Skip to navigation – Site map
The Journal
Dossier
Victor Collet

Gouverner par les morts et les mots. Quand le passé colonial et la « culture » immigrée deviennent une priorité municipale

Governing through the Dead and the Words: When Colonial History and Immigrant “Culture” Become a Political Priority
p. 77-103

Abstracts

October 17th, 2011. In the Parisian region and the neighbouring suburbs of the Hauts-de-Seine, the 50th commemoration of the massacre of Algerians in Paris led to the institutionalization of the colonial memory. By virtue of their duration and their size, these commemorative ceremonies questioned the particular period during which the French colonial past appeared in former and present socialist and communist councils. In Nanterre – a commune situated in the North-western suburbs of Paris that has had a communist council since 1935 – this memory is exceptional due to its long colonial and postcolonial history. Although the largest Algerian slum in France was to be found in the Nanterre of the 1950s and 1960s, for many years, the council remained completely silent about the massacre of Algerian activists in 1961. It is only recently that the massacre has started to be commemorated in Nanterre. This can be explained by two significant and recent transformations of the city: firstly, its demographic and urban transformation; and secondly, the change of its political elite, following a boom in the number of local associations and activist networks working on the question of the local (and colonial) memory. The emergence of this memory in the micro-politics of Nanterre responds to the need for a common and unified identity of its residents, an identity that the working class and communist banners have failed to provide. The residents’ struggle to have a school named after the Algerian sociologist Abdelmalek Sayad – who wrote on Nanterre’s slums – and a street named after Abdennbi Guémiah – a teenager killed by a racist neighbour in the early 1980s – testify to the need for such a memory. The heritage and memory of immigration in the city has now become a core issue in Nanterre’s local politics. It helps political authorities build a brand-new image and overcome the mistakes of the past by recognizing its (post)colonial citizens. Beyond the dead and the words, the sudden emergence of the issue of the migrant past and the memory of immigration casts light on the deep social, cultural, and political transformations of the banlieue.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2021.
Read it

Outline

À la recherche du temps perdu. Quand Nanterre ne veut plus oublier
La mise en mémoire des rapports entre « la gauche » et les populations immigrées
Une définition localisée du colonial dans la refonte générale du rapport au « populaire »
Abdelmalek Sayad vs Abdennbi Guemiah : l’intellectuel et le bidonville, le jeune de Nanterre et le transit
Quand culture et passé « immigrés » effacent l’étranger : rénovation urbaine et gouvernement du passé
Quand patrimonialiser, c’est faire exister
L’inauguration du boulevard du 17 octobre 1961, moment-clé des célébrations

Text / first lines

Un acte de mémoire et d’avenir
La date du 17 octobre 1961 appartient à notre histoire. […] Aujourd’hui encore, cinquante ans après les faits, le crime n’est toujours pas reconnu et la plupart de ses victimes restent anonymes. Si la ville de Nanterre a décidé de s’impliquer activement dans le cinquantième anniversaire de ce drame, c’est pour que l’ensemble de notre population, au-delà d’origines et de parcours différents, s’approprie cette part de notre histoire commune. La décision du conseil municipal […] marque la reconnaissance d’une ville riche de tous ses ailleurs, elle contribue au “vivre ensemble”.
Patrick Jarry
« 17 octobre 1961. Nanterre ne veut pas oublier », Brochure du cinquantenaire du 17 octobre 1961, octobre 2011

17 octobre 2011. Esplanade de la Défense. Les maires de plusieurs communes de l’ancienne boucle nord-ouest de la Seine sont réunis face au Pont de Neuilly en présence de plusieurs centaines de personnes. Suite au refus du maire de Neuilly-sur-Seine d’accueillir ...

Top of page

References

Bibliographical reference

Cultures & Conflits, n° 107, automne 2017, p. 77-103

Electronic reference

Victor Collet, « Gouverner par les morts et les mots. Quand le passé colonial et la « culture » immigrée deviennent une priorité municipale », Cultures & Conflits [Online], 107 | automne 2017, Online since 30 October 2019, connection on 24 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19550 ; DOI : 10.4000/conflits.19550

Top of page

About the author

Victor Collet

Victor Collet est docteur en science politique (Labex « Les passés dans le présent »/Institut des sciences sociales du politique, Nanterre). Auteur de : Nanterre, du bidonville à la cité, Marseille, Agone, à paraître (janvier 2018) ; « Un soutien critique : le Comité Gutenberg (Nanterre) et la Marche pour l’égalité de 1983 », in Hadj B., Nasri S. (dir.), La Marche de 1983 : des mémoires à l’histoire d’une mobilisation collective, Nanterre, Presses Universitaires de Nanterre, à paraître (2018) ; « Entre ressource intellectuelle et cause politique. Les différentes vies d’Abdelmalek Sayad », Politix, n° 94, 2011, pp. 155-178.

Top of page

Copyright

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Top of page