Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51ResenhasLes veines de la Terre

Resenhas

Les veines de la Terre

As veias da Terra
The veins of the Earth
Catherine Justin
Référence(s) :

Les Veines de la Terre. Une anthologie des bassins‑versants, Marin Schaffner, Mathias Rollot, François Guerroué (Éds.), Cartes de Grasshopper Geography, Wildproject, Collection Petite Bibliotheque D'Ecologie, 2021, 160 pages

Texte intégral

1Les veines de la Terre est une anthologie militante de la Petite bibliothèque d’écologie populaire fondée par Baptiste Lanaspeze et Marin Schaffner. Cette anthologie heureusement subjective s’ouvre sur des cartes qui localisent les « veines de la Terre », ces vastes bassins versants cartographiés par Grasshopper Geography qui « fait de l’art des cartes » (https://www.grasshoppergeography.com/​). Un bleu turquoise permet d’identifier immédiatement, sans nul besoin de nomenclature, le vaste bassin-versant de l’Amazone et un jaune fluorescent permet localiser tout de suite le bassin-versant si ramifié du Paraná. Des cartes fabuleuses !

Bassins-versants d’Amérique du Sud

Bassins-versants d’Amérique du Sud

https://sciencepost.fr/​fleuves-de-magnifiques-cartes-representant-reseaux-mondiaux/​

2Les bassins versants, qui désignent tout ou partie des bassins hydrographiques, sont des espaces de vie végétale, animale et humaine. Mais ce sont aussi de vastes espaces malmenés par l’artificialisation des sols (extension urbaine, infrastructures diverses), l’aménagement des cours d’eau et les pollutions des eaux. Cette anthologie propose donc de recentrer nos modes de vie à partir des bassins versants pour plus de justice écologique, sociale mais aussi spatiale. Le biorégionalisme constitue donc le fil directeur de cette démarche.

Bassins-versants français

Bassins-versants français

https://www.sciencesetavenir.fr/​nature-environnement/​en-images-ces-cartes-montrent-comment-les-fleuves-et-les-forets-recouvrent-le-monde_138989#animatedModal

3L’anthologie s’ouvre sur un recueil de textes portant sur les géographies des bassins-versants. L’Histoire d’un ruisseau que rédige Elisée Reclus en 1869 montre qu’il s’agit de « comprendre qu’on a sous nos yeux une des forces en mouvement de la Terre ». Il n’écrit pas l’Amazone ; il évoque « le fleuve des Amazones ». Ce n’est pas l’estuaire de la Gironde mais bien « la mer de Gironde ». Quelle plus belle écriture que la sienne pour décrire la formation d’un delta ? Géographie poétique ou poésie de la géographie pour raconter cette victoire du fleuve sur l’océan.

4Patrick Geddes (1854-1932) dresse dans L’étude géographique des villes (1904) une « géographie fondamentale » de la ville en lien avec le bassin-versant. À ses yeux, « cette hiérarchie descendante de la montagne-hameau à l’océan-métropole » est le fruit d’une enquête sur la ville. Cette dernière est le lieu de vie par excellence car elle est située au cœur des bassins-versants. Le troisième texte, celui de l’essayiste Kirkpatrick Sale, L’art d’habiter la Terre (1985), place la biorégion, la région naturelle notamment définie par les bassins-versants, au cœur de l’organisation spatiale des territoires. Il dresse alors une approche multiscalaire des régions naturelles. L’éco-région, la plus grande d’entre elles, inclut des bassins-vastes aussi vastes que le Missouri, le Mississippi et les fleuves de l’Arkansas pour circonscrire le plateau de l’Ozark. La géo-région, plus petite biorégion, est repérable par un bassin-versant comme celui du fleuve White dans l’éco-région de l’Ozark. Enfin, la morpho-région, à plus grande échelle, permet de distinguer les spécificités du bassin-versant entre sa source, son cours et son embouchure. Le bassin-versant du fleuve du Connecticut présente ainsi « une série de changements très visibles ». C’est ainsi que les Indiens d’Amérique habitaient leur espace de façon biorégionale. L’auteur soulève alors implicitement la question du tracé des frontières.

5Dans les années 1980, pour sauver « sa » baie de la pollution, l’ostréiculteur Hatakeyama Shigeatsu a repensé le fonctionnement d’un bassin versant. Il raconte cette victoire dans La forêt amante de la mer en 1994. Parce qu’un boisement riche en feuillus enrichit les eaux marines, le bassin fluvial de l’Ô-kawa est reboisé avec l’aide des paysans, des villageois et des pêcheurs. Naît ainsi un mouvement populaire et citoyen. « La forêt et la mer sont reliées par des fleuves pleins à déborder d’une eau fraîche et limpide, et plus l’eau est pure, plus profond est le lien. ». L’anthropologue Deborah Bird Rose (1946-2018), a passé sa vie avec les Aborigènes du nord de l’Australie qui pensent également les bassins-versants comme des biorégions essentielles pour l’identité de ces peuples. « Une personne pourrait dire, par exemple, je suis une personne d’eau douce, ou je suis une personne d’eau salée. » (Oiseaux de pluie, 2009).

6À la perception géographique des bassins-versants qui s’inscrit donc dans des territoires de différents continents succèdent des textes sur les imaginaires. Quelles représentations, quels récits, quels mythes ont détaché les bassins-versants de la réalité géographique ? Le philosophe Gaston Bachelard a écrit en 1941 un essai sur l’imagination de la matière, L’eau et les rêves. L’eau le plongeait toujours dans une rêverie profonde et chaque élément aquatique devenait souvent pour lui « un symbole psychologique essentiel ». La pleine conscience de l’eau mobilisait aussi son inconscient. L’écriture des biorégionalistes États-uniens PeterBerg et Raymond Dasmann nous replonge dans la Californie et ses bassins-versants peuplés pendant 15 000 ans par 500 groupes humains autochtones distincts qui respectaient leur écosystème environnant. Quelle rupture avec la Californie « envahie » depuis deux siècles ! Pour les auteurs, il s’agit de « transiter vers une société réhabitante » ce qui requiert quelques changements fondamentaux.

7L’écrivain Sony Labou Tansi nous plonge ensuite dans l’un de ses poèmes, L’empire de l’eau, une ode magnifique dédiée au fleuve Congo avec une petite musique qui s’écoule dans la tête en même que se dévoilent aux yeux de la lectrice ou du lecteur les métaphores qui se succèdent, plus belles les unes que les autres pour rendre compte de la dimension magique de ce fleuve si puissant. Dans les Bassin fluviaux de la conscience (1996), l’italien Guiseppe Moretti convoque la notion de réhabiter. Réhabiter les bassins-versants, qui constituent un écosystème spécifique depuis leur source jusqu’à leur embouchure, c’est réhabiter notre pleine conscience pour « permettre à la nature sauvage d’exister » le long des fleuves. C’est cesser de « dévier, couper, emprisonner, priver » les fleuves. Enfin, avec le texte de Gary Snyder, nous sommes le bassin-versant, nous sommes la biorégion. Il s’agit alors à l’échelle locale de prendre soin de notre cours d’eau, d’en conserver toute sa richesse, pour envisager sa durabilité sociale et environnementale. Ce que seul permet selon l’auteur « un engagement populaire sur le long terme ».

8La dernière partie est consacrée aux politiques de bassins-versants en lien avec les nombreux enjeux qu’ils soulèvent. Pour les auteurs de l’anthologie, ce sont « des espaces stratégiques d’action citoyenne ». Selon Peter Berg (1937-2011), l’un des fondateurs du biorégionalisme, au cycle de l’eau doit répondre une politique du cycle de l’eau. Parce que nous habitons des « lieux de vie », il doit exister une politique des lieux de vie. Mais elle n’est pas si aisée à mener car elle doit conjuguer les trois piliers du développement durable à l’échelle d’un bassin-versant et donc trouver un équilibre viable à long terme entre les volets environnemental (« restauration des systèmes naturels »), social et économique (« satisfaction des besoins humains et développement du soutien aux individus »). Selon l’auteur, une politique biorégionale devrait donc être fondée par les populations qui s’identifient à un bassin-versant et souhaitent agir ensemble pour le préserver. Ils formeraient alors un bassin social. Un conseil de bassin-versant qui représenterait les différents bassins sociaux pourraient réfléchir aux objectifs à atteindre pour habiter durablement le bassin-versant. Il serait aussi l’interlocuteur privilégié des institutions afin de faire valoir ses requêtes. Une proposition politique étayée dans un long texte argumentatif.

9À une échelle plus fine encore, le « récit fleuve » du premier numéro de La gazette du Ruisseau est fabuleux. Il montre comment à partir de 2007, quelques habitantes et habitants de Marseille puis un collectif ont retrouvé le cours du fleuve Caravelle ou Aygalades qui avait non seulement disparu physiquement depuis le début du XXe siècle mais qui avait été oublié « dans l’imaginaire collectif comme dans la gestion urbaine ». Une mobilisation incroyable qui a permis en 2017 de remonter le fleuve de son embouchure à Arenc jusqu’aux sources de Septèmes, doublée d’une aventure partagée pour prendre soin d’un petit fleuve et d‘un bassin versant.

10Le troisième texte est extrait de La guerre de l’eau (2002) écrit par la physicienne, écologiste et militante indienne Vandana Shiva. Elle analyse la privation progressive du droit communautaire sur l’eau, reposant sur une gestion durable, solidaire et démocratique, au profit d’une privatisation d’abord par le colonisateur britannique puis par l’État indien. Or pendant des siècles, le travail de préservation et de construction des ressources en eau était local et collectif par le biais essentiellement des assemblées villageoises. Les systèmes hydriques reposaient efficacement sur des systèmes de droits communautaires. Puis sous la domination britannique, le système de la propriété collective a été affaibli. Dès lors comment mobiliser les communautés locales pour préserver l’eau et entretenir les aménagements quand les seuls bénéficiaires extérieurs au territoire villageois sont animés par des solutions marchandes sans aucun bénéfice pour ces populations ? Vandana Shiva énonce alors neuf principes fondateurs de la démocratie de l’eau. Le septième principe est une affirmation : « l’eau est un commun. L’eau n’a pas été inventée par l’homme. Elle ne peut être contenue, et elle n’a pas de frontières ».

11Le dernier texte proposé dans cette anthologie a été écrit en 2020 par le chef de file de la lutte pour la défense des peuples indigènes du Brésil, Ailton Krenak, du nom éponyme de son ethnie qui peuple l’Amazonie. Philosophe et écrivain, il rédige là un plaidoyer émouvant sur l’eau. Pour les Krenaks, le fleuve Rio Doce qu’ils appellent Watu est leur grand-père. Dès lors, il n’est pas considéré comme une ressource à exploiter mais bien comme une personne à part entière. En 2015, ce fleuve a été pollué sur plus de 600 km par un matériau toxique issu de déchets miniers. Leur grand-père a donc été plongé dans le coma. Et avec lui, le peuple des Krenaks, « rendus orphelins ». Le fleuve est tout simplement sacré. Lui porter atteinte, c’est contribuer à la disparition de la Terre, « notre mère ». Un texte émouvant et engagé où les rêves ont toute leur place dans les décisions prises et à prendre dans le monde réel.

12Cette très belle anthologie s’achève par une postface intitulée « Pour une intermondiale des bassins-versants », à l’image de l’Internationale des travailleurs. De l’hyrdromonde à l’hydromondialité, des politiques communes de l’eau à « prendre l’eau au sérieux », autant de réflexions à mener pour « être eau », « être une éthique de l’eau », « une éthique de bassin-versant » afin de ne plus détruire. Comme aiment à l’écrire les auteurs, « s’il y a dans tout cela de l’utopie, il n’y a pourtant pas d’idéalisme ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bassins-versants d’Amérique du Sud
Crédits https://sciencepost.fr/​fleuves-de-magnifiques-cartes-representant-reseaux-mondiaux/​
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 757k
Titre Bassins-versants français
Crédits https://www.sciencesetavenir.fr/​nature-environnement/​en-images-ces-cartes-montrent-comment-les-fleuves-et-les-forets-recouvrent-le-monde_138989#animatedModal
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Justin, « Les veines de la Terre »Confins [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 20 juillet 2021, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/38258 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.38258

Haut de page

Auteur

Catherine Justin

Professeure au lycée Jeanne d’Albret (Saint-Germain-en-Laye), catherine.justin@ac-versailles.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search