Navigation – Plan du site
Resenhas

Cinq livres de Paul Claval

Cinco livros de Paul Claval
Five books by Paul Claval
Confins

Texte intégral

« Voyons, Monsieur, le temps ne fait rien à l’affaire. » (Molière, s: Le Misanthrope, acte I, scène 2)

1Molière met cette réplique dans la bouche d’Alceste, en réponse à Oronte qui se vante d’avoir écrit un sonnet en peu de temps. Dans le cas des livres de Paul Claval la phrase prend un double sens. D’une part il est capable d’écrire en peu de temps une série impressionnante de livres, tous de qualité, et d’autre part le temps semble ne pas avoir prise sur lui puisqu’il réalise cette prouesse alors qu’il approche de ses 90 ans (étant né en 1932). Aujourd’hui retraité – mais, comme on le voit, extrêmement actif – il a longtemps été professeur à l'Université de Paris-Sorbonne. Auteur prolifique sur des thèmes variés, il a été un des premiers à s'interroger sur les fondements épistémologiques de la géographe. Par ses travaux, il a contribué au renouvellement de plusieurs de ses branches et est notamment l'un des spécialistes et des théoriciens de la géographie culturelle, ayant fondé, en 1992, la revue Géographie et cultures. Sept doctorats honoris causa lui ont été délivrés par des universités étrangères, dont le dernier par l'Université de Montréal : ils soulignent l'ampleur et la portée de son œuvre, et son exceptionnelle stature intellectuelle. Il est par ailleurs membre depuis sa fondation membre du comité éditorial de Confins, et depuis peu de son comité stratégique, comme cela a été annoncé dans l'éditorial de son numéro 45 (http://journals.openedition.org/​confins/​30051)

2Ces cinq livres ont été publiés en quelques mois chez Tertium, une maison d'éditions basée à Figeac dans le département du Lot, dans la région Occitanie. Elle est spécialisée dans la littérature jeunesse mais propose aussi un catalogue de livres très vaste, son site (https://www.tertium-editions.fr/​content/​6-editorial) propose tous ses ouvrages, tous ses auteurs, toutes ses collections, de la littérature jeunesse, théâtre, voyage, pratique. C’est dans une de ces collections, intitulée « Les dynamiques géographiques », que sont publiés les livres de Paul Claval.

La collection « Les dynamiques géographiques »

3La présentation de la collection donne son cadre :

« Les données sur les dynamiques démographiques, sur les maladies et les moyens de lutter contre elles, sur la mobilité des biens et des hommes comme sur la circulation des informations et des connaissances se multiplient. La manière d'éclairer les transformations du monde et des sociétés progresse. Les approches d'hier se focalisaient sur la production d'énergie et de biens. Les travaux actuels insistent sur les dimensions écologique et culturelle des répartitions humaines.

  • 1 Diffusion par les librairies en ligne pour 9,99 Euros par volume

La collection, uniquement disponible en version numérique1 est consacrée à la double dynamique d'un monde en mutation et des savoirs géographiques qui l'appréhendent ».

4Elle comprend actuellement cinq titres :

  • 2 Guilherme Ribeiro, « A intimidade da geografia humana ou o mérito de professor », Confins [En ligne (...)

5Ci-dessous la présentation que fait Paul Claval de chacun de ses livres. Le premier d’entre a déjà fait l’objet d’un compte-rendu de Guilherme Ribeiro, qui le situe dans l’ensemble de son œuvre2.

Un Monde à décrypter

6La géographie est devenue, au cours du dernier demi-siècle, à la fois plus modeste, plus performante et plus ambitieuse : le regard qu'elle porte sur la société, l'économie, la politique et la culture s'est transformé, certains de ses objets - les villes et les campagnes par exemple -ont cessé de s'opposer et apparaissent aujourd'hui comme les pièces d'un grand continuum.

7Les cadres et les outils imaginés par les Européens depuis la Renaissance pour se définir, orienter leur action et préciser leur place dans le monde sont remis en cause.

8L'Europe doute d'elle-même. Elle est menacée par des conflits internes, par le glissement vers l'Asie du centre de gravité du monde et par la condamnation que portent sur elle un certain nombre de courants religieux et idéologiques. Les frontières politiques s'effacent où se transforment en murs étanches. Dans le même temps, d'autres barrières se multiplient à d'autres échelles.

9Comment la réflexion géographique sur l'espace, ses équilibres, les tensions qi le traversent et les menaces qui pèsent sur l'environnement aide-t-elle à comprendre le monde qui se dessine sous nos yeux et remplace celui d'hier ?

10L'ambition de cet essai est de répondre à cette interrogation en retraçant en parallèle la trajectoire d'une discipline et les mutations du monde qu'elle appréhende.

Le Détour capitaliste

11Cet essai met l'accent sur les processus liés au capital, et plus particulièrement sur ceux qui ont une traduction spatiale. Quel instrument mobiliser pour les appréhender ? L'idée de détour s'est imposée : pour atteindre un objectif, il est bon de réfléchir, de se préparer et de faire un détour pour déjouer les obstacles et avancer plus vite et plus efficacement : détour culturel de l'acquisition préalable de savoir-faire et de connaissances, détour économique de l'accumulation des moyens de production, détour économique et culturel de la recherche-développement, détour spatial de la prospection de nouveaux marchés de vente ou d'approvisionnement, détour financier et spatial de collecte d'une épargne qui resterait oisive ou recours à la création monétaire.

12Le détour est socialisé dès l'instant où il implique la mise en œuvre d'une pluralité d'acteurs et de compétences. Il ne devient vraiment capitaliste que s'il ouvre des perspectives nouvelles et ne s'inscrit pas dans un jeu à somme nulle.

13La formulation en termes de détour fait comprendre que les structures du capitalisme soient évolutives. La concurrence, qui fait son dynamisme, pousse à la concentration, à la formation d'oligopoles puis de monopoles : c'est là une contradiction fondamentale – contradiction qui n'est surmontée que là où le politique le contrôle en partie.

14Le détour lie des acteurs entre eux, donne une structure plus ou moins hiérarchique à l'organisation de l'entreprise et la lie à d'autres entreprises et au monde des investisseurs et de la finance : il l'insère dans un écheveau de réseaux. C'est ce qui fait du capitalisme un système, mais un système décentralisé - et qui doit le rester au moins partiellement pour fonctionner correctement. Ce système décentralisé est manipulateur : il agit sur l'opinion par le marketing et sur les pouvoirs par le lobbying. Il tend donc spontanément à la concentration.

15Le système capitaliste engendre des inégalités, car il ne mobilise pas, chez ceux qu'il emploie les mêmes capacités et le même capital humain. Il accroît les écarts lorsque, pour inciter les managers à dégager des profits élevés, il rémunère ses dirigeants par des stock-options et ses traders par des primes indexées sur leurs résultats. La menace d'effet domino qu'entrainerait la faillite d'une grande banque conduit les instituts d'émission à abaisser leurs taux jusqu'à les rendre négatifs, ce qui accroît les tendances inégalitaires du système.

16L'idée de détour éclaire les dynamiques d'un capitalisme remodelé par la globalisation et les révolutions de l'information et de la communication.

L'Europe en question

17La construction de l'Europe ? Une histoire à succès, puis le coup de tonnerre du Brexit ! Pourquoi ? Pour comprendre cette évolution, il faut partir des dynamiques qui caractérisent l'Europe – et plus largement l'Occident – depuis la Renaissance ou le XVIIe siècle. (i) Son développement économique est axé sur l'entreprise, d'abord maritime et commerciale (jusqu'à la fin du XVIIIe siècle), puis industrielle et bancaire (avec les première et deuxième phases de la révolution industrielle) et enfin globale et centrée sur la connaissance (à partir des années 1960). (ii) Son essor politique est fondé sur la souveraineté de l'Etat westphalien et sur le triple système de communication qu'il met en œuvre, pyramide administrative, système représentatif, establishment intellectuel et opinion publique – ou sur celui qui remplace ces trois structures hiérarchiques par le parti unique. Son imaginaire ajoute - ou substitue – les idéologies aux religions révélées ; il se tourne, à partir des Lumières, vers le progrès, fait du peuple la source de toute légitimité et invente l'Etat-nation.

18Dès le départ, une tension existe entre des dynamiques économiques et idéologiques qui tendent à l'universel d'une Europe sans rivage, et les dynamiques politiques de l'Etat westphalien progressivement transformé en Etat national. Les utopies se diversifient en conséquence : utopie nationale d'un progrès que chaque peuple doit prendre en main (c'est celle qui domine au XIXe siècle), utopie d'un développement sans frontière (il peut prendre une forme libérale ou une forme socialiste), utopie enfin d'un progrès réalisé à l'échelle intermédiaire des Etats-Unis d'Europe.

19La voie nationale conduit aux deux guerres mondiales. Le succès des Etats-Unis montre ce que peut apporter à chacun la seconde révolution industrielle. L'Europe naît de la volonté de mettre en place un monde pacifié et plus prospère. Elle rompt avec les égoïsmes nationaux en partageant les souverainetés nationales. L'utopie socialiste, dont l'URSS se veut porteuse, perd de son pouvoir de séduction au fur et à mesure que son système de parti unique apparaît plus oppressant et que son économie, fondée sur le modèle de la première révolution industrielle, se révèle incapable d'égaler celle des pays libéraux. Les succès de l'Europe doivent beaucoup à la rapidité avec laquelle elle achève d'accomplir la seconde vague de la révolution industrielle.

20Le contexte général évolue après 1970. La révolution informatique et numérique et les moyens nouveaux de télécommunication et de transport rapide accélèrent la globalisation et donnent naissance à une économie de la connaissance où les concurrences s'exacerbent : l'Europe connaît une désindustrialisation rapide. La nature de ses pays-membres se transforme : à ceux qui restent bâtis sur le modèle des économies nationales se sont ajoutés des paradis fiscaux, des pays dont les revenus proviennent largement de transferts internationaux et des pays dont l'économie est dominée par une ville globale et se comportent comme des cités-Etats. La critique des idéologies du progrès remet en cause ce qui cimentait jusqu'ici l'Occident et l'Europe. Internet et le téléphone portable ruinent le système intellectuel sur lequel reposait un establishment généralement favorable à l'Europe.

21Des voies dissonantes apparaissent : celles d'une partie des Britanniques, qui n'ont jamais eu qu'un pied en Europe et gardent la nostalgie d'un destin global ; celles des pays nouvellement intégrés d'Europe de l'Est, dont la majorité de la population n'a jamais partagé les orientations libérales de Bruxelles et croit davantage à la protection américaine qu'à la générosité de l'Europe de l'Ouest et du Nord ; celles d'une partie souvent assez large des opinions publiques dans ces derniers pays. Les migrations exacerbent ces tensions.

22L'Europe a fait preuve d'une remarquable résilience dans le domaine financier, mais pour éviter l'enlisement, elle doit être refondée à l'aune d'un environnement nouveau. Cela implique des actions sur trois axes : (i) remédier à la perte d'autonomie économique à laquelle a conduit la globalisation : (ii) se montrer plus attentif aux aspirations populaires de populations qui ne croient plus aux idéologies de progrès et mettent volontiers en doute l'efficacité de la démocratie représentative ; (iii) assumer une présence plus forte dans la vie politique internationale.

L'Approche culturelle en géographie

23Plusieurs perspectives s'offrent pour aborder la géographie humaine. Notre ouvrage analyse l'une d'elles, l'approche culturelle. Elle est dès l'origine présente dans la discipline puisqu'à ses débuts, celle-ci vise à mesurer la part de la nature - et donc celle de l'initiative humaine - dans les environnements que façonnent les groupes humains. Elle est en même temps bridée par le choix de ne parler que de faits tangibles, qui empêche de traiter des représentations. Cet interdit disparaît avec le tournant culturel pris par la discipline à partir des années 1970.

24Déployer alors l'approche culturelle, c'est nourrir la recherche de tout ce qu'apprend l'analyse des budgets-espaces des individus. C'est se focaliser sur le rôle que tient la culture dans les comportements de ceux-ci : c'est insister sur tout ce qui, chez eux, n'est pas inné. C'est appréhender les processus qui en font des êtres sociaux, ce qui conduit à aborder la géographie sociale sous un angle différent de celui, socio-économique, qui prédominait jusqu'alors. C'est prendre en compte le rôle de l'oralité, de l'écrit ou des médias modernes dans le façonnement des hommes et dans celui des cultures dont ils sont porteurs. C'est s'intéresser à tout ce qui est transmis par observation et imitation - la culture incluant des composantes non verbalisées (ou non représentationnelles). C'est étudier les mémoires individuelles ou matérielles où s'accumulent tous ces éléments. C'est faire une large place au paysage où s'inscrivent ses traces matérielles et qui tient une place essentielle dans les représentations humaines. C'est s'attacher à l'espace et aux représentations territoriales auxquelles il donne lieu.

25La culture dote les individus d'imaginaires qui combinent ce qu'apportent les sens et ce que crée l'imagination. Ces imaginaires orientent l'action ; en forgeant des ailleurs au-delà ou en-deçà du réel, ils font naître des mondes plus parfaits et plus désirables que celui où nous vivons : les hommes y lisent ce qui doit être. La culture superpose ainsi un ordre normatif à celui du réel. Cela la dote d'une structure.

26Ainsi appréhendée, la culture apparaît comme la matrice des réactions et des comportements des individus. Elle les rend conscients de ce qu'ils sont ; elle les dote d'une identité (ou d'identités). Elle offre à chacun un champ où s'illustrer en répondant mieux que les autres aux attentes collectives - ou en rompant avec les normes proposées. Elle devient ainsi un des moteurs de la compétition sociale et y introduit des dynamiques de civilisation – ou d'éclatement et de déclin.

27L'approche culturelle conduit à repenser les différentes facettes de la discipline. L'économique : (i) les comportements humains ne sont pas toujours rationnels, (ii) la circulation peut prendre la forme du don, de la redistribution ou du marché, (iii) l'espace est tout autant un bien de consommation qu'un facteur de production et (iv) la connaissance est au cœur de l'économie contemporaine. Le politique : (i) le pouvoir revêt plusieurs formes, (ii) le rôle de l'autorité y est essentiel et (iii) l'Etat westphalien n'est pas la seule forme de constriction politique. Le social : l'analyse en termes de classes doit être complétée par un travail mené autour du statut et de la géographie culturelle.

28L'approche culturelle éclaire les évolutions du monde contemporain (i) en soulignant la place qu'y tient la communication et l'économie de la connaissance, (ii) en montrant comment villes globales, cités-Etats et paradis fiscaux concurrencent et affaiblissent l'Etat westphalien et (iii) en attirant l'attention sur les problèmes d'identité et la quête de statut et de visibilité.

Études d’histoire de la géographie

29Simple décor des évènements historiques, la connaissance de l'espace des hommes est devenue, grâce aux naturalistes, le milieu d'où nous tirons l'air, l'eau et les aliments dont nous avons besoin. Les études de terrain ont appris à l'appréhender comme cadre de la vie quotidienne des peuples ; elles ont souligné la longue durée de ses évolutions. Hommes de lettres et artistes nous ont aidé à découvrir la beauté et le sublime de lieux où nous aimons nous ressourcer. Une analyse des imaginaires révèle la prégnance des autres mondes d'où nous viennent principes et valeurs.

30L'histoire de la géographie fait comprendre le métier de géographe, apprécier les chercheurs qui nous ont précédés mais découvrir aussi les présupposés qu'ils n'ont pas su expliciter et qui ont freiné le développement de la discipline. Elle nous fait comprendre d'où nous venons et nous aide à choisir plus librement les orientations à venir de nos travaux.

31Les textes ici rassemblés répondent à trois préoccupations :

321- Comment s'est bâtie la géographie ?

33Il existe diverses façons de construire l'histoire de cette discipline (chap. 1).

34Les recherches consacrées à Vidal de la Blache se sont développées depuis 1960 ; elles soulignent la richesse et l'évolution de son œuvre, et éclairent les dynamiques de l'ensemble de la discipline (chap. 2)

352- Comment s'est développée l'histoire de ses diverses composantes ?

36Trois branches de la discipline sont ici prises en considération. L'approche culturelle constitue dès le départ un des aspects centraux de la recherche, mais son épanouissement est bridé jusqu'aux alentours de 1970 (la période ici étudiée) par le souci de faire de la géographie une science positive (chap. 3).

37La géographie économique revêt des formes multiples : d'abord inspirée par la statistique et tournée vers l'échange, elle s'appuie ensuite sur l'économie spatiale et se rapproche enfin de l'anthropologie économique ou de l'économie politique – celle du partage de la richesse entre les composantes de la société (chap. 4).

38La géographie historique est essentielle à l'époque où le géographe est celui qui fournit au cartographe des évaluations de longitudes. Dans les premiers deux-tiers du XIXe siècle, elle devient une science auxiliaire de l'histoire dont elle fixe le décor. Elle s'autonomise grâce à la naissance de la géographie humaine, et étudie alors sur le très long terme les rapports de l'homme et du milieu : elle souligne à cette occasion la temporalité propre aux genres de vie, et invente ainsi, en France, la longue durée, qui y demeure sa marque. Avec Sauer, aux Etats-Unis, elle s'attache à l'environnement et aux temporalités propres aux espaces humanisés. En Grande-Bretagne, elle s'insère dans les cadres habituels de l'histoire, mais les enrichit. Le tournant culturel la rend attentive au devenir des groupes subalternes et à la manière dont ils vivent l'histoire (chap. 5)

393- Qu'apporte l'étude de ceux qui se sont attachés à penser l'espace ?

40Pierre Denis propose une interprétation originale de la pensée vidalienne, mais la géographie n'est qu'une des facettes de sa très riche existence (chap. 6).

41Par son ouvrage sur Les Caractères originaux de l'histoire rurale française, Marc Bloch marque profondément la géographie française, mais sans devenir vraiment géographe (chap. 7).

42Avec L'Homme et la Terre, Eric Dardel annonce le tournant culturel de la discipline. La publication de l'essentiel de ses écrits éclaire la genèse de sa pensée et précise la place qu'il donne aux mondes du mythe et la finalité qu'il assigne à la géographie (chap. 8)

43Les chapitres suivants traitent d'auteurs qui pèsent sur les courants postérieurs à 1970. L'Orientalisme d'Edward Said inspire les études postcoloniales. L'ouvrage analyse le passage de recherches individuelles à la genèse d'un grand discours, qui inspire des politiques de domination. Cette thèse est resituée dans le cadre du courant contemporain de recherche sur la formation des opinions publiques (chap. 9).

44Dans la seconde moitié des années 1970, beaucoup de jeunes géographies ne jurent que par La Production de l'espace d'Henri Lefebvre. Notre analyse souligne ce que ce texte doit au marxisme et la manière dont il est enrichi par ce que Lefebvre a reçu de "l'aventure du siècle", ces courants d'idées qui secouent la pensée française et occidentale de l'entre-deux-guerres aux années 1960 (chap. 10).

45L'œuvre très riche de David Harvey est traversée d'un bout à l'autre par le même souci théorique, et à partir de 1970, par son adhésion au marxisme, mais elle est très évolutive : passage de l'économie libérale au marxisme, invention du contenu spatial qui manquait à celui-ci, adaptation de celui-ci à l'environnement postmoderne, puis, avec la théorie du capitalisme de dépossession, reformulation partielle du marxisme – une régression, dans un certain sens. C'est dans le domaine urbain que l'apport de Harvey à la géographie économique est le plus substantiel (chap. 11).

Haut de page

Notes

1 Diffusion par les librairies en ligne pour 9,99 Euros par volume

2 Guilherme Ribeiro, « A intimidade da geografia humana ou o mérito de professor », Confins [En ligne], 45 | 2020, mis en ligne le 27 mai 2020, http://journals.openedition.org/confins/28296

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Cinq livres de Paul Claval », Confins [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 28 juin 2020, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/confins/31438

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals