Navigation – Plan du site
Imagens comentadas

Métastabilité des structures spatiales de la répartition de la population : l’exemple de Madagascar

Metastabilidade das estruturas espaciais da distribuição da população: o exemplo de Madagascar
Metastability of the spatial structures of the population distribution: the example of Madagascar
François Moriconi-Ebrard

Entrées d’index

Index géographique :

Madagascar
Haut de page

Texte intégral

  • 1 OCHA, données vectorielles mises à disposition gratuitement sur le site humanitaire : https://data. (...)
  • 2 Pierre Gourou, Les paysans du delta tonkinois, Paris, EFEO, 1936
  • 3 François Moriconi-Ebrard, « Une géographie du Brésil en 3 dimensions », Confins n°40, 2019, https:/ (...)

1La mise à disposition de la cartographie administrative de Madagascar à l’occasion de la préparation du recensement de 20181 permet pour la première fois de représenter la densité du pays à partir d’une maille constituée par 17 953 fokontany, des entités d’environ 33 km2 et 1 470 habitants en moyenne. Elle permet de mettre en évidence les grands foyers du peuplement. Comme sur le continent africain, ces derniers correspondent aux Hautes-Terres et semblent être le résultat d’un processus multimillénaire d’accumulation lié à des conditions agricoles et sanitaires d’altitude favorables à l’établissement humain depuis le début du Néolithique. Cette logique est inverse à celle de l’Asie, où la population se concentre dans les plaines2, tandis que le peuplement du Brésil combine les deux logiques3.

Figure 1 Densité de la population en 2018 et 1945

Figure 1 Densité de la population en 2018 et 1945
  • 4 De Martonne, Éd. “LA DENSITÉ DE LA POPULATION A MADAGASCAR.” Annales de Géographie, vol. 20, no. 10 (...)
  • 5 Gourou Pierre. La population de Madagascar. In: Annales de Géographie, t. 54, n°296, 1945. pp. 299- (...)
  • 6 Base de données Geopolis/Africapolis. OCDE, https://africapolis.org/home

2La comparaison de la carte de 2018 avec les études de deux grands maîtres de la géographie française, Emmanuel de Martonne (1873-1955) et Pierre Gourou (1900-1999), publiées respectivement en 19114 et 19455, montre l’extrême stabilité des inégalités de la répartition spatiale des densités humaines, dans ce pays qui reste en 2020 l’un des dix plus pauvres du monde en termes de PIB/habitant, les moins développés en termes d’IDH et les moins urbanisés6. La littoralisation initiée à l’époque coloniale n’a pas changé significativement la répartition des grandes masses démographiques.

  • 7 IBGE. Memória. Sínteses históricas ; históricos dos censos demográficos https://memoria.ibge.gov.br
  • 8 Jacques Dupâquier, Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988

3Rappelons que la population de Madagascar a été multipliée par 12 depuis 1900 soit approximativement comme au Brésil7. Depuis 1945, elle a été multipliée par 7,2, soit l’équivalent entre la France actuelle et… celle de Charlemagne8 !

Figure 2 Densité de la population de Madagascar selon Emmanuel de Martonne (1911)

Figure 2 Densité de la population de Madagascar selon Emmanuel de Martonne (1911)

Métastabilité des structures spatiales de la répartition de la population

4Trouver des données démographiques finement réparties sur l’Afrique a toujours représenté une véritable gageure pour les géographes. Contrairement au Brésil, l’espace politique est morcelé en 56 États indépendants, plus ou moins avancés du point de vue des sources de données disponibles. Côté cartographie, beaucoup de pays n’ont pas encore géoréférencé leur cadastre, de sorte que la cartographie des découpages administratifs est approximative, voire inexistante. Côté dénombrements ou recensements de la population, les sources sont sporadiques et renvoient à différentes années selon les pays. Or, la fréquence des mises à jour des données est d’autant plus nécessaire que la croissance démographique globale dépasse les 2,6% annuels (0,75% au Brésil). La population de l’Afrique a été multipliée par 13 entre 1900 et 2020, une augmentation du même ordre que celle du Brésil, qui a été multipliée par 12. Mais pour autant, la répartition relative du peuplement change-t-elle radicalement ?

La densité des Hautes-Terres

5La carte de la densité montre tout d’abord que les régions de plus forte densité épousent les contours des Hautes Terres de l’intérieur. Cette répartition est caractéristique de l’Afrique continentale, dont les principaux réservoirs démographiques deviennent à partir du Néolithique, le massif Éthiopien, la région du Rift et des Grands Lacs, les Hautes-Terres du Cameroun et l’intérieur du Nigéria. Ces réservoirs démographiques sont essentiellement ruraux. En zone tropicale, leur densité élevée s’explique par les performances de l’agriculture et aux meilleures conditions sanitaires des populations qui prévalent dans les zones d’altitudes, moins sujettes aux parasites et aux infections endémiques que les zones basses. Cette logique spatiale s’oppose radicalement à celle de l’Asie, où, comme le notait dès 1936 Pierre Gourou, les fortes densités se concentrent au contraire au fond des vallées, dans les plaines et les deltas. Cette logique prévaut du Pakistan à la Chine du nord-est, au Japon, aux Philippines et en Indonésie, délaissant les pentes et les montagnes. Le peuplement du Brésil, pour sa part, procède historiquement d’une double logique d’appropriation par le bas et par le haut.

La métastabilité des inégalités spatiales

6La rapidité de la croissance démographique implique une multitude de défis dans des domaines aussi variés que l’économie, l’épuisement des ressources agricoles, la protection de l’environnement naturel, l’urbanisation et les migrations. Les recensements nationaux de la population de Madagascar précédents dataient de 1975 et de 1993, mais seule la répartition par cantons et communes était cartographiable, soit des entités de 10 à 15 fois plus vastes. Toutefois, en 1945, Pierre Gourou avait réussi à dresser une carte précise des densités, à partir de données administratives coloniales (Gourou Pierre. « La population de Madagascar ». In: Annales de Géographie, t. 54, n°296, 1945. pp. 299-301). Dans son article, l’article cite une étude française encore plus ancienne, celle d’Emmanuel De Martonne.

7On constate donc qu’à Madagascar les inégalités de la répartition spatiale de la population n'ont globalement guère été modifiées. Même si, à l’époque coloniale, quelques villes se sont développées à proximité du littoral, l’urbanisation des littoraux n’a pas réussi à inverser la carte.

Haut de page

Notes

1 OCHA, données vectorielles mises à disposition gratuitement sur le site humanitaire : https://data.humdata.org/dataset/madagascar-administrative-level-0-4-boundaries [consulté 10/ 2019]

2 Pierre Gourou, Les paysans du delta tonkinois, Paris, EFEO, 1936

3 François Moriconi-Ebrard, « Une géographie du Brésil en 3 dimensions », Confins n°40, 2019, https://journals.openedition.org/confins/20060

4 De Martonne, Éd. “LA DENSITÉ DE LA POPULATION A MADAGASCAR.” Annales de Géographie, vol. 20, no. 109, 1911, pp. 77–85., www.jstor.org/stable/23437451. Accessed 14 2020).

5 Gourou Pierre. La population de Madagascar. In: Annales de Géographie, t. 54, n°296, 1945. pp. 299-301

6 Base de données Geopolis/Africapolis. OCDE, https://africapolis.org/home

7 IBGE. Memória. Sínteses históricas ; históricos dos censos demográficos https://memoria.ibge.gov.br/

8 Jacques Dupâquier, Histoire de la population française, Paris, PUF, 1988

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Densité de la population en 2018 et 1945
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/29873/img-1.png
Fichier image/png, 335k
Titre Figure 2 Densité de la population de Madagascar selon Emmanuel de Martonne (1911)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/29873/img-2.png
Fichier image/png, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Moriconi-Ebrard, « Métastabilité des structures spatiales de la répartition de la population : l’exemple de Madagascar », Confins [En ligne], 45 | 2020, mis en ligne le 31 mai 2020, consulté le 16 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/confins/29873 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.29873

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals