Navigation – Plan du site

AccueilNuméros72Regards sur l'entre-deuxA propos des “disparus” de la gue...

Regards sur l'entre-deux

A propos des “disparus” de la guerre civile espagnole (suite)

Antonia GARCIA CASTRO
p. 121-133

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Les trois documents publiés sont antérieurs à la demande d'instruction du juge Garzón. Cette instruction et ce qu'elle engage a sensiblement modifié les débats en Espagne, notamment concernant la simple possibilite d’enquêter ou non, étant donné l’existence de la loi d’Amnistie de 1977 (en vigeur).

Texte intégral

  • 1  « La terre sous les pieds. Entretien sur l’installation ‘Fosse Commune’ et la question des disparu (...)

1Nous publions ici trois documents étroitement liés au dossier consacré à la question des « disparus » de la guerre civile espagnole, paru dans notre précédent numéro 1. Ces documents, conçus comme des annexes dudit dossier, entendent introduire, pour ainsi dire fugacement, d’autres regards sur ce qu’engagent les actuelles exhumations des fosses communes de la période franquiste.

  • 2  Voir Silva E., Macías S., Les Fosses du franquisme, Paris, Calmann-Lévy, 2006.
  • 3  Voir sur cette association le site : http:www.memoriahistorica.org
  • 4  Sur cette dimension précise, il est important de consulter l’ouvrage cité plus haut et notamment l (...)
  • 5  La coïncidence des dates est frappante : dix ans auparavant, le 16 octobre 1998, le général Pinoch (...)
  • 6  Le 18 novembre 2008 le juge Garzón s’est dessaisi de l’enquête au profit des tribunaux locaux.

2Il convient de préciser qu’il y a eu des exhumations à diverses reprises dans le passé, depuis la fin de la guerre civile, mais celles qui semblent avoir marqué le début d’une nouvelle étape (notamment par la médiatisation dont elles ont bénéficié) sont celles de l’année 2000. Celles-ci ont d’abord été le fait d’un homme, Emilio Silva, dont le grand-père a été exécuté et enterré dans une fosse commune en octobre 1936 2. Puis des amis et des collaborateurs qu’il a su rassembler au sein de l’Association pour la récupération de la mémoire historique (ARMH) 3. Puis d’autres associations du même type surgies en Espagne à partir de cette date. Pour le moment, il reste délicat de chiffrer le phénomène et d’établir une chronologie précise. On sait que la pratique des « disparitions » (sous les modalités particulières qu’elle a prise en Espagne 4) s’est prolongée au moins jusqu’en 1948. On sait aussi que l’instruction ouverte par le juge Baltasar Garzón le 16 octobre 20085 portait sur les disparitions de 114 266 personnes6.

  • 7  Il convient de préciser que ces trois échanges sont antérieurs à la décision du juge Garzón d’inst (...)

3Les trois documents que nous présentons n’ont pas vocation à présenter le phénomène des « disparitions » en Espagne (pendant la guerre civile et sous le gouvernement de Franco) en tant que tel ; phénomène qui demande encore à être « instruit » (effectivement, et dans tous les sens du terme), étudié, analysé. Ici, de manière plus circonscrite, il s’agit de porter très brièvement l’attention sur trois types d’actions ou de travaux qu’ont suscités ces disparitions-là. En l’occurrence, les films de Günter Schwaiger (co-auteur avec Tomás Ruiz-Rivas de la vidéo-installation « Fosse Commune » et auteur du film Santa Cruz, por ejemplo) et de Marie-Paule Jeunehomme (auteur de Los Nietos). Les deux films en question s’articulent autour d’une exhumation et tentent une narration ardue où les témoignages recueillis, comme les questions des auteurs, alternent avec le silence, voire ne donnent à entendre que du silence. Il nous a semblé important de joindre à ces documents, qui prennent la forme de brefs entretiens, un échange, bref également, de Monserrat Sans, avocate, représentante de l’ARMH devant l’ONU7.

4Si suite aux actions intentées en justice d’aucuns peuvent aujourd’hui « découvrir » le phénomène des fosses communes en Espagne, c’est que d’aucuns en avaient déjà connaissance. L’actualité est aussi affaire d’angle de vue. Pour ceux-là, familles, parents, notamment, quel qu’ait été le « camp » qu’ils aient occupé (ou qu’aient occupé leurs proches aux moments des exécutions), l’actualité des morts sans sépulture ne saurait simplement être le fait d’une décision judiciaire, aussi importante soit-elle, et de ses soubresauts. C’est aussi de cette « présence des absents » espagnols, de ses modalités, dont traitent les films de G. Schwaiger et de M.-P. Jeunehomme et, quoique d’une manière différente, le témoignage de l’avocate Monserrat Sans.  

Haut de page

Notes

1  « La terre sous les pieds. Entretien sur l’installation ‘Fosse Commune’ et la question des disparus de la guerre civile espagnole », Cultures & Conflits, nº71, automne 2008.

2  Voir Silva E., Macías S., Les Fosses du franquisme, Paris, Calmann-Lévy, 2006.

3  Voir sur cette association le site : http:www.memoriahistorica.org

4  Sur cette dimension précise, il est important de consulter l’ouvrage cité plus haut et notamment la partie qui incombe à l’historien Santiago Macías.

5  La coïncidence des dates est frappante : dix ans auparavant, le 16 octobre 1998, le général Pinochet était arrêté à Londres suite à la demande d’extradition présentée par le même juge Garzón.

6  Le 18 novembre 2008 le juge Garzón s’est dessaisi de l’enquête au profit des tribunaux locaux.

7  Il convient de préciser que ces trois échanges sont antérieurs à la décision du juge Garzón d’instruire les cas de disparitions sous le franquisme et à son désistement. Antérieurs donc également aux tentatives de l’Audiencia Nacional (tribunal compétent pour enquêter sur les crimes contre l’humanité) de déclarer incompétent le juge Garzón pour enquêter sur ces crimes en raison de la loi d’amnistie de 1977 (voir sur ce point l’échange avec l’avocate M. Sans). L’Audiencia Nacional n’a néanmoins pas émis de résolution, le juge s’étant dessaisi lui-même de l’enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonia GARCIA CASTRO, « A propos des “disparus” de la guerre civile espagnole (suite) »Cultures & Conflits, 72 | 2008, 121-133.

Référence électronique

Antonia GARCIA CASTRO, « A propos des “disparus” de la guerre civile espagnole (suite) »Cultures & Conflits [En ligne], 72 | hiver 2008, mis en ligne le 25 mai 2009, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/conflits/17390 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.17390

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search