Navigation – Plan du site

AccueilRubriques électroniquesTout "Regards sur l’entre-deux"

Tout "Regards sur l’entre-deux"

All "Regards sur l'entre-deux"
Todo "Regards sur l'entre-deux"
Sous la direction de Antonia Garcia Castro

Since 2005, this section wants to explore the “space in between” arts and politics in a way different to the articles in each of our monographical issues. We want to open our considerations to the work and the opinion of artists, writers, painters, musicians and other interlocutors, the choice for artists not being exclusive. The only requirement are common concerns, independently from the way they are expressed.

Rather than commenting on a work or an opinion, we want to present, to make you read or watch something, listen to somebody. That is a major choice that also determines the way texts in our section –both in our electronic and our paper edition– are published. Indeed, those texts tend to be in the form of presentations, and not mere articles.

Nevertheless, the editorial policy of “regards sur l’entre-deux” is not fundamentally different from the review’s. The presentations in this section are not only a mere “appendage” to but in line with the dissussions lead since 1990 by the whole Cultures & Conflits team.

We invite the people wanting to submitt a presentation proposal to read the « Regards sur l’entre-deux : charte de la rubrique » and to refer to the document « Regards sur l’entre-deux : appel à contributions », which explains the procedure of presentation and evaluation of the said presentations.

Notes de la rédaction

Inaugurée en 2005, cette rubrique entend explorer l’entre-deux du culturel et du politique autrement que ne le font les articles réunis dans le corpus thématique de chacun de nos numéros. Notre option est d’ouvrir le dialogue en incorporant à nos réflexions les œuvres et les propos d’artistes, écrivains, peintres, musiciens, et plus généralement d’un certain nombre d’interlocuteurs – l’option pour les artistes est prioritaire mais non exclusive – avec lesquels nous avons des préoccupations communes, en deçà ou au-delà des modalités choisies pour les exprimer.

Il s’agit de présenter, de donner à voir ou à lire une œuvre, de faire entendre une voix plutôt que de la commenter. C’est là un choix majeur qui détermine aussi la forme des textes publiés dans la version papier de la revue et/ou sur le site : des dossiers et non des articles. 

Au demeurant, la politique éditoriale de « regards sur l’entre-deux » ne se distingue pas fondamentalement de celle de la revue. Les dossiers de la rubrique s’inscrivent dans le prolongement des réflexions menées, depuis 1990, par l’équipe de Cultures & Conflits et n’en sont nullement un appendice.

INTRODUCTION / CHARTE DE LA RUBRIQUE :
Didier Bigo et Antonia Garcia Castro, « Regards sur l’entre-deux  », Cultures & Conflits, 57, printemps 2005

AVIS AUX AUTEURS :

consulter

CONSULTER LA RUBRIQUE :
Sous le lien ci-dessous, sont réunis l'ensemble des publications de la rubrique "Regards sur l'entre deux". Les articles, les entretiens, les documents publiés dans la revue ou dans "inédits de regards sur l'entre deux" (publication uniquement en ligne) sont ici rassemblé sous la forme des dossiers thématiques qui ont rythmé la ligne éditoriale de ces publications.
De plus, l'ensemble des traductions en espagnol, italien ou anglais sont disponibles et indiquées. Souvent, il s'agit même des originaux des entretiens ou des documents qui avaient été traduits pour leur publication en français.

  • Tout "Regards sur l'entre deux"

    • 1/ Les murs comme support du politique

      La brigade Chacon au Chili (1989-1997)

      Le présent dossier porte son attention sur une modalité paradoxale de la prise de parole : parole muette, peinte sur un mur, que donne à voir la brigade Chacón au Chili. Cette expérience a des précédents que l’on examine avant d’en venir aux caractéristiques spécifiques de la brigade choisie. Le témoignage d’une brigadiste – et, quelques propos du fondateur de la brigade, Danilo Bahamondes, ainsi que du peintre Roberto Matta – complètent ce dossier.

    • 2/ Rendre invisible le visible

      Les sculptures de Jorge Iglesias

      Ce dossier s’intéresse aux travaux que l’artiste argentin Jorge Iglesias a mené sur la lumière et en particulier à ce qu’il a choisi d’appeler les « sculptures invisibles ». Ces dispositifs ont pour principale caractéristique de ne pas se laisser regarder, appréhender, dans leur totalité, sur le champ. Car « ce qui est là » ne saurait être vu en pleine lumière. Le dossier reproduit également un entretien avec l’artiste.

    • 3/ « La politique et la poésie c’est trop pour un seul homme »

      A propos de Glauber Rocha : cinéaste brésilien (1939-1981)

      Présenté par Angelina Peralva ce dossier se structure autour de l’œuvre du cinéaste brésilien Glauber Rocha pour autant que ses films permettent «de suivre l’évolution des représentations sur la violence au Brésil, allant de la domination brute exercée par les grands propriétaires terriens à l’encontre des paysans dans la campagne aride du Nord-Est (Le Dieu noir et le diable blond, 1964 ou Antonio das Mortes, 1969) à un vécu transversal à l’expérience urbaine (Terre en transe, 1967 ou L’âge de la terre, 1980). A travers plusieurs textes rendus publics dans des circonstances très diverses («La transe de l’Amérique latine » repris dans la version papier du présent dossier, mais aussi «Esthétique de la faim» et «Esthétique du rêve», disponibles uniquement dans "Inédits de regards sur l'entre" uniquement en ligne, Rocha mène une réflexion active sur ce que pourrait être une esthétique capable de traduire la dynamique historique de l’Amérique latine de son époque».
      Le dossier est complété par un commentaire rédigé par Ismail Xavier.

    • 4/ « L’art a le pouvoir de l’indéfinissable »

      Entretien avec Banu Cennetoglu

      Ce dossier porte son attention sur deux travaux de l’artiste Banu Cennetoglu, respectivement intitulés «False Witness» et «The List». La première a comme point de départ une visite au centre de demandeurs d’asile Ter Apel (Pays-Bas). La seconde se présente comme une liste de 6 336 réfugiés morts, depuis 1993, au sein des frontières de l’Europe, liste de noms que l’artiste entend diffuser dans la ville d’Amsterdam.
      Œuvre ? Dispositif ? Qu’en est-il du processus de création lorsque le regard de l’artiste se porte sur les réalités les plus crues ? Dans le cadre d’un entretien réalisé à distance, c’est à la démarche de Banu Cennetoglu que le dossier donne priorité.

    • 5/ Trelew – Voix croisées

      Argentine, 1972

      A l’occasion des trente ans du coup d’Etat en Argentine survenu le 24 mars 2006, C&C a choisi de consacrer une série de dossiers à l’Argentine. Celui-ci porte sur des exécutions extrajudiciaires survenues le 22 août 1972. Ce fait nous interpelle dans sa dimension strictement politique, étroitement liée à ce que fut la lutte dite anti-subversive. Mais aussi en raison d’un certain nombre de considérations liées, aux identités multiples des acteurs concernés et poursuivis en tant que « subversifs » ou « terroristes ».
      Dans le sillon des faits survenus à Trelew, un entretien avec des survivants des exécutions a été mené par un poète (Paco Urondo), alors qu’à la même période les faits étaient racontés en vers et mis en musique, pour être interprétés, joués, à Trelew même, par le Cuarteto Cedrón. Un long entretien avec Juan Cedrón complète ce dossier.

    • 6/ « Qu’il nous soit permis d’écrire avant de disparaître »

      Argentine, 1976-2006 (I), (II), (III)

      Dans la prolongation des réflexions menées par la revue sur les disparitions forcées de personnes – et à l’occasion du trentième anniversaire du coup d’Etat en Argentine –, ce dossier prend la question à rebours et s’intéresse à l’itinéraire d’un disparu avant la disparition. En l’occurrence, l’écrivain argentin Rodolfo Walsh, également journaliste, fondateur avec d’autres de l’agence Prensa Latina (Cuba), et militant montonero.

    • 7/ Société de la connaissance, société de l’information, société de contrôle

      Entretien avec Armand Mattelart

      Au cours de cet entretien Armand Mattelart revient sur la genèse de la catégorie de « société de l’information » et ses actuelles relations avec l’«impératif sécuritaire», dans des sociétés habituellement définies comme démocratiques.

    • 8/ Lettre à la Junte du Monde

      Texte inédit de Jean-Pierre Faye.
      Ce court texte, rédigé à l'attention de la rubrique "Regards sur l'entre-deux", aborde des questions de violence en banlieue, en France, et ailleurs qu'en France, il prend appui sur un entretien réalisé par Natacha Flandin publié par ailleurs (Une révolte en toute logique. Des banlieues en colère, novembre 2005. Ouvrage collectif. L'archipel des pirates. Avril 2006).

    • 9/ « Regardez ! »

      A propos des travaux de Jill Magid sur les outils de surveillance et de sécurité

      "Mon intérêt s’est alors tourné vers les caméras comme représentations. De pouvoir ? De sécurité ? Etaient-elles des outils ou bien simplement des gargouilles ? J’ai commencé à les observer comme des ornements architecturaux et à les traiter comme tels. (...)"

    • 10/ Dans le noir. La pièce qu’on ne voit pas

      (Bonbon acidulé de Ricardo Sued)

      Le dossier focalise son attention sur la pièce de théâtre « Bonbon acidulé » de Ricardo Sued, présentée à Paris, Théâtre de la Colline, en 1996. Cette pièce avait la particularité de se dérouler dans le noir le plus complet.

    • 11/ Histoires peintes

      Des artistes au camp de Beddawi

      Prenant appui sur une longue enquête de terrain consacrée aux artistes peintres du camp de Beddawi (Liban), le dossier présenté par Amanda S.A. Dias s'articule autour de deux temps fort : le récit par les artistes eux-mêmes de leurs trajectoires, de leurs choix, de leurs difficultés, de leurs espoirs ; et l'évocation de la vie dans le camp vu par une jeune chercheuse en sciences sociales, à partir de son propre carnet de route.

    • 12/ Fragmenta

      «Alors que la fin de la Seconde Guerre mondiale marque, pour la plupart des pays occidentaux, le début d'une ère de paix, de prospérité et d'espoir pour l'avenir, la Grèce a vu la guerre antifasciste se transformer en guerre civile entre la résistance de gauche et le gouvernement en place. A la fin de cette guerre, en 1949, des milliers de civils et de combattants ont dû quitter leur pays par peur des représailles. La population civile a été éparpillée un peu partout en Europe de l'Est. En revanche, les combattants de l'Armée populaire ont été massivement transportés dans la République soviétique d'Ouzbékistan, à Tachkent. Déchus de leur nationalité grecque, ils n'ont pu regagner leur pays qu'après le retour de la démocratie, en 1975. Soixante ans après le début de la guerre civile, ces anciens réfugiés politiques ont été photographiés et interviewés par Ilias Poulos». C'est autour de ce travail, de ses modalités, de ses enjeux, que porte l'entretien réalisé par Laurence Corbel avec Ilias Poulos.

      • Publié dans la revue

        Laurence Corbel et Ilias Poulos, "Fragmenta", Cultures & Conflits n°69, printemps 2008

      • Document inédits publié en ligne

        Ilias Poulos, Fragmenta [photographies], Cultures & Conflits nº 69 [en ligne], printemps 2008, mis en ligne le 26 juin 2008.

    • 13/ Les enfermés hors-champ

      Entretien

      Mathieu Pernot s’interroge sur l’espace de l’enfermement, son organisation, l’invisibilisation des corps. L’ensemble de ses travaux retient notre attention, mais nous avons choisi d’orienter la discussion sur deux séries : «Panoptique» et «Les Hurleurs» en tentant, avec lui, d’entrelacer leur lecture.

    • 14/ Cercueils fluides

      Fluidi feretri

       «Des migrants africains meurent de l'autre côté de l'océan (Associated Press, vendredi 2 juin 2006). Ils ont quitté l'Afrique la veille de Noël pour partir à la recherche d'une vie meilleure en Europe. Au lieu de cela, le bateau à bord duquel ils se trouvaient a conduit les migrants à la mort, allant à la dérive sur 2000 miles à travers l'Océan Atlantique jusqu'à l'île Barbade dans les Caraïbes. Lorsqu'un pêcheur a trouvé l'embarcation le 30 avril, les corps des 11 jeunes qui étaient à bord étaient pratiquement momifiés sous l'effet du soleil et de l'air marin. Avant de mourir, l'un d'entre eux avait écrit un billet d'adieu : 'J'aimerais que ma famille, à Bassada (Sénégal), puisse avoir un peu d'argent. Je vous prie de m'excuser, adieu'». C'est de ce voyage dont Alessandro Dal Lago fait le récit.

    • 15/ La terre sous les pieds

      Entretien sur l'installation "Fosse commune" et la question des disparus de la guerre civile espagnole

      Dossier en deux volets structuré autour d'un long entretien avec l'artiste plasticien Tomás Ruiz-Rivas et l'installation « Fosse Commune » et des entretiens complémentaires avec le réalisateur Günter Schwaiger, la réalisatrice Marie-Paule Jeunehomme et l'avocate Montserrat Sans. Au cœur du dossier, la question des « disparus » de la guerre civile espagnole et les enjeux de la réouverture des fosses à partir de l'année 2000.

    • 16/ "Métaphores littérales"

      Dialogue avec Lucía Cedrón, cinéaste
      "Metáforas literales". Diálogo con Lucía Cedrón, cineasta

      Dans ce dossier la cinéaste argentine Lucía Cedrón et Antonia García Castro, sociologue, parlent du dernier film de la réalisatrice « Agnus Dei », présenté en mai 2008, simultanément à Buenos Aires et à Paris. Ce film est l'occasion d'un dialogue sur les rapports délicats entre œuvre et autobiographie, autobiographie et fiction.

    • 17/ "Santa Cruz, por ejemplo"

      Au sujet de Santa Cruz, por ejemplo, un film de Günter Schwaiger
      En torno a « Santa Cruz, por ejemplo », una película de Günter Schwaiger
      On Santa Cruz, por ejemplo (Santa Cruz, For Example, a film by Günter Schwaiger

      En esta película, Günter Schwaiger filma la apertura de una fosa comú en Santa Cruz de la Salceda, así como las reacciones de los habitantes del pueblo y de los familiares involucrados que asisten a los hechos.

    • 18/ "La Spirale"

      Entretien avec Armand Mattelart
      “La espiral”. Entrevista

      Réalisé entre 1974 et 1975, La Spirale a été présenté pour la première fois en France en 1976. Son sujet : les stratégies des droites chiliennes et de leurs alliés, dès avant la victoire de Salvador Allende aux élections présidentielles du 4 septembre 1970, en vue d’empêcher l’élection puis la stabilisation d’un gouvernement de gauche au pouvoir. Au cours de cet entretien, Armand Mattelart, qui a vécu au Chili entre 1962 et 1973, revient sur les conditions de réalisation et les enjeux de ce film. Régulièrement diffusé en France et en Europe, le film n’a été présenté officiellement au Chili qu’en 2006, soit trente ans après sa sortie

    • 19/ "Vancouver is not where it is supposed to be"

      An interview with Landon Mackenzie (november 2009, Paris)
      Vancouver n’est pas là où il devrait être... Entretien avec Landon Mackenzie (novembre 2009, Paris)

      Landon Mackenzie is known for her large-format mapping and abstract paintings as well as her expertise in cartography research. Her work is in many museum collections across Canada including the Vancouver Art Gallery and the National Gallery of Canada. She is Professor at the Emily Carr University of Art + Design, Vancouver.

    • 20/ "Mettez des points de suspension"

      Jorge Luis Borges et Héctor Álvarez Castillo, entretien

      Héctor Álvarez Castillo avait un peu plus de vingt ans lorsqu’il a fait la connaissance de Jorge Luis Borges en 1984. Il y a eu plusieurs rencontres. Puis, deux conversations enregistrées. Ce matériel a donné lieu à une publication à Buenos Aires dont nous reproduisons quelques extraits inédits en français. Sous le titre « Sólo memoria », Álvarez Castillo met d’abord en scène ses propres souvenirs : sa découverte de Borges et de sa littérature, les circonstances de leurs premières rencontres, ses impressions, leurs aventures dans l’espace intime d’un salon mais aussi dans les rues de la ville. Viennent ensuite les conversations. Le fil va, vient, se perd. Souvenirs d’enfance, évocation d’amis et d’auteurs, échanges divers parfois saugrenus, présence fantasmagorique de Fanny, dame de compagnie. Les fragments que nous présentons – tant des souvenirs d’Álvarez Castillo que des deux entretiens – ont été choisis non pas tant pour ce qu’ils nous disent sur la pensée de Borges, que pour ce qu’ils dévoilent sur sa manière. Manière de dire, de voir, de recevoir, de demander, de réfuter, d’interroger, de chercher, de tenir. Telle ou telle chose. Ou mot.

    • 21/ "Dans les décombres du carnaval"

      Entretien avec René Depestre

      René Depestre est né en 1926 en Haïti. Il a participé à la fondation du Parti communiste haïtien et au renversement du dictateur Éiie Lescot avant d'être condamné à l'exil en 1946. Il traversera alors différents pays (Tchécoslovaquie, France, Cuba, URSS, Brésil, Chili...), au contact de divers gouvernements socialistes, avant de s'installer dans les Corbières, où il "met en ordre le chaos de sa vie" à travers l'écriture.

    • 22/ Homo Urbanus Europeanus

      Entretien avec Jean-Marc Caracci

      Entretien réalisé par Antonia García Castro. La série photographique dont il est ici question peut-être consultée sur la page : http://homo.urbanus.free.fr/portfolio/index.html

    • 23/ Une artiste sans galerie. Un entretien avec Sanja Iveković

      Le travail de Sanja Iveković est marqué par le discours critique envers les politiques de l’image et du corps. L’analyse des constructions identitaires par les medias tout comme l’engagement politique, la solidarité et l’activisme sont des thèmes qui traversent ses stratégies artistiques. Elle travaille avec des performances, des vidéos, des installations et des actions dans le domaine public depuis les années 1970. Son travail depuis les années 1990 aborde l’effondrement des régimes socialistes et les conséquences du triomphe du capitalisme et de l’économie de marché sur les conditions de vie, notamment des femmes. Parmi ses expositions récentes : Waiting for the Revolution, MUDAM, Luxembourg, « Sweet Violence », MoMA, New York (2011), dokumenta 13 (2012). « Practice Makes a Master », Museum Sztuki, Lodz ; « Urgent Matters », Bak, Van Abbemusem, (2009) ; « General Alert », Kölnischer Kunstverein; Fundacio Antoni Tapies, Gothenburg Konsthall; Dokumenta 12, Kassel (2007); « Public Cuts », Galerija P74, Ljubljana (2006) ; « Open Systems: Rethinking Art c. 1970 » ; Tate Modern, London ; « Die Regierung », Secession (2005) ; « Women’s House », Palazzo Ferreri, Gênes (2004) ; documenta 11, Kassel ; « Personal Cuts » NGBK (2002); Galerie im Taxispalais, Innsbruck (2001) ; « After the Wall », Moderna Muset, (1999/2001), Manifesta 2, Luxembourg (1998).

    • 24/ La fierté noire en images : une infra-politique du film

      Entretien avec Melvin Van Peebles, réalisé par Jérôme Beauchez. Mise en images : Dan23.

      Né à Chicago en 1932, Melvin Van Peebles est l’un des artisans du cinéma noir indépendant. Tout à la fois scénariste, acteur, réalisateur et monteur de ses films dont il composait aussi les musiques, ce créateur protéiforme a consacré son existence à documenter les cultures et les conflits qui animent les Africain-Américains des quartiers pauvres. Les « siens », comme il dit, apparaissent ainsi comme l’indéfectible motif de ses engagements. Ils sont ceux qui permettent de rassembler les faisceaux d’une vie multiple, mais toujours orientée par une même visée politique : celle des résistances africaines-américaines face aux dispositifs de la domination blanche. Bien plus qu’un appel à un simple retournement du stigmate sur fond de racisme inversé, les créations de Melvin Van Peebles apparaissent dès lors comme autant de regards portés sur une Amérique noire dont les acteurs n’entendent plus se contenter des seconds rôles.

    • 25/ Filmer pour voir. Ombres et lumières sur le génocide Khmer

      Entretien avec Rithy Panh, réalisé par Amandine Scherrer

      Rithy Panh est un cinéaste franco-cambodgien, né en 1964. Il a 13 ans lorsque lui et sa famille sont chassés de Phnom Penh par les Khmers rouges. Rithy Panh perd une grande partie de ses proches sous les coups de la répression du régime khmer. Rescapé des camps de travail, il trouve refuge dans un camp géré par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) à la frontière thaïlandaise, avant de partir et de s’installer en France en 1980. Il obtient en 1988 le diplôme de l’Institut des hautes études cinématographiques (IDHEC). C’est sa première œuvre de fiction, Les gens de la rizière, qui le fait connaître d’un public international, en 1994. En 2003, S21, la machine de mort khmère rouge, fait une sortie très remarquée. Rithy Panh y aborde l’univers du centre de détention de Tuol Sleng (aussi connu sous le nom de S21), en faisant intervenir à l’écran quelques rares survivants de S21 et des anciens gardiens/tortionnaires. Entre 1975 et 1979, S21 a abrité le calvaire d’au moins 12 000 personnes (selon les archives restantes), qui ont été torturées, interrogées puis exécutées. Ce documentaire a reçu de nombreux prix, notamment le prix du cinéma européen et le prix François Chalais au festival de Cannes en 2003, et le prix Albert Londres en 2004. En 2011, Rithy Panh sort Duch. Le maître des forges de l’enfer. Le documentaire est construit autour du témoignage et du récit de Kaing Guek Eav (dit Duch), qui a dirigé S21 de 1975 à 1979. Duch a été une figure importante des récents procès contre les anciens dirigeants Khmers rouges, et le seul à ce jour à avoir été condamné, à perpétuité, en 2012. Le dernier documentaire en date de Rithy Panh, L’image manquante, est sorti en 2013. Le film est l’adaptation de L’Élimination, que Rithy Panh a co-écrit avec Christophe Bataille (paru chez Grasset en 2013, et qui a reçu le prix Joseph Kessel). L’image manquante constitue un témoignage beaucoup plus personnel de Rithy Panh sur sa propre expérience des Khmers rouges. Le film a ceci d’original qu’il est construit sur un récit en off et qu’il alterne images d’archives et reconstitutions de scènes avec des figurines en argile. L’image manquante a été nominé aux Oscars dans la catégorie Meilleur film étranger en 2014.

    • 26/ Muralisme militant

      Ana Longoni, Vanguardia y revolución. Arte e izquierdas en la Argentina de los sesenta-setenta (Buenos Aires, Ariel, 2014)

      Nous publions ici un chapitre de l’ouvrage inédit en français d’Ana Longoni : Vanguardia y revolución. Arte e izquierdas en la Argentina de los sesenta-setenta (Buenos Aires, Ariel, 2014), traduit de l’espagnol (Argentine) par Antonia García Castro. Comme l’auteure le rappelle, le muralisme a joué un rôle central en Amérique latine, notamment au Mexique et, sous des formes diverses, dans d’autres pays du continent, à différents moments du xxe siècle. Ce texte, consacré aux peintures murales en Argentine, au carrefour des années 1960-1970, nous permet de prolonger les réflexions que la revue Cultures & Conflits mène depuis des années sur l’inscription politique des murs urbains et autres interpellations politiques par les arts du visuel. Voir notamment dans le cadre de la rubrique « Regards sur l’entre-deux » : García Castro A., « Les murs comme support du politique : la brigade Chacón au Chili (1989-1997) », Cultures & Conflits, 57, 2005, pp. 259-275 (http://conflits.revues.org/14752) ; Dias A., « Histoires peintes. Des artistes au camp de Beddawi », Cultures & Conflits, 68, 2007, pp. 149-164 (http://conflits.revues.org/15062) ; Corbel L., Poulos I., « Fragmenta », Cultures & Conflits, 69, 2008, pp. 159-180 (http://conflits.revues.org/15132) ; Iveković S., « Une artiste sans galerie », Cultures & Conflits, 88, hiver 2012, pp. 159-172 (http://conflits.revues.org/18551). Puis, le numéro 91/92, « Iconographies rebelles », automne/hiver 2013, numéro présenté par Xavier Crettiez et Pierre Piazza (http://conflits.revues.org/18765).

    • 27/ Marronnages érotiques

      Le dancehall jamaïcain entre culture et slackness

      Cousin jamaïcain du rap américain, le dancehall est souvent présenté comme l’enfant terrible du reggae. À l’instar du rap, c’est d’abord une musique qui porte l’expérience de la pauvreté. Elle résonne comme l’écho de la dureté des conditions de vie dans les ghettos de Kingston. Ainsi le dancehall fait-il souvent scandale auprès de la « bonne société », tant par ses mises en scène du sexe, de la violence et de l’argent – autant de sujets qui renvoient au domaine du slackness (i.e. de la débauche) – que par les critiques sociales proférées par ses artistes à l’encontre des valeurs de la classe dominante auxquelles sont opposés les principes de leur culture : celle des exclus de la société jamaïcaine. À partir d’un entretien avec Carolyn Cooper, professeure à l’Université des West Indies, ce dossier propose une lecture des codes du dancehall en dialogue avec une chercheuse qui a initié son étude en Jamaïque. Entre culture et slackness, un tel regard dépasse les limites de la scène musicale pour ouvrir une perspective originale sur la culture populaire jamaïcaine, ses résistances et ses conflits.

    • 28/ Imprésentable Lemebel

      Ce dossier de la rubrique « Regards sur l’entre-deux » est consacré à l’artiste et écrivain chilien Pedro Lemebel (1952-2015), principalement connu pour ses performances et ses chroniques. Il comprend un entretien avec la sociologue chilienne Fernanda Carvajal, qui a longuement travaillé sur son œuvre, et des extraits de ses textes traduits en français.

    • 29/ Eduardo Rinesi

      « Il n’y a aucune possibilité d’entente entre nous »

      Ce dossier de la rubrique « Regards sur l’entre-deux » reprend un chapitre d’ouvrage, à l’origine publié en espagnol et consacré aux problèmes de langue dans Hamlet et aussi aux problèmes que pose sa traduction à la fois en espagnol et en français. Le philosophe argentin prolonge ici ses réflexions menées de longue date sur les tragédies shakespeariennes et aborde notamment les liens entre politique et traduction.

    • 30/ Le fil de la Chacón

      À propos des archives photographiques de Danilo Bahamondes (Chili, 1989-2001)

      À la fin des années 1980, le travail de la brigade Chacón consiste à rédiger un message politique, formulé sous forme de phrase unique, laquelle était peinte sur un rouleau de papier de grande dimension. Ce message était ensuite déroulé dans la rue et collé en quelques minutes sur un mur, toujours dans des lieux stratégiques, de manière à ce que la phrase soit lue par le plus grand nombre de personnes possible. Au Chili, ce message politique qu’on déroule dans la rue s’appelle depuis papelógrafo. Ce dossier revient sur les premières années de la brigade et l’importance d’un corpus de plus de trois cents photographies récemment retrouvées. Ces photographies prises par le créateur de la Chacón, Danilo Bahamondes, donnent à voir les murs de Santiago et des messages rédigés –peints et collés– entre 1989 et 2001.

    • @annonce_alias

  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search