Navigation – Plan du site
La revue
Hors thème
Alexandre Rios-Bordes

La raison du complot

Services de renseignement, États-Unis, 1917-1941
The Logic of Conspiracy. Intelligence Services, United States, 1917-1941
p. 129-153

Résumés

Cet article propose de s’interroger, à partir d’un cas historique, sur la figure du complot dans la production des bureaucraties sécuritaires contemporaines. L’objectif est de se dégager des interprétations pathologiques dominantes – qui voient d’abord dans leur complotisme tendanciel le stigmate de dérèglements idéologique, psychologique ou bureaucratique – pour montrer, à partir d’une description très précise des opérations intellectuelles et matérielles de production de ces savoirs singuliers, que l’explication par le complot est une proposition ordinaire que l’ensemble du dispositif sollicite, encourage, nourrit, conforte même, et éprouve aussi, en fonction des conceptions transitoires de la menace. Il s’agit ainsi de montrer que l’hypothèse conspiratoire s’inscrit ainsi, en quelque sorte dès l’origine, au plus profond du dispositif du renseignement de sécurité, au cœur de l’espace ouvert par la contradiction fondamentale entre dire le vrai et penser les possibles.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent travail a bénéficié du soutien du projet de recherche « Ni guerre, ni paix : les nouages du droit et de la violence dans la transformation des ordres politiques » (ANR-13-BSH1-003). L’auteur tient à remercier D. Linhardt et C. Moreau de Bellaing de leurs relectures, ainsi que les évaluateurs anonymes de leurs précieuses et bienveillantes critiques.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’impératif de vigilance
L’empire de l’abduction
Le chant des signes
L’ordre des choses
L’économie du soupçon

Aperçu du début du texte

Cet article propose de rompre avec une représentation spontanée des littératures historiques et sociologiques sur le renseignement et la surveillance : l’approche pathologique de la figure du complot. Lorsque confrontés au « complotisme » des professionnels du renseignement intérieur, l’essentiel des travaux ont en effet tendance à en faire le stigmate de dérèglements psychologiques, idéologiques ou bureaucratiques. À partir d’une proposition sous-jacente très rarement explicitée – les complots n’existent pas –, ils ne voient dans cette disposition conspiratoire que le signe de l’usure du sens commun par accoutumance à un soupçon maladif, la conséquence de puissants biais politiques, sociaux et raciaux qui dominent ces institutions fermées, ou encore la résultante de conduites stratégiques conduisant à « gonfler » les menaces pour justifier crédits et effectifs . Nombre d’entre eux laissent volontiers entendre que la prégnance du schème conspiratif conduit les institutions sécuritai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 108, hiver 2017, p. 129-153

Référence électronique

Alexandre Rios-Bordes, « La raison du complot », Cultures & Conflits [En ligne], 108 | hiver 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19685 ; DOI : 10.4000/conflits.19685

Haut de page

Auteur

Alexandre Rios-Bordes

Alexandre Rios-Bordes est agrégé et docteur en histoire. Il enseigne l’histoire contemporaine à l’université Paris Diderot-Paris 7 et il est membre du Laboratoire ICT (EA337). Sa thèse de doctorat a été consacrée à l’émergence de l’« État secret » aux États-Unis au cours du premier xxe siècle. Dernière publication : « Quand les services de renseignement repensent la guerre. Éléments d’une archéologie de la “sécurité nationale” (États-Unis, 1919-1941) », Politix, vol. 27, n° 104, 2013, pp. 105-132.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page