Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Depuis 1990, la revue trimestrielle de science politique Cultures & Conflits est co-éditée par le CECLS et L’Harmattan. La revue se propose d’analyser les différentes expressions de la conflictualité. Elle ouvre ses colonnes, en français mais aussi parfois en anglais ou en espagnol, à des politistes mais aussi à des sociologues, à des anthropologues, à des historiens, des géographes spécialistes de zones particulières, en privilégiant l’analyse des relations entre des phénomènes souvent arbitrairement découpés. 

Dans les rubriques

Dernier numéro en ligne
122 | été 2021
Sexe, droit et migrations

La traite des êtres humains saisie par les institutions
Sex, Law and Migrations. Institutionalizing Trafficking

Ce dossier, tiré pour partie du programme de recherche franco-allemand ProsCrim (ANR-DFG), vise à éclairer la manière dont les politiques de lutte contre la traite à des fins d’exploitation sexuelle se déclinent, entre pratiques institutionnelles et expériences individuelles, pour produire et consolider les figures de la « victime» et de l’« exploiteur ». À partir de données empiriques (observations, entretiens, analyse de dossiers), il s’agit de proposer une analyse croisée des différents « intermédiaires » de l’action publique qui contribuent à « faire exister » la traite et à façonner les formes de régulation mises en œuvre pour y répondre : professionnels du régalien (policiers et magistrats en particulier), acteurs sociaux (et notamment associatifs), mais aussi plus largement passeurs de frontières (physique ou administrative) et experts de la traite. L’attention accordée aux valeurs, affects et croyances normatives de ces acteurs en interaction, et aux circulations entre eux de savoirs et de pratiques dépassant les traditionnels clivages entre acteurs publics privés, répressifs ou assistanciels, esquisse ici les contours d’une construction collective de la traite comme problème social. Sont ainsi mis en lumière, au fil des textes, non seulement le virage punitif des politiques de lutte contre la traite, inscrites dans un objectif de préservation de l’ordre public et largement dominées par un objectif de sanction pénale, mais aussi les implicites genrés, sexualisés et racialisés du « féminisme carcéral » qui les sous-tend, et que l’éclairage états-unien proposé en fin de dossier permet de mieux appréhender.

Notes de la rédaction

Ont participé à ce numéro : Clément Beunas, Monique J. Beerli, Konstantinos (Costa) Delimitsos, Agathe Fautras, Laura Monfleur, Corentin Sire

  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search