Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48ResenhasAtlas critique de la Guyane

Resenhas

Atlas critique de la Guyane

Atlas Crítico da Guyane
Critical Atlas of Guyane
Confins
Référence(s) :

Atlas critique de la Guyane, Matthieu Noucher, Laurent Polidori (dir.), CNRS Éditions, Paris 2020, ISBN 978-2-271-13213-0

Texte intégral

1La présentation que ses directeurs, Matthieu Noucher et Laurent Polidori, font de l’ouvrage annonce clairement leurs intentions. Selon eux, « La carte n’est pas le territoire. Œuvre de l’esprit, interprétation de l’espace, elle est restée longtemps l’apanage du pouvoir, l’expression des dominants, véhiculant des représentations partiales, douteuses ou orientées. Une mise en ordre qui fabrique parfois l’ordre bien réel de nos sociétés. Dressé dans les années 1970, ce constat critique bouleverse encore aujourd’hui la lecture des cartes.

2Cet atlas s’inscrit dans ce mouvement intellectuel en plein essor : il se veut être un exercice de cartographie critique appliquée à un espace donné. Les auteurs, géographes spécialistes de la discipline, ont choisi la Guyane – mais leur méthode pourrait s’appliquer à n’importe quel « terrain » – parce qu’elle forme un espace singulier, une "île" méconnue, rebelle aux méthodes classiques de représentation (par l’immensité du massif amazonien, difficilement accessible). Région à forts enjeux politiques et économiques, ses cartes voient s’affronter des visions très différentes, des divergences de regards sur l’Histoire.

3Cet ouvrage questionne des cartes existantes en procédant à une analyse virtuose de tous les grands problèmes de leur fabrique (confiner, délimiter, détecter, collecter, nommer) à leur usage (mesurer, planifier, révéler, figer, relier). Il traite aussi des thèmes cruciaux de cet espace en produisant pour ce faire des cartes originales sur les frontières, le littoral, la forêt, les circulations, l’orpaillage, la toponymie, la topographie, le foncier, l’urbanisme, les relations géopolitiques, la biodiversité… Tandis que les deux derniers chapitres "Imaginer, la Guyane par les cartes" et "Oublier, le blanc des cartes" réinterrogent la carte jusque dans la logique de ses suppositions ou de ses omissions.

4En multipliant les points de vue, cet atlas fait émerger les co-vérités d’un territoire, divers, complexe à décrire, sans jamais pouvoir y arriver complètement, comme s’il y avait pour cette "île" et le monde en général une impossibilité, un "in-cartographiable" irréductible ».

Les chapitres

5Plus de 80 contributeurs (géographes, cartographes, sociologues, historiens, anthropologues, archéologues, ethno-botanistes, linguistes, etc.) ont participé à cet ouvrage collectif.

6L’introduction de l’ouvrage, accessible (en français) à l’adresse http://patiencesgeographiques.org/​acg/​ , pose quelques questions-clés, et y répond en énonçant les principes qui ont présidé à la réalisation de l’ouvrage : « Pourquoi un atlas critique ? », « Pourquoi un atlas critique sur la Guyane ? » et « Interroger l’intentionnalité et la performativité des cartes ».

7Chapitre 1 : Confiner, le fond de plan. Commençons par interroger les mises en page cartographique qui confinent la Guyane différemment en fonction du message que le cartographe souhaite faire passer. La juxtaposition de fonds de carte différents qui associent la Guyane à une île, à une région géomorphologique, au continent sud-américain, aux Caraïbes, à l’Europe ou à la France permet de confronter des visions du monde qui ne sont pas toujours compatibles.

8Chapitre 2 : Délimiter, les frontières. Souligner les conflits frontaliers passés et en cours permet de déconstruire cartographiquement les frontières dites « naturelles » de la Guyane. Les décalages entre les enjeux symboliques de ces délimitations et les porosités multiples de ces espaces habités et parcourus sont alors révélés.

9Chapitre 3 : Nommer, les toponymes. S’interroger sur les enjeux politiques de la toponymie, force à remettre en cause l’aporie des cartes institutionnelles ou commerciales auxquelles on peut opposer une multitude d’autres cartes. En rendant visible d’autres façons de nommer, elles révèlent d’autres langues, d’autres imaginaires, d’autres territoires.

10Chapitre 4 : Mesurer, la topographie. Mettre en cartes la Guyane c’est aussi la mettre en chiffres pour tenter de la mesurer. Les polémiques récentes sur sa surface contestée témoignent du caractère ambitieux d’une telle entreprise. La topographie guyanaise ne s’appréhende pas facilement.

11Chapitre 5 : Détecter, la forêt. Déconstruire le mythe de la forêt primaire, si présent dans les discours et sur les cartes, permet d’offrir une autre lecture du tapis vert guyanais. Loin de constituer un bloc monolithique, la succession de cartes et d’images satellites sur la forêt habitée, parcourue, travaillée permet de détecter sa grande diversité.

12Chapitre 6 : Collecter, la biodiversité. Revenir sur les processus de collecte des données naturalistes, c’est s’interroger sur les cartes qui présentent des indicateurs de biodiversité sous la forme de surfaces continues comme des évidences. En Guyane où l’accès au terrain est difficile, ce retour aux sources est salutaire pour comprendre comment les observations sont captées ponctuellement et transformées en zonages.

13Chapitre 7 : Figer, le littoral. Le trait de côte n’a rien d’une évidence. À peine tracé sur la carte, sa pertinence peut être remise en cause tant le littoral, en particulier en Guyane, est mouvant. Associer des approches issues des géosciences et des sciences humaines et sociales offre l’opportunité de remettre en cause le caractère figé des cartes qui semblent fixer indéfiniment milieu et population.

14Chapitre 8 : relier, les circulations. Les circulations humaines en Guyane peuvent être abordées par différentes facettes : échanges linguistiques, transferts de plantes, trajets quotidiens des travailleurs, flux transfrontaliers de pirogues, turn-over des fonctionnaires ou encore entremêlement des corps pendant le carnaval. Au-delà de ce que les seules données statistiques permettent d’approcher, elles rendent visible d’autres formes de mobilité, d’autres façons de relier les territoires.

15Chapitre 9 : Réveler, l'orpaillage. Omniprésent dans l’espace médiatique et politique, l’orpaillage ne se donne pas facilement à voir. Pourtant, nombre de cartes circulent sur le sujet. Théoriques à partir de projections institutionnelles, extrapolées depuis le terrain, calculées sur la base d’images satellites ou encore exhumées des archives, elles tentent toutes, en suivant leur propre objectif, de révéler une activité souterraine bien difficile à spatialiser.

16Chapitre 10 : Gouverner, le foncier. Des schémas stratégiques de planification d’aujourd’hui aux utopies aménagistes d’autrefois en passant par les revendications territoriales de demain, les cartes sont omniprésentes dès lors qu’on aborde les questions foncières. Loin d’être de simples illustrations, elles cristallisent, en Guyane, des visions du monde parfois complémentaires, souvent contradictoires.

17Chapitre 11 : Imaginer, la Guyane par les cartes. Balayer les cartes de la Guyane dans les bandes dessinées, au cinéma, dans les manuels scolaires ou sur les objets touristiques permet de prendre conscience de la puissance de ce média pour alimenter nos imaginaires. Ceux-ci sont loin d’être façonnés par les seules représentations académiques comme en témoignent les cartes mentales et exercices de géoprospective des élèves guyanais.

18Chapitre 12 : Oublier, le blanc des cartes. Finir cet Atlas Critique de la Guyane en s’intéressant aux blancs des cartes, c’est s’interroger sur les silences des cartographes, sur ce qu’ils oublient, volontairement ou non, et sur la façon dont ils tentent de les combler. Les exemples proposés ici témoignent aussi des effets multiples de ces « oublis » en Guyane.

Quelques cartes

Population (p.13)

Population (p.13)

Infrastructures (p.13)

Infrastructures (p.13)

Établissements pénitentiaires (p.45)

Établissements pénitentiaires (p.45)

Des frontières contestées (p.51)

Des frontières contestées (p.51)

Distances (p.201)

Distances (p.201)

19Référent initial, distance géométrique, distance financière (coût en Euros en saison sèche), distance-temps en saison des pluies et en saison sèche

Haut de page

Table des illustrations

Titre Population (p.13)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Infrastructures (p.13)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Établissements pénitentiaires (p.45)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 810k
Titre Des frontières contestées (p.51)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 885k
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Distances (p.201)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/33806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Atlas critique de la Guyane »Confins [En ligne], 48 | 2020, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/confins/33806 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.33806

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Index Latindex
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search