Navigation – Plan du site

AccueilNuméros53ResenhasAutochtonies. Regards croisés sur...

Resenhas

Autochtonies. Regards croisés sur les territorialités et les territoires des peuples autochtones

Autoctonias. Perspectivas cruzadas sobre territorialidades e territórios de povos indígenas
Autochtonies. Crossed perspectives on territorialities and territories of indigenous peoples
Confins
Référence(s) :

Autochtonies. Regards croisés sur les territorialités et les territoires des peuples autochtones, sous la direction de Éric Glon et Bastien Sepúlveda, collection « Essais », Presses universitaires de Rennes, 2021, ISBN 978-2-7535-8294-1

Texte intégral

1Selon sa 4e de couverture, « l’enjeu de cet ouvrage est d’appréhender les manifestations multiples et complexes des recompositions que connaissent les territoires des peuples autochtones aujourd’hui. Ces écritures géographiques émanent, d’une part, de communautés situées dans ce qu’il reste de territoires traditionnels en grande partie usurpés au cours de l’histoire. Elles proviennent, d’autre part, de l’inscription d’un nombre croissant d’autochtones dans de nouveaux espaces, hors des cadres territoriaux d’origine. Aussi l’ouvrage s’intéresse-t- il à la manière dont certains héritages culturels s’expriment dans ces nouveaux espaces, tout en s’articulant aux dynamiques ayant cours au sein des territoires traditionnels. Les contributions ici réunies présentent les résultats de recherches menées à ce sujet dans différentes régions habitées par des peuples autochtones, dans les Amériques, en Océanie, en Afrique et en milieu circumpolaire. La lecture de ces contributions révèle tant la multiplicité que la recomposition des rapports à l’espace des peuples autochtones ; ce que recouvre et permet de saisir la notion – résolument géographique – d’autochtonie ».

  • 1 Par ailleurs organisateur du dossier « Povos indígenas » de ce numéro de Confins

2Les organisateurs de l’ouvrage, Éric Glon et Bastien Sepúlveda1, sont membres du laboratoire « Territoires, Villes, Environnement & Société » (TVES) à l’université de Lille, ils sont géographes et se sont intéressés, au cours de leurs recherches au Canada et au Chili, à différentes facettes du rapport que les peuples autochtones entretiennent avec le territoire. Ils avaient organisé, les 4 et 17 mai 2017 à la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS) de Lille, dans le cadre du projet INDIGEO financé par l’ANR, les journées INDITER – « Territoires et territorialités autochtones » dont les communications sont à la base du présent ouvrage

3De leur introduction « Pour une approche géographique de la question autochtone » plusieurs points méritent d’être cités, à commencer par le terme « autochtone » qui donne le titre du livre. Ils notent que c’est « une catégorie politique malléable » et consacrent un encadré à une mise au point terminologique :

Autochtone, indigène ou aborigène ?

4« Selon les contextes culturels et linguistiques, le terme autochtone peut être alternativement substitué par ses synonymes « indigène » et « aborigène », qui veulent dire « présent depuis l’origine ». Le terme indigène est de loin le plus usité à l’échelle internationale, notamment dans la plupart des pays anglo-saxons – indigenous peoples –, et dans l’ensemble des mondes hispanophones – pueblos indígenas – et lusophones – povos indígenas. Les francophones lui préfèrent en revanche celui d’autochtone qui évoque moins les affres et les stigmates de la colonisation, en particulier le régime de l’Indigénat (Merle & Muckle, 2019). En France, plus spécifiquement, il est aussi fait parfois référence aux « peuples premiers », expression proche mais non pleinement équivalente de celle de « premières nations » ou « first nations » que l’on emploie au Canada dans un sens plus restrictif, pour se référer aux différents groupes amérindiens. Dans ce pays, le terme autochtone, outre les « premières nations », inclut également les Inuit et les Métis. Mais il arrive aussi qu’ailleurs, la catégorie autochtone soit elle-même « emboitée » sous d’autres appellations plus englobantes encore. C’est le cas au Brésil où les povos indígenas peuvent être associés aux « populations traditionnelles », terme qui réfère à l’ensemble des groupes dont les modes de vie dépendent des ressources naturelles. Concernant, enfin, le terme aborigène, notons qu’il est davantage utilisé en Australie, où l’expression « peuples aborigènes » est équivalente à celle de « peuples autochtones ». Mais qu’il s’agisse d’autochtones, d’indigènes ou d’aborigènes, partout cette terminologie réfère à une catégorie englobante désormais mobilisée comme une ressource à la fois politique et territoriale (Sepúlveda, 2016).

5Le livre se veut, c’est son originalité par rapport à l’abondante littérature anthropologique « Une contribution aux "géographies autochtones" », et explorer « la dimension géographique de l’autochtonie. Les contributions au colloque, transformées en chapitres sont regroupées en trois parties qui analysent « 1) la nature des revendications territoriales autochtones contemporaines ; 2) les initiatives et stratégies impulsées par ces peuples pour reprendre le contrôle de leurs territoires, puis 3) les questions de gouvernance qui en découlent ».

6Localisation des terrains d’étude abordés dans l’ouvrage

Le contenu de l’ouvrage

7L’introduction le décrit ainsi :

8« Dans la première partie, nous nous interrogeons sur les fondements et implications des luttes autochtones contemporaines pour accéder au territoire, à un ou des territoires, tout en questionnant plusieurs termes clés et en particulier ce qu’est un autochtone, un peuple autochtone, l’appartenance à des lieux ou à un territoire, ce que peut signifier l’antériorité et les mobilisations dont elle peut faire l’objet. Si les peuples autochtones ont très souvent été privés des terres qu’ils considèrent comme ancestrales dans le cadre de différentes colonisations, ils ne cessent d’en revendiquer la réappropriation effective. L’abnégation dont ils font preuve dans de nombreuses régions du monde pour accéder à la terre et aux ressources qui s’y trouvent renvoie à des usages particuliers et à un lien au territoire fortement empreint de spiritualité. Les luttes dans lesquelles ces peuples se sont engagés depuis maintenant près d’un demi-siècle leur ont permis de se voir reconnaître certains droits d’accès, d’usufruit et parfois même de propriété. Cependant, ils sont encore loin d’avoir recouvré leur droit au territoire qu’ils continuent de revendiquer avec vigueur. Omniprésente dans les discours des représentants autochtones, la référence au territoire semble de fait indissociable des demandes contemporaines d’autonomie : il n’y aurait pas d’autonomie possible autrement que dans l’attribution d’un territoire dûment reconnu lui servant de cadre. Tout en soulignant le fait que l’autochtonie se construit dans un rapport au territoire, les textes qui composent cette partie s’interrogent ainsi, avant tout, sur la nature de ces territoires : à quel(s) territoire(s) l’autochtonie réfère-t-elle ?

9La seconde partie de l’ouvrage s’intéresse ensuite aux efforts et aux stratégies que les peuples autochtones déploient pour faire valoir leur droit au territoire et aux ressources qui s’y trouvent, dans les contextes culturels, sociaux et politiques qui sont les leurs. L’enjeu de ces mobilisations n’est autre que d’agir sur les formes variées de déterritorialisation résultant de politiques et mesures plus ou moins ouvertement ethnocidaires, accompagnées même parfois de pratiques génocidaires. Les processus de réappropriation territoriale dans lesquels ces peuples s’engagent sont alors analysés dans cette partie comme un exercice vital de décolonisation par lequel les autochtones clament ce qu’ils sont, ce qu’ils ont été et ce qu’ils souhaitent être. Se trouvent ainsi mis en avant les particularités et les héritages de leurs cultures et de leurs connaissances, aussi bien dans leurs pratiques du quotidien que dans les dimensions spirituelles et sacrées. Ces mouvements de réappropriation ou de reconstruction territoriale sont autant de manières de clamer son être au monde après des décennies de rejet, pouvant alors prendre la forme d’un exercice de conscientisation de ce que l’on est et de reconquête d’une confiance en soi. Aussi, pour faire entendre leurs revendications et leurs projets, ces peuples s’approprient et mobilisent différents outils, depuis les témoignages des aînés, les chantiers archéologiques, les études historiques, des partenariats avec des non-autochtones ou encore la cartographie, et notamment la cartographie participative qui est utilisée pour montrer ce que sont leurs territoires ancestraux, raconter leur histoire sur la terre et tenter de faire valoir leurs droits aux ressources qui s’y trouvent. Ce sont ces pratiques et les contextes dans lesquels elles sont mobilisées que les contributions ici réunies proposent d’explorer.

10La troisième partie, enfin, aborde plus concrètement les enjeux de gouvernance territoriale, notamment au niveau des politiques publiques : quelle place est en effet faite aux peuples autochtones dans les politiques publiques les concernant de manière directe ? Cette place varie beaucoup selon les cas, les aspirations et projets des peuples autochtones rencontrant de fait une écoute très inégale ».

Haut de page

Notes

1 Par ailleurs organisateur du dossier « Povos indígenas » de ce numéro de Confins

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Autochtonies. Regards croisés sur les territorialités et les territoires des peuples autochtones »Confins [En ligne], 53 | 2021, mis en ligne le 24 décembre 2021, consulté le 26 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/43307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.43307

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Confins – Revue franco-brésilienne de géographie est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search