Navigation – Plan du site
La revue
Varia
Christophe Voilliot

Pour une analyse configurationnelle des élections. Norbert Elias et le vote

Towards a Configurational Analysis of Elections. Norbert Elias and the Vote
p. 83-104

Résumés

Cet article propose un modèle d’analyse des pratiques de vote et des luttes électorales qui prend appui sur la sociologie des configurations de Norbert Elias. Initialement élaboré pour rendre compte des élections au suffrage censitaire dans la France de la Monarchie de juillet, ce modèle a été enrichi et construit de manière à pouvoir servir de support à une analyse comparée des configurations électorales dans le cadre d’une sociologie politique attentive au phénomène de circulation des savoirs liés à l’élection.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les configurations électorales de la Monarchie de Juillet
Comparer les configurations électorales

Aperçu du début du texte

Soucieux d’étudier les processus de longue durée, Norbert Elias ne s’est guère intéressé aux circonvolutions des pratiques électorales . Lui-même semble d’ailleurs avoir accordé peu d’importance à l’opération électorale, à son déroulement, à son importance politique aussi bien qu’à sa genèse. Interrogé à la fin de sa vie sur les luttes politiques en Allemagne au début des années 1930, il avoua, un peu embarrassé, ne pas avoir voté en 1932 : « Parce que… je veux dire, la langue des hommes politiques était si manifestement imbibée d’affirmations que je considérais comme fausses… Bien sûr mes sympathies allaient tout à fait à la lutte de la gauche, et je faisais de mon mieux pour les aider. Mais l’idéologie de la gauche n’était pas réaliste. Au fond, les sociaux-démocrates et les syndicats – comme mon père – croyaient à l’État de droit  ». Alors que ses interlocuteurs revenaient un peu maladroitement à la charge en affirmant qu’eux au moins auraient voté, Norbert Elias leur répondit so...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 108, printemps 2018, p. 83-104

Référence électronique

Christophe Voilliot, « Pour une analyse configurationnelle des élections. Norbert Elias et le vote », Cultures & Conflits [En ligne], 109 | printemps 2018, mis en ligne le 20 juillet 2020, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/conflits/19987 ; DOI : 10.4000/conflits.19987

Haut de page

Auteur

Christophe Voilliot

Christophe Voilliot est maître de conférences HDR en science politique à l’université Paris-Nanterre et chercheur au Sophiapol. Ses recherches portent sur l’histoire des musiques improvisées en France et de la critique musicale en lien avec les dynamiques d’engagement politique des acteurs des champs de production artistique et du champ de la critique. Publications récentes : Le département de l’Yonne en 1848. Analyse d’une séquence électorale, Éditions du Croquant, 2017 ; « Free jazz made in France. Contribution à l’étude des dynamiques de radicalisation dans la France des années 1960 et 1970 », Politix, 2017/4 (n° 120), pp. 179-200.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License

Creative Commons License

Ce texte est placé sous copyright de Cultures & Conflits  et sous licence Creative Commons.

Merci d’éviter de reproduire cet article dans son intégralité sur d’autres sites Internet et de privilégier une redirection de vos lecteurs vers notre site et ce, afin de garantir la fiabilité des éléments de webliographie. » (voir le  protocole de publication, partie « site Internet » : http://www.conflits.org/index2270.html).

Haut de page