Navigation – Plan du site
Imagens comentadas

Des traces d’histoire française à Natal

Traços da história francesa em Natal
Traces of French history in Natal
François Weigel

Résumés

Cet article, qui s'appuie sur une séquence d'images, propose un parcours identifiant des traces d'histoire française dans la ville de Natal.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Natal, Aéropostale, culture régionale

Index by keywords :

Natal, Aéropostale, regional culture

Index géographique :

Natal (RN)

Índice de palavras-chaves :

Natal, Aéropostale, cultura regional
Haut de page

Texte intégral

1Le 25 décembre 1597, la troupe de Mascarenhas Homem et Jerônimo de Albuquerque, envoyée par le pouvoir portugais, expulse des bandes d’Indiens potiguars et de corsaires français qui s’étaient installés à l’embouchure du fleuve Potengi. Un fort, appelé « Fort des Rois mages » (voir figure 1), est construit à l’entrée du fleuve et, deux ans jour pour jour après l’expédition ayant chassé Indiens et Français, une première messe aurait été donnée pour la fondation d’une petite localité. Celle-ci s’appellera Natal, c’est-à-dire Noël, pour entretenir la symbolique d’une ville née lors du jour de la Nativité.

Fig. 1. Le Fort du Rio Grande do Norte

Fig. 1. Le Fort du Rio Grande do Norte

Gravure de Danvin, sur la base d’un original de Franz Post, se trouvant dans L'Univers. Histoire et description de tous les Peuples. Le Brésil (suivi de Colmbie et Guyanes, par M. C. Famin), Paris, Firmin Didot Frères, 1837, p. 338. (Libre de droits)

  • 1 Luís da Câmara Cascudo, História da cidade do Natal. Natal: EDUFRN, 2010 (1947), p. 39.

2Des corsaires français, commerçants de bibelots, trafiquants de bois-brésil et aventuriers en quête de gains faciles, troquant avec les Indiens et s’acoquinant parfois avec leurs femmes, auraient donc été les premiers à parler français sur les rives du Potengi, au long du XVIe siècle. Le bois-brésil avait d’ailleurs attiré des Français tout le long des côtes brésiliennes, et notamment dans la baie de Guanabara, où s’est ensuite construite Rio de Janeiro et où le prêtre André Thevet avait découvert les tropiques, embarqué dans l’aventure de Villegagnon, qui rêvait d’implanter une « France Antarctique » (voir figure 2). Sur l’actuel territoire de Natal, ces flibustiers venus du nord ont-ils apprécié le climat privilégié de ces terres de l’été permanent, copieusement arrosées lors de la saison des pluies, où le vent océanique tempère la chaleur et où le soleil, presque sans répit, inonde de lumière des paysages sublimes faits de mangroves sur les rives du fleuve, de dunes imposantes et de petits lacs d’eau douce amoncelés le long des côtes ? Se sont-ils baignés dans les piscines naturelles formées par des barrières de récifs ? Ont-ils admiré ces sites qui font aujourd’hui la renommée touristique de Natal – tels le Morro do Careca (mont du chauve), les dunes de Genipabu, la Barreira do Inferno (Barrière de l’enfer) ou encore les grands anacardiers, arbres à cajou qui surprennent le regard des visiteurs ? Ont-ils pu savourer des tapiocas avec des gingas (petits poissons grillés), cette recette des cultures indigènes qui est encore aujourd’hui un mets incontournable de la cuisine populaire, servi au bord de la mer, à Redinha ou à la Vila de Ponta Negra ? Difficle de se représenter leurs impressions, mais toujours est-il que, dans les mots de Luís da Câmara Cascudo (1898-1986), illustre intellectuel du Rio Grande do Norte, « la présence française, dans les alentours et sur le site même où allait naître la ville de Natal, était devenue régulière1 ».

Fig. 2. L’abattage du bois-brésil.

Fig. 2. L’abattage du bois-brésil.

Gravure se trouvant dans La Cosmopraphie Universelle (1575), d’André Thevet. Crédits : Domaine public, Bibliothéque nationale de Rio de Janeiro.

  • 2 Luís da Câmara Cascudo, No caminho do avião. Notas de reportagem aérea (1922-1933). Natal: EDUFRN, (...)

3Bien plus tard, dans les temps épiques des pionniers de l’aviation, la présence française à Natal allait connaître des heures plus glorieuses. Ville du Brésil la plus proche des côtes africaines, idéalement située pour des escales entre l’Amérique du nord et le cône sud du continent, Natal, par le biais de l’aviation, s’est élevée, au XXe siècle, comme une capitale régionale d’importance. Les marques historiques laissées par les Nord-Américains, qui durant la Seconde Guerre mondiale avaient établi une base de ravitaillement à Parnamirim, ville de la banlieue de Natal, sont bien connues des habitants et des historiens, mais peu de gens savent que les pistes d’aterrissage de Parnamirim étaient également celles, dans les années 1920, de la glorieuse Aéropostale, anciennement Latécoère, et qui plus tard fut reprise par l’État, donnant naissance à Air France (Voir figure 3). Selon Câmara Cascudo, toujours lui, la compagnie française « fut un grand levier initial ». Avec les vols, notamment, de Paul Vachet – qui aterrit le 18 juillet sur la plage des pêcheurs de la Redinha – et ceux de Dieudonné Costes et Jospeh Le Brix – qui, accueillis en triomphe, posèrent à Parnamirim le 14 octobre 1927, réparèrent une hélice, puis redécollèrent le 16 octobre pour poursuivre leur tour du monde par voie aérienne –, la compagnie française « popularisa l’avion à Natal. La figure de l’aviateur s’humanisa. Les oreilles s’habituèrent aux ronronnements rythmiques des moteurs2 ».

Fig. 3. Avion Laté 28 (photo prise en 1929), à Parnamirim.

Fig. 3. Avion Laté 28 (photo prise en 1929), à Parnamirim.

Crédits : collection famille Pranville-Negrin

  • 3 Joseph Kessel, Mermoz. Paris: Gallimard, 1965 (1938), p. 423.

4Même si les preuves manquent pour l’affirmer avec certitude, l’aviateur-écrivain Antoine de Saint-Exupéry aurait connu Natal en cette époque dorée de l’aviation. Surtout, la ville reste associée à l’un des plus grands noms de l’aviation internationale, Jean Mermoz, auteur de la première liaison aéropostale transatlantique par voie aérienne, de Saint-Louis du Sénégal à Natal, où il pose son hydravion sur le fleuve Potengi, le 13 mai 1930, repartant héroïquement et dans des conditions très difficiles, en juin, depuis la lagune du Bonfim. Cet exploit, aventure humaine autant qu’industrielle, a été magnifié par l’écrivain Joseph Kessel dans une biographie sobrement intitulée Mermoz (1938). Nul lieu, pour Mermoz, n’apaisait autant « la soif de son être » que lorsque, « après une longue et dure traversée, où parfois il avait effleuré cette mort à laquelle si souvent il pensait, il voyait au fond de la nuit océane s’allumer le phare des Rois Mages3 », porte d’entrée de Natal.

5Aujourd’hui, le lien entre Natal et les cultures de langue française semble se prolonger, d’une part, par la vocation touristique de la ville, qui reçoit des visiteurs du monde entier, et, d’autre part, par le dynamisme de l’enseignement du français, dans les écoles primaires et secondaires, à l’université fédérale, mais aussi à l’Alliance française, qui, proportionnellement, enregistre le plus grand nombre d’inscriptions sur l’ensemble du territoire brésilien. Devenue une importante agglomération de plus de 800 000 habitants, Natal peut compter sur un des meilleurs réseaux hôteliers du pays et sur une variété incroyable de restaurants, de qualité et, souvent, bon marché. On peut aussi bien y manger des plats typiques comme la carne de sol, viande salée traditionnelle que les vachers et cavaliers de l’intérieur emportaient avec eux pour parcourir de longs trajets, que des crevettes, langoustes et gambas, sans oublier une large palette de plats d’autres régions du Brésil et même du monde, Natal ayant accueilli ces dernières décennies des habitants de tous horizons.

Fig. 4. Natal, Ponta Negra.

Fig. 4. Natal, Ponta Negra.

Crédits : Kalliny Gomes

6Internationale, donc, Natal est également un point d’ancrage régional, porte d’entrée de l’agreste, zone humide arrosée par les pluies de l’Océan, et plus loin du sertão, zone semi-aride où une végétation d’arbustes épineux résiste à la sécheresse dans de vastes étendues aussi désolantes que majestueuses. La ville porte en elle toutes ces influences, qu’elles soient venues de près ou de loin. Les hautes tours aux baies vitrées et un mirador moderniste construit par Oscar Niemeyer y côtoient de charmantes églises, des palais de l’époque coloniale et de petites baraques de pêcheurs ; les grandes avenues commerciales ou encore le bazar si agité et coloré du quartier d’Alecrim contrastent avec le calme de la nature, un parc de dunes au cœur de la ville ainsi qu’une voie côtière qui longe un littoral bien préservé, encore sauvage par endroits (voir figure 4). Les pôles d’artisanat se trouvent aux quatre coins de la ville, vendant des broderies, des hamacs, des objets en paille ou en cuir, des sucreries et cachaças, eaux-de-vie à base de canne à sucre. Des musiques diverses pulsent un peu partout : de la samba dans le Beco da lama, rue étroite de la vieille-ville que des artistes urbains ont colorée et réinventée ; des musiques électroniques dans les boîtes de Ponta Negra ; quelques bossas novas dans les bars à ambiance plus intime ; et puis une foule de styles régionaux, à commencer par des forrós, rythmes et danses typiquement nordestins.

7Justement, dans les quadrilles des fêtes de Saint-Jean, où le forró, le xote, l’arrasta-pé et le baião cadencent les cœurs autant que les pieds, le tout au son d’un trio accordéon – triangle – zambujo (instrument de percussion) aussi simple qu’efficace, les danseurs obéissent à des injonctions venues de la tradition du ballet, empruntées à la langue française et joliment déformées par la prononciation locale. « Anarriê, alavantú, balancê, changê de damas » ! On se plaît à imaginer les corsaires d’antan ou encore les aviateurs de l’Aéropostale répondre á ces injonctions et se trémousser au rythme de quadrilles nordestines...

Fig. 5. Vue aérienne de Natal

Fig. 5. Vue aérienne de Natal

Crédits : Crédits : Kalliny Gomes

Haut de page

Bibliographie

Câmara Cascudo, Luís da. No caminho do avião. Notas de reportagem aérea (1922-1933). Natal, EDUFRN, 2007

Câmara Cascudo, Luís da. História da cidade do Natal. Natal, EDUFRN, 2010 (1947)

Kessel, Joseph. Mermoz. Paris, Gallimard, 1965 (1938)

Haut de page

Notes

1 Luís da Câmara Cascudo, História da cidade do Natal. Natal: EDUFRN, 2010 (1947), p. 39.

2 Luís da Câmara Cascudo, No caminho do avião. Notas de reportagem aérea (1922-1933). Natal: EDUFRN, 2007, p. 40.

3 Joseph Kessel, Mermoz. Paris: Gallimard, 1965 (1938), p. 423.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le Fort du Rio Grande do Norte
Crédits Gravure de Danvin, sur la base d’un original de Franz Post, se trouvant dans L'Univers. Histoire et description de tous les Peuples. Le Brésil (suivi de Colmbie et Guyanes, par M. C. Famin), Paris, Firmin Didot Frères, 1837, p. 338. (Libre de droits)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/30993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Fig. 2. L’abattage du bois-brésil.
Crédits Gravure se trouvant dans La Cosmopraphie Universelle (1575), d’André Thevet. Crédits : Domaine public, Bibliothéque nationale de Rio de Janeiro.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/30993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Titre Fig. 3. Avion Laté 28 (photo prise en 1929), à Parnamirim.
Crédits Crédits : collection famille Pranville-Negrin
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/30993/img-3.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 4. Natal, Ponta Negra.
Crédits Crédits : Kalliny Gomes
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/30993/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 5. Vue aérienne de Natal
Crédits Crédits : Crédits : Kalliny Gomes
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/30993/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Weigel, « Des traces d’histoire française à Natal », Confins [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 27 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/confins/30993 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.30993

Haut de page

Auteur

François Weigel

Professeur de langue française et littératures à l'Université fédérale du Rio Grande do Norte (UFRN), francois.weigel@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals