Navigation – Plan du site

AccueilNuméros54Registro de pesquisaLa place de l’alimentation dans l...

Registro de pesquisa

La place de l’alimentation dans la pensée géographique : une analyse à partir de Max Sorre et de Josué de Castro

O lugar do alimento no pensamento geográfico: uma análise a partir de Max. Sorre e de Josué de Castro
The place of food in geographical thinking: an analysis from Max Sorre and Josué de Castro
Ana Letícia Espolador Leitão

Résumés

Cet article montre comment l’alimentation a été étudiée en géographie, à partir de deux auteurs qui se sont consacrés à ce thème : Josué de Castro et Max Sorre. Il se fonde sur la thèse « O lugar do alimento no pensamento geográfico: uma análise a partir de Max. Sorre e de Josué de Castro » soutenue en septembre 2021 à l’UFES (Universidade Federal do Espírito Santo). Josué de Castro est un médecin et géographe brésilien qui, à partir des années 1940, a étudié la faim à la lumière de ses études sur l’alimentation. Le second est un géographe classique français héritier des idées de Paul Vidal de la Blache, auteur entre autres de « Les Fondements de la géographie humaine ». Sorre a conclu ses études géographiques par « L’Homme sur la Terre : traité de géographie humaine », insérant la nourriture et la géographie de l’alimentation dans plusieurs de ses études, ainsi que la question de la faim introduite dans le monde scientifique par Josué de Castro.

À partir de recherches documentaires, de lectures bibliographiques et d’entretiens, elle a montré l’importance du thème de l’alimentation, surtout à une époque qui précède la révolution des technologies de l’information et de la communication, la Révolution verte et la période d’après-guerre froide, marquée par une augmentation significative de la production alimentaire et par des changements de paradigmes globaux. Le texte défend la nécessité d’une véritable interdisciplinarité et d’une humanisation des sciences humaines, comme l’ont fait ces deux géographes humanistes.

Son objectif principal est de partager les contributions de Josué de Castro et de Max Sorre en français afin de mieux comprendre les problèmes qu’ils ont observés et analysés ainsi que la continuation de leurs idées après leur mort. Il conclut que le thème reste d’actualité et nécessite des efforts pour éliminer le fléau déjà dénoncé par Castro dans les trois premiers quarts du XXe siècle, et qui continue de dévaster, de manière absolue et cachée, une grande partie de l’humanité.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Josué de Castro, Max Sorre, alimentation, faim.

Index by keywords:

Josué de Castro, Max Sorre, food, hunger.

Index géographique :

Brasil

Índice de palavras-chaves:

Josué de Castro, Max. Sorre, alimento, fome.
Haut de page

Texte intégral

1Cet article est le résultat de partie des recherches menées pour une thèse de doctorat écrite en portugais, il est destiné à exposer ses résultats en français, mais la lecture de la thèse est recommandée à ceux qui ont un intérêt pour son contenu. Il apporte une contribution inédite grâce à des réflexions postérieures à la remise de la version finale de la thèse.

  • 1 Il s’agit d’un chapitre de « Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d’une écolo (...)
  • 2 Il s’agit d’un article, aussi traduit en portugais par Leitão et Ramos, dont la traduction en portu (...)

2La thèse est divisée en six chapitres, outre l’introduction et le post scriptum. Dans le premier chapitre, elle présente la biographie de Josué de Castro ; dans le deuxième, la façon dont Josué de Castro voyait la nourriture et la faim ; dans le troisième, elle présente Max Sorre, en concentrant sur ses études sur l’alimentation. (Géographie des régimes alimentaires1 et La Géographie de l’alimentation2) ; dans le quatrième chapitre, elle montre comment le Brésilien Josué de Castro apparaît dans les œuvres de Max Sorre et quelles sont les perspectives de nos auteurs ; dans le cinquième chapitre, elle met à jour la place de l’alimentation dans la pensée géographique jusqu’en 2019.

3Dans cet article, nous présentons brièvement qui sont ces deux géographes et les principales contributions de leurs études au thème actuel de l’alimentation. Pour cela, l’article est divisé en trois sections. Dans la première section, on présente les deux géographes et leurs études sur la dialectique de la faim et de l’alimentation ; dans la deuxième section, on résume leurs principales contributions ; et dans la troisième section, on présente quelques considérations finales.

Max Sorre et Josué de Castro : dialectique de la faim et de l’alimentation

4Les deux géographes sont très importants pour la dialectique de la faim et de l’alimentation, car Josué de Castro (1908-1973) a été le géographe et le théoricien qui a introduit la faim dans les débats scientifiques, sur la base de ses études sur l’alimentation, en prouvant que « la faim est une manifestation biologique d'une maladie sociale », c'est-à-dire qu’il s’agit d’un phénomène socio-économique et non seulement d’un phénomène dû à des facteurs physiques de l’environnement, comme on le traitait auparavant. Et Max Sorre (1880-1962) a été le dernier géographe français classique et il s’est consacré au thème de l’alimentation, non seulement en écrivant un chapitre exclusif à la géographie des régimes alimentaires, mais aussi en insérant Josué de Castro dans ses études et en commençant à considérer la faim également comme une conséquence des inégalités sociales.

5Depuis que les êtres humains habitent la Terre, la nourriture fait partie de leur vie quotidienne. Pour vivre, les êtres humains ont besoin de se nourrir correctement. En outre, les aliments ne sont pas seulement un « carburant » pour le corps humain. L’alimentation a également un impact sur le développement physique, intellectuel, cognitif, moral, immunologique, etc. des êtres humains et sur le maintien de leur santé.

6Et de nombreuses civilisations se sont formées précisément pour la production et la consommation de nourriture. Donc que l’acte de manger est physiologique (un acte instinctif), mais aussi culturel.

7Max Sorre a écrit le chapitre « Géographie des Régimes alimentaires » dans le tome premier de « Les fondements de la géographie humaine », et l’article « La Géographie de l’alimentation », consacrant ses contributions sur les régimes alimentaires, insérant les contributions de Josué de Castro dans la troisième, et dernière, édition du Tome premier de « Les fondements de la géographie humaine : Les fondements biologiques : essai d’une écologie de l’homme » et dans les études ultérieures.

8Max Sorre a non seulement analysé en profondeur les différents régimes alimentaires dans le monde, mais a également inclus la faim dans ses études. Au départ, il attribuait la faim à des périodes de morte-saison, à des faims périodiques, à l’indisponibilité de la nourriture dans l’environnement (famine), à des problèmes climatiques ou physiques, ou à des guerres. Mais, après Josué de Castro, Max Sorre a commencé à aussi considérer la faim due aux inégalités socio-économiques.

  • 3 à la consommation de mangue avec du lait, par exemple, qui sont deux aliments nutritifs, mais des h (...)

9Josué de Castro a commencé ses études sur l’alimentation pour arriver au concept de la faim. En étudiant la nourriture, il s’est rendu compte que la faim existait et a présenté le concept de faim cachée (en plus de la faim absolue), en soulignant que la faim cachée est principalement le résultat des inégalités socio-économiques. Évidemment, Josué de Castro considère aussi les faims dues aux conditions physiques et climatiques de l’environnement, mais le Brésilien a observé qu’il existe des régions où la nourriture est abondante, mais où la faim est présente. Et il a constaté que la faim est due à des raisons socio-économiques, parfois culturelles, avec des interdictions de consommer des produits nutritifs qui ont persisté depuis l’époque du Brésil colonial.3, par exemple.

10Puis, après des études sur l’alimentation, Josué de Castro a écrit ce qu’on appelle la trilogie de la faim : « Géographie de la faim », en 1946, dont la première édition a été rédigée en portugais ; « Géopolitique de la faim », publié pour la première fois en anglais en 1951 ; et « Le Livre Noire de la faim », publié pour la première fois en 1957.

11Selon Castro:

L’un des grands obstacles à la planification de solutions adéquates au problème de l’alimentation des populations réside précisément dans la faible connaissance que nous avons du problème dans son ensemble, en tant que complexe de manifestations biologiques, économiques et sociales. La plupart des études scientifiques sur le sujet se limitent à l’un de ses aspects partiels, projetant une vision unilatérale du problème. Il s’agit presque toujours d’œuvres de physiologistes, de chimistes ou d’économistes, des spécialistes généralement limités par des contingences professionnelles au cadre de leurs spécialisations (CASTRO, 2008, p. 16, notre traduction).

12Dans le premier livre, « Géographie de la faim », Josué de Castro aborde la question de la faim au Brésil, en le divisant en cinq régions, montrant les problèmes alimentaires et la faim. Dans ce livre, Josué de Castro affirme catégoriquement qu’il existe deux tabous : celui de la faim et celui de la réforme agraire. Et il démontre que la faim résultant de l’inégalité sociale condamne les gens à un mauvais développement physique, intellectuel, cognitif et moral... en raison d’une mauvaise nutrition. Et cette carence nutritionnelle pourrait être résolue par des actions plus humaines entre les hommes, c’est-à-dire par une meilleure production et distribution de la nourriture. En d’autres termes, ne pas se limiter à la logique économique, mais faire prévaloir la solidarité, l’humanisme dans les relations humaines.

13En parlant du tabou de la faim, Josué déclare que :

Le sujet de ce livre est très délicat et dangereux. Si délicate et dangereuse qu’elle est devenue l’un des tabous de notre civilisation. Il est vraiment étrange, choquant, que dans un monde comme le nôtre, caractérisé par une telle capacité excessive d’écriture et de publication, si peu de choses aient été écrites sur le phénomène de la faim dans ses différentes manifestations. En consultant la bibliographie mondiale sur le sujet, on vérifie son extrême rareté. Cela est encore plus frappant si on le compare à l’'abondance d’ouvrages sur d’autres sujets de bien moindre importance. Cette pauvreté de la littérature est encore plus étrange et plus choquante lorsque l’on considère le contenu de la question de la faim – son importance transcendantale et sa catégorique finalité organique (CASTRO, 2008, p. 11, notre traduction).

14Max Sorre, en plus de faire une étude des différents régimes alimentaires, initialement déterminés par la disponibilité physique et géographique, considère également les interdictions religieuses dans ces régimes. Son analyse tient compte des facteurs géographiques et culturels. Il existe différents régimes alimentaires, dans lesquels trois macronutriments sont présents : les lipides, les glucides et les protéines. À l’exception des Inuits qui, en raison des conditions physiques du milieu, ont des difficultés à cultiver des glucides, consommant essentiellement des lipides et des protéines animales. Mais là où l’élevage est rare, Max Sorre présente la consommation de larves, d’insectes, de protéines végétales, etc., ces trois grandes catégories de principes alimentaires prédominant dans les différentes cultures traditionnelles.

15Cette variété est importante car, comme nous le verrons dans la section 3, le régime alimentaire a été transformé au niveau mondial. Et il existe certaines restrictions religieuses sur la consommation de viande. Pour les musulmans et les juifs en général, manger du porc est un interdit religieux. Tout comme la consommation de viande de bœuf pour les hindous. Et même pour les chrétiens, pendant le carême, la consommation de viande rouge peut être limitée. Et il existe des religions, comme le bouddhisme, qui évitent la consommation de viande, par exemple.

16Et Max Sorre déclare dans son article « La Géographie de l’alimentation » :

Certes encore, les géographes savaient que toujours la faim, et son cortège de maux, avait été la compagne des hommes, qu’elle avait été le ressort de leurs actions. L’histoire leur conservait le souvenir des grandes famines et ils n’avaient pas besoin de remonter bien haut le cours des générations pour retrouver le frisson des grandes peurs causées par la menace de la disette. Les journaux leur apportaient l’écho des souffrances infligées à de grands pays par une mauvaise récolte. Mais enfin, pour une grande partie de l’humanité occidentale, ces choses étaient lointaines, comme un mauvais rêve qui s’efface. Et voici que, brusquement, ces réalités nous sont redevenues proches et familières, parce que nous avons eu faim, parce que nous avons vu autour de nous d’étranges maladies que nous connaissions seulement par des descriptions médicales, parce que des groupes entiers portent les stigmates de la sous-alimentation. L’étendue du mal a ému les savants et les hommes d’État. Le problème de l’alimentation s’est imposé à eux avec une urgence redoutable. De grandes organisations internationales ont pris à tâche d’en étudier les données et les solutions, comme l’Organisation mondiale pour l’alimentation et l’agriculture (F. A. O.). C’était le temps où les physiologistes commençaient à poser les bases d’une nouvelle science, la science de l’alimentation, rendue possible par les progrès de l’énergétique biologique, et par ceux de la chimie biologique. Un champ immense s’ouvrait à leurs investigations. Économistes et biologistes comprenaient enfin que les problèmes humains ne peuvent plus être posés seulement en termes de production et d’échanges, pas même uniquement en termes de consommation, mais en termes de besoins. Les sciences de l’homme redevenaient humaines (SORRE, 1952, p. 184-185).

  • 4 La « famine » peut être apprise à l’école par la poésie de Jean de La Fontaine (1621 – 1695), dispo (...)

17Et dans cette citation, on attire l’attention sur le mot famine. Au cours du XXe siècle, il y a eu au moins quatre épisodes de famineParecerista2022-03-20T14:03:00Confins4 : en Ukraine en 1932-1933 ; pendant la Seconde Guerre, principalement dans les camps de concentration ; au Bengale (Inde) de 1942 à 1945 ; et en Chine de 1958 à 1961.

18Oui, la Seconde Guerre a effrayé le monde lorsque la faim a été utilisée comme arme de guerre sur le territoire européen. Après l’avoir déjà dénoncé dans « Géopolitique de la faim », Josué de Castro attire l’attention sur la question de la faim, parce qu’elle a choqué les populations avec les horreurs de cette guerre, mais qui se produit dans certaines familles, dans certains groupes socio-économiques, dans certains lieux géographiques, etc. sans l’émoi général de la population.

19En effet, Josué de Castro, en commençant ses études au Brésil, a constaté que même s’il y avait une production alimentaire, il y avait des populations qui souffraient de la faim, en raison des inégalités socio-économiques, surtout dans le nord-est, qui conserve des traces du Brésil colonial, comme il le montre dans la « Géographie de la faim ».

20Élargissant cette échelle, Josué de Castro a ensuite écrit « Géopolitique de la faim », montrant que la faim, en plus d'être mondiale, portait aussi les conséquences du passé impérialiste. Et même dans des pays considérés comme riches, comme les États-Unis, il existe des populations qui souffrent de la faim.

21Dans le contexte historique dans lequel Max Sorre et Josué de Castro ont vécu, se sont prpduites non seulement les deux guerres mondiales, mais aussi la fin de la Seconde Guerre mondiale, un événement qui a marqué la création d’institutions internationales, comme l’Organisation des Nations unies (ONU).

22C’est important car Josué de Castro a non seulement trouvé au Brésil un contexte favorable pour développer sa pensée, grâce à l’ère Vargas (1930-1945), qui a consolidé l’État brésilien, mais il a également pu travailler dans l’administration publique, être professeur, être député fédéral et représenter le Brésil à l’étranger, à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et comme ambassadeur du Brésil à Genève. Et, dans le souci de combattre la faim à l’échelle mondiale, notamment en raison des horreurs de la guerre, Josué de Castro a présidé le Conseil exécutif de la FAO de 1951 à 1955. Cependant, en raison du coup d’État civil et militaire en 1964 au Brésil, il s’exile à Paris, où il meurt en 1973, sans avoir la chance de retourner dans son pays natal de son vivant.

23Et Max Sorre, issu de la géographie classique française, a mené ses études interdisciplinaires. Au départ, il était plus en dialogue avec les sciences naturelles, et, plus tard, il s’est rendu compte de la nécessité de l’interdisciplinarité dans les sciences humaines, et aussi de l’humanisation de ces sciences.

24Josué de Castro avait une formation pluridisciplinaire. Médecin, il s’oriente vers les sciences humaines, devenant géographe, en choisissant la méthode géographique pour décrire le phénomène de la faim, qui est à la fois socio-économique, historique et géographique.

25Max Sorre, a enseigné aux Écoles Normales à la Roche-sur-Yon, puis à Montpellier. Il a servi pendant la Première Guerre mondiale, recevant la Croix de guerre et la Légion d’honneur sur son lit d’hôpital, car on doutait qu’il s’en sorte vivant. Il a ensuite enseigné dans l’enseignement supérieur. Géographe, héritier de l’enseignement de Vidal de la Blache, scientifique, il a exercé diverses fonctions administratives, jusqu’à atteindre le domaine de la Géographie proprement dite : il a été président du Comité national de Géographie, et l’un de ses fondateurs en 1920 ; il a été vice-président de l’Union géographique internationale ; membre correspondant de plusieurs sociétés étrangères de géographie ; vice-président de l’Association des Géographes français ; membre de la Commission des travaux historiques et géographiques ; il a participé pendant quinze ans aux travaux de la Commission exécutive des « Annales de Géographie ». Sorre était un observateur attentif de l’évolution des sciences biologiques et sociales, des techniques, etc., ainsi qu’un homme engagé aux multiples responsabilités académiques, scientifiques et éditoriales.

Pour Sorre, le problème principal de la géographie humaine est de clarifier la relation entre l’homme et les milieux, considérée sous un angle spatial et comme réciproque, puisque les techniques humaines modifient l’environnement naturel en même temps qu’elles doivent s’adapter à ses besoins (LEITÃO, 2021, p. 141-142, notre traduction).

26Milieux qui considèrent le complexe climatique, le complexe vivant et les complexes sociaux.

27Et Josué de Castro n’a pas seulement élucidé la faim dans les milieux scientifiques, il en a aussi expliqué les causes. Pour Josué de Castro, outre la faim absolue, il y a la faim cachée. Pour Castro :

La faim ne doit pas être limitée à une vision générale du problème, mais doit être considérée comme une calamité présente dans les pays industrialisés comme dans les pays agraires. Josué de Castro a également noté que l’impact de la nourriture sur la vie est plus important que les conditions climatiques elles-mêmes, dans la relation entre « l’homme et la nature ». Ainsi, il est possible de vérifier de façon catégorique la relation du facteur alimentaire sur la santé, y compris les syndromes nutritionnels et cliniques. Si, d’une part, l’incidence de certaines carences alimentaires a diminué, grâce à l’ère pré-scientifique, d’autre part, l’état des carences partielles et des déséquilibres alimentaires a augmenté. Josué de Castro nous présente une des manifestations les plus fatales de la dégénérescence de la structure alimentaire : la faim cachée (LEITÃO, 2021, p. 113, notre traduction).

28Autrement dit, la faim cachée est la faim partielle, la faim de micronutriments, de vitamines, de minéraux, etc. La faim qui n’est pas manifesté sans nuances, comme la « faim absolue », mais souvent la faim cachée est ignorée parce qu’elle n’est pas explicite.

29Après cette brève présentation des auteurs et de la dialectique de la faim et de l’alimentation, quelles sont les principales contributions de Max Sorre et Josué de Castro.

Contributions principales de Max Sorre et Josué de Castro

30En raison de l’échange d’idées, il est difficile de séparer complètement la contribution de Sorre et celle de Castro.

31Max Sorre a consacré sa vie à l’étude et à la compréhension de l’environnement et de l’interaction de l’homme avec celui-ci. Et ce qui rend possible cette interaction de l’être humain avec l’environnement, c’est l’évolution des techniques.

32L’analyse des éléments du paysage humain fournit la clé de sa richesse et de sa variété, résultant à la fois des différences entre les possibilités offertes à la population par les ressources du milieu naturel et de l’évolution inégale des techniques pratiquées par les groupes humains, incluant ici les techniques de la vie sociale et les techniques de production.

33Sorre reconnaît le processus historique, les impacts sur le développement des pays. Il insiste sur la révolution qui a commencé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, et sur le fait que depuis le néolithique, l’humanité n’a rien connu de comparable à la révolution des techniques : une révolution unique et que les acquisitions de techniques se conditionnent et se pénètrent les unes les autres. Sorre a déjà informé qu’il n’est pas possible d’isoler les transformations politiques et sociales, car elles naissent dans une sphère idéologique qui a son autonomie, même si c’est une autonomie relative.

34À l’image de cette révolution, la géographie humaine y voit la survie de certaines structures, le développement d’autres. « Elle met notamment en évidence l’interdépendance croissante des activités humaines à travers le monde. Ce grand principe de connexion générale, que la géographie naturelle met en valeur dans l’ordre physique, nous apparaît maintenant dans l’ordre humain, à la fois par des contradictions et des harmonies. » (SORRE, 1950, p. 1 018). Et il ajoute que de toutes ces diversités et combinaisons, naît la variété du monde. On y trouve le principe de l’écoumène et les causes de ses déséquilibres et de ses luttes.

35Après la conclusion de « Les fondements de la géographie humaine », et d’écrire autres articles, Sorre a publié les livres « Les migrations des peuples : essai sur la mobilité géographique », en 1955 ; « Rencontres de la géographie et de la sociologie », en 1957 ; et, un an avant sa mort, « L’Homme sur la Terre : traité de Géographie humaine », en 1961.

36Selon lui : « Le contexte physique et vivant représente le milieu naturel, tandis que le milieu humain est défini avec le secours des sciences de l’homme au premier rang desquelles figure la sociologie » (SORRE, 1961, p. 2-3).

37Et il défend la multidisciplinarité :

Ainsi, ayant marqué les liens originels et indissolubles de la géographie humaine avec toutes les branches de la géographie, nous reconnaissons ses attaches avec le groupe des sciences de l’homme, anthropologie somatique et physiologique, pathologie, psychologie collective, ethnologie, sociologie sous tous ses aspects, y compris l’économique. Elles l’éclairent sur les conditions d’activité des groupes dont est fait le tissu de l’oekoumène. Elle leur apporte de son côté ce parti de localisation et de synthèse, ce regard sur le monde qui élargit leur portée et les féconde. Tel est le caractère complexe de la géographie humaine, terre marginale dans le champ de la connaissance (SORRE, 1961, p. 3).

38Sorre attire l’attention sur le fait que l’homme n’entre pas seulement en relation avec son environnement, mais aussi avec lui-même dans une relation sociale. Ces relations sociales sont complexes et non monolithiques. Il n’existe donc pas un modèle unique, une manière correcte d’entrer en relation en tant que sujet social et en tant qu’animal réagissant à l’environnement. Cependant, il existe une manière de se rapporter à l’environnement qui est en train de devenir dominante, et qui est nuisible non seulement à l’environnement, mais aussi aux relations socio-économiques et culturelles en général (LEITÃO, 2021).

39Pour Sorre, chaque science a sa singularité en plus d’avoir sa pluralité. L’être humain est indivisible et complet. Et nous ajoutons qu’il a besoin de se raconter. C’est un être social, c’est indéniable ! Et la géographie elle-même a ses bases biologiques et historiques. Le fait historique est également plus pertinent pour Sorre, en raison de la compréhension du processus et des relations humaines, c’est-à-dire socioculturelles, ainsi qu’économiques, que la géographie analyse. Et ce dialogue entre la sociologie et la géographie ne s’interrompt à aucun moment. Au contraire, elle est constante et permanente. Et pas seulement avec la sociologie. Ce qui s’explique aussi dans le mouvement migratoire, lorsque Sorre oppose la permanence (la stabilité) à la mobilité. En fait, de manière dialectique, en affirmant que ces notions sont antagonistes et complémentaires.

40Sorre analyse ainsi les trois complexes et leurs milieux : le complexe climatique, le complexe de vie et le complexe social, ou plutôt les complexes sociaux. Le premier, l’environnement climatique, dont les éléments se retrouvent dans l’environnement naturel. Mais Sorre reconnaît également l’originalité des climats urbains, soulignant qu’ils sont plus sociologiques que physiques, mettant en avant la légère élévation thermique, l’existence d’un voile atmosphérique dans l’environnement urbain.

41Sorre affirme l’importance de deux concepts pour les géographes : le milieu et le mode de vie. La notion de milieu :

42[...] a revêtu toute sa signification avec le triomphe des doctrines évolutionnistes et de l’idée d’adaptation. L’analyse nous montre toute sa richesse. Le milieu se définit d’abord comme une combinaison de traits élémentaires isolés position géographique, traits du relief, éléments du climat (température, pression, etc...), composition du tapis végétal, établissements humains, etc... Notre inventaire en est rarement complet et leur signification varie avec l’usage que chaque groupe humain en fait. De plus, ils n’agissent pas isolément, mais en liaison avec d’autres : ils forment des ensembles ou mieux des complexes élémentaires. C’est ainsi que la tolérance thermique de l’homme dépendant de l’humidité, nous sommes appelés à parler du complexe hygrothermique. Les êtres vivants se montrent au plus haut degré engagés dans des combinaisons cimentées par le parasitisme et la symbiose, les complexes biologiques. Nous voyons enfin des industries de nature variée agglomérées dans des associations régionales : le géographe analyse les forces d’attraction qui les groupent et font de ces complexes industriels de véritables unités vivantes. La notion de complexe géographique élémentaire dont on n’a pas assez jusqu’ici montré la généralité, trouve une application féconde dans toutes les parties de la géographie humaine. Dans l’éternelle lutte pour la vie, ce n’est pas seulement avec des forces isolées que l’homme est aux prises et lui-même intervient pour former de nouveaux faisceaux à son profil (associations de plantes de culture) (SORRE, 1961, p. 4).

43La notion de genre de vie, qui s’agit d’un terme de passage entre l’activité des groupes humains et les propriétés de l'environnement:

[...] On entend par là un ensemble collectif de pratiques transmises et consolidées par la tradition grâce auxquelles un groupe humain entretien son existence dans un milieu déterminé. Un ensemble de techniques adaptatives avec ce qu’elles comportent d’éléments spirituels. Il présente le maximum de stabilité dans des sociétés soumises à la tyrannie d’un milieu naturel très spécialisé (éleveurs nomades du désert, Eskimos). À mesure que les hommes s’affranchissent de la sujétion de la nature, le centre se déplace, la notion se charge, comme on vient de le suggérer, d’éléments sociaux. [...] (SORRE, 1961, p. 4).

44En prenant la notion de régime alimentaire, on comprend que la consommation d’un groupe vivant au cours de l’année, dans les conditions géographiques déterminées, soutient son existence et le perpétue. Initialement, cet ensemble correspond à l’équilibre entre la consommation et les besoins déterminé par différents facteurs, dont les facteurs climatiques. En ce qui concerne la consommation, Sorre affirme qu’elle dépend avant tout des sources alimentaires régionales. Le problème initial serait donc de déterminer l’étendue et la nature des réserves alimentaires dont disposent les groupes humains là où ils sont établis. Le dernier problème est la relation entre le régime alimentaire et la morphologie et la psychologie du groupe (LEITÃO, 2021). L’environnement géographique influence ensuite les régimes alimentaires, car ils reflètent les possibilités de l’environnement bioclimatique, ils déterminent la composition et la quantité des aliments dont un groupe dispose et qui peut être limité aux ressources locales. En plus, ces propriétés de l’environnement peuvent déterminer les besoins fondamentaux de l’organisme. Sorre voit dans l’alimentation l’expression de l’ensemble des modes de vie, non seulement des techniques traditionnelles (pastorales et agricoles) et industrielles, mais aussi de l’évolution de la société. « traits immatériels, prescriptions et interdits découlant des croyances » (Sorre, 1961, p. 44). Selon les mots de Sorre :

45[...] « La revue des grands types de régimes alimentaires montre le sens géographique de cette notion » car il reflète les possibilités de l’environnement bioclimatique (« puisque celles-ci déterminent la composition et la quantité des aliments dont dispose un groupe limité aux ressources locales ») et parce que ces propriétés de l’environnement déterminent les besoins fondamentaux de l’organisme. Sorre voit dans l’alimentation l’expression de l’ensemble des modes de vie, non seulement des techniques traditionnelles (pastorales et agricoles) et industrielles, mais aussi de l'évolution de la société. « traits immatériels, prescriptions et interdits découlant des croyances » (SORRE, 1961, p. 43-44) [...] (LEITÃO, 2021, p. 182, notre traduction).

46Sorre note que la distribution des ressources alimentaires montre une extrême inégalité et diversité, cependant l’auteur, comme dans ses études précédentes dans lesquelles il avait fait une synthèse des régimes alimentaires variés et déterminés par l’environnement, considère les facteurs régionaux et locaux prédominants dans les régimes alimentaires.

Nous pouvons ici établir une relation entre le cadre géographique que Sorre donne à la question alimentaire à travers cette notion de régime alimentaire, qui englobe le milieu, le mode de vie et les techniques, comme un cadre proposé par Josué de Castro, considérant les transformations principalement de l’urbanisation et les impacts que ces régimes alimentaires urbains ont par imitation dans d’autres modes de vie. Oui, les deux auteurs considèrent que les traditions culturelles sont les premières à influencer les régimes alimentaires, en raison de la disponibilité alimentaire des milieux. Autrement dit, si nous avons le « haricot tropeiro » au Brésil, c’est parce que les troupes qui allaient à l’intérieur du pays pouvaient préparer un aliment nutritif, qui pouvait être conservé pendant le voyage, avec les ingrédients dont ils disposaient : porc, farine de manioc, haricots, chou, banane, etc. Cependant, le rythme moderne des centres urbains ne permet pas le temps de préparation de la cuisine traditionnelle et induit l’inclusion de produits industrialisés, qui présentent des pertes nutritionnelles. Josué de Castro avait déjà attiré l’attention sur les risques liés à la consommation de riz étuvé et de conserves. Et Max. Sorre a mis en garde contre les dommages nutritionnels de l’utilisation de la farine blanche et des conserves, par exemple, en plus des effets délétères de la perte de l’influence de la saisonnalité dans la production agricole, sous la domination des techniques et de la distribution des aliments en longues chaînes (LEITÃO, 2021, p. 180, notre traduction).

47Comme le vérifie Sorre :

Les régimes alimentaires urbains ont subi des transformations, et celles-ci, par imitation, tendent à se répercuter sur les régimes ruraux. Une des causes de ces changements réside dans l’idée que les hommes se font de l’efficacité d’un régime, en dehors des considérations religieuses. Aux États Unis, une sorte de superstition des prescriptions scientifiques remplace celles-ci. Presque partout, l’élévation des niveaux de vie s’exprime, au premier stade, par la consommation accrue du pain blanc ; au second stade, par celle des aliments carnés, accompagnée de celle du sucre. Puis on voit reculer la consommation de la viande après celle des céréales riches ; les produits lactés et les fruits prennent une place plus grande. D’autres causes se trouvent dans les genres de vie. Le rythme de la vie moderne dans les milieux industriels est peu favorable aux longues et savantes préparations culinaires, orgueil de nos vieux pays. Les conserves — d’ailleurs parfaites — envahissent les menus. Comme un tel type d'alimentation serait appauvri en vitamines, on forcera la part des fruits. Mieux encore, on corrigera la carence par l’addition de vitamines industriellement préparées. Les hommes d’aujourd'hui ne sentent pas le paradoxe de ces combinaisons. Tout cela n’a été rendu possible que par les progrès de la vie de relations et ceux des industries du froid. Le monde entier est mis à contribution pour garnir la table de l’habitant de New York, de Londres ou de Paris. Les régimes de bananes surchargent l’éventaire du marchand des quatre saisons dans le faubourg. Le poisson non sauri et non salé arrive sur toutes les tables (SORRE, 1952, p. 193).

48Sorre reconnaît les influences régionales, mais considère l’échange d’espèces à travers le monde, affirmant déjà que l’alimentation ne se limitait pas à la disponibilité d’espèces natives, comptant sur d’autres espèces apportées d’autres zones et emmenées sur d’autres territoires au cours de quatre siècles, mais prête attention à la perpétuation du régime alimentaire par imitation, maintenant initialement les caractéristiques rurales, mais évoluant vers l’environnement urbain, avec la consommation de produits qui ne sont pas nutritifs, comme le pain blanc, par exemple.

49Sorre considère que l’alimentation exerce une action morphologique sur l’individu en même temps que les autres conditions de vie. Ainsi, le régime se manifeste dès la vie intra-utérine, oriente la croissance, étant toujours présent chez l’adulte. En outre, il souligne que le processus d’industrialisation affecte la perte nutritionnelle des aliments. Et « la cuisson détruit les principes actifs de certaines matières, si elle les rend plus digestibles ». Pour Sorre :

Un régime normal comprend une proportion convenable d’aliments crus. Cela signifie qu’une étude des régimes comporte plus que l’analyse des matières brutes. Elle embrasse aussi celle des préparations. Une grande cuisine est une marque de raffinement de culture, non seulement dans les classes riches, mais dans la masse de la nation (SORRE, 1952, p. 188).

50Une autre contribution que nous soulignons de Sorre est qu’il ne montre pas seulement la variété des régimes alimentaires dans les différentes parties du globe, avec la recherche de nutriments dans les différentes cultures, en fonction de la disponibilité de l’environnement, mais aussi la présence des connaissances instinctives des groupes sociaux dans la recherche de nutriments qui, avec les connaissances culturelles, préparaient leurs repas.

51Par ailleurs, Sorre observait déjà la particularité du régime français, car les Français sont conservateurs et restent attachés aux produits de leur terroir, et la tendance à l’uniformisation des autres régimes, d’abord influencée par le Royaume-Uni, notamment avec l’ordre des repas, en commençant par le petit déjeuner, un repas solide et consistant, riche en protéines animales (œufs, bacon, haddock) et en glucides. Et plus tard, le petit-déjeuner a été popularisé par les Étasuniens, tout en restant identique à celui des Anglo-Saxons.

52Les contributions de Josué de Castro sur la faim, notamment la faim cachée, causée par les inégalités socio-économiques, sont indéniables. Et ses études ont été fondamentales pour la réflexion sur la faim à l’échelle nationale et mondiale. Son souci de la qualité et de la garantie de l’alimentation des populations est à toutes les échelles, montrant que certains peuples pourraient être considérés comme « paresseux » en raison d’une alimentation insuffisante. En tant que médecin, ses études sont approfondies en raison des carences alimentaires, mettant en évidence les maladies liées aux carences en vitamines et minéraux de différents groupes de population. Quant à la vitamine D, surtout dans les pays où l’exposition au soleil est importante, même sans apport adéquat de cette vitamine, Josué a noté qu’il y avait peu de cas de rachitisme, par exemple, depuis l’exposition au soleil qui métabolise la vitamine D.

53Les quatre photographies disponibles dans son livre « Géopolitique de faim », édition brésilienne de 1965 permettent d’observer quelques effets d’une mauvaise nutrition sur le physique des vies humaines.

54Sur la première photo, on remarque la bonne santé de la petite fille de gauche et la souffrance de la petite fille de droite, outre la différence de taille des enfants, qui montre les conséquences sur le développement physique d’une alimentation déficiente :

Figure 1: Le nanisme alimentaire : Deux enfants du même âge, dont un affamé

Figure 1: Le nanisme alimentaire : Deux enfants du même âge, dont un affamé

Source: Geopolítica da Fome, 1965. Figure 4: Nanismo alimentar. Duas crianças da mesma idade, uma faminta.

55Dans la figure 2, un enfant atteint de pellagre purpuriforme.

Figura 2: Enfant atteint de pellagre purpuriforme

Figura 2: Enfant atteint de pellagre purpuriforme

Source : Geopolítica da Fome, 1965. Figura 5: Criança com pelagra purpuriforme.

56Dans la figure 3, un enfant qui souffre de la faim et de la pellagre. La photographie attire également l’attention sur la tristesse de l’enfant et même de sa mère.

Figure 3: Enfant mexicaine qui souffre de la faim et de la pellagre

Figure 3: Enfant mexicaine qui souffre de la faim et de la pellagre

Source : Geopolítica da Fome, 1965. Figura 7: Criança mexicana com edema da fome e pelagra.

57Et la quatrième photo, dans laquelle on remarque non seulement la tristesse de l’enfant, son corps peu développé, mais aussi une certaine impuissance de la mère exprimée sur la photo, alors qu’elle tient sa propre fille dans ses bras...

Figure 4: Enfant d’Amérique centrale dans un état de malnutrition maligne.

Figure 4: Enfant d’Amérique centrale dans un état de malnutrition maligne.

Source : Geopolítica da Fome, 1965. Figura 8: Criança da América Central em acentuado estado de desnutrição maligna.

58Au Brésil, Josué de Castro a été directement impliqué dans l’institutionnalisation du salaire minimum et dans la composition du panier alimentaire de base. Il a également œuvré à la sensibilisation de la population à l’acte de mieux manger, réalisant à cet effet une brochure avec Cecília de Meireles. En d’autres termes, manger est une habitude qui doit être enseignée, apprise et améliorée de manière constante et permanente. Et pour une alimentation saine, il faut qu’elle soit équilibrée, avec une variété de vitamines, de minéraux, etc. et qu’il y ait aussi une activité physique.

59Dans le monde où il a travaillé, il a pensé à une plus grande production alimentaire, en ne pensant toutefois pas seulement à la quantité, mais aussi à la qualité de la production, c’est-à-dire au bénéfice des producteurs d’aliments, qui pratiquent généralement la polyculture. Josué était contre les grands domaines et la monoculture, qui est le deuxième tabou du Brésilien : celui de la réforme agraire.

60Josué de Castro conteste la théorie malthusienne, prouvant que la faim augmente la misère. Et que les pauvres ne sont pas coupables de la misère, mais en sont les victimes. Et la faim perpétue cette misère, car en plus d’avoir un impact sur le développement physique, cognitif et moral des êtres humains, elle est la manifestation biologique d’une maladie sociale. Voici un synthèse des contributions de Castro (LEITÃO, 2021) :

61a. La paix est possible avec l’amélioration de la nourriture, c’est-à-dire avec l’amélioration de sa distribution, avec la fin de la faim.

62b. La faim est inutile. Et elle existe souvent en raison de conflits d’intérêts politiques et économiques.

63c. La géographie de Josué de Castro montre les misères au lieu de la grandeur humaine. Et c’est pourquoi le besoin de connaître la réalité pour résoudre un problème de cette ampleur.

64d. La géopolitique pour Josué de Castro est donc « une méthode d’interprétation dynamique des phénomènes politiques dans leur réalité spatiale, avec ses racines profondes dans le sol environnant » Et il ajoute que « Peu de phénomènes sont intervenus aussi intensément dans la conduite politique des peuples, que le phénomène alimentaire, que le tragique besoin de manger ; d’où la réalité vivante et crue d’une Géopolitique de la faim » (CASTRO, 1965, p. 27, notre traduction).

65e. Josué de Castro classe les types de faim : faim absolue ou faim cachée ; faim aiguë ou faim chronique/latente/spécifique ; faim endémique ou faim épidémique.

66f. La faim cachée est la forme typique de la faim d’origine humaine.

67g. L’utilisation de produits alimentaires concentrés, purifiés, raffinés, industrialisés, etc. est responsable de l’aggravation de besoins spécifiques (du manque de nutrients), c’est-à-dire de la faim cachée.

68h. Ce qui était instinctivement recherché auparavant par les groupes humains n’est plus poursuivi avec la « civilisation », c’est-à-dire avec l’industrialisation alimentaire, provoquant l’épuisement des nutriments, que ce soit dans le polissage du riz, le raffinage du sucre ou le blanchiment de la farine. Rappelant que Josué de Castro n’a pas connu la production de produits alimentaires transformés et ultra-transformés à l’échelle qui s’observe depuis le changement des régimes alimentaires.

69i. « L’appétit de l’homme civilisé est plus d’ordre psychique et vise plus à satisfaire le plaisir de manger qu’à satisfaire ses besoins nutritionnels » (CASTRO, 1965, p. 87, notre traduction).

70j. La faim a été utilisée comme une arme nazie.

71k. Josué de Castro voit «la nécessité de créer un gouvernement supranational entre les nations, les peuples et les différentes classes, visant à formuler une nouvelle théorie du développement économique dans les pays sous-développés. Cette nouvelle théorie devrait intégrer les facteurs humains dans l’économie, afin de faire du développement économique un moyen d’assurer la dignité à tous.

72l. En plus de la nécessité de :

73i. sensibiliser et éveiller la conscience universelle sur ce problème ;

74ii. mener des recherches, des investigations et des enquêtes sur la situation alimentaire ;

75iii. former du personnel qualifié ;

76iv. élaborer des projets spécifiques d’envergure nationale ou régionale.

77m. Même s’il est prouvé que la faim abaisse l’état de la population sous-alimentée aux niveaux les plus bas, les pauvres continuent d’être blâmés (et pénalisés) pour la pauvreté, pour la misère. Ainsi, de victimes, les affamés deviennent considérés comme des « criminels coupables », des affamés-nés.

78n. Josué de Castro estime que le taux de fertilité peut être réduit avec une amélioration nutritionnelle, et évoque l’humanisation de notre civilisation.

79o. Josué de Castro est attentif au fait que les effets de la faim ne se limitent pas aux impacts physiques, car ils affectent également l’esprit, la structure mentale et la conduite sociale des individus.

80p. Josué de Castro déclarait déjà que « pour l’impérialisme économique et le commerce international, contrôlés par ces minorités obsédées par l’ambition du profit, il était très intéressant que la production, la distribution et la consommation de produits alimentaires continuaient à être traitées indéfiniment comme de purs phénomènes économiques, dirigés vers leurs intérêts financiers exclusifs et non comme des phénomènes de l’intérêt social le plus élevé, pour le bien-être de la communauté » (CASTRO, 1965, p. 49, notre traduction). Ainsi, le phénomène économique non seulement impose, mais perpétue la faim. Rappelant que le système qu’on connaît est né de l’impérialisme économique, de l’expansion des économies capitalistes découlant de l’esclavage, de la traite des êtres humains, de l’exploitation du travail, de l’expropriation, etc.

81q. C’est pourquoi Josué de Castro insiste sur la nécessité de l’humanisation pour vaincre l’argent et le pouvoir. Car l’argent doit être au service de l’être humain, et non l’être humain pour être esclave de l’argent, soulignant que bon nombre des problèmes socio-économiques et politiques que nous avons sont dus à une mauvaise répartition des revenus.

82r. Combattant du latifundium, de la monoculture, c’est le sécond tabou de Josué après la faim. Et pour lui, du latifundium viennent:

83a) le faible pourcentage de superficie cultivée dans le pays (avec de faibles rendements et un degré élevé de destruction de la fertilité des sols)  ;

84b) l’existence de grandes masses de travailleurs ruraux sans terre et exploités ; et

85c) voire l’existence du minifundio, qui signifie l’exploitation non économique de la terre, la misère chronique des cultures de subsistance qui ne peuvent satisfaire la faim de la famille.

86s. Ainsi, la réforme agraire est un besoin historique pour rompre avec la perpétuation des inégalités sociales, avec l’exode rural, avec la faim..., avec la monoculture...

87t. Pour lutter contre la faim, la terre a besoin de mieux produire de la nourriture, sans augmenter les inégalités sociales. La polyculture, l’utilisation rationnelle du sol et la bonne nutrition des paysans sont incluses dans ce combat.

88u. Bien que Josué ne sache pas ce qu’on appelle l’agroécologie, c’est sa défense depuis la première moitié du XXe siècle, à travers une agriculture durable, une agriculture de soutien.

89Les deux auteurs soulignent l’importance de l’alimentation dans le développement des êtres vivants. Ils accentuent que l’industrialisation élimine les nutriments des aliments. Et ils sont très importants pour les études qui relient l’alimentation à la santé, car Josué de Castro était médecin et a atteint la famine précisément en étudiant les conséquences d’une alimentation insuffisamment nutritive et Max Sorre est le géographe de référence de la géographie médicale.

Considérations finales

90Cet article a résumé les contributions de Max Sorre et de Josué de Castro sur la dialéctique faim et alimentation avant les transformations après leur mort.

91Le problème de l’alimentation malsaine affecte directement la santé publique, étant largement responsable de l’augmentation des taux de mortalité précoce dans le monde.

92Ainsi, le cancer, le diabète, l’hypercholestérolémie, l’hypertension, la malnutrition, l’obésité, l’ostéoporose et les troubles alimentaires sont quelques exemples de maladies non transmissibles (MNT), bien que leurs causes ne soient pas exclusivement liées aux habitudes / comportements alimentaires.

93L’analyse en question est présentée comme une proposition dialectique et que les problèmes de santé, et leurs coûts socio-économiques avec la santé publique, qui ont généralement un impact sur l’ensemble de la population, notamment les plus vulnérables, sont directement liés à cette question socio-économique et géographique.

94Les contributions des auteurs permettent de réfléchir non seulement à l’enjeu humain des relations socio-économiques, mais aussi aux gains à réaliser en investissant dans de meilleures conditions d’alimentation pour la population en général, en améliorant leurs conditions de vie, mais aussi en économisant sur les coûts de santé publique, par exemple. Il est donc possible d’orienter non seulement leur réduction mais aussi l’économie des dépenses de santé sur les traitements, en considérant comme nécessaire la prévention des MNT.

95Au cours de ces premières décennies du XXIe siècle, les effets des développements techniques, de l’hygiénisme, etc. ont permis augmenter l’espérance de vie de la population mondiale.

96Le rôle de l’alimentation dans la formation des personnes (pour le développement cognitif, intellectuel, physique et moral, etc.) et dans le maintien de la santé est fondamental pour une vie saine.

97Selon Josué de Castro, pour avoir la paix il faut mettre fin à la faim et le sens de cette phrase comme une motivation pour prêter une meilleure attention à ce que les deux auteurs ont observé jusqu’à leur mort.

98Quand on voit que la faim augmente la misère, comme le prouve Josué de Castro en s’opposant à la théorie malthusienne, on comprend de quoi il parle et pourquoi il a quitté la médecine pour la géographie, c’est-à-dire qu’il a compris que le phénomène de la faim est socio-économique, qu’il doit être combattu de manière sociale, à l’échelle mondiale.

Haut de page

Bibliographie

Parecerista2022-03-20T14:28:00ConfinsCASTRO, Josué de, Fisiologia dos tabus. Rio de Janeiro: Editora Nestlé, 1939a.

CASTRO, Josué de, Geografia da fome (o dilema brasileiro: pão ou aço). 9. ed. Rio de Janeiro: Civilização Brasileira, 2008.

CASTRO, Josué de, Geopolítica da fome: ensaio sobre os problemas de alimentação e de população do mundo. 7. ed. São Paulo: Brasiliense, 1965.

CASTRO, Josué de, Géopolitique de la faim. Paris: Les éditoins ouvrières, 1956.

CASTRO, Josué de, O livro negro da fome. 3. ed. São Paulo: Brasiliense, 1968.

LEITÃO, Ana Letícia Espolador. O lugar do alimento no pensamento geográfico: uma análise a partir de Max. Sorre e de Josué de Castro. 2021. Tese (Doutorado em Geografia). Centro de Ciências Humanas e Sociais. Universidade Federal do Espírito Santo, Vitória, ES, 2021.

SORRE, Max, Geografia dos regimes alimentares (Géographie des régimes alimentaires), 1951. p. 5-12, 115-120, 247-290, 444-445. Tradução de: LEITÃO, A. L. E. e RAMOS, José C. B. M.: Revista Geografares, n. 25, 2018, p. 7-59. Disponível em: <http://periodicos.ufes.br/geografares/article/view/17665>.

SORRE, Max, Géographie des Régimes Alimentaires. Tradução, prefácio e notas de Ana Letícia Espolador Leitão e José Carlos Braz Machado Ramos. In:______. Les fondements de la géographie humaine. Tome premier. Les Fondements Biologiques: essai d’une écologie de l’homme. 3. ed. Paris: Armand Colin,1951. cap. 5. p. 247-290. et Supplément du Chapitre V, p. 444-445. Geografares, [S.l.], n. 25, p. 7-59, jun. 2018. Disponível em: <http://periodicos.ufes.br/geografares/article/view/17665/13740>.

SORRE, Max, L’homme sur la Terre : traité de géographie humaine. Paris: Librairie Hachette, 1961.

SORRE, Max, La géographie de l’alimentation. Annales de Géographie, t. 61, n. 325, 1952a. p. 184-199. Disponível em: <https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1952_num_61_325_13393>. Acesso em: 13 jan. 2019.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit d’un chapitre de « Les fondements biologiques de la géographie humaine. Essai d’une écologie de l’homme » qui a été traduit en portugais par Ana Letícia E. Leitão et José C. B. M. Ramos, disponible sur : http://periodicos.ufes.br/geografares/article/view/17665  DOI : https://doi.org/10.7147/GEO25.17665

2 Il s’agit d’un article, aussi traduit en portugais par Leitão et Ramos, dont la traduction en portugais est disponible sur https://journals.openedition.org/confins/39115  DOI : https://doi.org/10.4000/confins.39115

3 à la consommation de mangue avec du lait, par exemple, qui sont deux aliments nutritifs, mais des histoires persistent au Brésil selon lesquelles il est mauvais de consommer de la mangue avec du lait. Selon Josué de Castro, cette croyance est née pour éviter la consommation de ces produits afin que les familles des propriétaires de plantations ne se disputent pas la nourriture avec les personnes asservies. Ainsi, jusqu’à aujourd’hui, certaines personnes disent qu’il est mauvais de consommer de la mangue avec du lait, sans savoir que c’était pour empêcher les gens de consommer des produits aussi nutritifs. Pour ceux qui souhaitent mieux connaître ces interdictions, il est suggéré la lecture du livre « Fisiologia dos Tabus », de Josué de Castro, publié en 1939.

4 La « famine » peut être apprise à l’école par la poésie de Jean de La Fontaine (1621 – 1695), disponible sur : https://www.bonjourpoesie.fr/lesgrandsclassiques/Poemes/jean_de_la_fontaine/la_cigale_et_la_fourmi, La Cigale et la Fourmi, dans laquelle la cigale meurt de faim, parce qu’elle cigale n’aurait pas fait de réserves de nourriture pour l’hiver, car elle chantait au lieu de travailler. Mais, c’est une triple injustice cette fable : 1) il semble que la réserve de nourriture dépend seulement du travail avant d’hiver ; 2) elle enseigne comme un acte d’intelligence de la fourmi ne pas avoir de la solidarité, même dans une situation de « famine » pour la cigale ; et 3) la plus grande des injustices il s’agit de la particularité du cycle de vie des cigales qui est de jusqu’à dix-sept ans de vie souterraine comme larves, où elles se nourrissent de sève de racine d’arbre, toujours sous terre. Et elles seulement sortent de terre pour la métamorphose, dont le but est pratiquement de se reproduire pour mourir, période dans lequel elle vit, au maximum pendant trois mois.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1: Le nanisme alimentaire : Deux enfants du même âge, dont un affamé
Crédits Source: Geopolítica da Fome, 1965. Figure 4: Nanismo alimentar. Duas crianças da mesma idade, uma faminta.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/44669/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figura 2: Enfant atteint de pellagre purpuriforme
Crédits Source : Geopolítica da Fome, 1965. Figura 5: Criança com pelagra purpuriforme.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/44669/img-2.png
Fichier image/png, 150k
Titre Figure 3: Enfant mexicaine qui souffre de la faim et de la pellagre
Crédits Source : Geopolítica da Fome, 1965. Figura 7: Criança mexicana com edema da fome e pelagra.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/44669/img-3.png
Fichier image/png, 228k
Titre Figure 4: Enfant d’Amérique centrale dans un état de malnutrition maligne.
Crédits Source : Geopolítica da Fome, 1965. Figura 8: Criança da América Central em acentuado estado de desnutrição maligna.
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/44669/img-4.png
Fichier image/png, 336k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ana Letícia Espolador Leitão, « La place de l’alimentation dans la pensée géographique : une analyse à partir de Max Sorre et de Josué de Castro »Confins [En ligne], 54 | 2022, mis en ligne le 20 mars 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/44669 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.44669

Haut de page

Auteur

Ana Letícia Espolador Leitão

Économiste, master en Sciences Sociales, Docteure en Géographie, analeticialeitao@yahoo.com.br

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search