Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Crónica de campoLa marge au coeur du milieu urbai...

Crónica de campo

La marge au coeur du milieu urbain : un premier terrain dans deux favelas paulistanas.

A margem no coração do meio urbano: um primeiro trabalho de campo em duas favelas paulistanas
The margin at the core of the urban environment: a first fieldwork in two paulistanas favelas
Blanche Panchot

Résumés

La première expérience de terrain est toujours particulière, elle permet d’enfin appliquer seul/e des années de méthodologie apprises sur les bancs de l’université. Cette chronique reprend ainsi les étapes les plus importantes de mon travail dans deux favelas paulistanas. Les événements décrits ont servi à une analyse « par le bas » d’un certain rapport à la ville dans des espaces considérés comme marginaux. Il s’agit aussi de comprendre comment la municipalité organise ces territoires par son manque d’action ou a contrario par la construction d’infrastructures qui les enclavent.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

São Paulo
Haut de page

Texte intégral

1Ce texte a pour objectif de présenter les péripéties d’un terrain de recherche effectué dans le cadre d’un Master 1 de géographie à l’Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne de janvier à avril 2020. Celui-ci se situe à Vila Prudente et Heliópolis, deux favelas de São-Paulo, différentes en bien des aspects. Il s’agira de faire le récit de cette expérience au cours de mes rencontres en tant que chercheuse néophyte. J’ai sélectionné ici les événements les plus importants de mon étude.

2Pour accompagner ce travail je souhaitais également effectuer un film documentaire. Ce médium permet un double point de vue. En amont pour les repérages et en aval car il permet de visionner à nouveau un événement, de constater de nouveaux détails. Ma caméra m’a accompagnée tout le long comme un second carnet de terrain ( photographie 1 et 2). Elle a libéré la parole de certains de mes interlocuteurs, tout comme elle a pu me faire me sentir vulnérable. Elle me rendait visible dans des territoires où je souhaitais plutôt être discrète.

Photographie n°1 et 2 : L’équipement de tournage et croquis de terrain

Photographie n°1 et 2 : L’équipement de tournage et croquis de terrain

3Je voulais me concentrer sur la dichotomie entre la situation des favelas, parfois centrales dans les villes et la perception que l’on peut en avoir, celle de marge érigée à contre-courant des prérogatives de l’urbanisme municipal. J’ai écarté la possibilité de travailler à Rio de Janeiro pour deux raisons : la littérature scientifique sur les favelas de cette ville est déjà abondante et elles sont réputées pour être difficiles d’accès et potentiellement dangereuses pour un étranger. São-Paulo me permettait de conserver les thématiques liées aux grandes villes et de creuser d’avantage cette question des inégalités au sein d’une métropole de rang mondial. Cela interroge ce qui « fait la ville », son cœur économique, son intégration aux réseaux, ses grands buildings? Ou encore ses disparités singulières? Les favelas intégrées à divers degrés au tissu urbain, apparaissent comme l’antithèse de l’ensemble de l’urbanisation de cette métropole.

  • 1 Définition disponible sur le site de l’IBGE : https://www.ibge.gov.br/geociencias/organizacao-do-te (...)

4Au Brésil, on leur préfère en général le terme officiel d’agglomérations sub-normais1, ou de façon plus officieuse celui de comunidade. Ce dernier est mal définit, comme pour nier ou faire de leur présence un euphémisme métropolitain. Elles ne sont plus des blancs de la carte : tout tend à les faire apparaître comme des excroissances urbaines à réguler, niant ainsi les fonctionnements singuliers qui s’exercent en interne. À cet égard une grande majorité des favelas sont placées en ZEIS-1 (Zonas Habitacionais de Interesse social 1, des zones d’habitations d’intérêt social) qui déterminent les lots d’habitations précaires à régulariser et urbaniser. Les favelas, Vila Prudente, Heliópolis, pourtant situées dans les limites de la métropole, semblent considérées comme de « sous-espaces urbains ».

La genèse de Heliópolis et Vila Prudente, conséquences des décisions de la municipalité.

Carte 1 : Localisation des favelas

Carte 1 : Localisation des favelas

Sources : GéoSampa, Blanche Panchot, Avril 2020

  • 2 Instituto Brasileiro de Geografia e Statistica.
  • 3 L’une des 5 lignes de métro à São-Paulo, elle relie Vila Madelena à Vila Prudente

5La favela de Heliópolis est la plus grande des 2 087 de São-Paulo (IBGE 20102, carte 1). Je n’ai trouvé que peu de textes à son sujet mis à part une étude assez précise en 1988 de M. Roussel. Elle ne fait pas partie de ces favelas à la limite du tissu urbain périphérique pour lesquelles les situations foncières sont souvent floues. Elle est sur le territoire municipal de la zone sud de la ville, reliée aux quartiers centraux par la linha verde3 et de grands axes routiers. Elle se déploie sur 1km2 et possède, selon les estimations de l’UNAS (l’association de résidents) environ 200 000 habitants. Elle se situe dans le district d’Ipiranga, à proximité de Vila Prudente dans le district du même nom. Vila Prudente est considérée comme la favela la plus ancienne de São-Paulo. Elle concentre 1 960 familles (IBGE 2010) au terminal de la linha verde. Dans les années 1950, période de construction de grandes infrastructures dans la ville, un pont fut construit pour traverser le Tamanduateí. Une partie des ouvriers s’installa à proximité du chantier et ils firent venir leurs familles. Le terrain est situé entre une zone inondable, à proximité d’une zone industrielle, et ne présentait alors pas de réels intérêt financier pour la municipalité. Puis, entre 1971 et 1972, une route construite pour relier le centre décisionnel aux territoires industriels de la zone sépara la favela en deux. 153 familles furent déplacées sur un terrain inutilisé à quelques kilomètres de là, à titre temporaire. Ce furent les débuts de Heliópolis (M. Roussel, 1988). Les politiques de grands travaux urbains de la municipalité ont donc mené à la genèse de ces espaces.

Les premiers pas dans Heliópolis.

Des bols d’açaï à Liberdade au carnet de terrain à Sacomã.

  • 4 La FAU-USP est la faculté d’architecture et d’urbanisme dépendant de l’USP, l’Université de São-Pau (...)
  • 5 D’après les théories de triplicité de l’espace et du droit à la ville dans La production de l’espac (...)

6J’ai décollé de Paris le 10 janvier pour atterrir le jour suivant à São-Paulo. Lorsque l’avion commença à survoler la ville je distinguai nettement les favelas qui forment des continuums épars autour du centre. À peine le pied posé au sol, je sautai dans un taxi. Le long du trajet j’aperçus la fameuse terre rouge brésilienne encore visible entre quelques espaces bâtis. Je me dirigeai vers Pinheiros, station Sumaré, un quartier où la classe moyenne aisée rencontre de très nombreux expatriés. Arrivée dans ma república (comme est appelée une colocation étudiante au Brésil), je fis la rencontre de mes colocataires, en grande majorité des étudiants parisiens et madrilènes en architecture à la FAUUSP ou l’Escola da cidade4. Mon propriétaire possédait plusieurs maisons toutes à deux minutes à pied de distance et habitées par plus d’une trentaine de personnes. Celle où je résidais était un véritable patchwork bricolé afin d’avoir le plus de chambre possible. Deux conteneurs trônaient dans la cour au-dessous d’une extension de la maison. L’un deux fut ma chambre pour les trois mois. Piqué par la curiosité en apprenant mon projet, mes colocataires ont partagé leurs connaissances avec moi. Elles étayeront en filigrane ma recherche à de nombreuses reprises. L’architecture, l’espace domestique sont devenus des façons de penser la favela qui se sont mélangées au biais « lefebverien »5 que j’ai choisi de suivre.

7Je ne me suis pas rendue dès mon arrivée à Heliópolis car j’avais pris la décision de ne pas y aller seule. Je préférais être accompagnée d’une personne connaissant la favela à même de me faire découvrir ses moindres recoins. Je n’avais eu que quelques échanges par mail avec l’UNAS. Je me suis alors concentrée sur des informations plus théoriques et en ai profité pour découvrir la métropole. Les premiers jours j’ai arpenté la ville et réalisé quelques entretiens pour cadrer ma recherche. À dire vrai, mon temps se décomposait entre mes lectures, des visites de musées et bols d’açaï glacé à Liberdade, le quartier japonais. Je ne pouvais cependant continuer à me retrancher derrière des lectures théoriques. Après plus de deux semaines il fallait à présent parcourir les rues de la favela avec ou sans accompagnant. J’ai demandé à une de mes colocataires, étudiante en architecture, de se joindre à moi.

  • 6 Littéralement Ma maison, ma vie. C’est un programme de construction de logements sociaux initié sou (...)

8Le 29 janvier nous avons pris la linha verde en direction de la station Sacomã. Sorties du métro il nous fallait entamer la seconde étape du trajet vers Heliópolis. Les abords de la station sont composés essentiellement de boutiques, mais plus nous avancions en direction de la favela plus le nombre de vendeurs ambulants augmentait. Après quelques mètres nous fîmes face à une barrière d’immeubles en mauvais état (photographie n°3). Je reconnus immédiatement les logements sociaux que j’avais observé de nombreuses fois depuis Google Maps à Paris. Je savais alors que nous nous rapprochions de la favela. Des affiches étaient collées sur les murs (photographie n°4). Elles faisaient la promotion des habitations Minha Casa Minha Vida6 (MCMV). Ces dernières devaient répondre au besoin de logement sains et viables pour les populations les plus pauvres. Un complexe du programme a été érigé dans la partie sud-ouest de Heliópolis mais a nécessité la destruction de certaines habitations. Ces politiques qui ont montré une certaine réussite à l’échelle nationale ont ici engendré des dynamiques de gentrification. Les appartements bien qu’à bas coût restent trop onéreux pour un grand nombre de favelados parfois contraints de quitter les favelas les plus proches du centre pour migrer vers les plus éloignées.

Photographies n° 3 et 4 : La barrière d’immeuble (3) et les affiches(4)

Photographies n° 3 et 4 : La barrière d’immeuble (3) et les affiches(4)

La frontière du bus 494.

  • 7 Surnom donné aux étrangers par les brésiliens.

9Nous souhaitions aller directement aux bureaux de l’UNAS qui se trouvent dans la partie sud tandis que nous étions au nord. Une grande passerelle s’élève au-dessus d’une route à quatre voies. Celle-ci mène à l’entrée nord de la favela, qu’il fallait encore traverser dans sa totalité. Son état fait aussi contraste avec une passerelle jaune vif, en bon état, menant à une gare routière à proximité. La passerelle pour la favela est grise, plus petite et bien moins entretenue. Lorsque nous commencions à l’emprunter je fus prise d’un doute et si c’était une mauvaise idée de traverser toute la favela, deux gringas7 seules, à pied, sans avoir prévenu personne ? Nous fîmes alors demi-tour à la recherche d’un autre chemin. J’observais tout de même du coin de l’œil les vendeurs ambulants pour savoir quels étaient le type de productions vendues, l’allure des stands et leur localisation le long de notre trajet. La vente était essentiellement des pièces d’électronique et du maraîchage, tenus par des femmes concentrées au pied et à l’entrée de la passerelle. Elles indiquaient symboliquement ma recherche, à la limite entre leur emploi informel et la passerelle au-dessus d’une voie rapide, à l’image de la métropole. Nous parvînmes à trouver un bus, après nous être perdues une quinzaine de minutes dans la gare routière à proximité. Il fallait changer de transport, et pour cela se rendre à un autre endroit, ou bien traverser la favela ce qui prendrait plus de 45 minutes. Avant même d’être rentrées dans la favela je fis le constat qu’il était difficile de s’y rendre.

  • 8 Restaurants brésilien typiques, semblables à des cafétérias.
  • 9 Briques utilisées dans la construction des bâtiments au Brésil.

10Le bus 494 longeait l’estrada das Lágrimas (la “route des larmes”). De part et d’autre de la rue deux formes urbaines se distinguaient et la route en délimitait la frontière. À ma droite un centre commercial, des banques et des enseignes de prêt-à-porter se suivent. À ma gauche Heliópolis était bordée de maisons à un ou deux étages, de petites boutiques, cafés et lanchonetes8. Les façades étaient très variées, parfois carrelées, d’autres laissaient apparaître des tijolos9. Derrières elles nous commencions à apercevoir les rues plus étroites de la favela. Une démarcation nette apparaissait entre l’urbain formel et informel. Elle se matérialisait à la fois par l’allongement des trajets des résidents et par les types de services proposés d’une part et l’autre de la rue. Il y existe une stratégie d’évitement par l’organisation des infrastructures de transport pour les non-résidents. Les bus ne rentrent pas dans la favela, ils la contournent. Ce qui devrait être des éléments intégrateurs du territoire renforce cette perception de l’espace entre la favela, le lieu à éviter et le reste de la ville, le territoire où l’on se rend aisément. Cette structure urbaine du contournement imposée par les transports et infrastructures de déplacement (les passerelles) tendent à invisibiliser la favela et ses résidents.

11Après un trajet à l’étroit dans le bus, secouées par les irrégularités de la route, nous sommes arrivées à destination. Nous avions décidé de prendre le traditionnel cafezinho et un repas dans une lanchonete dans une rue passante de Heliópolis, la rua da Mina Central (photographie n°5). J’en profitais pour discuter avec la propriétaire, résidente de la favela. Son commerce est très apprécié des résidents qui y déjeunent et viennent se retrouver le soir autour d’une skol fraîche. Quand nous fûmes repues la gérante nous indiqua le bâtiment, enfin les bâtiments de l’UNAS puis nous invita à revenir la voir car ici les menus changent régulièrement et une feijoada était prévue pour les jours à venir.

Photographie n°5 : Vue depuis la rue da Mina Central

Photographie n°5 : Vue depuis la rue da Mina Central

L’UNAS.

12Les locaux de l'UNAS sont reconnaissables à leurs façades bleues et jaunes ornées du logo de l’association. C’est un dédale de bureaux, un pour l’administratif, un pour les aides juridiques, un pour l’informatique. L’association tente de prendre en compte tous les aspects de la vie des résidents, de proposer des aides et solutions que n’apportent pas directement la Mairie. « Pas directement » car la Mairie reste le donateur le plus important. Ainsi, elle peut orienter les thématiques d’action (santé, éducation par exemple) et retirer ses donations si ses directives ne sont pas respectées.

  • 10 IAPI est l’institut de retraite et de pension des industries à qui appartenait le terrain initial e (...)
  • 11 COHAB : Compagnie métropolitaine d’habitation de São-Paulo.

13J’expliquais, dans mon portugais encore très maladroit, que je cherchais un certain Douglas, chargé de communication de l’UNAS qui avait répondu à l’un de mes mails mais ne m’avait pas donné de signe depuis. On m’indiqua le bâtiment d’en face : « c’est un autre domaine, ici on accueille les résidents, les partenaires et donateurs de l’association». Je grimpais l’escalier opposé. À la fenêtre j’avais une vue dégagée sur le quartier. On y percevait distinctement les différentes formes urbaines qui composent la favela sur l’ancien terrain de l’IAPI10. Les maisons individuelles, les bâtiments MCMV, construits par le célèbre architecte Ruy Ohtake, d’autres logements sociaux de la COHAB11, et tout au fond des condominios et un terrain industriel de Petrobras. Le paysage de Heliópolis est assez hétéroclite (photographie n° 6). Il correspond aux différentes phases de son histoire. Du terrain initial et des premières installations aux grands projets de logements.

Photographie n°6 : Vue du paysage d’Heliópolis

Photographie n°6 : Vue du paysage d’Heliópolis

14Après une brève discussion avec Douglas, un peu surpris de ma venue, je lui expliquais que je souhaiterais visiter la favela. Ce jour là ce n’était pas possible, mais, si je le voulais, d’ici une semaine une visite sera organisée avec des étudiants étrangers et je pourrais venir avec ma caméra. Je n’osais pas encore la sortir partout. Je préférais avoir l’aval des résidents. Douglas me rassure, selon lui à Heliópolis je n’avais pas d’inquiétude à avoir je pouvais m’y promener à ma guise. Notamment car il n’y a pas plus de trafic ici qu’ailleurs, pas plus de risques ici qu’ailleurs, mais je n’étais toujours pas entièrement rassurée de devoir parcourir seule la favela. Il nous montrait tout de même les différents bureaux et expliquait mon projet à un groupe d’adolescents sollicités pour faire une cartographie de la favela. L’UNAS tente d’effectuer un travail statistique et cartographique de grande ampleur qui permettrait de légitimer cet espace symboliquement et formellement. Lorsque nous commencions à prendre le chemin du retour des employés de l’UNAS ont tenu à nous dire que Heliópolis n’est plus une favela. C’est un quartier à part entière. Ici, on lui préfère le terme communauté (comunidade). Ici, le terme de favela est devenu une part de leur histoire, de leur culture, de l’identité des résidents plus qu’une entité spatiale réelle. Ce glissement sémantique (favela, comunidade) n’est pas du goût de tous à Sao-Paulo. Chaque camp a de nombreux arguments. Si Heliópolis choisit le terme de communauté, Vila Prudente revendique celui de favela. Pourtant, les deux sont issues d’un même noyau démographique. D’une occupation illégale des terrains.

Prendre en compte les biais de la recherche, de la favela au SESC Paulista.

15Un peu étonnée de ces derniers propos je compris que l’image que les résidents veulent donner de leur quartier est un discours politique plus qu’une réalité concrète du terrain. Ces discours sont inhérents aux choix de leurs représentants, ici l’UNAS. Pour ma deuxième visite à Heliópolis je fus à nouveau accompagnée de ma colocataire. Nous décidâmes d’y aller à pied pour que je puisse prendre plus de notes. Une fois arrivées, nous fûmes accueillies par Douglas, la Présidente de l’UNAS (une des premières résidentes de Heliópolis) et le groupe d’étudiant étrangers. Leur guide brésilien ne pouvait se retenir de jeter des coups d’œil par-dessus son épaule comme s’il était inquiet d’être là. Nous étions assez étonnées de voir un Brésilien perturbé de se retrouver en ce lieu. Mais finalement, nombre de Paulistanos n’ont pas eu l’occasion de se rendre dans une favela, ils n’ont pas de raisons d’y aller. L’image négative des favelas s’est insinuée dans nombre d’esprit de brésiliens et d’étrangers, du fait de la méconnaissance de ces territoires et des préjugés plus ou moins fondés qui les précèdent.

16Cette visite avait pour but, à mon sens, de faire l’éloge des réussites de l’association, dans une perspective de valorisation du territoire plus que d’une présentation réelle de Heliópolis. Un groupe d’enfant nous avait préparé un spectacle suivi d’une discussion dans la bibliothèque communautaire où les étudiants furent étonnés de découvrir qu’ils avaient visionné les mêmes films américains durant leur enfance. J’avais le sentiment d’avoir assisté à une mise en scène, une version faussée du quotidien à Heliópolis. Après cela, je réalisais peu à peu que travailler uniquement sous l’égide de l’UNAS ne m’apporterait pas toutes les réponses, bien qu’elle fonctionne grâce aux résidents et que le travail effectué est tout à fait remarquable. L’association me donnait sa vision des choses avec peu de nuance.

17Un second élément m’a permis de prendre en compte un autre biais de ma recherche. Beaucoup plus insidieux puisqu’il s’agit de ma propre subjectivité. En effet, je fis une demande d’interview à Rita C qui venait de quitter son emploi au bureau d’urbanisme de la mairie de São-Paulo. Elle me narra la réussite des logements sociaux, politiques publiques récentes mais faute d’argent, tout n’a pas pu être réalisé et les inégalités continuent de se creuser : Si les favelas gagnent en visibilité cela leur permet aussi d’être plus légitimes pour les demandes de services et d’infrastructures. Les actions de l’UNAS vont dans ce sens. Au cours de la discussion je pris conscience de l’environnement dans lequel nous étions. Le SESC Paulista est un immeuble moderne sur l’avenue du même nom, un lieu culturel avec restaurant et café. La population qui le fréquente est celle des beaux-quartiers et des étudiants. Il m’a semblé alors assez ironique de mener un entretien sur les conditions de vie et le quotidien des favelados, dans un lieu pareil. Je suis moi-même une étudiante, française, blanche issue de classe moyenne occidentale. Je découvrais une autre réalité du terrain. Celle de ma position de chercheuse, de la minutie que je devrais mettre en œuvre pour être la plus précise possible dans mes analyses en ayant conscience de ce paradoxe.

D’une favela à l’autre.

Les rencontres fortuites.

  • 12 PCC ou Primeiro Comando do Capital, organisation de la pègre

18Je fis, quelques jours après, par hasard, la rencontre d’un favelado sans domicile, trafiquant repenti. Nous avons discuté pendant plusieurs heures de son histoire et surtout de son sentiment d’abandon de l’État. « De toute façon tout le monde est corrompu ». La pauvreté l’a mené jeune à intégrer le gang du PCC12 pour avoir un revenu. Lorsque que je cherchais à en savoir un peu plus sur le fonctionnement du gang, mon interlocuteur m’a immédiatement demandé de couper la caméra et le micro et de m’en tenir à mes notes. Le sujet est sensible. Au fur et mesure de la discussion le ton devenait de plus en plus sévère à l’égard de l’État. Je dû mettre fin à celle-ci lorsqu’il commença à sortir sa drogue sur la table qui nous séparait. Il souhaitait tout de même poursuivre notre discussion pour me donner plus de détails. Il me fixa un rendez-vous le lendemain sur un terrain, à proximité de chez moi, connu pour être un lieu de trafic. Il ne s’y rendit pas et je n’ai pas pu poursuivre nos entretiens.

19La question du trafic et des gangs ne devait pas devenir un sous-thème de ma recherche. Je souhaitais seulement l’évoquer. Non pas qu’elle ne me paraissait pas pertinente, mais elle n’était pas mon domaine d’étude et je ne savais pas comment l’aborder sans tomber dans un enchaînement de poncifs. Or, la récurrence de cette thématique dans les propos des personnes interrogées m’incita à l’intégrer dans mon sujet. Je compris l’importance du PCC, le gang majoritaire de São-Paulo, qui, faute de présence concrète de l’État dans les favelas peut faire office de contre-pouvoir qui organise et régit parfois ces espaces. Dans de nombreux cas ils tentent de faire régner l’ordre et n’ayant pas de concurrents dans la ville, les violences sont souvent limitées à des affrontements entre les membres des gangs et la police militaire. Malheureusement, les affrontements font régulièrement de nombreuses victimes « civiles ». La présence du gang cause aussi une stigmatisation des favelados assimilés au trafic de drogue.

  • 13 Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne. Ce sont des centres de vente alimentaire qu (...)
  • 14 Movimento de Defesa do Favelados, association de favelados réunissant 35 favelas à São- Paulo.

20N’ayant plus de contact à Heliópolis je pris la décision d’accompagner une amie, Angèle Proust (doctorante à Paris 1), sur son terrain portant sur les questions d’alimentation à São-Paulo. Cela me mena auprès des paysans sans terre et je pus faire l’expérience de la cueillette de goyaves, chose bien éloignée de mon terrain de recherche. C’est ainsi que je fis la rencontre de la gérante d’une AMAP13 dans une église de Vila Alpina. Son mari, présent lui aussi, connaît bien les favelas de São-Paulo, Paraisópolis (le seconde plus grande de la ville) et surtout un prêtre officiant dans la petite favela de Vila Prudente. Entre deux présentations des paniers de fruits et légumes je lui demandais quelques numéros de téléphone. Le jour même je pris contact avec Padre Assis et son collègue André au sein du MDF14.

Vila Prudente.

  • 15 Lignes de train déservant la périphérie

21Ils acceptèrent rapidement de me rencontrer. Angèle m’accompagna. Caméra et carnet de terrain en main, j’arrivais au terminus de la linha Verde pour rencontrer André, activiste du MDF et résident de Vila Prudente. Il nous a accueilli à la sortie du métro avec l’un de ses amis, très heureux de nous recevoir. Le métro est entouré de condominios et d’un pont autoroutier qui coupe la vue sur le reste du district. La proximité d’une université, d’une zone industrielle, d’un échangeur pour le CPTM15 et d‘un terminal routier font de cette station un lieu de passage important. Nous n’avions pas le temps de faire de longues présentations, la pluie était de plus en plus forte. On ne put se rendre immédiatement dans la favela. Les rues risquaient d’être inondées et impraticables. On se réfugia dans un café d’une rue adjacente. Ces fortes pluies sont responsables d’importantes inondations à Vila Prudente. Le réseau pluvial ne peut drainer suffisamment les écoulements de la ville résultant en un déversement des eaux vers les espaces périphériques. Ces événements sont quasi-annuels et d’ampleurs variables.

Cartes n°2,3 et 4 : Les inondations de 2018 et 2019 à Vila Prudente et Heliópolis.

Cartes n°2,3 et 4 : Les inondations de 2018 et 2019 à Vila Prudente et Heliópolis.

Sources : Géosampa, Blanche Panchot, Avril 2020

22Je posai ma caméra et nous avons discuter plusieurs heures autour d’un cafezinho et de quelques salgados (fritures et beignets). André est un homme engagé, membre du MDF mais aussi proche du PT-Parti des Travailleurs (pour lequel il est candidat pour être élu conseiller municipal aux élections de 2020). Il me raconta l’histoire de Vila Prudente, les aménagements effectués grâce au mutirão. Cette notion renvoie aux constructions collectives que les résidents effectuent dans un système de partage de services. Les résidents ont participé à la grande majorité des aménagements de la favela: les habitations, le centre culturel et le système d’évacuation des eaux usées. Puis, chose qui fut vérifiée quelques mois après notre discussion, nous abordons la vulnérabilité de cet espace. En cas d’épidémie, les conditions sanitaires au sein de la favela rendraient la situation incontrôlable. Bien qu’elles se soient améliorées, elles restent fragiles. De plus, le projet de construction du métro périphérique menaçait de destruction une partie des habitations. Cela sert d’argument à la municipalité pour ne pas prendre de mesures de réhabilitation et de réfection des bâtiments.

23Les discussions entre le MDF, les résidents, la mairie d’arrondissement et la compagnie de transport métropolitaine mettent en évidence les difficultés de la gouvernance de la favela. Les résidents ont le sentiment d’être ignorés et soumis aux décisions de ces grandes instances sans prise en compte de leur lieu de vie et des difficultés individuelles. Pour l’instant, le MDF est parvenu à éviter les expulsions. Le visage d’André s’attrista lorsqu’il aborda ce sujet. Il a grandi dans les rues de cette favela et a fait le choix d’y rester avec sa famille. Il étala toutes sortes de projets de lois et de cartes sur la table. Il me dit qu’il suit avec Padre Assis un master de droit. Ils se préparent à la riposte.

24Dès le retour du soleil, il nous invita à le suivre pour passer de la carte à la réalité. À nouveau je constatais une frontière entre l’extérieur et l’intérieur de la favela. À la fois marquée par les différences esthétiques de façade et par un axe routier qui bloque le chemin. Cette route qui sépare la favela en deux lui donne l’allure de la botte italienne et de la Sicile. Nous passons les premières rues et une fois au centre on me demanda de ranger ma caméra. Les trafiquants étaient présents et il ne fallait pas qu’ils la voient.

25Ils surveillent leur territoire, rendent des comptes à leurs chefs et protègent, paradoxalement, les populations en réglant les problèmes de voisinage (Justine Ninnin, 2014. Gabriel de Santis Feltran et David Yann Chaigne, 2016). Ils évitent toute violence pour protéger les habitants et pour ne pas donner de raisons supplémentaires à la police d’intervenir. De ces observations j’ai construit une carte de l’organisation du trafic qui repose sur des faits que j’ai déduit de mes différentes visites :

Carte n° 5 : Observations sur le trafic de drogue

Carte n° 5 : Observations sur le trafic de drogue

Blanche Panchot, Avril 2020, Geosampa données de terrain

26Je m’engageais donc sans caméra dans les ruelles. Vila Prudente possède des constructions plus fragiles que Heliópolis, les ruelles sont plus étroites, par endroits l’air et la lumière peinent à circuler (photographie n° 7, 8,9 ). À dire vrai, les maisons ressemblent plus à celle que j’imaginais dans une favela, où l’ont distingue les étapes de l’autoconstruction.

Photographie n°7 : Rue d’entrée principale de Vila Prudente

Photographie n°7 : Rue d’entrée principale de Vila Prudente

Photographie n°8 : Rue au centre de Vila Prudente

Photographie n°8 : Rue au centre de Vila Prudente

Photographie n°9 : Vue des toits des habitations à Vila Prudente

Photographie n°9 : Vue des toits des habitations à Vila Prudente

27Je fus impressionnée de voir que tous saluaient André sur son passage et réalisais l’importance de l’association et de ses acteurs pour donner une voix à l’ensemble des résidents. Nous nous sommes rendus dans l’église, puis les annexes du centre culturel et de l’association qui sont au cœur de la favela. Ils accueillent adultes comme enfants, proposent des cours extra-scolaires et des formations pour les jeunes. Il est intéressant de constater qu’une nouvelle génération de favelados ayant eu accès à l’éducation et à l’emploi fait le choix de rester y habiter pour continuer de la faire vivre.

28Tout au bout de la botte que dessinent les limites de Vila Prudente nous avons rencontré une femme d’une cinquantaine d’années. Elle était en larmes. Les dernières inondations avaient à nouveau touché sa maison située près des rives du fleuve. Je distinguais les stigmates de moisissures sur les murs intérieurs et extérieurs. Une longue trace noire à hauteur de tête délimitait la hauteur atteinte par la lame d’eau, elle contrastait avec les planches de bois roses et jaunes qui ornent la façade. André lui apparaissait comme la personne capable de régler sa situation. Un peu émues par cette discussion et la nuit arrivant nous avons décidé de prendre un dernier café chez lui.

29Sa maison était construite entre deux autres habitations et avec peu de surface au sol elle a été surmontée de deux étages. La pièce principale au rez-de-chaussée se composait d’un salon et d’une cuisine semblables à de nombreux intérieurs brésiliens avec des carreaux du sol au plafond. André nous a raccompagné au métro. Nous prévoyons de nous revoir pour un churrasco (barbecue) ou chez Padre Assis, ou les deux.

30C/ L’exaltation d’une fierté d’être favelados.

31Padre Assis est un autre acteur essentiel de Vila Prudente. Originaire du Cap-Vert il fut ordonné prêtre en France où il fit ses études de théologie. Il a vécu quelques années au Nordeste avant de se rendre à Vila Prudente, par le biais du MDF, et de s’y installer depuis sept ans au moment de notre rencontre. C'est un homme engagé qui a une parfaite connaissance des problématiques politiques, économiques et sociales de la favela. Je le remercie par ailleurs de m’avoir donné tant d’outils bibliographiques et théoriques lors de nos rencontres. Après un échange de message par WhatsApp il me proposa de venir déjeuner chez lui où se trouverons les membres de l’école de Samba de Vila Prudente. Accompagnée d’Angèle, à peine le pas de la porte passée nous nous sommes retrouvées assises au milieu des danseurs, une bière à la main, un plat traditionnel cap verdien sur les genoux. L’ambiance était festive, la musique résonnait de la cuisine au grand salon emplis de chaises en plastique pour l’occasion. Cela me donnais l’occasion de parler avec d’autres résidents de Vila Prudente entre deux essayages de costumes pour le carnaval (photographie n° 10 ). Cet événement est essentiel pour les favelados. Il est à la fois source de fierté de pouvoir représenter son quartier et permet aux différentes classes sociales de se rencontrer et d’interagir via les défilés.

Photo n°10 : La préparation des costumes pour le carnaval

Photo n°10 : La préparation des costumes pour le carnaval
  • 16 Édifice construit pour faire défiler les diérentes écoles de Samba pendant le carnaval ociel

32Le salon d’Assis s’est remplit tout au long de la journée, chacun essayait son costume, discutait, mangeait, buvait pour célébrer cette semaine de carnaval. Je constatai que les personnes présentes étaient fières de vivre dans la favela, de représenter la culture qui en émane. Après avoir passé l’après-midi avec eux, nous nous sommes dépêchées d’aller au Sambadromo16 de São-Paulo avant de prendre un bus pour Rio dans la nuit. Cela me soulageait quelque peu car ces derniers jours nous avions des problèmes de contamination de l’eau et de déversement des eaux usées dans ma colocation. L’état de la maison se dégradait fortement. Parties pour trois jours de carnaval nous avons profité de la cité carioca en dansant aux rythmes de la samba.

33Je fis le même constat à Lapa que chez Padre Assis. Accompagné d’un ami brésilien nous étions assis sur les célèbres marches. Tout le monde dansait et s’époumonait sur des airs brésiliens (photographie n° 11) La cadence était tout aussi rapide que joyeuse. Les faux policiers en tutu serraient la main aux jeunes filles en maillot de bain et ailes dans le dos. Nous avons croisé le chemin d’un groupe de jeunes avec qui nous avons sympathisé. Originaires de São-Paulo ils avaient fait le déplacement à Rio pour l’occasion. Mais avant même de donner leurs prénoms ils se sont présentés comme des favelados de Paraisópolis. Cet élément semblait faire partie de leur carte d’identité, ils en étaient fiers. Fiers d’appartenir à cette communauté. Ce sentiment tend à se développer comme moyen de reprendre en main une histoire qui leur aurait échappé jusque-là au gré des oppressions et discriminations. Au même titre, à Vila Prudente des jeunes ont créé une marque, au départ de bracelets puis de vêtements, appelée « Sou Favela ». Elle est représentative de ce phénomène, qui n’est pas nécessairement récent, mais qui gagne en visibilité à travers de nombreux médiums dont les réseaux sociaux.

Photographie n°11 : Foule à Lapa pendant le carnaval

Photographie n°11 : Foule à Lapa pendant le carnaval

Des scènes de liesses à la stupéfaction d’un départ anticipé.

La dernière interview.

  • 17 Marielle Franco se définissait comme «  Femme, Noire, crée à la Maré [une favela de Rio de Janeiro] (...)

34Je repris rendez-vous par la suite avec Padre Assis pour une après-midi d’interview. Il me fit faire un tour de la maison, on s’arrêta un peu à l’étage. Les murs étaient parsemés d’autocollants de figures révolutionnaires de gauche, d’autres à l’effigie du MST et de Marielle Franco17 qui illustrent ses engagements. Sur les autres murs s’étalaient deux bibliothèques bien fournies. Il me tendit quelques ouvrages qui pourraient m’aider. Puis, il me proposa de faire l’interview à l’extérieur. Nous nous sommes installés sur la terrasse en hauteur bordée de larges immeubles. Il les regarda un peu dubitatif. Pour lui ces bâtiments sont antinomiques à la vie dans la favela. Ils enfermeraient les résidents, ne permettraient pas les échanges. Les rues, certes étroites, des favelas sont aussi synonymes de rencontres fortuites. Elles sont l’espace public de la communauté. Les immeubles entassent les gens. L’interview s’est étendue sur de très nombreux sujets, du foncier au racisme en passant par la construction du CPTM. Il finit par chercher la constitution brésilienne pour me montrer comment lui et les autres résidents parviennent à maintenir leur présence à Vila Prudente. Il pointe l’article 5 « La propriété répondra à sa fonction sociale. ». Une phrase qui représente bien le paradoxe de la légitimité des favelas. L’occupation illégale des sols se justifie ainsi, les menaces d’expulsion aussi. La fonction sociale est respectée si les habitants résident en ce lieu, mais l’insalubrité et la situation illégale la rende caduque.

35Je filmais tout, presque frénétiquement pour ne perdre aucune information. L’après-midi passa si vite qu’il était temps pour lui de se rendre à ses cours du soir à l’université. Je lui demandais s’il serait possible de me faire rencontrer les résidents, de discuter avec eux et, si ils acceptaient, de les filmer chez eux. Padre Assis acquiesça « Oui mon amie, la semaine prochaine sauf les jours où j’ai cours ». Il me proposa un autre churrasco avec ses amis dans les semaines à venir, et j’acceptais. Je rentrais à Sumaré soulagée de savoir que j’allais enfin pouvoir discuter avec les habitants. J’eu le sentiment que mon travail de terrain devenait de plus en plus dense.

36Nous étions déjà le 12 mars.

Des nouvelles de France.

37À la même période une amie avait fait le voyage depuis Paris pour venir me voir quelques jours. Elle nous fit prendre conscience, mes colocataires et moi-même, de l’ampleur de la situation. Le 15 mars nous apprîmes le confinement en France. À cette période au Brésil les chiffres officiels annonçaient peu de contaminations. Le consulat à São-Paulo et l’Ambassade française nous incitaient à prendre des vols commerciaux mais sans panique. Nous ne savions pas encore grand-chose et deux de mes colocataires étaient malades. Ayant eu des échos d’Europe ils demandèrent à être testés pour ne pas contaminer les autres. Cela leur a été refusé, malgré les symptômes d’agueusie, d’anosmie, de forte fièvre et de toux. En remontant le fil des dernières semaines nous fîmes le constat que nombre d’entre nous avaient été vivement malades, en cascade, depuis le carnaval. Mais n’ayant pas réellement connaissance et conscience de la Covid nous ne nous en étions pas alertés. Mon amie a préféré repartir en France deux jours après son arrivée. Quant à nous, nous voulions attendre de voir si la situation allait s’améliorer et si le Brésil allait être épargné. Je souhaitais rester encore quelques semaines pour compléter ma recherche.

38Nous nous sommes tout de même confinés. L’ambiance du quartier était changée. Le Beco do Batman, une allée de graffitis touristique à seulement trois minutes de chez moi, où auparavant des dizaines de personnes faisaient la queue pour prendre des photos, n’était plus que fréquenté par de rares touristes en voiture. Au gré des informations qui nous parvenaient, certains souhaitaient louer une maison en périphérie de São-Paulo, certains voulaient rejoindre la Guyane, d’autres en profiter pour visiter les avenues vides de la ville. C’était une cacophonie de souhaits à l’image de la situation. Progressivement plus de la moitié d’entre nous prirent la décision de rentrer auprès de nos proches. Mon billet de retour était pour le 6 avril. Je ne l’ai pas changé.

39Le nombre de personnes contaminées s’accéléra rapidement. Dès la mi-mars les Paulistanos se confinèrent comme il le purent alors même que bars et restaurants étaient encore ouverts. Le soir les fenêtres s’illuminaient dans un vacarme d’une dizaine de minutes après 19 ou 20h. « Fora Bolsonaro ! », « Bolsonaro ! Genocídio » « Bolsonaro acabou ! ». Le tout accompagné d’une symphonie de casseroles et objets métalliques.

L’arrêt brutal de la recherche.

40En parallèle de cela je me questionnais évidement sur les possibles conséquences de cette épidémie à Vila Prudente, Heliópolis et dans les autres favelas. Je me souvins de ma première discussion avec André sur les difficultés de gestion d’une crise sanitaire. Les favelados sont vulnérables à la fois hors et dans leur lieu de résidence. En interne par le manque d’infrastructures sanitaires et la promiscuité des habitations. En externe du fait de leurs emplois, souvent précaires les résidents sont contraints de continuer de travailler et de s’exposer. Le confinement n’est possible que partiellement. Le rôle des associations est devenu essentiel. Elles sont devenues à la fois la source d’information et de prévention. Elles ont dû organiser les distributions de masque, gel et de nourriture qui venait à manquer pour les familles les plus démunies. Les deux favelas ont été et sont encore très touchées. Deux semaines après mon départ du Brésil Vila Prudente a été endeuillée plus d’une dizaine de fois et bien plus pour Heliópolis. La situation reste à ce jour difficile (Covidam, H. Théry 2020, C. Simoni Santos 2020). Les élections municipales qui approchent ont remis en lumière les conditions précaires des favelados. Mais pour combien de temps ?

41Je suis toujours en contact avec Padre Assis et compte poursuivre mes recherches à Vila Prudente. Tout en sachant que beaucoup de choses auront changé. Tout en sachant que la favela aura changé. Le Brésil est toujours dans une situation de fragilité sociale, politique et sanitaire qui met en évidence les inégalités de son territoire.

Haut de page

Bibliographie

Covidam , https://covidam.institutdesameriques.fr/, Billet de Théry. H le 8 juillet 2020 et Simoni Santos, C le 5 octobre 2020

Ninnin, J., « Ordre social, ordre spatial : territorialisation des politiques de sécurité publique à Rio de Janeiro », EchoGéo [En ligne], 28 | 2014, mis en ligne le 08 juillet 2014, URL : http://journals.openedition.org/echogeo/13794

Roussel, M., « Favelas » et pouvoir municipal à São Paulo : de la répression à la tolérance. In: Tiers-Monde, tome 29, n°116, 1988. Le logement des pauvres dans les grandes villes du Tiers Monde, sous la direction de Michel Rochefort. pp. 1067-1082.

Santis Feltran, G. de, et Chaigne, D.,Y., « La guerre au quotidien », L’Homme [En ligne], 219-220 | 2016, mis en ligne le 28 novembre 2018, URL : http://journals.openedition.org/ lhomme/29049

Haut de page

Notes

1 Définition disponible sur le site de l’IBGE : https://www.ibge.gov.br/geociencias/organizacao-do-territorio/tipologias-do-territorio/15788-aglomerados-subnormais.html?=&t=o-que-e

2 Instituto Brasileiro de Geografia e Statistica.

3 L’une des 5 lignes de métro à São-Paulo, elle relie Vila Madelena à Vila Prudente

4 La FAU-USP est la faculté d’architecture et d’urbanisme dépendant de l’USP, l’Université de São-Paulo. L’Escola da Cidade est une école d’architecture de la ville située à República au centre de la ville.

5 D’après les théories de triplicité de l’espace et du droit à la ville dans La production de l’espace, 1974 et Le Droit à la Ville, 1968, H. Lefebvre. Cela impliquait aussi une étude dite « par le bas », avec les acteurs locaux et résidents.

6 Littéralement Ma maison, ma vie. C’est un programme de construction de logements sociaux initié sous Lula en 2009.

7 Surnom donné aux étrangers par les brésiliens.

8 Restaurants brésilien typiques, semblables à des cafétérias.

9 Briques utilisées dans la construction des bâtiments au Brésil.

10 IAPI est l’institut de retraite et de pension des industries à qui appartenait le terrain initial et où furent déplacés les 153 familles originaires de Vila Prudente. Les résidents étant souvent des employés des chantiers publics cela explique leur déplacement sur un terrain municipal avant que le nombre d’habitation augmente considérablement et dépasse ces limites.

11 COHAB : Compagnie métropolitaine d’habitation de São-Paulo.

12 PCC ou Primeiro Comando do Capital, organisation de la pègre

13 Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysanne. Ce sont des centres de vente alimentaire qui tendent à réduire les intermédiaires du producteur au consommateur.

14 Movimento de Defesa do Favelados, association de favelados réunissant 35 favelas à São- Paulo.

15 Lignes de train déservant la périphérie

16 Édifice construit pour faire défiler les diérentes écoles de Samba pendant le carnaval ociel

17 Marielle Franco se définissait comme «  Femme, Noire, crée à la Maré [une favela de Rio de Janeiro], défenseure des droits humains ». Sociologue de formation, elle fut élue membre du conseil municipal de Rio de Janeiro de janvier 2017 à mars 2018 pour le parti PSOL (Parti socialiste et liberté). Elle fut assassinée avec son chauffeur Anderson Pedro Gomes le 14 mars 2018, ce qui souleva des vagues d’indignation dans tout le pays. Ses meurtriers présumés sont soupçonnés d’être en lien avec des milices proches du MDB (Mouvement Démocratique Brésilien), parti de l’ancien président Michel Temer. Elle est devenue une figure emblématique des causes qu’elle défendait, au Brésil et dans le monde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie n°1 et 2 : L’équipement de tournage et croquis de terrain
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-1.png
Fichier image/png, 2,9M
Titre Carte 1 : Localisation des favelas
Crédits Sources : GéoSampa, Blanche Panchot, Avril 2020
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-2.png
Fichier image/png, 614k
Titre Photographies n° 3 et 4 : La barrière d’immeuble (3) et les affiches(4)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-3.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Photographie n°5 : Vue depuis la rue da Mina Central
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Photographie n°6 : Vue du paysage d’Heliópolis
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Cartes n°2,3 et 4 : Les inondations de 2018 et 2019 à Vila Prudente et Heliópolis.
Crédits Sources : Géosampa, Blanche Panchot, Avril 2020
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Carte n° 5 : Observations sur le trafic de drogue
Crédits Blanche Panchot, Avril 2020, Geosampa données de terrain
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-7.png
Fichier image/png, 737k
Titre Photographie n°7 : Rue d’entrée principale de Vila Prudente
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-8.png
Fichier image/png, 799k
Titre Photographie n°8 : Rue au centre de Vila Prudente
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-9.png
Fichier image/png, 662k
Titre Photographie n°9 : Vue des toits des habitations à Vila Prudente
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-10.png
Fichier image/png, 597k
Titre Photo n°10 : La préparation des costumes pour le carnaval
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-11.png
Fichier image/png, 644k
Titre Photographie n°11 : Foule à Lapa pendant le carnaval
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/35798/img-12.png
Fichier image/png, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Blanche Panchot, « La marge au coeur du milieu urbain : un premier terrain dans deux favelas paulistanas. »Confins [En ligne], 49 | 2021, mis en ligne le 20 mars 2021, consulté le 15 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/confins/35798 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.35798

Haut de page

Auteur

Blanche Panchot

Mastérante en Géographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, blanchepanchot@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search