Navigation – Plan du site
La revue
Varia
Laurent Lardeux

Engagement transnational des descendants d’immigrés : carrières militantes et « rapport aux origines »

The Transnational Engagement of the Descendants of Immigrants: Activist Careers and “Ties to Origins”
p. 61-82

Résumés

S’agissant des activités militantes des jeunes descendants de migrants, l’état du débat public oppose fréquemment les tenants d’un engagement entendu exclusivement sous le prisme de l’intégration dans le pays de résidence, et ceux davantage concernés par les questions du politique, du religieux et/ou du développement local dans les régions d’origine. Cette approche dichotomique et cloisonnante tend non seulement à laisser sous silence la réalité duale de nombreuses pratiques associatives de jeunes descendants de migrants, mais aussi à minorer leurs effets en termes de reconnaissance d’une citoyenneté non exclusive, cumulative et fondamentalement transnationale. À travers la reconstruction de différentes « carrières militantes transnationales » de jeunes descendants de migrants élaborées à partir de 35 entretiens biographiques, notre propos vise plus précisément ici à articuler le temps court de l’engagement transnational au temps long de l’histoire familiale. Dans la première partie, les carrières militantes transnationales sont ainsi analysées à la fois en amont, c’est-à-dire au niveau des expériences de l’immigration potentiellement génératrices de ressources, et en aval, au niveau des fenêtres d’opportunités qui peuvent s’ouvrir dans le cours des évènements politiques, sociaux, culturels en France et dans le pays d’origine. Comme nous le verrons ensuite dans une seconde partie, l’enjeu n’est pas ici de penser la subjectivité de l’engagement et l’objectivité d’une cause comme deux réalités disjointes, mais de restituer, au plus près de l’expérience des jeunes engagés et dans les processus de transmission d’une génération immigrée à une autre issue de l’immigration, les conditions sociales et familiales de possibilité de ces pratiques militantes transnationales.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les dynamiques structurelles et personnelles de l’engagement transnational
L’engagement transnational dans l’action : subir global et agir à partir de l’espace local
L’engagement transnational en réaction : subir local et agir dans l’espace global
L’engagement transnational en configuration : subir et agir « glocal »
Transmission intergénérationnelle et rapport aux origines
La famille et les « porteurs de mémoire » : logique d’identification et d’expérimentation
Le cercle amical et les « passeurs d’histoire » : prolongement et mise à l’épreuve

Aperçu du début du texte

Associer la notion d’engagement transnational à celle de descendants d’immigrés ne va pas forcément de soi et génère bien souvent des séries d’imageries antagonistes qui laissent peu de place à la nuance. Deux représentations radicalement différentes se sont cristallisées ces dernières années autour de deux événements médiatiques majeurs, emblématiques tour à tour des craintes ou de l’angélisme que peuvent susciter des formes d’engagement orientées au-delà du cadre strict des États-nations.

Revenons d’abord au printemps 2011, et à ce qui fut rapidement dénommé le Printemps arabe. Alors que le monde suit en direct les soulèvements en Tunisie, en Egypte, en Syrie, ou encore en Libye, les premiers reportages mettent la lumière sur les « passeurs d’images » des révolutions. On découvre en Europe une jeunesse mobilisée dans des actions militantes sur des espaces qui débordent les frontières nationales du pays de naissance ou de résidence , on salue les actions citoyennes et le nouvel éla...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 108, printemps 2018, p. 61-82

Référence électronique

Laurent Lardeux, « Engagement transnational des descendants d’immigrés : carrières militantes et « rapport aux origines » », Cultures & Conflits [En ligne], 109 | printemps 2018, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19881 ; DOI : 10.4000/conflits.19881

Haut de page

Auteur

Laurent Lardeux

Laurent Lardeux est chargé d’études et de recherche à l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP) et chercheur associé au laboratoire Triangle (ENS de Lyon / UMR 5206). Après une thèse menée à l’Université Lyon 2 sur la question des rapatriements de réfugiés en Afrique centrale, il a engagé à l’INJEP des travaux sur l’engagement, les dispositifs de participation ou encore les activités politiques transnationales des jeunes issus de l’immigration. Il a rédigé plusieurs livres, articles et chapitres d’ouvrage sur ces questions, dont Retours d’exil. Ethnographie des rapatriements de réfugiés, Éditions de l’EHESS, 2015 ; « “Libre consentement” au retour des réfugiés congolais (RDC) et nouvelles normes d’application du rapatriement par le HCR », Critique internationale, n° 56, 2012, pp. 95-116 ; « Collectifs cosmopolitiques de réfugiés urbains en Afrique centrale. Entre droits de l’homme et “droit de cité” », Revue française de science politique, vol. 59, n° 4, 2010, pp. 783-804.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page