Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Imagens comentadasGenèse de la France

Imagens comentadas

Genèse de la France

Gênesis da França
Genesis of France
Confins

Entrées d’index

Index géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1Après le succès de l’Atlas historique mondial (2019, éditions Les Arènes/L’Histoire), le géohistorien Christian Grataloup, a publié en 2020 l’Atlas historique de la France, aux mêmes éditions. Nous continuons ici à publier quelques images de ce remarquable atlas, comme nous avions commencé à le faire dans les numéros 49 et 50 de Confins.

2Les images qui suivent montrent la constitution progressive – au prix de multiples crises et guerres – de ce qui est devenu l'espace national français, depuis la conquête de la Gaule par Rome jusqu'au XVIe siècle. Elles figurent aux pages 34, 39, 61, 72, 75 et 79 de l’ouvrage, avec les commentaires des auteurs :

La Gaule à la veille de la conquête romaine

3Au Ier siècle avant notre ère, les peuples vivant au nord de la province de Narbonnaise (romaine depuis - 118) participent du monde celte. Le terme vient du grec Keltoï qui servait à désigner les communautés non-hellénophones (les « Barbares ») que les Grecs rencontraient au nord de la Méditerranée, en particulier autour de Marseille. Les Romains les nomment, eux, Gaulois (Galli). C'est la vision de César qui fait de la Gaule un territoire particulier, opposant Gaulois et Germains de part et d'autre du Rhin. Les sociétés celtes, depuis la période de Hallstatt (800-450 av. J.-C.), forment une périphérie du monde méditerranéen, pénétrée d'influences gréco-romaines. La Gaule est connectée aux routes commerciales méditerranéennes depuis que des cités grecques sont implantées sur le littoral méridional. À partir du IIe siècle avant notre ère, l'influence romaine, économique et culturelle, devient prépondérante, devançant la conquête militaire.

Les provinces romaines des Gaules

4La Narbonnaise (Gaule transalpine avant Auguste) est romaine depuis 122-118 av. J. C. Les territoires conquis par César, entre Pyrénées et Rhin, sont délimités et divisés en trois provinces convergeant vers le sud : l'Aquitaine, la Lyonnaise et la Belgique. Rome donne à la Gaule son cadre politique, celui des cités, communautés établies sur un territoire, gouvernées de façon autonome depuis une ville chef-lieu.

Le royaume de France en l'an mil

5De 987 à 1328, à la tête du royaume des Francs, devenu progressivement royaume de France, se succédèrent en ligne directe les quatorze premiers descendants d'Hugues Capet. D'élective, la couronne devint héréditaire, les premiers souverains ayant pris soin de faire de leur vivant sacrer roi leur fils aîné. Cette chaîne dynastique ininterrompue, surnommée le « miracle capétien », a contribué à donner corps à une entité géopolitique initialement fragile. Entre le Xe et le XIIe siècle, le roi doit faire avec l'influence des grands princes du royaume (ducs ou comtes). Ce sont eux qui, en 987, élisent Hugues Capet pour succéder au dernier Carolingien, Louis V. Certains princes font preuve de beaucoup d'autonomie, comme le comte de Flandre ou les Plantagenêts, dont les domaines s'étendent en 1170 de la Normandie à la Gascogne. Le domaine royal (les terres sur lesquelles le roi exerce directement son pouvoir) se limite d'abord à l'Île-de-France et à l'Orléanais. Ailleurs, sa domination repose sur des liens féodo-vassaliques plus ou moins solides. Lors de l'enchaînement des longs règnes de Louis VI, Louis VII et Philippe Auguste, le domaine royal est considérablement étendu.

Les débuts de la guerre de Cent Ans

6En 1328, la mort sans héritier de Charles IV ouvre une crise de succession : qui de Philippe de Valois, son cousin, ou d'Édouard III d'Angleterre, fils de sa sœur Isabelle, doit lui succéder ? Arguant un refus de la transmission par les femmes, les grands du royaume choisissent le premier. En 1337, Philippe VI confisque la Guyenne. Édouard III revendique alors la couronne de France et lance une série de chevauchées depuis ses points d'appui côtiers. Les Anglais l'emportent dans les rares batailles maritimes (L'Écluse, 1340) ou terrestres (Crécy, 1346 ; Poitiers, 1356 où Jean le Bon est fait prisonnier). Au traité de Calais (1360) les possessions anglaises sont considérablement étendues. Mais Charles V (1364-1380) réussit, avec le connétable Du Guesclin, à les réduire à quelques ports et à une Guyenne rétrécie.

Le royaume de Louis XI (1461-1483)

7Louis XI a étendu le domaine royal. Sans conflit extérieur majeur, entre la guerre de Cent Ans et celles d'Italie, il a œuvré à mettre au pas les grands féodaux : ainsi, au terme de la ligue du Bien public en 1465, les ducs de Bourbon et de Bretagne. L'expédition militaire contre l'Armagnac s'achève par l'assassinat du comte Jean V en 1473. Après la mort du duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, en 1477, par le traité d'Arras (1482) avec Maximilien d'Autriche, il ajoute au domaine royal le duché de Bourgogne, l'Artois et la Picardie. Par le traité de Senlis (1475), Louis XI jette les bases de l'intégration du duché de Bretagne. Enfin, après la mort du « Bon Roi René » en 1480, il récupère l'héritage de la maison d'Anjou (Maine, Anjou, Provence).

Le royaume de François Ier (1515-1547)

8Le territoire du royaume de France juxtapose seigneuries, principautés (tel le grand-duché du connétable de Bourbon), domaine royal et trois espaces étrangers enclavés (Calais aux Anglais jusqu'en 1558, le Comtat Venaissin à la papauté et le Charolais aux Espagnols). C'est aussi, avec 15 millions d'habitants, le pays d'Europe le plus peuplé. Dans ce grand royaume paysan, les villes représentent moins de 10 % de la population. Mais, avec plus de 200 000 habitants, Paris est la plus grande cité d'Europe. Lyon, Rouen, Toulouse ou Orléans dépassent les 40 000 habitants. Sous François Ier et son fils Henri II, le processus de centralisation du pouvoir se poursuit (ordonnance de Villers-Cotterêts en 1539 faisant du français la langue exclusive de l'administration et du droit). Une assise territoriale et démographique aussi puissante permet à François Ier de mener une politique étrangère offensive contre son rival Charles Quint, freinée par les troubles croissants liés à la diffusion en France de la Réforme

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Genèse de la France »Confins [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 25 août 2021, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/38430 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.38430

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search