Navigation – Plan du site

AccueilNuméros46ResenhasAfricapolis, une nouvelle géograp...

Resenhas

Africapolis, une nouvelle géographie urbaine de l’Afrique

Africapolis, uma nova geografia urbana da África
Africapolis, a new urban geography of Africa
Confins
Référence(s) :

OCDE/CSAO (2020), Dynamiques de l’urbanisation africaine 2020 : Africapolis, une nouvelle géographie urbaine, François Moriconi-Ebrard, Philipp Heinrigs et Marie Trémolières (org.) Cahiers de l'Afrique de l'Ouest, Éditions OCDE, Paris, https://doi.org/10.1787/481c7f49-fr.

OECD/SWAC (2020), Africa's Urbanisation Dynamics 2020: Africapolis, Mapping a New Urban Geography, François Moriconi-Ebrard, Philipp Heinrigs et Marie Trémolières (org.) West African Studies, OECD Publishing, Paris, https://doi.org/10.1787/b6bccb81-en.

Résumés

D’ici 2050, l’Afrique devrait connaître le taux de croissance urbaine le plus rapide du monde. À cet horizon, les villes africaines devraient abriter 950 millions d’habitants supplémentaires. Cette croissance s’opère en grande partie dans les petites et moyennes agglomérations. La transition urbaine africaine est porteuse de grandes opportunités ; elle pose également d’importants défis. Les agglomérations urbaines africaines se développent le plus souvent sans bénéficier de politiques ou d’investissements à la hauteur de ces enjeux. L’aménagement et la gestion urbains sont par conséquent des enjeux de développement prioritaires. Comprendre l’urbanisation, ses moteurs, ses dynamiques et ses impacts est essentiel pour concevoir des politiques — locales, nationales et continentales — ciblées, inclusives et tournées vers l’avenir. Ce rapport, basé sur la base de données géospatiale Africapolis (www.africapolis.org) couvrant 7 600 agglomérations urbaines de 50 pays africains, analyse les dynamiques urbaines sous des angles historiques, politiques et environnementaux. Il couvre l’ensemble des strates du réseau urbain — des villes petites et intermédiaires aux métropoles. Il propose ainsi des options de politiques plus inclusives et ciblées qui intègrent les échelles locale, nationale et régionale du développement urbain en phase avec les réalités africaines.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Croissance urbaine, villes, Africapolis, Afrique

Index by keywords:

Urban growth, cities, Africapolis, Africa

Index géographique :

Africa

Índice de palavras-chaves:

Crescimento urbano, cidades, Africapolis, África
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage Dynamiques de l’urbanisation africaine 2020, Africapolis, une nouvelle géographie urbaine, sous la direction de François Moriconi-Ebrard, Philipp Heinrigs et Marie Trémolières est publié dans la série Cahiers de l’Afrique de l’Ouest et disponible sur OECD iLibrary, la bibliothèque en ligne de l’OCDE, qui regroupe tous les livres, périodiques et bases de données statistiques de l’Organisation, en français à l’adresse: https://doi.org/​10.1787/​481c7f49-fr. et en anglais, https://doi.org/​10.1787/​b6bccb81-en

2Selon son résumé, le rythme de l’urbanisation en Afrique, ces 60 dernières années, est sans précédent. En 2015, le Kenya compte plus de citadins que l’ensemble du continent en 1950. La population urbaine africaine en 2015 s’élève à 567 millions de personnes contre 27 millions en 1950. L’Afrique continuera à afficher la croissance urbaine la plus rapide au monde. Il est estimé que la population africaine va doubler entre aujourd’hui et 2050 et que les deux tiers seront absorbés par les villes. Cela signifie que dans les 30 prochaines années, les villes africaines accueilleront 950 millions de nouveaux urbains. Cette transition urbaine modifie la géographie sociale, économique et politique du continent. La gestion de l’urbain est un enjeu de développement clé et les agendas politiques doivent se recentrer sur les potentialités et les défis que les villes et l’urbanisation offrent. Pour cela, il faut mieux comprendre les réalités et les diversités des transformations à l’œuvre. Dynamiques de l’urbanisation africaine 2020 montre la diversité des contextes et leviers urbains et leurs effets sur les schémas et formes d’urbanisation.

Figure 1 Les Grands pôles urbains

Figure 1 Les Grands pôles urbains

3La diversité urbaine africaine est peu appréhendée dans les analyses et les narratifs. Ceci s’explique en partie par un développement urbain en dehors des mesures statistiques. Ces dernières s’appuyant sur les divisions administratives, il en résulte une compréhension partielle du phénomène urbain. Le terme « ville » dans la plupart des cas réfère à une unité politique et administrative dont les limites et le statut légal sont définis par les gouvernements nationaux selon des critères administratif, fonctionnel ou politique, des contextes et des objectifs variés. Les limites administratives sont fixes et précises. Les villes, cependant, sont des « objets vivants », elles évoluent et se développent au-delà de leurs limites. Les données Africapolis homogènes, systématiques et comparatives éclairent sous une nouvelle perspective les réalités de l’urbanisation africaine et de sa croissance. Africapolis s’appuie sur une approche spatiale et applique un critère physique – continuité du bâti – et démographique – plus de 10 000 habitants – pour définir une agglomération urbaine. Au contraire des villes aux limites fixes, les agglomérations urbaines définies par Africapolis sont des unités dont la forme, le contenu et les frontières varient avec le temps et sont fonction de l’espace bâti (Chapitre 1).

Figure 2 Nouvelles agglomérations

Figure 2 Nouvelles agglomérations

4Alors que la majorité des 7 617 agglomérations urbaines identifiées par Africapolis chevauche une ville telle que définie par les autorités nationales, l’approche spatiale intègre les nombreuses extensions spontanées et les banlieues débordant des limites administratives, pas toujours reconnues comme urbaines. Africapolis révèle également des centaines d’agglomérations urbaines non référencées dans les statistiques officielles, dans des espaces dits « ruraux ». L’étendue de ce phénomène est impressionnante et ne concerne pas seulement les petites villes ou les banlieues mais des agglomérations de toutes tailles. Certaines comptent plus de 1 million d’habitants : Onitsha (Nigéria), Sodo et Hawassa (Éthiopie), Kisii et Kisumu (Kenya), Bafoussam (Cameroun) et Mbale (Ouganda). Ces émergences sont portées par les transformations rurales qui mènent à une urbanisation in situ généralisée. L’étendue de ces tendances questionne le rôle encore attribué à l’exode rural et à la migration résidentielle dans la croissance urbaine.

5Dans de nombreuses zones très denses, c’est l’absence ou la faiblesse de la migration rurale qui entraînent l’urbanisation. En 2015, plus de 50 % des Africains vivent dans une agglomération urbaine. L’Afrique en compte 74 de plus de 1 million d’habitants, ce qui équivaut aux populations urbaines combinées américaine et européenne. Dans environ la moitié des 50 pays couverts par Africapolis, le niveau d’urbanisation dépasse 50 % avec le Niger sous la barre des 20 %.

6Au-delà de ce bref aperçu, ce qui rend l’urbanisation africaine unique est son rythme et l’échelle des processus en cours. La population urbaine a crû de 2 000 % depuis 1950 et le nombre d’agglomérations urbaines est passé de 624 à 7 617 en 2015, transformant la géographie urbaine africaine. En une décennie, de nouvelles capitales nationales et quelques centres urbains ont explosé, dominant les systèmes urbains nationaux. Leur ascension au sein du système urbain mondial est rapide. Désormais, Kinshasa, Abidjan et Dakar sont les plus grandes agglomérations francophones du monde après Paris ; Le Caire, la plus grande agglomération arabophone ; Lagos et Johannesburg parmi les 10 plus grandes agglomérations anglophones. Cependant la transformation majeure des sociétés africaines résulte de l’émergence de milliers de villes petites et intermédiaires. Ces nouvelles agglomérations issues du milieu rural jouent un rôle crucial dans la réduction des distances entre populations urbaines et rurales, dans la structuration des réseaux urbains et la connexion des échelles locales et régionales avec celles continentales et mondiales. La forte proximité des environnements ruraux et urbains donne naissance à des formes nouvelles et uniques floutant les frontières entre les deux espaces. Anticiper le futur urbain africain ne peut pas s’effectuer qu’à partir des observations du paysage urbain actuel mais doit également intégrer les dynamiques rurales (Chapitre 2).

Figure 3 Le corridor sahélien

Figure 3 Le corridor sahélien

7La forte croissance urbaine se comprend par la lecture des différents processus en jeu, historiques, environnementaux et politiques dont les interactions se mêlent au cours des différents stades de la transition urbaine. L’étalement et la densité du réseau découlent des lignes anciennes du peuplement et de la progression du front agricole. L’emplacement et le développement de nombreuses métropoles sont liés aux périodes coloniales et de post-indépendance. Les contraintes environnementales telle la disponibilité en eaux ou en terres ont une influence majeure sur la croissance et la forme urbaines comme pour les agglomérations le long du Nil ou au Rwanda. Cependant, l’influence la plus forte reste politique. L’effet des politiques et de la gestion urbaine ou de leur absence est visible dans la plupart des agglomérations urbaines. L’intégration des éléments contextuels est nécessaire pour une meilleure compréhension des sources et de l’intensité des dynamiques urbaines à l’œuvre mais également pour leur modélisation (Chapitre 3).

Figure 4 Densités en Éthiopie

Figure 4 Densités en Éthiopie

8La diversité des transitions urbaines contemporaines façonne l’apparition de nouvelles dynamiques, de nouvelles formes et de nouvelles échelles de développement. Dans plusieurs pays, de nouveaux schémas de peuplement et de mobilité conduisent à l’émergence de larges régions métropolisées dans des zones de fortes concentrations urbaines autour des métropoles. La régionalisation des dynamiques urbaines, parfois au-delà des frontières (à l’exemple du corridor Ibadan, Lagos, Accra – GILA) montre aussi bien une réelle intégration fonctionnelle qui dépasse l’agglomération qu’un déséquilibre territorial et des discontinuités croissantes au sein des systèmes urbains nationaux. Une nouvelle forme urbaine propre à l’Afrique émerge dans des zones denses, traditionnellement rurales. Les densités croissantes et la fusion d’agglomérations petites et intermédiaires entraînent des processus d’agglomérations généralisés et l’émergence de nouveaux types de méga-agglomérations. Leur nature spontanée, combinée à une localisation plutôt intérieure au continent, souffre d’une faible reconnaissance politique et de peu d’informations statistiques. Plus généralement, les processus, en cours, de redistribution des densités de population et l’émergence de nouveaux centres intérieurs modifient la balance urbaine entre côtes et intérieur (Chapitre 4).

9Le rapport Dynamiques de l’urbanisation africaine 2020 décrit les transformations majeures en Afrique. Ces dynamiques puissantes soulèvent des questions plus larges sur l’urbanisation et sa relation avec l’environnement. Le développement spontané de l’urbanisation, la densification des territoires et la forte croissance démographique accroissent la pression sur les politiques de protection environnementale. De nouvelles stratégies doivent émerger réconciliant les enjeux urbains et durables s’appropriant les mécanismes d’adaptation existants. Les nouveaux défis du développement appellent à la définition de politiques et d’actions fondées sur une meilleure compréhension et intégration de ces nouvelles réalités.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Les Grands pôles urbains
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/31552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Figure 2 Nouvelles agglomérations
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/31552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Figure 3 Le corridor sahélien
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/31552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure 4 Densités en Éthiopie
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/31552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/31552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 542k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Africapolis, une nouvelle géographie urbaine de l’Afrique »Confins [En ligne], 46 | 2020, mis en ligne le 29 juin 2020, consulté le 14 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/confins/31552 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.31552

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search