Navigation – Plan du site

AccueilNuméros103-104DossierL’urbanisation forcée comme polit...

Dossier

L’urbanisation forcée comme politique contre-insurrectionnelle

La vie au sein des villages stratégiques construits en Argentine (1976-1978)
Forced Urbanization as a Counter-Insurgency Policy. Everyday Life inside Strategic Villages Built in Argentina (1976-1978)
Pamela Colombo
p. 91-110

Résumés

Le programme militaire de création des « villages stratégiques » – qui émerge au début de la guerre froide – a pour objectif la création d’espaces urbains ex nihilo pour y déplacer la population rurale qui habite dans des zones sous influence de groupes guérilleros. Cet article analyse le Plan de relogement rural mené dans la province argentine de Tucumán (1976-1978) qui a donné naissance à quatre villages stratégiques. Quelles sont les reconfigurations que ce programme a produites dans l’espace social et quelles sont celles qui perdurent ? Comment se déroule la vie quotidienne au sein de ces espaces où monde militaire et monde civil coexistent ? Quelles sont les caractéristiques d’un espace urbain pensé et conçu pour empêcher les populations de soutenir la guérilla ? L’analyse d’entretiens approfondis réalisés avec des habitants des villages stratégiques de Tucumán permet d’examiner l’impact social et politique de l’urbanisation forcée comme technique de contre-insurrection.

Haut de page

Texte intégral

Je souhaiterais remercier Antonia Garcia Castro, Chowra Makaremi, Chiara Calzolaio, Elisabeth Anstett et les deux relecteurs anonymes de la revue pour leurs corrections et conseils.

  • 1 Monte, en espagnol : désigne une zone de relief à la végétation luxuriante. Proches du « maquis » d (...)

1C’est l’heure de la sieste. Les rues sont encore plus désertes que d’habitude. M. a sorti deux chaises sur le trottoir. C’est là que nous faisons l’entretien. Le soleil tape fort bien que l’on soit en hiver. Au loin, on voit le monte 1 et, aux alentours, soixante-dix maisons toutes pareilles. Nous sommes dans l’un des quatre villages créés par les militaires dans la province de Tucumán pendant la dictature militaire (1976-1983). M. a la soixantaine, elle est femme au foyer et mère de dix enfants. Tous, dans sa famille, ont travaillé à la récolte de la canne à sucre, principale ressource économique des paysans de Tucumán. M. raconte que c’est en 1976 qu’ils ont été expulsés de chez eux et déplacés dans l’un des nouveaux villages. Elle se souvient qu’un matin, elle était allée avec une voisine cueillir des avocats dans une propriété qui se trouvait au-delà du périmètre du village. Une fois sur place, un hélicoptère s’est mis à survoler le secteur :

  • 2 Estaqueados : pratique qui consiste à immobiliser le prisonnier par terre, bras et jambes écartés, (...)
  • 3 Au cours des entretiens, il a été décidé qu’ils seraient anonymisés. Les noms ont ainsi été remplac (...)

« Nous sommes sorties et nous avons commencé à faire des grands signes à l’hélicoptère pour qu’il se pose. On nous a dit que c’était interdit – d’aller dans ces parages – qu’on ne devait pas recommencer et ils nous ont emmenées à la base [militaire]. Ils nous ont gardé un moment et puis ils nous ont demandé ce qu’on faisait là, parce que c’était là que se cachaient “les autres types” [les guérilleros] et ils croyaient que nous étions là pour les contacter. Ce jour-là, quand ils nous ont emmenées à la base, nous avons vu des prisonniers attachés au sol, écartelés 2. Ils m’ont dit de ne plus jamais sortir comme ça, plus jamais, ni dans les maquis ni où que ce soit. Je n’ai plus osé m’aventurer par là-bas. 3 »

  • 4 Colombo P., Espacios de desaparición. Espacios vividos e imaginarios tras la desaparición forzada d (...)
  • 5 L’idée de « gagner les cœurs et les esprits » a été appliquée pour la première fois dans un context (...)

2La technique de la disparition forcée de personnes a été utilisée par l’État argentin pour désarticuler le mouvement social de tendance révolutionnaire qui lui disputait des domaines du pouvoir et remettait en question le monopole de la violence. C’est en 1975 que les disparitions commencent dans la province de Tucumán, puis elles ont été pratiquées sur l’ensemble du territoire national de manière systématique à partir du coup d’État qui instaure une dictature militaire entre 1976 et 1983. Les disparitions forcées sont alors organisées par l’ensemble des forces armées qui articulent la répression à partir d’une constellation d’espaces de disparition 4. Cependant, le déploiement des politiques contre-insurrectionnelles n’a pas pour seule priorité la destruction de l’ennemi, il s’agit aussi – et c’est une question centrale – de « gagner les cœurs et les esprits 5 » de la population civile. C’est dans ce contexte qu’émerge le Plan de reubicación rural (Plan de relogement rural), dans la province de Tucumán. En vertu de ce plan, la population rurale a été déplacée dans quatre villages créés dans la zone d’opérations militaires : Teniente Berdina, Soldado Maldonado, Capitán Cáceres et Sargento Moya (les noms choisis pour nommer les villages sont des noms de militaires qui – selon le récit des forces armées – seraient décédés lors d’affrontements avec la guérilla dans la zone d’opérations).

  • 6 C’est en Malaisie qu’aurait eu lieu la première application de cette stratégie militaire, dirigée p (...)
  • 7 Pour une première approximation historique des différentes applications du programme, on peut consu (...)

3Le Plan de relogement rural trouve ses origines dans le programme militaire de création des « villages stratégiques » conçu au début de la guerre froide et souvent reproduit avec l’intervention de gouvernements étrangers. Entre autres applications, il convient de souligner que la Grande-Bretagne a créé des « New Villages » en Malaisie (1952-1954) 6, les États-Unis des « Strategic Hamlets » au Vietnam (1962-1963) et la France des « Centres de Regroupement » en Algérie (1959-1962). Entre la fin des années 1970 et le début des années 1980, des villages stratégiques ont également été construits en Amérique latine. Parmi les premiers, ceux de l’Argentine (1976-1978) 7.

  • 8 Sackley N., op. cit. ; Tenenbaum É., « Les déplacements de populations comme outil de contre-insurr (...)
  • 9 Belcher O., The afterlives of counterinsurgency: postcolonialism, military social science, and Afgh (...)
  • 10 Stepputat F., « Politics of Displacement in Guatemala », Journal of Historical Sociology, vol. 12, (...)
  • 11 Forensic Architecture Group, « The earth Scorched: Environmental Violence and Genocide in the Ixil (...)
  • 12 Sur le cas français : Cornaton M., Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Paris, Éditio (...)

4Le programme visait la construction d’espaces urbains ex nihilo afin d’y déplacer la population rurale qui résidait dans des zones sous l’influence des mouvements de guérilla. Bien que le nombre de déplacés et la taille des villages aient été différents à chaque fois, ce programme présente une caractéristique commune : la volonté de rompre les liens entre la population et la guérilla par le biais de l’urbanisation forcée. En dépit de l’ampleur de l’impact de cette politique de contre-insurrection dans divers pays du monde, la question n’a guère été étudiée jusqu’à présent. Parmi les quelques travaux universitaires, on peut citer des analyses réalisées par des historiens 8, des géographes 9, des politologues 10 et des architectes 11. Il existe aussi des écrits de militaires sur la planification et l’adoption de ce type de programme 12. Mais il n’y a pratiquement pas de travaux ethnographiques réalisés auprès de la population affectée qui permettent de rendre compte de leur expérience et d’analyser l’impact socio-politique sur le long terme de cette stratégie militaire.

5Aujourd’hui, plus de quarante ans après la mise en place en Argentine du programme en question, ces villages stratégiques existent toujours et une grande partie des personnes déplacées y demeure encore. Mais, quelles sont les reconfigurations que ce programme a produites dans l’espace social et quelles sont celles qui perdurent ? Le travail ethnographique se présente ici comme un outil essentiel. D’un côté, devant la rareté des archives et des témoignages de militaires argentins sur la conception et l’adoption du Plan de relogement rural, le travail ethnographique permet d’aborder les conditions du déplacement des populations, la manière dont ces villages ont été bâtis, les acteurs impliqués et les caractéristiques des débuts de la construction. D’un autre côté, cela permet d’analyser les effets sur le long terme : comment se déroulait la vie quotidienne lorsque les militaires étaient présents ? Comment s’est faite la transition une fois que les militaires ont cessé de contrôler les villages ? Comment invente-t-on ou recrée-t-on, dans la durée, la vie quotidienne au sein de ces villages, après la fin de la dictature ?

  • 13 Les paysans n’avaient pas de titres de propriété de ces maisons.

6La présente analyse prend appui sur un travail de terrain réalisé en 2014, à Tucumán, basé sur des entretiens approfondis semi-directifs. Il s’agit d’une quarantaine d’entretiens d’une durée moyenne de deux heures chacun, réalisée avec des personnes déplacées dans ces villages entre 1976 et 1978, et qui, au moment de l’entretien, vivaient toujours dans les mêmes habitations qui leur avaient été assignées par les militaires. La plupart des interviewés étaient ou avaient été des travailleurs saisonniers affectés à la récolte de la canne à sucre et employés par de grands propriétaires de la région. Avant les déplacements, ils vivaient le plus souvent dans de petites localités – connues sous le nom de « colonies » – dans des cabanes cédées par le patron 13. Le travail d’entretiens a été complété par une consultation d’archives menée dans des bibliothèques, des hémérothèques, des archives militaires et d’organismes gouvernementaux.

7Ce présent travail se propose ainsi d’explorer les modalités de la violence d’État telle qu’elle a été déployée dans le cadre de la construction des villages stratégiques à Tucumán, sur la base d’une recherche ethnographique réalisée sur la population déplacée. Cette analyse repose également sur une approche du contexte historique qui permet de saisir les enjeux de ces villages stratégiques au moment où ils ont été construits, ce qui permet de proposer une réflexion exploratoire relative à la portée, sur la longue durée, de ce type de programme.

L’urbanisation forcée au cœur des politiques de contre-insurrection

8Le décret n°261/75 (1975) marque le début de l’Opération Indépendance au sud de Tucumán. L’objectif est explicite : éliminer la guérilla rurale « Compañía de Monte Ramón Rosa Jiménez » rattachée à l’Armée révolutionnaire du peuple (ERP) – bras armé du Parti révolutionnaire des travailleurs (PRT). À la différence du reste de l’Argentine, à Tucumán, il y a eu une coexistence forcée de la population avec l’armée : des couvre-feux se sont succédés, des perquisitions ont été menées dans les maisons, ainsi que des opérations de quadrillage ; il y a eu des actions punitives publiques, des détentions massives dans les villages et des bases militaires ont été installées dans la région.

1. Carte de l’occupation militaire sud-ouest de la province de Tucumán.

1. Carte de l’occupation militaire sud-ouest de la province de Tucumán.

La plupart des données utilisées pour élaborer cette carte proviennent du journal d’Acdel Vilas (1977), commandant de l’Opération Indépendance en 1975.

Carte élaborée par l’auteure.

  • 14 Calveiro P., Poder y desaparición. Los campos de concentración en Argentina, Buenos Aires, Colihue, (...)
  • 15 Le nombre de disparus dans la province reste incertain : le rapport de la Commission bicamérale de (...)
  • 16 Déclaration du secrétaire de presse et de diffusion du gouvernement provincial J. Villone, dans le (...)

9La dictature militaire en Argentine (1976-1983) a sans doute été marquée par la figure du disparu 14. Le Centre clandestin de détention a joué un rôle central comme dispositif spatial pour articuler le processus de disparition forcée 15. Cependant, les militaires ont également eu recours à des méthodes moins connues pour désarticuler le mouvement révolutionnaire qui s’implantait alors dans la société : les Plans d’action civique. Dès le début de l’Opération Indépendance, on en trouve des références explicites : « Les opérations militaires en zone montagneuse seront suivies par des actions gouvernementales concrètes, principalement en matière d’assistance sociale, susceptibles de mettre un frein de la sorte à n’importe quelle tentative de subversion 16 ». Les programmes d’action civique avaient plusieurs volets tels que la distribution d’aliments et des travaux publics : construction d’hôpitaux, d’écoles, de routes et de villages stratégiques.

10La nouveauté du programme des villages stratégiques ne réside pas seulement dans l’urbanisation forcée à laquelle sont soumis les paysans, mais au fait qu’il est mené dans le cadre de modèles d’urbanisation, conçus et élaborés ex-nihilo par les militaires. Il importe de signaler, d’autre part, que les villages stratégiques ont été utilisés pour reprendre des territoires contrôlés par la guérilla et, en même temps, pour produire des reconfigurations de l’organisation spatiale et sociale là où ils ont été implantés et dans les environs.

  • 17 Coward M., Urbicide. The politics of urban destruction, New York, Routledge, 2009 ; Graham S., « Ch (...)
  • 18 Selon Sackley N. : « Bien qu’ils aient été promus comme des communautés modèles faites pour gagner (...)

11À partir du concept d’urbicide, des chercheurs ont tenté de penser comment la ville pouvait s’ériger en cible à détruire, en objectif de la violence 17. La nouveauté théorique à laquelle nous confronte ce programme militaire est qu’il n’y a pas dans ce cas de « lutte » contre la ville ou dans la ville – comprise dans son acception culturelle et comme mode de vie –, mais avec la ville. L’urbanisation est utilisée comme un instrument contre-insurrectionnel en soi 18. En dépit de la petite échelle des espaces concernés par ce programme, l’intention de l’État est claire : il s’agit d’urbaniser les paysans et d’incorporer ces territoires à un réseau d’espaces urbains sous contrôle.

  • 19 Belcher O., op. cit.
  • 20 Voir González Bread E., La guerrilla en Tucumán. Una historia no escrita, Buenos Aires, Circulo Mil (...)
  • 21 Ramos Ramírez A., « Bajo el amparo de la democracia: el bussismo, de la Casa de Gobierno a los trib (...)

12Dans les stratégies contre-insurrectionnelles, la destruction est souvent accompagnée d’importantes « politiques de développement 19 » : les villages stratégiques sont un exemple clair de ce processus à deux faces : destruction et construction. La période pendant laquelle le général Bussi a gouverné de facto la province (de mars 1976 à décembre 1977) s’est justement caractérisée par l’importance des travaux publics réalisés, avec pour objectif « d’améliorer » les conditions socio-économiques de la population affectée 20. Des années plus tard, un des fils de Bussi pouvait ainsi affirmer : « mon père a été invité par l’armée nord-américaine en qualité d’observateur militaire au Vietnam. C’est là qu’il a appris que, dans ce type de guerre de guérilla, le soutien de la population est fondamental. Là où est le soutien de la population, là est la victoire et il a vu que les Américains n’avaient pas le soutien de la population […] Ce que mon père a fait, c’est mener une action civique, une action politique, très forte dans la région, en termes d’infrastructure, de soutien à la population, quatre nouveaux villages ont été créés 21 ». Et en 1995, dans le cadre d’élections démocratiques, Bussi a été élu gouverneur de la province de Tucumán pour quatre ans, ce qui témoigne de la prégnance du soutien de la population.

2. Inauguration du village Teniente Berdina, en présence de Videla et de Bussi lors de la cérémonie, 1977.

2. Inauguration du village Teniente Berdina, en présence de Videla et de Bussi lors de la cérémonie, 1977.
  • 22 La photo figure dans un album dans lequel les institutrices de l’école de Teniente Berdina ont inco (...)

Album de photos de Teniente Berdina, 2014 22.

13Ainsi, l’analyse du programme militaire des villages stratégiques permet d’explorer d’autres modalités de la violence d’État, au-delà de l’assassinat et de la destruction d’espaces de vie, et de relever l’objectif consistant à produire de nouveaux citoyens et de nouveaux espaces de vie de manière forcée, l’État imaginant et planifiant des sites idéaux dans lesquels la guérilla ne peut exercer aucune influence ni se réimplanter.

Au sein des villages stratégiques

À propos de la construction d’espaces de vie et de non-vie

14Vider le maquis. Voilà l’objectif clairement brandi à l’arrivée des militaires en 1975. Il fallait combattre la guérilla rurale et, en même temps, faire en sorte que le monte soit inhabitable : « le vider, pour éviter que la population aide la guérilla ou ne soit recrutée par celle-ci : les guérilleros venaient recruter des gens » (G.) ; « ils ont fait des villages à cause des extrémistes » (D.) ; « le village a été fait à cause des circonstances, c’est grâce aux guérilleros, Bussi ne l’aurait pas fait autrement » (F.) ; « l’idée des villages est apparue parce qu’il y avait les extrémistes, la vérité c’est que tout ça c’était des maquis, et ils les ont fait [les villages] parce qu’ils voulaient éliminer tout ça » (H.) ; « les militaires nous ont réunis parce que ça les intéressait de faire bouger ceux qui étaient dispersés » (G.).

  • 23 Né en 1965, le Parti révolutionnaire des travailleurs (PRT) était de tendance léniniste et guévaris (...)
  • 24 Dans le discours militaire, il est signalé que la guérilla est une menace pour la souveraineté nati (...)

15Vider le territoire, regrouper la population dans la plaine, éliminer les éléments subversifs. Le maquis était l’espace que la guérilla rurale de l’ERP utilisait dès 1973 pour installer ses campements 23. Comme un « bouclier naturel », la végétation luxuriante empêchait que les campements de la guérilla rurale soient identifiés à l’œil nu. La proximité avec les villages, qui avaient une longue histoire de mobilisations sociales derrière eux, offrait la possibilité de compter avec le soutien de la population civile, que ce soit en termes de nourriture, de refuge ou de recrutement. C’est pourquoi, dans le cadre de l’Opération Indépendance, les militaires ont basé leur action sur l’idée selon laquelle le maquis constitue un territoire à partir duquel la guérilla tente de mettre en échec la souveraineté nationale 24.

  • 25 Loi 4.530, Pouvoir exécutif, 16 août 1976.

16La loi qui décrète le déplacement de la population précise que « la dispersion des habitants dans cette zone rurale en rend difficile le contrôle pour les forces de sécurité 25 ». Les déplacements concernent une population perçue par les militaires comme éparpillée, isolée, lointaine et non soumise à leur contrôle. Déplacer les paysans vers de nouvelles localités devait ainsi permettre d’exercer un contrôle « plus rigoureux » afin de les maintenir en dehors de l’influence de la guérilla.

17Pour les déplacés, la sensation est contradictoire. Avec les villages arrive l’espace urbain, jusque-là socialement inaccessible. Au demeurant, les militaires ne les emmènent pas à la ville : ils construisent des villages à proximité de là où ils vivent. Les militaires leur apportent « la ville », « la civilisation », la propriété privée, les institutions bourgeoises, le contrôle et la surveillance, mais tout cela à la frontière du maquis. De ce point de vue, il faut tenir compte de l’importance du territoire où ces villages ont été bâtis.

  • 26 Sur ce sujet, voir Rama A., La ciudad letrada, Hannover, Ediciones del Norte, 1994, ainsi que l’ouv (...)
  • 27 Vilas A., op. cit., parte III.

18Le Plan de relogement rural a modifié radicalement l’usage de l’espace dans cette zone. Le maquis – caractérisé par sa végétation sauvage – a été vidé et, en parallèle, des centres urbains ont été construits sous contrôle militaire. L’emplacement des villages et de la route ont été choisis de manière stratégique. Dans ce sens, il faut signaler que la construction matérielle et symbolique de frontières n’est pas une stratégie nouvelle au sein des forces armées mais remonte au travail « civilisateur » entrepris pendant la fondation de l’État argentin 26. L’État a fait face au monte de Tucumán en ayant recours non seulement aux arguments propres à la doctrine contre-insurrectionnelle mais aussi en réactualisant de vieux récits sur le processus « civilisateur » contemporains de la formation de la Nation. La campagne militaire appelée la « Conquête du désert » (menée à la fin du xixe siècle en Argentine) a eu comme objectif de conquérir des territoires qui étaient jusque-là sous le contrôle des peuples autochtones. Or ces espaces ont été imaginés, mis en récit comme autant d’espaces vides, et s’est ainsi qu’ils ont été occupés. Acdel Vilas, dans une autre partie de son Diario de Campaña, signale que : « le 14 février 1975 [,] l’armée argentine [,] affrontait de nouveau, après cent ans de paix, un ennemi de la Patrie : le plus dangereux, si on le juge comme il faut, [car] le marxisme ébranle les racines fondamentales de notre culture, et porte atteinte à notre indépendance 27 ».

19Ces correspondances entre vieux espaces (« le désert ») et nouveaux espaces (le maquis), entre vieux récits (la conquête) et nouveaux récits (la lutte contre la subversion marxiste) résonnent et s’entremêlent. Les militaires ont lutté pour imposer l’image de la « nation récupérée » et celle de la « geste héroïque ». Ils ont regardé en arrière pour construire une identité et ont inscrit leurs actions dans la longue durée qui remonte aux origines violentes de l’État-Nation argentin. La réorganisation spatiale produite dans le cadre du Plan de relogement rural récupère ce temps long qui renvoie aux discours civilisateurs du xixe siècle tout en mobilisant les discours contemporains de la contre-insurrection dans le cadre de la guerre froide.

20La construction des villages stratégiques reconfigure radicalement un territoire « rebelle » considéré par l’État comme celui qui pouvait mettre en péril la souveraineté nationale. L’objectif était à la fois de faire en sorte que les paysans quittent le maquis mais aussi de leur prendre le maquis. Des espaces de vie sont construits – les villages stratégiques – mais on construit aussi, en parallèle, des espaces de non-vie – le maquis est vidé de force.

Mobilités restreintes : surveillance de l’espace et de ses habitants

  • 28 Le chiffre total de la population déplacée est une estimation faite à partir des données recueillie (...)

21Quatre villages ont été ainsi construits entre 1976 et 1978, dans la province de Tucumán, dans un rayon de 30 kilomètres, puis reliés entre eux par la route 324, construite à la même période [voir image 3]. La construction de chaque village a duré un an environ et une grande partie des hommes déplacés a travaillé comme ouvriers dans les chantiers. Environ deux mille personnes auraient été contraintes au déplacement 28. En 2014, quatre mille personnes environ y vivaient encore. Les quatre villages sont pratiquement identiques, aussi bien du point de vue des éléments qui les composent que de leurs dimensions. Au début chacun comprenait six pâtés de maisons de soixante-dix logements, un centre civique où étaient situés la Mairie, la bibliothèque, l’épicerie, le commissariat, l’église, le centre commercial, un centre de soins (avec un médecin généraliste et un dentiste), ainsi qu’un complexe sportif, une place, une zone industrielle, des maisons destinées aux fonctionnaires et des cabanes pour les touristes. Au moment de l’inauguration, un certain nombre de services publics étaient assurés tels que l’éclairage public, la lumière électrique, l’eau courante, les rues pavées, les transports en commun qui assuraient les liaisons avec les autres villages et le reste de la région. Par ailleurs, là où les villages ont été construits, les militaires avaient installé des bases militaires dès les débuts de l’Opération Indépendance. Certaines de ces bases seront par la suite dénoncées comme des Centres clandestins de détention.

3. Carte avec les quatre villages construits entre 1976 et 1978, dans la province de Tucumán, reliés entre eux par la route 324, construite à la même période.

3. Carte avec les quatre villages construits entre 1976 et 1978, dans la province de Tucumán, reliés entre eux par la route 324, construite à la même période.

Carte élaborée par l’auteure.

4. Plan du village Soldado Maldonado.

4. Plan du village Soldado Maldonado.

Source : Cadastre de la Province de Tucumán

22La présence des bases militaires est contemporaine de la période de construction des villages mais aussi de celle où les villages ont commencé à être habités. On ne sait pas vraiment à quel moment les bases ont été démantelées. Mais des témoignages signalent que jusqu’au retour de la démocratie, en 1983, quelques militaires sont restés pour « veiller » sur les villages.

« Ils étaient postés là, sur le bord de la route, dans un fossé, et au cri de “qui va là !”, fallait que tu donnes ton nom » (I.)

  • 29 La cheminée : référence aux vestiges de la vieille entreprise sucrière qui a été utilisée pour inst (...)

« À cette époque, on ne pouvait pas sortir le soir, il y avait des barrières dans la rue en direction de “la cheminée” 29, fallait s’identifier à chaque fois qu’on voulait passer par là » (C.)

« On ne pouvait pas sortir sans être vu, on devait prévenir et avoir ses papiers » (J.)

« Après 20h, on ne pouvait plus sortir, parce qu’il y avait des ratissages. Tout le monde devait être à la maison à cette heure-là » (I.)

23Un habitant raconte qu’il n’a pas été facile de s’habituer à la vie au village : « on devait se coucher tôt, la nuit il n’y avait plus personne, il fallait demander une permission pour sortir et prendre une lampe à pétrole pour qu’ils sachent que c’était nous » (F.). Un autre homme raconte que : « pour sortir et rentrer dans le village, on devait prévenir la base, s’identifier, donner les motifs, dire où on vivait, où on allait ; tout le temps, fallait donner son nom, son prénom et le numéro de la carte d’identité » (I.). Les villageois signalent aussi que les militaires avaient fourni des cartes pour pouvoir sortir et rentrer au village, et il fallait la présenter à chaque fois qu’il y avait un contrôle : « cette carte a été donnée à tout le monde pour prouver qu’on était bien d’ici et pour pouvoir circuler aux alentours » (C.). Une sorte de seconde pièce d’identité liée non au territoire national mais à l’espace d’exception. Des laissez-passer pour certifier que les villageois avaient bien le « droit » d’être là. Le système de contrôle instauré dans ces villages remplissait bien les critères fournis par le colonel Roger Trinquier concernant les villages stratégiques créés pendant la guerre d’Algérie :

  • 30 Trinquier R., op. cit., p. 71. Pour une approximation plus générale sur la dimension transnationale (...)

« Les habitants ne pourront quitter le village que par des portes où toutes les sorties seront contrôlées ; ils ne pourront emporter avec eux ni argent, ni ravitaillement. La nuit, personne ne pourra quitter le village ou y entrer. Nous rétablirons ainsi le vieux système des villages fortifiés du Moyen-âge, destinés à protéger les habitants contre les “grandes bandes” 30 ».

  • 31 Cruz M., Jemio A. S., Monteros E., Pisani A., « Las prácticas sociales genocidas en el Operativo In (...)
  • 32 S/a, Memoria de la gestión de Gobierno. 1976-1977 Tucumán, cuna de la independencia, Gobierno de Tu (...)

24Le contrôle sur la mobilité intérieure et extérieure des villages s’appuyait sur une connaissance exhaustive de la population et la possibilité de dire qui est qui, qui fait quoi, qui vit comment. L’antécédent immédiat de ce type de contrôle se trouve dans le recensement de la population réalisé dans la zone d’opérations dès le début de l’Operativo Independencia 31. Le recensement a permis d’identifier une partie de la population pour la soumettre au contrôle de l’État : du fait du lieu de résidence, ce groupe constitue un nouveau groupe spécifique soupçonné a priori d’avoir des liens avec la guérilla. L’espace apparaît tout à la fois comme stigmatisant et comme facteur suffisant pour semer le doute (ce recensement n’a été mené que dans la zone sud-ouest de Tucumán et parmi les personnes qui vivaient « trop près » du maquis). Ce recensement travaille avec des données susceptibles de permettre des enlèvements, et établit aussi un stéréotype de la personne qui pourrait être liée à la guérilla. Ainsi, le recensement non seulement « produit » une population mais sert en même temps à réinscrire ces sujets – et leurs pratiques – au sein de coordonnées géographiques déterminées et accessibles. À travers une vieille technique de contrôle de population, les militaires réussissent à situer les sujets et, en parallèle, à les rendre visibles et à suivre leurs actions. La population « choisie » pour être déplacée vers les villages stratégiques a été soumise sans exception à ce type de pratiques. Dans un rapport consacré aux deux premières années de gouvernement militaire à Tucumán, on le signale clairement : « Une fois complété le recensement de la population dans la Zone d’opérations antisubversives, le gouvernement provincial a initié le “Plan de relogement rural”, qui a eu pour finalité : assurer l’accès à la propriété privée pour améliorer les conditions de vie et éduquer les villageois de la zone sur les bénéfices de la vie en communauté 32 ».

  • 33 On peut trouver une référence importante concernant la technique consistant à quadriller le territo (...)

25La surveillance ne concerne pas seulement les usages et la circulation dans l’espace mais aussi la manière dont la population l’occupe. Un espace construit géométriquement pour être facilement contrôlé et une nouvelle population choisie et utilisée comme source d’expérimentation pour participer à un programme où se mêlent création ex nihilo d’espaces urbains, utopie du contrôle total et des programmes de développement social. Autant d’éléments qui soutiennent un plan expérimental : le contrôle et la surveillance sur le sujet et son espace, mais en même temps celui de la création de citoyens et d’espaces de vie par la coercition 33.

  • 34 Belcher O., op. cit., p. 128.
  • 35 Ibid., p. 131.

26En étudiant les politiques contre-insurrectionnelles appliquées par les États-Unis en Afghanistan, Oliver Belcher signale que « le rôle de la population déplacée au sein du plan stratégique de contre-insurrection, je le comprends comme faisant partie de la destruction (ou “nettoyage”) des mondes-de-vie aux seules fins de reconstruire des “modes-de-vie” en accord avec l’ordre politique contre-insurrectionnel 34 ». Plus loin, il ajoute : « ce n’est pas seulement le déplacement mais aussi la ré-forme de modes-de-vie susceptibles d’être adaptés à la surveillance, documentation et prédictibilité 35 ». Le programme des villages stratégiques apparaît comme la création forcée et ex nihilo de mondes-de-vie qui prétendent créer des modes-de-vie. L’État imagine des espaces où des citoyens sont fabriqués sur mesure. Des mondes-de-vie inventés qui modifient, créent, et imposent des modes-de-vie particuliers. Le monde urbain est choisi pour créer des espaces de vie ascétiques, d’où la possibilité de la révolution est bannie.

La vie sous contrôle : violences sur la vie quotidienne et ses espaces

  • 36 Les toilettes ne faisaient pas partie des cabanes de bois : elles étaient collectives et se trouvai (...)

27Du fait qu’il travaillait pour la sucrerie Providencia, K. avait la possibilité de vivre dans la Colonie 5 avec sa famille. Au milieu de cet ensemble de logements en bois, destinés aux travailleurs du sucre, les militaires ont installé une base militaire. Des mois plus tard, la Colonie 5 a été détruite et ses habitants conduits au nouveau village appelé Sargento Moya. K. se rappelle ce premier moment de l’occupation, alors qu’il vivait encore dans la Colonie 5, en « cohabitation » avec les militaires : « Nous utilisions les latrines et il fallait aller aux toilettes avec tes papiers et laisser la porte ouverte avec les militaires qui te pointaient » (K.) 36. L’intromission dans la vie privée commence avec l’installation de la base militaire et se poursuit une fois les villages construits et habités. Les forces armées luttent non seulement pour conquérir le territoire occupé par la guérilla rurale, mais s’immiscent également, de façon simultanée, dans des lieux privés et l’intimité.

  • 37 Le centre sportif, par exemple, joue un rôle central dans le village, articulant une grande partie (...)

28Dans l’espace ordonné et géométrique du village, la violence continue à s’exercer quoique sous des modalités plus indirectes. Les villages stratégiques se construisent pour entraîner et discipliner des corps considérés comme « indociles ». M. fait une liste des obligations auxquelles les habitants de son village étaient tenus : « à six heures du matin, il fallait hisser le drapeau et chanter l’hymne national ; à six heures du soir, tous les jours, fallait aller à la messe ; des “réunions d’information” avaient lieu avec les militaires ; chaque personne avait des tâches différentes relatives à l’entretien et au fonctionnement du village ; tous les jours, dès 9 heures du matin, les enfants de plus de six ans et jusqu’à treize ans devaient faire du sport 37 ; les femmes étaient chargées d’activités manuelles ou devaient apprendre à tricoter, faire du crochet, couper les cheveux, coiffer, etc. » (M.). Des espaces et des temporalités consacrés à la réinvention du « bon » citoyen, de la femme et de l’enfance « vertueuses ». Une cité et des citoyens « modèles » au service des politiques contre-insurrectionnelles.

5. Image aérienne du village Teniente Berdina.

5. Image aérienne du village Teniente Berdina.

Source: s/a, Dossier de gestion du gouvernement. 1976-1977 Tucumán, berceau de l’Indépendance, Gouvernement de Tucumán, 1978.

29Afin de vivre dans un de ces nouveaux espaces urbains à proximité du maquis, les gens ont dû soumettre leurs pratiques les plus quotidiennes à une régulation stricte et ont été forcés de changer de nombreuses habitudes. Ainsi, il était interdit d’emporter des animaux dans les nouveaux villages, les militaires obligeaient les gens à cuisiner d’une certaine manière, il n’était pas possible de modifier l’aspect des nouvelles maisons, tout devait « être propre ». La présence « d’assistantes sociales » dans tout le processus de déplacement et de relogement est souvent signalée dans les entretiens, y compris une fois que les personnes se sont installées dans les villages : « une assistante sociale venait nous dire comment il fallait s’occuper de la maison, par exemple on ne pouvait pas faire du feu » (L.). Le contrôle continue bien après que les villages soient inaugurés. « Lorsque nous sommes arrivés on ne pouvait pas avoir des poules dans la maison ni semer. Si nous voulions semer, il fallait une autorisation spéciale » (C.). Le contrôle n’existe pas seulement dans le tracé même de l’espace de vie mais aussi dans la manière dont il faudra l’occuper, la manière dont il faudra l’habiter. Le contrôle sur la vie quotidienne se déploie à l’intérieur et à l’extérieur des limites du foyer. La maison est toujours en alerte car des contrôles peuvent y avoir lieu à tout moment.

30Cette volonté de créer un nouveau type de citoyen est révélée avec éloquence par l’épisode des mariages forcés organisés par les militaires. Pour avoir le titre de propriété de la maison, les couples devaient être mariés mais une grande partie ne l’était pas. Devant cette situation, les militaires procédaient à des mariages massifs. Une femme raconte qu’avant l’inauguration de son village, il y a eu soixante mariages forcés et que des curés venaient exprès marier les gens (N.). Ces mariages massifs et forcés permettent d’inscrire dans les registres de l’état civil (et religieux) des individus dont les trajectoires de vie n’étaient pas répertoriées par l’État national et catholique. Les villages stratégiques sont des espaces de production de citoyenneté forcée et contrôlée.

La violence dans l’appellation

31Une épopée militaire est créée autour de ces hommes « héroïques » qui auraient donné leur vie pour la patrie (Teniente Berdina, Soldado Maldonado, Capitán Cáceres et Sargento Moya) et qui donneront, de ce fait, leur nom aux villages. Actuellement, les villages ont toujours les mêmes noms et, devant les tentatives timides des hommes politiques locaux pour les modifier, les habitants n’hésitent pas à exprimer leur désaccord : « je suis contre le fait de changer les noms des villages car ce serait une forme d’oubli. Le militaire qui a donné son nom au village a donné sa vie pour que nous ayons une maison. Si les Anglais ne doivent pas enlever les croix des Iles Malouines, ici c’est pareil » (Q.).

32Le contrôle sur les noms des lieux ne se limite pas à l’espace des villages mais aussi à leurs habitants. P., une femme de 57 ans, qui est allée à l’école et a pu finir ses études primaires, me raconte qu’ils sont arrivés dans le village en 1977 et que leur fils est né deux mois plus tard. Ce fils a été le premier nouveau-né du village. Ils l’ont inscrit avec le nom de son mari mais les militaires : viennent et me disent « il va falloir changer le nom du bébé car c’est le premier ». Elle explique que le mari est allé à la Mairie (comme cela lui avait été indiqué par le sous-lieutenant) mais à la Mairie on lui a dit que s’il était déjà inscrit sous un nom on ne pouvait pas changer. Alors les militaires nous ont fait un papier, et avec ce papier nous avons changé le nom du petit. La femme précise que le militaire qui est mort s’appelait de la sorte, que le village s’appelle ainsi de la même manière et que c’est à cause de cela que son premier fils a un prénom et deux noms de famille : celui du militaire puis celui de son père. Je lui demande ce qu’elle pense du fait qu’on l’ait obligé à changer le nom de son fils : « c’est bien parce qu’ils ont participé et ils m’ont aidé avec les vêtements. Ils passaient tous les jours voir si ça allait, ils venaient voir le petit. Nous sommes passés à la radio, à la télé, dans le journal... » Dans d’autres entretiens, il a été signalé que le général Bussi en personne a été le parrain des premiers enfants nés dans ces villages. Ainsi, l’État non seulement rêvait de créer des espaces de vie et de nouveaux citoyens mais engendrait, presque littéralement, des espaces et des sujets, en créant des filiations forcées. Le contrôle sur le nom donné au premier nouveau-né dans chaque village signale justement les modes sous lesquels s’exprime la volonté « créatrice » de certaines violences déployées par l’État.

  • 38 Gordillo G., Rubble. The afterlife of destruction, Duke University Press, 2014.
  • 39 Navaro-Yashin Y., The Make-Believe Space. Affective Geography in a Postwar Polity, Durham et Londre (...)

33Comme on peut le déterminer dans le récit de P., mais aussi dans ceux d’une grande partie du reste des habitants, s’expriment des tensions au moment de la narration de ces expériences où se mêlent la violence vécue mais aussi une manière d’exprimer sa « gratitude » aux militaires pour « tout » ce qu’ils ont donné. En ce qui concerne ce conflit des affects qu’articule le récit des déplacés, il est impossible de comprendre l’impact de la construction des villages stratégiques sans penser à leur impact émotionnel. Revaloriser le point de vue affectif de l’espace permet d’appréhender la manière dont celui-ci affecte l’expérience humaine 38. Yael Navarro-Yashin, qui appuie son analyse sur un travail ethnographique sur les maisons chypriotes que les Turcs habitent après l’occupation, remarque le fait que « les ruines politiques – ici les restes de la guerre – provoquent des affectivités conflictuelles et complexes. Je soutiens que l’affect doit faire l’objet de recherches non seulement pour autant qu’il fait partie ou émerge de la subjectivité humaine (ou de l’individu), mais aussi comme étant le produit d’engagements politiques qui se produisent dans l’espace et dans l’entrelacement de matérialités 39 ». Ce cadre théorique permet d’appréhender la façon dont se produisent et transmettent des affects de manière relationnelle entre les espaces construits par les militaires et les gens qui y vivent.

34Il est pertinent de considérer ces réflexions pour aborder de manière critique, par exemple, les souvenirs des habitants de leurs premières impressions de l’arrivée aux villages stratégiques : « C’était tellement beau, ça a été impressionnant […] Pour nous, c’était une ville » (O.) ; « Tout était beau, asphalté, il y avait de l’eau, des salles de bain » (I.) ; « Au début c’était comme si nous étions allés vivre à Buenos Aires, tout était beau » (H.). Les déplacés interprètent leur arrivée aux villages comme un moment charnière de leur expérience vitale, le passage de la campagne à la ville. Le village se présente comme un « progrès » vu qu’il permet d’avoir accès à des choses qui étaient autrefois « inimaginables » pour eux. L’analyse de ce type de références permet d’accéder et, en même temps de conserver, le caractère conflictuel et en apparence contradictoire du récit des déplacés. Au sein de leurs récits coexistent ainsi des éléments qui font référence à la violence du déplacement et à des appréciations positives concernant le fait d’avoir une maison à soi et de vivre en milieu urbain. Par exemple, quand ces personnes décrivent leur vie antérieure, elles évoquent le fait qu’il fallait utiliser de l’eau de puits, des lampes à pétrole, que pour faire des achats elles devaient faire des kilomètres (quand elles pouvaient le faire et n’étaient pas isolées par la montée des eaux). « Avant on vivait dans le noir » (O.).

6. Photographie de l’entrée du village Soldado Maldonado, 2014.

6. Photographie de l’entrée du village Soldado Maldonado, 2014.

Source : cliché de l’auteure.

  • 40 S/a, Memoria de gobierno, op. cit., p.119.

35Cependant, cette nouvelle disposition des sujets dans l’espace, la proximité que le village impose entre une maison et une autre, changent la dynamique des relations sociales entre paysans qui ne sont pas habitués à cette proximité des uns avec les autres. Dans le rapport militaire qui fait état des travaux publics réalisés pendant cette période, il est signalé qu’il a fallu « éduquer les habitants de la zone à propos des bénéfices de la vie en communauté 40 ». Le village fait irruption et change radicalement – entre autres – les manières d’établir des liens sociaux, l’usage de l’espace, les distances, les temps pour réaliser les tâches de la vie quotidienne…

Réflexions finales : dompter les espaces, un rêve de l’État

36La formule trouvée par les militaires semble avoir été de modeler des sujets « civilisés » qui habitent dans des espaces urbains « idéaux ». Des violences qui non seulement détruisent et font disparaître des modes de vie, mais qui créent et engendrent des patrimoines : les villages stratégiques sont un exemple de patrimoine encombrant et presque invisible que la société argentine a hérité de l’époque de la dictature, mais dont on sait peu de choses.

37Ordonner l’espace, l’urbaniser, faire en sorte que des sujets totalement éloignés des institutions de l’État deviennent des citoyens, leur donner l’accès à la propriété privée, sont quelques-uns des éléments de la vie « moderne et civilisée » qui – selon le discours militaire – devaient assurer un changement radical dans la société. À travers l’urbanisation forcée, les militaires ont cherché à contrôler la population mais aussi à créer un type de citoyen particulier. Processus bicéphale où l’État fait disparaître des personnes « subversives » et construit des citoyens de manière forcée.

  • 41 Dans ce sens, N. Brenner et S. Elden soutiennent que l’État produit constamment son territoire et q (...)
  • 42 La réflexion que fait N. Brenner concernant l’opposition binaire entre urbain et non urbain est san (...)

38Afin de désarticuler et d’annihiler l’espace où quelque chose de nouveau était en train de naître, il fallait réaménager de manière radicale l’espace : il fallait déterritorialiser la possibilité de la révolution. « Ceux qui vivaient dans le monte, dans le maquis, ceux-là ils ont été “bannis” » (D.). On ne prive pas les paysans de n’importe quel espace, mais de celui où est en train de se forger la possibilité d’une révolution. Vidé et séparé du reste des espaces habités, l’État a réincorporé le maquis à ses territoires. La présence du pouvoir de l’État peut opérer et exister à partir du vide. L’État se construit et discipline aussi grâce à ces espaces qu’il laisse inoccupés. Dans ce cas, la sphère d’influence de son pouvoir s’amplifie à partir de l’opération consistant à vider le maquis 41. « Ici ce n’était qu’un hameau perdu au milieu des maquis, ils sont venus, ils ont modifié et nous ont fait vivre de manière civilisée » (M.). Le maquis, cet espace « autre », sauvage, non urbain 42, devient l’espace à partir duquel on mesure l’amélioration du monde urbain fabriqué par le militaire. Avec le programme des villages stratégiques on détruit pour « sauver », on construit ex novo pour inventer un citoyen là où on tue et où on fait disparaître d’autres personnes. Ce programme rend habitables certains espaces et d’autres inhabitables. L’objectif n’est pas seulement d’annihiler un certain groupe avec une orientation politique contraire à celle de l’État mais aussi de détruire les conditions d’émergence de ce mouvement. Les villages stratégiques reconfigurent des espaces de vie, altèrent les identités et les habitudes de ceux qui seront forcés d’y vivre. Devant la menace de l’ennemi intérieur, l’État planifie des espaces forcés de vie, où il imagine la modernisation des paysans, l’urbanisation de la zone et, surtout, le démantèlement du projet révolutionnaire.

39La personne citée au début de cet article, qui raconte comment les militaires l’ont arrêtée alors qu’elle marchait au-delà du périmètre autorisé, et dont le mari disparaîtra pendant une semaine, précise aussi au cours de l’entretien : « il faut dire que les militaires ont fait de bonnes choses et de mauvaises choses. Une des bonnes choses ça a été de civiliser les gens, de nous donner l’électricité, l’eau, les rues pavées, des choses qu’on ne pensait jamais avoir. Avant, ici, c’était le monte et personne n’y entrait. Mais ils ont fait de mauvaises choses aussi » (M.). À la différence d’autres applications du programme des villages stratégiques (comme ce fut le cas au Vietnam où le programme a été rejeté par la population), en Argentine, même en 2016, quarante ans après leur construction, les villages sont là, les gens n’en sont pas partis, ils sont restés. Les habitants ne veulent pas changer le nom des villages et ils remercient les militaires de leur avoir donné une maison.

40Ce que le programme des villages stratégiques met à l’œuvre c’est une tentative extrême de gouverner les corps et les lieux de la vie quotidienne. Les villages matérialisent une utopie du contrôle total à partir de la réécriture des formes de vie. En se basant sur un travail ethnographique avec les habitants, cet article a exploré certaines modalités de cette violence, son déploiement, sa circulation à l’intérieur des villages. L’analyse des villages stratégiques permet d’examiner un espace de violence étatique qui constitue, en même temps, un instrument de contre-insurrection et un espace de production d’une citoyenneté – docile et « civilisée ».

Haut de page

Notes

1 Monte, en espagnol : désigne une zone de relief à la végétation luxuriante. Proches du « maquis » dans tous les sens du terme puisque, du fait des caractéristiques de la végétation, ces lieux ont pu être utilisés par la guérilla pour établir ses campements comme on le verra plus loin dans le texte.

2 Estaqueados : pratique qui consiste à immobiliser le prisonnier par terre, bras et jambes écartés, retenus par des pieux.

3 Au cours des entretiens, il a été décidé qu’ils seraient anonymisés. Les noms ont ainsi été remplacés par des lettres attribuées au hasard. On ne donnera pas non plus les noms des villages où vivent les personnes interviewées afin de protéger leur identité. Étant donné le caractère sensible des thèmes traités, les entretiens n’ont pas été enregistrés. Les extraits qui figurent ici sont restitués à partir des notes de terrain prises durant et immédiatement après l’entretien.

4 Colombo P., Espacios de desaparición. Espacios vividos e imaginarios tras la desaparición forzada de personas (1974-1983) en la provincia de Tucumán, Argentina, thèse de doctorat en sociologie, non publiée, Universidad del País Vasco, Bilbao, 2013.

5 L’idée de « gagner les cœurs et les esprits » a été appliquée pour la première fois dans un contexte de lutte antisubversive en Malaisie à la fin des années 1950 et elle est attribuée au général britannique Sir Gerald Templer (Egnell R., « Winning “Hearts and Minds”? A Critical Analysis of Counter-Insurgency Operations in Afghanistan », Civil Wars, vol. 12, n°3, septembre 2010, pp. 282–303). Pour un travail critique sur la généalogie de cette maxime voir Olsson C., « Guerre totale et/ou force minimale ? Histoire et paradoxes des “cœurs et des esprits” », Cultures & Conflits, n°67, 2009, pp. 35-62.

6 C’est en Malaisie qu’aurait eu lieu la première application de cette stratégie militaire, dirigée par le général Sir Gerald Templer (Karl Hack, « Malaya – Between Two Terrors: “People’s History” and the Malayan Emergency », in Gurman H. (ed.), Hearts and minds. A people’s history of counterinsurgency, New York and London, The new press, 2013, pp.17-49).

7 Pour une première approximation historique des différentes applications du programme, on peut consulter le travail pionnier de Sackley N., « The village as Cold War sites: experts, development, and the history of rural reconstruction », Journal of Global History, n°6, 2011, pp. 481-504. Pour une généalogie de la répression militaire, en particulier sur le mode transnational du déploiement des politiques antisubversives, voir : Wasinski C., « La volonté de réprimer », Cultures & Conflits, n°79-80, automne-hiver 2010, pp. 161-180.

8 Sackley N., op. cit. ; Tenenbaum É., « Les déplacements de populations comme outil de contre-insurrection : l’exemple du programme des hameaux stratégiques au sud-vietnam », Guerres Mondiales et conflits contemporains, 3(239), 2010, pp. 119-141 ; Sacriste F., Une histoire de l’État colonial et de la société rurale pendant la guerre d’indépendance algérienne 1954-1962, Thèse en histoire, Université de Toulouse 2 Le Mirail, 2014.

9 Belcher O., The afterlives of counterinsurgency: postcolonialism, military social science, and Afghanistan 2006-2012, thèse de doctorat en géographie, The University of British Columbia, 2013 ; Tyner J., War, Violence, and Population. Making the Body Count, New York, The Guilford Press, 2009.

10 Stepputat F., « Politics of Displacement in Guatemala », Journal of Historical Sociology, vol. 12, n°1, 1999, pp. 54-80.

11 Forensic Architecture Group, « The earth Scorched: Environmental Violence and Genocide in the Ixil Triangle, Guatemala, 1980-1983 », in Forensis, The Architecture of Public Truth, Berlin, Sternberg Press and Forensic Architecture, 2014.

12 Sur le cas français : Cornaton M., Les regroupements de la décolonisation en Algérie, Paris, Éditions Économie et Humanisme / Les Éditions Ouvrières, 1967 ; Galula D., Contre-insurrection. Théorie et pratique, Paris, Economica, 2008 ; Trinquier R., La Guerre Moderne, Paris, Economica, 2008. Sur le cas britannique : Thompson R. G. K., Defeating communist insurgency: the Lessons of Malaya and Vietnam (Studies in International Security No. 10), New York, FA Praeger, 1966.

13 Les paysans n’avaient pas de titres de propriété de ces maisons.

14 Calveiro P., Poder y desaparición. Los campos de concentración en Argentina, Buenos Aires, Colihue, 2001. Version en langue française : Calveiro P., Pouvoir et diparition, les camps de concentration en Argentine, Préface de Franco M., Postface de Benasayag M., Paris, La Fabrique, 2006 (trad. Taudière I.) ; Feierstein D., El genocidio como práctica social. Entre el nazismo y la experiencia argentina, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2007. Version en langue française : Feierstein D., Le génocide comme pratique sociale. Entre le nazisme et l’expérience argentine, Genève, MétisPress, 2013 (trad. Périès G.) ; Gatti G., Identidades desaparecidas. Peleas por el sentido de los mundos de la desaparición forzada, Buenos Aires, Prometeo Libros, 2011 ; Jelin E., Los trabajos de la memoria, Madrid, Siglo XXI, 2002.

15 Le nombre de disparus dans la province reste incertain : le rapport de la Commission bicamérale de Tucumán fait état de trois cent quatre-vingt-sept personnes disparues et de cent vingt survivants, tandis que les organismes de droits de l’homme parlent d’environ mille et deux-mille personnes dans toute la province.

16 Déclaration du secrétaire de presse et de diffusion du gouvernement provincial J. Villone, dans le journal La Gaceta, 12 fév. 1975 (cité dans Artese M. et Roffinelli, G., « Responsabilidad civil y genocidio. Tucumán en años del “Operativo Independencia” (1975-76) », Documentos de Jóvenes Investigadores, Instituto de Investigaciones Gino Germani, Universidad de Buenos Aires, n°9, 2005, p. 38). Voir aussi l’article 5, du décret N261/75.

17 Coward M., Urbicide. The politics of urban destruction, New York, Routledge, 2009 ; Graham S., « Chapter 10. Constructing Urbicide by Bulldozer in the Occupied Territories », in Graham S. (ed.), Cities, War, and Terrorism. Towards an Urban Geopolitics, Malden, Blackwell Publishing, 2004, pp. 192-213.

18 Selon Sackley N. : « Bien qu’ils aient été promus comme des communautés modèles faites pour gagner les cœurs et les esprits des villageois à travers l’assistance d’experts et la protection des militaires, les villages stratégiques, qui renferment des paysans relogés de force à l’aide de barbelés et de patrouilles de défense civile, ont été fondamentalement des instruments de guerre. » (Sackley N., op. cit., p. 483).

19 Belcher O., op. cit.

20 Voir González Bread E., La guerrilla en Tucumán. Una historia no escrita, Buenos Aires, Circulo Militar, 2001.

21 Ramos Ramírez A., « Bajo el amparo de la democracia: el bussismo, de la Casa de Gobierno a los tribunales », xiv Encuentro de Latinoamericanistas Españoles: congreso internacional, sept. 2010, Santiago de Compostela, Centro Interdisciplinario de Estudios Americanistas Gumersindo Busto, Consejo Español de Estudios Iberoamericanos, p. 1754.

22 La photo figure dans un album dans lequel les institutrices de l’école de Teniente Berdina ont incorporé les photos de toutes les cérémonies et événements qui se produisaient dans l’école.

23 Né en 1965, le Parti révolutionnaire des travailleurs (PRT) était de tendance léniniste et guévariste. Proche du mouvement des travailleurs du sucre, ce lien sera très fort pendant ses premières années d’existence. En 1970, le PRT opte pour la lutte armée et crée la fraction armée de son parti : l’Armée révolutionnaire du peuple, ERP selon ses sigles en espagnol. Parmi les formations de gauche non péronistes, le PRT-ERP deviendra à cette époque le parti de gauche le plus important d’Argentine. Voir : Carnovale V., Los combatientes: historia del PRT-ERP, Buenos Aires, Siglo Veintiuno Editores, 2011 ; De Santis D., La historia del PRT-ERP: por sus protagonistas, Capital Federal, A FORMAR FILAS editora Guevarista, 2010.

24 Dans le discours militaire, il est signalé que la guérilla est une menace pour la souveraineté nationale. Selon les mots du Commandant Vilas : « Il ne s’agissait pas de contrecarrer l’ERP afin d’arranger les affaires du péronisme, mais de sauvegarder la souveraineté de la patrie en danger », Vilas A., op. cit.

25 Loi 4.530, Pouvoir exécutif, 16 août 1976.

26 Sur ce sujet, voir Rama A., La ciudad letrada, Hannover, Ediciones del Norte, 1994, ainsi que l’ouvrage de Blengino V., La zanja de la Patagonia. Los nuevos conquistadores: militares, científicos, sacerdotes y escritores, México D.F., Fondo de Cultura Económica, 2005.

27 Vilas A., op. cit., parte III.

28 Le chiffre total de la population déplacée est une estimation faite à partir des données recueillies lors de notre travail de terrain. L’absence de chiffres officiels montre à quel point le thème reste inexploré en Argentine.

29 La cheminée : référence aux vestiges de la vieille entreprise sucrière qui a été utilisée pour installer la base militaire à côté de ce village stratégique.

30 Trinquier R., op. cit., p. 71. Pour une approximation plus générale sur la dimension transnationale de la doctrine dite de la « Guerra Revolucionaria », voir : Périès G., « La doctrine de la “guerre révolutionnaire” : Indochine, Algérie, Argentine, Rwanda. Trajet d’une hypothèse », in Coquio C., Guillaume C. (dir.), Des crimes contre l’humanité en république française (1990-2002), L’Harmattan, 2006, pp. 212-241.

31 Cruz M., Jemio A. S., Monteros E., Pisani A., « Las prácticas sociales genocidas en el Operativo Independencia en Famaillá, Tucumán, febrero 1975 - marzo 1976 », in compte rendu du congrès Jornadas de Historia Reciente del NOA “Memoria, Fuentes Orales y Ciencias Sociales”, Tucumán, 2010 ; Vilas A., op. cit.

32 S/a, Memoria de la gestión de Gobierno. 1976-1977 Tucumán, cuna de la independencia, Gobierno de Tucumán, 1978, p. 119.

33 On peut trouver une référence importante concernant la technique consistant à quadriller le territoire dans la doctrine française de la lutte antisubversive (voir : Denis L., « La “doctrine de la guerre révolutionnaire” : théories et pratiques », in Bouchène A. et al., Histoire de l’Algérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, 2014, pp. 526-532).

34 Belcher O., op. cit., p. 128.

35 Ibid., p. 131.

36 Les toilettes ne faisaient pas partie des cabanes de bois : elles étaient collectives et se trouvaient hors du logement.

37 Le centre sportif, par exemple, joue un rôle central dans le village, articulant une grande partie de la vie sociale de la nouvelle communauté mais aussi en rééduquant les corps.

38 Gordillo G., Rubble. The afterlife of destruction, Duke University Press, 2014.

39 Navaro-Yashin Y., The Make-Believe Space. Affective Geography in a Postwar Polity, Durham et Londres, Duke University Press, 2012, p. 134.

40 S/a, Memoria de gobierno, op. cit., p.119.

41 Dans ce sens, N. Brenner et S. Elden soutiennent que l’État produit constamment son territoire et que, dans ce sens, le territoire national est le résultat d’une articulation spécifique entre l’État, les processus de contestation qui se jouent à l’intérieur, et la terre et le sol qu’il habite, possède, contrôle et exploite. Brenner N., Elden S., « Henri Lefebvre on State, Space, Territory », International Political Sociology, n°3, 2009, p. 362.

42 La réflexion que fait N. Brenner concernant l’opposition binaire entre urbain et non urbain est sans doute intéressante pour ce débat : « Le terrain du non-urbain, présent en permanence “dans un autre lieu” a joué pendant longtemps le rôle d’extérieur constitutif qui stabilise l’intelligibilité même du champ d’études urbaines. Le non-urbain apparait en même temps comme l’Autre ontologique de l’urbain, son opposé radical, et comme sa condition épistémologique de possibilité, la base sur laquelle on peut le reconnaitre comme tel » (Brenner N., « Theses on Urbanization », Public Culture, 25 (1), 2013, p. 98).

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Carte de l’occupation militaire sud-ouest de la province de Tucumán.
Légende La plupart des données utilisées pour élaborer cette carte proviennent du journal d’Acdel Vilas (1977), commandant de l’Opération Indépendance en 1975.
Crédits Carte élaborée par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/conflits/docannexe/image/19370/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre 2. Inauguration du village Teniente Berdina, en présence de Videla et de Bussi lors de la cérémonie, 1977.
Légende Album de photos de Teniente Berdina, 2014 22.
URL http://journals.openedition.org/conflits/docannexe/image/19370/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre 3. Carte avec les quatre villages construits entre 1976 et 1978, dans la province de Tucumán, reliés entre eux par la route 324, construite à la même période.
Crédits Carte élaborée par l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/conflits/docannexe/image/19370/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre 4. Plan du village Soldado Maldonado.
Crédits Source : Cadastre de la Province de Tucumán
URL http://journals.openedition.org/conflits/docannexe/image/19370/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre 5. Image aérienne du village Teniente Berdina.
Crédits Source: s/a, Dossier de gestion du gouvernement. 1976-1977 Tucumán, berceau de l’Indépendance, Gouvernement de Tucumán, 1978.
URL http://journals.openedition.org/conflits/docannexe/image/19370/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 6. Photographie de l’entrée du village Soldado Maldonado, 2014.
Crédits Source : cliché de l’auteure.
URL http://journals.openedition.org/conflits/docannexe/image/19370/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pamela Colombo, « L’urbanisation forcée comme politique contre-insurrectionnelle  »Cultures & Conflits, 103-104 | 2016, 91-110.

Référence électronique

Pamela Colombo, « L’urbanisation forcée comme politique contre-insurrectionnelle  »Cultures & Conflits [En ligne], 103-104 | automne/hiver 2016, mis en ligne le 20 décembre 2018, consulté le 01 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.19370

Haut de page

Auteur

Pamela Colombo

Pamela Colombo est docteure en sociologie de l’Université du Pays Basque. Chercheuse Marie Skłodowska-Curie à l’EHESS et associée au programme ERC « Corpses of Mass Violence and Genocide » (2014-2016), elle travaille actuellement sur la construction des « villages stratégiques » en Amérique latine. Ses publications portent principalement sur le lien entre espace et violence d’État. Elle a notamment co-édité l’ouvrage Space and the Memories of Violence (Palgrave Macmillan, 2014) et dirigé un numéro spécial de la revue Human Remains & Violence sur la question des exhumations en Amérique Latine (2016).

Articles du même auteur

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search