Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48ResenhasGabinete de curiosidades da histó...

Resenhas

Gabinete de curiosidades da história mundial

Cabinet de curiosités de l’histoire du monde
Cabinet of curiosities from world history
Confins
Référence(s) :

Christian Grataloup, Cabinet de curiosités de l’histoire du monde, Armand Colin, Malakoff, 2020, ISBN 978-2-200-62889-5

Texte intégral

  • 1 Confins a déjà rendu compte de deux de ses ouvrages antérieurs, Confins, « A história da humanidade (...)

1Ces petites chroniques racontent chacune, à partir d'un objet, d'un événement, d'un personnage, l'histoire du monde. Christian Grataloup, spécialiste de la géohistoire1, nous fait découvrir son « cabinet de curiosités » qui nous entraîne dans tous les coins du monde et à toutes les époques. Il nous parle d’objets comme l’anse de tasse, la sous-tasse, le tarbouche ou fez, en passant par le pousse-pousse, les laques de Coromandel (qui n’ont rien d’indien) et les portulans du bout du monde. Il évoque des personnages connus ou inconnus, Christophe Colomb, Tasman ou sir Sandford Fleming et les Guerriers du Farghestan. Il nous explique pourquoi nous buvons du Tchaï ou du Tè, les différences entre brousse, jungle et maquis, les ressemblances entre Mongols et Comanches : c'est tout un pan de l'histoire universelle d'une richesse insoupçonnée que nous découvrons ainsi, le texte de Christian Grataloup étant subtilement souligné para les illustrations Rachid Maraï

Algumas ilustrações das curiosidades da história mundial

Algumas ilustrações das curiosidades da história mundial

1 : Mongols et Comanches, 2 : La selle du vaisseau, 3 : Prendrez-vous du Tchaï ou du Tè, 4 : La fable est commune, 5 : Le pousse-pousse, un véhicule bien occidental.

Ilustrações de Rachid Maraï

2Ces textes ont été initialement publiés dans La Géographie, revue de la Société de Géographie, historiquement la première de géographie au monde, fondée en 1821, avant celles de Berlin (1828) ou de Londres (1830), ce qui l’autorise à ne porter aucun nom de lieu. C’est son héritage que la revue, créée en 1822, persévère à valoriser et où Christian Grataloup assure chaque trimestre la « Chronique de géohistoire ». Dans l’introduction du livre, « Quelques fils du tissage du Monde », il explique son intérêt pour les mots et les objets de tous les jours, car « Notre vocabulaire quotidien, nos gestes familiers, nos consommations banales convoquent à chaque instant le vaste Monde, et ce depuis fort longtemps » et que « Chaque petit texte n’est qu’une infime pièce de l’histoire de la fabrique du Monde, matérielle et imaginaire, dont il faut concevoir le nombre comme infini : un puzzle qui n’a pas de bord. Ces pièces sans fil conducteur ne sont que quelques miscellanées de notre rapport au Monde. », car « nombre de choses devenues tout aussi banales, de liens auquel on ne prête plus garde, de souvenirs effacés et pourtant survivants. Rien d’étrange alors de commencer ces petits récits par l’aiguille à coudre ».

  • 2 C.Grataloup, Cabinet de curiosités de l'histoire du Monde © Armand Colin, 2020

3Ce premier texte est reproduit ci-dessous, avec l’autorisation de l’auteur et des éditions Armand Colin2 (qui publie également les Annales de Géographie, fondées par Paul Vidal de la Blache en 1891).

4Passer en Amérique par le chas d’une aiguille

5Parmi les objets techniques d’usage très banal aujourd’hui, il en est sans doute peu d’aussi anciens que l’aiguille à coudre. Elle est très proche de formes aisées à trouver dans la nature : on rencontre de nombreuses tiges dotées d’une pointe, comme les piquants des épineux ou les feuilles de beaucoup de conifères. Mais l’innovation de génie a été de pourvoir l’extrémité la moins pointue d’un trou permettant de passer un fil, le chas (du bas latin capsa, cavité). La couture est alors devenue possible. La plus ancienne aiguille connue date du Solutréen ; elle aurait environ 20 000 ans et a été réalisée en os. On en a retrouvé beaucoup dans des gisements magdaléniens, en os ou en corne, qui sont donc plus récentes (entre 15 et 10 000 ans). Cet outil était banal au Paléolithique supérieur, mais il est fort probable que beaucoup d’aiguilles aient été réalisées en bois et qu’elles n’aient pas pu arriver jusqu’à nous. L’innovation est donc peut-être plus ancienne. Or, ce n’est pas sans importance géohistorique.

6L’aiguille est beaucoup plus vieille que le tissage. On peut d’ailleurs imaginer que la navette en est dérivée. Ce sont des peaux que l’on a cousues pendant longtemps, permettant de réaliser des habits ajustés pratiques et chauds. Dans l’opposition entre les vêtements drapés, totalement comme la toge ou partiellement comme le boubou, et les vêtements ajustés aux formes du corps humain, aux membres en particulier, comme ceux des traditions européennes ou chinoises, ce sont ces derniers qui permettent le mieux de se défendre contre le froid. Les tenues traditionnelles des Inuits le montrent d’ailleurs. Un petit outil cousin de l’aiguille, l’épingle (une épine sans trou avec un bout plus épais pour bloquer) est une innovation plus récente liée à l’usage des tissus. La plus ancienne connue est égyptienne et a 6 000 ans. Nous avons de nombreuses fibules antiques, de grosses épingles, permettant de tenir les drapés, mais cela correspond alors à notre interglaciaire et à des régions de climat méditerranéen.

7En revanche, il ne faut pas oublier que le Solutréen de la première aiguille connue correspond au dernier optimum glaciaire, au moment où le froid a été le plus intense et le niveau marin le plus bas. C’est il y a 20 000 ans, pense-t-on, que fut réalisé l’essentiel du peuplement (précolombien) de l’Amérique. Le détroit de Béring était alors un isthme, qu’on appelle rétrospectivement la Béringie, par lequel sont passés les ancêtres des Amérindiens. Ces migrations de la Sibérie orientale à l’Alaska, régions encore aujourd’hui peu propices à l’établissement de stations balnéaires, requéraient les moyens d’une lutte constante contre le froid.

8Il semble logique de penser que sans la couture précise des peaux, ces mouvements de population n’auraient pu avoir lieu. C’est ainsi, peut-on dire, que le peuplement de l’Amérique est passé par le chas d’une aiguille.

Haut de page

Notes

1 Confins a déjà rendu compte de deux de ses ouvrages antérieurs, Confins, « A história da humanidade contada em 515 mapas », Confins 42 | 2019, https://doi.org/10.4000/confins.23216 e René Somain, « O mundo em nossas xícaras. Três séculos de café da manhã », Confins 31 | 2017, DOI : https://doi.org/10.4000/confins.12114

2 C.Grataloup, Cabinet de curiosités de l'histoire du Monde © Armand Colin, 2020

Haut de page

Table des illustrations

Titre Algumas ilustrações das curiosidades da história mundial
Légende 1 : Mongols et Comanches, 2 : La selle du vaisseau, 3 : Prendrez-vous du Tchaï ou du Tè, 4 : La fable est commune, 5 : Le pousse-pousse, un véhicule bien occidental.
Crédits Ilustrações de Rachid Maraï
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33753/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33753/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Gabinete de curiosidades da história mundial »Confins [En ligne], 48 | 2020, mis en ligne le 08 décembre 2020, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/confins/33753 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.33753

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search