Navigation – Plan du site

AccueilNuméros51Imagens comentadasChorotypes d’îles et d’archipels ...

Imagens comentadas

Chorotypes d’îles et d’archipels : une proposition

Corotipos de ilhas e arquipélagos: uma proposta
Using chorotypes to demonstrate island and archipelagoes distinctiveness
Matheus Menegatto et Hervé Théry
Cet article est une traduction de :
Corotipos de ilhas e arquipélagos: uma proposta [pt]

Résumés

L’exiguïté de l’espace et les ressources limités, la relation spécifique avec la mer, les frontières bien définies, l’endémisme et la particularité sociale sont quelques-unes des caractéristiques associées aux îles. Cependant, dans l’univers insulaire, il existe de nombreuses situations et l'utilisation de chorotypes, c'est-à-dire de formes spatiales complexes et répétitives formées d'une composition de chorèmes, permet d’explorer certaines des possibilités de l'insularité. À cette fin, nous avons eu recours à des exemples d’îles et d’archipels du Brésil et du monde entier.

Haut de page

Entrées d’index

Índice de palavras-chaves:

ilha, insularidade, corotipo, corema, modelização gráfica
Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Les chorèmes sont des structures fondamentales, ils représentent, par des modèles graphiques, des formes géographiques communes à plusieurs espaces, sans rejeter ce qui est propre à chaque lieu : le chorème est ainsi le lien fondamental entre « la science de l'espace et la connaissance de lieux particuliers » (Brunet, 2001, p. 196).

2Étant donné que certaines conditions géographiques se reproduisent à des endroits différents, on peut avancer qu’il existe, outre les chorèmes, des chorotypes : si « le chorème est une structure élémentaire d'extension universelle ou au moins générale », « le chorotype est une forme complexe répétitive composée de la même composition de chorèmes » (ibid., p. 217). Ces contextes géographiques similaires – îles et archipels, par exemple – peuvent être représentés des modèles graphiques de leurs structures élémentaires (modèles analytiques) ou combinées (modèles synthétiques).

3Les chorotypes sont utiles pour représenter les îles et les archipels par leur potentiel évocateur et argumentatif. Ils démontrent divers processus spatiaux, de la colonisation d'îles éloignées à leurs dilemmes de croissance économique ou de stagnation. Gay (2000, p. 21), par exemple, utilise des chorotypes capables de relier la dynamique touristique d’un archipel et son degré de fragmentation politique. Son argument est que non seulement la disposition des îles les unes par rapport aux autres est un facteur de différenciation dans le développement du tourisme, mais également pour leur facilité d’interaction. Uni et multi-insularités, hypo et superinsularités sont quelques-unes des possibilités que les chorotypes sont capables d'exprimer.

4L'île idéale est un espace antisynaptique, car réfractaire aux réseaux intégrateurs, un « anti-monde » (ibidem, p. 261). La réalité insulaire a souvent une histoire contradictoire, si auparavant elle évoquait conservatisme et endémisme, elle est maintenant assimilée aux réseaux régionaux ou mondiaux de circulation et de communication. Son paysage est en évolution rapide (peut-être en perdant de sa spécificité), compte tenu de sa faible résilience dans un contexte d’exiguïté et d'homogénéité. Ainsi, d’un point de vue cartographique, pour déterminer sa situation géographique, il est nécessaire de représenter l’île comme un point intégré ou banni des lignes de synapse et, pour décrire son fonctionnement intérieur, une zone graphiquement homogène (isotropie) ou pleine de dissimilarités graphiques ou de disproportions (anisotropie).

5En fait, le modèle d'île aréolaire est basé sur la circularité côtière, périmètre qui lui donne unité et définition, car presque toutes les îles vivent en fonction de leurs côtes. Il se manifeste ensuite en fonction de sa relation à une externalité. Structurellement, des dissymétries se produisent entre la bande côtière et l'intérieur des terres, créant parfois des relations centre-périphérie. Souvent, sur une île, le centre géométrique et le centre humain ne coïncident pas : il est de plus en plus fréquent que la périphérie se trouve au milieu de l'espace insulaire, la centralité étant exercée par la frange côtière. Ces faits, loin d’être accessoires, doivent être notés chaque fois que des représentations de toute sorte sont entreprises. Les gradations ou différenciations chromatiques, lorsqu'elles sont bien positionnées dans une image, sont capables d'exprimer graphiquement les niveaux de pénétration d'influences externes, d'opposition côtière-intérieure et de relation centre-périphérie.

6Les formes géométriques, les couleurs et les signaux graphiques ont leur propre capacité représentative selon les contextes dans lesquels ils sont employés, soit pour démontrer les relations spatiales les plus significatives d'une île, soit pour exprimer la dynamique élémentaire d'un archipel. Dans ce dernier cas, les hiérarchies et les interactions entre les îles centrales, les îles périphériques et les îles désertes doivent avoir leur propre physionomie (ibidem, p. 262).

7Lorsqu'elle renvoie à un modèle explicatif, une structure (ou un ensemble de structures) implique(nt) une forme (Lévi-Strauss, 1958/2008). La forme d'insularité (maritimité, côte, condition archipélagique) a besoin de modèles graphiques pour être mise en lumière aux yeux du chercheur d’abord, du lecteur ensuite. À leur tour, ces modèles chercheront à capturer les structures spatiales fondamentales qui définissent la localisation de chacun (configuration) et composent un ensemble physiologique connaissable (système) (Brunet, op. cit.). Avec le soutien de la modélisation graphique, nous cherchons à présenter des modèles graphiques qui aident à comprendre la situation géographique de l’île.

8Nous avons donc une relation inséparable, dans le domaine de la représentation graphique, entre géométrie et géographie et, par conséquent, une parité entre propriétés géométriques et propriétés géographiques. Dans cette optique, dans un modèle graphique, la similitude de forme géométrique exprime la similitude de phénomènes (propriété de congruence) ; la similitude de taille expose la similitude de grandeur (propriété de l'équivalence) ; et enfin, la similitude des figurés impliquent la similitude des lieux (propriété de coïncidence).

9Par exemple, une même forme géométrique – deux cercles proches et de tailles différentes – indique le même phénomène d’insularité, la proximité entre eux traduit une petite distance absolue (à partir d'emplacements géodésiques) ou relative (en termes d'accessibilité) et les tailles différentes signifient des disparités de taille physique ou d'importance (économique, politique, sociale) d'une île à l'autre. Examinons donc les chorotypes qui pourraient constituer un portrait de l’insularité dans toutes ses nuances.

  • 1 Ou Mappemonde, son titre dans sa première version sur papier, qui est redevenu le sien avec son ent (...)

10Les chorotypes présentés ici sont un effort de synthèse réalisé à partir de plusieurs sources, parmi lesquelles les articles de M@ppemonde1 qui décrivent des îles à la lumière de la modélisation graphique méritent une mention particulière. À titre d'exemple de ce genre de travail, Cognard (2012) a décrit la Nouvelle-Zélande sous l'angle de sa formation socio-territoriale et de son intégration ultérieure dans le système mondial; Brunet (2004) a décrit la Corse comme opposant, d’une part, la situation géographique montagneuse et méditerranéenne et, d’autre part, les dynamiques historiques de l’occupation et de la mutation; Neyroud (1993) a combiné les relations centre-périphérie, la régionalisation ethnoculturelle et les mouvements de conquête territoriale pour analyser le Sri Lanka; Domingo (1993) se préoccupait de représenter le Japon dans ses relations avec l'économie mondiale; de Koninck et Théry (1989) ont analysé la Malaisie du point de vue d’une synthèse complexe de quatre structures fondamentales relatives, deux antécédentes (conditionnelles) et deux consécutives (résultantes); Guébourg (2000) nous a présenté l'organisation spatiale de Socotra dans l'océan Indien, avec ses dissymétries et ses hiérarchies dans la frange côtière; Jadé (2000) a entrepris une modélisation graphique de l'île de Tenerife dans l'archipel des Canaries; Gay (2001) illustre le développement du tourisme dans les archipels tropicaux avec le cas des îles Comores; Maurice, la Réunion, la Martinique et la Guadeloupe ont été des choix récurrents, comme en témoignent les travaux de Jauze (1996), Bouchet et Gay (1998), Guébourg et Théry (1988), Knafou (1988), Couix et Desse (1992), Calmont et Vassoigne. (1999) et Brunet (1986) ; enfin, Panizza et al. (2004) ont présenté la dynamique d'urbanisation actuelle de la côte sud-est du Brésil. À partir de ces cas particuliers, nous cherchons à saisir les situations répétitives typiques de deux ou plusieurs îles. Voici certaines de ces situations.

La construction de chorotypes insulaires

Maillage

11Sur la figure 1, l'île est représentée sous forme de cercle ou d'ellipse, évoquant la circularité côtière : un seul cercle ou ellipse présuppose un territoire mono-insulaire, tandis qu'un ensemble de cercles ou d'ellipses représente un archipel. Les limites politico-administratives sont des lignes, souvent droites à des fins de simplification, soit terrestres (sur les îles elles-mêmes), soit maritimes (sur la mer qui circonscrit les îles d'un archipel).

12Il est également important de différencier, d'un point de vue géométrique, la circonférence (un ensemble de points à égale distance d'un centre) et le cercle (qui comprend également les points de l'espace géométrique situés à l’intérieur de la circonférence). D'un point de vue géographique, la circonférence est juste la côte de l'île, tandis que le cercle représente également l'intérieur insulaire.

13Enfin, si l'île a un mode d'implantation aréolaire (c'est une zone, plus qu'une ligne circulaire), le mode d'implantation de ses localités (côtières ou intérieures) est ponctuel.

Île capitale : São Luís (Maranhão).

14La ville est située sur l'île Upaon-Açu, qui fait partie de l'archipel du golfo Maranhense, entre les baies de São Marcos et de São José, où abondent des estuaires qui étaient déjà occupés par les Amérindiens avant la colonisation européenne (Teixeira Martins e Souza Filho, 2009). Les avantages de son site urbain et de sa situation géographique de São Luís apparaissent donc bien lorsqu’on examine l’histoire démographique et sociale de la côte nord-est.

Localisations côtières et intérieures : Cuba et Madagascar.

  • 2 Volume 10 (África II) de l’Atlas National Geographic, 2008.

15En ce qui concerne la position d'une localité dans l'espace insulaire, deux situations contrastées sont possibles : d’un côté, l'île de Cuba, dont la capitale et la deuxième ville sont situées sur la côte, près de baies homonymes (Canet et Raisz, 1949)) et, de l’autre Madagascar, dont les hauts plateaux centraux abritent Antananarivo, le plus important centre urbain du pays2.

Limites territoriales internes : Bornéo.

16Des rivalités et des alliances entre des couronnes autochtones (de Bornéo et des Philippines) et allochtones (espagnole, portugaise, anglaise et néerlandaise) ont tracé la carte actuelle. Là où se trouvaient les musulmans de Bornéo, le territoire néerlandais du Kalimantan et la région du Sarawak du Nord (à côté de la possession britannique du Sabah), se trouvent aujourd'hui le sultanat de Brunei, cinq provinces indonésiennes et deux États malais (Eilenberg, 2014).

Les îles en tant qu'unités territoriales : São Tomé-et-Principe.

  • 3 Artigo 4 da Constituição da República Democrática de São Tomé e Príncipe, 2003.

17Du point de vue physique, il y a deux îles, mais sur le plan politique, il ne s'agit que d'un pays divisé en districts (un seul sur l'île de Príncipe, six sur l'île de São Tomé) 3.

État insulaire (uni-insularité) et État-archipel (multi-insularité) : Nauru et Fédération de Micronésie.

  • 4 CIA. The World Factbook: Nauru; Micronesia, Federated States of.

18La mer, la frontière et route, s’offre comme limite naturelle de l’île. Mais les forces historiques en vont autrement et profitent de cette situation de différentes manières : une île, un pays (Nauru, la plus petite république du monde, 21 km²) ou un pays, plus de six cents îles (États fédérés de Micronésie) 4.

Communications dans l’archipel (centres sur plusieurs îles) : Îles de la Société (Polynésie française).

19À en juger par le nombre d’aérodromes proches du littoral, la proximité et la disposition de chaque île dans l’archipel, il est possible de déterminer la densité de la communication interinsulaire. Cela se voit bien dans les cas des Îles de la Société (Polynésie française), Tahiti et Moorea, au vent, et Raiatea et Tahaa, sous le vent (Horwitz, 2002).

Figure 1 Modèles graphiques de maillage

Figure 1 Modèles graphiques de maillage

1. São Luís (Maranhão); 2a. Cuba; 2b. Madagascar; 3. Borneo; 4. São Tomé e Príncipe; 5a. Nauru; 5b. États fédérés de Micronésie; 6. Îles de la Société (Polynésie française)

Disposition

20L'espace a une dimension vectorielle, c'est-à-dire que ses phénomènes varient à la fois en intensité et en direction et direction : l'orientation des îles qui forment un archipel, par exemple, peut donner lieu à des conditions naturelles favorables ou défavorables à certaines dynamiques. La figure 2 montre que si le but est de situer l'île par rapport à un réseau de circulation ou de communication, ce sera un point de couleur vive (rouge, par exemple) au milieu d'autres points (autres îles) et des figures géométriques plus grandes (continents) en couleur neutre (noir, gris). Et si le point de couleur vive est connecté à d'autres entités géométriques au moyen de lignes, cela signifie que l'île est intégrée à un certain réseau de circulation et de communication, nous avons à faire à une île isolée.

21La conception de la ligne qui délimite l'île et des points qui indiquent le peuplement cherchent à associer le type de littoral et la densité démographique et urbaine. On notera que lorsque cela est nécessaire pour différencier terre et mer, les conventions de la cartographie conventionnelle sont également utilisées, représentant les terres en couleurs vertes et / ou jaunes et la mer (et d'autres plans d'eau, tels que les lacs, les lagunes, les estuaires et les rivières) en couleurs bleues

Alignements, amas, île isolée : Hawaii, îles Canaries et Sainte-Hélène.

22En ce qui concerne la façon dont un ensemble d'îles est organisé, les variations sont toujours pertinentes car elles peuvent influer sur la relation interinsulaire. Dans les îles intra-plaques, dérivées des points chauds, il existe plusieurs possibilités d'arrangement archipélagique, telles que l’alignement (Hawaii), l’amas (Iles Canaries) et l'île isolée (Sainte-Hélène) (Nunn, 1994 apud Whittaker et Fernández-Palacios, op. cit).

Île barrière: Ilha Comprida (São Paulo).

23Le rapport longueur/largeur élevé provient à la fois des dépôts sableux marins et des dépôts argilo-sableux fluvio-estuariens et fluvio-lagunaires. Il en découle d’un côté une relation difficile entre les localités situées le long de l'île et, d'autre part, une facilité de communication entre la côte et l’île, dans ce cas les communes de Cananeia et d'Iguape, étant donné que l'île est étroite et séparée du continent par une mince étendue d'eau du Mar Pequeno (Suguio et Martin, 1994 apud Guedes, 2009).

Atoll : Funafuti.

  • 5 CIA. The World Factbook. Tuvalu.

24Regarder les îles, c'est aussi regarder les échelles. La capitale de Tuvalu est une réalité géographique ambiguë : un atoll unique dans un contexte régional d’une trentaine d’îlots5.

Côtes de dispersion et de condensation : Pâques et l'Islande.

  • 6 Instituto Nacional de Estatísticas (INE) de Chile.

25La côte articulée de l’Islande est généralement condensée, propice à la colonisation et très bien intégrée par une route annulaire, tandis que la côte de Pâques est comparativement plus droite, avec une population éparse et maigre, à l’exception de la baie de Hanga Roa, qui rassemble plus des quatre cinquièmes des insulaires6.

Connexions internes par des sentiers ou des routes : Santiago.

26Dans un contexte de modernisation récente des infrastructures, cette île du Cap-Vert a besoin d'un réseau routier robuste capable d'intégrer les centres urbains et de transporter des marchandises. Pour le moment, la densité routière du pays est de 3,5 km de routes par km² de terres arables, ce qui est relativement élevé par rapport aux pays insulaires de statut socio-économique similaire (Briceño-Garmendia et Benitez, 2010).

Connexions internes par le réseau hydrographique : Marajó (Pará).

  • 7 Portal Cidades, do IBGE.

27Dans la plus grande île fluviomarine du monde, le réseau hydrographique est un facteur d'intégration, qu'il s'agisse de l'intérieur insulaire ou de l'archipel du même nom, composé de 16 communes réparties sur plus de 100 000 km27.

Environnements topo-climatiques : Ilhabela (São Paulo).

28Un examen attentif des isohyètes permet de distinguer des différences pluviométriques plus ou moins prononcées dans l’intérieur de l’île, qui découlent de la barrière orographique opposée, dans le secteur au vent, aux courants atmosphériques humides dominants du sud-est. Les vents ascendants du côté de l'Océan contrastent donc avec les courant descendants chauds et secs du côté du continent (Milanesi, 2007).

Île nœud et île isolée : Hong Kong et Tristan da Cunha.

29Les avantages en termes de localisation de la première par rapport à la seconde est dû à la proximité et au flux régulier avec les autres îles et le continent. Si Tristan da Cunha est une île par excellence (un exemple de superinsularité, car elle est l’île habitée la plus isolée du monde), Hong Kong n’est qu’au sens absolu, car, comme le souligne Kluge (2008), son insularité serait déjà une « hypoinsularité » (Thierry, op. cit., p. 329).

Figure 2 Modèles graphiques de disposition

Figure 2 Modèles graphiques de disposition

1a Hawaii ; 1b. Îles Canaries ; 1c Sainte Hélène ; 2. Ilha Comprida (São Paulo) ; 3. Funafuti (Tuvalu) ; 4ème Pâques 4b. Islande ; 5. Santiago (Cap Vert) ; 6. Marajó (Pará) ; 7. Île de São Sebastião (São Paulo) ; 8a. Hong Kong ; 8b. Tristan da Cunha

Gravitation

30L'espace géographique est marqué par des forces d'attraction et de répulsion. Les îles peuvent être des périphéries d'un centre (qu'il s'agisse du continent auquel elles appartiennent, ou d’une île principale dans le cadre d'un archipel), auquel elles sont reliées par des connexions, représentées sur la figure 3 par des lignes, courbes ou droites. Dans le contexte de la connexion continent-île, le continent (jaune, plus grand) et les îles (vert, plus petit) sont présentés en différentes couleurs et tailles. Dans le contexte de la connexion d'îles au sein d'un archipel, si les îles sont hiérarchiquement égales, nous pouvons les représenter avec des couleurs et des tailles similaires (et les lignes de connexion n'ont pas nécessairement besoin d'être orientées). Mais si les îlots sont hiérarchiquement différenciés, il faut varier les tailles et les couleurs, et l’on oriente les lignes de liaison de la périphérie vers le centre. Enfin, si les gradations d'un phénomène se produisent à l'intérieur d'une île, on peut recourir à l'ordonnancement des valeurs de même couleur, c'est le cas, par exemple, de la brise marine, dont l'action est atténuée de la côte vers l'intérieur, ce qui peut être représenté en dégradant les tons de la même couleur (plus foncés près de la côte et plus clairs au centre de l'île).

Ile principale d'un archipel (pouvoir d'influence) : Maurice.

  • 8 CIA. The World Factbook. Mauritius.

31Selon Brunet (op. cit.), L'espacement et la gravité sont deux forces motrices de l'espace géographique. Dans ce cas, il existe des relations de pouvoir et de hiérarchie, en fonction desquelles le pôle influent et la zone d'influence forment leurs contours sur la carte. Maurice est la principale île de l'archipel des Mascareignes, avec une influence politique et économique sur les îles Agalega, Rodrigues et Saint Brandon8.

Degré d’isolement: Florianópolis (Santa Catarina), Fernando de Noronha (Pernambuco) et Ilha do Sul (Espírito Santo).

32Le Brésil a des îles présentant différents niveaux d’isolement par rapport à un centre principal ou au continent (de l’hypo à la superinsularité): Florianópolis (île capitale, séparée du continent par une étroite bande d’eau), Fernando de Noronha (à 500 km de Recife) et Ilha do Sul (dans l’archipel de Martim Vaz, à plus de 1 000 km de Vitória) (IBGE et Marine brésilienne, 2011).

Étages altimétriques et/ou climatiques, degrés de distance de la côte : Santo Antão.

33Une association étroite entre l'altimétrie et les niveaux d'humidité et de précipitations est reconnaissable au Cap-Vert. Sur cette île, les étages altimético-climatiques vont des régions arides, aux cotes altimétriques les plus basses, au pic humide, compte tenu de la forme du relief, du brouillard, des courants humides ascendants et des altitudes plus ou moins prononcées typiques de la genèse volcanique (Cardoso, 2006).

Arc insulaire, unité entre les îles et les mers intérieures : Japon

34Dans ses études sur le Japon, Pelletier (op. cit) affirme que l'insularité se manifeste non seulement par la distance, mais également par l'espace de contact. Tout au long de l’histoire du pays, la mer a joué un rôle déterminant et un solide réseau d’interconnexions s’est implanté dans l’archipel, notamment entre Hokkaido, Honshu, Shikoku et Kyushu.

Figure 3 Modèles graphiques de gravitation

Figure 3 Modèles graphiques de gravitation

1. Île Maurice; 2. Îles brésiliennes: 2a. Île de Santa Catarina, 2b. Fernando de Noronha (Pernambuco) et 2c. Île du Sud (archipel Martim Vaz); 3. Santo Antão (Cap Vert); 4. Japon.

Contact

35Sur la figure 4, le degré d'isolement ou de contact d'une île avec d'autres terres émergées peut être représenté par des lignes orientées, qui représentent des flux. Les couleurs nous permettent de discerner des zones spécifiques, par exemple, nous représentons la connexion d'une île avec l'extérieur au moyen de flèches qui partent d'un point (localité névralgique, comme un port) et nous utilisons des couleurs pour différencier des îles de natures différentes et identifier des régions d'une même île.

Port, embarcadère: Vitória (Espírito Santo).

  • 9 Companhia Docas do Espírito Santo (CODESA).

36La ville a deux ports : Tubarão, sur la plage de Camburi, et le port du même nom, le plus important, dans le district central. Ce dédoublement des terminaux est dû au besoin déjà ancien d'une alternative pour le flux de minerai de fer, l'un des liens de l'Espírito Santo avec l'économie mondiale9.

Limite insulaire bien définie, condition d'unité et d'unicité politiques : Sainte-Lucie.

  • 10 CIA. The World Factbook : Saint Lucia.

37Ce territoire des Caraïbes est un pays insulaire, c’est-à-dire qu’il se termine sur la côte, à la fois du point de vue de son territoire émergé et du point de vue de son identité nationale. Un handicap par sa petitesse territoriale, certainement. Mais pas seulement, les relations topophiliques (Tuan, 1980) sont probablement prédisposées par l’environnement insulaire et le sentiment localiste10.

Contact côte/intérieur, contact zone portuaire paysage d’exception : Itaparica (Bahia) et São Vicente (São Paulo).

38Dans le premier cas, les lotissements tournés vers la baie de Todos os Santos et l'Atlantique avancent sur la zone côtière au gré des alliances entre le tourisme et le marché immobilier (Baltrusis et al., 2014). Dans le second cas, le paysage montre un contraste ancien entre les zones forestières de la Serra do Mar (continent) et le port de Santos (île) (IBGE et Marine brésilienne, 2011).

Utilisations dans la coexistence et le dynamisme : Macronésie lusophone.

  • 11 Institutos Nacionais de Estatística (INEs) de Portugal e de Cabo Verde.

39Même si, selon Robinson (1972), elles ont une véritable unité biogéographique, les activités économiques différencient ces îles : celles du Cap-Vert reposent sur la pêche et les services ; les Açores dépendent de l’élevage (en particulier de l’élevage bovin, orienté vers la production laitière); Enfin, Madère et les îles sous sa juridiction sont des paysages exceptionnels, principalement axés sur le tourisme et la préservation de l'environnement11.

Figure 4 Modèles graphiques de contact

Figure 4 Modèles graphiques de contact

1 Vitória (Espírito Santo); 2. Sainte Lucie; 3a Itaparica (Bahia); 3b. Santos (São Paulo); 4. Macronésie lusophone : 4a. Açores et 4b. Madère

Tropisme

40La figure 5 montre que les transformations de l'espace géographique peuvent être représentées par des lignes d’avancée ou de recul. Les flèches peuvent relier l'île à d'autres terres émergées (éventuellement représentées par d'autres couleurs) et doivent provenir de centres d'origine et de dispersion probables. Dans certaines îles (individuellement) et archipels (ensemble), nous avons identifié des centres d'attraction (les flèches mènent à l'île ou à l'archipel) ou de répulsion (les flèches s'écartent du territoire en question).

Accès à la mer (émigration) et à la terre (immigration), à l'utopie insulaire et à l'utopie d'outre-mer : Malte et le Cap-Vert.

  • 12 Rede Europeia de Migração (EMN).

41Alors que l'archipel africain était l'exemple classique de l'archipel primordial (point de départ), l'île européenne représente, à l’inverse, le modèle contemporain du passage d'île- relais pour les uns et de l'île-point d'arrivée pour d'autres12.

Double tropisme côtier : Mosqueiro (Pará).

42L’île bénéficie d’une double influence : de l’eau vers la terre (vents fluviaux dotés d’une fonction de régulation du climat et utile pour la pratique de sports comme le windsurf) et de la terre vers l’eau (pêche artisanale, comme dans la communauté de Cajueiro) ( Silva, 2015).

Influence de la côte sur l’intérieur à des degrés divers (similitude et nature des espaces intérieurs) : Groenland.

43Un examen des images satellitaires de la partie méridionale de la plus grande île du monde, traité selon l’indice de végétation par différence normalisée (NDVI), montre que la population et la toundra se concentrent sur le front de mer, tandis que l’intérieur est composé de glaciers. Dans ce cas, la mer adoucit la température, en plus d’être un moyen de communication et une source de subsistance (Hansen, 1991).

Base de colonisation, poste de traite, nœud géostratégique : Chypre.

44L'importance géostratégique de cette île eurasienne (concomitamment hellénique et ottomane) a été soulignée pendant la guerre froide, lorsque la Grande-Bretagne a cherché à avoir accès au pétrole d’Arabie et du golfe Persique, tandis que les États-Unis, au-delà de ces intérêts, cherchaient un endroit pour surveiller les mouvements militaires soviétiques et les lancements de missiles (Cid, 2016).

Figure 5 Modèles graphiques de tropisme

Figure 5 Modèles graphiques de tropisme

1a Cap Vert ; 1b. Malte ; 2. Mosqueiro (Pará) ; 3. Groenland ; 4. Chypre.

Dynamiques territoriales

45Dans le contexte présenté par la figure 6, les points circonscrits par une circonférence ou une ellipse peuvent représenter des localités, des populations ou des individus situés sur une île. Par extension, les modulations visuelles de ces points signifient de multiples relations entre objets et phénomènes (Bertin, 1967). A titre d'exemple, les couleurs sont variées pour montrer des îles avec des espèces (perspective biologique) ou des peuples (perspective anthropologique) spécifiques par rapport à d'autres terres émergées et les points internes sont densifiés pour discriminer les îles inhabitées, peu colonisées et surpeuplées.

Surpopulation : Singapour.

  • 13 CIA. The World Factbook. Singapore.

46C'est la république la plus densément peuplée du monde (7 500 habitants par km2) et elle connaît une croissance économique rapide, car elle a, depuis son indépendance (1965) cherché à valoriser sa position stratégique et à développer services portuaires, commerciaux et financiers, ainsi qu’une industrie manufacturière, bien que son territoire soit très petit (719 km2) 13.

Raréfaction biotique et démographique : Montão de Trigo (São Paulo).

47Le manque de diversification des activités économiques, le déclin de l’agriculture, la diminution de la population et le déséquilibre considérable entre les sexes ont conduit à un scénario d'émigration apparemment irréversible (Barros, 1997).

Pénétration de l'influence maritime en fonction du relief et des réseaux internes : Ilha Grande (Rio de Janeiro).

  • 14 Carta SF-23-Z-C-II-2 (folha Ilha Grande), Mapeamento Sistemático Brasileiro, IBGE.

48Une route orientée NE/SO part de Vila do Abraão vers la plage de Dois Rios par un thalweg entre les pentes du Pico do Papagaio (dans le massif du même nom) et Morro do Ferreira (dans la serra do Abraão) 14.

Glaciation et spéciation : Queimada Grande (São Paulo).

49Située à 30 km des côtes d'Itanhaém (São Paulo) et séparée de celles-ci il y a 11 000 ans, après la glaciation du Pléistocène, cette île conserve une forte densité d'un serpent endémique au vaccin mortel : le jararaca-ilhoa (Bothrops insularis). Pour cette raison, elle est également connu sous le nom d’« île aux serpents ». (Vanzolini, 1973, apud Kasperoviczus et Almeida-Santos, 2012).

Types de peuplement : îles d’Ubatuba (São Paulo).

50Il y existe différents types d’occupation : temporaire (pour de brefs séjours ou des occasions spécifiques, dans l’île Mar Virado), saisonnière (en été, pour les îles das Couves et Comprida) et consolidée ou permanente (île Anchieta) (Pereira et al., 2009).

Figure 6 Modèles graphiques de dynamiques territoriales

Figure 6 Modèles graphiques de dynamiques territoriales

1a Singapour 1b. Montão de Trigo; 2. Ilha Grande ; 3. Etapes de la colonisation et de la spéciation de l’île Queimada Grande (São Paulo) par la jararaca-ilhoa: 3a. Abaissement du niveau de la mer pendant la glaciation, 3b. Migration des espèces du continent vers les îles et 3c. Élévation du niveau de la mer interglaciaire, isolement des îles et spéciation subséquente; 4. Îles de la côte d'Ubatuba (São Paulo).

Hiérarchie

51En plus de leur topographie visible les espaces sont constitués d'une topologie, qui relie et hiérarchise. Pour les chorotypes d'îles, la figure 7, un seul cercle ou ellipse est une seule île, un ensemble de cercles ou d'ellipses, éventuellement accompagné de lignes de limites politico-administratives et de points de localité, sera, par conséquent, un archipel. Cependant, un archipel plus grand peut contenir un archipel plus petit, nous commençons donc à montrer la mer entourant une île avec un bleu plus clair et la rendons progressivement plus sombre à mesure que nous embrassons la mer qui circonscrit tout l'archipel auquel l'île appartient.

Îles de différentes tailles et pouvoirs d’influence : Comores.

  • 15 CIA. The World Factbook. Comoros.

52L'archipel peut être un ensemble d'îlots satellites entourant les îles principales (à la fois en termes de superficie, de population et de pouvoir d'influence). En ordre décroissant, selon ces critères, on peut citer la Grande Comore, Anjouan et Mohéli15.

Division politique et administrative entre îles et à l'intérieur des îles : Philippines.

  • 16 CIA. The World Factbook. Philippines.

53Avec 100 millions d'habitants répartis sur un territoire segmenté sur plus de 7 500 îles, le pays est en concurrence avec ses partenaires asiatiques pour une place croissante sur la scène internationale16.

Échelles (île, archipel, région, domaine): Aruba:

  • 17 Volume 6 (América do Norte e Central) Atlas National Geographic, 2008.

54En allant de la plus grande à la plus petite échelle, ce territoire est 1) une île située au large de la côte vénézuélienne, 2) une des îles ABC (Aruba, Bonaire et Curaçao, 3) une partie de l'un des archipels Sous le vent, 4) une des petites Antilles, 5) un territoire des Caraïbes (Amérique centrale insulaire) 17.

Liens entre les archipels et entre ceux-ci et le continent : dépendances de la Couronne britannique (île de Man, îles anglo-normandes)

  • 18 Selon la Lettre des principes des dépendances de la Couronne britannique.

55Politiquement, ce ne sont pas des colonies, ni une partie du Royaume-Uni. Elles se situent entre le niveau de l'Ecosse (pays constitutif) et la position de Gibraltar (possession d'outre-mer), ayant leurs propres systèmes administratif, législatif, juridique et fiscal, mais sans autonomie pour les questions de politique étrangère18.

Figure 7 Modèles graphiques de hiérarchie

Figure 7 Modèles graphiques de hiérarchie

1 Comores ; 2. Philippines ; 3. Aruba (dans les Caraïbes) ; 4. Dépendances de la Couronne britannique.

Synthèse

56À partir des différentes perspectives (physiographiques, génétiques, écologiques, économiques, locatives, sociales, démographiques, perceptives, symboliques et territoriales) pour comprendre la réalité insulaire et en prenant pour base le tableau des 28 thèmes fondamentaux proposés par Brunet (2001, p. 198), la figure 8 présente quelques situations modèles qui, de manière plus ou moins généralisée, cherchent à appréhender des aspects essentiels de l'insularité.

Figure Chorotypes d’îles

57Il existe une myriade de possibilités autour des espaces insulaires. Ainsi, au lieu de répondre à la question de savoir ce qu’est une île, nous avons choisi de démontrer ce qu’elle peut être ou plutôt ce qu’elle peut offrir. À la suite de l’analyse, nous essayons de reconnaître, dans la réalité insulaire idéale, des traits d’isolement, la présence imposante de la mer, la petite taille de l’espace, l’endémisme, la restriction territoriale, l’identité imposée par les limites du rivage.

58Cela a déjà été suggéré par les spécialistes depuis le temps du déterminisme géographique jusqu’à ceux de l'analyse spatiale, en passant par les paradigmes du possibilisme, de la conservation de l'environnement et même de la science humaniste. Toutefois, les manifestations concrètes à la surface du globe nous aident à élargir les horizons de l’analyse afin de dégager quelques exceptions et doutes susceptibles d’éviter une tentante simplification. En fin de compte, ce parcours analytique permet de construire des modèles de différentes natures, et c’est précisément de cette multiplicité de manifestations que découle la nécessité d’études plus approfondies en géographie insulaire.

59Parmi les pistes possibles on citera, outre celles qui ont déjà été évoquées, les îles comme anti-mondes (centres de détention, paradis écologiques et fiscaux, lazarets) ou points nodaux d'un réseau de communication ou de circulation ; les synapses archipélagiques à travers les mers intérieures ; les points de connexion avec le monde extérieur (ports, villes) et le commerce extérieur ; la dynamique de croissance vertigineuse, de stagnation ou de dépression (dilemme des petits États insulaires en développement) ; leur particularisme socioculturel et endémisme. Des pistes à suivre…

Haut de page

Bibliographie

Almada e Santos, A. (2011). A insularidade e as suas condicionantes económicas. O caso dos pequenos Estados insulares em desenvolvimento. Lisboa: Universidade de Lisboa, tese de doutorado em Geografia, Humana, 411 p.

Babau, M.; Alves, L.; Silva, R. (1983). « Les conditions générales au Cap Vert ». In Abreu, A. e Soares, H. (org.), Desenvolvimento e pesquisa no longo prazo em Cabo Verde. Oeiras: Fundação Calouste Gulbenkian, p. 33-109. CDU : 338 (665.8).

Baltrusis, N.; Machado, C. B.; Jesus, D. A.; Roque, A. A. (2014). Os impactos do anúncio da construção da ponte Salvador – Ilha de Itaparica no território da ilha. Anais do “Congresso Internacional Interdisciplinar em Ciências Sociais e Humanidades. Salvador, 8-10 out 2014.

Barros, L. F. (1997). “A Ilha Monte de Trigo: impressões de viagens”. In Diegues, A. C., Ilhas e Sociedades Insulares. São Paulo: NUPAUB–USP, p. 137-153. Disponível em: <http://nupaub.fflch.usp.br/sites/nupaub.fflch.usp.br/files/color/Ilhas_Sociedades_Insulares.pdf>.

Bertin, J (1967). Sémiologie graphique. Paris : Mouton/Gauthier-Villars, 1967, 431 p. ISBN : 9783111282176.

Bouchet, P. e GAY, J. (1998). “Les hauts de la Réunion conquis par lês loisirs”. M@ppemonde, v. 51, n° 3, p. 31-37.

Briceño-Garmendia, C. M. e Benitez, D. A. (2010). As infraestruturas em Cabo Verde: uma perspectiva continental. Washington: Banco Internacional para a Reconstrução e o Desenvolvimento/Banco Mundial, 30 p. Disponível em: <https://library.pppknowledgelab.org/attached_files/translations/61/original/AICD-Cape-Verde-Relatorio-Nacional.pdf?1466558669>

Brookfield, H (1971). Melanesia: a geographical interpretation of an island world. Londres : Methuen, 1971, 464 p. ISBN: 9780416171204.

Brunet, R. (1986). “Une épure de la Guadeloupe”. M@ppemonde, v. 4, n° 4, p. 24-25.

Brunet, R. (2001). Le déchiffrement du monde. Théorie et pratique de la géographie. Paris : Belin, 402 p. ISBN: 978-2-7011-2956-3.

Brunet, R. (2004). “La Corse, region d’Europe”. M@ppemonde, v. 76, n° 4, p. 1-16.

Calmont, A. e Vassoigne, C. (1999). “Guadeloup, Martinique, Guyane : des espaces tropicaux entre insularité et continentalité”. M@ppemonde, v. 54, n° 2, p. 10-14.

Canet, G. e Raisz, E. (1949). Atlas de Cuba. Cambridge (Massachusetts): Harvard University Press, 55 p. OCLC: 78-1-1897-1.

Cardoso, P. (2006). Atlas da lusofonia. Lisboa: Instituto Português de Conjuntura Estratégica/Prefácio, Volume “Cabo Verde”, 99 p. ISBN: 972-8816-92-8.

CIA. Central Intelligence Agency. The World Factbook. Disponível em: <https://www.cia.gov/library/publications/resources/the-world-factbook/>

Cid, M. C. B. (2016). O Chipre e sua importância geoestratégica durante a Guerra Fria. Anais do “IX Encontro Nacional da Associação Brasileira de Estudos de Defesa – Forças armadas e sociedade civil: atores e agendas da defesa nacional no século XXI.” Florianópolis, 06-08 jun 2016.

Cognard, F (2012). “Géohistoire de la Nouvelle-Zélande: unité territoriale et intégration à l’espace monde”. M@ppemonde, v. 105, n° 1, p. 1-11.

Companhia Docas do Espírito Santo (CODESA). Disponível em: <http://www.codesa.gov.br/site/>.

Couix, G. e Desse, M. (1992). “Îles tropicales et chorèmes”. M@ppemonde, v. 27, n° 3, p. 43-46.

Domingo, J. (1993). “Le Japon dans le système mondial des échanges de marchandises et de capitaux”. M@ppemonde, v. 31, n° 3, p. 1-9.

Doumenge, F. (1965). Géographie des mers. Paris : Presses Universitaires de France, 284 p. ISBN-13: 978-2130284116.

Doumenge, F. e Monnier, Y. (1989). Les antilles françaises. Paris : Presses Universitaires de France, 125 p. ISBN: 9782130425083.

Eilenberg, M. (2014). “Evading colonial authority. Rebels and outlaws in the borderlands of Dutch West Borneo 1850s-1920s”. Journal of Borderlands Studies, v. 29, n° 1, p. 11-25.

Furlan, S. A. (1989). Ilhas do litoral paulista. São Paulo: CONDEPHAAT/FFLCH-USP, 49 p.

Gay, J. (2000). “La mise en tourisme des îles intertropicales”. M@ppemonde, v. 58, n° 2, p. 17-22.

Gay, J. (2001). “La diffusion du tourisme dans l’archipel comorien”. M@ppemonde, v. 64, n° 4, p. 15-18.

Guébourg, J. (2000). “Socotra, une île hors du temps”. M@ppemonde, v. 57, n° 1, p. 37-43.

Guébourg, J. e Théry, H. (1988). “Une épure de la Réunion”. M@ppemonde, v. 11, n° 3, p. 12-13.

Guedes, C. C. F. (2009). Evolução sedimentar quaternária da Ilha Comprida, estado de São Paulo. São Paulo: Instituto de Geociências, Universidade de São Paulo, Dissertação de Mestrado em Geotectônica, 133 p.

Guerra, A. (1993). Dicionário Geológico-Geomorfológico. Rio de Janeiro: IBGE, 446 p. ISBN: 9788528606256.

Gombaud, S. (2007). Îles, insularité et îléité. Le relativisme dans l'étude des espaces archipélagiques. Saint-Denis (Reunião): Université de la Réunion, tese de doutorado em Geografia, 1.101 p.

Gonçalves, R. (1986). “Utopia e emigração. Abordagem micro-sociológica na freguesia da Ribeira Quente, São Miguel”. Arquipélago, Revista da Universidade dos Açores, v. 8, n° 1, p. 107-132.

Hansen, B. U. (1991). Monitoring natural vegetation in Southern Greenland using NOAA AVHRR and field measurements”. Arctic Journal, v. 44, sup. 1, p. 94-101.

Horwitz, T. (2002). Blue latitudes. Boldly going where Captain Cook has gone before. Nova York: Henry Holt and Co., 480 p. ISBN: 978-0-312-42260-8.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE) e Marinha do Brasil. (2011). Atlas geográfico das zonas costeiras e oceânicas do Brasil. Rio de Janeiro: IBGE, 176 p. ISBN: 978-85-240-4219-5.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE). Cidades. Disponível em: <https://cidades.ibge.gov.br/>.

Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística (IBGE). Mapeamento Sistemático Brasileiro. Carta Topográfica SF-23-Z-C-II-2 (Folha Ilha Grande). Disponível em: <http://biblioteca.ibge.gov.br/visualizacao/mapas/GEBIS%20-%20RJ/SF-23-Z-C-II-2.jpg>.

Instituto Nacional de Estatística de Cabo Verde. Disponível em: <http://www.ine.cv/>.

Instituto Nacional de Estatística de Portugal. Disponível em: <https://www.ine.pt>..

Instituto Nacional de Estatísticas do Chile. Disponível em: <http://www.ine.cl/>..

Jadé, E (2000). “Organisation spatial d’île de Ténériffe”. M@ppemonde, v. 60, n° 4, p. 29-32.

Jauze, J. (1996). “L’île de La Réunion: deux modèles de la dynamique spatial des villes”. M@ppemonde, v. 42, n° 2, p. 32-43.

Kasperoviczus, K. N. e Almeida-Santos, S. M. (2012). “Instituto Butantan e a jararaca-ilhoa: cem anos de história, mitos e ciência”. Cadernos de História da Ciência, v. 8, nº 2, p. 255-269.

Kluge, P. F. (2008). “Oceanos e ilhas”. In Atlas National Geographic. São Paulo: Abril, “Volume 18 – Oceanos e o Universo em imagens”, 96 p. ISBN: 978-85364-0450-9.

Knafou, R. (1988). “Le tourisme à la Réunion et à Maurice”. M@ppemonde, v. 11, n° 3, p. 9-11.

Koninck, R. e Théry, H. (1989). “Les quatre faces de La Malaisie: structure et dynamique”. M@ppemonde, v. 15, n° 3, p. 40-43.

Lévi-Strauss, C. (2008). Antropologia estrutural. Volume I. São Paulo: Cosac Naify, 448 p. ISBN: 85750-3249-6.

Lopes da Silva, B. (1984). O dialecto crioulo em Cabo Verde. Lisboa: Imprensa Nacional/Coroa da Moeda, 391 p.

MaCarthur, R. e Wilson, E. (2001). The theory of island biogeography. Princeton: Princeton University Press, 203 p. ISBN: 9780691088365.

Mercier, G. (1990). “Etude de l'insularité (rapport sur le premier thème) ». Norois, v. 37, nº 145, p. 9-14.

Milanesi, M. A. (2007). Avaliação do efeito orográfico na pluviometria de vertentes opostas da Ilha de São Sebastião (Ilhabela-SP). São Paulo: Faculdade de Filosofia, Letras e Ciências Humanas, Universidade de São Paulo, Dissertação de Mestrado em Geografia Física, 141 p.

Moles, A. e Rohmer, E. (1982). Labyrinthes du vécu. L'Espace: matière d'actions. Paris: Librairie des meridiens, 183 p. ISBN-13: 9782865630318.

National Geographic. (2008). Atlas National Geographic. São Paulo: Abril, Volume 6 – “América do Norte e Central”, 112 p. ISBN: 978-85364-0408-0.

National Geographic. (2008). Atlas National Geographic. São Paulo: Abril, Volume 10 “África, Tomo II”, 96 p. ISBN: 978-85364-0412-7.

Neyroud, M. (1993). “Sri Lanka: modèle d’île”. M@ppemonde, v. 31, n° 3, p. 1-6.

Open Street Map. Disponível em: <https://www.openstreetmap.org/#map=10/33.9018/131.8716>.

Panizza, A., Fournier, J., Luchiari, A. (2004). “L’urbanisation littorale au Brésil: Ubatuba (São Paulo)”. M@ppemonde, v. 73, n° 1, p. 1-9.

Pelletier, P. (2009). “La distance japonésienne, une approche géohistorique et géoculturelle”. Atala, v. 12, Edição “La distance, objet géographique”, p. 229-246.

Pereira, C. S.; Novaes Júnior, R. A.; Cunha, A. B. P. V.; Mariano, L. (2009). Mapeamento e caracterização sócio-ambiental das ilhas ocupadas do litoral norte do Estado de São Paulo. São José dos Campos: INPE. Disponível em: <http://urlib.net/sid.inpe.br/mtc-m19@80/2009/12.01.11.56>.

Péron, F. (1993). Des îles et des Hommes, l’insularité aujourd’hui. Paris: Éditions de la Cité, 286 p. ISBN: 9782737311628.

Rede Europeia de Migração (EMN). Disponível em: <http://emn.ie/index.jsp?p=128&n=229>

Reino Unido. Ministry of Justice. (2014). Fact sheet on the UK’s relationship with the Crown Dependencies. Disponível em: <https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/564373/factsheet-on-the-uks-relationship-with-the-crown-dependencies.pdf>.

Robinson, H. E. (1972). Biogeography. Aspect Geographies. Londres: McDonald & Evans, 541 p. ISBN: 978-07121-0219-3.

Royle, S. (2001). A geography of islands: small islands insularity. Londres e Nova York: Routledge, 237 p. ISBN: 9781857288650.

São Tomé e Príncipe. Constituição da República Democrática de São Tomé e Príncipe. 25 de janeiro de 2003. Disponível em: <http://www.parlamento.st/>.

Silva, I. M. C. (2015). A rede que pesca gente: o caso da comunidade Cajueiro na ilha de Mosqueiro/PA. Belém: Instituto de Ciências Biológicas da Universidade Federal do Pará, Dissertação de Mestrado em Ecologia Aquática e Pesca, 96 p.

Taglioni, F. (2006). « Les petitis espaces insulaires face à la variabilité de leur insularité de leur statut politique ». Annales de géographie, v. 652, n° 6, p. 664-687.

Teixeira, S. G. Martins e Souza Filho, P. W. (2009). “Mapeamento de ambientes costeiros tropicais (Golfão Maranhense, Brasil) utilizando imagens de sensores remotos orbitais”. Revista Brasileira de Geofísica. São Paulo, v. 27, supl. 1, p. 69-82.

Thierry, N. (2005). “‘L’Hypo-insularité’, une nouvelle condition insulaire : l’exemple des Antilles françaises”. Espace géographique, v. 34, nº 4, p. 329-341.

Tuan, Y. (1977). Space and place: the perspective of experience. Minneapolis: University of Minnesota Press, 496 p. ISBN: 9780816608089.

Tuan, Y. (1980). Topofilia: um estudo da percepção, atitudes e valores do meio ambiente. São Paulo: DIFEL, 288 p. ISBN: 978-85286-0441-2.

Vegagerdin (Administração Viária e Costeira da Islândia). Disponível em: <http://www.road.is/>.

Whittaker, R. J. e Fernández-Palacios, J. M. (2007). Island biogeography: ecology, evolution and conservation. Ox ford: Oxford University Press, 416 p. ISBN: 978-01985-6612-0.

Haut de page

Notes

1 Ou Mappemonde, son titre dans sa première version sur papier, qui est redevenu le sien avec son entrée sur la plateforme OpenEdition

2 Volume 10 (África II) de l’Atlas National Geographic, 2008.

3 Artigo 4 da Constituição da República Democrática de São Tomé e Príncipe, 2003.

4 CIA. The World Factbook: Nauru; Micronesia, Federated States of.

5 CIA. The World Factbook. Tuvalu.

6 Instituto Nacional de Estatísticas (INE) de Chile.

7 Portal Cidades, do IBGE.

8 CIA. The World Factbook. Mauritius.

9 Companhia Docas do Espírito Santo (CODESA).

10 CIA. The World Factbook : Saint Lucia.

11 Institutos Nacionais de Estatística (INEs) de Portugal e de Cabo Verde.

12 Rede Europeia de Migração (EMN).

13 CIA. The World Factbook. Singapore.

14 Carta SF-23-Z-C-II-2 (folha Ilha Grande), Mapeamento Sistemático Brasileiro, IBGE.

15 CIA. The World Factbook. Comoros.

16 CIA. The World Factbook. Philippines.

17 Volume 6 (América do Norte e Central) Atlas National Geographic, 2008.

18 Selon la Lettre des principes des dépendances de la Couronne britannique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 Modèles graphiques de maillage
Légende 1. São Luís (Maranhão); 2a. Cuba; 2b. Madagascar; 3. Borneo; 4. São Tomé e Príncipe; 5a. Nauru; 5b. États fédérés de Micronésie; 6. Îles de la Société (Polynésie française)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 2 Modèles graphiques de disposition
Légende 1a Hawaii ; 1b. Îles Canaries ; 1c Sainte Hélène ; 2. Ilha Comprida (São Paulo) ; 3. Funafuti (Tuvalu) ; 4ème Pâques 4b. Islande ; 5. Santiago (Cap Vert) ; 6. Marajó (Pará) ; 7. Île de São Sebastião (São Paulo) ; 8a. Hong Kong ; 8b. Tristan da Cunha
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Figure 3 Modèles graphiques de gravitation
Légende 1. Île Maurice; 2. Îles brésiliennes: 2a. Île de Santa Catarina, 2b. Fernando de Noronha (Pernambuco) et 2c. Île du Sud (archipel Martim Vaz); 3. Santo Antão (Cap Vert); 4. Japon.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 4 Modèles graphiques de contact
Légende 1 Vitória (Espírito Santo); 2. Sainte Lucie; 3a Itaparica (Bahia); 3b. Santos (São Paulo); 4. Macronésie lusophone : 4a. Açores et 4b. Madère
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 5 Modèles graphiques de tropisme
Légende 1a Cap Vert ; 1b. Malte ; 2. Mosqueiro (Pará) ; 3. Groenland ; 4. Chypre.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Figure 6 Modèles graphiques de dynamiques territoriales
Légende 1a Singapour 1b. Montão de Trigo; 2. Ilha Grande ; 3. Etapes de la colonisation et de la spéciation de l’île Queimada Grande (São Paulo) par la jararaca-ilhoa: 3a. Abaissement du niveau de la mer pendant la glaciation, 3b. Migration des espèces du continent vers les îles et 3c. Élévation du niveau de la mer interglaciaire, isolement des îles et spéciation subséquente; 4. Îles de la côte d'Ubatuba (São Paulo).
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 7 Modèles graphiques de hiérarchie
Légende 1 Comores ; 2. Philippines ; 3. Aruba (dans les Caraïbes) ; 4. Dépendances de la Couronne britannique.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/38505/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 655k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matheus Menegatto et Hervé Théry, « Chorotypes d’îles et d’archipels : une proposition »Confins [En ligne], 51 | 2021, mis en ligne le 26 août 2021, consulté le 01 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/confins/38505 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.38505

Haut de page

Auteurs

Matheus Menegatto

Professor do Colégio Universitário – USCS, matmenegatto@gmail.com

Hervé Théry

Directeur de recherche émérite au CNRS-Creda, Professor na Universidade de São Paulo (USP-PPGH), hthery@aol.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search