Navigation – Plan du site
La revue
Dossier
Dennis Rodgers

Pour une « ethnographie délinquante » : vingt ans avec les gangs au Nicaragua

For a “Delinquent Ethnography”: Insights from Twenty Years of Gang Research in Nicaragua
p. 59-76

Résumés

Les gangs font partie d’un nombre restreint de phénomènes quasi-universels, présents au fil de l’histoire dans la plupart des sociétés à travers le monde. Il existe une longue tradition de recherches ethnographiques sur les gangs qui comptent les études les plus approfondies et les plus révélatrices du phénomène. Ceci est en partie dû au fait que l’ethnographie est une approche méthodologique qui appelle au développement d’une certaine intimité avec les gangs, afin de bien comprendre leur logiques et dynamiques de l’intérieur. De par sa nature particulière, l’ethnographie n’est pas une méthode nécessairement évidente à mettre en œuvre afin d’étudier les gangs. Elle soulève de nombreux dilemmes inhérents, tant pratiques qu’éthiques. Cet article se propose de les explorer en se basant sur des recherches ethnographiques sur les dynamiques de gangs au Nicaragua, entamées en 1996 et toujours en cours, afin de plaider pour une « ethnographie délinquante ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Gangs et ethnographie
Ethnologue-gangster au Nicaragua
La recherche ethnographique longitudinale
L’histoire de Pablo Escobar dans le barrio

Aperçu du début du texte

Les gangs font partie d’un petit nombre de phénomènes quasi-universels, présents au fil de l’histoire dans la plupart des sociétés à travers le monde. Tite-Live parle déjà des gangs au premier siècle avant Jésus-Christ, dans sa célèbre histoire de Rome, Ab Urbe Condita, et on les trouve dans des sociétés aussi diverses que les États-Unis, la France, le Kenya, le Salvador ou la Chine, parmi d’autres . En partie à cause de cette ubiquité, il n’est pas exagéré d’affirmer que les gangs occupent une position clé dans l’imaginaire mondial de la violence. Cela fait en effet longtemps que les représentations des gangs comme une incarnation du mal, d’une sauvagerie incontrôlable, d’une barbarie brutale et insensée, perdurent dans notre conscience collective. Depuis l’étude bien-connue du journaliste Herbert Asbury, The Gangs of New York, publiée en 1927  – et transposée au grand écran en 2002 par Martin Scorsese dans un film éponyme mettant en vedette Leonardo di Caprio, Cameron Diaz et Dani...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cultures & Conflits, n° 110-111, été/automne 2018, p. 59-76

Référence électronique

Dennis Rodgers, « Pour une « ethnographie délinquante » : vingt ans avec les gangs au Nicaragua », Cultures & Conflits [En ligne], 110-111 | été/automne 2018, mis en ligne le 10 octobre 2020, consulté le 25 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/conflits/20235 ; DOI : 10.4000/conflits.20235

Haut de page

Auteur

Dennis Rodgers

Dennis Rodgers est professeur de recherche dans le département d’anthropologie et de sociologie de l’Institut de hautes études internationales et du développement à Genève, Suisse. Sa recherche porte sur les conflits et la violence dans les villes d’Amérique latine (Nicaragua, Argentine) et d’Asie du Sud (Inde). Il mène en particulier des recherches ethnographiques longitudinales sur la dynamique des gangs au Nicaragua depuis 1996. Il est lauréat d’une bourse ERC « Advanced Grant » pour un projet intitulé « Gangs, Gangsters, and Ganglands: Towards a Global Comparative Ethnography » (GANGS) qui développera une comparaison du phénomène des gangs au Nicaragua, en Afrique du Sud et en France (2019-2023).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence creative commons

Haut de page