Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Registro de pesquisaLa géographie et la question régi...

Registro de pesquisa

La géographie et la question régionale : le complexe géographique entre régionalisation et internationalisation de l'espace

A geografia e a questão regional : o complexo geográfico entre regionalização e internacionalização do espaço
Geography and the regional issue: the geographical complex between regionalization and internationalization
Raimundo Nonato Junior

Résumés

Cet article présente quelques résultats et discussions de la thèse « Géographie régionale de la frontière Brésil-France : la tension entre régionalisation et internationalisation de l'espace oyapockois », soulignant l'importance de l'analyse régionale pour la recherche contemporaine en géographie. La frontière franco-brésilienne de l’Oyapock est un symbole des contacts politiques entre l’Europe et l’Amérique Latine, représentant aussi une forte dynamique sociale et environnementale. Soumise à des contraintes et opportunités variées, cette frontière révèle la tension entre forces régionales et globales, à plusieurs échelles. Cela implique une crise conduisant à la reconfiguration du concept de « région » et au réajustement de l’organisation de l’espace bilatéral. Dans cet article, on s’intéresse particulièrement à l’existence et à la transformation des relations régionales à partir de l’exemple du terrain de l’Oyapock. Les résultats montrent que la dynamique régionale dans la frontière franco-brésilienne se présente en tant qu’un complexe géographique qui articule la tension entre les intérêts de différents acteurs, groupes sociaux et échelles. Ils sont aussi révélateurs de la puissance de la géographie régionale pour établir des dialogues contemporains entre l’épistémologie de la science géographique et l’expérience de terrain, mettant en rapport les dimensions physiques, humaines, historiques, politiques et quotidiennes qui sont présentes dans les multiples relations hommes-milieux.

Haut de page

Texte intégral

« Voilà ... la région en Géographie ! » Peut-on en parler autrement ?

1Parler de géographie régionale actuellement signifie surtout parler de la science géographique et de ses défis face à certaines questions classiques qui la constituent : la relation entre espaces généraux et spécifiques, la tension entre l’espace mondial et la production des lieux, le dialogue indissociable entre les dimensions physiques et humaines qui constituent son objet d’étude (Monbeig, 1957). Toutefois, l’aube du monde contemporain présente également de nouvelles questions qui s’ajoutent aux anciennes et relèvent, surtout, de la crise de la région à l’époque actuelle et de sa reconfiguration face à des tentatives de globalisation du capital et de massification des modèles de production et d’utilisation de l’espace (Claval, 2004. Hoekveld, 2014; Paasi, 2003; Haesbaert, 2011).

2 Dans ce contexte, la « région » comme catégorie géographique se révèle être un dispositif pour l’analyse des limites et des voies de la géographie contemporaine, permettant d’aborder certaines de ses questions classiques et soulevant de nouvelles problématiques basées sur le contexte rapide de la société de massification de l’information et de la mondialisation du capital (Haesbaert, 2012, Lencione, 1999, Dantas, 2005).

3 Dans cette perspective, on a considéré nécessaire de penser la géographie régionale à partir de débats empiriques et théoriques actuels, tout comme de recourir au terrain d’étude dont les problématiques révèlent de nouvelles formes / configurations / métaphores d’une région multiscalaire (Paasi, 2011, 1986).

4De cette façon, pour comprendre les approches régionales contemporaines, il est essentiel de détacher le concept de région de tout stéréotype qui ne le conçoit que dans l'isolement ou dans l'unilatéralisme. Il est nécessaire de concevoir la région comme une entité spatiale ouverte, formée en même temps par deux forces. La première est configurée par les réseaux humains dans l'usage de l'espace géographique vécu. La deuxième est représentée par les relations multiscalaires qui agissent sur la région, laquelle se retrouve au croisement de projets géopolitiques, socio-économiques et territoriaux qui influencent et transforment constamment l'espace régional (Nonato Junior, 2016).

5 En plongeant dans la région comme unité empirico-théorique, formée tant par les dynamiques sociales que par les discours politiques et scientifiques, la présente recherche a osé choisir comme terrain d’étude une frontière fortement marquée par une géopolitique contemporaine contre-régionale, qui a cherché à imposer les limites administratives sur les pratiques géographiques. Cependant, dans le même espace, les pratiques spatiales, historiques, culturelles et environnementales forment un réseau régional complexe, fondé sur l’usage du territoire. Ainsi, l’analyse des tensions « régional / global », aussi bien que leurs contradictions, sont les objets centraux du débat évoqué dans ce texte.

6Concept créé vers le milieu du XXe siècle par le géographe Pierre Monbeig, le « complexe géographique » se présente toujours comme une analyse scientifique extrêmement puissante face aux processus de régionalisation contemporains, puisqu'il s'agit d'une notion pionnière de la région conçue en tant que « réseau », « articulation » et « relation » entre différents acteurs et actions géographiques. Les éléments qui composent ce réseau proviennent de la réalité physique et sociale de l'espace géographique, tels que : les transformations du paysage, la production de l'espace, les éléments symboliques liés à l'usage du territoire, la tension entre l'espace général et spécifique, les voies de circulation entre la région et les autres échelles, l'exploitation des ressources naturelles, l'environnement, les formes d'organisations des sociétés à partir des différentes techniques employées dans l'espace. Ainsi, la région n'est pas une force en soi, mais un ensemble complexe de forces articulées qui donnent une spécificité environnementale, technique, culturelle, fonctionnelle, économique, symbolique et politique dans une aire géographique.

7Il ne s'agit donc pas d'observer des « faits » isolés, car « la géographie n'est pas une science de simples faits isolés, susceptibles d'être connus par eux-mêmes et en eux-mêmes » (Monbeig, 1957, p. 07).

8L'auteur souligne alors que la géographie régionale s'intéresse aux « complexes de faits et d'actions géographiques », aux « réseaux », aux « actions » et aux « interactions » qui se développent dans une aire géographique donnée. « La recherche géographique porte sur des complexes de faits [géographiques] et ce sont ces complexes qui, en raison de leur emplacement sur le globe, sont de vrais systèmes d'actions et d'objets géographiques (Santos, 1994). C'est au géographe d'expliquer ce lieu, d'en rechercher les conséquences, d'examiner les relations, les actions et les interactions qui unissent les éléments constitutifs du complexe géographique » (Monbeig, 1957, p. 09).

9Dans la droite ligne de ces provocations, cet article propose une analyse sur la question régionale dans la géographie contemporaine, en utilisant l’exemple de la recherche menée à la frontière de l’Oyapock dans la thèse «  Géographie régionale de la frontière Brésil-France : tensions entre régionalisation et internationalisation de l’espace oyapockois »i, élaborée par l’auteur de ce texte, sous la direction de François-Michel Le Tourneau, dans le réseau de l’Université Sorbonne Paris Cité (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), au sein du Centre de Recherche et Documentation des Amériques.

10Le terrain a été méné dans une perspective comparative à la frontière franco-brésilienne de l’Oyapock entre la Guyane, département français d’Outre-mer, et l’État fédéré brésilien de l’Amapá. Plus précisément, l’étude porte sur l'analyse de la dynamique régionale entre les deux marges de la frontière, sur ses limites et sur les possibilités qui en découlent.

11L’aire géographique de la frontière d’Oyapock reflète la complexité territoriale du monde contemporain, car il s’agit d’un espace où cohabitent de nombreuses forces économiques, échelles, politiques et discours. Ainsi, cet espace s’est configuré comme un laboratoire idéal pour observer les forces de la globalisation dans les contextes régionaux, de la superposition multiscalaire et des disputes géopolitiques entre les acteurs régionaux et internationaux.

12 Les asymétries de développement social sont frappantes dans cette frontière, que ce soit à un niveau de comparaison bilatérale (Guyane-Amapá), ou dans les comparaisons nationales à différentes échelles (État, région, zone frontalière). L’amélioration des conditions socioéconomiques des sociétés locales est donc un des grands objectifs des projets de développement proposés à l’échelle des États, puisque cette frontière compose une zone ultrapériphérique où la plupart des indicateurs sociaux sont extrêmement inférieurs à ceux des États centraux (Insee, 2010). Il existe aussi quelques discussions bilatérales à partir des projets de coopération transfrontalière et des accords politiques franco-brésiliens (France/Brésil, 2008)ii.

13Dans le contexte contemporain de la frontière de l’Oyapock, Théry (2011) et Grenand (2012) signalent que c’est à partir de la tension entre les pratiques locales et les échelles extérieures que s’insèrent les principaux défis de la vie dans le contexte transfrontalier. De fait, la conciliation entre ces deux tendances n’est pas toujours évidente ni facile. Elle dépend surtout du dialogue d’intérêts entre les différentes échelles des pouvoirs politiques (États nationaux, gouvernements régionaux) et des acteurs frontaliers (organisations civiles, habitants locaux).

14C’est pourquoi nous considérons que la compréhension de la dynamique régionale dans la frontière de l’Oyapock passe par une analyse entre différentes échelles, parmi lesquelles il faut bien comprendre l'usage du territoire par différents acteurs.

15Tenant compte de ce contexte, cet article propose une analyse des relations régionales, en analysant la crise et la reconfiguration de la région géographique. On met l’accent sur l’échelle des conceptions locales et sur les points de dialogue qu’elles établissent avec les autres acteurs politiques de la frontière. Ainsi, il faut d’abord comprendre le contexte géographique et historique du Brésil et de la France vers la la dynamique régionale de la frontière franco-brésilienne, aussi bien que les demandes contemporaines de développement régional et leurs dialogues avec les propositions d’autres échelles.

« Et cette région, où est-elle ? » L’espace d’une région déchirée par une ligne frontalière !

16La région transfrontalière de l’Oyapock est marquée par la présence des deux villes dans la portion septentrionale, Saint-Georges de l’Oyapock (Guyane) et Oiapoque (Amapá), situées dans une zone de transition entre l’environnement fluvio-marin du bassin de l’Oyapock et de la forêt amazonienne, à 3.84 degrés de latitude nord et 51.83 degrés de longitude ouest.

En ce qui concerne la géomorphologie de la région, la forêt amazonienne recouvre la majorité des sols (plus de 85%). Le bassin est caractérisé par le grand volume d’eau potable et par les plaines vertes de climat équatorial humide. Les basses altitudes de cette région s’expliquent par le fait que le Bouclier des Guyanes se caractérise par un réseau hydrographique sud-nord marqué par l’inclinaison du plateau vers l’Océan Atlantique (Nonato Junior, 2015).

Carte 01 – Le réseau hydrographique sud-nord dans la frontière de l’Oyapock

Source : Nonato Junior (2016)

Carte 02 – L'estuaire de l'Oyapock : un complexe géographique formé par le fleuve, la mer, la forêt et les villes

Source : Nonato Junior (2016)

17La longueur totale de la ligne frontalière est de 655 kilomètres, dont plus de 360 km où la division est le fleuve Oyapock. Ce qui fait du Brésil le pays avec lequel la France partage sa plus grande frontière terrestre au monde. Dans des publications précédentes (Nonato Junior, 2015; 2016b), nous avons analysé la formation historique de la frontière, sa constitution territoriale et ses systèmes sociaux. Nous recommandons ces lectures à ceux qui ont besoin de plus de détails sur la formation géohistorique de cette frontière, mais aussi Le Tourneau (2013), D’Hautefueille (2012), Silva (2015) et Granger (2008).

18Dans cet article, nous souhaitons, en spécifique, présenter quelques données des Etats nationaux du Brésil et de la France, afin d'analyser leurs éventuelles conséquences sur la régionalisation de la frontière de l'Oyapock.

19À propos des États nationaux et leur présence dans la frontière, il nous faut présenter les principales caractéristiques géographiques du Brésil et de la France, en observant l’espace physique, la formation territoriale et les éléments comparatifs. Les espaces brésilien et français possèdent d’énormes différences géographiques. Que ce soit par la taille, la population ou les processus de formation territoriale, ces États se placent dans différents contextes spatiaux. La France possède une superficie totale de 675 417 km², dont 551.500 km² sont dans la France métropolitaine et 123.083 sont des territoires d'outre-mer. Quant au découpage administratif, la France et le Brésil ont des structures semblables, même si les deux pays ont des pratiques recouvrant des sens différents. Ils sont tous deux composés de régions administratives, qui sont les territoires ayant pour responsabilité l’articulation des États fédérés (au Brésil) et des départements (en France). Par ailleurs, on observe que les tailles des régions et des États fédérés au Brésil sont considérablement supérieures à celles des régions françaises. En revanche, les Français ont découpé leurs territoires dans un nombre significativement plus grand de parties administratives qu’au Brésil. Le territoire brésilien se partage en cinq grandes régions où se trouve les 26 États fédérés et le District Fédéral de Brasilia. Au Brésil, les unités administratives ont le statut d’un « État fédéré ». Cela veut dire qu’ils ont une relative autonomie, selon ce que prévoit la Constitution de la République Fédérative Brésilienne (Théry et Mello-Théry, 2009 ; Droulers, 2001).

20La France, de son côté, compte 27 régions qui ont des unités administratives nommées « département ». Ces régions sont directement liées à l’administration générale de l’État. Actuellement, la France dispose de 101 départements qui sont encore divisés dans des méso et micro-unités, comme les 343 arrondissements, 4058 cantons et 36699 communes (INSEE, 2012). Un facteur qui peut expliquer le découpage administratif français en plusieurs morceaux est la densité démographique d’environ 115 habitants au km² (INSEE, 2011), bien supérieure à celle de 22,43 au Brésil (IBGE, 2010). La diversité linguistique, ethnique et surtout le processus de formation territoriale sont aussi des facteurs expliquant ce découpage de l’espace français en plusieurs zones (Lessa, 2004). En France, les principaux massifs montagneux sont les Alpes, les Pyrénées, le massif Central, le Jura, les Vosges et le massif Armoricain, et la Région/Département de Guyane n’a pas une géomorphologie très accentuée au nord, mais une progressive élévation au sud. Au Brésil ce sont les massifs de la Mantiqueira, du Planalto Central et de la Serra do Mar qui représentent les plus grandes élévations sur le territoire. La frontière de l’Amapá est surtout une zone de plaines au nord, mais la ligne frontalière traverse une d'hautes altitudes au sud, dans la région des Montagnes de Tumuc Humac, douée d'une grande biodiversité liée au biome de la forêt et des grands fleuves amazoniens (Le Tourneau, 2013).

21Au Brésil, les zones vertes se situent surtout dans les régions de plaines, car 15% du territoire brésilien est couvert par les forêts des plaines de l’Amazonie ou du Pantanal. En revanche, la France possède ses principales zones vertes dans les grandes altitudes, comme les Alpes ou les Vosges, et 10% du territoire français est sous une certaine couverture végétale forestière. Dans les deux pays, on observe de grandes aires anthropisées, et il s’agit là du principal paysage contemporain.

22L’océan qui baigne les deux pays est le même, l’Atlantique. Au Brésil, la côte s’étend sur plus de 7.408 km, depuis le cap Orange jusqu’à l’extrême limite méridionale du pays, à Chuí. Les principales zones maritimes sont l’embouchure de l’Amazonas, le littoral nord-est, la baie de Guanabara et la baie de Paranaguá. La France est entourée par les mers : la Mer du nord, la Manche, l'Océan atlantique, la Méditerranée.

23De cette façon, il convient absolument de comprendre comment les formations territoriales des régions françaises et États brésiliens ont contribué à la construction des pays actuels, et dans quelle mesure elles expliquent quelques différences géographiques entre ces deux pays. L'influence de ces deux pays, aussi bien que leurs caractéristiques, est déterminantes dans les problématiques régionales observée dans la frontière de l'Oyapock.

24Quand on parle de la frontière franco-brésilienne, évidement, il ne s'agit pas des relations entre les Etats centraux, mais de la zone limitrophe entre l'Amapa et la Guyane, autour de fleuve Oyapock. Les conditions socioéconomiques dans cette zone sont beaucoup plus problématiques que dans les moyennes du Brésil et de la France, selon on a présentée dans les publications précédentes (Nonato Junior, 2015; 2016). Dans ce contexte, l’amélioration des conditions socioéconomiques des sociétés locales est un des deux grands défis de la dynamique régionale, car cette région compose une zone frontalière ultrapériphérique où la plupart des indices humains sont extrêmement inférieurs à ceux des États centraux (INSEE, 2010).

Image 1 – habitation dans un quartier populaire de la frontière

Image 1 – habitation dans un quartier populaire de la frontière

Source : Nonato Júnior (2016)

25Cette réalité sociale difficile place la frontière de l’Oyapock "en tant que périphérie de la périphérie". Ce constat fait, analyser la participation des États brésilien et français dans la vie pratique de cette frontière est claire et nette. C'est la raison pour laquelle la discussion sur la situation de l'échelle des pays est indispensable pour penser les limites de la régionalisation dans la zone transfrontalière.

« Et alors ? » La région dans un réseau d’échelles, d’acteurs et d’objets

26Au-delà de toutes ces réalités, la frontière franco-brésilienne est également un scénario provocateur pour un des débats les plus intéressants de la science géographique : les limites entre dynamiques régionales et globales dans l’organisation de l’espace. Afin de construire une analyse générale sur cette problématique, on a utilisé les données et les expériences du terrain à la frontière de l’Oyapock pour proposer cinq « provocations » donnant de la matière à penser sur la condition régionale face au « complexe géographique » et participant à la dynamique du monde actuel. A savoir : 1) le concept de région est fortement ancré sur les l’usage de l’espace, le terrain et leurs dynamiques ; la pratique du terrain est encore la base de la géographie régionale, même s’il demande des nouvelles procédures ; 2) la région, en situation de frontière internationale et intercontinentale, se dessine à travers la tension « dynamique régionale versus ligne administrative » ;  3) le paysage s’avère être encore une puissante catégorie pour l’analyse régionale, incorporant de nouvelles méthodes et technologies ; 4) la région est une catégorie géographique fortement liée à la terre et aux question foncières ; 5) les villes sont les « nœuds » du réseau régional et leurs « points nodaux » agissent sur l’influence, l’articulation, la dynamisation et la médiation des relations homme-milieu ;

27De telles réflexions peuvent être étendues à des horizons au-delà des limites du champ de l’investigation, dialoguant avec l’épistémologie contemporaine de la géographie et les caractéristiques de la condition régionale en cette période de mondialisation croissante et inégale.

Région : la réalité du terrain est encore une base fondamentale

28De nombreux théoriciens ont insisté sur la nécessité de repenser la crise épistémologique de la géographie régionale (Thrift, 1985; Hoekveld, 2014; Johnston, 2014, Claval, 2004), marquée, entre autres, par les discours à la troisième personne, se référant à des régions ou régionalisations du champ théorique ou à un sujet du passé.

29Dans la recherche de terrain à la frontière de l’Oyapock, les résultats ont signalé que les défis de la géographie régionale contemporaine devraient être observés à partir des dynamiques régionales vécues, capables de mieux cerner ces défis, dans les expériences quotidiennes (Frémont, 1986). Le quotidien est encore important pour comprendre la dynamique d’une région. L’analyse des conditions de vie, la circulation des gens, l’utilisation des ressources naturelles et l’ancrage dans l’espace forment encore un système d’élaboration des différences entre les aires géographiques (Vidal de la Blache, 1911). Dès lors, la géographie régionale demeure une discipline qui analyse les lignes d’organisation de l’espace, mais pas uniquement à l’échelle locale, puisqu’elle regarde l’espace en tant qu’un objet hybride, articulé verticalement, horizontalement et transversalement avec les forces politiques et sociales qui forment l’« analyse de situation ». Les relations engendrées entre ces échelles se révèlent surtout dans la pratique du terrain.

30 Ainsi, on considère que les grandes contributions du terrain d’étude de la frontière franco-brésilienne au débat régional sont ancrées dans le propre scénario des forces spatiales, en l’occurrence de la « région oyapockoise ». Ce terrain d’étude rend possible la discussion de divers flux de mutation de la dynamique régionale, révélant la région comme une catégorie de cohabitation avec d’autres échelles et catégories géographiques comme le territoire, le paysage et la frontière. C’est grâce à cette expérience que l’on a pu percevoir la région comme marquée, non pas par l’isolement, mais par la dynamique sociale, historique et familiale.

31 Dans cette perspective, la propre conception de « région oyapockoise » développée au long de la recherche analysée par cet article (Nonato Junior, 2016) est une observation centrale sur la zone transfrontalière franco-brésilienne, la considérant comme un espace qui se dessine à travers les relations homme-milieu, articulées autour du quotidien des personnes au-dessus des lignes administratives, bien que sous l’influence et la pression exercée par ces dernières.

32 Dernièrement, on a beaucoup parlé du « revival » de la géographie régionale (Gilbert, 1988; Johnston, 2014), montrant la nécessité de vérifier la reconfiguration de ces espaces en situation de relation avec d’autres échelles et territoires. En ce sens, les apprentissages obtenus comme terrain d’étude de la frontière franco-brésilienne contribuent à présenter des expériences de vie qui signalent de nouvelles configurations régionales, dont les bases ne se trouvent pas dans l’isolement de la région, mais dans sa coexistence avec d’autres processus de territorialisation et d’autres forces politiques. Ainsi, le terrain d’étude s’est révélé en tant qu’un laboratoire privilégié pour l’observation de la tension exercée par des forces globales sur le milieu, instaurant une crise des relations régionales. Il est aussi un excellent laboratoire pour penser la régionalisation comme un produit, entre autres, de l’histoire vécue sur le territoire. L’histoire partagée entre les populations frontalières de l’Oyapock nourrissent des discours, sentiments et imaginaires locaux sur l’appartenance et les pratiques régionales entre différents groupes sociaux riverains du bassin fluvial. Il s’agit encore d’un laboratoire politique pour discuter les différences entre région vécue et région administrative, un débat classique en géographie.

La région géographique comme produit d’espaces vécus et la Région administrative comme convention des intérêts politiques

33La frontière franco-brésilienne de l’Oyapock est également un espace privilégié pour observer empiriquement les différences entre région (r) et Région (R), c’est-à-dire, région géographique versus Région politico-administrative. Le scénario oyapockois se révèle particulièrement intéressant dans le cadre de cette analyse, et ce pour deux motifs. Le premier d’entre eux est la signification attribuée à la ligne qui sépare les Régions administratives, ne s’agissant pas de n’importe quelle ligne mais d’un tracé international (entre le Brésil et la France), intercontinental (entre l’Amérique du Sud et l’Europe), entre de grands marchés économiques globaux (le Mercosul et l’Union Européenne), entre langues (le portugais et le français) et entre provinces de différents statuts (l’État fédératif de l’Amapá et le département d’outre-mer de la Guyane française).

34Le second motif se réfère exactement à la contradiction fondée par cette ligne, car toutes ces conditions requises de présentation internationale et continentale deviennent fragiles devant la réalité vécue. Seule une force est nécessaire pour démontrer toute la pompe attribuée à cette ligne : la force des relations socio-spatiales.

35C’est face à un tel scénario que région avec un « r » et Région avec « R » se rencontrent et s’opposent, permettant un débat particulièrement intéressant autour de la régionalisation fondée sur les relations homme-milieu, dans une mise en perspective des régions géographiques et des Régions en tant que méso-entités politico-administratives.

36Dans le contexte de la frontière, la région construite par les pratiques sociales est marquée par la circulation des communautés et groupes sociaux entre différents points sur les marges du fleuve. Ainsi, il est courant d’entendre dans les discours des personnes des allusions à la « région de la frontière » ou encore à la « région de l’Oyapock », pour désigner l’ensemble des groupes sociaux et d’espaces autour du bassin du fleuve Oyapock. Considérant qu’au fil du XXe siècle cette région ne possédait pas d’accès facile à d’autres zones urbaines et que les lignes administratives ne possédaient pas de contrôle formel, les liens régionaux se sont établis facilement en l’absence de limites frontalières officielles.

37Actuellement, toutefois, avec le durcissement du contrôle frontalier et l’ouverture d’accès routiers pavés pour les capitales des États/départements, on observe un renforcement des échelles nationales pour forger de « nouvelles régionalisations », à travers lesquelles chaque côté de la frontière devrait se régionaliser en relation avec les Régions politico-administratives, plutôt que dans des liens régionaux dépassant les entités administratives et étatiques.

38Ce processus inaugure un scénario extrêmement intéressant pour les études régionales, car il existe deux forces régionales en concurrence sur les rives du fleuve Oyapock : la force de cohésion, tentant de maintenir la « région » basée sur les liens entre communautés locales, et la force de répulsion, tentant de pousser chaque limite de la frontière vers la « Région » administrative de chacune des capitales respectives. Afin que cette deuxième forme de régionalisation soit possible, la ligne administrative a été endurcie, afin de limiter la régionalisation basée sur les échanges entre communautés des différents pays.

39À partir de ce contexte, cette expérience de recherche présente les dynamiques de l’ancienne et de la nouvelle régionalisation, la première basée sur la région oyapockoise et la seconde sur la Région administrative (Amapá et Guyane). Les deux se produisent en même temps, par différentes stratégies, la deuxième s’appuyant sur les intérêts des politiques officielles et tentant de diminuer l’importance de la première afin d’élargir la formalisation. Avec ce processus, apparaît également le phénomène de « nationalisation des territoires », c’est-à-dire, l’assimilation de Saint-Georges à la France et de la ville Oiapoque comme intégré au Brésil. Ainsi, région et Région cohabitent dans un environnement complexe auquel participent diverses échelles et réseaux d’acteurs associés au fonctionnement régional.

La région comme catégorie géographique fortement liée à la terre et aux questions foncières

40Tout au long de la recherche, on a exposé la région comme catégorie tant symbolique que matérielle. Concernant cette dernière dimension, c’est la terre qui caractérise la matérialité de la région et sa présence dans la vie des personnes. Elle représente depuis les espaces de vie jusqu’au droits d’usage et de propriété sur le milieu.

41La terre est également un dispositif qui révèle des disputes historiques établies par le Brésil et la France pour la démarcation de la frontière de l’Oyapock, signalant des éléments de concrétisation de la mémoire et l’exercice du pouvoir.

42Un fait encore plus révélateur pour penser le rôle de la terre dans la dynamique régionale oyapockoise a été révélé par la double dimension de la nature, tant dans son rôle physique que social. Dans cette perspective, le dialogue régional s’est montré puissant pour soulever des dimensions physiques et humaines de la région frontalière, prenant la géographie comme source de connaissance pour laquelle les deux dimensions sont intégrées et indissociées (Guyane/Assemblé, 2012).

43Il est nécessaire de souligner que le terrain d’étude de la frontière de l’Oyapock a encore permis d’analyser la manière dont la question foncière est présente dans la dynamique régionale, en marquant des hiérarchies relatives à la propriété des terrains pour le travail et le logement. On en conclut alors que la question foncière sera au centre de la crise de la propriété, à la frontière franco-brésilienne, durant les prochaines années, dans la mesure où de nombreuses familles d’origine brésilienne, qui ne possèdent pas de droit de travail et de logement sur le territoire guyanais, possèderont des maisons ou des terrains à Saint-Georges de l’Oyapock. Ainsi, l’actuel moment de rupture avec la logique de fonctionnement transnational historiquement établie gère une crise de la propriété, fortement questionnée par les habitants et fruit de divers conflits – certains déjà passés ou en cours, ainsi que d’autres qui s’annoncent.

Image 2 – zone rurale à Saint-Georges de l'Oyapock

Source : Nonato Junior (2016)

44Au dilemme foncier s’ajoute le fait que la majorité des terres appartiennent au pouvoir public – aux deux États ou bien à d’autres unités administratives qui ne sont pas rattachées à la frontière – les habitants ressentant un sentiment de « pénurie » de terre utile (Guyane/Syndicat, 2012). Enfin, les différentes bureaucraties exigées à chaque échelle impliquée dans la propriété des terres publiques rendent la situation difficile, il n’y a pas de compréhension locale par rapport aux procédés et manières de résoudre le dilemme foncier de la frontière.

Les villes en tant que « nœuds » du réseau régional et leurs « points nodaux » agissant sur l’influence, l’articulation, la dynamisation et la médiation des relations homme-milieu

45Les villes de Saint-Georges de l’Oyapock, côté guyanais, et Oiapoque, côté brésilien, jouent un rôle important dans la régionalisation, agissant comme les centres polarisants du réseau de groupes sociaux qui vivent sur les rives du fleuve Oyapock. Ainsi, les villes ont un rôle de « nœud » pour le réseau, c’est-à-dire comme un point de conversion et de convergence entre différents publics, acteurs politiques et projets transfrontaliers. De ce point de vue, la notion de nœud se base sur le concept de Vidal de La Blache (1922), autrement dit la nodalité exercée par les villes sur les contextes régionaux, ces villes devenant des points de rencontre, de convergence, de conflit, d’échange, de médiation entre différents acteurs et instances impliqués dans la dynamique d’une région.

Image 3 – Centre de Saint-Georges de l'Oyapock (France)

Source : Nonato Junior (2016)

Image 4 – Centre de la ville de Oiapoque (Brésil)

Source : Nonato Junior (2016)

46Dans les villes de la frontière franco-brésilienne, il est encore nécessaire de souligner le rôle de villes-jumelles, ce qui signifie que le fonctionnement de l’une est directement impliqué dans l’existence de l’autre. Cette condition de supposées « jumelles » se reflète sur l’utilisation que les gens font des villes, utilisant l’une comme une extension de l’autre, chacun cherchant les services, produits, travaux ou opportunités qu’ils ne trouvent pas sur la rive du fleuve opposée. De cette façon, les villes sont le vecteur d’une circulation régionale entre différentes communautés riveraines, régions rurales et centres urbains.

47Actuellement, le durcissement du contrôle frontalier a modifié ce scénario, créant une crise de la situation articulatoire que les villes exercent sur le flux régional du bassin de l’Oyapock. Quoi qu’il en soit, le « nœud » exercé par les villes ne disparaît pas, il se reconfigure dans le réseau régional, s’adaptant aux arrangements qui doivent être réalisés dans un contexte plus formel. De toutes les façons, « l’intensité » du contact entre les deux villes ne diminue pas mais la nature de ce contact a fortement changé, passant d’une articulation qui repose sur les nécessités à une articulation fondée sur les nationalités. Il sera nécessaire d’observer, à l’avenir, si les villes de Saint-Georges et d’Oiapoque pourront toujours être désignées comme « jumelles » ou simplement « voisines ». Les prochaines décennies le révèleront.

Les asymétries du développement régional au cœur des problématiques transfrontalières

48Face à l’abandon historique, la frontière franco-brésilienne s’est positionnée comme déficitaire en termes de développement socioéconomique. La recherche de terrain conclut que les problématiques de développement économique et social sont parmi les principales questions qui mobilisent le débat populaire à la frontière oyapockoise. En soulevant des thématiques relatives aux conditions de vie locales et aux habitants, on perçoit qu’il s’agit d’une thématique fortement mobilisatrice, provoquant chez les gens de longues conversations et beaucoup d’indignations.

49Un point important du débat se réfère au scepticisme de la population en ce qui concerne les politiques dites de développement régional. Les habitants relatent que les politiques désignées comme étant sous l’égide des développementistes sont présentes dans toute l’histoire de la frontière, mais que peu ou presque aucune n’a été faite dans le but d’améliorer les conditions de vie locales. Le regard porté sur de telles politiques fondées sur les nécessités externes est qu’elles sont peu engagées en ce qui concerne les besoins locaux. Les habitants soulignent encore que les situations basiques, qui sont en règle générale banales dans les deux pays concernés, demeurent encore un mythe pour certains groupes sociaux de la frontière. Tel est le cas, par exemple, de l’accès à l’énergie électrique, d’internet, de l’eau potable et du réseau d’assainissement.

50Des témoignages des locaux, se détache également l’idée, récurrente, que les conditions de vie à la frontière devraient jouir d’une attention particulière de la part du Brésil et de la France, d’autant qu’il s’agit d’une frontière très importante du point de vue politique. Le mécontentement local et les problématiques sociales et économiques se sont réveillés ces dernières années, en raison du contrôle frontalier.

51En fragilisant le réseau d’échanges régionaux à partir du contrôle frontalier, le Brésil et la France ont fini par accentuer la problématique sociale, or ce fait est pris comme un ultimatum par les habitants locaux, faisant croitre le mécontentement et les problématiques socioéconomiques, qui certes étaient déjà existantes, mais moins latentes. En outre, l’intensification du contrôle frontalier a également généré le départ forcé de nombreux habitants brésiliens du territoire guyanais, créant des « poches de logement misérables » du côté brésilien, comme c’est le cas du quartier de Vila Vitória.

52Ainsi, les problématiques contemporaines de développement sont directement liées à la crise régionale. Le peu d’équilibre social qui existait antérieurement était basé sur les échanges régionaux qui, se trouvant modifiés, ont généré des turbulences sociales et économique. Il est marquant de constater l’existence de comparaison constante dans les témoignages des personnes. En citant la thématique du développement, sont systématiquement comparés : le passé et le présent ; la France et la Guyane ; l’Amapá et le Brésil ; la frontière et la capitale des provinces.

53En ce qui concerne les politiques contemporaines de développement adjectivées comme régionales, les habitants se montrent méfiants quant aux deux termes. Ils questionnent la possibilité de « développement » en rappelant la précarité des conditions sociales existantes et l’historique des projets non réalisés, et se méfient du terme « durabilité » en argumentant qu’une société durable n’est pas possible là où il n’y a pas de développement social selon des niveaux minimaux nécessaires, et là où aucune réponse n’est véritablement apportée pour les questions vitales comme le travail, l’alimentation et l’égalité des droits humains (en particulier pour ce qui concerne les différences de statuts à la frontière)

54 Sur ce dernier point, il faut souligner que les asymétries de développement ne sont pas questionnées seulement au niveau vertical (entre frontières et pays), mais également au niveau horizontal (entre les deux rives du fleuve). La municipalité d’Oiapoque questionne énormément les différences de conditions de vie et se plaint auprès de l’État brésilien, lui faisant valoir la structure minimum de services publics, d’urbanisation et de présence de l’État qui existe à Saint-Georges et devrait également exister du côté brésilien. Elle montre que le clivage entre les deux communes augmente suite au renforcement du contrôle frontalier, privilégiant le côté français qui utilise la main-d’œuvre brésilienne à très bas coût, reçoit des valeurs en euros et dépense en reais. Il existe un très fort mécontentement des habitants autour de l’absence de positionnement de l’État brésilien en ce qui concerne l’égalité de statut frontalier.

« Bref, quel horizon ? » La dynamique régionale actuelle vers une reprise de la perspective en réseau du complexe géographique

55Le concept de complexe géographique, comme le pensait Pierre Monbeig, est pionnier, dans le sens où il aborde la conception de région géographique en tant que réseau d’articulation entre divers facteurs humains et physiques (Théry et Droulers, 1991 ; Dantas, 2009). Durant le terrain de recherche réalisé à la frontière de l’Oyapock, il nous a été possible d’observer qu’un tel concept se montre toujours très puissant pour l’analyse des processus régionaux contemporains. Alors, la région est à la fois une entité collective et individuelle.

Figure 1 - La région, une entité collective et individuelle

Source : Paasi (1986)

56Ainsi, le complexe géographique s’articule comme un cadre théorique pour représenter la réalité de la région oyapockoise, puisque certains de ses principaux questionnements sont présents comme des éléments qui composent le réseau régional (Human Agency): relations homme-milieu, paysages physiques et culturels, pratiques institutionnelles et expérience comme lignes d’articulation régionale.

57Á partir de la frontière franco-brésilienne, il a également été possible de dialoguer avec des perspectives contemporaines qui mettent en mouvement l’idée de complexité en géographie, au moyen du concept de réseaux. Les réseaux marquent l’existence de la région oyapockoise puisqu’elle est le résultat de réseaux de circulation, de parenté, d’extraction et d’utilisation des ressources naturelles, de logement, de propriété et de travail (Brunet, 1972).

58De cette manière, ce qui définit le mieux la région étudiée, ce ne sont pas les limites visibles mais les réseaux d’articulations humaines, environnementales, politiques et sociales qui la composent. La région montre alors un double mouvement : d’un côté, il est en lien avec l’interprétation régionale de la géographie complexe de Monbeig, tournée vers le partage des modes de vie entre habitants et vers la relation homme-milieu comme base de la dynamique entre les groupes sociaux qui cohabitent à la frontière. D’un autre côté, il se tourne également vers le débat contemporain sur les réseaux régionaux lorsqu’ils représentent des espaces multiscalaires disputés par des acteurs différents et dans des conditions inégales, soumis à des forces politiques externes qui composent le « puzzle » formant la nouvelle lecture des transformations géographique des régions. Ainsi, le complexe géographique doit penser la région comme un espace à échelles multiples, marquées par les disputes entre forces différentes et inégales.

59La région oyapockoise est aussi un intéressant laboratoire pour discuter une des questions les plus polémiques au sujet des régions contemporaines : sa cohabitation avec de multiples échelles. Au cours de cet article, on a souligné la présence multiscalaire de la région de la frontière franco-brésilienne, que l’on peut observer dans pratiquement toutes les actions et instances quotidiennes. Les fluctuations du revenu local sont basées sur l’échange monétaire entre euro et réal. La commercialisation aussi implique des marchandises provenant d’Europe, du côté français, qui font évoluer les prix locaux, en introduisant des produits et des tranches de prix différenciés de la réalité amazonienne.

60Diverses actions quotidiennes telles que planter, couper des arbres ou construire des maisons sont aussi soumises à l’interférence de nombreuses échelles qui ont un impact sur des associations d’habitants des deux rives de la frontière, des parcs écologiques locaux, des gouvernances municipales ou même jusqu’à l’Union Européenne qui exerce la législation sur toutes les normes agricoles et extractivistes, ainsi que sur le logement dans le territoire français.

61 Ainsi, la région oyapockoise est plus qu’un espace bilatéral puisqu’il s’agit d’un territoire transnational et transcontinental sur lequel se conjuguent règles, habitudes et demandes de différentes échelles. De telles règles sont si ancrées dans les actions quotidiennes qu’il s’avère difficile de connaître leur origine ou de déterminer qu’une telle situation appartient exclusivement aux demandes françaises ou brésiliennes, populaires ou gouvernementales (Rius, 2011); en effet, chaque agent politique finit par adopter les idées et procédés des autres. Les échelles apparaissent en groupe, mélangées, chacune d’elles étant seulement une manifestation différenciée d’une même réalité. Comme dans une pelote aux nombreuses lignes dont les couleurs sont différentes, chacune des lignes gardent une couleur originale, mais quand elles sont très emmêlées, les couleurs apparaissent ensemble et il devient difficile de les différencier ou de montrer où commence et termine l’une d’entre elles.

62 Dans ce cas, le fait que les échelles soient imbriquées ne signifie pas qu’elles bénéficient du même statut de pouvoir. Les luttes entre échelles sont des luttes entre différents agents dont les forces sont inégales. Dans le jeu mené entre échelles, on perçoit de vastes transformations des institutions de base, organisations populaires et gouvernances locales afin de s’adapter à de nouvelles impositions des échelles externes. Dans le cas de la frontière franco-brésilienne, il est nécessaire de souligner que l’on ne peut pas parler d’échelles nationales sur un plan d’égalité : en effet les actions du Brésil et de la France sont très différentes. Alors que l’on perçoit dans la façon d’agir brésilienne la marque de l’omission, les pouvoirs publics brésiliens étant même incapables de construire les travaux accordés il y a plus de dix ans, on constate que la France joue le rôle de protagoniste dans les transformations politiques officielles dans la frontière. Ce sont les politiques et les acteurs de l’État français qui matérialisent les stratégies de contrôle frontalier, en imposant des règles nationales et internationales aux espaces locaux et en « nationalisant » la rive guyanaise de l’Oyapock, contribuant à la « stigmatisation » de la rive opposée.

63 Ainsi, qu’il s’agisse des échelles horizontales ou verticales, les transformations de la frontière reflètent la lutte entre agents de forces inégales, impliquant la subordination et l’adaptation des intérêts populaire au profit des intérêts du capital externe, ou encore induisant des accords géopolitiques réalisés au détriment des intérêts des habitants locaux.

Conclusions « Quelles régions ? »

64En somme, l'horizon analysé à partir de cette recherche nous permet de regarder vers certaines réflexions :

65La région est un concept qui établit un lien avec la réalité vécue, étant le découpage spatial que les gens emploient pour attribuer une territorialité : « je suis né dans cette région », « je connais bien cette région », « ils sont d’une autre région ». Il est intéressant d’observer que le paramètre de découpage en unités spatiales n’est aucunement lié à un type d’unité administrative spécifique, mais plutôt à un usage de l’espace. Il peut s’agir de groupes de communautés, de villes, de villages, de quartiers, de réseaux territoriaux, de réserves écologiques ou de lieux historiques. Toutes ces unités peuvent ou non faire partie de divisons administratives qui démarquent officiellement la régionalisation sur le plan politique.

66En outre, le concept de région est un dispositif essentiel pour analyser la réalité géographique, car la géographie prise dans une dimension mondiale n'est pas homogène et les différentes aires géographiques du globe se régionalisent en fonction des usages du territoire, des techniques employées et des expériences vécues par les individus.

67La région est une mosaïque de « mondialités » et de « localités », combinées aux flux des arrangements spatiaux. Les études régionales nous enseignent que les régions se constituent telles des mosaïques formées par des actions géographiques locales et politiques, des projets et produits mondiaux. Ainsi, dans chaque configuration régionale s’établit un jeu de combinaisons entre « je » et « l’autre », chacun de ces agents ayant une part de l’autre en lui, ce qui fait que le général et le spécifique se réalisent simultanément, même s’ils ne se dissolvent pas pleinement l’un dans l’autre, se combinant plutôt en mosaïque.

68La région est un concept qui, entre autres choses, évoque une lecture politique de la réalité spatiale. Elle permet de rendre visibles des différences territoriales entre peuples et cultures, et suscite une analyse des combinaisons qui conduisent la société à s'organiser dans l'espace, face à l'inégalité des conditions matérielles et économiques. Elle est aussi politique, dans la mesure où elle met en évidence d'autres forces agissant dans l'espace, au-delà de la seule globalisation.

69L’analyse régionale est une méthode pour provoquer la lecture des réseaux, articulations et trames de la région. Cette stratégie classique cartographie la région à partir d’une étude des dynamiques régionales, combinée à l’analyse de la situation (Monbeig, 1957), qui traite des actions, échelles et acteurs influençant la délimitation des structures et lignes des réseaux régionaux. Depuis quelques temps, la méthode de l’analyse régionale se trouve revitalisée par l’observation, la lecture et l’interprétation des découpages géographiques, des tensions et arrangements entre échelles locales et globales (Le Tourneau, 2013; Nonato Junior, 2016; Oliveira, 2019). Pour ce faire, la méthode de l’analyse régionale peut se déployer sur différents fronts : des procédés documentaires, capables d’élucider les processus normatifs qui induisent, caractérisent ou interfèrent sur les dynamiques régionales ; des procédés du terrain, capables de mener une observation, un repérage, une description, une discussion, une appréciation et une analyse de la réalité ; des procédés de laboratoire, à travers lesquels les études régionales s’appuient sur les nouvelles technologies spatiales pour le travail en SIG, les dispositifs mobiles, la géostatistique, les indicateurs, la cartographie spécialisée et la modélisation graphique. Ainsi l’analyse régionale est-elle aussi une stratégie théorico-méthodologique pour discuter des limites, des porosités et des transformations relatives aux manières de comprendre le phénomène régional, à partir de problématiques et de techniques actuelles.

70La région en tant que catégorie provoque une actualisation épistémologique de la science géographique. Concept tant de fois sujet à polémiques en géographie, la région est devenue un instrument important pour l’analyse des limites et des potentialités propres à l’objet de cette science. De la sorte, étudier la région revient à analyser le monde entier à partir des expériences vécues sur une partie du globe, en sondant les systèmes d’objets et d’actions géographiques, ainsi que les flux et les contraintes pesant sur la spatialité. Dans cette perspective, l’objet de la géographie est alimenté par la diversité des lectures, analyses et vécus qui s’insèrent dans les nouveaux arrangements spatiaux que représentent les régions dans le monde contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Brunet, Roger. Pour une théorie de la géographie régionale. La pensée géographique contemporaine. Mélanges offerts à André Meynier, Rennes, Presses Universitaires de Bretagne : 649-662, 1972.

Brunet, Roger ; Ferras, R., Théry, Hervé. Les mots de la Géographie. Montpellier/ Paris: Réclus/ La documentation française, 1992.

Claval, Paul. Géographie Régionale: de la région au territoire. Paris: collection U, Armand Collin, 2004.

Dantas, A. «  Monbeig e a noção de complexo geográfico ». Revista Confins. Nr. 07, 2009. Disponível em : http://confins.revues.org/6091
DOI : 
10.4000/confins.6091

D’Hautefueille, M. B. Entre marge et interface : recompositions territoriales à la frontière franco-brésilienne (Guyane/Amapa). Thèse de Doctorat à l’Université Antilles-Guyane, dans le cadre de l’École pluridisciplinaire (Pointe-à-Pitre). Cayenne, 2012. Disponível em : http://www.theses.fr/2012AGUY0504

Droulers, Martine. Brésil: une Géohistoire. Paris : PUF, 2001.

Frémont, A. Região, espaço vividoCoimbra: Almedina, 1986.

Gilbert, A. The new regional geography in English and French-speaking countries. Progress in Human Geography, vol, 2, n. 2, 1988.

Girard, N. La région: une notion géographique? Revue ethnologie française, vol. 34, 2004.

Girault, René; Frank, Robert. Relations internationales contemporaines. T. 1. Paris: Masson, 1985.

Granger, Stéphane. Guiana francesa, um território europeu e caribenho em via de “sul-americanização” ? Revue Confins [Online], nº 4, 2008. Acesso em: novembro 2012. Disponível em: http://confins.revues.org/5003

Grenand, Françoise. Enjeux de territoire sur une frontière méconnue. Revue Confins n. 16, 2012. Acesso em: novembro 2012. Disponível em: http://confins.revues.org

Guyane/Assemblé des Députés. Lettre ouverte au président de la république. Objet : statut frontalier. Cayenne, 13 janvier 2012.

Guyane/Syndicat des Jeunes Agriculteurs. Guide de l’agriculteur guyanais. Réalisé par Syndicat des Jeunes Agriculteurs de Guyane et Agence de Services et de Paiement. Cayenne, 2012.

Haesbaert, R. Regional-GlobalDilemas da Região e da Regionalização na Geografia Contemporânea. Rio de Janeiro: Bertrand Brasil, 2010.

Haesbaert, R; Pereira, S. N. ; Ribeiro, G. Vidal, Vidais: textos de Geografia Humana, Regional e Política. Rio de Janeiro: Bertrand Brasil, 2012.

Hauer, Joost. What about regional geography after structuration theory? In: Johnston, R. J. et al. Regional Geography. Routhledge, 2014.

Hoelkveld, Gerard A. Regional Geography must adjust to new realities. In: Johnston, R. J. et al. Regional Geography. Routhledge, 2014.

Insee/ Institut national de la statistique et des études économiques. Données statistiques 2010. Acesso em maio 2012. Disponível em : <www.insee.fr>

Insee/ Institut national de la statistique et des études économiques. Données physiques : hidrographie, 2011. Acesso em julho 2013. Disponível em : <www.insee.fr>

Johnston, R. J.; Houer, J. Hoekveld, G.A. Regional Geography: current development and future prospects. Routhledge, 2014.

Le Tourneau, François-Michel. Le Jari, geohistoire d’un grand fleuve amazonien. Rennes, presses universitaires de Rennes, 2013.

Le Tourneau, François-Michel; Droulers, Martine. Amazonie brésilienne et développement durable. Paris : Belin, 2010.

Lencione, S. Região e Geografia. São Paulo: EdUSP, 1999.

Lessa, Antonio Carlos. O sistema político francês contemporâneo: em busca da normalidade. In: França: Visões Brasileiras.1 ed.Brasilia : Ministério das Relações Exteriores/Instituto de Pesquisa de Relações Internacionais, 2004, p. 133-164.

Marston, Sallie A. The social construction of scale. Progress in Human Geography 24-2. Arizona University, 2000. p. 219-242.

Monbeig, P. Novos estudos de Geografia humana brasileira. São Paulo : difusão européia do livro, 1957.

Nonato Júnior, R. « La France et le Brésil le l’Oyapock ». Revista Confins, n. 24, abr. 2015. Disponivel em : confins.revues.org/10316

Nonato Junior, R. Géographie Régionale de la frontière Brésil-France : la tension entre régionalisation et internationalisation de l'espace oyapockois. Thèse de doctorat en Géographie à l'Université Sorbonne Paris Cité (Université Paris 3). Paris : France, 2016.

Nonato Junior, R. « Geografia Regional em tempos de globalização: experiências da fronteira França-Brasil », Confins [En ligne], 26 | 2016, mis en ligne le 15 juillet 2016b.

Paasi, A. « The Region, identity, and power ». Procedia Social and Behavioral Sciences, 14 (9–16), 2011.

Paasi, A. Region and Place: regional identity in question. Progress in Human Geography, vol. 27, n. 4, 2003.

Paasi, A. The institutionalization of regions: a theoretical framework for understanding the emergence of regions and the construction of regional identity. Fennia, 164-1, 1986. Pp. 105-146.

Rius, Mireille. Saint-Georges de l’Oyapock, un méso-tope en mutation. Publication AUDEG – Agence d’Urbanisme et Développement de la Guyane/ série « Territoires », juin 2011.

Santos, Milton. Técnica, espaço, tempo: globalização e meio técnico-científico informacional. São Paulo: Hucitec, 1994.

Silva, G. V. A cooperação transfronteiriça entre Brasil e França: ensaios e expectativas neste século XXI. Rio de Janeiro, 2015. Tese (Doutorado em Geografia) - Programa de Pós-Graduação em Geografia. Universidade Federal do Rio de Janeiro.

Théry, Hervé; MELLO, Neli Aparecida. Atlas do Brasil – disparidades e dinâmicas do território. São Paulo: EDUSP, 2009.

Théry, Hervé. France-Brésil : un pont géopolitique [on line]. Acesso em : juin 2011. Disponível em : www.diploweb.com/spip.php?article799

Théry, Hervé ; Droulers, Martine. Pierre Monbeig, un géographe pionnier. Coleção Travaux et Mémoires. Paris, IHEAL,  1991.

Thrift, N. For a new regional geography. Progress in Human Geography. Vol. 3, 1993.

Vidal de La Blache, P. Les genres de vie dans la géographie humaine. Annales de Géographie, v. 20, n. 112. p.289-304, 1911.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : Nonato Junior (2016)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/27639/img-2.png
Fichier image/png, 399k
Crédits Source : Nonato Junior (2016)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/27639/img-4.png
Fichier image/png, 456k
Titre Image 1 – habitation dans un quartier populaire de la frontière
Crédits Source : Nonato Júnior (2016)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/27639/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Crédits Source : Nonato Junior (2016)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/27639/img-7.png
Fichier image/png, 1013k
Crédits Source : Nonato Junior (2016)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/27639/img-9.png
Fichier image/png, 978k
Crédits Source : Nonato Junior (2016)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/27639/img-11.png
Fichier image/png, 822k
Crédits Source : Paasi (1986)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/27639/img-13.png
Fichier image/png, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raimundo Nonato Junior, « La géographie et la question régionale : le complexe géographique entre régionalisation et internationalisation de l'espace »Confins [En ligne], 44 | 2020, mis en ligne le 22 mars 2020, consulté le 21 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/confins/27639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.27639

Haut de page

Auteur

Raimundo Nonato Junior

Universidade Federal do Rio Grande do Norte (UFRN-Natal)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search