Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Editorial du numéro 47

Editorial du numéro 47

Éditorial do número 47
Editorial of issue 47
Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry
Cet article est une traduction de :
Editorial do número 47

Texte intégral

1La demande de renouvellement de l’appui du CNRS à notre revue a été l’occasion de préparer un certain nombre de documents que nous avons souhaité porter à la connaissance de ses lecteurs. Ils nous semblent en effet aider à faire le point sur sa diffusion et sa situation par rapport à d’autres revues qui se situent dans les mêmes champs scientifiques et/ou les mêmes régions du monde.

2Nous avons tout d’abord refait la carte mondiale de son lectorat en 2019, en reprenant celle qui avait été publiée dans l’éditorial du numéro 44, cette fois sur une base anamorphosée en fonction de la population de chaque pays. On y retrouve évidemment sur la figure 1 ses points forts, les pays où elle a le plus de lecteurs en nombre absolu, le Brésil et la France (ce qui est normal pour une revue franco-brésilienne) mais aussi désormais l’Allemagne (où elle a maintenant plus de lecteurs qu’en France) les États-Unis, d’autres pays européens et des pays lusophones comme l’Angola et le Mozambique. On notera que certains pays d’Asie apparaissent maintenant sur la carte, la Corée du Sud, Singapour et surtout la Chine, qui est désormais sortie de la catégorie des pays nous avons moins de lecteurs par millions d’habitants, malgré la masse de sa population, bien visible sur la carte grâce à l’anamorphose. Les pays où la présence de la revue est la plus faible (comme le montre la taille des triangles rouges, proportionnelle au nombre de pages vues et la couleur des pays, qui indique le nombre de pages vues par millions d’habitant, l’Asie centrale et l’Afrique orientale, pour des raisons linguistiques et culturelles. Nous avons ajouté sur cette nouvelle carte les pays et territoires nous n’avons aucun lecteur : à part la Corée du Nord et l’Estwatini (ex Swaziland), ce sont des îles très peu peuplées des Caraïbes, de l’océan Indien et du Pacifique et nous nous sommes donc pas trop préoccupés par cette absence.

Figure 1 Le lectorat de Confins en 2019 (nombre de pages vues)

Figure 1 Le lectorat de Confins en 2019 (nombre de pages vues)

3Nous avons par ailleurs souhaité situer Confins par rapport à d’autres revues, de géographie ou de sciences sociales voisines, qui publient (principalement ou occasionnellement) des articles portant sur l’Amérique latine, et qui font partie comme elle de la plate-forme OpenEdition : nous avons retenu pour cette comparaison Brésil(s), le Bulletin de l’Institut français d’études andines, les Cahiers des Amériques latines, les Cahiers d’Outre-Mer, les Carnets de géographes, Cybergeo, Échogeo, Géocarrefour, L’Espace Politique, Mappemonde, Nuevo mundo Mundos Nuevos et Strates.

4Nous avons soumis le nombre de pages vues de chacune de ces revues (dans chacun des pays du monde en 2019) à une analyse factorielle dont la figure 2 croise les scores sur le plan 1 (qui rend compte d’un peu moins de 42 % de la variance) et le plan 2 (33 %). Le second (qui se lit dans le sens vertical) sépare bien les revues plus généralistes, dans le bas de la figure, des revues plus tournées vers l’Amérique latine, dans le haut, tandis que le premier (qui se lit de gauche à droite) sépare les revues plus tournées vers l’Amérique latine hispanophone, et Confins, plus lue au Brésil et au Portugal.

Figure 2 Confins parmi d’autres revues de la plate-forme OpenEdition

Figure 2 Confins parmi d’autres revues de la plate-forme OpenEdition

5La figure 3, fondée sur une classification ascendante hiérarchique (CAH) confirme le positionnement singulier de Confins grâce à un la part prépondérante de son lectorat au Brésil, alors que Nuevo mundo Mundos Nuevos et le Bulletin de l’Institut français d’études andines trouvent plutôt leurs lecteurs en Amérique latine hispanophone et Les Cahiers d’Outre-Mer en Afrique.

Figure 3 Aire de diffusion principale de Confins et d’autres revues

Figure 3 Aire de diffusion principale de Confins et d’autres revues

6Finalement, en réponse à une des questions posées pour le dossier du CNRS, nous avons examiné la répartition des membres du comité de la revue, dans le monde et dans les deux pays où ils sont les plus concentrés, le Brésil et la France. Dans les deux cas ils vivent et travaillent dans à peu près toutes les régions du pays, dans le cas du Brésil, et avec une certaine prédominance de l’Ouest, dans le cas français.

Figure 4 Répartition des membres du comité de Confins

Figure 4 Répartition des membres du comité de Confins

7Ce numéro 47 de Confins confirme la variété des sujets et des approches qui est une de ses caractéristiques, étroitement liée à son attachement à la diversité de la géographie et à son unité, au-delà des cloisonnements et des étiquettes.

8Il apporte en effet des articles que l’on pourrait qualifier – si l’on aime ranger les choses dans des cases bien définie – de géographie humaine avec « Mobilité spatiale de la population: analyse des flux d'étudiants universitaires dans les centres régionaux de Minas Gerais (Brésil) », de Carlos Lobo, Rafael Santiago Soares et Paulo Fernando Braga Carvalho ; géographie économique avec « La production de maisons en papier: les engrenages de la sécuritisation d’actifs immobiliers résidentiels au Brésil », de Marlon Altavini de Abreu, Everaldo Santos Melazzo et João Vitor de Souza Ferreira ; régionale avec « Réflexions sur la Sudesul: formation et modernisation territoriale » de Breno Viotto Pedrosa ; politique avec « Frontières terrestres de l’Espagne: les enclaves et les disputes geopolitiques », de Camilo Pereira Carneiro Filho et João Lucas Zanoni ; culturelle avec « De la Praia da Estação au Conseil municipal de la culture : Mobilisations citadines et droit à la ville à Belo Horizonte (Minas Gerais, Brésil) », de Pauline Bosredon et Flavio Carsalade (en deux versions, en portugais et en français).

9Ce numéro comprend aussi des articles de géographie dite physique, avec « Changements climatiques et impacts sociaux-territoriaux des désastres glaciaires dans la Cordillière Blanche, Pérou », d’Anderson Ribeiro de Figueiredo, Jefferson Cardia Simões, Álvaro Luiz Heidrich et Rualdo Menegat ; « Influence de la représentation numérique de relief dans la modélisation de l’instabilité de versants », de Tiago D. Martins, Bianca Carvalho, Vieira, José Eduardo Bonini et Carlos Bateira ; et « L’évaluation de la sensibilité des paramètres du modèle de simulation des glissements de terrain SINMAP », de Karen Estefania Moura Bueno, Gilson Bauer Schultz et Irani dos Santos.

10Le dossier « Territoires et frontières de la conservation en Amérique du Sud » confirme cette diversité, et aussi l’ouverture, au-delà des deux pays de référence de notre revue franco-brésilienne, à l’ensemble des deux continents, ainsi que le souci de lier protection de l’environnement et vision géopolitique, comme l’indiquent dans leur introduction « Territoires de protection et frontières », les coordinateurs du dossier, Alejandro Fabián Schweitzer et Roni Mayer Lomba. Ces approches multiples sont en outre appliquées à des terrains très différents, la frontière amazonienne et le corridor transfrontalier entre Amapá et Guyane Française, le Pantanal Transfrontalier (Bolivie-Brésil- Paraguay), la Patagonie et la Terre de Feu.

11La diversité des sujets est aussi présente avec des « Images commentées » aidant à répondre aux questions « Où sont les riches ? », puis montrant « Le Brésil parmi les grands pays du monde » et « L’Ibicuí : la "rivière de sable" en période d’étiage 2019-2020, à sa confluence avec le fleuve Uruguay, Brésil », de Sidnei Luís Bohn Gass, François Laurent, Roberto Verdum et Dieison Morozoli da Silva.

12La chronique de terrain relate « Une incursion dans le bas Rio Branco (Roraima/Amazonas), assainissement de base », d’Antonio Tolrino de Rezende Veras, Wagner Costa Ribeiro et Eder Rodrigues Santos Poster. Elle y associe, malheureusement, un hommage à son premier auteur, récemment disparu, « Veras, professor e geógrafo dedicado às comunidades ribeirinhas », de Wagner Costa Ribeiro.

13Les comptes-rendus sont eux aussi divers et transcontinentaux. Dans « L'Europe en question : enlisement et refondation » José Borzacchiello da Silva analyse un livre récent de Paul Claval, ainsi intitulé ; dans « Sous la domination de l’agro-industrie » Martin Coy présente le livre « Estratégias de expansão do agronegócio em Mato Grosso: os eixos da BR-163 e da BR-158 em perspectiva comparativa. » qu’il a coordonné avec João Carlos Barrozo et celui-ci présente un autre livre qu’il a coordonné, « Norte Araguaia: territórios e conflitos ». Enfin Isabel Pinto Alvarez analyse dans « La pandémie met en évidence la crise urbaine au Brésil », un livre coordonné par Ana Fani Carlos, « Covid-19 e a Crise Urbana »

14Bonne lecture à tous

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Le lectorat de Confins en 2019 (nombre de pages vues)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33511/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Figure 2 Confins parmi d’autres revues de la plate-forme OpenEdition
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33511/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 3 Aire de diffusion principale de Confins et d’autres revues
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33511/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 4 Répartition des membres du comité de Confins
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33511/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 242k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Théry et Neli Aparecida de Mello-Théry, « Editorial du numéro 47 », Confins [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/confins/33511 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.33511

Haut de page

Auteurs

Hervé Théry

Articles du même auteur

Neli Aparecida de Mello-Théry

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search