Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55ResenhasÉcoute, jolie Márcia

Resenhas

Écoute, jolie Márcia

Escuta, formosa Márcia
Listen, pretty Márcia
Confins
Référence(s) :

Écoute, jolie Márcia, Marcello Quintanilha, titre original Escuta Formosa Márcia, traduction de Dominique Nedellec, Éditions ça et là, 128 pages, ISBN : 978-2-36990-295-9

Texte intégral

1Le Fauve d’Or 2022 du meilleur album du Festival d’Angoulême (les principal festival français de bande dessinée) a été attribué à Écoute, jolie Marcia, de l’auteur brésilien Marcello Quintanilha (Éditions ça et là)

2Selon le site de cet éditeur1 « Écoute, jolie Márcia est un nouveau roman graphique trépidant, aux couleurs flamboyantes, par l’un des auteurs les plus importants de la scène brésilienne contemporaine. Marcello Quintanilha réalise un nouveau tour de force avec ce récit très construit où les relations entre chacun des protagonistes se dévoilent au fur et à mesure dans un suspense mené de main de maître.

3Marcello Quintanilha est né en 1971 à Niterói (État de Rio de Janeiro). Autodidacte, il commence sa carrière de dessinateur en 1988 dans la bande dessinée d’horreur, puis travaille dans le dessin animé pendant une dizaine d’années. Il devient ensuite illustrateur pour de nombreux magazines et journaux brésiliens, et publie son premier livre en 1999, Fealdade de Fabiano Gorila d’après la vie de son père, joueur de football professionnel dans les années 1950. Il a reçu de nombreux autres prix, notamment à la Biennale internationale de bande dessinée de Rio de Janeiro en 1991 et 1993. Son recueil Mes chers samedis a remporté le prix du meilleur dessinateur HQ Mix en 2009. Depuis 2002, il habite et travaille à Barcelone.

4Dominique Clausse en fait l’analyse sur le site Culture Tops2 :

5« Quintanilha nous raconte l’histoire de Marcia, infirmière brésilienne qui vit dans une favela près de Rio de Janeiro […], les quartiers pauvres de Rio de Janeiro, bidonvilles dans lesquels sévissent les gangs liés au trafic de drogue. Ce sont eux les véritables maîtres de la favela. Marcia va y être confrontée car sa fille Jaqueline, jeune adolescente frivole, prend part à ces trafics. Marcia va tout faire pour tenter de la sortir de cette zone dangereuse. Mais rien ne va se passer comme elle l’espérait. Sa relation avec sa fille devient catastrophique, elle mêle son compagnon à son combat, qui va le payer très cher ; et Marcia elle-même n’en sortira pas indemne.

6Quintanilha nous propose le portrait d’une héroïne magnifique sous le charme de laquelle on tombe très vite. Il a imaginé sa Marcia en évitant tous les pièges qui pouvaient se présenter à lui. Marcia n’est pas belle, au sens conventionnel du terme. Elle est trop grosse et les traits de son visage sont trop durs. Mais elle assume ce qu’elle est car c’est aussi une protection qu’elle se donne face aux difficultés de la vie. Ses excès corporels sont autant de forces qui l’aident à bâtir sa personnalité et à faire d’elle une infirmière compétente et reconnue. Son physique devient une carapace, mais une carapace avec des failles, comme ses interrogations sur sa féminité, et, surtout, sur l’éducation de sa fille. Par la grâce du trait de Quintanilha, on se prend d’affection pour Marcia et on lui trouve un charme fou.

7Le style graphique de cette BD est incroyable ! Quintanilha réalise ses cases avec très peu de traits. Si on avait accès aux images avant leur mise en couleur, je pense qu’on serait saisi par leur dépouillement. Les cases elles-mêmes, d’ailleurs, ne sont pas délimitées par des traits, comme pour laisser de la liberté aux personnages. Cette économie de traits met en valeur le travail sur les couleurs. Le résultat fait surgir beaucoup d’émotion, comme si cette mise en couleur animait le récit, lui donnait vie. Et que dire des expressions des visages. Si cette BD palpite entre nos mains, c’est parce qu’elle regorge d’émotions et de moments à haute intensité. Vous aurez les vôtres, mais moi, j’ai été bouleversé par la relation mère-fille, en particulier au moment de l’arrestation de cette dernière, ainsi que par les retrouvailles de Marcia avec son compagnon.

8Il y a une petite fragilité dans la construction du récit : la fin imaginée par l’auteur. J’ai eu un peu de mal avec cet happy end venu de nulle part, comme s’il ne collait pas complètement avec le récit. Je ne veux pas en dire trop pour ne pas gâcher votre plaisir de futur lecteur, mais on a le sentiment que Quintanilha s’est trop entiché de son héroïne pour la maltraiter. Et, avouons-le, malgré la réserve évoquée ci-dessus, cela nous fait plutôt plaisir.

9En partant d’une histoire somme-toute classique, Quintanilha nous propose une entrée « en douceur » dans l’univers « sans douceur » de la favela. On découvre la vie quotidienne de ses habitants, coincés entre les gangs de trafiquants de drogue et les milices paramilitaires. Mais il n’y a jamais de misérabilisme dans cette BD. L’auteur réussit un étrange mélange entre poésie et réalisme. Cette histoire brésilienne rejoint un peu le cinéma anglais de Ken Loach, où les héros, ballotés au gré des difficultés de la vie, tentent malgré tout de continuer à avancer. C’est bien ce qui caractérise Marcia, une volonté d’avancer, envers et contre tout. La différence entre Loach et Quintanilha, c’est peut-être l’optimisme, malgré tout présent chez ce dernier.

10En tous les cas, l’histoire de Marcia vaut le détour et ne s’effacera pas facilement de votre mémoire. Ce Fauve d’Or est amplement mérité ».

11Cette analyse peut être complétée par celle de Maryse Broustail publiée par L'accro des bulles3

12« C’est un livre qui interpelle et captive immédiatement grâce à sa puissance et son originalité. Le ciel est vert, la palette limitée de couleurs est pastel, rose, jaune, violet. Le rendu est plutôt tendre… Et pourtant c’est bien le quotidien très dur d’une favela de Rio que dessine le bédéiste brésilien. Si les couleurs peuvent surprendre, comme le dessin très loin des œuvres précédentes comme Tungstène, on rentre très vite et très facilement dans la vie de la courageuse Márcia, infirmière et mère d’une jeune femme en dérive.

13Surprenant aussi, mais très réussi pour être au plus proche des personnages, les choix de plongée/contre-plongée et gros plan. Mais quelle excellente manière de rendre compte des expressions de colère face à la violence des gangs de la favela, de tendresse entre Marcìa et ceux qu’elle aime, de douleur lorsque la vie se complique encore plus… Impossible de ne pas éprouver de l’empathie pour cette héroïne du quotidien, avec qui on souffre, mais aussi on aime.

14Et si Márcia est jolie, ça n’est pas forcément parce qu’elle correspond aux canons de beauté. C’est parce qu’elle occupe toujours des autres avant de penser à elle, et parce que la chanson le dit, « Escuta, formosa Márcia », qui explique le titre de la BD. Finalement Écoute jolie Márcia est comme un film, avec cette musique pour BO et pour cadre la favela, qui certes s’illustre par de la violence, mais aussi par de la douceur et de l’amour, celui d’une femme, d’une infirmière, d’une mère, d’une amoureuse. Et c’est de ressentir profondément toutes ces facettes du personnage qui donne sa force à la BD de Marcello Quitanilha ».

Figure 2, page 91

Figure 2, page 91
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 page 14
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/45639/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Figure 2, page 91
URL http://journals.openedition.org/confins/docannexe/image/45639/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Confins, « Écoute, jolie Márcia »Confins [En ligne], 55 | 2022, mis en ligne le 12 juin 2022, consulté le 17 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/confins/45639 ; DOI : https://doi.org/10.4000/confins.45639

Haut de page

Auteur

Confins

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-SA 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International - CC BY-NC-SA 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/4.0/

Haut de page
  • Logo IHEAL (Institut des Hautes Études de l'Amérique Latine)
  • Logo CREDA (Centre de recherche et de Documentation sur les Amériques)
  • Logo USP (Universidade de São Paulo)
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search