Navigation – Plan du site
La revue
Varia
Ivan Manokha

Le scandale Cambridge Analytica contextualisé: le capital de plateforme, la surveillance et les données comme nouvelle « marchandise fictive »

The Cambridge Analytica Scandal Contextualized: Platform Capital, Surveillance, and Data as a New ‘Fictitious Commodity’
p. 39-59

Résumés

L’objectif du présent article est de situer le scandale récent autour de la société Cambridge Analytica dans le contexte plus large de l’importance de la surveillance dans la phase actuelle de développement du capitalisme. La thèse développée ici est que le capitalisme d’aujourd’hui se caractérise par deux évolutions significatives : d’une part, l’importance croissante d’une nouvelle « marchandise fictive » – les données –, en plus du travail, de la terre et de la monnaie, précédemment identifiés par Karl Polanyi comme objets ayant été transformés en « marchandises fictives » par la société capitaliste ; d’autre part, l’importance accrue d’un nouveau type de capital appelé ici « capital de plateforme », par référence aux plateformes numériques qui opèrent en tant que moyens de production à part entière (par exemple, Facebook) ou auxiliaires (par exemple, Uber). Ce capital de plateforme ne devient capital que lorsqu’il est combiné à cette nouvelle « marchandise fictive » qui lui tient lieu de « matière première ». Pour paraphraser Marx, le capital de plateforme doit rencontrer sur le marché un type de marchandise spécial – les données (en particulier, les données utilisateur) – afin de croître et de produire de la valeur. Ceci signifie que la surveillance et l’invasion constante de la sphère privée sont inhérentes au fonctionnement du capital de plateforme ainsi qu’à celui d’autres entités (par exemple, courtiers en données ou sociétés de conseil tels que Cambridge Analytica), dont le modèle commercial se fonde également sur cette nouvelle marchandise. Ces dernières, de même que certaines entités gouvernementales telles que les services de sécurité, compte tenu du volume d’informations détenues par les plateformes, sont incitées à accéder à ces données et peuvent être tentées de le faire de manière dissimulée, comme cela a été fait dans le cas de Cambridge Analytica. Lorsqu’elles sont révélées, de telles actions suscitent une condamnation et un tollé général, alors que l’acquisition quotidienne de données par le capital de plateforme et les entités qui lui sont liées, de manière continuelle et sans cesse croissante, ne génère par elle-même que très peu de critique. Celle-ci est au contraire de plus en plus normalisée et des campagnes telles que celle qui a été menée contre Cambridge Analytica ne font que contribuer à sa normalisation et à son objectivation croissantes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

L’ascension du capital de plateforme
Surveillance : le moteur des plateformes numériques

Aperçu du début du texte

Le 17 mars 2018, l’Observer de Londres  et le New York Times  ont révélé que Cambridge Analytica, société de conseil en stratégie basée à Londres, avait recueilli des données personnelles issues des profils Facebook de plus de cinquante millions d’utilisateurs sans leur consentement, le chiffre ayant ensuite été réévalué à quatre-vingt-sept millions . La collecte de données a été effectuée via une application de quiz « thisisyourdigitallife », créée pour Facebook par Aleksandr Kogan. Ce psychologue de l’université de Cambridge a eu accès aux données personnelles de deux cent soixante-dix mille membres de Facebook qui avaient accepté de se soumettre à un test de personnalité pour lequel ils ont été rémunérés par son entreprise, Global Science Research. Comme l’a expliqué Christopher Wylie, expert en données canadien et ancien employé de Cambridge Analytica , cette application permettait de collecter différents types de données personnelles des utilisateurs (les contenus consultés et ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 108, printemps 2018, p. 39-59

Référence électronique

Ivan Manokha, « Le scandale Cambridge Analytica contextualisé: le capital de plateforme, la surveillance et les données comme nouvelle « marchandise fictive » », Cultures & Conflits [En ligne], 109 | printemps 2018, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19779 ; DOI : 10.4000/conflits.19779

Haut de page

Auteur

Ivan Manokha

Ivan Manokha occupe le poste de Departmental Lecturer au sein du département du développement international à l’Université d’Oxford. Ses recherches portent sur les questions de pouvoir et d’obéissance dans l’économie politique internationale, notamment dans le contexte du développement des nouvelles technologies de surveillance, ainsi que de la montée en puissance des plateformes numériques dont les revenus et l’influence croissante sont basés sur la collecte permanente des données et leur monétisation.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page