Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Raphaëlle Parizet

Le masque des experts. Puissance des chiffres et impuissance des « pauvres »

The Experts’ Mask. The Power of Numbers and the Powerlessness of “the Poor”
p. 77-105

Résumés

À partir de la fin des années 1980 et surtout des années 1990, les organismes multilatéraux – notamment la Banque mondiale à la suite de son aggiornamento – réorientent leur activité autour de politiques sociales de lutte contre la pauvreté : l’enjeu est de contrebalancer les effets jugés a posteriori néfastes des politiques d’ajustement structurel de la « décennie perdue » selon les mots du PNUD. C’est dans ce contexte qu’on assiste au Mexique à une systématisation des politiques d’administration de la pauvreté, qui concernent majoritairement les populations indiennes du fait des constructions statistiques, et passent par la production d’indicateurs de développement dans la lignée de l’IDH inspiré par Amartya Sen et diffusé par le PNUD depuis 1990. Cet article cherche à étudier les politiques de quantification aux mains d’un système expert auquel participent acteurs nationaux (économistes, statisticiens d’État) et acteurs internationaux (des organismes multilatéraux de développement) qui contribuent à construire l’impuissance des « pauvres » que sont les populations indiennes, au nom d’une rationalité chiffrée, et pourtant masquent les rapports de pouvoir et la manière dont les différents acteurs donnent un sens au « développement des Indiens ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Gouverner les pauvres, quantifier leur développement
La mesure du développement humain comme « bonne pratique »
Le « gouvernement de changement » : politique sociale et pari sur le développement humain
L’« équilibre des tensions » ou la formation d’un système expert
Un comité technique pour cibler les pauvres
Le département des indicateurs ou l’enclave bureaucratique de la CDI
L’expertise comme stratégie d’alliance
Un bureau onusien dédié au développement humain
Le rôle des économistes : interconnaissances, langages et savoirs partagés
La puissance des chiffres
L’impuissance des pauvres ?

Aperçu du début du texte

Au fond, ce que veulent tous les Indiens, c’est avoir une Volkswagen « Beetle », une télé, et un job qui leur permette de vivre, eux et leurs familles .

Il ne fait aucun doute que le « problème indien  » s’est révélé plus compliqué pour le nouveau gouvernement mexicain que ne le suggère cette phrase désormais célèbre de Vicente Fox, alors candidat du Parti Action nationale (PAN) à l’élection présidentielle . Les propos mis en exergue sont à rapprocher des enjeux de la communication politique d’un candidat en campagne  et renvoient plus à une « petite phrase en politique  » qu’à un véritable programme politique. Quand le candidat du parti d’opposition gagne les élections en 2000, les attentes en termes de changement des conditions sociales et économiques sont immenses dans de nombreux secteurs de la population, et notamment chez les populations indiennes marquées par le soulèvement zapatiste de 1994 dans l’État fédéré du Chiapas . Le nouveau pouvoir exécutif entend marquer une rupture...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 108, hiver 2017, p. 77-105

Référence électronique

Raphaëlle Parizet, « Le masque des experts. Puissance des chiffres et impuissance des « pauvres » », Cultures & Conflits [En ligne], 108 | hiver 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 25 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19650 ; DOI : 10.4000/conflits.19650

Haut de page

Auteur

Raphaëlle Parizet

Raphaëlle Parizet est maître de conférences à l’Université Paris-Est, membre du Laboratoire interdisciplinaire d’étude du politique Hannah Arendt (Lipha Paris-Est) et chercheuse associée au Centre d’études et de recherches administratives, politiques et sociales (CERAPS, Université de Lille, CNRS, UMR 8026). À partir d’une approche de sociologie politique de l’international et d’une enquête ethnographique sur les dispositifs et les pratiques de développement qui concernent les populations indiennes au Mexique, ses travaux portent sur les politiques de gestion de la pauvreté et d’assignation identitaire et sur les possibles résistances, réappropriations et extraversions dont elles font l’objet. Elle a publié notamment Les paradoxes du développement. Sociologie politique des dispositifs de normalisation des populations indiennes au Mexique (Paris, Dalloz, 2015).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page