Navigation – Plan du site

AccueilLa revue107Dossier« Nous exécrons le racisme » : co...

La revue
Dossier
Rachida Brahim

« Nous exécrons le racisme » : contrôle migratoire et approche culturaliste des crimes racistes dans la France des années 1970

“We abhor racism”: Migration Control and a Culturalist Approach to Racial Violence in 1970s France
p. 43-60

Résumés

Durant les années 1970, la politique d’immigration française a connu une inflexion qui s’est manifestée par un durcissement des conditions d’entrée et de séjour. Durant cette même décennie, parallèlement aux actions menées par les militants du Mouvement des Travailleurs Arabes, les autorités algériennes ont régulièrement politisé les agressions prenant pour cible leurs ressortissants. À travers le blâme raciste, il s’agissait d’exercer une pression sur le gouvernement français au moment même où le nombre de migrants algériens autorisés à entrer sur le territoire faisait l’objet de négociations soutenues. Cette contribution met en exergue les pratiques et opérations discursives par lesquelles les fonctionnaires français relevant du ministère de l’Intérieur se sont au contraire attachés à démontrer que les violences en question n’étaient pas dues au racisme, mais aux difficultés de cohabitation posées par les mœurs et les modes de vie relevant d’une supposée culture « nord-africaine ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Création de la direction de la Population et des migrations en 1966, adoption des circulaires Marce (...)
  • 2 Concernant la politique d’immigration et les rapports franco-algériens, consulter notamment : Weil (...)
  • 3 D’après le ministre de l’Intérieur, entre 1962 et 1973, le nombre d’Algériens présents en France es (...)

1À l’issue de la décolonisation, des accords ont octroyé la liberté de circulation aux ressortissants de différents États africains auparavant sous administration française. À travers ces accords, l’État français pensait jouer du principe de réciprocité et maintenir ses intérêts dans ses anciennes possessions, mais cette disposition a surtout facilité le séjour des migrants en provenance des pays ayant nouvellement accédé à l’indépendance. Dès les années 1960, et au fur et à mesure que les effets de la récession se sont imposés, une série de mesures restrictives ont été adoptées afin de limiter les entrées 1. Des négociations ont notamment été entamées avec les États concernés dans le but d’aligner le statut des migrants postcoloniaux sur celui des ordonnances de 1945 2. Dans cette entreprise de restriction des flux migratoires en provenance du continent africain, parce qu’elle présentait la hausse la plus remarquable, les accords de main-d’œuvre signés avec Alger ont fait l’objet d’une attention particulière 3.

  • 4 Weil P., op. cit.
  • 5 Je me limiterai ici au cas franco-algérien mais les ambassades marocaines et, dans une moindre mesu (...)
  • 6 Document de travail, plateforme du Comité Palestine en France, 1971. Comités Palestine 1969-1973, f (...)
  • 7 Aissaoui R., « Le Mouvement des Travailleurs Arabes, un bref profil », Migrance, n° 25, 2005, pp. 7 (...)
  • 8 Résolution sur la carte de travail, juillet 1973. MTA, fonds Bouziri, Génériques.

2En réponse aux mesures d’encadrement proposées par l’État français, le gouvernement algérien a de son côté tenté de faire prévaloir ses intérêts en matière d’émigration en dénonçant une politique discriminatoire. Les contrôles sanitaires imposés à la frontière, l’attitude des forces de police françaises lors de ces contrôles, la faiblesse du contingent de travailleurs algériens tolérés et la préférence accordée à la main-d’œuvre espagnole et portugaise font partie des points qui ont régulièrement été soulevés 4. À compter des années 1970, les autorités se sont par ailleurs focalisées sur les violences à l’encontre des ressortissants algériens. L’ambassade d’Algérie à Paris communiquait régulièrement aux ministères de l’Intérieur des « listes de crimes et d’agressions » en demandant des éclairages sur les circonstances des violences et sur les suites judiciaires ordonnées 5. Implicitement, ces listes interrogeaient l’inertie et par extension le racisme pratiqué par les autorités françaises elles-mêmes. Durant cette décennie, la visibilité des crimes racistes a également été favorisée par les mobilisations des Comités Palestine puis du Mouvement des travailleurs arabes (MTA). Créés en 1970, les Comités Palestine rassemblaient des militants d’extrême gauche et se définissaient comme « une formation anti-impérialiste et une organisation de masse des travailleurs arabes 6 ». En 1972, ils ont été dissous et remplacés par le MTA. Les luttes menées par ces militants concernaient les conditions de vie et de travail des immigrés 7. Dans cet ensemble, les violences prenant pour cible des Maghrébins ont régulièrement fait l’objet de mobilisations. Les crimes racistes étaient considérés comme « une brèche » qui permettait de fédérer les travailleurs immigrés et de lancer des offensives contre les mesures prises par le gouvernement français à leur encontre 8.

  • 9 Gastaut Y., « La flambée raciste de 1973 en France », Revue européenne de migrations internationale (...)
  • 10 Rapport sur les problèmes de l’immigration nord-africaine dans les régions de Marseille, Nice et To (...)
  • 11 Les agressions se poursuivent au cours des mois d’octobre et novembre. Elles culminent le 14 décemb (...)
  • 12 « Communiqué du gouvernement algérien », Le Méridional, 20 septembre 1973.
  • 13 Laurens S., Une politisation…, op. cit.
  • 14 « La conférence de presse de Georges Pompidou », Le Provençal, 28 septembre 1973.

3La dénonciation des crimes racistes couvre l’ensemble de la décennie, mais le point d’orgue de cette politisation a été atteint en 1973 suite à la série de violences qui a lieu dans la région marseillaise. Cette série a été déclenchée par un fait divers au cours duquel, le 25 août 1973, un traminot a été assassiné par un passager algérien pris d’un accès de démence 9. Douze Maghrébins ont été tués entre le 26 août et le 8 octobre 1973 10. Dans la semaine qui suit ce meurtre, on dénombre six morts, à raison d’un mort par jour 11. Le 20 septembre, l’Algérie annonçait la suspension de l’émigration « jusqu’à nouvel ordre », tant que la « dignité et la sécurité » des Algériens n’étaient pas assurées 12. Plusieurs hypothèses ont été émises pour expliquer la décision du gouvernement algérien, mais cette prise de position apparaît avant tout comme une action visant à enrayer les stratégies anti-migratoires de la politique française 13. De son côté, lors d’une conférence de presse, Georges Pompidou s’est exprimé sur l’épisode marseillais en déclarant : « Nous exécrons le racisme, la France est profondément antiraciste […] un bruit inconsidéré a été fait autour des attentats entre Algériens et Européens ». Ce dernier précise alors que s’il existe un problème, il tient davantage au fait que « les travailleurs immigrés sont exagérément concentrés dans quelques localités, ce qui entraîne des difficultés en raison même des différences de mode de vie 14 ».

  • 15 Laurens S., « L’immigration une affaire d’États : conversion des regards sur les migrations algérie (...)
  • 16 Cette contribution repose sur une étude du fond de la direction de la Réglementation. Sous la tutel (...)

4L’explication du président français durant ce mois de septembre 1973 résume la position tenue par la France face aux tentatives de politisation des crimes racistes 15. Durant les années 1970, afin d’assurer la bonne marche des négociations visant à limiter les flux migratoires, la posture adoptée a consisté à nier le racisme en adoptant une approche culturaliste. Selon cette approche, la façon d’être des « Nord-Africains » entraînerait des scènes de violences parce qu’elle serait incompatible avec les fondements de la culture locale. En s’intéressant aux documents produits au sein du ministère de l’Intérieur, le long d’une chaîne administrative allant des services de police à la direction de la Règlementation, cette contribution vise à mettre en évidence les pratiques et le répertoire rhétorique qui ont permis de tenir cette position 16. Par-delà cette allocution du président français, au cours de cette décennie, quelles sont les étapes sous-jacentes et les opérations discursives qui ont permis de prendre en compte les violences tout en rejetant la présence de mobiles racistes ? Quel rôle les agents de l’État chargés du traitement des crimes racistes ont-ils joué dans la production du discours imputant les violences à la façon d’être des migrants ?

5Les documents étudiés éclairent d’une part la manière dont les violences prenant pour cible les ressortissants algériens ont été déracialisées en évinçant les mobiles racistes au profit de mobiles plus ordinaires. Les hauts fonctionnaires de la Règlementation se sont par ailleurs efforcés de dépolitiser ces violences et d’inverser le blâme en pointant du doigt la responsabilité du gouvernement algérien dans la construction du racisme. Une dernière opération, enfin, a consisté à expliquer l’émergence des conflits en mettant en cause l’irréductibilité des différences culturelles entre les Maghrébins d’une part et les Français d’autre part.

Substituer les mobiles racistes

  • 17 Laurens S., Une politisation…, op. cit.

6L’opération qui a consisté à déracialiser les violences prenant pour cible des Algériens a nécessité une requalification des faits publicisés par le gouvernement algérien ou les militants des Comités Palestine puis du MTA 17. Le mobile raciste a régulièrement été dissimulé au profit de circonstances et de mobiles moins exploitables politiquement. Cette opération de substitution a été menée à l’échelle locale par les services de police. Elle a, par la suite, été reprise et consolidée à l’échelle nationale par la direction de la Règlementation.

  • 18 Note sur la campagne contre le racisme, Paris, 8 juin 1971. Bureau des étrangers relevant des régim (...)
  • 19 Note de service : violences concernant les Nord-Africains, fiche spéciale, Direction centrale de la (...)
  • 20 Ibid.

7Dès 1971, au sein de ce service, le sous-directeur des étrangers et de la circulation transfrontière, Maurice Cantan, répertorie les plaintes transmises par le gouvernement algérien, recueille des informations auprès des différentes préfectures et anticipe les prochaines requêtes de l’ambassade en demandant aux préfets de lui adresser « un rapport pour tout incident concernant des Algériens 18 ». Des instructions précises ont par ailleurs été envoyées aux services départementaux de police pour être en mesure de répondre aux accusations de « racisme » et de « laxisme » émis par l’État algérien. Une note de service, rédigée au mois de janvier 1974, demande aux Directions départementales des polices urbaines (DDPU) d’établir et d’envoyer à la Direction centrale de la sécurité publique (DCSP), une « fiche spéciale » pour chaque acte de violence commis à l’encontre de « Nord-Africains 19 ». La note insiste par ailleurs sur la nécessité de spécifier « dans la mesure du possible, compte tenu de l’état de l’affaire, le mobile apparent en indiquant s’il est ou non de caractère racial 20 ».

8Sur les fiches spéciales consultées, cette mention semble toujours reposer sur un jugement instable. L’agent qui rédige le document en question au sein des DDPU commente des faits qu’il n’a pas directement traités, mais qui ont été centralisés grâce aux télégrammes envoyés par les services de police qui maillent le territoire. L’indication quant au mobile de l’infraction ne dépend pas des résultats d’une enquête qu’il aurait menée, mais des éléments qui lui sont transmis. Elle reste soumise à la seule appréciation de l’agent rédigeant la fiche sur ce qu’il pense être ou non un mobile raciste. À de nombreuses reprises, les policiers se prononcent sur ce point en inscrivant : « caractère racial non établi ». Par ces termes, ils ne décrètent pas une absence de mobile raciste, mais indiquent surtout que celui-ci n’a pas été mis en évidence. Dans les rapports préfectoraux ou les comptes-rendus d’enquêtes, où les mobiles sont étayés avec plus de précision, on constate que le mobile raciste a régulièrement été évincé au profit de considérations plus ordinaires impliquant des règlements de compte, des rixes provoquées par l’abus d’alcool, mais aussi des agressions sans réel fondement. On relève alors des raisonnements illogiques, des affirmations accompagnées d’argumentaires légers ou absents, ou encore un certain écart entre les faits établis et les mobiles invoqués.

  • 21 Télégramme envoyé par la direction des Affaires politiques d’Afrique du nord et du Levant (ministèr (...)
  • 22 Procès-verbal d’enquête préliminaire, compagnie de Sète, brigade de Frontignan, gendarmerie nationa (...)
  • 23 Compte-rendu d’enquête envoyé par le commissaire de police de Créteil au directeur départemental de (...)

9Ainsi, en juin 1973, le préfet de Haute-Garonne est amené à se prononcer sur une affaire au cours de laquelle des hommes à bord d’une voiture ont ouvert le feu sur un groupe de ressortissants algériens, blessant l’un d’entre eux. Le rapport indique que le véhicule en question était immatriculé dans le Loiret, ce qui d’après lui « tendrait à faire croire qu’il s’agit d’un règlement de compte et non d’un attentat de caractère raciste perpétré par des éléments locaux 21 ». Autre exemple, le 9 septembre 1973, à Frontignan, deux hommes armés et se faisant passer pour des policiers ont mené une expédition contre des « baraquements » dans lesquels résidaient des travailleurs marocains. Ils ont regroupé et mis en joue les dix occupants en leur ordonnant de quitter le pays. Au moment où certains ont tenté de s’enfuir, des coups de feu causant des blessures légères ont été tirés. Dans leurs témoignages, les victimes relatent l’incompréhension et la peur qui les ont saisis. Tous déclarent n’avoir aucun ennemi. Certains rapportent les menaces et les propos suivants : « Personne ne bouge ou ne parle, car sinon on tire ! », « Maintenant, il faut que vous partiez dans votre pays ! », « Vous allez ramasser vos affaires et prendre le bateau ! Autrement… ! ». À la question d’un gendarme l’interrogeant sur l’état d’ivresse des assaillants, l’un d’entre eux répond : « Je n’ai pas remarqué si mes agresseurs étaient pris de boissons 22 ». Ces faits qui semblent motivés par le rejet envers un groupe précis sont paradoxalement suivis de cette conclusion : « Il semble que l’agression dont ont été victimes les ressortissants marocains en cause soit l’œuvre d’individus ayant agi après la sortie des cafés et probablement sous l’emprise de la boisson. Les hypothèses d’un acte de vengeance, de jalousie ou d’affaires de racisme semblent pouvoir être totalement exclues ». Dans le même registre, après l’agression à l’arme blanche de trois Maghrébins à Saint-Maur-des-Fossés au mois d’août 1975, le commissaire de police met en cause quatre individus et indique que le différend a commencé à l’intérieur d’un bar. Le commissaire soutient que « le mobile du crime n’est pas encore déterminé avec précision, mais qu’il est permis d’affirmer qu’il ne s’agit absolument pas d’une affaire de racisme 23 ».

  • 24 Décès d’Algériens entre 1967 et 1973. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régime (...)
  • 25 « Dans une mare de sang sur la voie ferrée », Le Provençal, 30 août 1973. « Un de ses coreligionnai (...)
  • 26 La lutte des travailleurs arabes en France depuis 70, la formation du MTA. MTA, fonds Bouziri, Géné (...)

10Une fois les fiches spéciales et les rapports préfectoraux centralisés, Maurice Cantan reprend les renseignements collectés et dresse des comptes-rendus qui mentionnent, agression par agression, le contexte dans lequel les faits se sont déroulés et l’état d’avancement des enquêtes. Dans ces bilans, les actes implicitement qualifiés de crimes racistes par les autorités algériennes deviennent des infractions ordinaires dénuées de tous préjugés idéologiques. Les listes d’agressions transmises par M. Lounis et complétées au sein de la direction de la Règlementation donnent un exemple probant de ce travail de requalification. Sur un des tableaux revenant sur « les décès d’Algériens » entre 1967 et 1973, les commentaires inscrits dans la colonne « suite donnée » stipulent que sur trente-deux affaires, dix ont été résolues. Ces dix affaires portent la mention « auteur arrêté » et, en fonction des cas, les circonstances dans lesquelles l’infraction a eu lieu. Les violences en question sont à nouveau présentées comme des affaires de « vol », de « rixe », de « légitime défense », des « bagarres entre ivrognes » ou « à la sortie d’un bal ». Dans les vingt-deux cas restants, il est indiqué que les enquêtes sont en cours, que les auteurs n’ont pas été identifiés ou encore qu’il s’agit de morts naturelles ou accidentelles 24. Dans cette dernière hypothèse par exemple, un homme ayant trouvé la mort au cours de la série de violence visant les migrants maghrébins à Marseille en 1973 aurait été « accidentellement heurté par un train ou par un objet tombé d’un train ». Au moment des faits, la presse avait quant à elle évoqué des blessures à coup de hache 25. Les militants du MTA avaient pour leur part dénoncé un crime raciste commis en représailles suite à la mort du chauffeur de bus quelques jours auparavant 26.

  • 27 Note : Affaires d’agressions d’Algériens signalées par M. Lounis, conseiller à l’ambassade d’Algéri (...)

11On note par ailleurs que Maurice Cantan a lui-même participé à ce travail de requalification. Sur l’un des décomptes, datant du mois de mars 1974, se trouve une de ses annotations manuscrites. Elle apporte des indications sur son implication dans le traitement des violences prenant pour cible des Algériens : « M. Lounis avait signalé un certain nombre d’affaires. Après enquête, j’ai montré le rapport à M. Fougier qui m’a simplement déclaré que cette affaire ne l’intéressait pas et m’a laissé le soin de la régler avec l’ambassade d’Algérie 27 ». Maurice Cantan se charge effectivement de « régler » cette question. Son action est particulièrement visible dans le cas des violences imputées à des agents de police et pour lesquelles il tend à mettre en avant des situations de légitime défense ou des accidents.

  • 28 En ce qui concerne les violences imputées aux forces de l’ordre, voir notamment : Blanchard E., La (...)
  • 29 « Après la mort d’un Algérien dans un commissariat de police », Le Figaro, 1er décembre 1972.
  • 30 Note de la Préfecture de police, Paris, 2 décembre 1972. Archives nationales, Bureau des étrangers (...)
  • 31 Note de la Préfecture de police, Paris, 9 décembre 1972. Ibid.
  • 32 « Trois professeurs enquêtent sur la mort de Mohammed Diab », Le Combat, 8 décembre 1972.
  • 33 Note de la préfecture de police, Paris, 17 décembre 1972. Archives nationales, Bureau des étrangers (...)

12La relation entre les Algériens et la police française s’inscrit dans le temps long. Au cours des années 1970, elle porte encore l’empreinte de la situation coloniale et les cas de violences illégitimes sont régulièrement rapportés par le gouvernement algérien 28. La mort de Mohammed Diab représente un cas emblématique au vu de la forte mobilisation qui a suivi son décès. Le 29 novembre 1972, cet Algérien de 32 ans a été inculpé pour violence et outrage public à la pudeur. D’après les policiers, amené au commissariat de Versailles dans un état de grande agitation, il aurait frappé des agents. Un sous-brigadier déclare lui avoir tiré dessus en état de légitime défense. La sœur et la femme de la victime évoquent quant à elles des propos racistes, une exécution sommaire et le fait que les policiers ont refusé d’entendre leur requête signalant que leur parent souffrait de troubles mentaux et qu’il avait besoin d’être interné. Dans les semaines suivantes, plusieurs acteurs se sont mobilisés afin de dénoncer un crime raciste. Le 1er décembre, l’Amicale des Algériens en Europe « attire l’attention des autorités françaises sur cette situation intolérable qui fait que la sécurité des Algériens n’est pas assurée et espère qu’une action énergique sera entreprise 29 ». Dans la même journée, les membres des Comités Palestine des 18e et 20e arrondissements se rendent dans les commerces tenus par des ressortissants maghrébins pour entraîner une mobilisation générale « contre cette manifestation flagrante de racisme 30 ». Le 11 décembre, plusieurs établissements ferment leur porte en signe de protestation 31. Trois professeurs d’université sont par ailleurs mandatés par le Comité de défense des droits et de la vie des travailleurs immigrés (CDDVTI) pour mener une contre-enquête en interrogeant les membres de la famille Diab présents lors des faits 32. Le 16 décembre, la manifestation, organisée par le CDDVTI et interdite par la préfecture de police, rassemble 1 200 personnes parmi lesquelles des « ressortissants nord-africains », « des étudiants », « des maoïstes » ainsi qu’un « certain nombre de personnalités de l’intelligentsia parisienne » dont Jean Genet, Claude Mauriac et Michel Foucault 33. Enfin, un comité pour la vérité sur la mort de Mohammed Diab a été créé pour contester la thèse de la légitime défense avancée par le policier.

  • 34 Enquête administrative sur la mort d’un ressortissant algérien, Monsieur Mohammed Diab, le 1er déce (...)
  • 35 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, direction des Affaires polit (...)

13L’enquête administrative qui a été ordonnée a pour sa part validé cette version des faits. Elle a néanmoins souligné les erreurs commises par l’auteur des coups de feu. Parmi elles : la radicalité de la solution employée pour maîtriser « le forcené », l’aide qu’auraient pu apporter les six fonctionnaires qui étaient présents et le fait que le sous-brigadier ne portait pas son arme de service qui aurait causé moins de dommages que le pistolet mitrailleur dont il s’est emparé 34. Lorsqu’elle a été amenée à répondre aux demandes de renseignements formulées par le ministère des Affaires étrangères qui fait lui-même suite à une requête de l’ambassade d’Algérie, la direction de la Règlementation a bien indiqué qu’une enquête administrative avait été effectuée. Cela étant, Guy Fougier, sur les indications de Maurice Cantan, n’en mentionne pas les résultats et s’en tient à la version du sous-brigadier. Ce faisant, il le place en position de victime effectivement en état de légitime défense. Il déclare par ailleurs que seuls trois fonctionnaires étaient présents et ne dit rien des erreurs relevées ni des témoignages contradictoires apportés par les membres de la famille 35.

  • 36 Lettre du consul général de Charleville-Mézières au préfet de l’Aisne, Charleville-Mézières, 7 juin (...)

14Cette pratique consistant à minimiser les faits semble s’être effectuée d’un commun accord entre les services de l’Intérieur et ceux des Affaires étrangères. Le 7 juin 1977, le consul général de Charleville-Mézières écrit au préfet de l’Aisne pour « exprimer son indignation » et s’enquérir des mesures qui ont été prises à l’encontre de trois fonctionnaires de police qui ont violenté un ressortissant algérien, lors d’une garde à vue, dans la nuit du 30 mai. Ce dernier aurait été libéré avec « une plaie ouverte au crâne, des contusions multiples aux visages, ainsi qu’une forte marque de strangulation 36 ».

  • 37 Rapport du commissaire central de St-Quentin au préfet de l’Aisne, Laon, 28 juin 1977. Ibid.

15Le préfet sollicite la direction de la Règlementation pour connaître la marche à suivre. Le directeur de la Règlementation écrit pour sa part au ministère des Affaires étrangères. Il lui adresse une copie du rapport de police, commente les faits en déclarant « qu’un ressortissant algérien a abusé de la bonne foi de son représentant consulaire » et lui demande à son tour quelles sont ses instructions. Le rapport de police explique que le ressortissant algérien a été arrêté en état d’ivresse sur la voie publique. D’après leurs déclarations, les agents de services avaient remarqué une légère plaie saignante sur le crâne du prévenu dès son interpellation, mais par la suite, alors qu’il était en cellule, il s’est d’après eux « blessé volontairement en donnant plusieurs coups de tête sur le coin d’un banc en béton. De ce fait, il a agrandi volontairement la plaie qu’il portait au cuir chevelu ». Aucun élément n’est apporté sur les contusions et les traces de strangulation 37.

16Compte tenu de ces divers éléments, le ministère des Affaires étrangères estime qu’il convient de rester évasif et de ne pas ébruiter l’affaire Il rédige les consignes suivantes :

  • 38 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre de l’Intérieur, Paris, 10 août 1977. Ibid.

« J’ai l’honneur de vous faire savoir qu’il ne m’apparaît pas souhaitable de répondre aux autorités algériennes par la voie diplomatique. Je crains en effet que l’on ne donne ainsi à cette affaire une importance qu’elle n’a pas. Aussi, à mon avis, serait-il de beaucoup préférable qu’elle reste sur le plan local. Si vous partagez ce point de vue, je suggérerais que le préfet convoque le consul et lui donne de vive voix les explications qu’appellent les démarches de ce chef de poste consulaire. Dans l’éventualité où ce dernier insisterait pour avoir une réponse écrite, il n’y aurait aucun inconvénient à ce que le préfet lui donne satisfaction sur ce point, mais sous une forme assez imprécise et prêtant aussi peu que possible à controverse 38 ».

Désamorcer la politisation des violences

  • 39 Laurens S., Une politisation…, op. cit.

17À première vue, les échanges entre les services algériens et français témoignent de l’attention particulière portée à la question des violences envers les migrants. Derrière cet intérêt réciproque se dessinent en filigrane les tensions qui caractérisent les relations bilatérales et les manœuvres entreprises de chaque côté pour accentuer ou, au contraire, éviter toute nouvelle crispation entre les deux pays. Au début des années 1970, certains éléments des accords d’Évian restent controversés. Alors que chacun des deux pays tente de maîtriser les flux migratoires, les accords de main-d’œuvre et la liberté de circulation octroyée aux ressortissants algériens au moment de l’indépendance constituent un point de friction. Du côté algérien, le décompte des victimes a pu être utilisé en vue de peser sur les pourparlers concernant le contingent de travailleurs algériens autorisés à entrer en France. Du côté français, l’éviction du mobile raciste s’inscrit également dans un cadre précis. Pour les acteurs en charge de ces dossiers, il s’agissait d’éviter toute politisation des crimes racistes dans une période où les pouvoirs publics français menaient des négociations afin de limiter l’immigration en général et l’immigration algérienne en particulier 39. Dans cette optique, les agents de la direction de la Règlementation ont mis l’accent sur la responsabilité des institutions algériennes dans la construction d’un racisme qui dans les faits ne prendrait pas réellement l’ampleur qui lui est donnée. En collaboration avec les hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, ils ont par ailleurs cherché à désamorcer la politisation des violences prenant pour cible des ressortissants algériens.

  • 40 Note sur la campagne contre le racisme, op.cit.
  • 41 Ibid.

18Dans une note « sur la campagne contre le racisme » datant du 8 juin 1971, Maurice Cantan relate l’existence d’une « campagne de propagande contre le racisme auquel seraient en butte les travailleurs immigrés, plus particulièrement les travailleurs africains et les Algériens 40 ». Il estime qu’il s’agit « d’une campagne d’intoxication reposant sur des faits volontairement déformés ». D’après lui, elle est orchestrée par le gouvernement algérien qui entend « faire pression sur les pouvoirs publics français ». Il explique, par ailleurs, que cette campagne est reprise par l’Union générale des travailleurs algériens et l’Amicale des Algériens en Europe « qui s’efforce[nt] de lui donner un retentissement international ». Il ajoute enfin que « pour des raisons évidentes, les partis politiques français hostiles au gouvernement et les groupements gauchistes reprennent à leur compte cette campagne ». Pour prouver la manipulation en cours, il communique les résultats des recherches qu’il a effectuées sur quarante-cinq actes rapportés par l’Ambassade d’Algérie et réaffirme l’absence de racisme : « Il apparaît à l’évidence qu’à l’exception de quatre affaires, toutes les autres sont soit des accidents, soit du droit commun (rixes, vols), soit des suicides 41 ».

  • 42 Hajjat A., « Le MTA et la “grève générale” contre le racisme de 1973 », Plein droit, vol. 67, n° 4, (...)
  • 43 « Le mouvement de grève des travailleurs algériens dans les Bouches-du-Rhône », Le Provençal, 4 sep (...)
  • 44 Déclaration de Mohamed Najah Selim, secrétaire général du CDDVTI, 29 août 1973. MTA, fonds Bouziri, (...)

19En 1973, la série de violences qui s’est produite à Marseille a conduit à une escalade des actions de politisation. Dès le mois de septembre, les militants du MTA mettent en place des commissions d’enquête populaire pour élucider les crimes, des groupes d’autodéfense, des stages nationaux de la Gauche Arabe et des manifestations. Ils lancent également une grève générale contre le racisme 42. Trois temps sont relatés dans la presse 43. D’après Le Provençal, le 3 septembre, le mouvement est suivi par 60 % des 30 000 travailleurs « nord-africains » des Bouches-du-Rhône. La grève du 4 septembre est « fortement suivie parmi les 20 000 travailleurs immigrés employés dans la région de Toulon ». Le 10 septembre enfin, la grève s’étend à toute la Côte d’Azur et à nouveau, il est indiqué que l’appel a largement été suivi par les travailleurs immigrés. Le MTA incrimine les actions d’individus isolés, mais aussi « le laxisme du gouvernement français » et plus largement « le système capitaliste 44 ». La marginalisation, les expulsions, les licenciements, les crimes dont sont victimes les immigrés font, d’après eux, partie d’un plan d’ensemble dirigé par des milieux patronaux qui manipulent d’une part l’opinion pour rendre les « Arabes » responsables de la crise, et qui poussent d’autre part à l’action des groupes fascistes. Le gouvernement algérien réaffirme également sa positon. El Moudjahid couvre le rapatriement des corps qui donne lieu à des cérémonies officielles du même ordre que celles rendues aux martyrs de la guerre d’indépendance. À la fin du mois de septembre, enfin, les autorités annoncent la suspension de l’émigration.

  • 45 Note : entretien avec le ministre conseiller de l’ambassade d’Algérie. Direction de la Réglementati (...)

20Le 9 novembre 1973, suite à une réunion avec M. Lounis, Maurice Cantan analyse la situation et explique à nouveau que ses homologues tentent de faire pression sur le gouvernement français. Il estime notamment que la suspension de l’émigration est une opération stratégique qui doit être replacée dans le cycle des négociations sur le contingent de main-d’œuvre autorisé à entrer en France. D’après lui, l’ambassade d’Algérie ne considère pas que tous les cas soient dus à des actes de racisme. Il pense que ces interlocuteurs seraient satisfaits « si on pouvait [leur] indiquer qu’un certain nombre d’affaires ont été résolues et ont abouti à l’inculpation des responsables. Une réponse positive du ministre de l’Intérieur amènerait vraisemblablement, bien qu’aucune assurance n’ait été donnée, le gouvernement algérien à autoriser l’envoi de nouveaux travailleurs 45 ».

  • 46 Tract « Halte au terrorisme anti-arabe ! », Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des (...)
  • 47 Note de la Préfecture de police, Paris, 8 novembre 1971. Ibid.
  • 48 Guidice F., Arabicides : une chronique française, 1970-1991, Paris, La Découverte, 1992, p. 58.
  • 49 Lettre remise par M. Fougier, Direction de la Règlementation, à M. Delplanque, Ministère des Affair (...)

21Durant cette décennie, les hauts fonctionnaires français se sont par ailleurs efforcés de canaliser ce qu’ils percevaient comme des actions de politisation émanant d’Alger. Lorsqu’ils ont publiquement dénoncé ce qui leur semblait être un crime raciste, les représentants de l’Amicale des Algériens et les consuls généraux en poste en France ont fréquemment été blâmés et appelés à la retenue. Le 27 octobre 1971, à la Goutte d’Or, le concierge d’un immeuble tire à bout portant sur un garçon âgé de 16 ans. En réaction, les militants des Comités Palestine ont appelé à protester contre le « terrorisme anti-arabe », « les exactions » et les « crimes racistes 46 ». D’après les Renseignements généraux, la manifestation organisée le 7 novembre a rassemblé « quelque 500 personnes 47 ». Le journaliste Fausto Giudice relate pour sa part le point de vue des militants de l’époque et évoque la présence « de quelques milliers de personnes », dont des maoïstes, des travailleurs arabes et des intellectuels 48. De son côté, en décembre 1971, le directeur de la Réglementation alerte les services du ministère des Affaires étrangères sur « les propos particulièrement violents » et « les mots d’ordre menaçants » qui ont été tenus lors de ce meeting antiraciste. D’après lui, « les autorités diplomatiques et consulaires algériennes, et dans une moindre mesure tunisiennes, n’ont pu être totalement étrangères à l’organisation de celui-ci et à l’orientation donnée aux allocutions prononcées 49 ». Il demande au ministre d’intervenir auprès de ces autorités pour « qu’elles n’aggravent pas, par des mots d’ordre inconsidérés, les tensions qui naissent parfois ».

  • 50 Note : entretien au cabinet du ministre des Affaires étrangères au sujet des protestations du gouve (...)

22En janvier 1974, pour évoquer un cas similaire, M. Hibon, un conseiller technique au cabinet du ministre des Affaires étrangères « convoque » M. Lounis à une réunion à laquelle participe Maurice Cantan. Dans un entretien accordé au journal Le Monde, après l’agression d’un ressortissant algérien à Roubaix le 28 décembre 1973, le consul général de Lille s’est livré à une critique de la municipalité. Après avoir dénoncé les « multiples tracasseries administratives » que subissaient les Algériens « dans la recherche de logement, dans l’obtention des certificats de résidence, dans l’ouverture de commerces », il a ajouté : « tel est le contexte qui explique des actes comme celui du 28 décembre, bien que socialiste, la municipalité de Roubaix est paradoxalement la ville la plus raciste du département du Nord ». Cette dénonciation d’un racisme qui serait pratiqué par des élus locaux et qui aurait des répercussions à l’échelle interpersonnelle est réprimée, car elle est interprétée par les interlocuteurs de M. Lounis comme un manquement à la « neutralité politique ». M. Hibon juge les propos du consul « déplacés », « contraires aux usages internationaux et à plus forte raison aux relations amicales » qui lieraient la France et l’Algérie. Les agents des deux ministères rappellent à l’ambassadeur « qu’il n’est profitable ni à l’Algérie ni à la France de susciter des manifestations de groupements d’extrême gauche ». Il lui demande enfin de collaborer en avisant les consuls, mais aussi en ne retenant dorénavant « dans les listes d’agressions établies par les consulats ou les Amicales, que les faits qui lui paraissent incontestablement fondés sur une animosité à l’égard des Algériens 50 ». La formulation, lourde de sous-entendus, suggère que jusqu’à présent les listes envoyées ne contenaient pas d’affaires relevant réellement du racisme.

Mettre en cause la culture des migrants

  • 51 Balibar E., Wallerstein I., Race, nation, classe : les identités ambiguës, Paris, La Découverte & S (...)

23Au sein de l’administration française, une dernière manœuvre a consisté à mettre en cause la culture des migrants dans l’émergence des violences à leur encontre. Cet intérêt pour la culture des « Nord-Africains » s’inscrit à son tour dans les actions plus générales qui ont visé à réactualiser le problème immigré afin de justifier la limitation des flux migratoires. Dans ce cadre, le mot « culture » a spécifiquement servi à désigner la manière d’être et de vivre des « Nord-Africains ». Elle a par ailleurs été appréhendée sous un angle néoraciste avec l’idée selon laquelle les divergences avec la population française seraient à la fois radicales et incompressibles. Etienne Balibar et Immanuel Wallerstein ont notamment mis en évidence le fait que le racisme de la période postcoloniale reposait non pas sur les postulats de l’hérédité biologique, mais sur « un racisme sans race » qui insistait davantage sur « l’irréductibilité des différences culturelles », sur « la nocivité de l’effacement des frontières » et « l’incompatibilité des genres de vie et des traditions 51 ». L’opération qui a consisté à délaisser l’idée d’un mobile raciste pour incriminer le comportement des migrants s’observe à nouveau à différentes échelles du ministère de l’Intérieur. Elle est visible dans le traitement des affaires qui mettent en scène des citoyens ordinaires ou des membres de force de l’ordre.

  • 52 Compte-rendu d’enquête envoyé par le commissaire central chef de la circonscription de police de Sè (...)

24Dans le premier cas, l’idée d’une difficulté de cohabitation a été mobilisée à plusieurs reprises et notamment durant l’année 1973. Au cours du mois de juillet, des conflits ayant eu lieu à Frontignan sont signalés par les ambassades marocaines et algériennes. Interrogé par la direction de la Règlementation sur ces faits, le préfet de l’Hérault indique que la justice suit son cours et joint à sa lettre le rapport du commissaire responsable de l’enquête. La reconstitution des faits a révélé que durant le bal du 14 juillet, un « Nord-Africain », qui n’a pas été retrouvé, aurait eu un geste déplacé envers une femme. Une bagarre a alors éclaté entre trois amis de son conjoint et des « Nord-Africains ». Les trois hommes ont également porté des coups à un Maghrébin qui passait à proximité. Le lendemain, ils agressent à nouveau plusieurs Maghrébins étrangers à l’affaire du bal. L’un d’entre eux est attaqué sur une place publique et trouve refuge dans un bar. Au bord du canal qui traverse la ville, trois autres sont « frappés à coups de poings et de ceinturons », deux d’entre eux sont jetés à l’eau. Le commissaire ne commente pas ces agressions qui relèvent d’un racisme assumé d’après les témoignages des victimes. Il évoque une « simple affaire de violences et de coups et blessures comme on en rencontre très fréquemment dans les bals publics » et conclut en soulignant la responsabilité des plaignants : « Contrairement à ce que veut laisser croire le consul, les Algériens ne sont pas systématiquement victimes de violences ou d’un racisme déplacé. Au contraire, ce sont souvent ces étrangers qui ont une attitude et une conduite inadmissibles 52 ».

  • 53 Rapport sur les problèmes de l’immigration nord-africaine dans les régions de Marseille, Nice et To (...)
  • 54 Note sur les problèmes de l’immigration dans les Bouches-du-Rhône, Paris, 9 novembre 1973. Archives (...)
  • 55 Lettre du commissaire central adjoint, chef de la Sûreté urbaine au consul général d’Algérie, Marse (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 Rapport annuel sur l’activité judiciaire à destination de la Direction centrale de la sécurité publ (...)
  • 58 Le caractère prétendument inassimilable des migrants maghrébins qui accompagne cette approche cultu (...)

25La manière dont les services de police ont analysé les violences survenues dans la région marseillaise à partir du 25 août 1973 éclaire plus précisément ce raisonnement. Les douze agressions qui ont pris pour cible des Maghrébins suite à la mort du chauffeur de bus présentent différents cas de figure. Quatre hommes ont été tués par balles. Quatre autres ont été retrouvés le crâne fracturé. Un homme a été retrouvé mort après avoir été jeté du haut d’un échafaudage sur un chantier. Les trois derniers ont été retrouvés dans le Vieux-Port 53. Lors d’une séance de travail sur « les problèmes de l’immigration » à la préfecture des Bouches-du-Rhône, un représentant de la préfecture de police et le commissaire central des services de police du département se sont accordés pour dire « qu’aucun des crimes commis ne pouvait être imputé à un groupement organisé quelconque qui l’aurait fait commettre sous une action délibérée du racisme 54 ». Le 7 septembre 1973, le commissaire central adjoint de Marseille a adressé un bilan de ses investigations au consul général d’Algérie. Sur sept affaires qui ont lieu après le meurtre du chauffeur marseillais et pour lesquelles le représentant de l’État algérien demandait des détails, le commissaire déclare que pour une seule d’entre elles « il est assez vraisemblable qu’on se trouve effectivement devant une vengeance raciale 55 ». Dans ce cas précis, la victime a été tuée par balle, son corps a été retrouvé quelques heures après la mort du traminot, près du dépôt de bus appartenant à la compagnie pour laquelle il travaillait. En ce qui concerne les six affaires restantes, sans apporter de précisions, il conclut à des « querelles de droit commun » ou à des règlements de compte qui ont surtout lieu entre « Nord-Africains 56 ». Au mois de décembre, dans le rapport annuel sur l’activité judiciaire qu’il rédige à l’intention de son ministère de tutelle, le commissaire s’exprime plus longuement sur les faits qui ont marqué l’actualité 57. Le titre qu’il donne au chapitre consacré à ces événements résume la problématique qui a accompagné le traitement de ces violences durant les années 1970 : « Les règlements de compte d’août et septembre : racisme ou droit commun ? ». La réponse qu’il apporte est ambivalente, mais elle repose à son tour sur un discours tendant à nier l’existence de crimes racistes, autrement dit l’idée d’une violence spécifique guidée par des motifs politico-idéologiques et qui demanderait la mise en place d’un droit particulier. Les agressions à l’encontre des Maghrébins sont au contraire présentées comme des violences de droit commun directement provoquées par leur manière d’être. D’après le commissaire, le vrai problème réside dans la présence même des migrants maghrébins 58. La solution quant à elle ne saurait être apportée par « la seule action préventive et répressive de la police » envers ceux qui se livreraient à des exactions motivées par le racisme. En d’autres termes, le commissaire suggère que la solution réside dans une fermeture des frontières à l’immigration maghrébine :

  • 59 Rapport annuel sur l’activité judiciaire à destination de la Direction centrale de la sécurité publ (...)

« L’Histoire à Marseille va dans le sens d’une ségrégation de plus en plus nette de la colonie nord-africaine inassimilée et inassimilable qui vit chaque jour davantage en milieu fermé, en économie interne de groupe, repliée sur elle-même, donnant naissance dans le tissu qui la compose à un courant communautaire et confraternel de compensation très forte. […] Pourra-t-on fermer les yeux longtemps sur le départ des locataires français devant les musulmans dans certains immeubles, des enfants français devant les jeunes arabes dans certaines classes, de la clientèle française devant les clients étrangers dans certains cafés, certains hôtels, certains commerces ? Peut-on penser sérieusement en fin de compte que le calme reviendra, que l’horizon s’éclaircira si enfin la vindicte populaire peut s’exprimer sur le nom de criminels racistes identifiés et convaincus ? Si on ne le pense pas, on fait tout comme 59 ».

  • 60 Note manuscrite à l’attention du directeur de la Règlementation, dossier R358, Paris, 16 avril 1974 (...)

26Cette incrimination du comportement des migrants est également fréquente dans les affaires mettant en scène des policiers. Dans ce cas précis, c’est la fragilité des hommes maghrébins, leur prédisposition à l’ivresse ou à l’insanité qui a été mise en cause. Une note rédigée par Maurice Cantan laisse entrevoir la manière dont l’instabilité des Algériens a régulièrement été essentialisée. Le 16 avril 1974, sur un ton ironique, il annote un dossier à la main à l’intention de son supérieur, Guy Fougier : « Monsieur le directeur, à Paris comme à Lyon, ces Algériens une fois arrêtés sont bien maladroits, pris de crises de nerfs dans les locaux de police, ils se heurtent au mobilier… ce qui leur occasionne des hématomes d’un rond parfait autour des yeux… 60 ».

27L’affaire lyonnaise à laquelle il fait référence eut lieu quelques mois auparavant, en novembre 1973. L’ambassade d’Algérie avait alors demandé qu’une enquête soit menée pour déterminer les circonstances exactes dans lesquelles deux ressortissants qui présentaient de multiples traces de coups ont été violentés au poste de police de la gare de Lyon-Perrache. Une enquête a bien été effectuée par l’Inspection générale de la police nationale. D’après le témoignage des deux Algériens, quatre policiers étaient présents au poste cette nuit-là, tous parlaient l’arabe. Alors qu’ils étaient venus signaler la perte d’une montre, un agent leur aurait conseillé « d’aller faire ça chez leur Boumediene », après quoi les deux hommes auraient été retenus, humiliés et frappés pendant six heures. L’inspecteur rapporte également la version des policiers. Il accrédite leurs propos en présentant les Algériens comme des individus « surexcités et gesticulants », « postillonnant aux visages » des fonctionnaires, « fumant des cigarettes », « parlant en arabe ce qui leur était interdit de faire », « sans doute ivres », « provoquants », « impossible à canaliser et refusant de répondre aux questions qui leur étaient posées ». D’après lui, ces derniers ne seraient pas restés au commissariat plus de vingt ou trente minutes. Les traces de coups sont expliquées ainsi :

  • 61 Rapport de l’inspecteur général au directeur de l’Inspection générale de la police nationale, Paris (...)

« Le gardien prend l’Algérien par le revers de la veste, le secoue un peu pour l’obliger à rester en place et à l’écouter. Cet Algérien, au reste, pique une sorte de crise nerveuse, devient hilare, se cogne la tête contre les panneaux SNCF accrochés au mur. Il s’appuie contre la porte du bureau du chef de poste ; celle-ci n’était pas fermée, il tombe à la renverse et se débat au sol, cogne dans le mur, dans les meubles. Le gardien craignant qu’il ne se fasse du mal, se précipite, le relève et l’Algérien finit par se calmer 61 ».

  • 62 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris, 1er mars 1974. Ibid.

28La direction de la Règlementation retient cette version et répond aux autorités algériennes en précisant que « les témoignages recueillis, ne font pas état de sévices de la part des policiers, mais d’une certaine confusion due à l’état de surexcitation des deux Algériens 62 ».

  • 63 Sayad A., « Les usages sociaux de la “culture des immigrés” », Langage et société, 1979, vol. 9, n° (...)

29Dans le traitement des violences qui ont lieu au cours des années soixante-dix, cette pratique qui a consisté à mettre l’accent sur l’attitude des migrants a participé à la mise en scène du problème que poserait la présence des migrants postcoloniaux. Elle a plus largement participé à la construction d’une « culture immigrée », autrement dit à la construction d’une sous-culture qui pouvait être décriée d’une part et valorisée de l’autre, mais toujours dans le but de présenter la culture dominante comme étant « la meilleure culture », la seule qui serait légitime 63.

***

30Les nombreux exemples exposés ici mettent en évidence le discours qui a consisté à nier le racisme au profit de violences de droit commun qui seraient provoquées par la culture des migrants. Ce discours a directement été déterminé par les évolutions de la politique d’immigration qui tendaient alors à restreindre la liberté de circulation des migrants provenant des pays anciennement sous administration française. Dans cette optique, à différentes échelles, des agents du ministère de l’Intérieur se sont attachés à évincer les mobiles racistes, à désamorcer la politisation des violences à l’encontre des Maghrébins et enfin à mettre en cause leur façon d’être dans l’émergence des conflits.

  • 64 En 1987, le gouvernement algérien remet un rapport aux autorités françaises sur les violences prena (...)

31En ce qui concerne les ressortissants algériens, les actions de politisation et de contre-politisation ont été particulièrement importantes entre l’accord de main-d’œuvre conclu en 1971 et la suspension des flux migratoires annoncés en septembre 1973. Quelques mois plus tard, en juillet 1974, la France mettait également un terme officiel à l’immigration du travail et des familles en évoquant les problèmes de logement et les conséquences néfastes qu’entraînait le ralentissement économique. Cela étant, les opérations de ce type se sont prolongées dans la deuxième moitié des années 1970 et durant les années 1980 64. D’une part, parce que les crimes racistes ne se limitent pas à la « flambée raciste de 1973 » et d’autre part parce que l’immigration n’a pas été suspendue mais ralentie, entraînant avec elle la continuité des négociations sur ce qui représenterait un nombre convenable de migrants.

Haut de page

Notes

1 Création de la direction de la Population et des migrations en 1966, adoption des circulaires Marcellin-Fontanet en 1972, suspension de l’immigration en 1974. Laurens S., « “1974” et la fermeture des frontières. Analyse critique d’une décision érigée en turning-point », Politix, vol. 82, n° 2, 2008, pp. 69-94.

2 Concernant la politique d’immigration et les rapports franco-algériens, consulter notamment : Weil P., La France et ses étrangers : L’aventure d’une politique de l’immigration de 1938 à nos jours, Paris, Gallimard, 1991 ; Spire A., Étrangers à la carte, l’administration de l’immigration en France, Paris, Grasset, 2005 ; Shepard T., The Invention of Decolonization: The Algerian War and the Remaking of France, Ithaca, Cornell University Press, 2008 ; Laurens S., Une politisation feutrée : les hauts fonctionnaires et l’immigration en France, 1962-1981, Paris, Belin, 2009.

3 D’après le ministre de l’Intérieur, entre 1962 et 1973, le nombre d’Algériens présents en France est passé de 425 000 à 845 694 (Statistiques des étrangers résidant en France au 31 décembre 1973. Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, ministre de l’Intérieur, archives nationales, 19960134/7). Cela étant, les travaux de Muriel Cohen ont mis en évidence le fait que les enfants d’Algériens nés en France après 1963 étaient encore comptés comme Algériens alors qu’ils possédaient la nationalité française. Cohen M., Des familles invisibles : politiques publiques et trajectoires résidentielles de l’immigration algérienne (1945-1985), thèse pour le doctorat d’histoire, Université Panthéon-Sorbonne - Paris I, 2013 ; Cohen M., « Regroupement familial : l’exception algérienne (1962-1976) », Plein droit, vol. 95, n° 4, 2012, pp. 19-22.

4 Weil P., op. cit.

5 Je me limiterai ici au cas franco-algérien mais les ambassades marocaines et, dans une moindre mesure, tunisiennes ont également interpellé le gouvernement français pour des faits similaires au cours des années 1970.

6 Document de travail, plateforme du Comité Palestine en France, 1971. Comités Palestine 1969-1973, fonds Bouziri, Génériques.

7 Aissaoui R., « Le Mouvement des Travailleurs Arabes, un bref profil », Migrance, n° 25, 2005, pp. 72-78 ; Hajjat A., « L’expérience politique du Mouvement des travailleurs arabes », ContreTemps, n° 16, 2006, pp. 76-85.

8 Résolution sur la carte de travail, juillet 1973. MTA, fonds Bouziri, Génériques.

9 Gastaut Y., « La flambée raciste de 1973 en France », Revue européenne de migrations internationales, vol. 9, n° 2, 1993, pp. 61-75. Noiriel G., Immigration, antisémitisme et racisme en France : xixe-xxe siècle : discours publics, humiliations privées, Paris, Hachette, 2007.

10 Rapport sur les problèmes de l’immigration nord-africaine dans les régions de Marseille, Nice et Toulon à la suite d’événements récents, adressé par le préfet de région au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Population, Marseille, 25 septembre 1973. Cabinet du préfet, Préfecture des Bouches-du-Rhône, Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 135W52.

11 Les agressions se poursuivent au cours des mois d’octobre et novembre. Elles culminent le 14 décembre 1973 avec l’attentat à la bombe commis contre le consulat d’Algérie à Marseille. Il fait quatre morts et vingt-deux blessés. Les Algériens sont particulièrement victimes de ces violences en raison des réminiscences de la guerre d’Algérie et parce qu’ils sont proportionnellement plus nombreux que les Marocains et les Tunisiens. Cela étant, les crimes racistes sont davantage motivés par les stigmates associés à la figure de « l’Arabe » que par le ressentiment envers une nationalité précise. Ainsi, les Marocains et les Tunisiens ont également été visés par ces violences.

12 « Communiqué du gouvernement algérien », Le Méridional, 20 septembre 1973.

13 Laurens S., Une politisation…, op. cit.

14 « La conférence de presse de Georges Pompidou », Le Provençal, 28 septembre 1973.

15 Laurens S., « L’immigration une affaire d’États : conversion des regards sur les migrations algériennes », Cultures & Conflits, n° 67, 2008, pp. 33-53.

16 Cette contribution repose sur une étude du fond de la direction de la Réglementation. Sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, à l’interface des services de police, des préfectures et du cabinet du ministre, cette direction s’occupait notamment de la législation relative aux conditions d’accueil et de séjour de migrants. Au sein de ce fond qui couvre les années 1970, 333 dossiers concernent des violences ayant pris pour cible des Maghrébins. On relève des crimes contre les personnes incluant des affaires d’homicides et de coups et blessures mais aussi des cas de dégradation et de destruction de biens. Avec un total de 105 affaires, l’année 1973 concentre la majeure partie des cas. Elle est suivie par les années 1971 et 1975, avec un total respectif de 69 et 49 affaires. Les infractions identifiées se sont principalement déroulées dans les régions Provence-Alpes-Côte d’Azur (108), Ile-de-France (83) et Rhône-Alpes (45).

17 Laurens S., Une politisation…, op. cit.

18 Note sur la campagne contre le racisme, Paris, 8 juin 1971. Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, archives nationales, 19960134/14.

19 Note de service : violences concernant les Nord-Africains, fiche spéciale, Direction centrale de la sécurité publique, Direction générale de la police nationale, Paris, 10 janvier 1974. Ibid.

20 Ibid.

21 Télégramme envoyé par la direction des Affaires politiques d’Afrique du nord et du Levant (ministère des Affaires étrangères) à l’ambassade de France à Alger, Paris, 26 juin 1973. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/13.

22 Procès-verbal d’enquête préliminaire, compagnie de Sète, brigade de Frontignan, gendarmerie nationale, 10 septembre 1973. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/14.

23 Compte-rendu d’enquête envoyé par le commissaire de police de Créteil au directeur départemental des polices urbaines du Val-de-Marne, Créteil, 9 décembre 1975. Ibid.

24 Décès d’Algériens entre 1967 et 1973. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/13.

25 « Dans une mare de sang sur la voie ferrée », Le Provençal, 30 août 1973. « Un de ses coreligionnaires découvert blessé sur la voie ferrée près de l’Estaque », Le Méridional, 30 août 1973.

26 La lutte des travailleurs arabes en France depuis 70, la formation du MTA. MTA, fonds Bouziri, Génériques.

27 Note : Affaires d’agressions d’Algériens signalées par M. Lounis, conseiller à l’ambassade d’Algérie, Direction générale de la police nationale, Paris, 27 avril 1974. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/14.

28 En ce qui concerne les violences imputées aux forces de l’ordre, voir notamment : Blanchard E., La police parisienne et les Algériens (1944-1962), Paris, Nouveau monde, 2011 ; Jobard F., Bavures policières : la force publique et ses usages, Paris, La Découverte, 2002 ; Rosenberg C., Policing Paris. The Origins of Modern Immigration Control between the Wars, Ithaca, Cornell University Press, 2006 ; Moreau de Bellaing C., Force publique. Une sociologie de l’institution policière, Économica, coll. « Études sociologiques », Paris, 2015.

29 « Après la mort d’un Algérien dans un commissariat de police », Le Figaro, 1er décembre 1972.

30 Note de la Préfecture de police, Paris, 2 décembre 1972. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, ministère de l’Intérieur, 19960134/13.

31 Note de la Préfecture de police, Paris, 9 décembre 1972. Ibid.

32 « Trois professeurs enquêtent sur la mort de Mohammed Diab », Le Combat, 8 décembre 1972.

33 Note de la préfecture de police, Paris, 17 décembre 1972. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/13.

34 Enquête administrative sur la mort d’un ressortissant algérien, Monsieur Mohammed Diab, le 1er décembre 1972, adressée par le contrôleur général au directeur de l’Inspection générale de la police nationale. Ibid.

35 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, direction des Affaires politiques d’Afrique du Nord et du Levant, sous-direction de l’Algérie, 13 décembre 1972. Ibid.

36 Lettre du consul général de Charleville-Mézières au préfet de l’Aisne, Charleville-Mézières, 7 juin 1977. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/14.

37 Rapport du commissaire central de St-Quentin au préfet de l’Aisne, Laon, 28 juin 1977. Ibid.

38 Lettre du ministre des Affaires étrangères au ministre de l’Intérieur, Paris, 10 août 1977. Ibid.

39 Laurens S., Une politisation…, op. cit.

40 Note sur la campagne contre le racisme, op.cit.

41 Ibid.

42 Hajjat A., « Le MTA et la “grève générale” contre le racisme de 1973 », Plein droit, vol. 67, n° 4, 2005, pp. 35-40.

43 « Le mouvement de grève des travailleurs algériens dans les Bouches-du-Rhône », Le Provençal, 4 septembre 1973.

44 Déclaration de Mohamed Najah Selim, secrétaire général du CDDVTI, 29 août 1973. MTA, fonds Bouziri, Génériques.

45 Note : entretien avec le ministre conseiller de l’ambassade d’Algérie. Direction de la Réglementation, Direction générale de la police nationale, le 9 novembre 1973. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/14.

46 Tract « Halte au terrorisme anti-arabe ! », Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/13.

47 Note de la Préfecture de police, Paris, 8 novembre 1971. Ibid.

48 Guidice F., Arabicides : une chronique française, 1970-1991, Paris, La Découverte, 1992, p. 58.

49 Lettre remise par M. Fougier, Direction de la Règlementation, à M. Delplanque, Ministère des Affaires étrangères, Paris, 20 décembre 1971. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/13.

50 Note : entretien au cabinet du ministre des Affaires étrangères au sujet des protestations du gouvernement algérien, Paris, 10 janvier 1974. Ibid.

51 Balibar E., Wallerstein I., Race, nation, classe : les identités ambiguës, Paris, La Découverte & Syros, 1997, p. 32.

52 Compte-rendu d’enquête envoyé par le commissaire central chef de la circonscription de police de Sète-Frontignan au préfet de région, Sète, le 22 août 1973. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministère de l’Intérieur, 19960134/14.

53 Rapport sur les problèmes de l’immigration nord-africaine dans les régions de Marseille, Nice et Toulon à la suite d’événements récents, op. cit.

54 Note sur les problèmes de l’immigration dans les Bouches-du-Rhône, Paris, 9 novembre 1973. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, DLPAJ, Ministère de l’Intérieur, 19960134/14.

55 Lettre du commissaire central adjoint, chef de la Sûreté urbaine au consul général d’Algérie, Marseille, 7 septembre 1973. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Cabinet du préfet, Préfecture des Bouches-du-Rhône, 135W52.

56 Ibid.

57 Rapport annuel sur l’activité judiciaire à destination de la Direction centrale de la sécurité publique, Direction générale de la police nationale, Marseille, décembre 1973. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Cabinet du préfet, Préfecture des Bouches-du-Rhône, 135W341.

58 Le caractère prétendument inassimilable des migrants maghrébins qui accompagne cette approche culturaliste des crimes racistes est un thème récurrent au cours des années 1970. Voir notamment Massard Guilbaud G., Des Algériens à Lyon, de la Grande Guerre au Front populaire, Paris, Ciemi-L’Harmattan, 1995.

59 Rapport annuel sur l’activité judiciaire à destination de la Direction centrale de la sécurité publique, Direction générale de la police nationale, Marseille, décembre 1973. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Cabinet du préfet, Préfecture des Bouches-du-Rhône, 135W341.

60 Note manuscrite à l’attention du directeur de la Règlementation, dossier R358, Paris, 16 avril 1974. Archives nationales, Bureau des étrangers relevant des régimes spéciaux, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, Ministre de l’Intérieur, 19960134/14.

61 Rapport de l’inspecteur général au directeur de l’Inspection générale de la police nationale, Paris, 7 décembre 1973. Ibid.

62 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris, 1er mars 1974. Ibid.

63 Sayad A., « Les usages sociaux de la “culture des immigrés” », Langage et société, 1979, vol. 9, n° 1, pp. 31-36. Voir également : Escafré-Dublet A., « L’État et la culture des immigrés, 1974-1984 », Histoire@Politique, vol. 4, n° 1, 2008 [https://www.cairn.info/revue-histoire-politique-2008-1-page-15.htm (consulté en janvier 2017)] et Keyhani N., Les “relations interculturelles” : trajectoire sociale d’une catégorie réformatrice, thèse pour le doctorat de sociologie, École normale supérieure de Cachan - ENS Cachan, 2014.

64 En 1987, le gouvernement algérien remet un rapport aux autorités françaises sur les violences prenant pour cible des Algériens. « L’Algérie proteste contre la recrudescence des actes racistes », Libération, 10 janvier 1987.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 107, automne 2017, p. 43-60

Référence électronique

Rachida Brahim, « « Nous exécrons le racisme » : contrôle migratoire et approche culturaliste des crimes racistes dans la France des années 1970 », Cultures & Conflits [En ligne], 107 | automne 2017, mis en ligne le 30 octobre 2019, consulté le 23 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/conflits.19537

Haut de page

Auteur

Rachida Brahim

Rachida Brahim est doctorante au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie à Aix-Marseille Université (AMU, CNRS, LAMES, UMR 7305). Elle est l’auteure d’une thèse intitulée : La race tue deux fois. Particularisation et universalisation des groupes ethniquement minorisés dans la France contemporaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search