Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Simeng Wang

Une mondialisation par le bas. Les daigous à Paris, des agents commerciaux intermédiaires entre producteurs français et consommateurs chinois

Globalization from Below. Daigous in Paris, Intermediary Sales Agents between French Producers and Chinese Consumers
p. 107-128

Résumés

À l’ère numérique, le modèle traditionnel du commerce international a été profondément modifié. Traversée par les dynamiques de l’e-commerce transfrontalier, la société chinoise de consommation embrasse un nouveau mode d’achat, le daigou, caractérisé par le rôle intermédiaire que jouent les agents commerciaux Chinois d’outre-mer, entre fabricants/commerçants étrangers et consommateurs chinois. À travers une étude qualitative multi-située menée auprès de daigous, leurs vendeurs de produits français, leurs partenaires commerciaux, ainsi que de consommateurs chinois et de responsables politiques chinois, cet article offre d’abord une vision globale sur les trajectoires multiples et profils sociaux des daigous à Paris, primo-arrivants qualifiés arrivés en France après les années 2000. L’article revient ensuite sur les pratiques intraprofessionnelles de cette filière, qui ne cesse d’être ramifiée et hiérarchisée ; et également sur les activités économiques dérivées des daigous et les réseaux interprofessionnels opérés par cette économie informelle. Enfin, la contribution se propose de discuter des actions étatiques de régulation de cette filière économique, et montre dans quelle mesure, l’étude sur les activités de daigou, exemplaire d’une économie transnationale par le bas, offre un autre regard sur l’international, complémentaire à une mondialisation saisie « par le haut ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’études des daigous : quels intérêts scientifiques, quelles approches ?
De l’importance de prendre en compte « le facteur temps »
Une enquête qualitative auprès de daigous, de leurs partenaires commerciaux et de leurs clients
Une filière « commandée » par le marché : enjeux de confiance et de taxes
Devenir daigou : trajectoires multiples et profils sociaux relativement homogènes
Une économie informelle ramifiée et hiérarchisée
« Maîtriser le marché chinois, c’est aussi maîtriser les politiques chinoises »
Combiner le daigou des produits avec la prestation des connaissances et services
Tout devient commercialisable ? Les activités économiques dérivées des daigous
La filière daigou comme catalyseur du renouvellement des activités des commerçants wenzhous
Alliés pour la contrefaçon : daigous et entrepreneurs de manufactures
Les velléités de contrôle de l’État sur les activités des daigous : une injonction de mondialisation par le haut ?

Aperçu du début du texte

En phase de moyennisation , la Chine se transforme progressivement en une société de consommation . Les produits fabriqués à l’étranger, allant du prêt-à-porter à la nourriture, considérés comme étant authentiques et de meilleure qualité, sont fortement valorisés par les consommateurs chinois issus des classes moyennes et supérieures. Cet engouement tient en partie au manque de confiance envers les produits locaux, à la suite de scandales alimentaires . En réponse aux besoins croissants des consommateurs chinois, on observe un renouveau des activités économiques transfrontalières. D’un côté, l’État chinois promeut le développement des partenariats et le commerce international sous diverses formes (signature de contrats de vente, création d’antennes de marketing, etc.)  ; de l’autre côté, émergent de nombreuses activités économiques transfrontalières promues par des acteurs ordinaires, à titre individuel, en groupe ou en réseau. Si les actions étatiques marquent une « mondialisation ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 108, hiver 2017, p. 107-128

Référence électronique

Simeng Wang, « Une mondialisation par le bas. Les daigous à Paris, des agents commerciaux intermédiaires entre producteurs français et consommateurs chinois », Cultures & Conflits [En ligne], 108 | hiver 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19664 ; DOI : 10.4000/conflits.19664

Haut de page

Auteur

Simeng Wang

Simeng Wang est sociologue, chargée de recherche au CNRS et membre du CERMES3 (CNRS-EHESS-INSERM-Université Paris Descartes). Elle a d’abord travaillé sur la sociogenèse et l’expression des souffrances psychiques de migrants chinois et de leurs descendants en région parisienne. Ses travaux actuels relèvent de différentes formes du transnationalisme, reliant la Chine continentale et ses diasporas. Elle a récemment publié dans les revues Genèses (2016) et Politix (2016) et codirigé le numéro spécial « Migrations chinoises et générations » de la revue Hommes & migrations (2016) ainsi que celui de la revue Participations (2017) intitulé « Participer dans le monde chinois : une jeunesse connectée ». Elle est également l’auteure de l’ouvrage Illusions et souffrances. Les migrants chinois à Paris (Paris, Éditions Rue d’Ulm, 2017).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page