à parvenir à la capitale, Rio de Janeiro. Dès lors, triomphe l’idée selon laquelle la science peut régler les problèmes spécifiques posés par les dimensions gigantesques du territoire. A l’instar du maréchal Rondon, qui œuvra à l’établissement des frontières et territoires de la fin du 19e à la moitié du 20e siècle, les officiers, formés à l’école militaire de Rio de Janeiro, se muent en ingénieurs-explorateurs, ouvrant des routes, posant des lignes télégraphiques et établissant les contacts avec les groupes indigènes des régions de l’intérieur. L’administration suit, en fixant les limites des subdivisions territoriales et en posant ses centres administratifs, les futures cidades et vilas. De 1964 à 1985, le régime militaire se saisit sans peine de cette logique, qui privilégie une approche technique de l’administration et de l’aménagement du territoire, au détriment du social. La dimension « militaire » du développement territorial laisse place à l’industrie : grands projets hydro-électriques, autoroutes, agro-industrie substituent aux perspectives purement géostratégiques d’occupation du territoire, des objectifs de production matérielle et de rentabilité financière.

131Avec l’avènement de la démocratie, triomphe l’ère des services. L’économie libérale se traduit par une dispersion des lieux et des formes de peuplement, qui émergent par milliers à l’écart des périmètres urbains légaux prévus par l’administration. La « libéralisation de l’occupation du territoire » pourrait expliquer la complexification des approches de l’urbain.

132Cependant, sur le plan politique, cette complexification territoriale manifeste aussi une certaine liberté prise au fil du temps par l’IBGE, vis-à-vis des catégories légales et officielles dont la délimitation reste arbitraire et déterminée par des cadres administratifs territoriaux dont le néo-libéralisme global voue la rigidité à l’obsolescence. On peut parler au Brésil d’une certaine émancipation des statistiques vis-à-vis du politique. Car, si le recensement est l’apanage de l’Etat, l’IBGE, dans sa mission de produire des statistiques, a vu de plus en plus la nécessité d’encadrer de manière plus précise la base des objets de mesure : la population. Localisation et dénombrement de la population croisent ainsi la route de la géographie.

133La terminologie employée témoigne parfois de la contradiction entre les catégories censitaires et la division légale urbain-rural. L’IBGE doit ainsi composer avec deux époques, deux modes d’appréhender l’espace peuplé qui ont traversé les recherches urbaines dans le monde : la division urbain/rural puis la reconnaissance des formes complexes du peuplement depuis quelques décennies.

134Du point de vue méthodologique et conceptuel, la description précise des catégories spatiales de l’IBGE et leur critique illustrent la difficulté à identifier les définitions de l’urbain produites par l’institution, à démêler les critères employés et les points de vue portés sur les différentes formes de peuplement. Entre l’hyper-rural des confins amazoniens et l’hyper-urbain du centre des gigantesques métropoles, le peuplement Brésil présente une telle palette de contrastes que l’idée même de continuum devient une véritable gageure.

135En dernier ressort, ce qui émerge par-dessus tout est la transcendance de la division urbain/rural énoncée par la loi : sans doute parce que les villes ont été le point de départ de la conquête, elle est la discontinuité majeure de l’espace brésilien institué, si bien que la discontinuité légale l’emporte sur celle du terrain. Les multiples catégories et découpages de l’IBGE s’apparentent à des couches d’informations, caractérisées par divers niveaux de transparence et d’affichage et toujours superposées sur cette couche profonde, fondamentale, active, non modifiable et absolument opaque : la division urbain/rural. L’IBGE ne transgresse pas ce classement premier dont découle la prolifération actuelle de découpages.

136Le cas du Brésil démontre combien la dépendance envers les statistiques et les catégories de territoires officielles est forte : ce sont à la fois la variété des découpages, le changement des définitions des catégories au cours du temps et l’indéfectible distinction légale urbain/rural qui peuvent altérer l’observation du peuplement et de l’urbain.

Haut de page

Bibliographie

Braga R. "Cidades médias e aglomerações urbanas no estado de São Paulo : novas estratégias de gestão". In Anais do X Encontro de Geógrafos da América Latina, 20 a 26 de março de 2005, Universidade de São Paulo, 2005. <http://redbcm.com.br/arquivos/bibliografia/cidades%20medias%
20e%20aglomera%C3%A7%C3%B5es%20em%20sp.pdf>. Date de consultation: 6/11/2019.

Brito F., Guimarães Horta C. J., Friedrich De Lima Amaral E. "A urbanização recente no Brasil e as aglomerações metropolitanas”. Associação Brasileira de Estudos Populacionais – Abep, Campinas, Nepo/Unicamp, 12 p., 2001.

< http://ww.ernestoamaral.com/docs/presentations/IUSSP2001apaper.pdf >. Date de consultation : 6/11/2019.

Castello Branco, M. L. G. Espaços urbanos: uma proposta para o Brasil. Rio de Janeiro, IBGE, 2003.

Chatel C. Dynamiques de peuplement et transformations institutionnelles. Une mesure de l’urbanisation en Europe de 1800 à 2010. Paris VII, Th. D., Géographie, 2 vol., Juin 2012. <http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00765004 >. Date de consultation: 6/11/2019.

Freitas R. "Regiões Metropolitanas: uma abordagem conceitual". Humanae, v.1, n.3, p. 44-53, 2009. <http://humanae.esuda.com.br/index.php/humanae/article/download/54/29 >. Date de consultation: 10/11/2019.

Le Bras H. Naissance de la mortalité : l’origine politique de la statistique et de la démographie. Paris, Gallimard, Seuil, Coll. Hautes études. 371 p., 2000.

Matos R., Baeninger R. "Migration and Urbanization in Brazil: Processes of Spatial Concentration and Deconcentration and the Recent Debate". In : XXIV General population Conference International Union for the scientific Study of Population, Salvador, 29 p., 2001.

< https://pdfs.semanticscholar.org/592b/b39b02674f531ac93209d8b33bafe7cbe6e0.pdf >. Date de consultation: 10/11/2019.

Mélisse A. « Un concept lévi-straussien déconstruit : le bricolage ». Les Temps modernes, Paris, n°656 (2009/5), pp.83-98, 2009. <https://www.cairn.info/revue-les-temps-modernes-2009-5-page-83.htm >. Date de consultation: 10/11/2019.

Moriconi-Ebrard F. « Chapitre 1 Territoire et peuplement : l’exception française universelle », in Martin Pierre (coord.), La France : une exception ?, Paris, Ellipses, 2016.

Sposito M. E. B. "Novos conteúdos nas periferias urbanas das cidades médias do Estado de São Paulo, Brasil". Investigaciones Geográficas, México, Boletín 54, 2004. < http://www.scielo.org.mx/scielo.php?pid=S0188-46112004000200008&script=sci_arttext >. Date de consultation: 10/11/2019.

Unesp (Universidade Estadual Paulista "Júlio de Mesquita” Filho), Fapesp (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo), Chatel C., Sposito M.EB. Brasipolis, 2017.

< https://www.fct.unesp.br/#!/brasipolis>. Date de consultation : 06/11/2019.

Publications officielles et de l’IBGE

Arranjos Populacionais e Concentrações Urbanas do Brasil. Rio de Janeiro, IBGE, 167 p., 2015.

< ftp://geoftp.ibge.gov.br/organizacao_do_territorio/divisao_regional/arranjos_populacionais/arranjos_

populacionais.pdf >. Date de consultation: 10/11/2019.

Brasil. Constituição da República dos Estados Unidos do Brasil. Presidência da República Casa Civil Subchefia para Assuntos Jurídicos,1891.

< http://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/Constituicao91.htm >. Date de consultation: 11/07/2019.

Brasil. Constituição da República Federativa do Brasil de 1988. Presidência da República Casa Civil, 1988.

< https://www.planalto.gov.br/ccivil_03/constituicao/constituicao.htm >. Date de consultation: 11/07/2019.

Censo Demográfico 2010. Resultados da Amostra por áreas de ponderação. Rio de Janeiro, IBGE, 2010.

< http://www.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/censo2010/resultados_gerais_amostra_areas_ponderacao/default.shtm >. Date de consultation :12/07/2019.

IBGE Brasil. Áreas Urbanizadas. Rio de Janeiro, IBGE, 2015.

< https://www.ibge.gov.br/geociencias/organizacao-do-territorio/tipologias-do-territorio/15789-areas-urbanizadas.html?=&t=o-que-e >. Date de consultation:15/07/2019

IBGE Brasil. Cadastro de localidades selecionadas. Rio de Janeiro, IBGE, 2012.

< ftp://geoftp.ibge.gov.br/organizacaoterritorial/localidades/cadastro_localidades_selecionadas.pdf >. Date de consultation: 15/07/2019

Leis municipais. Lei complementar nº 153/2008. Dispõe sobre a lei de zoneamento do uso e ocupação do solo, da área urbana do município de Presidente Prudente e da outras providenciais. Presidente Prudente, 2008.

< https://www.leismunicipais.com.br/plano-de-zoneamento-uso-e-ocupacao-do-solo-presidente-prudente-sp. >. Date de consultation:

Leis e decretos municipais :detalhe, zoneamento de uso e ocupação do solo 153/2008. Presidente Prudente, 2008.

< http://www.presidenteprudente.sp.gov.br/site/leis_decretos_detalhe.xhtml?t=3&a=2008&n=153&c >. Date de consultation: 12/07/2019.

Planta geral 2008, escala 1:17500, zoneamento de uso e ocupação do solo. Presidente Prudente, 2008.

< http://www.presidenteprudente.sp.gov.br/site/central_mapas.xhtml >. Date de consultation: 12/07/2019.

XI recenseamento geral do Brasil. Manual de delimitação dos setores de 2000. Rio de Janeiro, IBGE, , 46 p, 2000.

< http://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/instrumentos_de_coleta/doc0210.pdf >. Date de consultation: 12/07/2019.

XII recenseamento geral do Brasil. Censo demográfico 2010. Características urbanísticas do entorno dos domicílios. Rio de Janeiro: IBGE, , 175 p, 2011. < http://www.ibge.gov.br/home/estatistica/populacao/censo2010/entorno/default_entorno.shtm >. Date de consultation: 12/07/2019.

XII recenseamento geral do Brasil. Metodologia do Censo 2010. Série Relatórios Metodológicos volume 41, Rio de Janeiro: IBGE, , 713 p, 2013.

< http://biblioteca.ibge.gov.br/index.php/biblioteca-catalogo?view=detalhes&id=281634 >. Date de consultation: 12/07/2019.

Regiões de influência das cidades 2007. Rio de Janeiro, IBGE, 201p, 2008. < http://www.ibge.gov.br/home/geociencias/geografia/regic.shtm >. Date de consultation: 12/07/2019.

Haut de page

Notes

1 Traduction en français de l’article de C. Chatel et M.E.B. Sposito, « Um caleidoscópio de categorias territoriais nas estatísticas geográficas brasileiras », Revista brasileira de Geografia, vol. 64, n. 1, 2019, pp. 5-36. [En ligne] https://doi.org/10.21579/issn.2526-0375_2019_n1_5-36

2 Cette pratique a été initiée dans la thèse de doctorat de Chatel (2012) à partir des données de population issues des recensements réalisés entre le 19e siècle et 2010 dans 52 pays d’Europe.

3 Base de données en ligne : UNESP et al., 2017.

4 Projet de recherche “Brasipolis : Cidades, aglomerações urbanas e população” financé par la FAPESP (Fundação de Amparo à Pesquisa do Estado de São Paulo) entre 2014 et 2017, (processo 14/07800-5), réalisé par Chatel C. sous la direction de Sposito M.E.B. <https://bv.fapesp.br/pt/bolsas/153317/brasipolis-cidades-aglomeracoes-urbanas-e-populacao/ >, 2014-2017 [Consulté le 06/11/2019].

Ce projet était associé à un autre projet thématique (nº 2018/07701-8) financé par la FAPESP « Lógicas econômicas e práticas espaciais contemporâneas: cidades médias e consumo » < https://bv.fapesp.br/pt/auxilios/47675/logicas-economicas-e-praticas-espaciais-contemporaneas-cidades-medias-e-consumo/> [Consulté le 06/11/2019].

5 Dans le cas de la géographie, il serait nécessaire de mener des recherches spécifiques et, notamment de se demander dans quelle mesure la distance prise par les chercheurs les plus critiques vis à vis des statistiques au cours de cette période, n'a pas été l'une des raisons du mouvement de renouveau de la Géographie à partir de 1978. Pour étayer cette hypothèse, nous rappelons la tenue cette année-là, à Fortaleza, de l’Encontro Nacional de Geógrafos où l’Association des géographes brésiliens (Associação dos Geógrafos Brasileiros) a entamé un profond processus de restructuration. Les conséquences ont pu être l’augmentation exponentielle de la production de textes (livres, articles, etc.) sans aucun fondement empirique, et une certaine tendance à produire une géographie sans donnée ni carte.

6 Il est préférable de désigner les unités territoriales brésiliennes en portugais afin d’éviter toute traduction malencontreuse, ou toute confusion avec un sens français susceptible de biaiser l’appréhension de l’originalité des catégories territoriales brésiliennes.

7 Titulo III "Da Organização do Estado" ; Capitulo IV "Dos Municípios" ; Art. 30. "Compete aos Municípios": VIII - promover, no que couber, adequado ordenamento territorial, mediante planejamento e controle do uso, do parcelamento e da ocupação do solo urbano (Brasil, 1988).

8 Bien souvent, cette transformation du rural en urbain se réalise de manière illégale (sans autorisation préalable), ou irrégulière (l’autorisation à lotir a été légalement acquise mais se réalise sans suivre les normes en vigueur).

9 Pour 2000 (XI recenseamento..., 2000) (Ministério..., 2000): voir les chapitres 3 et 4: “Áreas de Divulgação para o recenseamento geral de 2000”, “Áreas de Apuração para o recenseamento geral de 2000”. Pour 2010 (XII recenseamento..., 2013), voir le chapitre 7, “Desenho conceitual (Conceitos)”.

10 Capitulo III Dos Estados Federados, Article 25, §3 : "Os Estados poderão, mediante lei complementar, instituir regiões metropolitanas, aglomerações urbanas e microrregiões, constituídas por agrupamentos de municípios limítrofes, para integrar a organização, o planejamento e a execução de funções públicas de interesse comum" (Brasil, 1988).

11 "São conjuntos de municípios cuja criação baseia-se no princípio de cooperação entre os diferentes níveis de governo - federal, estadual e municipal. Podem ser compostas por municípios de unidades federadas diferentes. " (XII recenseamento..., 2013).

12 "Conjunto de municípios limítrofes, instituído por legislação estadual, com o objetivo de integrar a organização e o planejamento de interesse comum" (XII recenseamento..., 2013).

13 La traduction littérale d’aglomerado est « agglomérat », car le mot en portugais désigne bien un établissement issu d’un regroupement de personnes et de bâtiments, tandis que le terme français « agglomération » qualifie à la fois l’établissement et le processus qui l’a produit.

14 L’IBGE précise que la définition ne prévoit pas une taille minimum basée sur le nombre d’habitants et préfère se fonder sur un nombre minimum d’adresses (XII recenseamento..., 2013).

15 "A identificação e a delimitação das maiores aglomerações de população no País têm sido objeto de estudo do IBGE desde a década de 1960, quando o fenômeno da urbanização se intensificou e assumiu, ao longo dos anos, formas cada vez mais complexas. A necessidade de fornecer conhecimento atualizado desses recortes impõe a identificação e a delimitação de formas urbanas que surgem a partir de cidades de diferentes tamanhos, face a crescente expansão urbana não só nas áreas de economia mais avançada mas também no Brasil como um todo. O estudo Arranjos Populacionais e Concentrações Urbanas do Brasil constitui um quadro de referência da urbanização no País. Tal quadro foi obtido a partir de critérios que privilegiaram a integração entre os municípios" (Arranjos..., 2015, p. 9).

16 .Notes n°13 et 17 pp. 23-24.

17 Le territoire portugais est divisé en seulement 308 municipios (traditionnellement appelés concelhos), soit un gabarit moyen de 292 km² (France : 14 km² ; Espagne : 61 km²).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Municipio de Presidente Prudente (SP). Limites du périmètre urbain
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/22736/img-1.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 2. Presidente Prudente (SP). Exemple de signalisation des limites du périmètre urbain
Crédits Source : C. Chatel. 22/11/2014, 29/11/2014, Presidente Prudente (SP)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/22736/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Figure 3. Les catégories territoriales dans les recensements de l’IBGE depuis 1872
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/22736/img-3.png
Fichier image/png, 175k
Titre Figure 4. Aracaju (SE) et alentours. Les catégories de secteurs censitaires en 2010
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/22736/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/22736/img-6.png
Fichier image/png, 74k
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/22736/img-8.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cathy Chatel et Maria Encarnação Beltrão Sposito, « Les statistiques localisées au Brésil : un kaléidoscope de catégories de territoires », Confins [En ligne], 42 | 2019, mis en ligne le 29 novembre 2019, consulté le 20 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/confins/22736 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.22736

Haut de page

Auteurs

Cathy Chatel

Ingénieur de recherche. Université Paris Diderot, UMR Cessma, Pôle Image, chatelcathy@yahoo.fr

Articles du même auteur

Maria Encarnação Beltrão Sposito

Professeur, UNESP (Universidade Estadual Paulista "Júlio de Mesquita Filho") Câmpus Presidente Prudente, mebsposito@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search