Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53HomenagemL’amitié entre Pierre Monbeig et ...

Homenagem

L’amitié entre Pierre Monbeig et Claude Lévi-Strauss

A amizade entre Pierre Monbeig e Claude Lévi-Strauss
The friendship between Pierre Monbeig and Claude Lévi-Strauss
Confins

Texte intégral

1Nous reproduisons ci-dessous un texte et des images qui témoignent de l’amitié entre Pierre Monbeig et Claude Lévi-Strauss, que la Librairie Emmanuel Hutin (Paris) – qui met en vente des documents les concernant – nous a autorisés à publier. Ils sont accompagnés par une photographie publiée dans la revue Gradhiva

2Le premier est le texte de la fiche décrivant une lettre écrite par Dina et Claude Lévi-Strauss à leurs amis Pierre et Juliette Monbeig depuis leur campement d’Utiarity (Mato Grosso) où ils étaient allés étudier les Nambikwaras

Fiche descriptive de la lettre de Dina et Claude Lévi-Strauss à leurs amis Pierre et Juliette Monbeig

3Courrier adressé par le couple depuis la forêt du Mato Grosso au Brésil, où ils avaient organisé une expédition pour étudier les Indiens Nambikwaras. C’est la seconde opération sur le terrain qu’ils effectuent, la plus importante, qui durera de mai 1938 à janvier 1939. Dina écrit sur les trois premières pages, et Claude termine sur la dernière de cette lettre dans laquelle ils livrent leurs premières impressions au bout d’un mois de voyage, à la fois intimes mais évoquant également leurs travaux.

4La jeune femme commence : « Et cela me semble déjà si, si loin. Saint Paul, Paris, tout me parait avoir une existence illusoire et être transformé en un mythe indéchiffrable ». Elle évoque ensuite leur premiers contacts avec les indiens : « …arrivés à Utiarity, après huit jours de voyage, nous avons eu la grande chance de trouver une troupe de plus de 20 Nambikwaras, aussi proche de l’état de nature que vous pouvez l’imaginer ». Donnant des détails sur cette population autochtone elle précise, donnant des nouvelles de son mari : « Depuis douze jours, un contact prodigieux nous a permis de travailler régulièrement… Claude enlève chaque jour une partie de sa tenue vestimentaire ; il est actuellement en short, et nous espérons tous le voir un jour adopter la tenue des Nambikwaras locaux ». Dina confie plus intimement : « Ma chère Juliette, je pense à vos petites mains soignées et à vos cheveux. C’est assez mélancolique d’être affreuse parmi des hommes… Notre poste de radio marche, et nous émettons régulièrement une fois par semaine. Mais bien inutilement, car personne ne semble plus se souvenir que nous existons. C’est une véritable et profonde rupture !». Claude à son tour prend la plume et écrit à Pierre Monbeig : « Cher ami, je vous écris avec sur mes genoux une petite fille de 6 ans crasseuse au possible, et ceci explique les imperfections de ma lettre ». Il donne ensuite une description enthousiaste de l’endroit, avant d’évoquer ses recherches : « Utiarity est un petit paradis terrestre, sur une hauteur, avec d’un côté de vastes horizons et de l’autre … le Rio Sacré qui roule des eaux de cristal, et où, au milieu des poissons et des demoiselles indigènes à poil, je prends mon bain quotidien… Les Nambikwara ne semblent pas aussi féroces que leur réputation et nous menons une vie commune qui ne laisse rien à ignorer des uns aux autres et réciproquement… Au point de vue ethnographique, cela rend bien, bien que, au point de vue de la culture matérielle il n’y ait que de misérables collections à faire ».

5Point de départ de la carrière de Claude Lévi-Strauss, cette expédition aura un impact important sur ses travaux futurs. Ce voyage est la base de ses recherches, et la principale source de son livre Tristes tropiques dont le récit avec celui de sa première mission occupent plus de la moitié du texte. Voyage formateur pour l’homme qui débute l’ouvrage en annonçant « Je hais les voyages et les explorateurs », mais qui avouera que ces années brésiliennes furent les plus belles de sa vie. Car il s’agit également de sa formation personnelle partagé avec sa femme Dina, ethnologue elle aussi, qui eut une influence considérable sur lui comme le dévoile cette lettre commune. Leur séparation en 1939 mettra un terme à leur relation personnelle, mais également professionnelle, sa contribution aux recherches de terrain en particulier auprès des groupes de femmes étant largement occultée.

La mission Lévi-Strauss dans son campement, Nalike, Serra Bodoquena, sud du Mato Grosso, Brésil, 1935-1936

La mission Lévi-Strauss dans son campement, Nalike, Serra Bodoquena, sud du Mato Grosso, Brésil, 1935-1936

https://journals.openedition.org/​gradhiva/​docannexe/​image/​1215/​img-1.jpg, © musée du quai Branly, fonds Claude Lévi-Strauss

Photographie et dédicace

6Le second associe une photo des deux hommes, avec des marques de pliure, et la dédicace que le second avait écrite sur l’exemplaire de Tristes Tropiques offert à leurs amis Pierre et Juliette (Dona Julieta).

Pierre Monbeig, Claude Lévi-Strauss et dédicace de Tristes Tropiques

Pierre Monbeig, Claude Lévi-Strauss et dédicace de Tristes Tropiques

Librairie Emmanuel Hutin (Paris)

Haut de page

Table des illustrations

Titre La mission Lévi-Strauss dans son campement, Nalike, Serra Bodoquena, sud du Mato Grosso, Brésil, 1935-1936
Crédits https://journals.openedition.org/​gradhiva/​docannexe/​image/​1215/​img-1.jpg, © musée du quai Branly, fonds Claude Lévi-Strauss
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/42800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Pierre Monbeig, Claude Lévi-Strauss et dédicace de Tristes Tropiques
Crédits Librairie Emmanuel Hutin (Paris)
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/42800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « L’amitié entre Pierre Monbeig et Claude Lévi-Strauss  »Confins [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 23 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/42800 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.42800

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search