Navigation – Plan du site
La revue
Varia
Didier Bigo

Pour une sociologie des guildes transnationales

Sociology of Transnational Guilds
p. 9-38

Résumés

Cet article porte sur l’émergence de groupes transnationaux liés par une forme de solidarité attachée à leur travail quotidien, à des savoir-faire et des savoirs spécifiques qui transcendent souvent les différences nationales. À travers l’étude de ces groupes, il s’agit de contribuer à une meilleure compréhension de la manière dont se fabriquent les frontières entre différentes échelles, dans un monde dit « fracturé ». Il s’agit également de montrer que la construction de ces multiples limites relève de lignes transversales et de dynamiques de pouvoir. Ces groupes, lorsqu’ils échangent des informations, des savoir-faire, des lieux de vie au niveau transnational forment-ils ou non un ensemble cohérent, une élite professionnelle, une classe sociale globale, qui disposerait d’un programme d’action et de priorités propres ? Répondant en partie négativement, nous proposons le terme plus précis de guilde transnationale pour faire comprendre ce qui se joue là.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Quand le monde bifurque. National ou transnational, la construction d’un faux dualisme
Les réseaux transgouvernementaux. Quand les bureaucraties d’État prennent part à des activités transnationales
La fabrique des élites transnationales du pouvoir. Une analyse du mode de vie des bureaucrates transnationaux
Des guildes transnationales : une terminologie qui permet de comprendre les solidarités et les rivalités à distance

Aperçu du début du texte

Cet article porte sur l’émergence de groupes transnationaux liés par une forme de solidarité attachée à leur travail quotidien, à des savoirs-faire et des savoirs spécifiques qui transcendent souvent les différences nationales . À travers l’étude de ces groupes, il s’agit de contribuer à une meilleure compréhension de la manière dont se fabriquent les frontières entre différentes échelles, dans un monde dit « fracturé ». Il s’agit également de montrer que la construction de ces multiples limites relève de lignes transversales et de dynamiques de pouvoir.

Il s’agira d’abord de préciser ce que transnational veut dire par rapport à national et à international, en évitant une vision hiérarchique faisant de ce monde une gradation au sein d’un seul univers partant du local au global et considérant le national comme un intermédiaire en voie d’être dépassé. Épistémologiquement, le global ne peut pas être considéré comme un point de vue sur le monde, un aleph  que le chercheur se donne pour ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 108, printemps 2018, p. 9-38

Référence électronique

Didier Bigo, « Pour une sociologie des guildes transnationales  », Cultures & Conflits [En ligne], 109 | printemps 2018, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19739 ; DOI : 10.4000/conflits.19739

Haut de page

Auteur

Didier Bigo

Didier Bigo est Professeur de relations internationales à Sciences Po Paris et à King’s College à Londres. Il est co-rédateur en chef de Cultures & Conflits.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page